• Ellen Pompeo met les choses au point

    Dans une nouvelle interview, Ellen Pompeo est revenue sur les critiques dont elle avait fait l’objet après l’annonce des départs de Jessica Capshaw et de Sarah Drew. Et les fans de ces deux actrices en prennent pour leur grade !

    Voici un fait : le 17 janvier 2018, The Hollywood Reporter a publié un article dans lequel la vedette de Grey's Anatomy, Ellen Pompeo, révélait qu'elle avait récemment négocié un contrat pour gagner plus de 20 millions de dollars par an. Un autre fait : moins de deux mois plus tard, le 8 mars, on a annoncé (à la grande surprise de tout le monde) que les partenaires de Pompeo, Jessica Capshaw et Sarah Drew, quitteraient la série à la fin de la saison 14. Ce qui n’est pas un fait ? L’augmentation du salaire de Pompeo (soi-disant trop chère pour permettre à la production de payer les salaires de Capshaw et de Drew) était la raison pour laquelle les actrices étaient exclues de la série. Pourtant, la rumeur non fondée a pris racine, et les fans partout dans le monde continuent de blâmer injustement l'actrice principale de Grey’s pour les licenciements de ses collègues. Ouais, pas cool - et maintenant Pompeo montre clairement qu'elle ne laisse pas passer.

    Elle affirme que, quand la nouvelle des départs de Drew et de Capshaw est sortie, elle a été prise au dépourvu comme nous tous. "J'ai été choquée, car c’était inattendu", dit-elle, lors du lancement de la nouvelle ligne de soins Seedlings de Young Living Essential Oils. "J'étais en pleine journée de travail, et je tournais une scène, et donc j'ai appris ça et je me suis dit" - ici, elle fait un classique "quoiiii"? - "et puis il y a eu ces réactions violentes sur l'article. Je me suis sentie attaquée tout de suite."

    Pompeo explique qu’elle s’est immédiatement "mise en mode de défense", à cause des fans en colère qui l'accusaient d'avoir été à l’origine du départ de leurs personnages préférés dans Grey’s. "C'était vraiment difficile parce que, tout en essayant de comprendre ce qui se passait et de montrer de la compassion pour mes collègues, j'ai eu l’impression que je devais me défendre, ce qui m’a détournée de l’attention que je devais prêter à mes amies, à savoir devoir vraiment me concentrer sur elles", explique-t-elle. "C'était donc beaucoup de bruit pour rien, dont nous n'avions pas vraiment besoin."

    Et le bruit a continué, même après que Pompeo et la showrunner de Grey’s, Krista Vernoff, aient tenté de faire taire les rumeurs sur Twitter ; Pompeo est même allée chez Ellen DeGeneres pour expliquer la vérité sur les départs des actrices ("les scénaristes ont vraiment du mal à imaginer de nouvelles histoires pour tous ces personnages", explique-t-elle). Peu importe ce que les gens impliqués dans la décision avaient à dire, l'idée que Pompeo était directement responsable des départs de Capshaw et de Drew a persisté. "Honnêtement, ça a vraiment rendu les choses plus difficiles pour moi." avoue-t-elle.

    Encore plus navrante, cependant, la méchante rhétorique - suggérant que Pompeo était égoïste, qu’elle croyait que tout lui était dû, et qu’elle était vénale - qui a pris le relais sur Twitter et qui l’a affectée ainsi que ses partenaires sur le départ. "Le harcèlement qui a continué sur les réseaux sociaux était tellement déplorable et dégoûtant", dit Pompeo. "Ce n'était pas vraiment cool pour ces filles, même si les fans pensent qu'elles les défendaient, et qu'elles venaient à leur secours. Laissez-moi vous dire quelque chose, ces deux filles sont des dures à cuire. Elles n’ont pas besoin qu’une bande de gamines de 13 ans viennent à leur secours. C’est très bien que les gens soient autant passionnés par la série, mais ces deux nanas sont d’incroyables guerrières, talentueuses, belles, de super mamans qui peuvent tout faire. Et les fans ont simplement créé tout un tas de tensions et de bruits inutiles."

    L'ironie qui n’a pas échappé à la star de Grey’s, c’est que les fans qui l’ont attaquée, professent en même temps leur amour pour les personnages d'April - une chrétienne - et pour Arizona - une lesbienne. "J'ai été choquée par le fait que les fans d'un personnage chrétien et d'un personnage lesbien se livrent à un harcèlement dégoûtant, et ça m’a vraiment déçue," dit-elle. "Comment osez-vous ? Vous devriez savoir mieux que n’importe qui. D’abord les chrétiens, vous ne devriez pas harceler qui que ce soit, vous soutenez un personnage chrétien, vous aimez tellement un personnage chrétien que vous allez harceler les gens ? Vous allez me dire des choses horribles ? Me dire d’aller me tuer ? Honte à vous ! Et si vous admirez un personnage gay, les gay sont l'un des groupes les plus harcelés sur notre planète. Comment osez-vous soutenir une personne homosexuelle et me harceler en même temps !"

    "Petite morveuse hypocrite de 13 ans", poursuit-elle. "Et pour les mères des filles de 13 ans, regardez ce que vos enfants disent sur les réseaux sociaux, parce que c'est vraiment dégoûtant. Et le problème, c’est que si vous me rétorquez, elle n’a que 13 ans, eh bien, à 13 ans, elle sait comment menacer. Alors, écoute, si tu sautes dans cette arène, je me fous de ton âge. Sois prête pour ce qui va te revenir, de la même façon que je serai prête pour ce qui me reviendra si je dis quelque chose... Si tu fais ta commère, il vaudrait mieux que tu sois capable de l’assumer."

    Alors oui, Pompeo est en colère - et elle a parfaitement le droit d'être. Après tout, l’article du Hollywood Reporter n’avait d’autre but que celui d’"inspirer et valoriser" les femmes pour qu’elles visent ce qu'elles valent, comme elle le dit, pas pour provoquer un tollé parmi les fans. Heureusement, il y a eu beaucoup de gens qui ont lu l'article et ont compris le message que Pompeo partage fièrement avec l'une des plus célèbres championnes de l'égalité salariale, la légende du tennis Billie Jean King. "J'ai été vraiment étonnée par certaines des personnes qui m'ont contactée à propos de cet article", dit l'actrice. "On ne sait jamais comment les choses vont être reçues, donc le fait que ça a été reçu comme prévu, ça a été tellement… Montrer aux gens que même à mon niveau, on me dit encore qu’on n’a pas besoin de moi, tu ne vaux pas un clou, tu peux prendre la porte, on s'en fout… j’ai pensé que ça inspirerait d'autres femmes, et ça a été vraiment le cas, alors je suis très reconnaissante pour ça."

    Même si Pompeo admet qu'elle était un peu nerveuse de publier l'article ("Je suis plutôt honnête et je n’ai pas de filtre, et je dis ce que je pense en général, ça peut très facilement être sorti de son contexte", explique-t-elle) elle a été "touchée" "par les réactions en général. Même si ça ne s’était pas bien passé, elle l’aurait accepté ; "Tout est une occasion de tirer des leçons", dit-elle, "même des choses que vous pensez être des erreurs."

    Et en dehors de ça, Pompeo a beaucoup d'autres choses sur lesquelles se concentrer maintenant. Il y a son travail d’actrice dans Grey's, bien sûr, et le fait de préparer les fans pour le final de la saison le 17 mai ("c'est du Grey’s tout craché, dévastateur avec un sourire à la fin... ça vous arrachera le cœur et puis ça vous fera un câlin, " laisse-t-elle entendre), mais aussi son temps en tant que productrice, réalisatrice, et mère de trois enfants, notamment un bébé né en 2016. Avec tout ça à faire, Pompeo n'a pas le temps pour vos bêtises - mais si vous la cherchez, vous feriez mieux de vous préparer à vous défendre. source


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mai à 20:31

    Même si je suis d'accord sur le fond pour certaines choses, je ne suis pas sûre qu'elle doive se mettre au niveau des adolescentes qu'elle critique. C'est triste à dire, mais là où elle est, elle ferait mieux de laisser couler, et prendre ces critiques d'où elles viennent, à savoir de petites écervelées. C'est d'une certaine façon la rançon de la gloire.

    2
    Loubia
    Vendredi 4 Mai à 12:50
    Effectivement ça en est ridicule!!!
    En plus ce sont ces gamines qui constituent une partie du public actuel...
    3
    Maureen
    Mercredi 9 Mai à 10:11

    Les fans de Sarah Drew sont très virulentes, limites de la folies.  Sarah Drew n'a rien fait pour les arrêter aux contraires, elle a liké ces fans

    Certaines sont des gamines mais d'autres non, et Pompeo parle aussi aux parents qui laissent leurs gamines sur twitter proférant des menaces de mort etc..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :