• Episode 10.22 : We Are Never Getting Back Together

    Photobucket

    Titre français : Une proposition en or

    Scénariste : Joan Rater

    Réalisateur : Rob Corn

    Diffusion Etats-Unis : 1er mai 2014 sur ABC

    Diffusion France : 3 juin 2015 sur TF1

    Référence titre : chanson interprétée par Taylor Swift

     

    Voix off : Parfois, on a juste besoin de quitter la ville, d'avoir une nouvelle perspective. Mais on ne voit pas toujours qu'il nous en faut parce qu'il nous faut une nouvelle perspective pour le voir. C’est compliqué.

    Owen annonce à Cristina que la Clinique de Cleveland aimerait qu’elle fasse une conférence sur son travail. Un peu amère, Cristina lui demande si le médecin qui a remporté le Harper Avery est trop occupé. Owen lui rappelle que cette défaite ne la définit pas. Elle réplique que, dans ce cas, il ne doit pas essayer de la faire partir pour lui changer les idées. Comme s’il ne l’avait pas entendue, Owen ajoute qu’un hôpital de Zurich téléphone trois fois par jour dans le but de la faire venir pour une conférence. Durant l’année qui vient de s’écouler, Cristina ne s’est occupée que de son travail sur les conduits. Il estime que si elle s’offrait un voyage en première classe pour les Alpes, cela lui donnerait l’occasion de réfléchir à ce qu’elle veut faire par la suite. Cristina rétorque qu’elle le sait déjà, en finir avec la réunion à laquelle ils doivent participer maintenant.

    Ils entrent dans une salle où les attendent déjà les autres membres du Conseil d’Administration, à l’exception de Jackson. Callie le fait remarquer, ce à quoi Richard répond qu’ils peuvent commencer la réunion sans lui. Il donne ensuite la parole à Owen qui annonce à ses camarades que le Dr Russell, le chef de la cardio, l’a informé de son très prochain départ, en insistant très fortement sur le fait que cela n’avait rien à voir avec l’histoire du Harper Avery. Pour Richard, ça prouve au contraire que cela a tout à voir avec ça. Arizona ne voit pas en quoi le Harper Avery peut poser un problème. Meredith lui apprend que Catherine Avery a avoué à Richard qu’aucun des médecins de leur hôpital ne pourrait jamais remporter le prix. Owen ajoute que Richard estime qu’il faut faire appel de la décision de la Fondation. Cristina n’est pas chaude, cela ne serait qu’une humiliation supplémentaire pour elle. Richard estime qu’elle ne doit pas considérer cet appel d’un point de vue personnel mais général, par rapport à l’hôpital qui doit pouvoir continuer à obtenir des fonds afin de mener des recherches et attirer d’autres chirurgiens. Ils ne peuvent pas se permettre de perdre d’autres talents comme Russell. Derek intervient pour dire que si le départ de ce dernier est effectivement une perte pour l’hôpital, Russell n’est pas Cristina Yang. Arizona objecte que Cristina ne pourra pas rester ce qu’elle est sans argent. Callie lui donne raison. L’institut National de la Santé finance les médecins qui ont fait leurs preuves, qui ont remporté des prix. Derek fait remarquer à Cristina que faire appel n’est sans doute pas une si mauvaise décision. Richard demande à l’intéressée ce qu’elle en pense. Pour toute réponse, elle sort de la salle. Owen s’apprête à la suivre mais il est arrêté par Meredith qui rejoint son amie.

    Celle-ci lui fait part de son agacement. Elle aimerait passer une journée sans qu’on lui parle du Harper Avery. En plus, on vient de lui dire que l’hôpital risquait de ne plus recevoir de subventions. Elle ne comprend pas comment le fait d’avoir été nominée va lui faire perdre l’argent nécessaire à ses recherches. Est-ce que tout le monde a oublié qu’elle avait imprimé un conduit, qu’elle l’avait greffé à un enfant et que ça avait marché ? Meredith lui fait remarquer que les gens de Zurich ne l’ont pas oublié puisqu’ils veulent qu’elle vienne chez eux pour en parler. Meredith insiste sur le fait que le voyage est gratuit et que cela vaut la peine de parler pendant une heure en échange de cinq jours en Suisse. Cristina estime que si elle part, tout le monde va penser qu’elle prend la fuite, et c’est ce qu’elle veut éviter. Meredith trouve qu’elle a tort. Ici, tout le monde est en colère à, cause de ce qui lui est arrivé et on la soutient. Cristina la prie d’arrêter de parler de l’hôpital comme d’une grande famille. En fait, il ne s’agit que d’affaires et Catherine Avery a pris une décision purement commerciale. Elle l’a accepté, les autres devraient faire comme elle. Elle sort de l’ascenseur.

    April passe sa première échographie, en présence de Jackson. Leurs réactions, lorsqu’ils voient les premières images du fœtus, font comprendre à la gynécologue que cette grossesse n’était pas voulue, bien que Jackson prétende le contraire, sans trop de convictions il est vrai. Cependant, le couple répond par la négative lorsque la gynécologue leur demande s’ils veulent mettre fin à la grossesse. Elle leur donne rendez-vous dans son bureau et sort de la salle après avoir remis une photo d’échographie du bébé à April. Celle-ci se tourne vers son mari pour lui demander s’il n’a vraiment pas envie qu’elle mette fin à sa grossesse. Il assure que non. Il souhaite simplement que cette grossesse les rende heureux. April répond qu’elle est heureuse mais son expression dément ses paroles.

    Derek avance dans un couloir en compagnie de sa sœur et d’une foule de médecins, à qui il explique que leurs patientes, les Cooper, ont voulu se faire opérer au Grey Sloan Memorial parce qu’on y a déjà réalisé de nombreuses opérations comme celle qu’elles doivent subir. Il précise que cette intervention est délicate car elle implique le cerveau. Discrètement, il demande à sa sœur si elle se sent prête. Elle répond que oui, pour la troisième fois. Il insiste sur le fait que cette opération est très lourde. Elle lui rappelle qu’il lui a demandé d’y participer. S’il doute d’elle… Il réplique que c’est trop tard pour ça. Son air soucieux disparait pour faire place à un grand sourire, lorsqu’il aperçoit ses patientes, des sœurs siamoises unies par le crâne. Comme il leur dit qu’il suppose qu’elles sont Annie et Liz, Annie ironise sur le fait qu’il est très perspicace. Liz lui demande d’être aimable. Annie estime qu’elle n’a rien dit de désobligeant mais il faut admettre que Derek n’a eu aucun mérite à savoir qui elles étaient, compte tenu de leur situation. Derek salue ensuite le médecin qui les accompagne, le Dr Kenzie. Celui-ci précise qu’il est le pédiatre des sœurs. Liz mentionne qu’elles ont vingt-cinq ans et que dès lors, le Dr Kenzie n’est plus leur pédiatre. Annie le présente en plaisantant comme un de leurs fans. Quant à Liz, elle explique aux médecins qu’il est devenu comme un membre de la famille après la mort de leur mère. Derek se présente enfin comme le Dr Shepherd. Amelia fait de même, en précisant qu’elle est sa sœur et que leur famille regorge de beaux médecins. Derek explique ensuite aux deux sœurs que la quarantaine de personnes qui l’accompagnent vont s’occuper d’elles, ajoutant qu’il n’exigera pas d’elles de retenir tous les noms. Annie trouve que c’est un tort. Cela ferait un bon test après l’opération, afin de vérifier que le centre de leur mémoire n’a pas été touché. Liz lui demande de ne pas être aussi négative. Annie estime qu’elle est simplement lucide.   

    C’est dans une toute nouvelle voiture qu’Alex, qui est habillé en costume cravate, dépose Jo devant l’hôpital. La jeune femme se plaint d’être très en retard et elle prévient Alex qu’il est hors de question qu’elle reste encore éveillée jusque trois heures du matin, pour parler avec lui de son travail au cabinet du Dr Lebackes, comme ils l’ont fait les jours précédents. Avec un petit sourire, Alex lui rappelle qu’ils ne font pas que ça. Elle sourit aussi avant de l’embrasser. Elle reconnait que ça lui manque de ne plus le voir à l’hôpital. Il lui dit qu’elle peut toujours l’appeler si elle a besoin d’aide. Elle rétorque que ce n’est pas pour ça qu’il lui manque et qu’en plus, elle ne voit pas pourquoi elle aurait besoin de son aide. Elle est parfaitement capable de prendre des décisions d’ordre médical sans l’aide de son petit ami. Comme elle commence à s’énerver, Alex l’invite à sortir de la voiture avant qu’elle ne s’emporte.

    On voit tour à tour les deux Dr Shepherd, Meredith, Callie et Jackson expliquer à leurs assistants en quoi va consister l’opération des sœurs Cooper. Le problème, c’est que les patientes partagent une partie de la matière cérébrale. Les séparer va être compliqué parce qu’il n’y a qu’un seul sinus sagittal pour fournir du sang au cerveau. Les médecins vont donc d’abord devoir déterminer laquelle des deux sœurs va garder ce sinus sagittal, l’autre devant alors recevoir une greffe. C’est Meredith et Richard qui se chargeront de prélever la veine saphène qui servira de second sinus sagittal. Callie, quant à elle, fera un moule du crâne pour pouvoir remplacer la partie manquante du crâne qui sera tout d’abord recouverte d’un rabat, avant qu’elle ne soit totalement recouverte par la peau que Jackson aura cultivée. Ils vont tous devoir travailler rapidement et minutieusement pour transformer un seul cerveau en deux, en faisant le moins de dégâts possibles. Derek avertit les assistants. Si l’un d’entre eux ne se sent pas capable de relever le défi, il doit le dire immédiatement. Evidemment personne ne se manifeste.  

    Jo arrive dans la chambre du jeune Braden, lequel est en bien meilleure forme. Les parents du garçonnet en profitent pour chanter victoire. David dit à Jo qu’ils savent que Miranda les évite depuis qu’ils ont refusé qu’elle injecte le virus du HIV à leur fils. Jo objecte qu’il ne s’agit pas du virus en tant que tel. Teresa lui coupe la parole pour dire qu’ils sont au courant. Néanmoins, ils sont restés sur leurs positions et maintenant, leur fils va beaucoup mieux. Jo reconnait que le nombre des lymphocytes est excellent. D’ailleurs, elle compte demander au Dr Bailey si Braden peut avoir de la nourriture solide désormais. David lui demande d’informer Miranda qu’ils ne lui en veulent pas. Teresa réplique qu’elle, elle lui en veut un tout petit peu. David insiste sur le fait qu’ils sont simplement très heureux que leur fils aille mieux.

    Cristina retrouve Sabine qui serre dans ses bras l’oreiller de Francesca. Sabine lui confie qu’elle s’en est prise violemment à un aide-infirmier qui voulait reprendre la taie. Elle veut aller lui présenter des excuses parce que cet homme a été si gentil avec elle et avec sa famille. Il a même assisté aux funérailles de Francesca. Cristina lui dit de ne pas s’en faire pour ça. Elle s’assied à ses côtés et lui annonce qu’elle et sa famille vont pouvoir rentrer chez eux. Link est toujours sur la liste des transplantations mais il peut attendre son nouveau cœur à la maison. Quand à Ivy, elle est stable et elle serait mieux chez elle pour passer sa convalescence. Sabine n’arrive pas à se réjouir de la nouvelle. Cristina lui rappelle qu’elle vient de subir une terrible perte. mais il faut qu’elle se raccroche à l’idée qu’elle a deux autres enfants en vie et qui vont mieux. Ils vont tous devoir se remettre de ce qu’ils ont vécu et ils le feront mieux chez eux que dans un hôpital.

    On retrouve Cristina à l’aéroport. Elle prend un billet aller-retour pour Zurich.

    Sur place, elle téléphone à Meredith et tombe directement sur sa boite vocale. Il est probable que Meredith soit endormie. Dans le message qu’elle lui laisse, Cristina avoue qu’elle ne sait pas du tout l’heure qu’il est à Seattle. Elle n’est même plus très sûre du jour qu’il est. Par contre, elle est certaine d’adorer Zurich, du moins d’après ce qu’elle peut voir de sa chambre d’hôtel. Tout est génial ici ! Son lit est tellement grand qu’il doit appartenir à un géant riche qui aime les oreillers aux formes bizarres. Elle ajoute qu’elle a dormi au moins vingt-quatre heures.

    A Seattle, Meredith écoute le message. Elle entend Cristina lui dire qu’elle compte rentrer directement après la conférence, et que donc elle n’aura sans doute pas le temps de lui acheter des chocolats, à moins d’en trouver à l’aéroport. Après avoir raccroché, Meredith entre dans la chambre des sœurs Cooper afin de voir chez laquelle des deux ils vont pouvoir prélever la veine saphène. Stephanie pose la sonde d’échographie sur la jambe de Liz mais c’est Annie qui se plaint de la froideur du produit. Comme Stephanie s’en étonne, Liz lui apprend qu’elle et sa sœur partagent le même cortex sensoriel. Le Dr Kenzie explique aux chirurgiennes que lorsque les sœurs étaient enfants, si l’on frappait l’un d’entre elles, c’était l’autre qui pleurait. Liz ajoute que tout le personnel du cabinet venait assister au numéro. Annie pense que ça va être bizarre de ne plus avoir de public à chaque fois qu’elles feront quelque chose. Liz trouve que ce sera bien. Annie est d’accord, c’est juste qu’elle n’a jamais rien fait sans sa sœur. Elle marche en s’appuyant sur Liz, c’est cette dernière qui conduit la voiture puisqu’elle est du côté conducteur, et au travail, c’est aussi elle qui s’occupe des clients désagréables. Liz la rassure. Elle continuera à la conduire au travail et à crier sur les clients déplaisants mais pour ce qui est de marcher, sa soeur va devoir apprendre à se débrouiller. Annie lui demande de cesser de plaisanter de tout. Liz rétorque qu’elle, elle doit cesser de penser à leur mère. Annie assure que ce n’est pas le cas. Liz lui rappelle qu’elles partagent le même cerveau. Annie reconnait qu’elle pense à ce que leur mère leur répétait sans cesse, à savoir que c’était trop dangereux de les séparer. Le Dr Kenzie estime que leur mère aurait changé d’avis parce qu’elle comprendrait que la séparation est devenue nécessaire. Meredith lui donne raison. Le problème, c’est que les systèmes sanguins de sœurs se chevauchent et que le cœur de Liz travaille plus que celui de sa sœur, ce qui lui fait courir plus de risques d’avoir une crise cardiaque. Il est évident que leurs corps ne vont plus supporter cette situation très longtemps. Liz comprend que cela signifie que si elles ne font rien, elles mourront toutes les deux. Le Dr Kenzie est bouleversé.

    Jo informe Miranda que les parents de Braden ont l’impression qu’elle les évite. Miranda assure que ce n’est pas le cas. Jo ajoute que David et Teresa lui ont demandé de faire savoir à Miranda qu’ils ne lui en veulent pas mais qu’au contraire, ils sont ravis parce que leur fils va beaucoup mieux. Elle précise que le nombre des lymphocytes est monté à cinq cents. Miranda estime que c’est un miracle. Jo lui demande si Braden peut avoir de la nourriture solide. Miranda répond qu’il peut avoir tout ce qu’il veut. Elle ordonne ensuite à Jo de surveiller l’enfant de près, en vérifiant ses constantes toutes les deux heures et en faisant des analyses toutes les quatre heures.

    Owen surgit pour informer Jo qu’il va enchainer les consultations et que donc, il compte sur elle pour poser un cathéter sur une de ses patientes qui va subir une colectomie (placement d’un anus artificiel). Il est à peine parti qu’Arizona arrive pour demander à Jo d’enlever le drain d’un de ses patients, avant de placer un tube sur une petite fille un brin turbulente, pour la nourrir, le tout sans perdre un instant.

    Derek informe son équipe qu’il s’occupera de la jumelle A tandis que sa sœur, qu’il appelle Amy, s’occupera de la jumelle B. Amelia lui dit très clairement qu’elle préfère qu’il l’appelle Dr Shepherd, car elle ne veut pas passer pour une étudiante reléguée au second plan, alors qu’en fait elle est son égale. Après lui avoir présenté ses excuses, Derek demande à tous, et plus particulièrement à Callie et Jackson, s’ils ont bien compris le rôle qu’ils vont jouer. La réponse étant positive, il leur donne rendez-vous dans la salle d’opération. Richard ajoute à l’intention de toute l’équipe qu’il ne faut pas oublier de manger parce qu’ils n’en auront plus la possibilité pendant un bon moment. Comme Derek prie sa sœur de rester pour revoir une fois encore la procédure, elle demande à Meredith de lui rapporter une barre énergétique. Après avoir accepté, Meredith lui dit qu’elle ne comprend pas pourquoi Derek traite sa sœur comme si elle était incompétente, alors qu’il la trouve géniale. Amelia répond que c’est parce que Derek est le jumeau A, qu’il l’a toujours été et qu’il le sera toujours. Elle, elle ne sera toujours que la jumelle B. 

    En arrivant dans le service pédiatrie, Arizona se fait arrêter par April qui lui apprend qu’une petite fille prénommée Raynbow a besoin d’un examen abdominal. Arizona trouve que Raynbow est un très joli prénom et elle se promet de le rajouter sur sa liste de prénoms de bébé, après Bubba, Toolio et Agamemnon. Ce dernier surprend un peu April même si elle prétend que c’est joli. Etonnamment, Arizona répond qu’elle le trouve horrible, c’est même de la maltraitance d’enfant. Elle explique à une April un rien désarçonnée que comme Callie critique tous les beaux prénoms qu’elle choisit, elle a décidé de les noyer dans un flot d’horribles prénoms comme Zamboni, Hashtag et Digger. April ne cache pas qu’elle envie un peu l’enthousiasme du couple alors qu’il n’y a même pas encore d’enfant. Arizona l’invite à imaginer ce que ce sera quand il y aura vraiment un bébé.

    Cristina a terminé sa conférence et elle répond maintenant aux questions de l’auditoire. Soudain, une voix se fait entendre qui la fait se raidir imperceptiblement, parce qu’elle ressemble très fortement à celle de Preston Burke. Bien qu’elle soit troublée – d’autant plus qu’elle n’arrive pas à distinguer les traits de son interlocuteur, celui-ci étant dans l’ombre – elle répond à la question avec beaucoup de professionnalisme, comme si de rien n’était. L’inconnu lui demande ensuite comment elle peut être sûre que le conduit qu’elle imprime est meilleur que le produit synthétique standard. Cristina répond qu’elle espère que son conduit va grandir et s’adapter durant la vie du patient. L’inconnu ajoute que cela éviterait au patient de subir toute une série d’opérations par la suite. Il se lève et descend lentement les escaliers de l’auditoire. Cristina, de plus en plus nerveuse – sans doute parce que la silhouette de l’inconnu ressemble étrangement à celle de son ancien fiancé – précise que sa procédure demande un grand investissement de temps au début mais qu’elle vaut le coup à long terme. L’homme lui demande si elle ne craint pas qu’il y ait un risque de mort programmée des cellules créées de cette façon. Le visage de Preston Burke apparait enfin en pleine lumière. Il faut quelques secondes à Cristina pour reprendre ses esprits et répondre que, si cela a été une crainte au début, elle a constaté par la suite que 90% des cellules étaient devenues viables après une semaine, ce qui l’a considérablement surprise. Preston Burke trouve cela fascinant. Il la remercie, donnant ainsi le signal des applaudissements.

    Toujours très nerveuse, Cristina échange quelques mots avec des personnes qui ont assisté à sa conférence, tandis que Burke attend, légèrement en retrait. Un des médecins se tourne vers lui pour le remercier d’avoir fait venir Cristina. Grâce à elle, ils ont pu apprendre certaines choses. Burke répond qu’il n’en doute pas. Une fois les autres médecins partis, Cristina lui fait part de son étonnement. Ainsi donc, c’est lui qui a organisé cette conférence ? Elle croyait que c’était un certain Weiss. Burke répond que ce dernier fait partie de son équipe. Il a utilisé ce subterfuge parce qu’il savait qu’elle ne viendrait pas si l’invitation venait de lui, étant donné les circonstances de leur dernière interaction. Moi en robe blanche et toi qui prenais la fuite hors de l’état, ironise Cristina. Un peu mal à l’aise, Burke répond que c’est délicat de revenir sur le sujet. Elle lui demande ce qu’elle fait là. Il lui dit qu’il voulait simplement parler avec elle des parties de son travail qui n’ont pas été publiées. Elle doute qu’il lui ait fait faire dix mille kilomètres en avion juste pour ça. Il réplique que cet hôpital est le sien et que donc, il a les moyens de faire faire un tel trajet aux gens juste pour leur poser des questions. Il lui propose ensuite de la remercier en lui montrant tout ce qu’il a réalisé dans son hôpital et en l’invitant à participer à l’opération qu’il doit pratiquer cet après-midi là, à moins qu’elle n’ait prévu autre chose. Cristina se contente de dire qu’elle doit passer un coup de fil. Il lui donne donc rendez-vous plus tard, avant de la prier de remettre son bonjour à Meredith. Elle lui lance un regard assassin tandis qu’il lui fait un clin d’œil avant de s’en aller.

    Owen retrouve Meredith à la cafétéria. Comme elle est au téléphone, il lui demande si elle parle à Cristina. Meredith répond qu’elle et Cristina ne font que se manquer et qu’elle est en train d’écouter un message de cette dernière. Elle répète au fur et à mesure à Owen ce qu’elle entend, comme par exemple que la conférence s’est bien passée, mais elle cesse dès qu’elle apprend que Preston Burke est à Zurich. Sa stupéfaction intrigue Owen qui veut savoir ce qui se passe mais Meredith noie le poisson en prétendant que leur amie a eu droit à une standing ovation. Owen est ravi. Il savait que ce voyage ferait du bien à Cristina.

    Les résidents de deuxième année déjeunent à la cafétéria. Comme Leah va devoir faire des trous de trépanation sur les sœurs Cooper, Shane lui a apporté un crâne en plâtre afin qu’elle Leah s’entrainer à forer dedans pour ne plus faire la même erreur que celle qu’elle avait faite sur un patient de Callie. Jo et Stephanie se moquent de leur camarade qui vient de rater sa première tentative. Mais Shane l’encourage à recommencer en tirant des leçons de son erreur.

    April et Jackson déjeunent à une autre table. April est choquée que la première option que l’on donne à une femme enceinte qui a des sentiments mitigés sur le fait de devenir mère, soit l’avortement. Selon Jackson, la gynécologue n’a fait que son travail. April lui reproche de ne pas être de son côté. Il réplique que ce n’est pas le cas mais il estime simplement qu’ils n’ont pas besoin de dire du mal de la gynécologue. April commence par protester avant d’admettre que c’est ce qu’elle faisait. Mais elle n’a pas envie de se disputer avec Jackson pour ça. Il l’assure qu’il ne le veut pas non plus. En guise de conciliation, elle lui demande ce qu’il pense du prénom Phoebe au cas où ils auraient une fille. Jackson n’aime pas vraiment, ça le fait penser à Phoebe Freebie (surnom donné à une des héroïnes de la série Charmed) et il trouve que ça fait pétasse. Il se repend aussitôt en voyant le regard déçu de sa femme, assurant que ce prénom est néanmoins très joli, un des plus beaux même. Soudain, il se lève de table pour rejoindre Richard qui vient d’entrer à la cafétéria. Il lui demande pour quelle raison il n’a pas été convié à la réunion du Conseil d’Administration. Richard répond que sa présence n’a pas été jugée utile étant donné qu’ils devaient discuter des problèmes qu’ils rencontrent avec la Fondation Avery. Jackson réplique qu’il veut être mis au courant. Richard rétorque avec une certaine véhémence qu’il a construit l’hôpital en ayant un certain nombre d’idées en tête et qu’il est bien décidé à ne pas laisser les gens de la Fondation traiter ces idées avec légèreté. Il estime qu’ils se sont associés trop rapidement et qu’il est clair maintenant qu’il y a des différences fondamentales entre eux au niveau de la philosophie. Leur union ne fonctionnera pas, elle est vouée à l’échec. Jackson ne semble pas comprendre grand-chose à ce que Richard vient de lui dire. Quant à April, elle souffre de voir son mari ainsi humilié en public.    

    Comme Owen le lui a demandé, Jo pose un cathéter sur Babs, la patiente qui doit subir une colectomie. Miranda vient lui demander si elle a soumis Braden aux diverses analyses, comme elle le lui avait demandé. Jo répond que oui. Miranda la prie de la tenir au courant des résultats. Une fois qu’elle est partie, Jo informe la patiente qu’elle vient de placer le cathéter et que maintenant, elle va devoir retirer le petit câble qui lui a permis de le poser. Babs, qui est heureuse de n’avoir rien senti, la félicite pour sa délicatesse. Mais elle a à peine terminé sa phrase qu’elle pousse un petit cri de douleur. Jo constate qu’elle n’arrive pas à retirer le filin. Elle suppose que celui-ci s’est accroché. Babs crie de plus en plus fort. Jo lui conseille de se détendre.  

    Derek confie à Callie à quel point il est impressionné par la copie du crâne qu’elle a réalisée pour son intervention. Elle lui rappelle qu’il lui a fallu des heures d’un travail méticuleux pour perfectionner sa création. Il vaudrait mieux qu’Amelia ne fasse pas tout foirer. Derek ne voit pas pourquoi elle pense cela de sa sœur. Elle lui fait remarquer qu’il traite celle-ci comme si elle était l’idiote du village. Derek répond que c’est faux. Callie assure que c’est le cas et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle a besoin qu’il lui dise qu’Amelia n’est pas stupide. Derek le confirme avec force. Il ne laisserait pas sa sœur s’occuper des sœurs Cooper si elle n’en était pas extrêmement capable. Il remarque ensuite la présence d’une jambe robotique. Callie précise que celle-ci est parfaitement fonctionnelle. Derek lui avoue avoir cru que son absence bloquerait complètement l’avancement du projet. Callie reconnait que c’est le cas, raison pour laquelle elle a pris une direction différente. Elle a trouvé le moyen de diriger les signaux des nerfs périphériques directement dans la prothèse, et ce afin de pouvoir totalement se passer des capteurs de Derek. En résumé, elle a supprimé l’intermédiaire. Derek lui demande si son rôle se réduit à ça. Elle lui répond que non, car elle a toujours besoin de lui pour connecter les nerfs. Avec un petit sourire, Derek se définit comme un mécano. Elle lui donne raison, ajoutant sur un ton un peu moqueur qu’elle ne le laisserait pas faire s’il n’en était pas extrêmement capable.

    A Zurich, Cristina est assise sur un banc, à l’extérieur de l’hôpital pour écouter le message que lui a laissé Meredith. Celle-ci la met en garde. Avant de faire quoi que ce soit d’imprudent, il faut que Cristina se souvienne que Burke lui a enlevé une partie d’elle-même, qu’elle a dû épiler ses sourcils pour plaire à Madame Burke et qu’elle a passé les sept dernières années à s’en remettre. Cristina coupe le message lorsque Burke surgit devant elle, en lui présentant un gobelet. Comme elle semble sur la défensive, il lui précise que ce n’est que du café. Il suppose qu’elle en boit toujours. Elle prend le gobelet mais se lève dès que Burke s’assied à côté d’elle, en prétendant qu’elle ne veut pas rater l’avion du retour. Il l’assure que ce n’est pas un problème, car il a déjà demandé à Weiss de mettre un ticket de côté pour elle. Elle lui fait remarquer que le fait de l’avoir fait venir en secret et maintenant, de faire dépendre son retour de son horaire à lui, n’est que de la manipulation. Il répond qu’il est désolé qu’elle voie ça de cette façon. Après avoir un peu hésité, elle lui demande s’il s’est intéressé à ce qu’elle avait fait durant toutes ces années. Avec un petit sourire, il lui demande si elle va prétendre qu’elle ne faisait pas la même chose le concernant. Elle sourit à son tour. Il se lève pour lui dire que la procédure qu’il veut lui montrer est toute nouvelle. Il n’a même encore rien publié à ce sujet parce qu’il voulait être certain d’avoir ce qu’il espérait avoir. Elle lui demande si c’est le cas. Il l’invite à l’accompagner pour le constater par elle-même. Il faut quelques secondes à Cristina avant de se décider à le suivre.

    Meredith informe le Dr Kenzie que les sœurs Cooper sont prêtes pour leur intervention. il la prie de lui révéler laquelle des deux est la jumelle A. Comme Meredith hésite, il lui dit qu’il sait que les médecins ont déterminé la sœur qui avait le plus de chances de s’en sortir afin de tout mettre en œuvre pour la sauver, au cas où les choses tourneraient mal, parce qu’il vaut mieux avoir une sœur vivante que pas du tout. Il est médecin, il sait comment cela fonctionne. Il explique à Meredith qu’il a mis ces deux filles au monde, qu’il a assisté à la remise de leurs diplômes, qu’il a rencontré leurs petits amis et qu’il était là quand elles ont enterré leur mère. S’il veut savoir qui est la jumelle A, c’est pour demander à Dieu d’accorder plus d’attention à l’autre. Touchée, Meredith lui confie que Liz est la jumelle A. Si les choses se compliquent durant l’opération, c’est elle que les médecins essayeront de sauver. Bouleversé, le Dr Kenzie demande à Dieu de prendre soin d’Annie. L’infirmier qui pousse le lit des deux sœurs avertit Meredith qu’il va les emmener en salle d’opération. Le Dr Kenzie sourit à ses protégées. Liz lui donne rendez-vous après l’opération. Quant à Annie, elle lui demande d’apporter des beignets. Il promet qu’elle les aura.   

    En salle d’opération, Meredith annonce à son mari qu’elle et Richard ont presque fini de prélever la veine saphène sur la jambe d’Annie. Derek demande à Leah comment elle se débrouille avec les trous de trépanation. C’est Amelia qui répond à la place de la jeune femme, assurant que celle-ci a déjà fait sept trous sans perforer la dure-mère. Ravie, Leah échange un regard et un sourire avec ses camarades. Lorsqu’Amelia confirme que le huitième trou est aussi parfait que les autres, Leah pousse un cri de triomphe qui fait sursauter toute l’équipe. Richard gronde gentiment la jeune femme, en lui rappelant qu’ils sont en train de réaliser un travail délicat. Leah présente ses excuses. Derek annonce qu’il va maintenant commencer à décoller le sinus sagittal de la paroi osseuse.

    Complètement paniquée, Jo téléphone à Alex. Celui-ci ne cache pas qu’il est très heureux d’avoir eu raison quand il lui a dit qu’elle allait foirer quelque chose et qu’elle aurait besoin de lui pour réparer. Mais il ajoute aussitôt qu’il ne faisait que plaisanter et qu’il n’a pas vraiment le temps de papoter avec elle, parce qu’il est fort occupé. Lorsqu’il lui demande s’il peut la rappeler plus tard, elle n’ose pas le retenir. Elle retourne dans la chambre de Babs à qui elle annonce que le petit filin s’est accroché dans sa poitrine et qu’elle va pratiquer une radio pour voir ce qu’il en est exactement. Arizona surgit pour lui reprocher de ne pas s’être encore occupée de ses deux jeunes patients. Jo répond sèchement qu’elle va le faire tout de suite. Elle sort de la chambre après avoir promis à Babs que tout allait bien se passer.

    Derek et Amelia sont en train de disséquer le cerveau des sœurs Cooper millimètre par millimètre en essayant de distinguer les vaisseaux qui sont propres à chacune des jumelles, lorsqu’ils remarquent que certains changent de couleur. Leurs commentaires intriguent Stephanie qui demande à Richard ce qui se passe. Il lui apprend que Lizzie a développé un caillot et que les neurochirurgiens essaient que cela ne se propage pas au cerveau d’Annie. Ils doivent faire vite s’ils veulent sauver celle-ci. Amelia annonce alors qu’ils doivent séparer les deux sœurs immédiatement, et le faire rapidement. Elle demande qu’on lui passe le dissecteur. Derek l’enjoint à rester bien au milieu avant d’ajouter qu’ils s’occuperont des hémorragies après la séparation. Leah est un peu désarçonnée. Elle pensait que Liz était celle qui avait le plus de chances de s’en sortir et que l’équipe mettrait tout en œuvre pour la sauver. Richard répond simplement que ce n’est plus le cas. 

    Cristina et Burke sont en salle d’opération. Cristina est déçue de constater qu’il ne s’agit que d’un remplacement de la valve aortique. Cela n’a rien de spécial. Burke lui promet qu’elle va changer d’avis. Elle pousse un soupir. Il lui dit alors qu’il a appris qu’elle avait manqué le Harper Avery. Il voit à sa réaction que c’est quelque chose qu’elle a mal vécu et il lui dit qu’elle ne devrait pas le prendre comme ça. Elle estime que c’est facile pour lui de dire ça, vu qu’il en a gagné un. Il réplique que c’est pour ça qu’il peut lui parler de cette façon. Il y a eu des hauts après sa victoire et pendant longtemps, cela s’est bien passé pour lui. Mais à un moment, la peur que le meilleur de sa carrière soit derrière lui et la pression qu’il s’était mise à lui-même l’ont fait s’effondrer. Il a alors ressenti le besoin de s’éloigner et c’est pour cela qu’il est venu à Zurich, où il a pu travailler dans le calme. Il a ensuite rencontré un homme qui avait gagné un milliard dans le marché des obligations et qui désirait que son nom soit lié à quelque chose de concret. C’est grâce à l’argent de cet homme que Burke a pu créer cet hôpital et qu’il a pu faire venir des médecins du monde entier, juste pour faire des recherches sur le cœur. Cristina est étonnée qu’il ait pu réussir son entreprise sans aucune aide financière du gouvernement. Burke lui confirme qu’il n’en a pas eu besoin. Il attire ensuite l’attention de Cristina sur la forme tout à fait irrégulière de la valve mitrale du patient. Cristina est toujours aussi peu intéressée. Burke fait alors apparaitre le cœur du patient sous la forme d’un hologramme, juste entre lui et Cristina, à la hauteur de leurs visages. C’est comme si le cœur du patient était sorti du corps de ce dernier et s’était élevé dans les airs. Burke explique à Cristina qui est bouchée bée, que l’hologramme résulte des scanners faits avant l’opération et qu’il est complété par une visualisation pendant cette dernière. Cela leur permet de voir le cœur en temps réel sous tous les angles, et même de le découper pour en examiner l’anatomie et voir toutes les ramifications, supprimant ainsi le risque que l’on court quand on y va à l’aveugle. Burke ajoute que s’il a attendu pour publier sa procédure, c’est parce qu’il voulait d’abord éliminer tous les défauts. Cristina semble éblouie. Elle et Burke font tourner le cœur dans les airs. Burke lui demande si ça valait le coup de rester. Elle répond que oui. Il lui conseille d’attendre de voir le reste.

    Les Dr Shepherd s’apprêtent à séparer les sœurs Cooper. Amelia propose à Derek de s’occuper de la sœur qui a une chance de s’en sortir tandis qu’elle prendra l’autre en charge. Derek refuse. Il préfère essayer de retirer le caillot de Liz. C’est sans doute la tentative de la dernière chance mais ça pourrait marcher. S’il arrive à retirer le caillot, il pourra peut-être sauver la patiente mais celle-ci aura des séquelles. Les sœurs sont séparées. Amelia dit à son frère qu’il ne doit pas s’en faire, elle va s’occuper d’Annie. Il répond qu’il n’a aucun doute à ce sujet. Amelia semble surprise.

    Burke fait visiter son hôpital à Cristina. Celle-ci se montre très impressionnée par la salle des imprimantes 3D. Elle l’est plus encore lorsque Burke précise qu’il y en a cinquante. Cependant, une a été renvoyée au fabricant en raison d’un problème technique. Il lui demande ensuite ce qu’elle compte faire maintenant que son essai sur les conduits est terminé. Elle avoue qu’elle n’en sait encore rien. Tout lui semble si confus pour le moment. Burke lui demande si c’est à cause du Harper Avery. Elle réplique qu’elle n’en a rien à faire. Il répond qu’il en est certain, du moins ça devrait être le cas car selon lui, le prix n’est rien d’autre qu’une évaluation faite par des personnes qui savent qu’elle est ce qu’elle pense être. Même si elle désire ardemment ce prix… Cristina lui coupe la parole pour lui dire qu’elle connait la grande valeur de son travail. Il lui dit qu’il le sait aussi. Elle est touchée. Elle lui confie alors qu’elle sait déjà quel sera son nouveau travail, et qu’il sera important mais… Elle s’arrêter de parler et c’est Burke qui termine sa phrase, elle a peur de ne plus avoir de soutien maintenant qu’elle a perdu le Harper Avery. Il aimerait savoir en quoi consiste son projet. Elle lui révèle qu’elle veut imprimer un cœur humain en 3D, un vrai cœur qui bat. Burke lui sourit. Il lui promet qu’ils le feront dans cet hôpital, où rien n’est impossible. Elle peut commencer dès le lendemain. Pour ça, elle n’a qu’à dire oui. Cristina est interloquée.

    Richard entre dans la galerie qui est pleine de monde pour assister à la fin de l’intervention sur les sœurs siamoises. Il demande à Meredith ce que Cristina a décidé de faire concernant l’appel contre la Fondation Avery. Meredith répond qu’elle n’en sait rien car elle n’a pas parlé à son amie depuis que celle-ci est partie. Richard est atterré lorsqu’il apprend que Cristina est en train de visiter un hôpital suisse, parce qu’il en déduit qu’elle cherche un autre travail. Il s’en prend aussitôt à Jackson. À cause de lui, ils vont perdre les bons médecins un à un. Meredith essaie de calmer le jeu en lui rappelant que Cristina est simplement partie pour donner une conférence, mais en vain. Déchainé, Richard lance qu’à cause des Avery, il n’y aura bientôt plus d’autre médecin que Jackson et Knox. April lui intime l’ordre de se taire. Au grand étonnement de son mari, elle rappelle à Richard que c’est lui qui, en raison de sa relation avec la Fondation Avery, a amené celle-ci à intervenir dans la gestion de l’hôpital. Elle comprend que maintenant, il en soit gêné et honteux, et elle en est désolée pour lui, mais elle ne veut plus qu’il passe ses nerfs sur Jackson. Elle estime que celui-ci n’est pas sa mère et que donc, il mérite que Richard le respecte. Tout le monde est très mal à l’aise d’avoir assisté à cette scène. Richard n’apprécie pas de s’être ainsi fait gronder en public mais il ne dit rien. Jackson sort de la galerie, suivi par Richard. April se tasse sur elle-même, comme si elle réalisait seulement ce qu’elle a dit.

    Jo se plaint à une infirmière de ne pas avoir reçu les radios de Babs. L’infirmière lui apprend qu’elle les a envoyées à Owen. Jo est catastrophée. Elle demande à l’infirmière pourquoi elle a pris cette initiative. L’infirmière répond que les radios montraient que la situation était critique. Si elle a jugé bon d’informer Owen, c’est parce que celui-ci était mentionné comme médecin responsable dans le dossier de la patiente. Jo veut entrer dans la chambre de Babs quand elle est réalise que celle-ci n’est plus là. L’infirmière lui apprend que la vieille dame est en salle d’opération. En apercevant Stephanie dans le couloir, Jo lui demande de bien vouloir s’occuper de Braden. Elle part après avoir précisé qu’il fallait vérifier le nombre de leucocytes afin d’être certaine que l’enfant n’avait pas la leucémie. Stephanie tique.

    Derek entre dans la salle d’opération où sa sœur s’occupe d’Annie. Il demande à Amelia comment se passe la greffe de la veine saphène. Amelia répond que par chance, cela s’avère assez facile. Derek lui propose son aide mais elle refuse, car elle n’a plus qu’à fermer la dure-mère. Une fois que Derek est sorti de la salle, Leah fait part de son étonnement à Amelia quant à la rapidité avec laquelle son frère a soigné Liz. Amelia lui dit que Derek n’a pas réussi à sauver sa patiente.

    Jo entre dans la salle où Owen est en train d’opérer Babs. Elle lui présente immédiatement ses excuses pour ne pas l’avoir prévenu de ce qui se passait avec la patiente. Owen réplique qu’elle aurait dû prévenir n’importe quel médecin, il y en a assez dans cet hôpital. Il ajoute ensuite qu’en essayant de retirer le filin de force, elle a perforé une veine, déclenchant ainsi une hémorragie interne. De ce fait, il est maintenant obligé de pratiquer une intervention en urgence et de reporter la colectomie. Jo tente de plaider sa cause en disant qu’elle a essayé de gérer le problème toute seule. Owen rétorque qu’elle n’a fait qu’aggraver la situation.

    Burke a amené Cristina dans on bureau. Il l’invite à s’asseoir avant d’annoncer qu’il va commander à diner. Après avoir regardé autour d’elle, elle lui demande s’il veut vraiment qu’elle vienne travailler dans son hôpital. Il le confirme. Elle ricane. Il lui fait remarquer qu’il n’est plus capable d’interpréter les bruits qu’elle fait. Elle aimerait savoir si le fait qu’il ait comploté pour la faire venir à Zurich signifie qu’il veut la faire revenir dans sa vie, parce que si c’est le cas, il doit savoir qu’elle n’est pas intéressée. Burke lui montre la photo d’une femme qui trône sur son bureau. Il s’agit de sa femme, Edra avec laquelle il a eu deux enfants, Simone, âgée de cinq ans, et Vivianna qui vient d’en avoir quatre. Il précise qu’il est heureux avec sa femme qu’il considère comme l’amour de sa vie. Son monde, c’est elle et sa famille. Alors, il ne veut pas de Cristina. Il s’excuse aussitôt pour la façon dont il l’a dit et lui explique que sa femme veut se consacrer à ses enfants. Elle était chirurgienne mais elle a arrêté pour avoir des enfants. Maintenant, elle est une mère au foyer qui soutient son mari dans tous ses rêves. Cristina affirme être heureuse pour lui. Burke ajoute que lorsqu’on fait ce qu’ils font avec autant d’acharnement, on a besoin d’une personne qui reste à la maison pour s’occuper du foyer. C’est de cette façon seulement que des gens comme eux peuvent avoir quelqu’un dans leur vie. Cristina réplique qu’il ne la connait plus. Elle voit qu’il a changé de vie, il doit savoir qu’elle est dans le même cas. Burke accuse le coup avant de lui donner la raison. C’est vrai qu’il ne la connait plus. Mais il sait qu’elle est devenue une formidable chirurgienne. Elle est devenue celle qu’il désirait qu’elle soit. Il estime qu’elle mériterait de travailler dans un hôpital comme le sien et il lui conseille d’y réfléchir.

    De retour dans sa chambre d’hôtel, Cristina laisse un message à Meredith parle quel elle lui apprend que Burke a une famille et un cœur en hologramme, et qu’il veut aussi financer les recherches qu’elle aimerait faire pour imprimer un cœur en 3D. Il a quarante-neuf imprimantes et beaucoup d’argent. Elle regrette de ne pas pouvoir en parler de vive voix avec son amie à qui elle reproche de ne pas décrocher son téléphone. Elle ajoute que tout ce qu’elle a toujours voulu se trouve à Zurich. Le seul problème, c’est que Burke y est aussi. Alors, elle ne sait pas ce qu’elle doit faire et elle espère que Meredith le lui dira.

    Des infirmiers ont amené Annie dans le lit de sa sœur Liz qui est en état de mort cérébrale. Meredith et Derek assistent à la scène depuis l’extérieur de la chambre. Meredith demande à son mari si Annie a décidé d’arrêter les soins. Dévasté, il fait signe que oui. Dans la chambre, Annie pleure toutes les larmes de son corps.

    Meredith retrouve Richard dans une salle d’imagerie. Il lui demande si l’état de Liz a des chances de s’améliorer. Elle répond que non et lui apprend que la jeune femme ne va plus recevoir de soins. Elle lui demande ensuite s’il se souvient combien ça a été difficile de trouver de l’argent pour assurer la survie de l’hôpital. La Fondation était leur dernière chance et en la saisissant, Richard les a sauvés. Elle estime que maintenant, ils doivent trouver un moyen de travailler avec la Fondation. Richard lui explique qu’il était là lorsque sa mère a gagné son premier Harper Avery. Evidemment il n’était pas assis près d’elle, il était au fond de la salle. Meredith lui demande si c’est parce que son père était là. Richard fait signe que oui avant d’ajouter que ce prix a été leur prix d’excellence, il était la preuve de leur succès ; c’était tout ce pourquoi ils avaient travaillé. Il avait voulu être là pour voir le visage d’Ellis quand elle le recevrait. Elle était radieuse. Il a l’impression qu’en faisant ce qu’elle a fait, Catherine a rendu ce jour là dénué de tout sens. Elle l’a dévalorisé, tout comme elle a dévalorisé les buts qu’ils poursuivaient et la mémoire d’Ellis, et ça, il ne le supporte pas. Meredith est émue. Owen entre dans la salle et demande à Richard de lui accorder un moment. Meredith serre la main de son mentor.

    Stephanie remet à Miranda les résultats des dernières analyses faites sur Braden. Elle ne peut s’empêcher de lui faire part de son étonnement. Comment un garçon qui n’a aucune immunité peut augmenter le nombre de ses lymphocytes T en une seule nuit ? Miranda reste muette. Stephanie lui dit alors qu’elle la soupçonne d’avoir administré le virus HIV désactivé à l’enfant contre la volonté des parents. Enervée, Miranda lui fait remarquer sèchement que ça a marché. Contrairement à ce qu’elle pensait, Stephanie ne la désapprouve pas. Au contraire, elle trouve cela génial. Miranda se reprend et réplique avec un petit sourire qu’elle ne comprend pas du tout ce dont elles sont en train de parler.  

    Richard donne raison à Owen. Ce résident n’est pas fait pour être chirurgien. Owen ajoute que soit on est chirurgien, soit on ne l’est pas.

    Jo a surpris leur conversation et s’est empressée de la répéter à ses camarades. Leah a peur d’être celle qui va être renvoyée. Si ça arrive, ses parents la renieront. Stephanie pense que si ça lui arrive, elle retournera à l’école. Jo réplique qu’elle, elle retournera en prison. Shane les prie de ne plus se lamenter. S’il y en a un qui doit être renvoyé, ce sera lui parce qu’il a pété les plombs en public. Leah réplique qu’elle, elle a perturbé toute une salle d’opération. Elle est un boulet chirurgical que Derek déteste. Jo riposte qu’elle, elle est détestée par Owen. Ils auraient dû voir la tête de celui-ci quand elle a raté son coup avec sa patiente. Stephanie laisse tomber froidement que l’hôpital appartient à son ex. elle sera sûrement renvoyée. Leah confie à ses camarades qu’elle a entendu dire que parfois, des classes entières de résidents se faisaient renvoyer afin de pouvoir recommencer à zéro. Alex rejoint le groupe et saisit Jo par la taille. Elle se retourne et, le voyant tout souriant, lui demande ce qui se passe. Il répond qu’il a simplement passé une très bonne journée. Elle annonce à ses camarades que c’est Alex qui va payer la prochaine tournée.

    Cristina entre dans le bureau de Burke. Celui-ci lui demande si elle a parlé à Meredith. Elle répond que non, avant de lui dire qu’elle ne peut pas accepter sa proposition. Il en déduit qu’elle refuse parce que Meredith est rancunière. Cristina réplique que son refus n’a rien à voir avec Meredith ou avec la rancœur. C’est loin d’être aussi simple. Comme Burke veut insister, elle lui demande de s’abstenir. Il l’a faite venir à Zurich, ils ont passé un bon moment ; maintenant, il doit accepter le fait qu’elle refuse sa proposition. Il veut néanmoins connaitre sa motivation, parce qu’il trouve que ça n’a aucun sens. Cristina est étonnée qu’il puisse penser qu’elle acceptera de retravailler pour lui. Même au début, elle ne voulait pas travailler pour lui, elle voulait être comme lui. Elle estime que la meilleure chose qui lui soit arrivée, c’est qu’il l’ait quittée le jour de leur mariage. Après, elle a volé de ses propres ailes. Maintenant, elle se sent mieux et il est évident que lui aussi. Elle ne comprend toujours pas pourquoi il l’a faite venir, ni pourquoi il lui a offert un poste en sachant que c’était le genre de choses auquel elle ne pourrait pas résister. Elle sait qu’il va lui faire miroiter des choses. Est-ce qu’elle est censée y croire jusqu’au jour où il lui reprendra tout ? Elle répète avec force qu’elle ne veut pas du travail qu’il lui a proposé. Il lui demande si elle a fini. Elle rugit que non avant de se taire. Après quelques longues secondes de silence, elle lui dit que maintenant, elle a fini. Burke lui confie alors qu’il ne veut pas qu’elle travaille pour lui. Il est conscient que travailler avec elle détruirait son couple et sa vie. Il se lève pour fermer la porte de son bureau avant d’ajouter que la façon dont il l’aimait était dévorante. Il sait que s’ils retravaillaient ensemble, elle finirait par lui faire des promesses et qu’il la suivrait. Il a une famille et une vie qui lui convient. Il est hors de question qu’il retravaille un jour avec elle. Elle lui fait remarquer qu’il vient juste de lui proposer un emploi. Il répète qu’il en veut pas qu’elle travaille pour lui. Il veut simplement qu’elle lui succède à la tête de l’hôpital. Cristina est stupéfaite. Il lui explique alors qu’il a décidé de quitter Zurich, parce que son épouse veut se rapprocher de ses parents qui vivent à Milan. Elle a fait tellement de sacrifices pour lui qu’il juge normal de faire la même chose pour elle. Cela faisait un moment qu’il avait envie de partir mais il n’avait pas trouvé la personne qui pourrait le remplacer. Mais maintenant, il l’a trouvée. Abasourdie, Cristina lui demande s’il est train de lui offrir son hôpital, comme s’il était Willie Monka et qu’il lui offrait sa chocolaterie. Fais pas cette tête, Charlie, répond Burke en riant. Elle lui demande s’il est sérieux. Il n’a pas besoin de répondre pour qu’elle comprenne qu’il l’est. Il regarde brièvement autour de lui et lui dit que cet hôpital est à elle si elle le veut. Est-ce qu’elle le veut ? Elle reste bouche bée.

    Jackson rejoint sa femme dans la chapelle de l’hôpital. Elle est étonnée de le voir et surtout qu’il ait su où la trouver. Il répond avec humour qu’il sait avec qui elle traine. Elle lui fait de la place sur le banc pour qu’il puisse s’asseoir à côté d’elle, avant de lui demander s’il va bien. Il répond que oui, il avait juste envie de s’asseoir un moment. Il suppose d’ailleurs qu’il va devoir s’habituer à ce genre de siège. April le regarde avec un air perplexe. Il lui dit qu’il ne peut pas changer qui il est mais que ça ne veut pas dire qu’il restera à la maison tous les dimanches, pendant que sa famille sera à l’église. Les yeux pleins de larmes, April lui demande s’il veut vraiment aller à l’église avec elle. Il répond que oui, puisqu’elle est sa femme. Il ira à l’église avec elle à condition qu’ils aillent manger des gaufres après la messe. Elle se met à rire et lui dit qu’elle est d’accord

    Dans l’ascenseur, Callie confie à Arizona qu’elle aime bien le prénom Agamemnon. Arizona est désespérée.

    Amelia rejoint son frère sur la terrasse de sa maison, avec deux bières. Il lui apprend qu’il l’a recommandée à Callie, laquelle a besoin d’un neurochirurgien exceptionnel pour poursuivre son travail qui est on ne peut plus intéressant. Amelia lui rappelle qu’elle ne vit pas à Seattle. Derek réplique qu’elle devrait peut-être y penser. Il apprécie qu’elle soit là. Il ajoute avec un grand sourire qu’elle est sa sœur préférée. Amelia réplique qu’il dit ça à toutes ses sœurs. Néanmoins, elle a envie de le croire parce que lui, il est son frère préféré. Ils se sourient.

    Meredith est à l’aéroport pour accueillir Cristina. Celle-ci lui remet immédiatement une boite de chocolats, en précisant qu’elle en a mangé quelques-uns. Les deux femmes se regardent en souriant. Petit à petit, Meredith se rembrunit. Tu t’en vas, finit-elle par dire. Son amie ne répond pas.

     

    Voix off : Ouvrez les yeux. Que voyez-vous ? Plus de possibilités ? Est-ce que votre nouvelle vision vous donne plus d’espoir ? C’est le but même si ça ne marche pas toujours de cette façon. Parfois, un changement de perspective nous fait simplement réaliser ce qu'on a perdu.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :