• Episode 10.18 : You Be Illin

    Photobucket

    Titre français : Contagion

    Scénariste : Zoanne Clack

    Réalisateur : Nicole Rubio

    Diffusion Etats-Unis : 3 avril 2014 sur ABC

    Diffusion France : 20 mai 2015 sur TF1

     

    Voix off : La personne ordinaire touche son visage environ dix-huit fois toutes les heures pendant qu’elle est éveillée. Ça vous rend susceptible d’être infecté environ cent fois par jour. L’infection a une fâcheuse tendance à profiter de nos comportements quotidiens. Elle se propage quand nous touchons des portes, des bureaux, des boutons d'ascenseur, des stylos, quand nous partageons des tasses. Même l'argent. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’essayer de faire de notre mieux pour empêcher l’infection de se propager. Car une fois qu'elle est là, l'infection remporte la victoire en général.

     

    Arizona ausculte un enfant lorsque celui-ci lui éternue en plein visage. La pédiatre s’essuie la figure avec ses doigts avant de reprendre sa tablette et de quitter la chambre. A partir de là, on remarque qu’elle dépose des germes d’infection sur tout ce qu’elle touche (chambranles et clenches de porte, meubles, vêtements…) Elle croise Alex à qui elle annonce qu’elle va appeler le Dr Lebackes afin de reporter l’intervention qu’ils doivent pratiquer l’après-midi même, parce qu’elle va être malade. Alex lui demande sur un ton légèrement moqueur si elle est médium. Elle répond que non, mais elle sent qu’elle va tomber malade. Un enfant a éternué sur elle et elle a senti la maladie s’insinuer en elle. Alex ne cache pas qu’il est sceptique. Elle lui explique que lorsqu’on pratique son métier depuis un certain temps, on commence à développer une sorte de sixième sens. Alex lui suggère de simplement annuler l’intervention. Elle ne veut pas en entendre parler, parce que ce genre d’opération ne se voit pas tous les jours. Seulement un bébé sur 5.000 nait sans anus. Alex préfère parler de trou du cul, et c’est d’ailleurs comme ça qu’il a surnommé le Dr Lebackes, ce qui lui vaut une remontrance de la part d’Arizona. Elle considère le Dr Lebackes comme un chirurgien en pédiatrie très renommé dans sa spécialité, à savoir l’anoplastie (chirurgie réparatrice de l’anus). Elle ne comprend pas comment Alex peut juger cet homme qu’il n’a même pas encore rencontré. Alex réplique qu’il connait ce genre de médecins, qui travaillent dans un cabinet privé et qui ne s’intéressent qu’à l’argent qu’ils vont gagner. Agacée, Arizona met fin à la conversation. Elle demande à son confrère d’annuler les interventions qui sont prévues pour le lendemain et elle lui promet de le tenir au courant pour celle qui était programmée pour l’après-midi. Elle s’en va après lui avoir donné sa tablette.

    Alex entre dans l’ascenseur. A son tour de déposer des germes un peu partout, notamment sur les boutons dl’ascenseur. Jo le rejoint et lui montre des factures qu’elle a retrouvées dans une pile de courrier et qui concerne le prêt qu’Alex a contracté pour payer ses études. Elle estime qu’il est grand temps qu’il s’en occupe. Il lui donne raison. Il prend les factures et, sitôt sorti de l’ascenseur à un autre étage, il les jette dans une poubelle. Jo le suit, abasourdie.

    Jackson et April entrent dans le même ascenseur. Jackson fait remarquer à sa femme qu’ils ont environ quinze minutes de retard. Elle lui répond que cela n’aurait pas été le ca&s s’il avait mis la clé de leur porte d’entrée sur le crochet. Il rétorque qu’il a déposé les clés près de la porte pour qu’elle sache toujours où elles sont. Après avoir appuyé sur les boutons de l’ascenseur, Jackson prend sa femme dans ses bras pour l’embrasser. April insiste gentiment sur le fait qu’elle n’est pas le genre de fille qui ne retrouve pas ses clés et que s’ils sont en retard au travail, c’est de sa faute à lui. Après un dernier baiser, elle s’arrête à l’étage de la chirurgie où elle heurte Leah, tandis qu’Owen informe le personnel qu’il y a une infection virale qui rôde dans l’hôpital et que les symptômes s’apparentent à ceux de la grippe intestinale. Il rappelle que l’eau, le savon et les désinfectants sont désormais leurs meilleurs amis. Il ajoute également que tous ceux qui se sentent mal doivent rentrer chez eux. April vaporise du désinfectant sur ses mains avant de saisir sa tablette.  

    Elle se rend dans une salle d’examen où se trouve un jeune garçon, Braden, qui est accompagné par ses parents, David et Teresa. Celle-ci tente de moucher le nez de son fils, tout en le grondant parce qu’il ne cesse de toucher une sorte d’énorme bouton qui se trouve au milieu de son front. Agacé par la trop grande sollicitude de sa mère, Braden la repousse. Il lui rappelle qu’il est capable de se moucher tout seul, il a presque douze ans. David demande à April si elle a eu l’occasion de contacter leur médecin. Elle répond que oui. Ce dernier lu a appris que Braden souffrait de DICS (déficit immunitaire combiné sévère). Braden préfère appeler ça la maladie de l’enfant bulle, ce qui horripile son père. April demande à David et Teresa si c’est leur médecin qui leur a conseillé de venir à l’hôpital. Teresa répond que oui, parce qu’l est actuellement à l’étranger. April ne peut s’empêcher de leur faire part de son étonnement car on conseille en général aux personnes atteintes de DICS de ne pas se rendre dans des endroits à haut risque d’infection tels que les hôpitaux. Les parents sont conscients du risque, même un rhume peut mettre la vie de Braden en danger. David précise toutefois que son fils suit un traitement à base d’enzymes qui fonctionne plutôt bien. La raison pour laquelle ils sont là, c’est le bouton qui est apparu sur le front de Braden. Interrogé par April, ce dernier est incapable de dire depuis quand le bouton est là. Il n’apprécie pas que la chirurgienne dessine au crayon un trait qui suit les contours du bouton, parce que cela attire encore plus l’attention sur celui-ci. Teresa mentionne à April que la veille, Braden a été congestionné et qu’ils ont pensé à une infection des sinus. C’est pour cela qu’ils ont appelé leur médecin qui leur a conseillé de se rendre à l’hôpital. April répond qu’elle va prescrire des antibiotiques mais aussi soumettre l’enfant à quelques analyses. Braden touche une fois encore son front, ce qui lui vaut une autre remontrance de ses parents.  

    Dans le vestiaire des résidents, Richard assigne les tâches de chacun. Shane sera en cardio, Jo en neuro et Stephanie en médecine générale avec Meredith et lui. Il cite d’autres noms mais les personnes concernées sont toutes malades. Comme le précise Stephanie, un tiers de l’équipe souffre de gastroentérite. Leah en profite pour annoncer à Richard qu’elle va rentrer chez elle car elle ne se sent pas bien. Richard s’insurge. Les médecins ne sont pas malades, ce sont les patients qui le sont. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y a des médecins. Il décide de faire part à ses élèves d’une règle en vigueur au sein de l’hôpital, même si on n’en parle jamais. Quand on est malade, on ne rentre pas chez soi et on fait avec, parce que quand les médecins rentrent chez eux, les patients souffrent ainsi que les médecins qui doivent assumer le travail des absents. Leah comprend que rentrer chez elle serait mal vu. Compte tenu des absences, Richard réassigne les tâches. Jo sera aux urgences, Stephanie en neuro et Leah va travailler avec lui et Meredith. Une fois Richard parti, Leah demande à ses camarades pour quelle raison Richard leur a parlé d’une règle dont on ne parle soi-disant jamais. Moqueuse, Stephanie l’accuse de réagir parce qu’elle est énervée d’avoir déjà perdu le pari. Leah ne sait pas de quoi elle parle. Stephanie lui explique qu’ils ont fait un pari selon lequel le premier d’entre eux qui va s’effondrer à cause de la gastroentérite deviendra la victime du troc. Jo précise que, pendant une semaine, ceux qui ne voudront pas exécuter une tâche pourront la céder à cette fameuse victime du troc, laquelle ne pourra pas la refuser. Shane accuse les filles d’avoir pensé à ce pari à l’instant même. Stephanie ne le nie pas, elle estime que ce n’est pas ça qui rend le pari moins intéressant. Shane décide de relever le défi. De toute façon, tomber malade ne fait pas partie de ses options. C’est un grand jour pour l’essai de Cristina, il ne peut pas le manquer. Stephanie et Jo le rassurent, ce n’est pas lui le perdant puisque Leah a déjà perdu le pari. La jeune femme proteste. Elle n’a rien perdu du tout. Une nausée l’interrompt au milieu d’une phrase. Elle part en courant. Le regard moqueur, Jo demande à ses camarades où Leah est partie. Aux toilettes, répond Shane. Cadavre en sursis, crie Stephanie à l’intention de Leah.

    Aux urgences, un homme au sourire figé fait de grands signes en direction de Jo. Celle-ci croit d’abord que cet inconnu la drague et elle lui répond par un signe de la main un peu gêné. Mais il s’avère qu’il s’agit d’un patient, Logan, qui attend depuis longtemps qu’on l’examine, et dont le sourire figé n’est en fait que le résultat d’une sévère contraction de la mâchoire, ce qui rend par la même occasion son élocution très difficilement compréhensible. Heureusement, il est accompagné de son frère, Abraham, qui explique à Jo que Logan s’est coupé en faisant du compost et qu’il refuse qu’on lui fasse une piqure anti tétanos ni même qu’on désinfecte sa plaie. Abraham informe ensuite son frère qu’il n’a pas trouvé de l’eau de noix de coco dans le distributeur de boissons et qu’il va devoir se contenter d’un soda. Logan refuse catégoriquement de boire ça, c’est du poison. Abraham signale à Jo que pour son frère, tout est du poison. Jo retire le pansement que le jeune homme a sur le poignet et découvre une blessure très infectée. Elle informe ensuite son patient que le fait qu’il ne sache plus bouger sa mâchoire est l’effet de ce qu’on appelle un rictus sardonique, lequel a provoqué une crispation extrême des muscles. Il est plus que probable que le tétanos en soit la cause. Elle va donc devoir nettoyer la plaie. Elle recommande également l’administration d’immunoglobuline. Abraham conseille à son frère de suivre l’avis du médecin. Une fois qu’il aura pris un médicament, il pourra quitter cet hôpital et recommencer à téter le sein de Mère Nature. Logan s’entête à refuser le traitement qu’il compare à du poison. Jo lui jure que non. Logan répète dans une sorte de rugissement que c’est du poison. Abraham demande à la jeune femme si elle va frapper Logan ou s’il peut le faire à sa place.   

    Cristina et Shane entrent dans la chambre d’une adolescente de 15 ans, Ivy, qui est accompagnée de sa mère, Sabine. Shane explique à Cristina que la jeune fille souffre de graves problèmes cardiaques dus à une cardiomyopathie. Elle est sur la liste d’attente des greffes depuis quatre mois environ. La greffe est prévue pour le jour même. Cristina informe Ivy et sa mère que le cœur du donneur est en train d’être examiné et si tout va bien, ils pourront aller au bloc très rapidement. Ivy et sa mère ont du mal à y croire. Cristina est étonnée de voir que le reste de la famille n’est pas là. D’habitude, il y a plus de bruit dans la chambre. Sabine répond que la plus jeune de ses filles a la grippe et que donc, son mari est resté avec elle et leur fils à la maison. Ensuite, elle mentionne le fait qu’ils ont participé à des séances d’aide psychologique au cours desquelles on leur a conseillé de ne pas avoir trop d’espoir. Elle aimerait connaitre l’avis de Cristina quant aux chances de réussite de l’intervention. La chirurgienne répond qu’elle a lu le rapport qui a été fait sur le cœur qui va être greffé et qu’elle a un très bon sentiment. Mère et fille s’en réjouissent et Cristina partage leur joie.

    Du moins, c’est ce qu’elle leur a fait croire, car à peine sortie de la chambre, elle échange un regard découragé avec Shane. Owen qui les a rejoints, leur demande ce qui se passe. Cristina lui apprend qu’un donneur d’organes est compatible avec Ivy et que celle-ci va pouvoir subir une greffe du cœur. Owen ne voit pas en quoi c’est mal. Cristina répond que ça n’arrange pas son timing. Shane rappelle à Owen que Cristina doit remettre les conclusions de son essai au NIH le jour même. Owen comprend immédiatement que ce qui ennuie le plus Cristina, c’est que son rapport doit être communiqué à l’organisation du Harper Avery, le prix qu’elle convoite tant. Cristina le reconnait à demi-mots. Elle avait prévu de passer la journée avec les patients de l’essai pour s’assurer que son essai se terminerait avec des résultats les plus optimaux. Owen ironise sur le fait qu’au lieu de ça, elle va devoir sauver la vie d’une petite fille. Ça craint. Cristina prend la remarque d’abord au premier degré et donne raison à Owen avant de réaliser qu’il se moque d’elle. Une fois qu’Owen les a quittés, Shane dit à Cristina qu’Owen a raison et qu’en plus, ce sera chouette de retourner au bloc. Il déchante lorsqu’elle le charge de rester toute la journée avec les patients de l’essai. Il faut s’assurer que les résultats des dernières analyses soient les meilleurs possibles. Shane lui fait remarquer que les infirmières peuvent très bien s’en charger. Cristina objecte qu’il y a un virus qui rôde dans l’hôpital. Si l’un des patients de l’essai le contracte, l’essai sera anéanti. Elle promet de le rejoindre dès que la transplantation sera terminée. Elle s’en va après lui avoir dit que l’essai est son bébé et qu’il ne peut pas le laisser mourir.

    April demande à Braden, dont le bouton sur le front a considérablement augmenté de volume, s’il se sent un peu mieux. L’enfant répond qu’il se sent encore un peu encombré mais qu’il a l’impression d’aller un peu mieux. Ses parents échangent un regard inquiet. April annonce à la famille qu’elle va emmener Braden dans un endroit plus confortable. Elle sort de la salle d’examen et informe discrètement une infirmière qu’il faut placer immédiatement le jeune patient en isolement. Avant de retourner auprès de Braden, elle regarde autour d’elle et constate que les urgences sont pleines de patients qui toussent et éternuent.

    Braden a été placé en isolement. April explique à Teresa et David qu’à chaque fois qu’ils voudront entrer dans la chambre de leur fils, ils devront revêtir une nouvelle blouse, des gants et un masque. Elle ajoute ensuite que la bosse que l’enfant a sur le front est la manifestation d’une infection qui se développe rapidement. Elle veut s’assurer qu’il n’y en ait pas d’autre. David ne comprend pas comment cela a pu arriver. Le traitement aux enzymes suivi par son fils est censé empêcher ce genre de choses. April révèle aux parents que les analyses ont montré que le taux de lymphocytes T de leur fils est nul, ce qui signifie que l’enfant a développé des anticorps qui luttent contre les enzymes. Ce traitement n’est donc plus efficace. Désormais, Braden est susceptible de développer toute une série d’infections. Elle aimerait savoir s’ils ont déjà envisagé de lui faire subir une greffe de moelle osseuse. David lui apprend que tout de suite après la naissance de Braden, ils ont essayé de trouver un donneur compatible mais c’est très difficile de trouver un donneur qui appartienne au même groupe ethnique qu’eux. Voilà pourquoi on leur avait recommandé le traitement aux enzymes. Démoralisés, les parents prennent quelques minutes avant d’entrer dans la chambre de leurs fils auquel ils jouent la comédie du bonheur. A nouveau, Braden repousse sa mère qui veut lui faire un câlin.  

    Sous les yeux de son fils, Derek fait les cent pas dans son bureau tout en répétant un exposé qu’il va devoir faire devant une assemblée de scientifiques. Il félicite Bailey pour son attention. Meredith entre dans le bureau et informe son mari qu’elle revient de la crèche où on lui a appris que son fils avait disparu. Derek se justifie en disant qu’il avait besoin d’un public. D’ailleurs il demande à sa femme de rester pour l’écouter. Elle décline l’invitation. Elle a déjà entendu cet exposé tellement souvent qu’elle pourrait le faire. D’ailleurs, elle aimerait que Derek cesse d’ennuyer leur fils avec ça. Il s’inquiète. C’est si ennuyeux que ça ? Cinquante scientifiques vont arriver du monde entier pour l’écouter. Alors son exposé doit être plaisant. C’est très important. Meredith en est consciente. C’est pourquoi elle a prévu de ne pas le gêner. Après avoir pincé légèrement la joue de son mari, elle reprend son fils et annonce qu’elle va l’emmener parce qu’elle ne veut pas que le premier mot qu’il prononcera soit hypothalamus. Derek trouve qu’il y a des premiers mots plus horribles que ça.  

    Cristina informe Ivy et Sabine que le cœur est en bon état et qu’il va arriver à l’hôpital. Il est l’heure d’aller au bloc. Sabine semble soulagée. Ivy lui demande d’appeler son père afin qu’il prenne contact par email avec un de ses professeurs, en vue de rentrer sa candidature au Conseil des Etudiants. Emue, Sabine réclame un baiser à sa fille avant de lui promettre qu’elle sera présente à son réveil. Cristina emmène sa patiente au bloc après avoir assuré Sabine qu’elle la retrouvera après l’opération pour lui dire comment ça s’est passé. Restée seule, Sabine prend son portable pour appeler son mari. Après avoir échangé quelques mots avec lui, elle se met à pleurer. Elle aimerait qu’il soit là pour la soutenir.   

    Arizona avertit Callie qu’elle devra conduire Sofia à l’école le lendemain, parce que, elle, elle ne pourra pas le faire vu qu’elle sera malade. Alex se moque d’elle une fois encore. Callie lui dit qu’il a tort. Arizona sent quand elle va tomber malade, c’est son super pouvoir. Elle a peut-être l’air d’aller bien mais elle est malade. Arizona ajoute qu’elle sent qu’elle va être malade pendant trois jours. Elle demande d’ailleurs à Callie d’annuler un diner qu’elles ont prévu avec des amies. Callie lui demande de s’en charger. Elle a trop de travail, compte tenu qu’à cause de l’épidémie, elle n’a pas de résident pour l’assister. Une fois qu’elle est partie, Alex demande à Arizona si elle est certaine que le Dr Trou-du-Cul va venir pour pratiquer l’intervention, vu qu’il est déjà en retard. L’intéressé, qui était derrière eux, signale sa présence. Il n’est pas du tout choqué par le surnom dont Alex l’a affublé. Il a entendu bien d’autres, comme Dr Marche Arrière, ou Dr Croupion Crétin, mais son préféré reste la Fée du Sphincter. Il précise toutefois que ses amis l’appellent Oliver. Il salue ensuite Arizona qu’il trouve rayonnante comme toujours. Alex présente ses excuses. Oliver le rassure. Il ajoute sur le ton de la plaisanterie qu’à la fin de la journée, il va tellement pleurer qu’il s’endormira sur sa pile d’argent. Alex ne dit rien mais n’en pense pas moins. Cela confirme ce qu’il pense des médecins privés. Les trois chirurgiens partent vers le bloc opératoire.

    Miranda a entendu dire que Braden était hospitalisé. Elle se renseigne auprès d’April, en lui expliquant que l’enfant a été son patient quelques années plus tôt. April lui apprend que le traitement suivi par Braden ne fonctionne plus. Il souffre maintenant d’une sinusite frontale aigue qui se diffuse très rapidement. Jackson, qui a examiné le garçon, ressort de la chambre et informe ses consœurs d’une voix atone que la bosse sur le front de Braden est une sorte de tumeur qu’il faut drainer au cours d’une intervention chirurgicale. Les deux femmes lui font immédiatement remarquer qu’il n’a vraiment pas une bonne mine. Il assure qu’il n’a rien de grave, juste l’estomac un peu barbouillé. A moitié affalé sur un bureau, il annonce qu’il va aller réserver une salle d’opération. April s’y oppose. Le meilleur service qu’il puisse rendre à Braden, c’est de rester loin de lui. Miranda lui donne raison. Elle va se charger de l’intervention. Les deux femmes conseillent à Jackson de rentrer chez lui. Il refuse, répétant une fois encore qu’il va bien. Mais il se laisse glisser petit à petit, jusqu’à ce que sa tête repose sur le bureau. Il finit par admettre qu’il devrait effectivement partir. April l’y encourage, il faut qu’il rentre et enfile de grosses chaussettes avant de boire de la soupe. Il l’interrompt pour lui rappeler qu’il sait ce qu’il doit faire quand il est malade.

    Meredith informe son patient, Mr Goder, que les résultats de ses analyses sont bons ainsi que son électrocardiogramme. Il va donc pouvoir être opéré. Richard remarque que le patient est nerveux et pour le rassurer, il propose que Leah lui explique une fois encore en quoi consiste la procédure. Mr Goder lui fait remarquer que la jeune femme semble dormir. Effectivement, cachée derrière Richard, Leah dort littéralement debout. Meredith emploie la méthode forte pour réveiller la jeune femme, elle lui écrase le pied avec sa chaussure, de tout son poids. Leah assure qu’elle ne dormait pas mais qu’elle était en train de se remémorer le cas de Mr Goder. En luttant contre la nausée, elle explique qu’il a un abcès qu’ils vont nettoyer en retirant le pus, avant de procéder à l’ablation d’une partie de l’intestin. Mr Goder veut être certain qu’après ça, il sera toujours capable d’aller à selles normalement. Au bord du vomissement, Leah lui promet que oui.

    Derek demande à une infirmière de prendre contact avec des universités afin de lui trouver un interprète. Meredith le rejoint et remarque qu’il a mauvaise mine. Elle lui demande s’il va bien. Il répond qu’il ira bien si elle sait parler l’estonien. En effet, son interprète vient de tomber malade. Meredith insiste sur le fait qu’il ne semble pas dans son assiette et suggère qu’il a peut-être attrapé la grippe. Derek lui rappelle que selon la règle dont on ne parle pas, il ne peut pas tomber malade. Leah, qui accompagne Meredith, lui fait remarquer que cela fait deux fois aujourd’hui qu’elle entend parler de la règle dont on ne parle pas. Derek réplique que, même s’il doit tomber malade, ça n’arrivera pas ce jour là. Il ajoute qu Leah a vraiment l’air moche. D’ailleurs, il ne veut pas qu’elle reste près de lui. La jeune femme s’éloigne. Le visage de Derek s’illumine. Il vient d’apercevoir un des scientifiques qui doit assister à son exposé, et dont il n’était pas certain qu’il serait là. Meredith reconnait aussitôt le célèbre Gerhardt Strauss et se montre très impressionnée. Derek lui rappelle qu’il lui a dit que son exposé était quelque chose de très important. Gerhardt Strauss salue Derek qui est ravi de faire sa connaissance. Il est un peu refroidi lorsque le scientifique lui dit que son projet a été évoqué lors d’une conférence de neuroscience organisée par l'Union Européenne et que les participants se sont demandé s’il s’agissait d’un projet sérieux ou juste un coup de pub du président des Etats-Unis. Derek lui promet qu’il aura plus confiance en son projet après l’exposé. Gerhardt Strauss devine sans peine qu’effectivement le neurochirurgien va les charmer et les éblouir. Il faut juste espérer que ce ne sera pas une complète perte de temps. Derek se renfrogne. Une fois que Gerhardt Strauss est parti, Meredith se tourne vers son mari et lui demande sur un ton ironique s’il est certain d’aller bien. Il grogne que oui.

    Shane vérifie la température de tous les parents qui veulent rendre visite aux patients de l’essai. Une maman à qui il vient de refuser l’entrée, sous prétexte qu’elle a 38° de température, proteste. Il lui rappelle que sa fille est en plein convalescence après une opération et qu’il essaie simplement que rien n’interfère dans le processus de guérison. Il lui conseille de rentrer chez elle, de se reposer et de boire beaucoup. Se présentent alors Stephanie et Leah, qui espèrent pouvoir trouver refuge dans le service pour fuir l’infection qui règne aux urgences. Shane regarde d’un mauvais œil Leah qui renifle. Stephanie reconnait que leur camarade a mauvaise mine et l’invite à rentrer chez elle. Leah refuse, elle va faire avec. Shane lui suggère de faire avec, loin de ses patients. Pour se venger, Leah prétend avoir bu dans la tasse du jeune homme le matin même. Shane, qui ne sait pas si elle ment ou pas, est inquiet. Stephanie emmène Leah en riant. 

    Jo est inquiète pour Logan qui est fiévreux et dont l’abdomen est tendu. Elle lui rappelle que, s’il a le droit de refuser le vaccin anti-tétanos, il ne doit pas perdre de vue que cette infection peut le tuer. Bientôt, il va souffrir de graves difficultés respiratoires. Entre ses dents serrées, Logan traite la jeune femme d’un nom qu’elle n’arrive pas à comprendre. Une  fois encore, c’est Abraham qui se charge de la traduction. Logan a traité Jo de vendeuse de peur parce que selon lui, les groupes pharmaceutiques s’appuient sur des statistiques effrayantes pour faire acheter leurs produits. Jo fait remarquer qu’elle n’est pas un groupe pharmaceutique mais un médecin. Logan lui coupe la parole pour l‘accuser d’être la marionnette des groupes pharmaceutiques. Jo s’emporte, elle n’est la marionnette de personne. Elle essaie simplement de l’empêcher d’être plus malade qu’il ne l’est déjà. Tout à coup, le corps de Logan est secoué de spasmes. Jo essaie de le maintenir tant bien que mal. Soudain, le bruit sec d’un claquement se fait entendre, suivi des cris de douleur de Logan. Son bras gauche vient de se casser. Croyant en être la responsable, Jo se met à crier. 

    Dans la salle d’opération occupée par le Dr Lebackes et ses assistants, l’équipe médicale se déhanche au son d’une musique assourdissante. Arizona apprend à Alex, qui désapprouve nettement l’ambiance qui règne dans la salle, que la méthode de Lebackes est enseignée en faculté de médecine. Lebackes joue les faux modestes. Il prétend qu’il lui fallait avoir une spécialité et qu’il a tenu compte du fait que tout le monde devait faire caca. Alex lui demande si c’est son habitude d’opérer sur ce genre de musique. Lebackes répond que oui, du moment que ça a du rythme. Il estime que, vu le temps qu’ils passent au boulot, ils doivent s’y amuser. Et il trouve que la musique des années ’80 était plus qu’amusante. Arizona lui demande s’il veut bien expliquer sa procédure à Alex et l’aider à la pratiquer lui-même. Lebackes accepte et ordonne qu’on arrête la musique. Alex l’assure que cela ne le dérange pas. Prenant les devants, il explique à Lebackes comment il procéderait. Lebackes, relativement impressionné par ses connaissances, reconnait que l’enfant prodige sait de quoi il parle. Comme Alex tique, il lui répond qu’il n’est pas le seul à donner des surnoms. Sur un mot de lui, son équipe se met à chanter en tapant des mains, tandis qu’Arizona hoche de la tête en rythme, sous le regard nettement désapprobateur d’Alex.  

    Shane a demandé à l’infirmier Tyler de mettre tout le service cardio en isolement. Tyler refuse. Shane lui rappelle que Cristina l’a désigné comme le responsable du service. Cela n’impressionne guère l’infirmier qui nuance les propos du jeune homme. Lui, il est responsable du service cardio, Shane n’est responsable que de trois patients. Shane objecte que ces derniers sont très importants et qu’ils doivent être protégés. Tyler lui propose alors de placer ses trois patients dans une zone du service et d’organiser ensuite un confinement pour eux. Il prévient également qu’il n’a pas d’infirmières à lui donner, Shane devra donc se débrouiller tout seul. Comme Shane se met à tousser, Tyler lui suggère de se faire examiner.

    Jo a montré les radios de Logan à Callie. La fracture est grave, d’autant plus qu’elle survient après une autre, plus ancienne, qui a été mal soignée. Cela a fragilisé l’os. Accablée, Jo avoue qu’elle croit être responsable de ce qui s’est passé. Elle explique à Callie qu’elle était énervée contre le patient, vu la façon dont il la traitait, et que donc elle a pu casser son bras en essayant de le contenir. Cette idée amuse beaucoup Callie. Elle trouve que Jo s’accorde trop de crédit. Si le bras de Logan s’est cassé, c’est simplement parce que les spasmes provoqués par le tétanos sont tellement intenses qu’ils brisent les os. Dans le cas présents, le vrai problème est qu’elles ne vont pas pouvoir réparer le bras sans casser l’ancienne fracture. Callie annonce à Jo que c’est elle qui va s’en charger. Jo proteste, elle n’est pas capable de casser des os. Callie lui rappelle que ce n’est pas ce qu’elle disait quelques minutes plus tôt.

    Tout en opérant Braden, April discute avec Miranda de la réaction de Jackson. Elle ne voit pas ce qu’il y a de mal à vouloir aider quelqu’un. C’est en cela que consiste leur métier d’ailleurs. Miranda lui fait remarquer que c’est le droit de Jackson de ne pas vouloir qu’on l’aide. April objecte que son mari n’est pas une chèvre. Il n’a pas besoin de s’isoler du troupeau et de ramper derrière la grange pour se soigner tout seul. Elle veut l’aider. Miranda lui répond qu’elle va souvent revivre la même situation dans les trente prochaines années. Elle va vouloir aider son mari qui va refuser son aide parce qu’il veut s’en sortir sans elle. Aucun d’eux ne changera et ils vont souvent avoir la même discussion. Si Jackson veut souffrir tout seul, il faut le laisser faire. Elle conseille à April d’en profiter pour se faire faire une pédicure et de se rendre compte de sa chance. Selon elle, il y a deux genre d’hommes malades, le genre Jackson et le genre Ben Warren. Ce soir, quand elle va rentrer chez elle, elle retrouvera Ben en position fœtale dans le canapé. Il criera son prénom en la suppliant de lui apporter des biscuits salés et un gant de toilette humide pour mettre sur son front. A choisir, elle trouve que le genre Jackson est préférable. A ce moment là, les deux femmes constatent qu’il y a, dans le crâne de Braden, un écoulement de liquide céphalorachidien, provoqué par la tumeur frontale. Il va falloir appeler Derek.   

    Celui-ci, qui n’est pas franchement au meilleur de sa forme, continue à répéter son exposé en essayant de faire abstraction des bruits que fait le jeune homme qui doit filmer son allocution. A un moment, n’y tenant plus, il lui demande d’aller manger ses beignets à l’oignon à l’extérieur du bâtiment. Une infirmière vient le prévenir qu’il est attendu en salle d’opération. Il l’invite à faire plutôt appel au Dr Nelson. Elle lui apprend que ce dernier est au lit avec une gastro. En fait, Derek est le seul neurochirurgien à ne pas être malade. Elle remarque alors sa mine de papier mâché et commence à douter de ce qu’elle vient de dire. Touché au vif, Derek assène qu’il n’est pas malade et sort de la salle d’un pas décidé.

    Sabine retrouve son mari aux urgences. Elle le gronde d’être venu, d’autant que l’intervention d’Ivy n’est pas encore terminée. Jon lui apprend qu’il est venu conduire leur autre fille, Francesca, dont l’état s’est aggravé. Elle a des vertiges et du mal à respirer. On lui a fait passer des radios. Sabine pense qu’il exagère, ça doit être les effets de la grippe. Tout le monde en souffre pour le moment. Il n’y a qu’à regarder autour d’eux. Elle trouve que son mari a eu tort de venir, surtout qu’il est accompagné de leur fils, Link, qui risque bien d’attraper la grippe lui aussi. Owen qui a entendu la conversation, se permet d’intervenir pour donner raison à Jon. Francesca souffre de quelque chose de bien plus grave qu’une grippe. Il pense qu’elle a une cardiomyopathie. Le couple est abasourdi parce que cela signifie que leur cadette a la même maladie que son ainée. Un infirmier prévient Owen que l’enfant vient de faire un arrêt cardiaque et qu’on ne trouve plus son pouls. Owen ordonne qu’on l’intube.

    Cristina informe Sabine et Jon que la transplantation d’Ivy s’est bien passée et qu’ils pourront voit leur fille dès son réveil. Owen, qui est également présent, les rassure sur l’état de Francesca. Le cœur est stable mais il va falloir placer un pacemaker le plus vite possible. Sabine n’arrive pas à croire que ses deux filles souffrent de la même maladie. Selon les médecins, cela peut avoir des origines diverses, un virus, une anomalie génétique ou une réaction à l’environnement. Jon demande si cela veut dire qu’il y aurait quelque chose dans leur maison qui rendrait leurs enfants malades. Dans le doute, Sabine ne veut plus rentrer chez elle, avec Ivy qui vient d’avoir un nouveau cœur et Link qui pourrait attraper la même maladie. Cristina leur propose d’établir d’abord un historique médical de la famille afin de voir s’il y a des antécédents, notamment chez les plus jeunes membres de la famille. Jon veut que cela se fasse le plus rapidement possible.

    Cristina discute de la situation de cette famille avec Owen. Quelle chance y avait-il qu’ils rencontrent deux cas de myopathie dans la même journée, que deux sœurs développent au même âge la même maladie ? Elle trouve ça bizarre. Owen est du même avis qu’elle. Il lui demande de placer le pacemaker le plus rapidement possible chez Francesca pendant qu’il se chargera des antécédents familiaux.

    Shane a demandé à Stephanie de l’examiner. Elle le rassure, il n’a pas de fièvre. Il pense pourtant être malade puisqu’il tousse et qu’il a des ganglions, ce que Stephanie refuse de vérifier. Il lui demande alors de s’occuper des enfants de l’essai. Stephanie ne veut rien entendre, Pour elle, il a perdu le pari. Shane proteste. Il ne s’est pas effondré, il veut juste prendre des précautions parce qu’il s’occupe d’enfants fragiles et qu’il ne veut pas les exposer à des microbes, parce que cela nuirait à l’essai. Stephanie lui conseille de boire du thé et de se conduire en homme. Pour la faire fléchir, il lui propose de la remplacer pour toutes les gardes du week-end, pendant un mois. Elle accepte non sans préciser qu’elle se serait occupé des enfants de toute façon, puisqu’il s’agit de pauvres gosses sans défense. Shane comprend qu’il s’est fait avoir.

    Jo a de nouveau confronté Alex avec le problème de son prêt étudiant. Il lui apprend qu’il a obtenu le droit de le rembourser à la fin de son internat. Elle lui fait remarquer que cela va arriver très bientôt. Compte tenu de ce qu’il gagne, il va lui falloir vingt ans pour rembourser toute la somme. Enervé parce qu’elle lui fait la leçon, Alex la traite d’Oncle Picsou. Elle fait la même chose. Callie, qui a assisté à la dispute, est hilare. Elle se moque gentiment de Jo en lui disant qu’elle a besoin de travailler ses répliques. Jo lui présente ses excuses, non seulement pour la scène à laquelle elle vient d’assister mais aussi pour tout le reste. Elle lui demande ensuite la permission de prendre un moment pour se calmer. Callie le lui refuse. L’agressivité dont Jo fait preuve pour le moment est justement ce dont elle va avoir besoin. 

    Arizona demande à Alex ce qu’il a pensé de l’intervention pratiquée par Lebackes. Alex admet que l’opération en elle-même était sympa. Il ne peut pas en dire autant de Lebackes. Arizona ne comprend pas pourquoi il n’apprécie pas ce chirurgien qu’elle trouve tellement talentueux et qui dirige son équipe de façon aussi amusante. Ils observent Lebackes qui rassure la maman du petit garçon qu’ils ont opéré. La maman serre le chirurgien dans ses bras. En sortant de la chambre, Lebackes confie à ses collègues que ce qui vient de se passer est le côté le plus agréable de son métier, parce que cela va lui rapporter de l’argent. Le commentaire agace Alex. Lebackes l’invite à fêter leur succès en allant jouer au golf avec lui.

    Miranda voit arriver Derek dans la salle d’opération. Elle lui en interdit l’entrée, parce qu’il a l’air trop malade. Il lui fait remarquer que c’est elle qui l’a fait biper. April lui apprend que leur patient souffre d’immunodéficience et que les personnes malades ne doivent pas l’approcher. Derek leur apprend qu’il est le seul neurochirurgien disponible. Est-ce qu’elles ont une meilleure solution ? Miranda pense que oui.

    Meredith et Richard opèrent Mr Goder lorsque Leah demande à une infirmière de lui apporter une autre poche de solution saline. Meredith lui fait remarquer qu’il y en a déjà une et la prie d’être un peu plus attentive à ce qui se passe. Leah répond qu’elle n’a pas demandé la solution saline pour le patient mais pour elle-même. Richard constate alors qu’elle a effectivement une intraveineuse. Elle explique que ça lui permet de s’hydrater et aussi de lutter contre les vertiges. Meredith et Richard pensent que ce serait préférable qu’elle rentre chez elle. Leah refuse ; il est hors de question qu’elle brise la règle dont on ne peut pas parler mais dont tout le monde parle. A moins que sa présence dans cette salle soit préjudiciable au patient, elle veut rester. Richard est impressionné et fier.

    Derek a revêtu une combinaison d’isolement pour pouvoir opérer Braden. April trouve ça plutôt cool. Miranda assure le médecin qu’il n’est pas du tout ridicule. Elle lui demande s’il se sent bien. Il prétend qu’il va bien. Cependant, la vue de la matière cérébrale du patient lui donne la nausée. Il reconnait qu’il va devoir y aller doucement.

    Dans une autre salle, Callie et Jo opèrent la fracture de Logan. Le moment est venu pour Jo de casser l’ancienne fracture. Callie lui montre comment faire. Jo hésite ; elle a l’impression de faire quelque chose de mal. Callie la rassure sur l’utilité de cette procédure. Il faut casser les os pour pouvoir les réaligner. Jo donne un petit coup sur le burin. Callie lu conseille d’y aller plus fort. Jo réplique qu’elle ne veut pas. Elle est plus forte qu’on ne le croit et elle a peur de faire du mal. Callie en est consciente. Elle a entendu parler de ce qui s’était passé avec l’obstétricien. Il y a eu deux autres gars avant celui-là qui ont subi le même sort, lui apprend Jo avant de lui expliquer qu’elle n’a pas confiance en sa capacité de se maitriser quand elle est énervée. C’est pour cette raison qu’elle a cru qu’elle avait cassé le bras de Logan. Elle ne veut pas blesser les gens, elle veut les guérir. Callie lui dit que casser les os de Logan, c’est justement le seul moyen de le guérir. Elle trouve que ce qui est bien en chirurgie orthopédique, c’est que la plupart des interventions sont faciles, même si elles requièrent une force et un courage que peu de gens ont. Jo donne un coup sec sur le burin et casse nettement l’os. Ravie d’avoir réussi, elle demande ce qu’il faut faire après. Callie lui tend une foreuse. Cela semble beaucoup plaire à Jo.

    Derek opère si lentement que Miranda croit bon de lui faire remarquer qu’à ce rythme là il risque bien de rater sa conférence si importante. L’argument fait son effet, Derek passe son instrument à April afin qu’elle pratique la procédure à sa place ce qui, selon lui, est nécessaire, cr c’est le genre de choses qu’on doit apprendre quand on fait de la traumatologie. Miranda croit plutôt qu’il fait cela parce qu’il a peur de vomir dans sa combinaison spatiale. Les yeux à moitié fermés, il lui ordonne de se taire avant d’indiquer à April ce qu’elle doit faire.

    Lebackes a amené Alex dans son luxueux bureau où les deux hommes jouent au golf sur la Wii. Alex rate tous ses coups. Néanmoins, il apprécie le jeu, tout comme la clinique du Dr Lebackes. Celui-ci lui dit que sa maison est encore mieux. Alex s’étonne qu’il ait pu prendre congé pour le reste de la journée. Lebackes lui explique qu’il aime étaler ses activités dans le temps C’est l’avantage d’avoir son propre cabinet. Il apprend à Alex qu’avec son associé, ils projettent d’agrandir ce dernier en y intégrant une autre personne. Il demande alors à Alex s’il a déjà pensé à ce qu’il ferait une fois qu’il aurait obtenu son internat. Le premier mouvement de surprise passé, Alex répond qu’il se plait là où il est. Lebackes le comprend, Arizona est quelqu’un de super. Mais il y aurait des avantages à travailler avec lui, bien plus intéressants qu’un beau bureau avec une grande télévision. Alex pourrait gagner plus d’argent, ce qui signifierait pouvoir en donner plus, dans le cadre d’un travail social par exemple. Alex lui apprend qu’il a mis sur pied un programme d’échange pour des enfants africains. C’est exactement de ce genre de choses auxquelles Lebackes pensait. Par exemple, il a aménagé ses horaires de façon à pouvoir prendre un mois de congé afin d’aller en Jordanie pour soigner des réfugiés syriens. Il insiste pour qu’Alex réfléchisse à sa proposition. Pour devenir un associé, il devrait investir 250.000 dollars qu’il serait capable de rembourser en deux ans. Il lui faudrait deux années de plus pour rembourser son prêt étudiant. Cerise sur le gâteau, il pourrait avoir un stylo gravé à son nom. Lebackes lui tend un stylo pour le lui prouver.

    Richard demande à Leah de nettoyer la matière fécale qui s’est quelque peu répandue dans l’abdomen de Mr Goder. Meredith ajoute qu’il faudra aussi aspirer les restes de l’abcès. Tandis que Leah lutte contre l’envie de vomir, Richard se remémore une garde de 24 heures qu’il a faite en 3e année, alors qu’il était contaminé par de la salmonelle contenue dans de la viande de porc. Mais comme il aime le rappeler, un médecin ne succombe pas à la maladie, il la vainc. Il attend une approbation de Leah qui ne vient pas. Meredith est la première à comprendre que si la jeune femme ne répond pas, c’est parce qu’elle a du vomi dans la bouche. Leah le confirme d’un signe de tête. Meredith lui demande de sortir de la salle d’opération. Richard ajoute qu’elle va pouvoir rentrer chez elle après ce bel effort. Mais Leah est à peine sortie de la salle que les deux chirurgiens la traitent de poids plume et de mauviette.  

    Cristina est en train de placer le pacemaker sur Francesca lorsqu’Owen vient l’informer que l’étude des antécédents familiaux de la famille McNeil ne prouve pas que la cardiomyopathie soit d’origine génétique. Cristina réplique que quelque chose a abimé le cœur de ces deux filles. Comme sa sœur, Francesca finira par avoir besoin d’une greffe. Owen trouve que c’est trop tôt pour tirer de telles conclusions. Il demande à Cristina de procéder à une biopsie pour pouvoir faire d’autres examens. Il lui apprend également que Leah vient de vomir dans une salle d’opération. Du coup, il va devoir reprogrammer les interventions non urgentes. Cristina répond que ça doit être viral. Owen lui donne raison, étant donné qu’il y a déjà eu huit médecins mis hors circuit par la grippe. Mais ce n’est pas de la grippe dont Cristina parlait, mais de la maladie des filles McNeil. Elle est convaincue que la cardiomyopathie est virale.

    Stephanie s’occupe d’un patient de l’essai de Cristina lorsqu’un infirmier vient lui apprendre que Leah a dû rentrer chez elle à cause de la grippe. Il veut savoir si elle est disponible pour remplacer sa camarade. Stephanie répond que oui. À ce moment là, le bébé fait pipi dans son lit et arrose la chirurgienne. L’infirmier en déduit que Stephanie va être occupée pendant un certain moment. Il s’en va malgré les protestations de la jeune femme.

    Callie a expliqué à Abraham en quoi a consisté l’intervention qu’elle et Jo ont pratiquée sur son frère. Abraham voit une certaine ironie dans le fait que le corps de Logan, si pur, exclusivement nourri aux légumes bios, soit maintenant rempli de titane. Cette idée l’amuse beaucoup. En riant, il demande à Callie si elle peut lui fournir la liste de tous les produits qu’elle a utilisés pendant l’intervention. Elle répond que pour cela, elle va devoir contacter les distributeurs. Abraham insiste. En temps normal, il ne demanderait pas ce genre de choses. Il explique que leur père, qui mangeait beaucoup de viande et fumait des cigarettes, est mort alors que Logan était très jeune et depuis ce moment, ce dernier est obsédé par ce qu’il ingère. A cause de cela, il est casse-couilles et même si Abraham aimerait qu’il ne prenne pas ces choses tant à cœur, il sait qu’il ne peut pas le changer. Au grand étonnement de Callie, Jo lui promet de fournir les informations qu’il a demandées. Les deux femmes ouvrent de grands yeux lorsque Logan leur demande s’il y a des chances pour que le titane ait été exploité dans la région.  

    A la sortie de la chambre, Callie se réjouit de ce que Jo semble avoir apprécié l’’expérience. Elle lui confie qu’elle aussi peut être assez turbulente et qu’elle a également vécu des choses qui l’ont mise en colère, et c’est justement l’orthopédie qui lui a permis de s’en sortir plusieurs fois. Ça lui permet d’extérioriser tous ses problèmes et en même temps de guérir des personnes, avec en prime le fait qu’elle est payée pour ça. Donc, c’est gagnant-gagnant. Jo avoue qu’elle a l’impression qu’elle ne sera jamais plus en colère. Callie se met à rire. Sortir avec Alex Karev implique que Jo aura toujours des raisons d’être en colère.

    Alex est de retour à l’hôpital. Il retrouve Arizona aux urgences. Elle lui demande pourquoi il s’est absenté si longtemps. Elle l’attendait pour signer l’autorisation de sortie pour cinq enfants. Le regard sombre, il répond que l’hôpital est un endroit dégoutant. Il s’étonne aussi qu’elle ne soit pas encore malade, comme elle l’avait prédit. Elle lui dit que cela veut dire qu’elle a perdu son super pouvoir. Alex lui demande tout de go combien elle gagne en tant que titulaire. Elle refuse de lui répondre. Il suppose que c’est parce qu’elle a honte de son salaire. Elle répond que non, elle ne veut pas lui en parler parce que son salaire est le même que celui de ses confrères. Elle lui ordonne de se remettre au boulot.  

    La salle de conférence où Derek doit faire son exposé est pleine de monde. Meredith s’inquiète en voyant son mari sortit en titubant des toilettes. Elle comprend immédiatement qu’il ne sera pas capable de parler en public. Il est persuadé du contraire. Après tout, s’il a pu opérer, il va pouvoir rester debout et parler. Elle trouve que ça n’en vaut pas le coup. Il lui fait remarquer avec une certaine amertume qu’elle n’a jamais vraiment soutenu son projet. Elle assure que ce n’est pas vrai mais elle estime qu’à un moment, il doit se demander si sa présence dans la salle de conférence ne va pas faire plus de dégâts que de bien. Elle trouve que ce serait beaucoup mieux d’annuler son exposé plutôt que de vomir sur l’estrade ou pire encore. Il lui rappelle qu’il n’a pas vraiment le choix. C’est comme ça que tous les médecins agissent, ils font avec. Il fait quelques pas en chancelant avant de s’appuyer contre un mur contre lequel il se laisse doucement glisser avant de s’évanouir. Meredith l’a regardé faire, les deux mains sur les hanches. Ce n’est que lorsqu’il est à terre qu’elle va s’occuper de lui.  

    Derek revient à lui dans un lit d’hôpital. Il regarde sa montre et veut se lever, bien qu’une infirmière le lui interdise. Il comprend rapidement que bouger est au-dessus de ses forces. Il s’allonge à nouveau. L’infirmière place à côté de lui un petit bassin, au cas où il aurait envie de vomir.

    Stephanie retrouve Shane qui est en train de se reposer dans une salle de garde. Une main posée sur le front du jeune homme lui permet de constater que celui-ci n’est même pas chaud. Elle le réveille sans ménagement. Il lui dit qu’il se sent beaucoup mieux. Enervée, elle récapitule tout ce qu’elle a fait pour lui, à savoir changer des couches, placer des intraveineuses et aussi se faire pisser dessus. Pendant qu’il jouait au malade imaginaire, elle a raté une opération. Rassuré d’apprendre qu’aucun des enfants de l’essai n’est malade, il la remercie chaleureusement. Cristina, qui passe devant la salle, demande à Shane comment vont les enfants. Il lui dit que tout va bien, mais sans mentionner du tout le rôle joué par Stephanie. Cristina lui donne rendez-vous un peu plus tard pour établir le rapport destiné au NIH. Après qu’elle soit partie, Shane promet à Stephanie de se charger de ses gardes du week-end mais aussi de troquer tout ce qu’elle voudra pendant deux mois. Le marché satisfait Stephanie.

    Pendant qu’Arizona est aux toilettes, Callie lui raconte sa journée avec Jo. Elle a beaucoup apprécié de travailler avec la jeune femme avec laquelle elle a eu l’impression d’établir un lien. Elle croit qu’il y a eu un déclic entre elles et que Jo la comprend. Elle sait toutefois qu’il y a un risque pour que ça ne marche pas, parce que seulement 4% des chirurgiens en ortho sont des femmes, mais c’est justement une des raisons pour laquelle ce serait bien que Jo choisisse cette spécialité. De l’autre côté de la porte, Arizona l’appelle avec une voix d’outre-tombe. Callie ouvre la porte de la salle de bain et découvre sa compagne par terre. Elle croit qu’Arizona est tombée. Celle-ci la rassure. Si elle s’est mise par terre, c’est parce que le sol est frais et agréable, et qu’en plus, elle est proche de la cuvette des toilettes, qui est son amie. Mais ce qui l’enchante le plus, c’est qu’elle n’a pas perdu son super pouvoir.

    Braden s’éveille après l’intervention. Il entend au loin les voix de ses parents qui discutent avec Miranda. Celle-ci leur dit que leur fils va devoir rester là où il est aussi longtemps que l’infection n’aura pas disparue. Teresa pense que Braden aura du mal à guérir s’il est stressé. De fait, l’enfant commence à haleter parce qu’il ne reconnait pas la chambre où il était avant et qu’il ne voit pas ses parents. Il entend April dire à ces derniers que si l’immunité ne revient pas, il devra vivre en isolement jusqu’à la fin de sa vie. L’enfant tourne la tête et aperçoit enfin ses parents derrière une paroi transparente. Il les appelle. Ils essaient de le rassurer comme ils le peuvent en lui disant qu’ils sont près de lui et qu’ils ne le quitteront pas. April et Miranda sont bouleversées par la détresse de ces gens.

    April rentre chez elle. Elle appelle Jackson. Il ne répond pas. Elle lui dit qu’elle lui a rapporté de la soupe. En approchant de la salle de bains, elle entend des bruits qui lui indiquent que son mari est en train de vomir. Il lui ordonne de ne pas entrer dans la salle de bains. Même si c’est dur, April résiste à la tentation de lui désobéir. Elle se contente de lui dire qu’elle est là s’il a besoin de quoi que ce soit.

    Alex rentre chez lui et annonce à Jo qu’il a récupéré ses factures dans la poubelle. S’il le voulait, il faire toute une série de blagues à ce sujet. Jo réplique qu’elle n’a rien contre à condition qu’il paie ses factures en même temps. Il ne comprend pas pourquoi cela la préoccupe autant. Elle lui dit qu’elle sait comme il fonctionne. Quand il a des soucis, il les met de côté, genre loin des yeux, loin du cœur. Mais elle trouve ça stupide parce que plus il attend pour résoudre ses problèmes, plus ceux-ci s’aggravent. Elle lui rappelle ce qui s’est passé avec son père. Pendant des années, il l’a évité et quand finalement, il a dû l’affronter, cela a été une torture. Mais il l’a fait quand même et elle ne le croirait pas s’il lui disait que ça ne lui a pas fait du bien. Payer ses factures, c’est résoudre simplement son problème et les solutions simples sont les plus satisfaisantes. Alex prend le stylo que lui a donné Lebackes. Après l’avoir regardé quelques secondes, il répond qu’il a peut-être trouvé uen solution encore plus simple que celle de la jeune femme. Il commence à signer ses factures en chantonnant la chanson sur laquelle Lebackes a pratiqué son opération.

    En voyant entrer sa femme dans sa chambre, Derek comprend qu’il a manqué son exposé. Elle ne peut que le lui confirmer. Il lui demande quelle a été la réaction des sacripants et notamment de Gerhardt Strauss. Est-ce qu’ils étaient énervés ? Tout sourire, Meredith le rassure. Au contraire, tout s’est bien passé. Les scientifiques semblaient très satisfaits, sauf l’estonien qui était perdu. Derek ne comprend pas ce qu’elle veut dire. Elle l’invite à s’en rendre compte par lui-même. Elle lui tend sa tablette sur laquelle il y a une vidéo de l’exposé qu’elle a fait à la place de son mari. Il est surpris. Elle lui rappelle qu’elle lui avait dit avoir entendu son exposé assez souvent que pour pouvoir le faire elle-même, même si elle l’a fait un peu à sa manière. Ravi, Derek l’entend dire à l’assemblée de scientifiques qu’au début, elle n’était pas du tout d’accord avec le projet e son époux parce qu’elle estimait qu’il menaçait leur couple, leur famille, leur carrière mais qu’elle a vite compris que c’était une occasion à ne pas rater et que ce projet valait largement chaque minute de leur précieux temps. Meredith s’allonge auprès de Derek pour regarder la vidéo avec lui. 

    Richard marche d’un pas alerte lorsqu’il s’arrête brusquement, en posant une main sur son ventre. Il comprend que ce n’est pas bon signe et qu’l vaut mieux rentrer chez lui sans perdre un instant. 

    Cristina annone aux parents McNeil que le pacemaker de Francesca fonctionne bien et que les analyses subies par Ivy n’ont pas montré qu’il y avait un rejet de la greffe. Sabine lui demande quelle est la mauvaise nouvelle. Cristina lui apprend que la biopsie a révélé que la cardiomyopathie n’est pas d’origine virale. Owen ajoute qu’ils vont sans doute leur envoyer une équipe pour examiner leur maison parce qu’ils ne savent pas du tout ce qui a provoqué cette maladie chez leurs enfants. Cristina atténue le choc en faisant remarquer qu’ils ont repéré le problème et qu’ils vont pouvoir le soigner. Tout à coup, Link, le fils, se met à tousser. Sa main se retrouve pleine d’une sorte de glaire rose, comme ça a été le cas pour sa sœur Francesca. Owen et Cristina échangent un regard inquiet. L’enfant semble effrayé même s’il dit à ses parents qu’il va bien et qu’il n’est pas malade.

     

    Voix off : C'est un fait bien connu que les médecins font les pires patients. On ignore nos symptômes jusqu'à ce qu'on soit face contre terre. On aime penser qu'on est une espèce différente de nos patients. Mais aucun de nous n'est invincible. À la fin, on doit admettre qu'on est humain et que parfois, même les plus puissants d'entre nous ont besoin d'aide. 


  • Commentaires

    1
    Vanessa
    Mardi 16 Juin 2015 à 00:55

    Bonjour,

    Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
    Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?

    Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
    Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.
    Voici le lien: http://revenumensuel.com

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :