• Episode 10.24 : Fear (of the Unknown)

    Farewell to Cristina from Nice Touch on Vimeo

    Titre français : Ceux qui restent, ceux qui partent

    Scénariste : William Harper

    Réalisateur : Tony Phelan

    Diffusion Etats-Unis : 15 mai 2014 sur ABC

    Diffusion France : 10 juin 2015 sur TF1

     

    Dans la caravane d’Owen, Cristina s’habille tout en regardant la météo à la télévision. Le présentateur annonce que le temps est magnifique pour la saison et que donc, la journée s’annonce plus que bien.

    Voix off (Cristina) : Il ne le sait pas. C'est un idiot. Pour ce qu’il en sait, ça pourrait être le pire jour de sa vie. Vous savez ce que les gens disent, "Qui sait ? Je pourrais être renversé par un bus demain". C’est assez tiré par les cheveuxjusqu'à ce que vous ayez un ami qui ait été renversé par un bus. Le fait est que nous ne savons jamais quel genre de journée ça va être.

     

    Owen se réveille et demande à Cristina pourquoi elle a allumé la télévision. Elle répond qu’elle voulait savoir quel temps il allait faire parce qu’elle a un avion à prendre. Il lui fait remarquer que ça fait deux semaines qu’elle dit la même chose. Elle réplique qu’elle a trainé parce qu’elle voulait vraiment être là pour voir le petit Link recevoir son nouveau cœur mais maintenant, elle ne peut plus reculer son départ pour Zurich. Une réunion est prévue avec sa future équipe le lundi suivant et si elle n’y est pas, elle donnera une première image très mauvaise qui lui fera perdre toute autorité avant même d’avoir commencé. Owen lui demande si alors ça veut dire qu’ils doivent se dire au revoir. Elle a l’impression que c’est ce qu’ils ont déjà fait la nuit précédente et que c’est suffisant. Owen n’est pas d’accord. Il prend Cristina contre lui et l’embrasse. Elle le repousse en argumentant qu’il l’a déjà mise en retard. Il proteste. Si elle est en retard, c’est à cause de Meredith avec qui elle a bu un verre jusqu’à deux heures du matin. Cristina réplique que c’était leur grande soirée d’adieu. Quant à eux, ils auront l’occasion de se revoir à l’hôpital, où elle doit de toute façon passer plus tard dans la journée pour rendre visite au dernier enfant à qui elle a greffé un conduit. Si elle devait dire au revoir maintenant à Owen et qu’elle le revoyait à l’hôpital, elle aurait l’impression de rejouer la même scène. Elle constate alors que la batterie de son téléphone est tombée à plat. Cela lui rappelle qu’elle va avoir besoin d’un chargeur européen. Elle décide donc de se rendre au centre commercial pour en acheter un. Elle quitte la caravane après avoir promis à Owen de le revoir plus tard dans la journée.

    Derek rentre chez lui à l’heure du petit-déjeuner. Il semble épuisé. Il demande à sa femme des nouvelles des enfants. Elle lui apprend que Zola est dans sa chambre en train de s’habiller. Quant à Bailey, il vient de faire caca. Meredith demande ensuite à Derek comment s’est passé son vol. Eprouvant, lui confie-t-il avant de lui apprendre qu’il a enfin conclu l’accord pour la maison située dans le quartier de Foggy Bottom (juste à côté de la Maison Blanche). Meredith est étonnée. Il lui apprend qu’ils partiront dans un mois. Il sort des documents de son porte-serviettes et invite Meredith à les signer. Après avoir réalisé qu’il était un jeudi et que donc, c’était sa sœur qui allait se charger de ses interventions, il se réjouit de pouvoir dormir toute la journée. Meredith annonce qu’elle va aller changer Bailey et qu’elle s’occupera des papiers le soir. Tout sourire, Derek lui montre une photo de leur future demeure pour, selon lui, lui rappeler à quel point elle l’adore.

    À l’hôpital, Alex montre à Jo une brochure sur un véhicule qu’il présente comme la voiture de Batman. Il envisage de l’acheter, ou alors il achètera un bateau. Tout le monde au cabinet en a un. Jo a du mal de l’imaginer en homme qui aime les bateaux. Il réplique qu’on ne peut pas le savoir, puisqu’il n’en a jamais eu un. Arizona qui vient d’arriver, voit la brochure qu’Alex tient en main et demande à celui-ci s’il a l’intention de s’acheter un pénis sur roue. Lorsque Jo lui dit que ce sera cette voiture ou un bateau, Arizona répond qu’Alex n’est pas un homme à bateau. Elle se renseigne ensuite sur les raisons de sa présence à l’hôpital. Il lui apprend qu’il est venu pratiquer sa première anoplastie. Elle lui demande sur un ton ironique si le Dr Lebackes l’a dressé pour qu’il devienne le Dr Trou-du-Cul Junior. Amusée, Jo fait remarquer à Alex que c’est sûrement le surnom que les gens vont lui donner. Il réplique qu’il ne les entendra pas puisqu’il sera quelque part en train de faire crisser les pneus de son bolide. Avec un grand sourire, Arizona le félicite en l’appelant petit trou du cul. Il la remercie.

    Richard demande à Jackson s’il a déjà réfléchi aux personnes qui pourraient remplacer les trois membres du Conseil d’Administration qui vont s’en aller. Jackson lui apprend qu’ils ne vont devoir en remplacer qu’une, car Meredith et Derek comptent bien continuer à s’occuper de la gestion de l’hôpital. Ils assisteront aux réunions par vidéo conférence. Par contre, Cristina a déjà fait savoir qu’elle n’aurait pas le temps. Jackson pense plutôt qu’elle ne veut plus avoir de lien avec l’hôpital. Elle est donc celle qu’il va falloir remplacer. Miranda entre dans la pièce et salue les deux hommes, avant de leur annoncer avec une évidente satisfaction que Braden a eu une première consultation depuis sa sortie de l’hôpital et qu’il se porte toujours comme un charme. Etrangement, Richard se dépêche de s’en aller, prétextant une consultation à donner, bien que Jackson tente de le retenir. Miranda s’étonne de l’attitude de son mentor. Jackson lui annonce qu’il a une nouvelle décevante à lui apprendre, à savoir que la Fondation Avery ayant diminué leurs budgets, ils ne sont plus capables de financer son essai. Miranda aimerait savoir qui va lui octroyer des fonds à l’avenir. Jackson répond qu’ils ont décidé de mettre fin à son essai, parce qu’il n’a pas donné les mêmes résultats que les autres. Révoltée, elle lui rappelle que cet essai lui a permis de donner à un enfant immunodéficient le virus du HIV désactivé, ce qui lui a sauvé la vie. Jackson réplique qu’à cause de cela, l’hôpital a failli être poursuivi en justice et qu’elle a failli perdre sa licence et aller en prison. Est-ce qu’elle veut vraiment poursuivre cette discussion sur ce terrain ? Elle crie que oui, et lui devrait le faire aussi. Elle lui rappelle avec amertume qu’il y a deux ans, il n’était encore qu’un gosse dont elle essuyait les fesses et changeait les couches. Comment peut-il lui faire ça ? Il est hors de question qu’elle le tolère. Elle est déjà dans le couloir lorsque Jackson lui dit que ce n’est qu’un problème budgétaire et que de toute façon, la décision a déjà été prise.       

    Shane demande à Stephanie si elle a eu des nouvelles de Leah. Stephanie lui apprend que leur camarade reste couchée dans son divan, en déprimant et en mangeant n’importe quoi. Shane aimerait savoir si Leah a déjà pris une décision concernant son avenir. Stephanie répond que Leah n’en parle pas pour le moment, elle est dans un état trop végétatif pour ça. Voyant que sa camarade remplit un dossier, Shane lui demande ce qu’elle fait. Elle lui dit qu’elle vient juste de terminer une opération avec le Dr Shepherd, ou plutôt avec le Dr Shepherdette. Amelia, qui vient d’arriver, a entendu le surnom que lui ont donné les jeunes gens et leur demande des explications. Shane lui explique qu’ils l’appellent ainsi pour éviter la confusion avec son frère. Amelia trouve que ce n’est pas trop mal mais elle apprécie beaucoup moins lorsque Stephanie lui confie qu’avant d’avoir trouvé ce surnom, ils l’appelaient la petite sœur de Shepherd. Elle conseille à la résidente de ne plus jamais l’appeler comme ça si elle veut continuer à travailler en neuro.

    C’est le Dr Margaret Pierce qui a été choisie pour remplacer le Dr Russell à la tête du service cardio. Elle informe Owen qu’elle a envoyé deux emails à Cristina au sujet des patients de son essai sur les conduits et que Cristina lui a répondu que ça ne la regardait pas. Margaret rappelle à Owen – qu’elle incite à l’appeler Maggie – qu’en tant que chef de la cardio, elle est la supérieure de Cristina. Elle n’apprécie pas la façon dont celle-ci s’adresse à elle parfois. Lorsqu’Owen lui dit que Cristina doit passer à l’hôpital pour voir une dernière fois ses patients, elle lui coupe la parole pour lui demander si cela veut dire que Cristina va s’en aller pour de bon. Owen le lui confirme. Margaret pousse un soupir de soulagement avant d’annoncer qu’elle doit aller voir un de ses patients. Owen remarque qu’elle ne sait pas par où elle doit aller et il lui indique le chemin

    Juste après Margaret, c’est April qui demande à parler à Owen en privé. Pressé, il lui suggère de cracher le morceau. Elle lui révèle alors qu’elle est enceinte. Il est stupéfait. Elle prend sûrement son expression pour de la désapprobation parce qu’elle se lance dans une série de justifications qui ressemblent fort à des excuses. Oui, c’est soudain et c’est trop tôt, et elle sait que ça va grandement perturber le service, mais elle jure qu’elle travaillera jusqu’à son accouchement. Il n’y aura aucun problème parce que les filles Kepner sont faites pour avoir des enfants. Owen la rassure. Il est très heureux pour elle. Elle le remercie avant de lui confier qu’elle et Jackson ne pensaient pas avoir un enfant si vite mais comme le dit sa mère, si on attend le moment idéal pour avoir des enfants, on meurt sans en avoir eu. Elle remarque alors qu’Owen ne fait plus attention à ce qu’elle dit parce qu’il regarde la télévision. Effectivement, il demande à une infirmière de monter le son. Une journaliste est en train d’annoncer qu’il vient d’y avoir une importante explosion au centre commercial de la ville. Selon les premières informations, il y aurait de nombreuses victimes et autant de blessés. Les causes de l’explosion n’ont pas encore été déterminées. Les deux chirurgiens se tournent vers leur personnel pour leur donner les premières instructions : biper tous les chirurgiens disponibles, préparer les urgences à recevoir les blessés, faire sortir tous les patients qui le peuvent, prévoir le plus de lits possibles, prévenir la banque de sang. A la télévision, la journaliste évoque la possibilité d’un attentat terroriste.

    Owen se retrouve devant la presse pour répondre aux questions. Une journaliste veut avoir la confirmation qu’il s’agit bien d’une attaque chimique. Owen lui fait remarquer que ce n’est pas ce qu’il a dit. IL a simplement expliqué que des patients présentaient des ampoules et des rougeurs, dont la cause était encore inconnue, et qu’on ne pouvait pas écarter l’éventualité d’un attaque chimique. C’est pour cette raison que l’hôpital a pris des mesures pour décontaminer les victimes de l’explosion. Ce qu’Owen veut surtout faire savoir, c’est qu’ils sont parfaitement équipés pour soigner les blessés. Quant à ceux qui pensent qu’un de leurs proches fait partie des victimes, blessés ou défunts, il leur demande de ne pas encombrer les urgences mais de se présenter à l’entrée principale de l’hôpital. Il semble particulièrement ému en disant cela.

    Alors qu’il traverse l’hôpital, juste après l’entretien avec la presse, un homme se présente à lui, Ray, un agent de la sécurité intérieure des Etats-Unis, qui veut lui parler de certains patients. Owen l’invite à le suivre. Aux urgences, April lui apprend que trente blessés viennent d’arriver et que d’autres sont en route. Toutes les salles d’opération sont déjà occupées. Après lui avoir demandé de répondre aux questions de Ray et lui avoir recommandé de mettre un masque, Owen monte dans un ascenseur. Il parait très inquiet. Il prend son téléphone pour appeler Cristina mais il tombe directement sur sa boite vocale. Cela ne fait qu’accroitre son angoisse. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur le service de chirurgie où règne l’effervescence. Meredith l’informe immédiatement qu’il va falloir trouver plus de salles d’opération pour des interventions de chirurgie générale. Ils croisent Jo à qui Owen demande qui se charge des interventions de cardio. Elle lui répond que c’est le Dr Pierce. Il s’éloigne et croise Alex à qui il demande s’il a vu Cristina ce matin. Alex répond que non, il pensait qu’elle était à la caravane avec Owen. Celui-ci lui apprend que Cristina avait prévu d’aller au centre commercial. Alex commence à paniquer mais Owen lui dit que ça ne sert à rien tant qu’ils ne seront pas sûrs. Il lui demande de le prévenir si Cristina arrive à l’hôpital. Il part en courant et Alex lui crie de ne rien dire à Meredith.

    Aux urgences, April examine une patiente dont les bras sont recouverts d’ampoules, ce qui l’angoisse terriblement. April lui dit qu’ils vont lui faire passer des examens pour savoir ce que c’est. Le mari de la patiente arrive en courant pour lui annoncer qu’il n’a pas retrouvé leur fils. La patiente explique à April qu’elle était au centre commercial avec son fils pour acheter des chaussures quand l’explosion a eu lieu. Comme elle commence à faire une crise de panique, April décide de lui administrer des sédatifs tandis que l’homme lui décrit son petit garçon, 10 ans, cheveux longs et bruns, les yeux marron et un appareil dentaire. April promet que si l’enfant est dans l’hôpital, ils le retrouveront.   

    Jackson, Callie et Stephanie ont pris en charge Leanne, une jeune femme enceinte de 31 semaines. Callie lui annonce qu’ils vont devoir l’opérer pour soigner son bras mais que si l’intervention met le bébé en danger, ils devront pratiquer une césarienne. Leanne refuse d’en entendre parler parce que le bébé est encore trop petit. Stephanie essaie de la rassurer sur le sort de son enfant. Leanne réplique que ce n’est pas son enfant, elle n’est que la mère porteuse. Elle supplie les médecins de laisser la grossesse se poursuivre jusqu’à son terme. Les parents sont tellement gentils, elle les aime beaucoup et elle a peur qu’ils ne soient trop déçus s’ils n’étaient pas là pour la naissance. Les médecins lui promettent de faire tout ce qu’ils peuvent pour elle

    En sortant d’une salle d’opération où elle vient de sauver la vie d’un patient, Amelia tombe sur son frère. Il lui propose immédiatement de la remplacer. Elle refuse en lui rappelant que puisqu’il a voulu qu’elle reprenne son service, il doit la laisser faire. Tandis qu’elle se lave les mains, elle lui demande de lui résumer la situation de sa prochaine patiente. Après l’avoir fait, il veut lui dire comment procéder. Elle lui coupe la parole pour lui dire qu’elle verra quand elle y sera. Il ne réagit pas même s’il n’apprécie pas vraiment la remarque.

    Richard se précipite pour aider une infirmière à pousser une civière lorsqu’il réalise que c’est Catherine Avery qui s’occupe du patient. Il lui demande ce qu’elle fait là. Elle répond un peu sèchement que ça semble évident avant de préciser qu’elle est venue rendre visite à son fils, lequel lui a appris qu’elle allait devenir grand-mère. Owen hèle Richard pour lui demander d’aller au bloc. On a besoin de lui.

    Les agents de la sécurité intérieure interrogent le patient de Meredith, Mike, qu’ils soupçonnent être un des auteurs de l’attentat. En effet, il y a une vidéo de surveillance qui le montre entrant dans le centre commercial, en compagnie de son ami lequel porte un sac à dos. Ray aimerait savoir pourquoi les deux jeunes gens n’étaient pas en cours, un jour de semaine, et ce qu’ils faisaient au centre commercial. Mike ne répond pas, il veut savoir ce qu’est devenu son ami. Ray n’en sait rien. Il demande à l’adolescent ce qu’il y avait dans le sac à dos. Mike reste muet. Ray hausse le ton. Meredith lui fait remarquer que les tympans de Mike ont éclaté et que donc le jeune homme ne l’entend pas. Elle proteste lorsque l’agent annonce qu’il va emmener le jeune homme. Ray ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas le faire puisqu’elle a affirmé que Mike n’était pas gravement blessé. Elle réplique qu’elle a seulement dit que les analyses qui avaient été faites n’avaient rien révélé. Il faut un certain temps avant que les lésions internes se manifestent. Ils commencent à discuter âprement lorsque Mike tombe par terre. Meredith se précipite et annonce que le patient fait de la tachycardie. De plus, son abdomen est tendu. Il faut l’emmener au bloc. Ray tente de s’y opposer sus prétexte que si Mike meurt durant l’opération avant qu’il ait pu l’interroger, ils n’auront rien qui puisse faire avancer leur enquête. Meredith riposte que si Mike n’est pas un terroriste, cela fera de lui un civil mort qui n’aura pas pu être soigné. Ray lente de la faire fléchir. Comme il l’appelle madame, elle lui rappelle qu’il faut l’appeler docteur et qu’en plus, ici, c’est elle qui commande et elle exige qu’il ne se mette pas dans son chemin. Ray la laisse passer avec la civière.

    Au centre commercial, Alex porte secours à un jeune garçon qui vient de faire un arrêt cardiaque. Il entame un massage cardiaque tout en demandant qu’on lui apporte le matériel dont il a besoin. Il exige également qu’on asperge l’enfant pour le décontaminer. Cela lui permet de voir que le garçonnet a une plaie à la poitrine, à la hauteur du cœur. Il demande encore une fois en criant qu’on lui apporte au plus vite le matériel nécessaire. C’est Cristina qui le lui donne. Il est plus que soulagé de la voir. Comment elle s’en étonne, il lui explique qu’Owen lui a dit qu’elle était au centre commercial. Elle lui apprend qu’elle n’en a pas eu encore le temps. Après qu’Alex lui ait expliqué les symptômes de l’enfant, elle lui dit qu’il va devoir ouvrir la poitrine de ce dernier. Comme il lui suggère de s’en charger, car c’est son domaine, elle refuse. Puisqu’il est là, c’est à lui de le faire. Tout à coup, elle réalise qu’elle aurait pu être une des victimes parce qu’elle allait se rendre au centre commercial. Alex incise l’enfant.

    A la télévision, les journalistes continuent de privilégier la thèse de l’attentat terroriste. L’envoyée spéciale qui est sur place explique aux téléspectateurs que les enquêteurs sont en train d’interroger deux hommes. Ces derniers sont entrés dans le centre commercial quelques minutes avant l’explosion. Mais la question qui reste posée, c’est s’il pourrait y avoir encore d’autres attaques. Certains se demandent même si le but de cet attentat ne serait pas d’envoyer des blessés à l’hôpital, lequel deviendrait ensuite la cible des terroristes.

    April hurle qu’il faut éteindre la télévision. Elle aperçoit Leah qu’un garde ne veut pas laisser entrer, bien que la jeune femme insiste sur le fait qu’elle faisait encore partie du personnel deux semaines plus tôt. April demande qu’on la laisse passer. Leah lui propose aussitôt ses services. April l’invite à trier les patients qui sont dans le couloir et à soigner le plus de monde possible. Leah lui rappelle qu’elle n’a plus le droit d’opérer dans cet hôpital. April lui fait comprendre que cela n’a pas d’importance. Il faut simplement faire ce qui doit être fait. Elle lui demande encore de lui signaler si elle trouve un garçon de dix ans aux cheveux bruns, aux yeux marron et avec un appareil dentaire. 

    C’est Miranda qui va opérer Mike. Après lui avoir expliqué que le jeune homme souffre vraisemblablement d’une péritonite, due à une perforation des intestins, et d’un possible traumatisme crânien, pour lequel elle va demander une consultation neurologique, Meredith précise à sa consœur que le patient est suspecté d’avoir commis l’attentat. Elle lui demande de la prévenir quand l’opération sera terminée.

    En opérant Leanne, Callie fait part à ses collègues de sa perplexité face à l’attentat. Pourquoi aurait-on voulu attaquer un centre commercial à Seattle ? Selon Jackson, les terroristes veulent juste faire peur. Callie lui demande si un des médecins présente les mêmes rougeurs que les victimes. Jackson répond que non, ce qui est un bon signe parce que cela prouve qu’il ne s’agit pas d’une infection qui serait dans l’air. Comme Stephanie répète ce qui se dit à la télévision, à savoir que l’hôpital pourrait être visé, Callie lui ordonne de se taire. Stephanie va se justifier lorsque la poche des eaux de la patiente se rompt. Au même moment, le moniteur indique que le cœur du bébé ralentit fortement. Jackson demande qu’on fasse venir un obstétricien. Callie ajoute qu’il faut appeler Arizona. Il va sûrement falloir s’occuper d’un bébé prématuré.

    Meredith s’étonne de voir Cristina à l’hôpital. Son amie lui fait remarquer qu’on a fait sauter Seattle. Elle ne peut donc pas partir. Meredith trouve qu’elle a tort. En Suisse, au moins, elle serait en sécurité car personne n’a de problème avec ce pays. Elle annonce ensuite à Cristina que Derek et elle vont partir à Washington. Ils vont signer les papiers pour leur future maison le soir même. Elle ajoute sans conviction que ça va être chouette et qu’ils y seront bien. Cristina ne dit rien mais la prend par les épaules pour la serrer contre elle. Interloquée, Meredith lui demande ce qu’elle fait. Cristina lui dit que c’est ce que les gens font quand ils sont contents et comme elle est heureuse pour elle, elle le fait. Meredith semble douter de ce que Cristina dit. Celle-ci élude la question en annonçant qu’elle doit retrouver Alex en salle d’opération.

    Shane examine un patient dont l’œil gauche est presque sorti de son orbite. L’homme panique parce qu’il ne voit plus. Il pense qu’il a perdu son œil. Shane le rassure, l’œil est toujours là. Leah rejoint son camarade et diagnostique immédiatement le syndrome du compartiment orbital. Elle explique au patient qu’il y a du sang derrière l’œil et qu’elle va devoir l’évacuer. Effectivement, elle repousse l’œil dans son orbite, ce qui fait couler le sang au dehors. Le patient annonce qu’il a récupéré la vue. Il remercie chaleureusement la jeune femme. Elle est touchée. Shane lui sourit. Alex demande à ce dernier de le rejoindre au bloc. Je jeune homme s’en va après avoir échangé un dernier regard avec sa camarade. Celle-ci remarque alors le patient d’Alex, le petit garçon qu’il a soigné au centre commercial. Comme l’enfant a des cheveux bruns, elle demande à Alex s’il a un appareil dentaire.

    Arizona informe Cristina qu’elle vient de recevoir un appel du centre des transplantations. Il y a un cœur disponible pour le petit Link. Mais à cause de l’attentat, la greffe va devoir se faire au Seattle Pres. Cristina ne veut pas en entendre parler. Elle prie Arizona de faire venir le cœur ici et de prévenir les McNeil. Elle va se charger de l’intervention.

    Owen qui vient d’arriver dans la salle, l’aperçoit et se précipite sur elle. Mais lorsqu’il arrive, elle a disparu, ainsi qu’Arizona. Owen est déconcerté. Il semble se demander s’il n’a pas eu une hallucination. Mais il n’a pas le temps de s’appesantir sur la question parce qu’il voit à la télévision qu’un journaliste est en train de faire un reportage en direct depuis l’intérieur de l’hôpital. Cet homme parle de la réaction cutanée présentée par les victimes et qui, selon lui, est certainement causée par des radiations d’une bombe radiologique. Owen se précipite pour trouver le journaliste. Celui-ci explique que les réactions cutanées pourraient ne pas être aussi facilement soignées que si elles étaient le résultat d’une attaque chimique comme on l’avait d’abord supposé. Owen surgit dans l’écran en accusant le reporter de mentir aux téléspectateurs et de les alarmer en parlant d’anthrax, de radiations, alors qu’il n’est sûr de rien. il insiste sur le fait que les médecins ne savent pas encore ce qui a causé ces réactions cutanées. Il prie le journaliste de dire uniquement ce dont il est certain et de cesser de réfléchir à voix haute. Il faut arrêter d’effrayer les gens sans raison. Énervé, il lui demande qui l’a laissé entrer. Il réalise alors que la caméra a continué de tourner et met sa main devant. En studio, la présentatrice du journal, quelque peu mal à l’aise, prend le relais en disant que la tension monte à l’hôpital, ce qui est normal quand la situation est dangereuse.

    Il est devenu urgent d’accoucher Leanne mais le gynécologue n’est toujours pas arrivé. Arizona décide de mettre elle-même le bébé au monde avec l’aide de Jackson.

    Tout en opérant le petit garçon, Cristina demande à Alex comment il va pouvoir surmonter l’ennui qu’il ne va pas tarder à éprouver, s’il continue à travailler au cabinet de Lebackes. Sa carrière va se limiter à créer des trous de cul. Comment va-t-il faire pour ne pas se suicider en mettant sa tête dans un four ? Alex lu dit d’aller se faire foutre. S’il s’ennuie, il pleurera sur son bateau. Elle lui fait remarquer qu’à peine il avait vu le gamin, il a été capable de diagnostiquer qu’il souffrait d’un pneumothorax. Plus jamais il ne va vivre des moments comme celui-là, ni sauver la vie d’un enfant avec une balle de ping-pong ou utiliser un appendice pour fermer un estomac. Il se demande comment elle peut être au courant de tout ça. Elle réplique que, contrairement à ce qu’il croit, elle a toujours fait attention à ce qu’il faisait. Au début, elle l’a pris pour un imbécile puis elle a pensé qu’il était compétent, comme un bon bricoleur. Cependant, au final, elle a dû admettre qu’il était vraiment bon, agile de ses mains et réactif. Evidemment, il ne sera jamais aussi bon qu’elle mais il est très, très bon. Et voilà qu’il va mettre tout ce talent dans un tiroir. Au fond, il est peut-être vraiment un imbécile. Elle feint d’être soulagée d’avoir encore une fois eu raison. Le Dr Pierce entre dans la salle et lui demande si c’est elle qui a prévu de faire une transplantation cardiaque. Comme Cristina lui demande si les McNeil sont arrivés, elle comprend que son information est exacte. Elle va protester mais Cristina lui coupe la parole en lui disant que ça ne la concerne pas. Margaret réplique qu’elle est chef du service cardio et qu’à ce titre, c’est à elle de décider quelles interventions se feront dans cet hôpital. Cristina l’interrompt à nouveau pour lui faire remarquer qu’elle est fort occupée. La seule chose qui l’intéresse, c’est de savoir où elle va pouvoir pratiquer la transplantation. Comprenant qu’elle n’aura pas gain de cause, et ne voulant pas saper son peu d’autorité devant le personnel, Margaret désigne la salle d’opération n°3 à Cristina. Agissant comme si elle avait affaire à un de ses subalternes, Celle-ci lui demande d’aller voir si Link est déjà arrivé et de le préparer pour l’intervention. Margaret est interloquée mais ne dit plus rien. Une fois qu’elle est partie. Alex se met à rire. Cristina va vraiment lui manquer. Cependant, il trouve que Margaret n’a pas tort. Pratiquer une transplantation cardiaque ce jour là n’est sans doute pas une décision très judicieuse, compte tenu des circonstances. Cristina lui dit qu’elle veut le faire pour avoir l’impression que quelque chose est terminé. Elle annonce ensuite que c’est Shane qui va refermer l’enfant. Cette perspective n’enchante pas Alex. Cristina lui rappelle que c’est elle qui a formé le jeune homme. Il sait comment faire. L’enfant n’aura même pas de cicatrice. Alex semble en douter mais ne dit plus rien.

    Sur les indications d’Arizona, Jackson sort le bébé du ventre de Leanne. Pendant qu’Arizona s’occupe de la jeune femme, il donne les premiers soins au bébé. Il semble ému.

    Meredith escorte Mike à la sortie de la salle d’opération lorsqu’elle se fait arrêter par Ray qui aimerait savoir dans combien de temps il va pouvoir interroger son suspect. Meredith lui dit que ce dernier va être mis en observation pour voir s’il récupère bien. A nouveau, Ray hausse le ton pour lui dire qu’elle ne comprend pas ce qui se passe. Mais elle ne se laisse pas impressionner. Elle demande à Ray s’il veut que Mike soit en état de lui répondre. Le téléphone de Ray sonne. Après une brève conversation, l’agent remercie Meredith pour le temps qu’elle lui a accordé. Ulcérée, elle exige d’avoir des explications. Ray se contente de lui dire que la situation a changé et que Mike n’est plus leur principale préoccupation. C’est tout ce qu’il peut lui dire. Meredith estime qu’il pourrait au moins présenter des excuses à Mike. Il lui répond qu’ils font le même métier, sauver la vie des gens. Il s’en va.

    Owen informe April que c’est vraisemblablement un produit de nettoyage qui est la cause des réactions cutanées des patients. Il y avait un nettoyage à sec dans le centre commercial et quand ça a explosé, les victimes se sont retrouvées allongées dans le produit pendant un certain temps. Ils croisent Ben qui leur conseille de s’arrêter pour regarder la télévision. En effet, l’animatrice du journal est en train d’annoncer que, contrairement à ce qu’on avait cru, il ne s’agit pas d’une attaque terroriste mais d’une simple explosion de gaz. Les autorités n’ont en outre trouvé aucune preuve d’une intention criminelle. Après avoir remercié le seigneur, April demande à Owen si cette nouvelle va changer leur façon de soigner les patients. Owen répond que non. Il y a eu une explosion. Les blessés le sont toujours et il y a des gens dont on est sans nouvelles. Leah arrive en courant pour avertir April qu’elle croit avoir retrouvé le petit garçon qu’elle cherchait. Il est en salle d’opération avec Alex et Shane. April s’en va immédiatement pour prévenir les parents.

    Sabine arrive avec son fils dans le service. Elle informe Owen qu’elle a été prévenue qu’un cœur était peut-être disponible pour Link. Owen est surpris qu’on lui ait dit de venir ce jour là. Sabine avoue qu’elle aussi est étonnée mais c’est Cristina qui lui a demandé de venir. Owen ne cache pas qu’il est soulagé d’apprendre qu’elle a personnellement parlé à Cristina. Ça veut dire que celle-ci est saine et sauve et qu’il n’a pas rêvé quand il l’a vue dans l’hôpital. Lorsque Sabine lui demande si son fils ne devrait pas aller se faire opérer ailleurs, il la rassure. Tout va bien se passer. Il lui propose de l’accompagner pour retrouver Cristina. À ce moment-là, Ben l’appelle pour s’occuper d’un patient qui a fait deux arrêts cardiaques et dont l’abdomen est ouvert. Owen charge Leah de conduire Sabine et son fils dans le service cardio. Il en profite pour la remercier d’être venue. 

    April amène le mari de sa patiente aux soins intensifs, là où se trouve le petit garçon aux cheveux bruns. Elle rassure l’homme sur le sort de son enfant. Il a fallu lui retirer le poumon gauche mais les médecins ont dit qu’il s’en sortirait. Mais c’est un gros désenchantement autant pour elle que pour l’homme, quand celui-ci constate que le petit garçon n’est pas son fils.

    Catherine Avery prend du matériel médical lorsqu’elle remarque la présence d’April. Celle-ci s’est réfugiée dans la pièce pour pouvoir pleurer à l’abri des regards. Catherine lui demande ce qui ne va pas. April lu confie qu’elle a été choquée qu’une explosion puisse avoir lieu dans un centre commercial. Même si ce n’est pas un attentat terroriste, c’est la première chose à laquelle tout le monde a pensé, parce que c’est le monde dans lequel on vit. Elle ne pense pas être capable d’élever un enfant dans un monde où il pourrait mourir en achetant des chaussures. Catherine lui raconte que quand elle avait dix ans, en 1960, elle était avec son père dans un restaurant d’une toute petite ville du Texas, lorsque des jeunes hommes leur ont dit de s’en aller, en renversant la nourriture et du café sur son père. Paniquée, elle a supplié ce dernier de quitter le restaurant. Mais son père lui a dit qu’ils ne partiraient pas tant qu’elle n’aurait pas fini de manger. Comme il n’avait pas peur d’eux, les jeunes n’ont pas insisté et ils sont allés embêter quelqu’un d’autre. Catherine explique à April qu’il y aura toujours des gens stupides et qu’il y aura toujours des accidents. Mais la seule chose qui peut mettre une personne en échec, c’est sa peur. Si on lui avait dit dans les années ’60 qu’un jour elle aurait le travail et le fils qu’elle a maintenant, elle en aurait pleuré de rire, parce que c’était inimaginable à l’époque. Mais c’est comme ça que le mande change. Les gens bien élèvent bien leurs enfants. April est touchée. Catherine l’emmène avec elle pour reprendre le travail.

    Meredith retrouve Cristina en salle d’opération, en train de se préparer, et lui demande ce qu’elle fait encore là. Cristina lui dit qu’elle ne peut pas partir maintenant, à cause de la bombe. Meredith lui apprend qu’en fait, il n’y a pas de bombe et qu’il s’agit d’une explosion de gaz. Ce n’est rien d’autre qu’un accident, comme un train qui déraille ou d’un accident de ferry. Crstina peut donc s’en aller. Tout en continuant à se laver les mains, celle-ci lui confie que quand elle a entendu qu’une explosion avait eu lieu au centre commercial, elle a pensé à l’époque où elle et Callie avaient été acheter des meubles pour la caserne de pompiers. Meredith lui demande à quelle heure elle doit prendre l’avion. Dans deux heures, répond Cristina avant d’ajouter qu’elle veut d’abord greffer un nouveau cœur à Link. Meredith lui fait remarquer que le nouveau chef de la cardio peut s’en occuper. Lorsqu’elle l’accuse de repousser son départ depuis deux semaines, Cristina réplique qu’elle veut finir quelque chose à Seattle, parce que rien ne lui semble être terminé. Owen et elle se sont séparés à cause de quelque chose qui n’est jamais arrivé. En fait, ils ne se sont même jamais vraiment séparés. Quant à son amitié avec Meredith, elle non plus n’est pas finie. Les larmes emplissent les yeux de Meredith. Cristina poursuit en lui rappelant que George est mort et qu’Izzie est partie. Il n’y a plus qu’elle deux et Alex. Rien n’est fini. Elle non plus ne l’est pas. Meredith lui dit que, si elle n’a pas le sentiment d’avoir terminé quelque chose, c’est parce que ce n’est pas la fin pour elle. Il n’y a pas de ligne d’arrivée ni de point final. Elle doit simplement s’en aller. Cristina le sait et elle essaie vraiment de partir, mais elle ne sait pas comment faire. Elle supplie son amie de l’aider. Une infirmière entre pour lui annoncer que le cœur va arriver en retard à cause des embouteillages. Meredith dit à sn amie qu’elle ne doit plus attendre pour s’en aller. En sortant de la salle, Cristina aperçoit Derek. Elle lui dit au revoir. Il faut quelques secondes au neurochirurgien pour comprendre ce que cela signifie. Emu, il la prend dans ses bras et la serre contre lui, sous l’œil attendri de Meredith. Ensuite les deux femmes s’éloignent.

    Shane dit à Leah qu’il trouve injuste qu’elle ait été renvoyée. Il pense que Richard a eu tort. Leah lui coupe aussitôt la parole. Au contraire, Richard a eu raison. Elle a bu chacune de ses paroles. C’est le meilleur professeur qu’elle ait eu. Peut-être que si quelqu’un d’autre lui avait dit la même chose, elle n’y aurait pas cru mais comme c’est Richard qui le lui a dit, elle sait qu’il a raison. Elle doit trouver ce pour quoi elle est faite. Elle sait qu’elle y arrivera. Shane n’en doute pas non plus. Il lui souhaite bonne chance avant de s’en aller. Leah rassure sa patiente qui vient se réveiller et elle lui explique ce qui s’est passé. Elle lui dit que tout va bien se passer. Après avoir regardé autour d’elle avec une certaine nostalgie, elle rend sa tablette à une infirmière, retire sa blouse, la jette dans une poubelle et quitte l’hôpital pour toujours.

    Miranda reproche à Richard de ne pas avoir défendu son essai devant le Conseil d’Administration. Il lui rappelle qu’il ne contrôle pas le budget. En outre, il n’a pas jugé utile de se battre pour son essai parce que, pour lui, elle n’est pas faite pour passer son temps derrière un microscope. Elle est une chirurgienne avant tout et c’est pour ça qu’il l’a formée. Tout le reste, c’est une perte de temps. Et avant qu’elle ne recommence à critiquer le Conseil, il veut qu’il sache qu’il l’a recommandée pour remplacer Cristina au sein dudit Conseil, ce qui a été immédiatement accepté. Miranda n’a pas le temps de réagir à la nouvelle car Cristina vient leur faire ses adieux. Meredith précise d’emblée que son amie n’a pas le temps de s’attarder car elle a un avion à prendre. Les deux chirurgiens lui disent de ne pas trainer. Miranda reprend les mots de Richard pour rappeler à Cristina qu’elle a été formée  pour être une chirurgienne. Shane surgit et demande directement à Cristina s’il peut l’accompagner en Suisse. Richard lui rappelle qu’il n’en est encore qu’à la moitié de sa résidence. Shane objecte qu’il ne veut pas rester si son professeur s’en va. Il veut l’accompagner pour faire le travail auquel elle l’a formé et qu’il veut faire. En tant que responsable de sa propre éducation, il la choisit. Elle peut refuser mais il la harcèlera tant qu’elle n’aura pas accepté. Après avoir échangé un regard avec Richard, Cristina dit à Shane qu’il peut venir avec elle. Celui-ci présente aussitôt sa démission à Richard avant de le remercier pour tout ce qu’il a fait pour lui. Les deux hommes se serrent la main. Shane part en courant. Miranda demande à Cristina si elle ne veut pas emporter autre chose, comme un scanner. Cristina la prend dans ses bras et la remercie. Miranda fait celle que ça dérange. Cristina se serre ensuite contre Richard qui lui confie à quel point il est fier d’elle. Meredith rappelle à son amie qu’il est temps de partir. Celle-ci lui demande un moment. Elle a encore quelque chose à faire. Elle dévale les escaliers.

    Owen est en salle d’opération avec Ben lorsqu’il entend des coups. Il lève la tête et aperçoit Cristina dans la galerie qui lui fait un signe de la main. Comprenant qu’il s’agit de leur au revoir, il hoche lentement la tête, comme s’il refusait la réalité. Il semble dévasté. Cristina a un petit sourire ému. Les yeux pleins de larmes. Owen se détourne pour s’occuper de son patient. À peine quelques secondes après, il relève le regard vers la galerie. Cristina n’y est déjà plus. Il semble à nouveau se demander s’il n’a pas eu une hallucination.

    Sur le parking, Meredith presse Cristina de partir sinon elle ne le fera jamais. Un taxi s’arrête devant elles. Cristina pense que c’est Meredith qui l’a appelé mais en fait le taxi est là pour déposer le coursier qui apporte le cœur de Link. Cristina veut s’en charger mais Meredith dit au coursier qu’il doit apporter le cœur au Dr Pierce. Cristina proteste. Elle ne peut pas laisser tomber les McNeil. Meredith réplique que ces derniers sont entre de bonnes mains. Sabine a marqué son accord pour que Le Dr Pierce fasse l’opération. Meredith rappelle à son amie qu’elle et Owen seront là pour veiller sur Link après la greffe. Elle pousse Cristina dans le taxi en disant au chauffeur de se rendre à l’aéroport le plus vite possible. Cristina ordonne au chauffeur d’attendre. Meredith lui demande ce dont elle a encore besoin. Un je t’aime ? Elle comprend à l’expression de Cristina que c’est effectivement ça qu’elle attend. Elle lui dit donc qu’elle l’aime et lui demande de l’appeler quand elle sera arrivée à Zurich. Le taxi démarre. Dans la voiture Cristina se retourne pour faire signe à son amie. Ensuite, elle s’assied normalement. Elle semble hébétée. Sur le parking, Meredith le regarde s’éloigner, les yeux pleins de larmes.  

    Elle rejoint Amelia sur la passerelle et, remarquant qu’elle est songeuse, lui demande si tout va bien. Amelia lui avoue qu’elle se sent mal. Meredith pense qu’elle vient de perdre un patient. Amelia lui apprend qu’au contraire elle a sauvé tous ceux dont elle s’est occupée ce jour là. Si elle se sent aussi mal, c’est parce qu’elle adore sauver la vie des gens. C’est comme si elle mangeait des bonbons. Jusqu’à présent, elle avait toujours été dans l’ombre de son frère et elle s’en moquait. Mais maintenant, la seule chose qui pourrait rendre cette journée meilleure, serait de ne plus être dans l’ombre de Derek. Alors, elle attend avec impatience que Meredith et lui partent à Washington. Qu’ils s’amusent là-bas et qu’ils y soient heureux ! Elle est interrompue par l’arrivée impromptue de Cristina qui saisit Meredith par la main pour l’emmener. Meredith ne comprend pas ce qui lui arrive.

    Cristina fait entrer son amie dans une salle de garde. Elle lui dit qu’elle ne peut pas partir tant qu’elles n’en auront pas fini et pour ça, elles doivent danser comme elles en avaient l’habitude. Meredith est stupéfaite. Une fois qu’elle a repris ses esprits, elle prend son téléphone. Cristina lui demande si elle a l’intention d’appeler quelqu’un pour la mettre dehors. La voix étranglée par l’émotion, Meredith lui dit qu’elle va chercher une musique. Avant qu’elle ne mette celle-ci en route, Cristina lui dit qu’elles devront s’appeler au moins deux fois par mois et s’envoyer des texto tout le temps. Meredith lui fait remarquer qu’elle déteste ça. Cristina s’en moque. Elle veut recevoir des texto de son amie. Elle compte sur elle aussi pour prendre soin d’Owen. Il ne faut pas le laisser devenir sombre et torturé. Il faudra également veiller sur Alex. Meredith devra se moquer de lui au moins une fois par jour pour éviter qu’il ne devienne insupportable. Enfin, elle recommande à Meredith de ne pas monter dans des petits avions qui peuvent s’écraser, ni mettre ses mains dans un corps avec une bombe à l’intérieur, ou encore offrir sa vie à un tireur. Elle ne veut pas que son amie se comporte en héroïne. Meredith est sa personne et elle a besoin d’elle vivante, parce qu’elle l’oblige à être courageuse. Les deux femmes échangent un regard ému avant que Cristina demande à Meredith de mettre la musique. Elles commencent à danser comme elles l’ont si souvent fait. Lorsqu’elles s’arrêtent, elles se regardent en souriant avant que l’émotion ne les submerge à nouveau. Cristina dit à son amie qu’elle doit s’en aller et lui demande de ne pas la suivre. Elle prend son sac et se dirige vers la porte. Tout à coup, elle se retourne et dit à Meredith qu’elle est douée pour la chirurgie et qu’elle a un esprit incroyable. Elle la supplie de ne pas laisser les envies de Derek éclipser ses propres besoins. Il est magnifique mais il n’est pas le soleil. Meredith, oui. Elle se hâte de sortir de la pièce.

    Après avoir mis les enfants au lit et les avoir endormis, Derek retrouve sa femme dans leur chambre. Elle est allongée sur leur lit, en train de lire les papiers qu’il lui a demandé de signer. Comprenant qu’elle ne l’a pas encore fait, il met ça sur le compte de sa tristesse, suite au départ de Cristina, et lui dit qu’elle pourra parler à son amie le lendemain. Les connaissant toutes les deux, il sait qu’elles se parleront tous les jours. Il s’allonge à côté d’elle. Elle lui dit que ça n’a rien à voir avec Cristina. En fait, elle pense qu’elle ne va pas pouvoir signer ces papiers. Il s’excuse de lui mettre la pression, parce qu’il sait qu’elle est anéantie par le départ de son amie, mais il a absolument besoin qu’elle signe les papiers parce qu’il doit les renvoyer à Washington le lendemain à 7h. Elle lui avoue alors qu’elle pense qu’elle va rester à Seattle. Ils échangent un regard lourd de sens.  

    Callie est au chevet de Leanne lorsqu’Arizona arrive avec les parents du bébé. Ces derniers sont émus de voir la jeune femme. Celle-ci leur demande aussitôt s’ils aiment la petite fille qu’elle a portée pour eux. La mère lui dit que le bébé est magnifique. Elle l’en remercie tandis que son mari, tout aussi ému qu’elle, assure à Leanne qu’ils sont heureux qu’elle aille bien. Calie et Arizona qui ont assisté à la scène avec une certaine émotion sortent de la chambre. Callie confie à sa compagne qu’elle se demande pour quelle raison le couple a fait appel aux services d’une mère porteuse. Après tout, celle-ci pourrait encore changer d’avis. Arizona en doute. Leanne semble vraiment apprécier beaucoup le couple. Tout à coup, les deux femmes se regardent parce qu’elles viennent de réaliser que c’est peut-être de cette façon qu’elles pourraient avoir l’enfant qu’elles désirent tant. Elles s’embrassent. 

    Emu, Jackson apprend à sa femme qu’il a mis un bébé au monde. Cela pourra lui être utile si le gynécologue n’est pas là le jour de la naissance de leur enfant. April se jette dans ses bras. Elle lui dit que leur bébé ira bien parce qu’ils seront là. Il le sait. Il lui dit que sa mère a l’habitude de dire que le monde change parce que… les gens bien élèvent bien leurs enfants, conclut April. Il est étonné qu’elle connaisse cette phrase, car il pensait qu’il n’y avait que sa mère pour dire ça. Sans lui donner d’explication, April l’embrasse et lui dit qu’elle l’aime.

    Margaret et Owen annoncent à Sabine que la greffe de cœur s’est très bien passée. Sabine les remercie. Lorsque Margaret évoque Cristina qui a déjà informé Sabine des risques de rejet, le regard d’Owen s’assombrit. Il pousse un long soupir avant de s’éloigner, un très léger sourire sur les lèvres.

    Bne masse les pieds de son épouse qui lui confie qu’elle ne veut pas trop s’enthousiasmer au sujet de son nouveau poste au sein du Conseil d’Administration, parce que le cadavre de Cristina n’est pas encore froid. Ben ne voit pas pourquoi elle devrait tempérer son enthousiasme. Elle lui explique tout ce qu’elle a l’intention de faire, des nouvelles règles, des changements, et surtout relancer son essai, l’agrandir même. Tout à coup, elle révèle à son mari que ce qui la touche le plus, c’est que Richard l’ait choisie.

    Jo et Alex roulent sur leur lit en s’embrassant lorsque la jeune femme remarque une grande enveloppe, sur laquelle il est écrit "Pour le diable". Alex devine immédiatement que ça vient de Cristina. Il ouvre l’enveloppe, et y trouve des documents qu’il met quelques secondes à identifier. Il s’agit des parts que Cristina possède dans l’hôpital. Elle les lui a offerts, ce qui veut dire qu’elle lui laisse son siège au conseil d’Administration. Il ne sait pas si elle en a le droit mais elle l’a fait. Le couple en reste bouche bée.

    Meredith et Derek se disputent. Il lui rappelle qu’il a déjà accepté le travail qu’on lui a proposé. Elle objecte qu’il lui avait promis de mettre sa carrière en retrait pour lui permettre de faire avancer la sienne. Il lui a dit qu’il ferait tout pour l’aider mais il lui a menti. Il le reconnait mais c’est parce que le travail qu’on lui a proposé est une ’opportunité  comme on n’en a qu’une fois dans sa vie. Meredith répond que c’est pour ça qu’elle a abandonné ses projets mais après, elle a trouvé un moyen pour tout concilier, son travail, ses enfants et ses recherches. Et elle a réussi sans qu’il l’y ait aidée. Derek lui fait remarquer qu’elle n’est pas une victime. Ils commencent à s’invectiver en parlant en même temps. Elle lui reproche d’en vouloir toujours plus et maintenant elle estime que c’est trop. Il lui rappelle qu’il prend l’avion deux fois par semaine pour être auprès de ses enfants et être un bon père. Elle estime qu’il ne peut pas les trainer de l’autre coté du pays pour qu’elle vive dans son ombre. Ce dernier mot révolte Derek qui rappelle à sa femme qu’il lui a trouvé un travail. Elle réplique que c’est comme ça que son père a eu son premier emploi à Seattle. Parc que l’hôpital voulait qu’Ellis travaille pour eux, elle s’est arrangée avec l’université pour obtenir un travail à Thatcher. C’est ce qu’on appelle l’époux à la traine. Derek trouve que leur situation n’a rien de semblable à celle des parents de Meredith. Elle pense tout le contraire. Ce n’est pas pour ça qu’elle a signé. Il la traite d’égoïste. Elle ne le nie pas, mais elle estime qu’elle n’a pas d’autre choix, parce qu’il pense que sa carrière est la plus importante. Il crie que c’est le cas pour le moment. Elle lui fait remarquer qu’il a toujours pensé de cette façon. Il sera toujours le chirurgien surdoué et elle sera toujours la petite interne qui est tombée amoureuse de lui. Il riposte que si c’est comme ça qu’elle se considère, c’est son problème, il ne peut rien y faire. Elle rétorque qu’elle ne se voit pas comme ça, mais que c’est la réalité. Derek est tellement énervé qu’il en a du mal de respirer. Il lui rappelle qu’à Washington, elle pourra exercer son métier de chirurgienne et ses recherches sur la veine porte. Il n’y a rien qu’elle ne pourra pas faire là-bas comme elle le ferait à Seattle. Ulcérée, elle lui crie qu’elle ne le veut pas. Elle ne parle pas que de son travail, mais de sa vie. Elle a grandi à Seattle. Elle y a construit sa famille. Elle a contribué à maintenir l’hôpital qui porte le nom de sa mère, de sa sœur, le sien aussi. Sa vie est à Seattle. Elle ne veut pas s’en aller. Le regard plein de colère de Derek devient douloureux. 

    Richard aperçoit le Dr Margaret Pierce, assise sur un banc devant l’hôpital. il la rejoint. Il devine que sa journée a été difficile. Elle le reconnait. Sept traumas dont deux très graves et une transplantation cardiaque, ça fait beaucoup. Elle rit quand il lui demande si à part ça, elle est bien installée. Elle lui confie que ces deux dernières semaines ont été les plus étranges de sa vie. Elle ne connait personne et personne ne la cannait. Ses seules conversations ont été professionnelles. Richard s’assied à côté d’elle et lui fait remarquer que, maintenant, elle le connait. Elle devine qu’elle doit lui donner l’impression d’être une gamine qui pleure pendant un camp de vacances. Elle veut qu’il sache qu’elle est tourmentée par quelque chose d’autre. Encouragée par le regard qu’il pose sur elle, elle lui confie qu’elle a été adoptée. Il y a deux ans, elle a fait des recherches sur sa mère biologique, et elle a appris que celle-ci était décédée. Elle ne cannait que son nom. Ça lui a permis de découvrir que sa mère était une incroyable chirurgienne qui a travaillé dans cet hôpital. D’ailleurs, son nom y est partout. C’est la raison pour laquelle elle a postulé pour remplacer Cristina. Richard est perturbé. Il lui demande quel est le nom de sa mère biologique. Il se décompose quand elle lui dit qu’il s’agit d’Ellis Grey. Il ne répond pas quand elle lui demande s’il l’a connue. 

    Derek demande à Meredith si elle est en train de lui demander de choisir entre son travail et sa famille. Agacée, elle répond qu’elle est simplement en train de dire qu’elle n’ira nulle part, qu’elle va rester à Seattle. Derek est interloqué. Il ne semble pas comprendre ce qui lui arrive.

    Cristina est dans son bureau de Zurich qu’elle a décoré avec quelques photos d’elle avec Meredith et Owen. Elle regarde par la fenêtre et semble contente. On frappe à sa porte. C’est Shane qui vient la prévenir qu’on l’attend à la réunion. Ils se sourient. Elle le suit. Lorsqu’elle referme la porte de son bureau, on découvre que son nom y est inscrit. "Dr Cristina Yang, Directrice de la chirurgie cardiothoracique".

     

    Voix off (Cristina) : Chaque fois qu’on pense connaitre l'avenir, même pendant une seconde, il change. Parfois le futur change vite et complètement, et il ne nous reste que le choix de décider quoi faire ensuite. On peut choisir d’en avoir peur, de rester là, en tremblant, de ne pas bouger, en supposant que le pire peut arriver. Ou bien on avance vers l’inconnu et on suppose que ce sera brillant.  


  • Commentaires

    1
    chouca
    Samedi 17 Mai 2014 à 00:14

    la vidéo est absolument magnifique, un très grand bravo à Jennifer et un grand mercihappy

    2
    elise grey
    Samedi 17 Mai 2014 à 08:39

    magnifique la vidéo... merci !!!!

    3
    elise grey
    Samedi 17 Mai 2014 à 08:41

    Merci pour le résumé, il y avait des subtilités que j avais pas comprises :)

    4
    Valerie
    Samedi 17 Mai 2014 à 08:56
    Magnifique vidéo. Un grand bravo à toi Jennifer.

    Et un immense merci à toi Boa pour tes résumés que je lis attentivement chaque semaine depuis tant d'années.
    5
    Samedi 17 Mai 2014 à 10:02

    Une vidéo qui résume très bien l'épisode! Top! Merci.

    6
    sim13
    Dimanche 18 Mai 2014 à 23:34

    Super vidéo.

    Merci pour ce résumé en images de mes moments préférés...

     

    7
    Rosa Parks
    Dimanche 18 Mai 2014 à 23:56

    Bonsoir à tous, un grand bravo à toi Jennipink cette vidéo est top cool

    Que de talent merci de partager cela avec nous happy

    Enfin merci beaucoup pour le résumé smile

    Bonne nuit à tous.

    8
    Béné
    Lundi 19 Mai 2014 à 00:00

    Superbe vidéo! Merci Jennpink!


    Et merci pour tes résumés hebdomadaires Boa!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :