• Chandra Wilson

    Dans une interview accordée à People, Chandra Wilson a parlé de la maladie incurable dont souffre sa fille ainée, Sarina McFarlane, aujourd’hui âgée de 23 ans.

    C’est après une sortie occasionnelle avec des amis, alors qu’elle avait 16 ans, que Sarina a souffert de nausées et de vomissements. Elle a d’abord cru à une intoxication alimentaire mais la répétition des crises a indiqué à l’adolescente et à sa mère qu’il s’agissait sans doute de quelque chose de bien plus grave.

    "Elle avait de terribles crises de vomissement et de vives douleurs abdominales. Je me suis dit, ‘C’est fou’. Quelque chose n’allait pas chez ma fille et personne ne pouvait me dire ce que c’était" a expliqué Chandra Wilson. Voir sa fille dans cet état lui est devenu rapidement insupportable. "Je me suis retrouvée en train de faire moi-même l'inventaire de la nourriture qu'elle avait mangée, à retourner où nous étions allés, à traquer chaque information. À chaque visite à hôpital, je mettais ces infos dans un classeur. Au bout du huitième mois, j'avais un classeur gigantesque."

    En 2010, après dix mois frustrants de questions sans réponse et de visites incessantes à l'hôpital, à cause de la déshydratation, les médecins ont enfin posé leur diagnostic. Sarina souffrait d’un dysfonctionnement mitochondrial (appauvrissement sévère de l'approvisionnement en énergie cellulaire du corps) et d’un syndrome de vomissement cyclique (CVS), un trouble rare qui est caractérisé par des crises de vomissements et de nausées et un épuisement extrême.

    Sarina reconnait qu’avant le diagnostic, elle était effrayée, frustrée et déprimée. "Au lycée, les gens pensaient que je vomissais parce que j’essayais de perdre du poids." Quand elle est passée d’une unité de soins pour adolescents (où elle avait affaire avec les mêmes médecins et infirmières) à une unité pour adultes, ses problèmes ont semblé s’aggraver. "Si vous allez à l'hôpital deux, trois ou quatre fois par semaine, les gens pensent que vous êtes une droguée, a-t-elle confié. "Vous devez faire en sorte que les gens vous croient à nouveau", a ajouté Chandra Wilson.

    Aujourd’hui, la mère et la fille, qui étudie pour devenir scénariste, en Californie, essaient de rester optimistes. "Je pourrais être triste, mais ça revient tout le temps de toute façon", a conclu la jeune femme. source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :