• Episode 10.16 : We Gotta Get Out Of This Place

    Photobucket

    Titre français : Sauve qui peut

    Scénariste : Jeannine Renshaw

    Réalisateur : Susan Vaill

    Diffusion Etats-Unis : 20 mars 2014 sur ABC

    Diffusion France : 13 mai 2015 sur TF1

     

    Voix off : Il y a une période que vous traversez durant votre enfance. Et c’est la partie la plus dure. On l’a appelée période de transition. On vous a poussé si fort et si longtemps. Vous êtes épuisé, à bout. Et il n’y a rien pour prouver tout l’effort que vous avez fait. Durant cette période de transition, on dirait que vous ne pouvez pas aller plus loin. Mais c’est uniquement parce que vous y êtes presque.

     

    Les portes de l’ascenseur s’ouvrent et Richard découvre Miranda et Arizona qui l’attendent, tout sourire. Miranda souhaite un joyeux anniversaire à son mentor. Les deux femmes entrent dans l’ascenseur, avec Owen sur leurs talons. Ce dernier souhaite aussi un bon anniversaire à Richard. Celui-ci n’est pas dupe, il sait qu’Owen ne lui souhaite son anniversaire que parce qu’il a entendu Miranda le faire. Owen plaide coupable avant de lui donner rendez-vous à la fin de la journée. Il veut lui parler de son planning en matière d’interventions chirurgicales. Richard pense qu’Owen veut lui tendre un piège. Il a parlé avec Catherine Avery qui a laissé échapper qu’elle serait à Seattle ce jour là, donc il suppose qu’il va y avoir quelque chose pour son anniversaire. Il rassure ses collègues, il aime les surprises. Owen le détrompe, il veut vraiment discuter avec lui de son planning. Richard ordonne à Miranda de lui dire la vérité. Celle-ci proteste, elle n’a pas entendu parler d’une fête. Elle sort de l’ascenseur en compagnie d’Arizona. Les deux hommes les suivent. Owen retire une enveloppe de sa serviette et la remet à Richard, en précisant que c’est de la part de l’hôpital. Richard croit qu’il s’agit d’un cadeau d’anniversaire. Owen le quitte après l’avoir conjuré de ne pas oublier de le retrouver en fin de journée. Richard ouvre l’enveloppe et découvre un document intitulé "Est-il temps de prendre votre retraire ?". Il lance un regard noir en direction d’Owen qui discute avec une secrétaire. Jo et Leah dévalent l’escalier en courant et souhaitent un joyeux anniversaire à Richard. Il marmonne que ça l’était jusqu’à présent. Il part de son côté et, en passant devant une poubelle, y jette les documents qu’Owen lui a remis.

    Meredith et Stephanie arrivent dans leur laboratoire en compagnie d’un jeune homme, un bio-ingénieur prénommé Eric. Celle-ci s’extasie devant l’imprimante 3D dont il parle comme s’il s’agissait d’une femme. Meredith lui fait remarquer que ce n’est qu’un objet, très fragile cependant, raison pour laquelle elle refuse qu’il la touche. Eric reconnait qu’il est très excité à l’idée d’utiliser l’imprimante. Meredith refroidit immédiatement son enthousiasme. Il n’est pas prêt d’imprimer quoi que ce soit. Eric est étonné, c’est pourtant pour cela qu’il a été engagé, parmi cent autres bio-ingénieurs. IL doit l’aider à créer des veines portes. D’ailleurs, il a déjà commencé. Il montre les croquis qu’il a faits aux deux chirurgiennes. Si Stephanie trouve cela génial, Meredith est d’un tout autre avis. Elle trouve Eric présomptueux et il est hors de question pour elle qu’il touche quoi que ce soit tant qu’il n’aura pas pris connaissance des moindres détails du travail qu’elles ont déjà effectué. Elle lui montre tous les classeurs à anneaux qui contiennent toutes les données de l’essai et lui conseille de s’y plonger directement. Eric accepte sans protester, se permettant toutefois de se moquer gentiment d’elle en lui demandant s’il peut toucher la chaise. Meredith s’éloigne avec Stephanie pour lui recommander de ne pas quitter le bio-ingénieur des yeux et de veiller à ce qu’il ne touche à rien. Stephanie est dépitée à l’idée qu’elle va devoir regarder le jeune homme lire.

    Dans un bureau, Shane reçoit un couple qui désire que leur fils de quatre ans soit intégré dans l’essai que Cristina est en train de mettre sur pied, concernant des cas similaires à celui du petit Nathan. Shane interroge les parents de l’enfant pour déterminer si ce dernier répond aux critères. Une seule chose intéresse les parents, savoir si leur fils pourra bénéficier de la même intervention que Nathan. Shane répond que cela sera le cas, si le petit garçon est accepté dans l’essai. Il prend soin de préciser que c’est le Dr Yang qui a le pouvoir de prendre cette décision. Lui, il ne fait que rassembler les informations pour elle.

    Dans une autre salle, Cristina analyse les données que lui a déjà communiquées Shane, à propos d’autres patients, afin de voir si ces derniers peuvent servir son projet. Owen entre dans la pièce et lui demande comment ça se passe. Elle lui explique que Shane est en train de rencontrer les différents candidats et qu’elle, elle se contente d’examiner les cœurs de ces derniers, et ce afin de ne pas influencer sa décision. Elle reconnait que c’est difficile de trouver des candidats qui répondent à tous les critères. Tout à coup, elle dit à son ex-mari qu’il a besoin d’un algorithme semblable à celui qu’elle utilise pour trouver ses patients, mais dans son cas, cela servirait à trouver la compagne idéale. Il n’aurait qu’à introduire ses critères et le système lui désignerait alors uniquement les candidates qui lui conviennent. Owen lui fait remarquer que cela existe déjà, sous la forme des sites de rencontres, avant d’ajouter que de toute façon, il n’a pas envie de sortir avec des femmes. Il sort de la salle après avoir demandé à Cristina de le tenir au courant de l’évolution de son essai.

    April et Jackson se chamaillent gentiment au sujet des tâches ménagères. April fait remarquer à son mari qu’il ne faut que quelques secondes pour laver un bol de céréales, ce à quoi il réplique que tout comme elle, il aime que la cuisine soit propre mais que ce n’est pas deux bols sales dans l’évier qui vont tout bouleverser. Tout à coup, April se raidit en invoquant Jésus. Jackson ironise sur le fait que maintenant que Jésus est de la partie, il fera en sorte de laver les bols en rentrant. April lui signale discrètement que Catherine Avery est là et qu’elle n’a pas l’air contente du tout. Mal à l’aise même s’il veut faire croire le contraire, Jackson emmène son épouse à la rencontre de sa mère en assurant que tout se passera bien. April lui demande en marmonnant s’il a prévenu sa mère de leur mariage. Il répond que oui. Elle veut savoir comment Catherine a pris la nouvelle. Jackson fait semblant de ne pas comprendre la question. Le couple se retrouve face à la terrible Catherine qui laisse tomber froidement qu’elle a cru comprendre que les félicitations étaient de mise. Jackson prend April par les épaules et la serre contre lui. Les sourires des jeunes mariés sont embarrassés.

    Miranda examine un patient, Greg, qui se plaint de douleurs abdominales. Elle lui demande depuis combien de temps ça dure. Il répond que ça va et ça vient. Son épouse, Jodi, lâche avec une certaine agressivité que ça dure depuis dix ans, depuis qu’ils sont mariés en fait, parce qu’il n’a jamais voulu consulter un médecin pour ce problème. Greg explique à Miranda qu’il vient juste de contracter l’assurance soins de santé créée par le Président Obama. Il est brocanteur et vend ce qu’il trouve sur les marchés aux puces. Ça ne lui permettait pas d’avoir une couverture sociale régulière. L’échographie révèle à Miranda la présence d’une masse dans l’abdomen. Jodi panique aussitôt à l’idée que ce soit le cancer. Peinant à cacher sa joie, au grand étonnement de Leah, Miranda rassure le couple. Il est vraisemblable que la masse soit bénigne. Ils en sauront plus après un scanner. Pendant que Jodi gronde son mari de ne pas avoir voulu venir l’hôpital plus tôt, les deux chirurgiennes s’éloignent. Leah demande à Miranda ce qu’elle a vu à l’échographie, qui a l’a rendue si joyeuse. Miranda lui dit de se contenter d’amener Greg au scanner et de ne parler de ça à personne, mais vraiment à personne !

    Owen a bipé Derek. Celui-ci arrive dans une salle de réunion où se trouvent, outre Owen, Callie et une inconnue. Le visage fermé, Callie ne répond pas au salut de Derek, elle se contente simplement de hocher vaguement la tête. Derek demande à Owen pourquoi son intervention a été annulée, il était supposé retirer les capteurs sur un patient. Owen répond que c’est justement la raison pour laquelle il l’a fait venir. Il lui précise ensuite que Callie lui a fait part du conflit qui existait entre eux, concernant la propriété intellectuelle des capteurs. Derek est étonné que l’objet de la réunion soit les capteurs. Callie se tourne vers lui et lui dit froidement qu’effectivement, il s’agit de leurs capteurs. Owen calme directement le jeu en argumentant qu’une bonne discussion résoudra certainement le problème. Derek aimerait savoir qui est l’inconnue présente dans la salle. Callie l’informe qu’il s’agit de son avocate.

    Greg est au scanner et Miranda trépigne d’impatience de voir les premières images qui confirmeront peut-être ce qu’elle a cru voir lors de l’échographie. Tout à coup, son visage s’illumine et elle pousse un cri de joie. C’est bien ça ! Leah ne voit pas ce dont elle parle. Pour elle, il ne s’agit que d’une grosse masse. Mais après quelques secondes, elle reste bouche bée tandis que Miranda pousse des petits cris triomphants. Meredith entre dans la salle pour demander quelque chose à Miranda. Celle-ci se tourne vers Leah pour la gronder d’avoir été bavarde. Pendant que Leah proteste de son innocence, Meredith regarde l’écran et découvre à son tour ce qui réjouit tant Miranda. Elle n’en revient pas. Elle dit à Miranda qu’elle veut participer à l’intervention. Miranda refuse, cette intervention, c’est la sienne. C’est la nôtre, rectifie Meredith, admirative. Miranda la prie de biper Richard. Meredith ne comprend pas pourquoi. Miranda lui apprend que c’est l’anniversaire de leur mentor.

    Un autre couple dont l’enfant est candidat à l’essai de Cristina s’apprête à quitter le bureau de Shane, lorsqu’une toute jeune fille, Sheryll, enceinte jusqu’aux yeux, y entre. Elle annonce tout de go qu’elle veut participer à l’essai. Shane veut consulter sa liste mais Sheryll lui dit qu’elle n’y est pas reprise. Quand elle a pris contact, on lui a dit qu’elle ne correspondait pas au profil recherchée. Elle sort un article sur l’essai et lit un des critères exigés, à savoir avoir déjà subi une intervention de remplacement de conduit qui a échoué. Elle est donc la personne qui leur faut. Shane lui fait remarquer que l’essai concerne des jeunes patients âgés de plus de douze mois. Sheryll répond qu’elle est jeune, elle n’a que dix-sept ans. Shane précise qu’ils recherchent des enfants pré-pubères, encore en pleine croissance. Parfait, clame l’adolescente, en ajoutant qu’elle a justement une énorme poussée de croissance. Elle écarte son blouson en jean pour exhiber son ventre. Elle ironise aussi sur le fait que c’est la première fois depuis qu’elle s’est fait mettre enceinte qu’on lui dit qu’elle est trop vieille pour quelque chose. Elle explique ensuite qu’elle doit accoucher dans six semaines. Alors il faut qu’elle ait un cœur qui va survivre.

    C’est avec une humeur maussade que Richard est arrivé dans la salle du scanner. Il ne comprend pas ce qu’il doit voir de si important. Miranda lui dit qu’elle a quelque chose pour son anniversaire. Richard répond qu’il ne veut plus qu’on lui parle de ça. Énervé, il fait remarquer à ses collègues perplexes qu’il y a de bons chirurgiens qui travaillent encore alors qu’ils ont plus de septante ans et lui, il est loin de les avoir. Meredith le prie de se contenter de regarder l’écran qui est devant lui. Il chausse ses lunettes et découvre l’image de la cage thoracique de Greg. Au fur et à mesure que l’on zoome, on aperçoit une série de minuscules os qui semblent n’être rattachés à rien. Richard reconnait immédiatement une petite jambe et une colonne vertébrale. Il comprend qu’il s’agit d’un fœtus in fœtu, à savoir que Greg a absorbé son jumeau. Richard est ravi. Il n’avait jamais vu ça de toute sa carrière. Joyeux anniversaire, lui susurre Miranda.

    Alex a soumis à Jo l’idée du contrat d’amour, proposé par Meredith. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jo trouve cela complètement stupide. Elle se demande où Meredith a pu trouver ce genre de contrat, dans la maison de Barbie de sa fille ? Alex lui jure que ce n’est pas une plaisanterie. Jo lit sans enthousiasme les termes du contrat qui atteste que leur relation romantique et/ou sexuelle est totalement volontaire. Jo persiste à trouver cela bizarre. Elle a l’impression qu’ils vont devoir prêter serment devant les dieux de l’hôpital. Arizona interrompt leur conversation pour informer Alex qu’ils vont pratiquer une intervention dont le but est d’empêcher le contenu de l’estomac de remonter dans l’œsophage. Jo est dépitée de ne pouvoir y participer. Alex lui fait remarquer que si elle accepte de signer le contrat d’amour, elle pourra à nouveau travailler en pédiatrie. Elle refuse.

    Greg vient d’apprendre qu’il avait son frère jumeau à l’intérieur de son corps. Bien que Miranda leur ait présenté ça comme la chose la plus merveilleuse qui pouvait arriver, Jodi trouve dégoutante l’idée que son mari ait avalé son frère. Richard explique au couple qu’en fait, l’embryon de Greg s’est développé autour de celui de son frère jumeau. La nouvelle perturbe Greg qui demande un moment. Jodi panique. Elle aimerait savoir si c’est dangereux et si Greg pourrait en mourir. Miranda la rassure. Dans la plupart des cas, c’est sans danger mais c’est ce qui provoque les douleurs abdominales de Greg, ce qui indique que ça peut amener des problèmes, si ce n’est pas déjà le cas. Il faut donc le retirer et l’intervention a été programmée pour le jour même. Greg s’emporte. Il aimerait bien que l’on cesse de considérer son jumeau comme une chose. Il vient de découvrir qu’il a un frère, il faut lui laisser un peu de temps. Sa femme le regarde avec un air perplexe.

    Sheryll a beau insister, Shane ne peut que lui répéter la même chose. Il aimerait pouvoir l’aider mais les règles sont les règles et il ne peut pas les transgresser. L’adolescente lui signale qu’elle vient de perdre les eaux. Shane ordonne d’une voix forte qu’on lui apporte un fauteuil roulant et qu’on lui réserve une salle d’accouchement. Il demande ensuite à Sheryll s’il peut prévenir ses parents ou le père du bébé. Elle lui apprend qu’elle ne parle plus à ses parents. Quant au père, elle ne sait pas qui c’est, raison pour laquelle ses parents ne lui parlent plus. La seule personne à appeler, c’est le Dr Yang. Il faut lui dire de faire une exception

    Shane s’est laissé convaincre et il a parlé du cas de l’adolescente à Cristina. Celle-ci lui fait remarquer que la patiente est trop vieille. Est-ce qu’il a besoin qu’on lui rappelle quand commence la puberté ? Il réplique qu’il le sait, il a seulement pensé qu’ils pourraient exceptionnellement contourner les règles. Cristina refuse catégoriquement, cela fausserait les résultats de son essai. Comme il veut lui parler de Sheryll, elle l’interrompt. Elle ne veut rien savoir des patients pour ne pas être influencée. Elle ne veut voir que le cœur, un cœur qui a déjà subi une intervention pour corriger le défaut, qui est actuellement en mauvaise santé et qui appartient à un enfant âgé entre un et douze ans, un cœur encore en pleine croissance, ce qui n’est pas le cas de celui de Sheryll. Shane est désappointé mais il n’insiste plus. Il sort de la salle au moment où le téléphone de Cristina sonne.

    C’est Owen. Cristina veut lui parler à nouveau du site de rencontres. Owen n’en revient pas qu’elle l’ait fait biper pour un sujet aussi futile. Il croyait qu’elle voulait lui parler de quelque chose d’urgent. Elle réplique que c’est urgent. Bientôt, elle sera très occupée avec son essai et lui, il a besoin de quelqu’un qui lui fasse des câlins durant les soirées pluvieuses. Tiens, voilà quelque chose qu’il devrait mettre dans son profil. Enervé, il lui raccroche au nez.

    Dans la même pièce, Derek tente de faire comprendre à Callie que ce n’est pas lui qui veut l’empêcher d’utiliser les capteurs. C’est le contrat qu’il a signé qui l’exige. Callie réplique qu’il n’avait pas le droit de signer ce contrat, parce qu’en faisant cela il a pris seul une décision concernant ce qui leur appartenait à tous les deux. Derek ne comprend pas pourquoi elle soulève ce problème maintenant, alors que la veille, ils ont passé la moitié de la journée ensemble. Elle objecte qu’ils étaient avec leurs filles. Derek en profite pour lui signaler qu’ils ont retrouvé une robe de poupée appartenant à Sofia dans les affaires de Zola, celle-ci ayant certainement cru que c’était à elle. Callie ricane. Telle père, telle fille ! Derek est choqué. Owen intervient pour leur dire que les choses sont en train de déraper. Callie le reconnait et présente ses excuses. Ce qu’elle vient de dire n’était pas professionnel. Ce qu’elle aurait dû dire, c’est que Derek a créé les capteurs à sa demande, pour un travail qu’elle avait initié et auquel elle l’a invité à participer. Alors, s’il essaie de l’empêcher de les utiliser, elle intentera une action en justice contre lui. Son avocate la félicite. Derek trouve ça insensé. Selon lui, il n’y a même pas de quoi faire un procès. Owen intervient à nouveau pour dire qu’avant que le litige ne soit porté au tribunal, il veut en parler aux autres membres du Conseil d’Administration. Peut-être qu’ensemble, ils trouveront une solution qui satisfera les deux parties. En attendant, il exige qu’ils laissent cette affaire de côté jusqu’à ce qu’il revienne vers eux. D’accord ? Personne ne lui répond.

    Dans une autre salle de réunion, April et Jackson font face à Catherine Avery. April comprend à quel point celle-ci a dû être choquée en apprenant la nouvelle de leur mariage. Pour elle aussi, ce mariage a été un choc. Alors, elle n’imagine même pas ce que Catherine a dû ressentir. Jackson lui demande d’arrêter de se justifier. De toute façon, sa mère s’en moque. En s’adressant à cette dernière, il lui dit qu’il sait pourquoi elle est là et qu’il aurait pu lui éviter le voyage, parce qu’il a déjà appelé Mike Farris. Catherine réplique qu’il aurait mieux fait d’appeler Mike avait de prendre la parole au mariage d’April. Celle-ci aimerait bien savoir qui est ce Mike. Jackson lui apprend qu’il s’agit de l’avocat de la Fondation Avery. Catherine ajoute qu’il est là pour protéger leurs intérêts financiers. Choquée, April lui demande si elle pense qu’elle a épousé Jackson pour son argent. Catherine répond froidement qu’elle ne sait pas du tout ce qu’April veut. Jackson lui ordonne de se taire. Il ne va pas la laisser remettre en question le caractère de sa femme. Catherine lui demande s’il veut vraiment parler du caractère d’April, une femme qui a abandonné son fiancé devant l’autel en lui brisant le cœur et en l’humiliant devant tous ceux qui l’aimaient. Alors que ça plaise ou non à son fils, elle estime être en droit de se demander de quoi April est capable. Les larmes aux yeux, April répète qu’elle n’est pas intéressée par l’argent des Avery. Magnifique, clame Catherine avant de préciser qu’elle a dit la même chose avant de se marier. Et c’est pourquoi à l’époque, ça ne lui avait posé aucun problème de signer un contrat de mariage. Révolté par le comportement de sa mère, Jackson lui rappelle qu’il a déjà pris les dispositions nécessaires. Il estime que le motif de sa venue est complètement inapproprié. Catherine riposte que ce qui est inapproprié, c’est qu’il se soit fiancé en quinze minutes sur une aire d’autoroute. Heureusement, les contrats de mariage existent pour des cas comme le leur. Elle fait glisser un document devant April. Jackson le repousse vers sa mère en annonçant, malgré les timides protestations d’April, que leur rencontre est terminée. Il sort de la salle. Embarrassée, April le suit.

    Dans le couloir, elle assure son mari que ça ne la dérange aucunement de signer le contrat. Il refuse qu’elle signe quoi que ce soit. Elle ne comprend pas pourquoi, puisque de toute façon, ce n’est pas son argent qu’elle veut, mais lui. Le contrat de mariage que veut lui faire signer Catherine n’aura de valeur qu’en cas de divorce, ce qui n’arrivera pas de toute façon. Alors ça n’a aucune importance. Pour Jackson, ce n’est pas là que réside le problème. Il estime que cette conversation, ils l’auront à deux, quand ils seront prêts, mais pas avec sa mère qui dicte ses conditions. April persiste à penser qu’il a tort de réagir comme cela. Si elle signe le contrat, cela calmera Catherine. Elle fait partie de la famille maintenant, alors signer le contrat lui semble être un beau moyen pour faire la paix. Jackson admire sa femme qu’il estime être meilleure que lui et sa mère. April lui donne raison, elle est meilleure que tout le monde. Ils échangent un petit baiser. April veut retourner auprès de Catherine mais Jackson la retient. Il a envie de faire mariner sa mère encore un petit moment.

    Leah montre sur sa tablette les images du fœtus in fœtu à Stephanie qui crève de jalousie. Leah demande à Eric s’il veut voir les images. Il répond que non, il veut simplement travailler avec l’imprimante 3D. Stephanie réplique qu’elle est là pour que ça n’arrive pas. Leah se moque de sa camarade dont le travail est terriblement inintéressant, par rapport au sien. Intrigué, Eric lui demande de quoi il s’agit. Quand il voit le fœtus in fœtu sur la tablette de Leah, il ne peut cacher son dégoût. Il aurait préféré ne rien voir. Ce n’est pas le cas de Stephanie qui enrage de devoir se contenter d’images sur un écran. Eric lui fait remarquer qu’il est capable de lire sans qu’on le surveille, et ce depuis des années. Cependant, Stephanie constate qu’il ne lit pas les études mais qu’il observe les dessins qu’il a faits avant de venir. Leah reprend sa tablette et s’en va. Stephanie prête un peu plus attention aux dessins d’Eric et lui demande de les lui expliquer. Il sourit de satisfaction.

    Leah est dans la chambre de Greg. Elle lui refait passer une échographie tandis que Richard explique à quatre internes ce qui apparait sur l’écran. Il compare le fœtus in fœtu à la Comète de Halley. Ils ne verront cela qu’une seule fois dans toute leur carrière. Il s’interrompt à l’arrivée d’Owen et lui demande en quoi il peut l’aider. Owen répond qu’il est juste venu pour voir le fœtus in fœtu. Richard lui fait remarquer qu’l y a une file d’attente à l’extérieur de la chambre. Owen croit d’abord que Richard plaisante. Mais Richard est très sérieux. Ces jeunes internes ont soif d’apprendre. Alors Owen va devoir faire la queue comme tout le monde. L’intéressé obéit sous le regard hilare des internes, tandis que Richard reprend son exposé, notant que le fœtus in fœtu se développe en se nourrissant grâce à l’artère rénale. Sur l’écran du moniteur, apparait le visage du fœtus que Richard compare à Mona Lisa. Il commence à expliquer comment il va procéder pour l’enlever lorsque Greg l’interrompt. Il est hors de question qu’on retire son frère. Jodi n’en revient pas. Greg se justifie par le fait que Richard vient de dire que son jumeau était une découverte incroyablement rare. Richard lui dit que ce n’est pas une raison de ne pas l’enlever. Greg l’accuse de vouloir détruire la Joconde. Hors de question ! Il ne signera pas l’autorisation d’opérer.

    Meredith déjeune à la cafétéria avec Cristina à qui elle se plaint de la médiocrité de sa vie professionnelle. Cristina répare les cœurs, Derek cartographie le cerveau et elle… Elle va pratiquer la meilleure intervention qui soit, répond Cristina qui vient de découvrir le fœtus in fœtu sur la tablette de son amie. Alex s’assied à leur table. Cristina lui montre l’écran de la tablette. Alex objecte que logiquement il devrait s’occuper du fœtus, car c’est un cas de pédiatrie. Meredith lui dit de ne pas s’en mêler, ce cas est la raison pour laquelle elle vit. Cristina se moque d’elle, l’accusant d’être grincheuse parce qu’il y a un rat dans son laboratoire. Meredith explique à ses amis que confier son imprimante à Eric lui donne l’impression de confier ses enfants à une baby-sitter. On recommande à ces derniers de coucher les gosses à 19h mais on ne sait pas s’ils le font. Peut-être qu’ils vont vider les bouteilles de tequila, s’évanouir et laisser le gaz allumé avec pour résultat la maison qui explose, tuant tout le monde. Cristina lui montre la photo d’une femme sur l’écran de son téléphone portable et lui demande ce qu’elle en pense. Elle, elle la trouve sexy. Meredith est étonnée. Est-ce que Cristina a renoncé aux hommes ? Alex sourit. Cristina explique à son amie qu’elle veut trouver une compagne à Owen et que pour cela, elle a visité un site de rencontre où il y a des tas de femmes comme celle-là. Elle trouve qu’Owen devrait s’inscrire sur ce genre de sites. Meredith lui donne raison, plus pour avoir la paix que par réelle conviction. Alex ne comprend pas pour quelle raison Cristina ne veut plus coucher avec son ex-mari. Au moins, eux, ils n’auront pas d’ennuis pour ça. Il signale à Meredith que Jo ne veut pas signer le contrat d’amour, il ne sait trop pour quelle raison, sans doute, parce que ce contrat est stupide. Il savait que c’était une erreur. Meredith ne comprend pas les raisons du refus de Jo. Elle estime qu’Alex doit insister, en argumentant que ce n’est qu’un stupide document. Alex lui fait remarquer que si jamais Jo le quitte, il la tiendra pour responsable. Il a à peine quitté la table que Callie et Arizona viennent s’y installer. Callie ne perd pas de temps pour dire à Meredith qu’elle déteste Derek. Arizona lui fait remarquer qu’Owen lui a demandé de ne pas évoquer l’affaire. Callie réplique qu’elle se parle à elle-même. Faisant semblant d’avoir une conversation avec elle-même, elle répète qu’elle déteste Derek, parce que c’est un enfoiré de voleur arrogant. Meredith tique mais choisit de rester silencieuse. Cristina montre son écran de téléphone à Callie et Arizona et leur demande si elles trouvent que la femme qui est en photo est sexy. Très sexy, répond Arizona, trop heureuse de changer de sujet. Callie quitte la table après lui avoir dit qu’elle la détestait. Meredith est bipée.

    Elle retrouve Miranda et Leah devant le planning des interventions, sur lequel Richard est en train d’effacer l’opération qu’il devait pratiquer sur Greg. Elle demande ce qui se passe. Miranda lui apprend que Richard s’est laissé convaincre par le patient de ne pas l’opérer, tout ça parce que Greg ne supporte pas d’être séparé de son petit frère qu’il aime. Meredith est interloquée. Richard leur explique que les mots qu’il a employés pour décrire la rareté du cas de Greg aux internes ont en quelque sorte ensorcelé le patient. Meredith propose immédiatement de trouver un moyen de récupérer Greg. Miranda suggère qu’on lui dise que conserver son frère va affecter sa pression sanguine, ou que son jumeau peut exploser. Leah penche plutôt pour la version du jumeau qui est un démon. Richard leur demande de se taire. Il sait qu’il a tout gâché mais il va arranger ça. Il promet d’aller discuter avec Greg, même s’il ne sait pas encore ce qu’il va lui dire. Meredith décide de l’accompagner. Richard enrage. C’est le pire anniversaire qu’il ait jamais eu.

    Entre deux contractions, Sheryll demande à Shane s’il a pu parler d’elle au Dr Yang. Shane prétend qu’il n’en a pas eu l’occasion, parce que Cristina était trop occupée. Sheryll comprend qu’il ment et qu’en fait Cristina a refusé de la prendre dans son essai. Elle retient Shane au moment où il va sortir de la chambre pour lui dire que les médecins lui ont annoncé qu’elle allait mourir à quinze ans. Alors, elle a abandonné ses études, elle a fait du stop et a couché avec un inconnu. Elle a ce bébé parce qu’elle pensait qu’elle allait mourir mais maintenant que le bébé va naitre, elle veut vivre pour avoir la chance d’être sa mère. Elle supplie Shane de faire venir Cristina pour qu’elle puisse lui parler.

    Alex retrouve Jo dans la chambre d’une patiente âgée qui est dans le coma Il lui demande ce qu’elle est en train de faire. Elle lui répond qu’elle s’occupe des patients de Richard qui sont en post-op’. Elle ajoute avec amertume qu’elle a hérité de ce travail parce que Richard s’occupe du fœtus in fœtu. Alex saute sur l’occasion pour lui dire que si elle acceptait de signer le contrat d’amour, elle pourrait l’assister sur l’opération pédiatrique qu’il va bientôt faire. Elle refuse encore une fois. Il reconnait que lui aussi a trouvé ça stupide, quand Meredith lui en a parlé, et il savait que Jo penserait la même chose. Mais au fond, ce n’est qu’un stupide bout de papier. Jo n’est pas d’accord avec lui. Ce contrat est un document légal. De par son expérience, elle sait que signer ce genre de document, c’est comme signer son arrêt de mort. On signe les papiers du mariage et l’amour s’en va. Deux jours plus tôt, la patiente dont elle s’occupe a signé le document interdisant qu’on la réanime et après, elle est tombée dans le coma. Arizona vient prévenir Alex qu’ils ont bientôt pouvoir aller au bloc. Remuant le couteau dans la plaie, Alex insiste sur le fait qu’ils vont pratiquer une intervention super sympa et plutôt rare dans les programmes de pédiatrie. Après avoir défié Jo du regard, il part en emportant son contrat d’amour.

    Derek retrouve Callie qui boude dans leur laboratoire. En le voyant entrer, elle le prévient immédiatement qu’elle ne veut pas lui parler. Il réplique qu’alors, elle n’a qu’à l’écouter. Il pense que si elle comprenait vraiment le but du projet de cartographie cérébrale, elle accepterait de partager sa technologie. Le verbe "partager" fait réagir Callie. Selon elle, il n’y a rien à partager puisque Derek a volé les capteurs. Réussissant à garder son calme, Derek commence à faire un croquis sur un tableau blanc, pour expliquer à sa camarade que le cerveau a plus de cellules qu’il n’y a d’humains sur terre. Le but de son projet est de comprendre comment les neurones agissent entre eux. Callie le prie d’arrêter de la traiter avec condescendance en lui disant que le projet qu’il mène est plus important que le sien. Derek réplique qu’il veut simplement dire que son projet nourrit celui de Callie. Il va révolutionner leur compréhension de l’être humain. Calie lui rappelle encore une fois qu’ils n’auraient jamais eu les capteurs si elle n’avait pas eu son essai. Elle le traite d’égoïste. Derek le prend mal. Elle lui ôte le marqueur des mains et dessine sur le tableau un petit rond noir censé représenter Derek et à partir de ce point, elle ajoute des lignes vers l’extérieur, comme un faisceau. Derek lui demande si cela veut dire qu’il est un astérisque. Non, cela veut dire qu’il se prend pour le centre de l’univers. Elle regarde son dessin plus attentivement et déclare que ça ressemble aussi à un trou du cul. Dans les deux cas, ça convient à Derek. Elle s’en va.

    Shane a amené Cristina dans la chambre de Sheryll. L’adolescente est ravie. Si elle pouvait, elle prendrait la chirurgienne dans ses bras. Cristina répond en souriant qu’elle peut attendre. Sheryll lui explique alors que son médecin a voulu la mettre sur la liste des transplantations mais qu’elle a refusé après avoir entendu parler de l’opération que Cristina a réalisée sur Nathan. Cristina comprend alors que Shane l’a piégée. Sheryll ajoute qu’elle sait que l’essai ne concerne que les jeunes enfants Une contraction plus forte que les autres l’empêche de continuer à parler. Pour ne pas froisser l’adolescente, Cristina prend son stéthoscope pour écouter les battements du cœur. Sheryll la remercie chaleureusement. Après seulement quelques secondes, Cristina annonce qu’elle entend effectivement un léger murmure mais qu’à part ça, tout va bien. Elle promet que l’obstétricien la préviendra à la moindre complication. Elle s’en va après avoir souhaité bonne chance à la jeune fille et demandé à Shane de la suivre. Une fois sorti de la chambre, le jeune homme lui présente ses excuses. Il voulait simplement donner à Sheryll une chance de pouvoir plaider sa cause. Cristina réplique que c’était déplacé, étant donné qu’elle avait déjà dit non. Elle répète que l’adolescente ne répond pas aux critères définis. Bien sûr, elle sait que c’est difficile de dire non, parce qu’il s’agit d’enfants qui sont en train de mourir. Ils ont tous une histoire, une vie, une famille. Shane riposte que ce n’est pas le cas de Sheryll puisqu’elle ne parle plus à ses parents. Cristina lui intime l’ordre de se taire. Elle lui reproche d’être trop impliqué émotionnellement et de donner de faux espoirs à sa patiente. Il doit simplement faire son travail.

    Greg demande à Richard s’il lui a apporté la décharge qu’il doit signer pour quitter l’hôpital. Richard répond que non. Il pense que Greg devrait reconsidérer sa réponse. Greg lui rappelle ce qu’il a dit, à savoir que son cas était exceptionnel. Son jumeau lui appartient. De nos jours, les gens jettent n’importe quoi, ils ne connaissent plus la valeur des choses. Lui, son métier, c’est de trouver des trésors dans les poubelles. Il n’a pas eu besoin de faire un vive-grenier pour trouver ce trésor là. Il était en lui. Sa femme lui fait remarquer qu’il ne s’agit que d’un petit amas d’os et de dents. Ce n’est pas une boite remplie de cassettes vidéo. Greg ne veut plus en parler. Meredith intervient pour dire que ce n’est pas parce que c’est rare, que ça a de la valeur. Richard qui a suivi toute la conversation avec attention, décrète qu’il est du côté de Greg. Il donne raison à ce dernier quand il dit que les gens jettent tout trop facilement. On rejette même les gens sur un simple claquement de doigts. Quand on en a fini avec eux, on les jette à la poubelle. Il est hors de question qu’il fasse cela à Greg. Meredith et Jodi le conjurent de se taire. Mais Richard n’en a cure. Il propose à Greg de retirer son jumeau mais plutôt que de le jeter à la poubelle, il le mettra dans un bocal que Greg pourra ramener chez lui. Ce sera beaucoup mieux sur une étagère que dans son ventre. En plus, il n’aura plus aucune douleur. L’offre séduit Greg qui demande à son médecin s’il peut vraiment faire ça. Richard prétend qu’il le fait très souvent.

    Callie et Derek sont à nouveau en train de discuter de leur litige. Callie insiste sur le fait que son projet est aussi important que celui de Derek. Lui, il lui parle de neurones microscopiques. Elle, elle parle de rendre aux gens la capacité de marcher. Et surtout, il n’aurait jamais créé les capteurs si elle n’avait pas fait ses recherches. Il a créé les capteurs pour répondre à une question qu’elle lui a posée. Enervé, Derek crie que les capteurs sont à lui, puisqu’ils sont la réponse qu’il a faite à la question qui lui a été posée. Il lui demande de ne pas s’opposer à lui, elle ne sait pas à quoi elle s’expose. Callie réplique que ce n’est pas parce qu’il est soutenu par les avocats du gouvernement qu’elle va se laisser l’intimider. Il hausse encore le ton pour lui dire qu’elle n’a pas de revendication à faire. Il ajoute plus calmement que les capteurs sont à lui parce que c’est son nom qui apparait sur les brevets. Elle doit accepter cette idée dès maintenant ou bien, on le lui dira au tribunal. S’il a un bon conseil à lui donner en tant qu’ami, c’est d’épargner son temps et son argent. Il l’assure ensuite qu’il est désolé et qu’il se sent terriblement coupable. La voix étranglée par l’émotion, elle lui dit que s’il se sent aussi coupable, c’est parce qu’il sait qu’il agit mal. Il n’a pas l’habitude de se justifier auprès des gens et maintenant qu’il a reçu un appel du président en personne, il n’ose pas lui dire non, même s’il sait que c’est mal. Elle sait qu’il est un homme bien et que c’est pour ça qu’il se sent mal. Il sait qu’il devrait dire non. Derek est ébranlé par ce qu’elle vient de lui dire.

    Cristina a informé Owen qu’elle avait déjà sélectionné sept patients pour son essai. Il la félicite pour sa rapidité. Elle répond qu’elle sait ce qu’elle veut. Elle lui demande ensuite s’il s’est déjà occupé de son profil pour le site de rencontres. Un peu agacé, il lui explique qu’il n’en a pas eu le temps parce qu’il a passé une partie de la journée à essayer d’arranger les choses entre Callie et Derek. Elle lui propose de le faire pour lui. Pour ce faire, elle a besoin qu’il se décrive. Owen refuse. Elle le fait donc à sa place. Elle commence à rédiger l’annonce. "Têtu, intelligent, sportif, professionnel très occupé qui recherche…" Elle demande à son ex mari ce qu’il recherche. Rien du tout, répond-t-il, excédé. Cristina continue donc l’annonce à sa façon, "qui recherche une personne qui soit passionnée par son travail". Sur son insistance, Owen accepte de jouer le jeu. Il déclare qu’il recherche c une personne qui se moque de cuisiner ou de sortir du lit un jour de congé, une personne qui dort si paisiblement qu’il doit vérifier son pouls de temps en temps pour s’assurer qu’elle vit encore - Cristina comprend qu’il parle d’elle et cesse de taper ce qu’il lui dit - une personne qui a souffert et qui comprend la souffrance. Cristina lui suggère d’être plus optimiste. Il ne l’écoute pas et ajoute que cette personne comprend si bien la souffrance qu’il n’a même pas besoin de lui parler. Il suffit qu’elle le regarde et elle sait qui il est, ce qu’il ressent, et elle l’accepte. Elle n’essaie pas de le changer. Voilà la personne qu’il veut. Il y a des milliards de gens dehors mais il suppose qu’il n’y en a qu’une femme comme elle. Il sort de la pièce, laissant Cristina complètement bouleversée.

    April et Jackson reviennent dans la salle de réunion où se trouve Catherine. April lui annonce qu’elle sera heureuse de signer le contrat de mariage. Catherine s’en réjouit. April signale qu’elle n’a pas de stylo pour signer. Jackson lui apprend qu’elle ne doit pas signer le contrat immédiatement mais qu’elle doit d’abord le faire vérifier par son avocat, lequel prendra alors contact avec leur avocat. Un peu surprise, April promet de consulter un avocat. Catherine met alors sur la table le sujet des enfants. Est-ce qu’ils en veulent ? Ils répondent tous les deux par l’affirmative, ce qui semble surprendre April. Catherine aimerait savoir dans quelle religion ils seront élevés. April va répondre mais Jackson la devance, ils ne le savent pas encore parce qu’ils n’ont pas encore parlé de la religion qu’ils inculqueront à leurs enfants encore très théoriques. Catherine estime que c’est une conversation qu’il devrait avoir rapidement avec son épouse. Elle explique à cette dernière que tous les enfants Avery deviennent membres du conseil de la Fondation, laquelle contrôle 480 millions de dollars de fonds de bienfaisances consacrés au progrès de la médecine à travers des œuvres. Le montant fait écarquiller les yeux d’April. Elle est encore plus surprise lorsque Catherine lui apprend que ses enfants commenceront à assister aux réunions du Conseil dès qu’ils auront atteint l’âge de quinze ans, pour apprendre le métier, comme Jackson l’a fait. Quand ils auront dix-huit as, ils auront le droit de voter à ce conseil. Elle sait qu’April est une chrétienne évangélique, ce qui implique sans doute qu’elle est opposée à l’avortement. April le confirme. Catherine aimerait savoir si elle enseignera à ses enfants que les personnes qui sont pour l’avortement, comme leur père, comme leur grand-mère, finiront en enfer. April est scandalisée. Elle assure qu’elle ne pense pas que les gens doivent aller en enfer. C’est tellement plus compliqué que ça. Mais Catherine ne la laisse pas parler. Est-ce que les enfants d’April cesseront de soutenir les institutions qui pratiquent l’avortement ou qui informent les femmes sur l’avortement, comme le fait cet hôpital ? Voteront-ils pour l’arrêt des recherches sur les cellules souches ? Elle sait que bien sûr, Jackson et sa femme aimeraient croire que le problème, c’est elle, la belle-mère inquisitrice qui n’a pas pu conduire son fils à l’autel, mais le fait est qu’elle a bâti une énorme institution avec son sang et sa sueur et qu’un jour, ils en hériteront, et après eux, leurs enfants. Elle se lève en criant qu’elle a l’impression qu’ils n’ont jamais pensé une seule seconde à ce que cela pouvait signifier.

    Richard et son équipe ont enfin déniché le fœtus in fœtu. Pendant que tout le monde s’extasie, Stephanie tente de convaincre Meredith de laisser Eric travailler avec l’imprimante. C’est pour ça qu’il a été engagé et tant qu’il ne pourra pas faire ce qu’il veut, elle, elle ne pourra pas assister à, cette opération super intéressante. Peu sensible à l’argument, Meredith réitère son refus. Richard n’a rien perdu de la conversation. Une fois que Stephanie a quitté la salle, Meredith se concentre à, nouveau sur le fœtus, lequel a trois doigts, un poumon, une dent et une colonne vertébrale. Miranda s’extasie sur le fait que toutes les vertèbres sont là. L’assistance pousse des cris d’admiration. Leah aimerait savoir ce que Richard a dit pour convaincre le patient de se faire opérer. Meredith répond que Richard a promis à Greg qu’il pourrait emporter les restes de son frère. Miranda a du mal à y croire. Richard le confirme. Il estime que Greg a raison. Ce fœtus in fœtu fait partie de lui. En s’adressant plus particulièrement à Meredith, il ajoute que Greg doit avoir la possibilité de le prendre avec lui et de le partager, parce que c’est d’un grand intérêt médical. Ça a de la valeur, alors il ne faut pas le garder pour soi, ni dans un sous-sol, ni le laisser pourrir quelque part. On le partage, on laisse les gens en bénéficier parce qu’en faisant cela, on peut changer l’avenir de la médecine.

    La diatribe de Catherine a mis Jackson en colère. Il lui crie que c’est la dernière fois qu’il va lui dire que sa relation avec April n’est pas récente et que leur décision n’a pas été prise à la hâte. Il pense que la réaction de sa mère est motivée par le fait qu’elle n’a pas eu son mot à dire sur leur mariage. Catherine réplique que c’est parce qu’il n’a pas daigné l’y impliquer, comme pour tout ce qu’il a fait dans sa vie. Jackson hurle qu’il n’a pas besoin de l’impliquer parce qu’elle s’implique toute seule, comme toujours. April leur crie de cesser de se disputer. Catherine l’ignore mais April lui tient tête et obtient qu’elle se taise. Elle lui dit alors qu’elle a raison, qu’il y a effectivement beaucoup de choses dont ils n’ont pas encore parlé, mais ils le feront, rien qu’à deux. Elle est choquée que Catherine puisse penser que sa foi va la pousser à juger les autres. Elle n’est pas comme ça. Elle est d’accord pour en parler un jour avec elle, mais en attendant, si c’est le sujet des enfants qui pose problème, si Catherine craint qu’un jour leurs enfants ne soient pas d’accord avec elle, si ça la contrarie tant que ça, elle n’a qu’à restructurer le Conseil d’administration. April ne sait pas si c’est possible parce qu’elle ignore comment cela fonctionne. C’est évident, persifle Catherine. April l’ignore. Elle ajoute qu’ils réfléchiront au problème le jour où il se posera. Elle admet ensuite qu’elle et Jackson ont effectivement été irresponsables mais leur excuse, c’est l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et le fait qu’ils veulent être ensemble jusqu’à la fin de leurs jours. Elle veut présenter ses excuses à Catherine mais Jackson ne veut pas la laisser faire. Elle insiste parce qu’ils se sont mariés et tout ce que Catherine a eu, c’est un appel téléphonique une fois que c’était fini. Elle sait que si ses enfants lui font un jour le même coup, elle les tuera à mains nues. En se mariant, ils ont créé le désordre. Ils ont blessé Matthew et Stephanie, et aussi Catherine. April en tellement désolée qu’elle va passer les prochaines années à essayer de se racheter auprès d’elle. Elle invite ensuite Jackson à présenter des excuses à sa mère. Emu par le discours de sa femme, Jackson obtempère. Il s’approche de sa mère et lui demande de se lever. Elle le fait en prenant un air détaché mais elle craque après quelques secondes. A quoi a-t-il pensé en se mariant de cette façon ? Il répond qu’il l’a fait parce qu’il aime April. Elle est faite pour lui. Émue, sa mère lui dit que s’il s’était marié normalement, il aurait pu avoir le couple de mariés en porcelaine de Limoges qui étaient au sommet du gâteau de mariage de sa grand-mère.. Elle se serre contre lui en pleurnichant mais elle lui donne une petite claque sur la joue quand il lui dit sur un ton légèrement moqueur, que ces personnages en porcelaine sont sûrement adorables. April regarde la scène avec un air attendri.

    Shane entre dans la salle où Sheryll est en plein accouchement. Mais l’adolescente est à bout de forces et elle ne se sent plus capable de pousser. Elle réclame se mère, prétendant ne pas pouvoir mettre son enfant au monde si sa mère n’est pas là. Une infirmière signale que la tension du bébé est en train de monter et qu’il va falloir procéder à une césarienne. Shane promet à l’adolescente d’appeler sa mère mais en attendant, il va falloir qu’elle se débrouille toute seule. Il est sûr qu’elle peut y arriver. Galvanisée par les mots du chirurgien, Sheryll pousse une dernière fois et expulse son bébé.

    Derek appelle Lloyd via son ordinateur. Lloyd lui signale qu’il n’arrive toujours pas à le voir sur son écran. Derek assure qu’ils font tout leur possible pour remédier à ce problème avant d’annoncer qu’il est en compagnie de Callie, avec laquelle il a mis les capteurs au point. Callie salue Lloyd en lui faisant un signe de la main. Derek lui rappelle que ce dernier ne peut pas les voir. Callie se renfrogne. Derek informe Lloyd que la propriété intellectuelle des capteurs lui pose problème. Le travail qu’il a réalisé avec Callie a besoin de ces capteurs pour se poursuivre. Lloyd l’interrompt pour lui signaler qu’il est compagnie de plusieurs représentants émérites du NIH et de la Maison Blanche. Callie est très impressionnée et elle réalise que la partie est loin d’être jouée. Derek prend un post-it sur lequel il écrit le mot "tyrans" qu’il a barré, pour faire comprendre à sa camarade qu’ils ne se laisseront pas faire. Il se déclare ensuite très heureux que toutes ces personnes soient présentes parce que ce qu’il a à dire les concerne tous. Il estime que la cartographie du cerveau ressemble à un cerveau. Ce projet dépend des connexions qui existent entre l’innovation et l’inspiration des scientifiques, comme Callie et des millions d’autres personnes. Il pense qu’appliquer une politique qui contrecarre l’innovation, c’est tout arrêter avant même de commencer. Il trouve que cette approche est mauvaise et ça le dérange. IL ajoute qu’évidemment, Callie et lui sont d’accord pour partager les capteurs avec eux mais seulement s’ils peuvent poursuivre leur travail. Lloyd lui rappelle que les termes du contrat qu’il a signé sont très clairs à ce sujet. Ils doivent avoir l’exclusivité des capteurs sinon, il ne fera plus partie du projet. Derek réplique que dans ce cas, il n’en fera pas partie. Callie est abasourdie. Il est évident qu’elle ne s’attendait pas à cela de la part de Derek. Lloyd croit avoir un argument de taille en invoquant l’implication du Président mais Derek lui coupe la parole pour l’inviter à répéter ses propos au Président ou mieux encore, de lui passer ce dernier au téléphone afin qu’il puisse lui faire part personnellement de sa décision. Si la politique actuelle ne change pas, il s’en ira. Lloyd commence à s’énerver. S’ils n’arrivent pas à trouver un accord… Tout à coup, il se tait et regarde les gens qui l’entourent avant de laisser tomber qu’ils vont devoir trouver un moyen de partager les capteurs. Derek et Callie comprennent qu’ils viennent de gagner la partie. Ils se prennent dans les bras l’un de l’autre tandis que Lloyd prie Derek de lui envoyer les plans de ses capteurs. Il ajoute ensuite qu’évidemment, Callie va pouvoir continuer ses recherches. Aux anges, Derek remercie Lloyd pour sa coopération tandis que Callie exécute une petite danse pour célébrer leur victoire. Derek a à peine mis fin à la conversation qu’elle pousse un cri de triomphe.

    Les médecins entrent dans la chambre de Greg pour l’informer que son opération s’est bien passée. Mais Greg s’en moque, ce qu’il veut savoir, c’est si Richard a tenu sa promesse. Leah ouvre alors un bocal et en montre le contenu au patient. Celui-ci pousse un cri d’horreur. Il remercie Richard de lui avoir retiré cette chose horrible et supplie Leah d’emmener celle-ci loin de lui. Les chirurgiens quittent la chambre en riant sous cape. Miranda demande à Richard s’il veut qu’elle le débarrasse du fœtus in fœtu. Il refuse, après tout, c’est son cadeau d’anniversaire. Il lui demande ensuite s’il la revoit dans environ une demi-heure, sous-entendu pour la fête d’anniversaire qu’elle lui a organisée. Miranda est embarrassée. Si elle avait su qu’il avait envie d’une fête, elle en aurait organisé une. Pour compenser, elle lui propose de venir diner avec elle et son mari. Richard la rassure, il ne faisait que plaisanter.

    Meredith surprend Stephanie et Eric en train de travailler avec son imprimante. Elle gronde Stephanie qu’elle accuse d’avoir failli à la seule tâche qu’elle lui avait donnée. Stephanie répond qu’ils ne faisaient que regarder les modèles qu’Eric a créés. Le jeune homme suppose qu’il va se faire virer. Meredith, qui l’appelle Gary et qui se moque bien de s’être trompée de prénom, lui explique qu’elle a repris le projet de sa mère. C’est donc un peu comme un héritage familial. Cet essai, c’est son bébé et elle a échoué. Elle ne le supporte pas parce que les autres bébés soient en train de se développer. Ils prospèrent, ils sauvent des vies, ils reçoivent des appels du Président des Etats-Unis. Le sien, par contre, est dans la cave. Il faut changer ça. Stephanie et Eric notent qu’elle les implique dans son projet, ce qu’ils interprètent comme un bon signe. Elle invite à Eric à s’asseoir afin qu’elle puisse lui expliquer ce qui n’a pas marché dans sa première tentative.

    Sheryll a mis une petite fille au monde. En pleurant, elle demande à Shane si celle-ci va devoir grandir sans sa mère. Il l’assure qu’elle a d’autres options que l’essai de Cristina. Il y a la greffe et peut-être que la prochaine partie de l’essai sera plus large. Sheryll ne veut pas attendre la prochaine partie, elle veut être dans celle-ci. Shane lui répète qu’elle ne répond pas aux critères de sélection. Il lui conseille ensuite d’appeler sa mère, il est certain que celle-ci s’inquiète pour elle.

    Catherine et Richard arrivent main dans la main devant un restaurant. Catherine lui confie à quel point elle est fière de son fils qui a eu le courage de se lever devant tout le monde pour déclarer son amour. Ça fait un peu peur. Evidemment, elle ne le dira jamais à Jackson. Richard se contente de répondre par un borborygme. Elle lui demande ce qui le préoccupe. Il n’a pas dit un mot durant le trajet. Est-ce qu’il est triste parce que personne n’a fêté son anniversaire ? Il lui fait remarquer qu’il n’est plus un enfant avant de lui avouer qu’Owen le pousse à prendre sa retraite. Catherine espère qu’il a envoyé Owen se faire voir mais le silence de Richard lui apprend qu’il n’en est rien. Elle le gourmande. Elle ne veut pas qu’il adopte un mode de vie plus calme que le sien. Elle, elle est prête à commencer la deuxième partie de sa vie et elle espère qu’il le fera avec elle. S’il n’est pas prêt, il ferait mieux de s’effacer. Il la prend dans ses bras et l’embrasse. Elle lui dit ensuite de sourire et de faire semblant d’être surpris. Il ne comprend pas ce qu’elle veut dire. Ils entrent dans le restaurant et sont accueillis par le personnel de l’hôpital qui souhaite un joyeux anniversaire à Richard. Il est plus que touché. Il reproche ensuite gentiment à Miranda de lui avoir menti en le regardant droit dans les yeux. Elle réplique que ça ne compte pas parce qu’il a été stupide. Tout le monde s’esclaffe. Derek arrive à son tour et après avoir souhaité un joyeux anniversaire à Richard, rejoint sa femme. Celle-lui confie qu’elle a appris que le Conseil d’Administration allait devoir se réunir pour régler le problème entre lui et Callie. Celle-ci arrive et Derek lui demande si elle a envie d’un verre. Comprenant qu’ils ne sont plus fâchés, Arizona et Meredith aimeraient savoir ce qui s’est passé. Callie répond en riant qu’ils ont renversé le gouvernement. Arizona ne comprend pas ce que cela veut dire.

    Cristina retrouve Shane au comptoir et lui demande comment il va. Il répond qu’il ira mieux après avoir bu un verre. Il va retrouver ses camarades. Cristina aperçoit Owen à l’autre bout du comptoir et lui lance que les femmes l’aiment. La preuve, c’est qu’il a reçu plus de vingt réponses sur son profil. Elle a fait un tri et a gardé dix candidatures. Il devrait les examiner et en choisir trois pour aller prendre un café. Elle lui tend son téléphone portable afin qu’il puisse regarder les dix personnes qu’elle a retenues. Il fait défiler les images rapidement, sans y accorder vraiment d’attention, avant de lui dire qu’il doit discuter avec Richard mais qu’ensuite, ils partiront ensemble. Elle peut l’attendre ou bien rentrer chez elle où il la rejoindra. Ils se sourient.

    Jo est assise au comptoir. Alex arrive derrière elle et l’embrasse dans le cou. Il lui fait remarquer qu’il pourrait avoir des ennuis pour ça. Il dépose le contrat d’amour devant elle en lui expliquant que cela ne représente en aucune façon une promesse. La seule chose qu’il peut lui promettre, c’est qu’elle ne peut pas compter sur lui, parce qu’il y a des choses qui arrivent dans la vie des gens, comme un incendie, un accident de voiture, une maladie. L’un d’entre eux pourrait mourir demain. Ce contrat ne représente rien d’autre que la permission de s’embrasser quand ils le veulent. Il en assez de se cacher. Il veut pouvoir l’embrasser quand il en a envie. Jo s’empare du stylo et signe le contrat avant d’embrasser Alex.

    April avoue à Jackson qu’elle sait quelle éducation religieuse elle veut donner à ses enfants, elle l’a toujours su. C’est important pour elle qu’ils soient chrétiens. Elle pensait qu’il le savait. Il trouve bizarre de penser que ses enfants n’auront pas les mêmes croyances que lui. Elle lui fait remarquer qu’elle, elle trouve bizarre que des enfants de quinze ans assistent aux réunions d’un conseil d’administration. Elle avait imaginé que ses enfants feraient partie d’un club 4-H (mouvement de jeunesse administré par le ministère de l'agriculture américain). Jackson lui demande avec un petit sourire moqueur si elle veut que leurs enfants apprennent à élever des cochons. Elle répond que oui, des cochons ou bien des vaches. Elle trouve important qu’ils soient à l’aise avec le bétail. Jackson ne voit pas pourquoi. Lui, il a imaginé que ses enfants feraient de l’équitation au pensionnat. April est choquée qu’il veuille mettre leurs enfants dans un pensionnat. Ils réalisent qu’ils ont des opinions très différentes sur la question.

    Owen s’installe à la table de Richard. Il lui rappelle ce qu’il lui a dit le matin même, à savoir qu’il voulait revoir son planning des interventions chirurgicales. Richard est choqué qu’il aborde le sujet durant sa fête d’anniversaire. Mais puisqu’il insiste ! Il lui annonce alors qu’il refuse absolument de prendre sa retraite. Evidemment, on peut l’y obliger mais… Owen lui coupe la parole pour lui apprendre qu’il a l’intention de le nommer directeur du programme d’internat, ce qui lui donnera la responsabilité de prendre toutes les décisions concernant le programme d’enseignement de l’hôpital. Owen ajoute qu’il pourrait s’en charger lui-même, il est même plutôt un bon professeur mais Richard a quelque chose en plus, sa personnalité. Il lui demande d’y réfléchir.

    Leah tape un couvert contre son verre pour attirer l’attention des autres convives. Elle veut porter un toast au Dr Webber. Jo aussi. Pendant que les filles se disputent l’honneur de commencer, Shane en profite pour dire qu’il ne serait pas là sans Richard. Il le remercie avant de lui souhaiter une fois encore un bon anniversaire. Tout le monde l’imite. Richard se lève pour les remercier. Il est ému. Quand il se rassied, il annonce à Owen qu’il va réfléchir à sa proposition. Catherine éclate de rire.


    Voix off : La transition est un mouvement d'une partie d'une vie à une toute nouvelle. Et ça peut ressembler à un tunnel long et effrayant Mais vous devez sortir de l'autre côté car ce qui vous attend pourrait être glorieux.


  • Commentaires

    1
    ZABOU
    Dimanche 23 Mars 2014 à 21:44

    bonsoir, quelles sont les croyances de Jackson?

    2
    Lundi 24 Mars 2014 à 17:27

    Ce n'est pas précisé dans l'épisode mais on sent qu'il n'est pas concerné par la religion

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :