• Episode 11.03 : Got to Be Real

    Photobucket

    Titre français : Un fauteuil pour deux

    Scénariste : Zoanne Clack

    Réalisateur : Rob Corn

    Diffusion Etats-Unis : 9 octobre 2014 sur ABC

    Diffusion France : 9 mars 2016 sur TF1

     

    Voix off : Sur une table d'opération, une personne est le plus vulnérable... nue, exposée. La peau n’est pas une armure très dure. Elle est douce, facilement rompue.

     

    Nous sommes dans la salle de bains d’Alex. Tandis que ce dernier prend une douche, de l’autre côté du rideau, Meredith lui confie son ressenti suite à la révélation que lui a faite Maggie. Elle n’a pas besoin d’une autre sœur. Et elle est certaine que Maggie est une fieffée menteuse. Sans faire attention à Alex qui lui ordonne à plusieurs reprises de sortir de la salle de bains, elle ajoute qu’à cinq ans, elle aurait su si sa mère avait été enceinte, et elle sait que ça n’a pas été le cas. En fait, Maggie doit être une malade mentale qui harcèle les gens. Meredith clame qu’elle est victime du crime de harcèlement. Sous le coup de l’énervement, elle ouvre brusquement le rideau de douche, au grand dam d’Alex qui reprend rapidement celui-ci pour camoufler sa virilité. Meredith s’étonne de sa réaction. Furieux, Alex lui rappelle qu’il est complètement nu. Meredith ne voit vraiment pas où est le problème. Elle a déjà vu son sexe de toute façon. Ce qui est important, c’est qu’elle vit une situation de crise. Néanmoins, pour faire plaisir à son ami, elle lui dit que son service trois pièces est impressionnant et que Jo a beaucoup de chance. Elle lui demande ensuite s’ils peuvent revenir à ses problèmes. Mais Alex n’en a guère envie. Il est conscient qu’il lui a dit qu’il serait sa personne. Peut-être que ça implique qu’il va devoir lui acheter ses tampons ou faire comme si les cheveux de Derek étaient spéciaux mais il s’avère qu’il a une très importante présentation à faire devant le Conseil d’administration pour retrouver un emploi, ce qui est primordial puisqu’il s’est fait virer par Lebackes. Il a travaillé toute la nuit et il manque de sommeil, raison pour laquelle il a besoin de prendre une douche, seul, et de se concentrer. Il referme le rideau de douche que Meredith rouvre aussitôt pour lui reprocher sur un ton acerbe de ne même pas avoir écouté ce qu’elle a dit. Alex l’admet, et de toute façon il s’en moque. Ne se laissant pas décourager, Meredith répète donc que le nouveau chef de la cardio pense être sa sœur biologique. Cette fois, Alex a écouté et la nouvelle lui fait l’effet d’être une bombe. Il la trouve même insensée. Meredith le remercie.

    Jo a l’oreille collée de l’autre côté de la porte. Elle explique à Stephanie que Meredith est dans la salle de bains pendant qu’Alex prend sa douche. Stephanie conseille à son amie de les rejoindre, option que Jo refuse catégoriquement. Stephanie estime qu’elle en a le droit, puisqu’elle est la petite amie d’Alex. Jo pense que cela ne fait pas le poids comparé à l’équipe que forment Meredith et Alex. Ils sont comme des compagnons de guerre et Jo sait qu’elle n’a pas sa place dans leur groupe, sans parler du fait que Meredith la regarde comme si elle n’était que la stupide fille nue qui est dans le lit d’Alex. Stephanie l’encourage à faire la stupide fille nue dans la douche. Cette suggestion choque profondément Jo qui rappelle à sa camarade qu’elle est médecin, chirurgienne, et qu’à ce titre, elle mérite qu’on la respecte. Stephanie lui fait remarquer qu’en ce moment elle n’est qu’une fille en pyjama qui a son oreille contre la porte. Quel respect pourrait-on lui accorder après ça ? Jo n’en démord pas, Meredith lui a volé son homme. Elle regrette que Cristina soit partie, parce que quand cette dernière était encore là, personne ne volait Alex. Et non, elle n’a pas peur de Meredith, comme l’affirme Stephanie. La porte de la salle de bains s’ouvre et Meredith en sort. Les deux jeunes femmes la saluent avec respect. Meredith les regarde à peine et quitte la pièce sans un mot. Elle y revient deux secondes plus tard en priant Jo de prévenir Alex qu’elle l’attend en bas. Et si quelqu’un à l’hôpital leur demande où elle est, elles n’auront qu’à dire qu’elle est malade.  

    Owen et Callie avancent dans un couloir du Centre de Revalidation des Vétérans. Callie veut être bien sûre qu’elle n’est là que pour faire une conférence sur les membres résiduels suite à une amputation. Owen le lui confirme. Callie lui explique qu’elle a décidé de mettre ses projets professionnels en veilleuse pour permettre à Arizona de reprendre des cours et aussi parce qu’elles aimeraient avoir un autre enfant. Elle ne veut pas en faire trop. Owen se montre très compréhensif et rassurant. Il veut juste qu’elle rencontre quelques types. Ils entrent dans une salle où sont rassemblés des militaires faisant partie de la Navy, des Marines ou des forces spéciales, qui ont tous perdus un membre à la guerre. Owen ajoute qu’il sait que Callie ne va pas avoir le temps d’aider ces héros de la nation. Elle réplique qu’elle ne l’aime pas. Ils échangent un petit sourire. Callie regarde les militaires mutilés avec commisération.

    Tout en marchant dans les couloirs du Grey Sloan Memorial, le Dr Herman explique à Arizona la façon dont elle a procédé pour opérer un fœtus dans le ventre de sa mère. Arizona se montre très impressionnée par le fait que cette dernière a pu mener sa grossesse jusqu’à terme. Lorsque le Dr Herman lui reproche à mots couverts de ne pas avoir pris de notes. Arizona répond qu’elle pensait qu’il s’agissait d’une simple conversation. Le Dr Herman lui rappelle qu’elle est son élève. Arizona l’assure de son entière implication. Elle a seulement besoin d’un peu de temps pour se remettre en selle, genre trois ou quatre semaines, parce qu’elle a beaucoup de cas dont elle doit encore s’occuper. Le Dr Herman lui coupe la parole pour mettre les choses au point. Quatre semaines représentent 10% du temps de grossesse. Durant ce laps de temps, le poumon d’un fœtus devient totalement fonctionnel. Dans l’utérus, les choses se passent à toute vitesse. Plus vite Arizona se remettra en selle, mieux ce sera. Elle s’en va après avoir suggéré froidement à son élève de se procurer un bloc-notes.

    Derek informe Jackson qu’il a pris du retard sur certains cas. Il reconnait qu’Amelia fait du très bon travail mais il y a certaines choses dont il préfère s’occuper personnellement. Jackson lui demande s’il a besoin d’aide. En fait, Derek aimerait qu’il change l’heure de la réunion qui a été programmée pour la fin de la journée. Jackson refuse. Arizona, qui a seulement entendu la demande de Derek, se montre soulagée à l’idée que la réunion va avoir lieu à un autre moment, car Callie et elle ont un rendez-vous. De plus, elle vient de réaliser que ses cours avaient déjà commencé. Jackson laisse tomber froidement que la réunion aura bien lieu à l’heure prévue. Faisant comme s’ils ne l’avaient pas entendu, Derek et Arizona commencent à chercher une date qui leur conviendrait à tous les deux. Légèrement agacé, Jackson répète que la réunion au cours de laquelle ils vont voter pour nommer le nouveau membre du Conseil d’administration aura lieu le soir même.

    Jackson et Arizona viennent à peine de partir qu’Amelia arrive. Elle a manifestement un compte à régler avec son frère qui lève les yeux au ciel en la voyant. Elle ne comprend pas pourquoi il a prescrit un médicament pour un patient alors qu’elle en avait recommandé un autre. Derek répond que ce patient avait besoin d’un bon anti convulsif. Amelia lui fait remarquer qu’elle en avait déjà prescrit un. Elle estime qu’il n’a pas le droit de s’occuper des prescriptions qu’elle a faites. Derek réplique qu’il ne fait que son travail. Elle riposte qu’il lui prend le sien. S’il a un problème avec le fait qu’elle est maintenant le chef de la neurochirurgie, il devrait en référer au Conseil d’administration. Mais jusque là, elle lui fera signe quand elle aura besoin de lui. Derek apprécie peu la leçon.

    Miranda demande à Stephanie ce que sont devenues les deux interventions qu’elle avait programmées pour ce jour-là. Stephanie lui révèle qu’elle a pris la liberté de les reporter afin de lui offrir une journée calme, durant laquelle elle aura tout loisir de répéter la présentation qu’elle doit faire devant le Conseil d’administration, et ce afin de battre Alex. Miranda réplique qu’elle n’a pas besoin de répéter mais d’opérer ses patients. Stéphanie tente de la raisonner. Alex entretient des liens plutôt étroits avec certains membres du Conseil. Miranda lui rappelle qu’elle en a aussi. Stéphanie lui apprend que le matin-même Meredith Grey était dans la salle de bains d’Alex avec lui. Miranda admet que son intimité avec les membres du Conseil n’est pas aussi forte, avant d’ajouter que son intervention devant le Conseil d’administration va se limiter à dire la vérité, à savoir qu’elle mérite de prendre la place de Cristina. Et si l’un des membres du Conseil a la mauvaise impression qu’il n’y aucun choix à faire, elle le remettra dans le droit chemin avant qu’il ne passe pour un imbécile. Elle est alors bipée pour s’occuper d’un patient en traumatologie. Elle s’en étonne. Est-ce que ce n’est pas Meredith Grey qui est responsable des urgences aujourd’hui ? Stephanie répond que Meredith est malade.

    En fait, elle est toujours chez Alex. Ils discutent du cas de Maggie en buvant de la tequila. Meredith reste inflexible. Si sa mère avait été enceinte, elle l’aurait su. Alex évoque la possibilité que Maggie soit de bonne foi. C’est peut-être l’agence d’adoption qui a commis une erreur en indiquant le nom d’Ellis Grey sur le certificat de naissance. Meredith ne croit pas une seconde qu’un tel hasard soit possible. Pour elle, ça ne fait aucun doute. Maggie veut obtenir quelque chose. Alex lui donne raison. Peut-être que Maggie croit qu’il y a un héritage à toucher. Meredith lève les yeux au ciel. Le seul héritage que l’on peut recevoir dans sa famille, c’est la maladie d’Alzheimer. Alex lui fait remarquer qu’une seule personne peut répondre à ses interrogations, l’homme qui sautait sa mère à l’époque. Mais pour Meredith, c’est hors de question de parler de ça à Richard. Alex lui rappelle que Richard est celui qui a mouillé sa chemise dans l’affaire. Meredith trouve l’allusion dégoutante. Alex insiste, Richard est la seule personne encore vivante qui peut dire si les affirmations de Maggie sont vraies. Meredith réplique que Richard est comme un deuxième père pour elle. Elle est certaine qu’il était au courant de l’existence d’une sœur, il le lui aurait déjà dit.

    Maggie entre dans l’ascenseur où se trouve Richard. Après un petit moment de malaise, il lui demande si elle a été bipée par les urgences. Elle répond que oui et lui demande si c’est aussi son cas. Après avoir confirmé, Richard souffle. Ça veut dire qu’il y a sûrement beaucoup de patients. Maggie répond par un grognement. Après quelques secondes de silence pendant lesquelles Richard ne sait comment se comporter, Maggie lui révèle qu’elle a dit la vérité à Meredith. Il est surpris et encore plus mal à l’aise qu’il ne l’était. Lorsqu’il lui demande comment ça s’est passé, Maggie lui apprend que cela aurait pu être mieux. La porte de l’ascenseur s’ouvre et ils aperçoivent un groupe de médecins amassés devant une salle d’examen en train de photographier l’intérieur de cette salle dans un tintamarre assourdissant. Richard et Maggie sont rejoints par Miranda et Stéphanie. Une infirmière leur apprend que le patient est un homme dont le véhicule s’est encastré dans l’arrière d’un camion transportant du bois. On entend la voix d’April demandant à tous ceux qui ne s’occupent pas de ce cas de s’en aller. Comme personne ne bouge, Miranda se charge de faire la police, rappelant aux uns et aux autres qu’ils ne sont pas au spectacle. Elle reste bouche bée en découvrant le patient qui est soudé à son siège de voiture par un tronc d’arbre qui les a transpercés tous les deux. Cool, s’exclame Stephanie, ce qui lui vaut une remontrance de Miranda. Mais cette dernière se retourne pour demander discrètement à ceux qui sont derrière elle de prendre des photos en gros plan et elle-même ne résiste pas à la tentation de prendre un selfie, avec le patient en arrière-plan.

    Première intervention : libérer le patient de son siège de voiture en découpant celui-ci autour du tronc d’arbre. Richard insiste pour que le patient, Charlie, qui est couché sur le côté, soit remis en position assise dans moins de soixante secondes. Miranda fait remarquer que si le tronc d’arbre s’était empalé quelques centimètres de plus sur la droite, l’homme serait mort. Elle demande ensuite à Stéphanie de décrire comment elle compte s’y prendre pour soigner le patient. La jeune femme explique qu’elle ferait une échographie pour voir les fluides autour du cœur et qu’ensuite elle procéderait par une laparotomie. Tout à coup, Charlie se met à tousser et du sang gicle sur la blouse de Maggie. Celle-ci demande qu’on lui apporte de quoi intuber le patient afin de lui permettre de mieux respirer. Richard suggère d’attendre que le siège voiture soit retiré, ce qui ne saurait tarder, car ce serait plus sûr d’intuber Charlie s’il était sur son dos. Magie objecte qu’elle n’a pas le temps d’attendre. Elle prévient ensuite le patient que sa journée va empirer car elle a devoir l’intuber par voie nasale. Elle demande ensuite que l’on suspende le sciage du bois pendant qu’elle procède. Directement après, le siège voiture est retiré et la partie du tronc d’arbre qui est dans le dos de Charlie est découpée, de sorte que l’homme puisse être à nouveau allongé.

    Owen et Callie discutent avec les vétérans. L’un d’eux, Jeff, leur demande s’il va vraiment pouvoir recevoir un membre robotique, comme Terminator. Owen préfère qu’on fasse référence à Jim Austin, l’Homme qui valait trois milliards. Callie signale que ça va coûter un peu plus que ça. Owen précise immédiatement que le coût du projet est totalement subventionné et que toutes les dépenses seront couvertes. De ce fait, la jambe robotique que Jeff recevra sera complètement gratuite pour lui. Le vétéran n’y croit pas vraiment. Il a déjà eu trois prothèses, chacune lui faisant plus mal que la précédente. Owen le rassure. La jambe robotique est totalement indolore. Le militaire reste sceptique. Ca ressemble à une invention. Owen lui fait remarquer que c’en est une et c’est Callie qui en est à l’origine. Elle est un génie qui a mis au point une technologie d’avant-garde. Callie tempère son enthousiasme. Elle veut d’abord faire une série d’examen afin d’être sûre que le militaire peut recevoir la jambe. Voyant que Jeff est refroidi, Owen insiste sur le fait que le projet est complètement financé. Jeff est épaté. Il confie à Callie qu’Owen n’a pas cessé de parler d’elle. Callie ricane. Oh ça, elle n’en doute pas ! Elle lance ensuite un regard noir en direction de son confrère.

    De retour à l’hôpital, elle se plaint à Arizona de la conduite d’Owen. Indifférente aux malheurs de sa compagne, Arizona évoque les siens, tant et si bien qu’on a un dialogue de sourds, aucune n’écoutant l’autre. Callie reproche à Owen de ne pas tenir compte de son planning surchargé. Elle lui a dit qu’elle était fort occupée pour le moment mais il s’en moque. Arizona rappelle qu’elle est une titulaire ayant son propre service et qu’elle a déjà partagé des douzaines de cas avec Nicole Herman. Callie en veut à Owen de l’avoir prise en traitre. Il lui a présenté un vétéran en sachant qu’elle n’aurait pas le cœur de dire non à un homme qui a donné sa jambe pour son pays. Arizona n’en revient pas qu’Herman lui ait demandé de relire des revues et de refaire des exercices de pratique. Comme si elle avait le temps ! Elle a une intervention importante prévue à 16h. Callie, qui était attentive à ce moment là, se renfrogne et lui demande si c’est une façon de lui dire qu’elle ne pourra pas l’accompagner à l’agence de maternité de substitution. Arizona proteste. Pas du tout. D’ailleurs, elle compte bien trouver un moyen de tout concilier. Néanmoins, elle demande à Callie de lui dire quelque chose qui l’encouragera. Callie lui rappelle qu’elle est la propriétaire d’un hôpital, qu’elle élève un belle petite fille, qu’elle sauve des bébés et qu’elle va en sauver encore plus. Alors, elle va réussir ce qu’elle a entrepris. S’il y a bien une personne qui peut le faire, c’est elle. Arizona est bipée. Avant de s’en aller, elle certifie à sa compagne qu’elle sera à l’agence avec un beau sourire. Et on aura un autre bébé, conclut Callie avec un grand sourire.

    Sous l’œil attentif de sa sœur, Derek examine un patient, qui a fait une chute de moto. Comme Derek explique à voix haute ce qu’il compte faire, Amelia lui demande de se taire afin qu’elle puisse interroger le patient sur son identité. Il s’appelle Steve. Elle lui demande sur un ton ironique s’il avait oublié de mettre son casque. Steve ne répond pas mais pousse un cri de douleur. April lui administre aussitôt un analgésique en spécifiant qu’il va se sentir un peu groggy. Derek annonce que le patient souffre d’une fracture du crâne. Il préconise de faire une angiographie. Amelia répond qu’elle pourra prendre une décision si Derek lui donne l’occasion d’examiner le patient. Elle s’avance vers ce dernier mais Derek s’interpose. Dans un murmure, il lui explique qu’il ne croit pas que Steve va s’en sortir et ça ne va pas être beau à voir, alors il vaut mieux qu’elle le laisse faire. Amelia le prend mal. Il se comporte comme s’il était le seul capable de pouvoir sauver cet homme. Eh bien, qu’il aille se faire foutre ! Ce patient est à elle. Derek s’écarte. April qui a assisté à toute la scène leur fait remarquer qu’ils pourraient aussi traiter ce patient en équipe, comme une famille. Amelia répond sèchement qu’elle va s’en charger et elle annonce à April qu’elle l’assistera durant l’intervention. Elle lui ordonne aussi d’amener le patient au scanner. Derek est mortifié.

    Alex profite de la présence de Meredith pour répéter la présentation qu’il compte faire devant le Conseil d’administration. Il mentionne le programme d’échange avec l’Afrique qui a permis de soigner trente-quatre enfants gravement malades. Il ajoute que ce programme a non seulement donné une chance à ces enfants mais il a été bénéfique pour lui aussi. Cela lui a donné un sentiment d’appropriation et un niveau de passion qu’il ne pensait pas avoir. Il éprouve la même chose pour l’hôpital. Il remarque alors que Meredith a l’air plus intéressée par son verre et la tequila qu’il y a dedans, que par le discours. Pour le rassurer, elle lui dit que son exposé est génial. Il lui rappelle qu’elle va devoir voter sur base de cette présentation. Il ne veut pas passer à côté du siège au Conseil. En plus, il est en compétition avec Miranda Bailey. Meredith, qui est déjà bien pompette, lui rappelle que Miranda l’a accouchée et qu’elle lui a sauvé la vie. Et lui, qu’a-t-il fait ? Agacé, Alex lui demande pourquoi elle n’est pas chez elle pour boire et pleurnicher sur sa fausse sœur, avec son mari. Elle lui avoue alors que Derek n’est pas encore au courant. Elle ne peut pas lui en parler pour le moment. Alex ne la comprend pas. Son mari a renoncé à un travail à Washington pour rester avec elle et elle lui en veut toujours ? Pourtant, elle a gagné. Meredith n’est pas du tout d’accord avec cette façon de voir les choses. Elle n’a jamais demandé à Derek de renoncer à ce travail. Ce qu’il a fait n’est pas un compromis. Elle n’a pas gagné, c’est Derek qui a déclaré forfait, et donc ils sont perdants tous les deux. Alex en déduit qu’elle ne parle plus à Derek. Elle lui confie qu’elle ne supporte pas l’air de martyr que son mari arbore. Elle sait qu’il attend d’elle qu’elle lui soit reconnaissante, mais elle ne l’est pas. Elle estime que sa carrière est aussi importante que celle de son mari. Le soleil, c’est elle et Derek peut aller se faire foutre ! Comme elle s’apprête à boire carrément à la bouteille, Alex lui retire celle-ci des mains en lui disant qu’elle a sa dose. Comme elle exprime son mécontentement, il lui dit qu’il est hors de questions qu’elle reste là pour se saouler et finir par vomir et pleurer, en l’empêchant de se préparer pour sa présentation. Par contre, il y a quelque chose qu’ils peuvent faire. Meredith ne semble pas enthousiaste.

    Callie et Owen ont présenté la jambe robotique à Jeff. Celui-ci est étonné par la légèreté de la prothèse. Après avoir précisé que la jambe est en titane, Callie lui explique qu’avant de pouvoir recevoir cette jambe, elle doit vérifier la connexion des muscles avec les capteurs, grâce à un appareil qui réagit différemment selon que les muscles sont en action ou au repos. Elle demande à Jeff de contracter ses muscles. Jeff s’exécute sans que la machine ne réagisse. Il demande aux médecins s’il pourra garder la jambe une fois que les tests seront terminés. Owen le lui confirme. Un peu gêné Jeff présente ses excuses aux médecins. Il est conscient que sa demande peut paraitre incongrue. Il leur explique alors qu’il a toujours voulu être ranger. Il en rêve encore tout le temps, se voyant courir, un sac sur le dos, avec son équipe. Quand il se réveille, il sort de son lit en essayant de se mettre debout parce qu’il a oublié qu’il avait perdu sa jambe. Alors quand on lui parle de jambe robotique gratuite, il pense qu’il est encore en train de rêver. Callie, qui a remarqué que la ligne sur son écran restait plate, lui demande s’il est toujours en train de contracter ses muscles. Il répond que oui avant de demander à Owen de tenir la prothèse afin qu’il puisse la prendre en photo pour sa mère. Soucieuse, Callie l’invite à contracter ses muscles plus fortement. Comprenant que quelque chose d’anormal se passe, Owen regarde son propre écran. Il demande à Callie ce qui ne va pas. Elle répond qu’il devrait y avoir des pics sur l’écran. Pour rassurer Jeff qui s’inquiète, Owen prétend que la machine a des problèmes. Callie veut le démentir mais il l’en empêche en la priant de lui accorder un entretien en privé. Dans le couloir, elle lui reproche d’avoir eu un comportement inapproprié. Owen trouve qu’elle ne manque pas de toupet, étant donné qu’elle était prête à éjecter Jeff de son projet. Callie ne voit pas ce qu’il y a de choquant, dans la mesure où il apparait clairement que Jeff n’est pas un bon candidat, sans doute à cause de la façon dont l’amputation a été effectuée. Owen en est conscient, il est probable que celle-ci ait été réalisée dans les pires circonstances. Cet homme est un soldat. Callie en est tout à fait consciente et elle se sent mal de ne pas pouvoir l’aider. Elle s’en fait pour lui. Qui ne le ferait pas d’ailleurs ? Mais la jambe robotique n’en a rien à faire du service que Jeff a rendu à la nation. Tout ce dont elle s’occupe, c’est que les nerfs de la jambe ne communiquent plus avec les muscles, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas communiquer non plus avec les capteurs de la prothèse et que donc, la jambe robotique ne fonctionnera pas. Pour Owen, c’est simple, il ne reste qu’à trouver le moyen pour que ça fonctionne. Callie s’énerve. Elle a l’impression qu’il n’écoute pas ce qu’elle lui dit ou bien qu’il le fait exprès. Le ton monte. Bien qu’elle maintienne qu’il n’y a rien à faire, Owen lui donne l’ordre de réparer les nerfs défectueux. Callie s’offusque. Pour qui se prend-t-il ? Le Général Patton ? Owen réplique qu’il est son chef. Callie riposte qu’il l’est dans le service chirurgie mais pas dans le laboratoire qu’elle a financé avec son argent. L’argument laisse Owen indifférent. Il refuse qu’elle laisse tomber Jeff après lui avoir donné de l’espoir. Callie trouve qu’il déforme la vérité. C’est lui qui a donné de l’espoir à Jeff, c’est lui qui a déconné en parlant de jambe robotique entièrement gratuite et indolore. Si elle sur le point de détruire les rêves de Jeff, c’est à cause de lui. Elle retourne auprès de Jeff. Owen remarque alors que leur dispute a eu des témoins.

    En salle d’opération, Richard et son équipe s’apprêtent à retirer ce qui reste du tronc d’arbre de la poitrine de Charlie. Dès que c’est fait, les chirurgiens s’affairent pour tenter de réparer les dégâts. Richard ne perd pas de temps pour retirer la rate. Maggie est impressionnée par la vitesse à laquelle il a procédée. Il lui rappelle qu’il n’est pas un débutant. Elle espère qu’elle sera aussi rapide que lui un jour. Il est certain que ce sera le cas. Dans environ 40.000 interventions, persifle Miranda.

    Jackson demande à Callie des explications sur l’esclandre qui a eu lieu entre elle et Owen, et dont il a eu des échos bien évidemment. Callie en déduit immédiatement que c’est Owen qui l’a dénoncée. Jackson peut rédiger un rapport d’insubordination à son encontre, cela ne l’empêchera pas de maintenir ce qu’elle a dit à Owen, à savoir qu’elle n’a pas à tenir compte des ordres quand il s’agit de son laboratoire. Jackson objecte que ce n’est pas ce qu’il lui demande. Tout ce qu’il lui demande, c’est de ne pas faire de scandale au milieu des couloirs de l’hôpital, parce que quand un membre du Conseil d’administration se donne en spectacle, il est obligé d’arrêter de pratiquer la médecine, ce qu’il adore faire, pour devenir un pion, ce qu’il n’apprécie pas particulièrement. Il a vraiment autre chose à faire que la sermonner. Pour le moment, il arrive à peine à faire trois interventions par jour, et ça c’est s’il a de la chance, et ce ne sont même pas des longues interventions, juste des liposuccions, des liftings de seins et de fesses, des implants fessiers. Il voudrait simplement faire une intervention intelligente et intense, une de celles qui font mal aux pieds parce qu’on reste debout pendant des heures, qui donne des migraines parce qu’on doit improviser et imaginer, des interventions pleines de joies. Mais ça n’est plus possible pour lui, parce qu’il doit diriger le Conseil d’administration. Meredith s’est fait porter malade. Arizona essaie de lui refiler la chirurgie pédiatrique. Les Shepherd disputent une partie de bras de fer, même s’ils ne l’admettront jamais. Cristina les a foutus dans la merde en opposant Karev à Bailey. Quant à Richard, il semble avoir craqué pour la nouvelle chef de la cardio, ce qui est indécent parce que cette fille est une gamine par rapport à lui. Et maintenant, voilà que Callie et Owen se hurlent dessus en plein milieu d’un couloir. C’st à cause de tout ça que Jackson n’arrive plus à être un chirurgien, et qu’il n’est plus qu’un pion. Calie lui promet qu’elle ne criera plus dans les couloirs. Jackson devine à son expression que quelque chose la tourmente. Il lui demande ce que c’est. Elle lui explique qu’Owen a pris la mouche à cause d’un candidat pour la jambe robotique mais il peut le vouloir autant qu’il le peut, ce ne sera pas possible car les nerfs de cet homme ne communiquent plus avec ses muscles. Et elle, elle ne peut rien faire pour arranger ça. Jackson lui annonce qu’il peut le faire. Grâce à une technologie appelée réinnervation musculaire ciblée. Cela consiste en la création d’un chemin alternatif pour les signaux nerveux, à savoir qu’il retire un nerf de son emplacement habituel pour le placer ailleurs. C’est comme si on prenait une route parallèle quand il y a des travaux sur une autoroute. Callie est impressionnée. Elle trouve que c’est du gâchis qu’il ne soit qu’un surveillant. Jackson tout à fait d’accord avec elle.

    Maggie annonce qu’elle a fini de réparer le poumon de Charlie. Richard ajoute qu’en ce qui le concerne, il a totalement terminé l’ablation de la rate et presque terminé celle, partielle, de l’estomac. Ils vont pouvoir commencer à s’occuper du diaphragme. Maggie est ravie. Cette intervention est ce qu’elle a vu de plus amusant depuis qu’elle travaille à l’hôpital. Richard la félicite pour ce qu’elle a fait. Maggie réplique que ce n’est rien à côté de ce qu’il a fait. Il a réalisé l’ablation de la rate en quinze secondes. Non, vingt, ou peut-être même dix-huit, répond Richard en plaisantant, sous le regard désapprobateur de Miranda. Quoiqu’il en soit, Maggie a trouvé le moment très inspirant et elle a été ravie d’avoir été là. Après qu’elle ait quitté la salle, Richard reste le regarde fixé sur la porte. Il ne prête pas attention à Miranda qui lui dit que les intestins semblent intacts mais qu’il vaut mieux vérifier pour en être certain. Tout à coup, il lui demande si elle peut continuer toute seule. Avant même qu’elle ne lui réponde, il quitte la salle pour courir derrière Maggie. Mais c’est trop tard, elle a déjà disparu.

    Alex demande à Meredith de lui donner son nom d’utilisateur et son mot de passe afin qu’il puisse entrer dans le système de l’hôpital afin le trouver la date de naissance de Maggie. Meredith lui fait remarquer que c’est illégal. Alex le sait, mais ça l’est aussi de prétendre être une personne qu’on n’est pas. Il invite Meredith à introduire ses données. Une fois qu’ils auront trouvé quand Maggie est née, ils pourront l’utiliser pour prouver qu’Ellis n’était pas enceinte à cette époque, à l’aide de vidéos ou de photos par exemple. Cela permettra à Meredith de confondre Maggie. Meredith trouve qu’il est très différent de Cristina. Si celle-ci était là, elles seraient en train de danser. Alex fait une grimace. Il lui signale ensuite qu’il est entré dans le dossier de Maggie. Celle-ci est née le 22 novembre 1983. Donc cela voudrait dire qu’Ellis est tombée enceinte au printemps ’83. Il demande à Meredith ce qui s’est passé à cette époque. Il comprend à l’expression de son amie que cela évoque quelque chose pour elle. Elle lui apprend que sa mère a essayé de se tuer au printemps ’83.

    L’opération de Charlie est terminée. Stephanie encourage Miranda à répéter l’exposé destiné au Conseil d’administration. Elle veut bien lui servir de public. Miranda préfère se concentrer sur son patient et voir si son état reste stable. Stephanie lui rappelle qu’elle va devoir se mesurer à Alex. Miranda lui avoue qu’elle a peur des serpents, des grosses araignées et, même si ce n’est pas rationnel, elle a parfois peur qu’il y ait un requin qui l’attend à la piscine. Mais ce dont elle n’a pas peur, c’est d’Alex Karev. Stephanie estime qu’elle devrait avoir peur de tous les autres. Miranda lui demande de préciser sa pensée. Stephanie pense qu’Alex est ce qui se rapproche le plus d’un frère pour Meredith. Il vit dans l’ancienne maison de cette dernière, il est à l’origine du programme qui a amené Zola aux Etats-Unis. Il y a aussi Arizona qui est le mentor d’Alex et aussi la femme de Callie. Donc tous ces gens font partie de la team Alex. Jackson ? C’est l’ami d’Alex. Elle est bien placée pour le savoir; à l’époque où elle sortait avec Jackson, ils faisaient des soirées à quatre avec Alex et Jo. En parlant de Jackson, il ne faut pas oublier qu’il a l’habitude de faire de mauvais choix.

    Arizona se prépare pour une intervention lorsqu’elle voit arriver Nicole Herman. Elle lui présente aussitôt ses excuses pour ne pas lui avoir encore donné son rapport, ce qu’elle justifie quand même par l’intervention qu’elle a dû préparer et qu’elle va pratiquer maintenant. De plus, la mère de l’enfant panique et il a fallu la rassurer. Le Dr Herman lui fait remarquer sur un ton empreint de froideur qu’ne chirurgie fœtale, tous les patients sont accompagnés de leur mère, une mère dont l’inquiétude est une nécessité biologique et évolutive. Si Arizona n’a pas les compétences de base… L’intéressée s’empresse de jurer le contraire. Les mères, c’est son truc. Elle apprend même aux autres comment bien se comporter avec les mères. Nicole réplique qu’elle a besoin du début du rapport. Arizona en est consciente. Il faut juste qu’elle puisse s’y mettre. Nicole s’éloigne sans plus l’écouter. Enervée, Arizona donne un coup sur le bras de Jo en disant qu’elle est géniale avec les mères. Jo réplique qu’elle le sait.

    Meredith explique à Alex que c’est juste après la tentative de suicide de sa mère qu’elles sont parties pour Boston. Elle avait cinq ans. Les souvenirs qu’elle a de Boston sont confus. Alex lui demande si elle se souvient d’avoir vu sa mère devenir subitement grosse, puis redevenir subitement mince. Meredith répète qu’elle se souvient très confusément de tout ce qui s’est passé à cette époque. D’ailleurs elle préfère ne plus en parler. Il vaudrait mieux travailler sur le discours d’Alex. Mais l’enquête sur Maggie passionne plus Alex que son discours. Il s’apprête à entrer dans le registre des admissions aux urgences du Seattle Grace en juin 1983. Meredith ne voit pas comment ce serait possible. Il lui rappelle que toutes les archives ont été mises sur ordinateur il y a deux ans. L’ignorance de son amie lui fait se demander pourquoi elle fait partie du Conseil d’administration, et pas lui. Meredith lui signale qu’il a trouvé le bon registre mais elle lui demande d’attendre pour cliquer parce qu’elle n’est pas sûre de vouloir savoir. Après lui avoir fait remarquer qu’on n’est jamais prêt pour ce genre de choses, Alex commence à examiner les données du registre. Il ne lui faut que quelques secondes pour trouver le dossier d’Ellis Grey. Meredith y lit que sa mère a été admise avec des lacérations au poignet et une perte de sang. Alex ajoute que Beta HCG était positif, ce qui prouve qu’Ellis était enceinte. Le dossier mentionne également que la patiente a été avertie de sa grossesse. Elle l’ignorait au moment de son admission. Meredith en tire la conclusion qui s’impose : Maggie est bien sa sœur.

    Callie se prépare pour une opération lorsqu’Owen vient lui dire qu’il lui doit des excuses. Comme il ne continue pas ; Callie lui demande s’il compte les faire ou s’il a juste voulu la tenir au courant. Il lui présente alors ses excuses. Après lui avoir demandé si tout était arrangé entre eux, il s’apprête à sortir mais Callie le retient. Il est hors de question qu’il en reste là. Elle veut qu’il lui dise un tas de conneries pour qu’elle comprenne pourquoi il lui a crié dessus et pourquoi il lui a donné des ordres. Sans cela, les choses n’iront pas mieux entre eux. Bouleversé, Owen lui confie qu’il a besoin que quelque chose de bien se passe pour qu’il puisse se sentir bien. Il n’est pas déprimé, il n’a pas le cœur brisé, il n’est pas en deuil. Cristina n’est pas morte, elle est quelque part en train de vivre ses rêves. Il sait qu’elle est heureuse et il est fier d’elle. Mais il y a aussi ce sentiment dont il sait qu’il n’est pas bien ni juste. Cristina avance jour après jour et elle est heureuse, sans lui, alors que lui se réveille chaque matin en ressentant un vide. Il pense que ses propres rêves sont morts, c’st peut-être la fin de ses rêves. Il va être un homme célibataire sans femme, sans enfant, sans famille. Parce que Cristina était sa famille. Maintenant elle est ailleurs, et il l’a laissée partir. Il sait qu’il a eu raison de le faire, c’est bien mieux pour elle, mais pour lui… Alors, il a besoin de quelque chose de bien, qui lui donne une raison de se lever le matin, pour ne pas retourner dans la grotte où il se trouvait avant de rencontrer Cristina. Car il est clair qu’elle l’a sauvé. Calie était là, elle sait comment il était à cette époque. La guerre l’avait rendu sombre. Il est conscient que ces ténèbres sont toujours en lui. C’est juste que Cristina les avait éclairés. Alors, il s’est dit que pour surmonter ces ténèbres, il devait faire quelque chose de bien. Il a rencontré ces militaires qui lui ont rappelé ce qu’il avait vécu à la guerre. Il a juste besoin de quelque chose de bien. C’est pour ça qu’il a amené Callie au centre de revalidation et qu’il a insisté pour avoir son aide. Mais maintenant, il ne va plus en parler. Il veut juste être sûr que tout va bien entre eux. Elle le rassure. Il va sortir de la pièce quand elle le rappelle. Il croit qu’elle veut poursuivre la conversation mais elle veut simplement lui proposer d’assister à l’intervention de Jeff. Il ne comprend évidemment pas ce qu’elle veut dire. Elle lui apprend que Jackson va déplacer les nerfs du patient afin qu’ils puissent donner des impulsions aux capteurs de la jambe robotique. Owen est ému.

    Derek demande à sa sœur comment se porte son patient à la moto. Elle lui répond qu’elle l’a réparé comme un chef. Comme ton chef, ajoute-t-elle perfidement à l’intention de son frère. Il lui répond qu’elle est une excellente chirurgienne et que donc, elle n’a rien à prouver. Amelia n’a aucun doute à ce sujet. Derek tient cependant à la mettre en garde, si elle essaie de se battre contre lui pour obtenir la place de chef du service de neurochirurgie, elle va perdre. Il a un CV bien plus probant que celui de sa sœur. Il estime être meilleur qu’elle. Vexée, elle lui reproche d’avoir un ego sans limites. Il lui rappelle qu’il a déjà joué à ce jeu-là à un niveau supérieur. C’est tout ce qu’il y a à dire. Va te faire voir, lui lance-t-elle sur un ton méprisant. Derek se retient de répondre. C’est à ce moment-là qu’April sort de la chambre du Steve pour parler à Amelia. Mais celle-ci s’est déjà éloignée. Elle demande à Derek où est le Dr Shepherd. Sur un ton très calme, il répond qu’il est le Dr Shepherd. Evidemment, April le sait, elle voulait parler de Melle le Dr Shepherd. Elle voulait lui montrer les résultats du scan fait après l’opération de Steve. Derek demande à les voir. April hésite à les lui donner. Elle ne sait pas si Amelia serait d’accord. Derek répète plus sèchement qu’il est le Dr Shepherd. Il lui arrache quasiment la tablette des mains. Il constate immédiatement la présence d’un important anévrisme. April lui apprend que ce dernier ne cesse de grossir. Derek lui demande de réserver un bloc et de se préparer pour l’intervention. April s’apprête à aller prévenir Amelia lorsque Derek précise que c’est lui qui va opérer. April est interloquée. Steve est le patient d’Amelia. Derek objecte que l’intervention est trop difficile pour sa sœur. Il se moque de savoir qu’April va prévenir Amelia ou pas. Il veut juste qu’elle prépare un bloc et qu’elle l’assiste sur l’intervention. April n’ose plus réagir.

    Tout en s’habillant pour aller à l’hôpital, Alex demande à Meredith si elle compte parler à sa sœur. Elle lui apprend qu’elle a appelé Richard et que celui-ci va la rejoindre. Elle demande à Alex si ça ne le dérange pas. Il répond que non, mais il est tout de même embarrassé parce qu’il doit se préparer pour le Conseil d’administration. Il lui rappelle qu’elle devra y être aussi. Meredith le rassure. Il est prêt et son discours est génial. Elle ne comprend pas pourquoi il stresse autant. Il réplique qu’il a vraiment envie d’obtenir ce siège au Conseil. Il n’a pas seulement besoin d’un travail. Cristina pensait qu’il avait besoin de quelque chose de plus important et pour la première fois, il le pense aussi. Il a l’impression qu’il a quelque chose à donner. Il a peur de tout foirer et il ne veut pas tout foirer. On frappe à la porte, c’est Richard. Alex dit à Meredith de prendre tout le temps nécessaire pour discuter.

    Il monte à l’étage tandis que Meredith va ouvrir la porte à Richard. Il semble stressé. Meredith comprend qu’il est déjà au courant et lui demande depuis quand. Il reconnait qu’il l’a appris le soir où il a fait la connaissance de Maggie. Meredith lui demande s’il ne savait vraiment rien avant ce soir-là, si Ellis en lui avait rien dit. Richard est presque offusqué qu’elle puisse penser qu’il était au courant. Quand Maggie lui a parlé d’Ellis, il a eu l’impression de se faire renverser par une voiture. Et quand elle lui a parlé de Meredith… Cette dernière veut savoir quand cela s’est produit. Il lui apprend que c’était pendant la nuit où ils ont dû s’occuper des victimes de l’explosion du centre commercial. Meredith calcule que cela fait une semaine qu’il lui cache qu’il a une fille, qu’elle a une sœur. Elle est outrée, et encore plus quand elle comprend qu’il n’a rien dit non plus à Maggie. Richard jure qu’il a essayé de le faire. Meredith ne comprend pas ce qu’il l’en a empêché. Il s’emporte. Est-ce qu’elle croit qu’il n’a pas eu envie de le faire. Il a essayé de parler à Maggie, aujourd’hui encore. Lorsque Meredith lui demande quand il a l’intention de le faire, il crie qu’il aurait aimé pouvoir le faire il y a trente ans. Il aurait aimé être père, connaitre son enfant, avoir son mot à dire. Ils sont bouleversés tous les deux. Il ajoute que la mère de Meredith lui a volé cette chance. Meredith semble interloquée.

    Amelia a appris que son frère avait décidé d’opérer son patient. Elle n’arrive pas à croire qu’il ait osé lui faire ça. Tandis qu’une infirmière l’aide à se préparer, Derek lui dit qu’elle n’a pas besoin de participer à l’intervention. Elle réplique quelle veut être propre quand elle lui plantera un instrument dans l’œil. Elle ordonne sèchement à April de se bouger. La jeune femme reproche à Derek de l’avoir mise dans une position délicate. Amy arrive près de la table et pousse April sur le côté pour prendre sa sœur. Derek fait remarquer à sa sœur que le patient n’a jamais eu un bon pronostic de vie. Il lui explique ensuite ce qu’il a fait pour réparer l’anévrisme mais celui-ci recommence à saigner. Il demande à un infirmier de remplacer la machine d’aspiration. A ce moment-là, le cerveau du patient fait un œdème. Derek craint que cela ne se transforme en une hernie. Amelia réplique que le patient n’aura peut-être pas le temps d’en arriver à ce stade. La seconde d’après, elle constate que Steve ne coagule plus. Derek demande à l’anesthésiste de vérifier les pupilles. L’homme annonce que celles-ci sont fixes et dilatées. Amelia redépose aussitôt ses instruments. Derek estime qu’ile st probable que le patient soit en état de mort cérébrale.

    Richard et Meredith sont dans la cuisine. Il lui explique qu’après qu’il ait rompu avec Ellis, il a appris qu’elle était partie avec sa fille à Boston. Elle ne lui a jamais parlé d’une grossesse. Il n’a pas eu le choix. Il en veut à Ellis d’être partie alors qu’elle savait qu’elle était enceinte. Il confie à Meredith qu’aujourd’hui, il a vraiment passé une très bonne journée avec Maggie et il a envie de mieux la connaitre. Meredith lui rappelle que Maggie est venue à Seattle pour obtenir des réponses sur sa mère biologique. Il est celui qui va pouvoir les lui donner. Elle trouve qu’il ne doit plus attendre pour dire la vérité. Ellis a pris la décision pour lui. Elle estime qu’il ne doit pas faire la même chose à Maggie.

    Owen interroge Jackson sur la procédure qu’il est en train de pratiquer. Owen autant que Callie se montrent très impressionnés. Callie demande à Jackson s’il est au courant qu’ils vont lancer un projet spécialement destiné aux vétérans de guerre. Elle a l’intention de prendre une bonne partie de l’argent de ses recherches et la consacrer à la recherche sur les prothèses pour les vétérans. Jackson est emballé. Ça va faire une bonne publicité pour leur hôpital. Callie lui propose alors de se joindre à eux sauf, évidemment, s’il est trop occupé, avec ses implants fessiers. Jackson ne cache pas que ça l’intéresse. En plus, ce serait bien pour le projet qu’il y ait un bon chirurgien plastique qui connaisse les nerfs. Callie se moque de lui en le comparant à un gosse qui prétend s’être déjà fait des copains dans la cour de récréation. Elle trouve ça triste d’essayer de passer pour quelqu’un de populaire. Jackson leur dit de se taire. Owen et Callie se mettent à rire.

    Callie et Arizona sont dans la salle d’attente de l’agence de maternité par substitution. Callie raconte sa journée à sa compagne. Elle est persuadée que la technique mise au point par Jackson pourrait révolutionner la méthode d’amputation. Arizona lui fait remarquer que son enthousiasme donne l’impression qu’elle veut vraiment se lancer dans ce projet.

    Callie ne s’en cache pas. Elle est consciente que ça lui prendra beaucoup de temps et que cela va les limiter d’un point de vue financier. Cela fait tiquer Arizona. Est-ce que cela veut dire qu’il va falloir attendre pour avoir un autre enfant ? Callie ne voit pas ce qui lui permet de penser ça. Arizona lui rappelle qu’elle vient de dire qu’elles allaient devoir jongler avec plein de choses. Callie est choquée par la réaction de sa compagne. Elle attend de celle-ci qu’elle la rassure, qu’elle lui dise qu’elles peuvent tout faire et tout réussir. Elle trouve qu’Arizona devrait la soutenir comme elle, elle l’a fait depuis qu’Arizona lui a annoncé qu’elle allait reprendre des cours. Arizona lui fait part de ses doutes. Et si elles ne pouvaient pas tout faire ? Callie en déduit qu’Arizona est en train de lui dire qu’elles feraient mieux de ne pas avoir d’autre enfant. Alors que font-elles là ? Pourquoi rencontrer la mère porteuse ? Arizona la trouve injuste. Elle lui rappelle que c’est elle qui a eu l’idée de faire appel à une mère porteuse. Callie réplique que c’est elle aussi qui n’a pas voulu être enceinte. Quand il s’est avéré que Callie ne pourrait plus avoir d’enfant, elle n’a pas changé d’avis. Alors elles ont trouvé la solution de la mère porteuse, mais Arizona s’est trouvé un autre projet. Tout semble soudain évident pour Callie. Il est clair qu’Arizona ne veut pas d’autre enfant. Elle exige de sa compagne qu’elle l’avoue. C’est à ce moment-là que la dame de l’agence les salue. Elles comprennent que cette personne a entendu la fin de leur conversation.

    Amelia enregistre sur son dictaphone son rapport sur le décès de son patient lorsque Derek entre dans la salle pour lui proposer de faire le rapport à sa place. Elle lui demande s’il veut lui voler ça aussi. Il est choqué par le reproche. Il ne vole rien il veut juste aider. Quant à Steve, c’était un cas désespéré. Amelia considère que, quel qu’ait été l’état du patient, il était sous sa responsabilité. Elle n’avait pas besoin de l’aide de son frère et maintenant, elle n’a pas besoin qu’il la persécute. Agacé, Derek lui reproche d’exagérer. Il ne la persécute pas, il essaie d’être gentil. Elle lui assure qu’elle comprend ce qu’il ressent. Il était le roi des neurochirurgiens et le bras droit du président des Etats-Unis, et maintenant qu’il a perdu ce statut, il veut devenir le roi de l’hôpital et malmener ses ouvriers. Derek estime que sa soeur est la mieux placée pour comprendre sa déception. Le travail qu’il allait faire à Washington représentait le futur des neurosciences. C’était le genre de choses dont ils auraient rêvé quand ils étaient à la fac de médecine s’ils avaient pu imaginer que c’était possible. Amelia estime que c’est justement la raison pour laquelle il n’aurait pas dû renoncer. Mais maintenant qu’il l’a fait, il doit arrêter d’arpenter l’hôpital en punissant les gens pour les choix qu’il a faits. Derek réplique qu’il n’a pas eu de choix à faire. C’est Meredith qui a pris une décision et qui l’a mis au pied du mur. Et parce qu’il aime ses enfants et sa femme, et qu’il veut ce qu’il y a de meilleur pour elle… Amelia hoche la tête avec un air excédé, ce qui amène Derek à répéter avec plus de force qu’il aime Meredith et qu’il veut tout lui donner. Mais il a renoncé à une opportunité qui ne se représentera plus jamais. Il sait que maintenant, il n’ira jamais plus haut. Jusqu’à présent, de toute sa carrière, il n’était jamais revenu en arrière. Il n’a jamais ressenti ça avant. Il a l’impression que Meredith lui a forcé la main. Amelia voit très bien de quoi il parle, parce que c’est justement ce qu’elle est en train de vivre. Derek assure que ce n’est pas ce qu’il essaie de faire. Elle le sait mais c’est pourtant ce qu’il fait. Et quand il dit qu’il veut tout donner à Meredith mais pas si cela interfère ce qu’il veut, et il veut tout. Elle trouve cela injuste, et elle refuse qu’il lui fasse ça, parce qu’il doit vivre avec les choix qu’il fait. Le regard dur, Derek répond que c’est ce qu’il essaie de faire. Amelia se radoucit. Elle le sait. Ils sont tous dans ce cas. C’est juste que personne ne veut abandonner, ou céder, et personne ne devrait avoir à le faire.

    Callie est au chevet de Jeff. Son visage ruisselle de larmes. En passant devant la porte, Jackson lui rappelle que la réunion va avoir lieu. Il demande ensuite des nouvelles du patient. Sans se retourner, pour pouvoir essuyer discrètement ses larmes, Callie lui dit que tout va bien. Pour ne pas quitter la chambre avec eux, elle prétexte vouloir revoir les résultats pour être sûre que tout est parfait, d’autant plus que le cas du patient va être enseigné à la fac de médecine. Si Jackson n’a rien remarqué de son malaise, ce n’est pas le cas d’Owen. Après s’être débarrassé de Jackson, il demande à Callie ce qui ne va pas. Elle tente d’abord de donner le change mais elle craque. Elle lu confie avoir besoin de quelque chose de bien, elle aussi. Elle éclate en sanglots et Owen la prend dans ses bras, mais elle se reprend assez vite. Elle veut savoir si ça se voit qu’elle a pleuré. De un à dix ? Six, répond Owen. Ils sortent de la salle pour rejoindre le Conseil.

    Jo demande à Alex comment s’est passée sa journée. Est-ce que Meredith l’a aidé à préparer son discours ? Alex admet que ça n’a pas été vraiment le cas. Il a entendu dire que RadioShack embauchait. S’il échoue, c’est là qu’il ira. Jo insiste pour savoir ce qu’il a fait durant toute la journée avec Meredith. Il répond que cette dernière a pas mal de problèmes mais il est évident qu’il en veut pas s’étendre sur le sujet, ce qui inquiète Jo. Elle le laisse cependant tranquille car il est préoccupé par son entretien. Il la quitte pour se rendre à la salle de réunion, devant laquelle se trouve déjà Miranda. Ils se saluent très civilement.

    Meredith et Richard arrivent à l’hôpital. Ils remarquent la présence de Maggie devant l’établissement. Elle semble chercher quelque chose dans son sac. Meredith encourage Richard à la rejoindre en lui disant qu’elle va prévenir le Conseil qu’il sera un peu en retard. Maggie est enchantée de voir Richard. Elle lui demande s’il a eu l’occasion de rendre visite à leur patient qui semble bien se remettre de son intervention. Richard lui coupe la parole pour lui annoncer qu’il a quelque chose à lui dire, dont il aurait dû lui parler plus tôt. Ellis Grey et lui se connaissaient, très bien. Ils avaient une relation amoureuse. Devinant ce qui va suivre, Maggie lui demande de se taire. Elle trouve la situation très amusante parce que la première chose à laquelle elle a pensé, quand il lui a dit qu’il connaissait sa mère, c’était, "et si c’était lui, mon père ?". Mais les jours ont passé sans qu’il lui dise rien, donc elle s’est dit que ça pourrait ne pas être vrai, parce que quel genre de personne ferait une chose pareille, la laisser parler comme une imbécile sans réagir. Pas une personne honnête et correcte. Seul un lâche pourrait faire ce genre de choses. La seule raison pour laquelle il aurait pu faire ça, c’est parce qu’il était au courant de son existence depuis toujours et qu’il n’avait pas voulu d’elle. Richard veut protester mais elle ne le laisse pas parler. Elle ne voit pas pourquoi elle devrait le croire. Elle imagine que ça a dû être un cauchemar pour lui quand elle est arrivée. Il ne dot pas s’en faire, ça a été prie pour elle. Elle le salue froidement. Il ne fait rien pour la retenir.

    Derek et Meredith se croisent dans le couloir. Ayant appris, qu’elle avait été malade, il lui demande comment elle se sent. Elle répond qu’elle ne va pas très bien. La journée a été bizarre. Il met la main sur son front pour voir si elle a de la fièvre. Elle lui avoue qu’elle n’est pas malade mais juste un peu saoule. C’est le mot de trop pour Derek. Il se retourne vers elle avec un regard furieux. Elle est saoule ? Elle commence à lui expliquer qu’elle était chez Alex mais il l’interrompt pour lui dire qu’il a besoin de comprendre. A nouveau, elle tente de lui parler de ce qu’elle a appris, mais il ne la laisse pas faire. Il lui rappelle qu’elle lui a dit vouloir rester à Seattle pour sa carrière. Et maintenant, elle se saoule avec ses amis. Est-ce que c’est pour ça qu’il a abandonné la cartographie du cerveau ? Est-ce que c’est pour ça qu’elle a voulu rester à Seattle ? Il la fusille du regard. Elle ouvre la bouche pour réagir mais la referme aussitôt. Elle relève le menton et s’en va sans un mot.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ambiance est tendue à l’ouverture de la réunion du Conseil d’administration. Callie et Arizona s’ignorent, tout comme Meredith ignore son mari quand celui-ci entre dans la salle avec un regard assassin. Les rejoignent ensuite Jackson et Richard. C’est Miranda qui passe en premier. Elle semble très détendue. Vient ensuite le tour d’Alex.

    Les deux candidats attendent dans le couloir. Miranda dit à Alex qu’elle est certaine qu’il s’en est très bien sorti. Il répond que ça prend pourtant du temps pour savoir ce qu’il en est. La porte de la salle s’ouvre sur Arizona. Elle demande à Alex de revenir dans la salle, ce qui inquiète Miranda. Une fois qu’elle est seule, elle cède à la panique et se met à trembler. Alex sort de la salle, l’air contrarié, et la félicite avant de s’éloigner à grands pas. Miranda est interloquée. Elle essaie de la retenir mais il ne l’écoute pas. Arizona invite Miranda à entrer dans la salle. Elle est accueillie par des applaudissements et des cris de joie.

     

    Voix off : Les chirurgiens sont élevés pour être invulnérables. Il nous est très difficile de nous dévoiler. Parce nous savons précisément à quel point certaines blessures peuvent être profondes. Mais la vulnérabilité n'est pas le contraire de la force. C'est une condition nécessaire. Nous devons nous nous forcer à nous ouvrir, à nous exposer, à offrir tout ce que nous avons... Et je prie pour que cela soit assez bien. Sinon nous n'y arriverons jamais.


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Octobre 2014 à 15:28

    Alors là, je suis bluffée et ravie, je mettrais ma main à couper que Shonda Rhimes a réécrit cet épisode parce qu'il me semble plus consistant, plus percutant et plus "léché" que les précédents épisodes, qui, il faut bien le dire,  pouvaient remplacer le plus puissant des somnifères !

    Si je devais résumer cet épisode en quelques mots :


    "Si tu Craches ta Valda et tu fonces vers un drama"
    : ceci est pour  MERDER - RIRI ET SA FILLE - DEREK ET SA SOEUR - CALZONA- MAGGIE ET MEREDITH !

    J'ai envie de souligner plusieurs choses :

    Dans la catégorie, prix de la grande interprétation, je nomine :

    Ellen Pompeo pour son rôle de "garce" au grand cœur, simulatrice de l'ivresse,  de la colère et de la tendresse !!
    Patrick Dempsey pour la colère, la froideur et la peine qui fait verser  une larme (pas vrai Boa)
    Sara Ramirez : l’égoïste pleurnicharde qui fait les questions et réponses mais on y croit ! (oui oui je fais des compliments lol)
    Kelly McCreary : la soeur/la fifille blessée à la recherche de ses racines mais qui les repoussent une fois qu'elles sont déterrées.
    Justin Chambers : excellent dans le rôle du mec excédé-confident de Meredith
    KevinMcKidd : confession émotion
    James Pickens : le papa en colère et émotionné


    Le prix, elle me fiche la trouille
    :

    Geena Davis qui non seulement a une voix de masculine mais aussi la coiffure d'un Alien..

    Le prix, tu me gaves mais c'est pas nouveau

    Jessica Capshaw qui joue et surjoue et ça devient pénible

    Le prix tu me gaves de plus en plus


    Chandra Wilson, son jeu est excessif et stéréotypé (moins supportable qu'auparavant) même si j'ai ri pour son Selfie..

    Le prix, tu ne serais pas là, ce serait la même chose :

    Jackson, APril et Jo sans oublier Stéphanie surtout Stéphanie !!


    Je vais commencer par la grosse incohérence de l'épisode :

    L'incohérence de la SL sur l'intégration de Bailey ou Alex dans le conseil d'Administration de l'hosto.
    Tous les membres sont dans le conseil parce qu'ils ont mis de l'argent : de l'argent personnel ou les indemnités de l'accident ou les deux.
    Alors comment peuvent-ils intégrer Bailey qui ne va pas mettre un $ dans l'affaire et qui n'a donc aucune part sociale dans l'hosto ? Alex, lui, a les parts de Cristina donc il est, de fait, au même rang que les autres membres, copropriétaire.

    Je pars du principe que si la production décide d'aborder des SL juridiques ou économiques, il faut garder une certaine cohérence et le faire sérieusement. je ferme le chapitre.


    Meredith et sa soeur


    Meredith est passée du stade de la réfutation à la phase d'acceptation et de manière assez convaincante.
    Nier et ne pas y croire, je crois que ce serait le sentiment qui nous animerait toutes mais devant les preuves, elle se rend à l'évidence et la réalité lui tombe dessus comme un couperet..J’ai beaucoup aimé l'interprétation, de ces deux phases, de la part d'Ellen Pompeo : le côté comique qui sert à dédramatiser un peu, la référence à la téquila (quand tout va mal, la téquila est là lol Grey's Vintage) et puis le fait de mêler sa colère (contre son mari, sa sœur, la situation) avec la tendresse. C’était juste, bien joué et tellement évident !!

    J'ai trouvé qu'à partir du moment où Meredith avait la confirmation que Maggie était sa sœur, elle s'est sentie presque missionnée de parler à Richard et de lui demander de prendre ses responsabilités vis à vis de sa fille. C’est tout à fait la Meredith Grey que je connais et je note, quand même, qu'elle parle de Maggie en disant "Ma sœur"

    Sa vie privée est aussi tendue qu'un string....je pensais naïvement, pendant quelques secondes, que cet apaisement face à Richard et face à la situation allait avoir un effet "adoucissant" pour son couple puisqu'elle était prête à tout dévoiler à Derek..et puis, Vu l'état émotionnel de Derek, la bonne intention s'est envolée parce que Derek crachant sa « haine » et sa souffrance....et lui renvoyant sa décision de rester à la gueule...pour boire (quelle hainasse punaise..et quelle mauvaise foi Derek à ce moment là mais c'est tout à fait ce que l'on ressent quand la colère nous habite).
    Bon l'apaisement, ce ne sera pas pour cette fois !!

    De toute façon, tant que Merder ne discutera pas franchement et posément, nous n'avancerons pas...ils vivent dans la même maison mais qu'ils s'ignorent sur certains sujets.

    Ps : ça me gave toujours autant que l'on pense que les amis passent avant le conjoint !!


    DEREK ET SA SOEUR

    Derek est en souffrance (Boa a versé une larme, j'en suis certaine, lors de la confession de Derek) il se sent pris au piège, il n'a pas eu le choix, il se sent mal et en état de régression..il aime sa femme et ses enfants mais au fond de lui,  c'est la faute de Meredith s'il a refusé le job, qu'il régresse et il s'est senti obligé... Il a raison !!!
    Je suis désolée mais c'est plus compliqué que cela la vie à deux, la vie est faite de compromis, de sacrifices..Si on veut avoir une vie à la Cristina, il ne fallait pas avoir des gosses et se marier (enfin dans l'autre sens lol) sinon on reste célibataire !
    Derek ne lui proposait pas d'arrêter de bosser pour rester à la maison, elle pouvait continuer sa carrière mais ailleurs...il n'est pas le "soleil"  (au passage Merci Cristina, toi tu as fait péter ton mariage et tu as laissé le mec de ta vie pour ta passion, n'incite pas les autres qui ont fait, à la base, un choix différent du tien)
    M'enfin qui peut vivre sans "soleil" enfin je veux dire à partir du moment où l'on a fait le choix de vivre avec un "soleil" ? (surtout quand le "Soleil", c'est le mec le plus chou et impossible à trouver ailleurs lol)  je me pose carrément la question, faut-il privilégier sa vie privée et familiale ou sa vie professionnelle ?
    il a raison Derek, Meredith a un petit côté Ellis quand elle est aussi obtus !!

    Alors Meredith n'est pas d'accord pour ce "sacrifice" et lui n'a pas eu le choix mais il l'a fait..personne n’est heureux mais pour une raison différente ! Je ne vois pas comment ils peuvent survivre à ce dilemme !! ça me rend carrément dépressive !!

    RIRI ET SA FILLE

    il se lance sous l'impulsion de Meredith et là, elle lui fait une scène et des reproches...elle va bien elle punaise, le mec, il a 60 piges, il se retrouve papa !!!!  et elle voulait peut être qu'il lui dise directement sur le banc ? m'enfin quand on reçoit ce genre de nouvelles, on oscille entre la terreur, la peur et la surprise..Cette Maggie n'est pas très logique quand même,  elle est venue pour le boulot dans un hosto qui s’appelle GREY, elle loue les qualités de ses parents adoptifs mais elle est venue pour creuser ses racines et quand il est….elle refuse d'y toucher  !!  Elle a sans aucune la complexité de caractère de la famille… !!!  Et puis, le timeline est d'une semaine donc RIRI n'a pas attendu 6 mois pour lui dire !!


    Owen et sa détresse

    Le discours était beau, la scène bien jouée...oui si on met en //  le choix de Cristina avec la SL MerDer, on se dit que vraiment quel gâchis tout ça !

    Calzona

    Déjà, faut arrêter Arizona et son comportement avec l'Alien Geena DAvis, on dirait une collégienne  qui vient de voir les One Direction ou Justin Beiber !  
    CAllie était crédible dans sa SL avec les vétérans et touchantes avec Owen mais alors la SL bébé-mère porteuse..Comment dire ? ça se voit plus des lustres qu'Arizona n'était pas chaude pour avoir un autre enfant....elle a proposé la mère porteuse oui… mais peut être et même surement pour ne pas contrarier Callie pour se faire pardonner et recoller les morceaux compte tenu de ses frasques avec Lauren...genre, je lui fais plaisir. Ça recolle notre couple….oui parce que souvent et bêtement, certains pensent qu’un enfant ressoudent les couples qui vont mal….
    (J'ignore si je suis dans le vrai mais je le ressens comme ça)
    Autre point, Arizona a le droit de vouloir un projet à elle...CAllie est une sale égoïste mais ça, ce n'est pas une nouveauté !

    Pèle-Mêle :

    J’aime beaucoup le dynamisme d’Amélia, elle est un révélateur et catalyseur pour son frère et une alliée pour Meredith.

    Jo et Stéphanie qui ne servent à rien

    Le Docteur Herman (Geena Davis) qui balance trois mots et s’en va…bien la peine de nous « vendre » un star oscarisée pour ne pas l’utiliser à fond….est-elle rémunérée par épisode ? par minute passée ? par apparition à l’écran ?  

    A un autre niveau, dans quelle mesure le Dr Herman va pourrir la relation Calzona ? elle sera celle qui va "occuper Arizona par ses études" ou celle qui la séduira encore ? j'ai crû comprendre que le Dr Herman faisait les yeux doux à Arizona ? (dans le 11.01)

    2
    Samedi 11 Octobre 2014 à 20:08
    Autre chose qui me revient, Bailey qui aujourd'hui se bat et veut absolument entrer dans le conseil d'AD...elle n'était pas tendre avec eux, le projet de reprise...elle avait été méprisante, garce et incorrecte ! j'ai en mémoire la scène où elle assassine Derek devant tout le monde... le vent tourne...a cette époque, elle était préoccupée par son job mais il y a des limites qu'elle a dépassées largement Ce qui me fait dire que non seulement elle ne mérite pas sa place dans le conseil..(par rapport à son comportement) mais juridiquement, elle n'y a pas droit non plus, c'est ALEX !!!!!!!!!!!!
    3
    Samedi 11 Octobre 2014 à 21:07

    Cet épisode m’a ravie ! Comme je l’avais annoncé, on est enfin entré dans le vif du sujet et tout a explosé, alors que les deux premiers épisodes nous avaient laissé penser que les choses étaient résolues et qu’il n’y aurait pas vraiment de conséquences

    Au passage je peux confirmer ton impression, Shera. Shonda a mis sa patte dans l’écriture de cet épisode.

     


    A mon avis, elle a écrit les monologues d’Owen et de Derek, et manifestement, les répliques de Meredith sous l’emprise de la tequila.  

    J’ouvre ici une parenthèse. Pourquoi ce soudain regain d’intérêt pour Grey’s ? Je pense que Shonda est très fière de la soirée Shondaland du jeudi, et elle peut l’être ceci dit, car déjà c’est une première dans le monde de la télévision. Et donc, je crois qu’elle tient beaucoup à ce privilège qui ne perdurera que si les trois séries survivent. C’est la raison pour laquelle, selon moi, elle se réinvestit dans l’écriture de GA et on ne peut pas nier qu’on voit la différence !

    Je vais commencer par ce que j’ai le moins aimé, ce que j’ai trouvé inutile ou stupide, plus quelques généralités

    Le cas Geena Davis : sans remettre aucunement le talent de l’actrice en doute, je me demande ce qu’elle fout là ! Pourquoi engager une actrice de classe A, avec Oscar et Golden Globe, pour jouer ce rôle ? Comme l’a déjà dit Shera dans un précédent commentaire, n’importe quelle actrice d’Hollywood avec un minimum de talent aurait pu interpréter le Dr Herman. Qu’on l’ait prise, elle, ne me dérangerait pas outre mesure si, au début de la saison, Shonda Rhimes n’avait pas pris son "petit" budget comme excuse pour expliquer pourquoi elle ne pouvait pas faire revenir l’actrice qui a joué la mère de Derek Shepherd ! Là, je trouve qu’il y a du foutage de gueule !

    Arizona – Herman : l’attitude à la fois admirative et timorée d’Arizona est ridicule. De plus, je ne trouve pas cette SL très convaincante : Arizona qui reste chef de service avec toute la charge de travail que ça implique, et qui décide de suivre en plus une spécialisation avec un toubib qui boude à chaque fois qu’Arizona doit accomplir ses tâches. Je n’arrive pas à me passionner pour cette histoire

    Calzona : on continue à tourner en rond. La "révélation" de Callie en fin d’épisode (tu ne veux pas d’enfant) était exagérée dans le sens où cette non envie d’enfant est une constante chez Arizona depuis le début de leur relation. Je ne comprends pas non pourquoi Callie, à chaque fois qu’Arizona envisage de faire quelque chose, considère cela comme un obstacle à un 2e enfant, étant donné que ce dernier sera porté et mis au monde par une autre femme. Ca leur laisse déjà neuf mois de rab. Cette SL est barbante, comme si les scénaristes n’avaient rien trouvé d’autre pour foutre le boxon au sein du couple

    Les inutiles du moment : Stephanie, qui passe les plats aux autres, et dans une moindre mesure, Jo qui, elle au moins, a l’espoir de revenir parfois à l’avant-plan avec Alex

    April et Jackson, je ne me fais pas trop de bile, on les reverra d’ici 3 épisodes

    Callie en tant que médecin : ses reproches à Owen sonnaient vrai, même si on peut lui reprocher aussi de n’avoir à aucun moment mis un bémol à l’enthousiasme de son confrère, en avertissant le militaire dès le début que rien n’était acquis et qu’il fallait faire des examens pour voir s’il correspondait aux critères.

    Par contre, elle m’a énervée en rappelant à qui voulait l’entendre que le projet de la jambe robotique n’existait que par son argent. La Callie moi-je est insupportable

    Alex-Bailey : j’avoue que, sans Shera, qui a attiré mon attention là-dessus, je n’aurais pas percuté sur le manque de crédibilité de la SL d’un point de vue économique. Elle, elle sait, parce que c’est son métier, mais moi et à mon avis, la majorité des téléspectateurs n’en savent rien, et je pense que c’est pour cette raison que les scénaristes ne se sont pas cassé la tête.

    Moi ce que je regrette le plus, c’est de ne pas avoir été mise au courant des éléments qui ont permis aux médecins de choisir Bailey. Grâce aux scènes avec Meredith, on connait un peu l’argumentation d’Alex, mais rien de Bailey. A-t-elle été choisie pour un quelconque programme, pour son expérience, son ancienneté, ses relations de copinage ? Je n’en sais rien et vous non plus. J’aurais aimé qu’on nous montre un peu de cette réunion

    Je me pose aussi des questions sur la motivation d’Alex : s’il n’obtient pas ce siège au Conseil, il se retrouve sans emploi. Pour quelle raison ne pourrait-il pas tout simplement reprendre sa place à l’hôpital ? Il donnait toute satisfaction, il n’a pas été viré, il est parti pour un autre emploi. Il me semble qu’il n’y a donc rien qui s’oppose à son retour.

     Les très bons moments de l’épisode

    Le monologue d’Owen : c’était vraiment déchirant. A la fin, j’aurais aimé pouvoir dire à Owen qu’au final, je trouvais que Cristina ne méritait pas autant d’amour, et que si elle arrivait à poursuivre sa route sans lui, en étant heureuse, c’est parce qu’elle ne l’aimait pas autant que lui l’aimait. Et que maintenant, il devait aller de l’avant, absolument. D’ailleurs je pense que ça va être le cas. A mon avis, ce monologue était l’ultime adieu d’Owen à Cristina

    Alex-Meredith : tantôt hilarant, tantôt émouvant. Une belle histoire d’amitié. La scène de la douche était impayable, surtout le passage où Meredith pense que l’éloge de la virilité d’Alex va amadouer ce dernier. J’aime aussi Meredith quand elle est saoule, avec sa tête de gamine boudeuse et contrariée, et le fait que, par amitié, Alex fasse passer son travail, malgré la pression, pou aider Meredith à trouver la vérité.

    Richard-Maggie-Meredith: les pauvres ! Ils en prennent tous plein la tête pour le moment.

    Meredith qui s’accroche à ses certitudes et qui finit par rendre les armes devant l’évidence. Ca ne doit pas être évident pour elle. Comment vit-on le fait que sa mère, qui a les moyens financiers d’élever un autre enfant, a abandonné ce dernier, l’a fait adopter, a caché sa naissance à tous et même au père ? Pas bien, forcément. Ce n’est pas pour rien qu’elle a présenté ses excuses à Richard. J’imagine qu’elle doit en avoir un peu assez de ses parents qui l’ont négligée et dont elle paie les erreurs, à travers des sœurs qui sortent de partout.

    Richard : ça couvait et c’est sorti. Bien sûr qu’il en veut à Ellis ! Elle lui a volé 30 ans de la vie de son enfant. D’ailleurs je me demande si l’on va avoir une explication de ce qui a poussé Ellis à faire ça. Dans les journaux que Meredith va lire ?

    Maggie : je l’ai trouvée dure sur ce coup-là ! Carrément incohérente même. C’est comme si elle partait du principe que sa mère a été contrainte de l’abandonner et que Richard était le salaud qui avait fui ses responsabilités. Et je rejoins à nouveau Shera quand elle dit que le laps de temps entre le moment où Richard a compris et celui où il parle n’est pas très long. C’est le temps de la digestion. Il va falloir que Maggie digère aussi les choses pour que le dialogue puisse enfin se nouer entre eux.

    Amelia–Derek : j’aime beaucoup Amelia et je trouve qu’elle apporte beaucoup de choses à la série, mais au début de l’épisode, elle m’a gonflée ! J’ai trouvé qu’elle abusait en reléguant son frère au rang de sous-fifre. Lorsque Derek prescrit un examen pour un patient et qu’Amelia lui dit, devant April, qu’elle veut examiner le patient pour voir si cet examen est justifié, c’était hallucinant. Déjà il y a quelque chose que je trouve incohérent : Derek est un des proprio des l’hôpital, il est chef de chirurgie, poste qu’il cède à sa sœur parce qu’il va partir à Washington, et lorsqu’il change d’avis, il ne reprend pas sa place ? Je suis sceptique. Je doute que le reste du Conseil d’administration se contente d’Amelia, toute aussi douée qu’elle soit, mais avec un passé pas si lointain de toxico, alors qu’ils ont à leur disposition un chirurgien qu’on nous présente depuis 10 ans comme un des meilleurs au monde (désiré par le Président des USA, en plus !) Mais imaginons que Derek ait joué de son influence pour laisser les choses en l’état parce que c’est sa sœur qui est en cause (ouais, ce qu’il lui dit à la fin n’en donne pas l’impression). Comment peut-on croire que du jour au lendemain, son diagnostic n’est plus fiable ? Si c’est le moyen qu’Amelia a trouvé pour asseoir son autorité ou faire la leçon à son frangin, elle manque singulièrement de diplomatie. Evidemment qu’il ne va pas l’accepter ! Et avec son orgueil, évidemment qu’il va avoir des paroles qu’on peut trouver blessantes mais qui sont justes : à la bataille des CV, Derek l’emportera !

    Pendant le monologue de Derek, je me suis mise à sa place et j’ai compris ce qu’il ressentait. Il était le chef d’un service, il était appelé à un brillant avenir grâce au programme du président, il aurait contribué à l’avancement de la science, et en quelques heures, il n’est plus rien, du moins plus rien de tout ça. Bien sûr, ça lui est arrivé à cause d’une décision qu’il a prise mais à nouveau, il a raison quand il dit qu’il n’avait pas vraiment eu le choix. A partir du moment où Meredith a dit : je reste à Seattle avec les enfants, quel choix Derek avait-il ? Partir à Washington et ne plus voir sa famille qu’épisodiquement ou bien renoncer à son super boulot et rester à Seattle ? Meredith aime répéter qu’elle ne voulait pas qu’il renonce à Washington mais qu’il fallait trouver un compromis mais à part les deux options que j’ai citées, je ne vois pas quel compromis il peut y avoir. Quand on dit à prendre ou à laisser, ce n’est pas un compromis.

    La scène ultime MerDer : Oui, je l’avoue (qui l’ignore encore ?), j’ai un (gros) faible pour Derek Shepherd. Un Derek qui sourit me fait sourire béatement, un Derek qui pleurer me fait monter les larmes aux yeux, mais un Derek en colère, alors là, je fonds ! Trêve de plaisanteries, j’ai toujours trouvé que Patrick Dempsey excellait dans le registre de la colère. Le regard, la hargne, tout est juste. Dès le début, on sent cette colère accumulée qui est larvée, cachée sous des dehors polis, calmes (trop pour être honnêtes), tendres même avec Meredith quand il se renseigne sur sa santé, et tout à coup sans crier gare, juste sur un mot, c’est l’explosion. Que ce soit dans les mots, les expressions, les yeux, la fureur était là. Et que dire de la réaction de Meredith, le menton relevé fièrement, le regard froid et elle qui part sans un mot, dans une attitude qui veut dire très clairement, va te faire foutre, connard !

    On le sait, la situation ne va pas s’arranger dans le prochain épisode. Dans la promo, on voit Derek présenter ses excuses à Meredith qui l’envoie paitre en lui conseillant sèchement d’aller à Washington. On voit aussi Derek dire à Meredith qu’elle est comme sa mère. En partant du principe qu’entretemps il aura appris qui est Maggie, est-ce qu’il ne fait pas un parallèle entre sa situation et celle de Richard ? Ellis n’a pas donné le choix à Richard en lui cachant qu’il avait un enfant et en prenant la décision unilatérale d’abandonner le bébé, comme Meredith n’a pas donné le choix à son mari en décidant de rester à Seattle avec les enfants.

    4
    Angel
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 00:13

    moi j ai pas aimé cet episode, derek me fait chier (desolé du terme) il sais meme pas pourquoi sa femme es mal, tout ce qui lui importe c'est d'allé a washington. il change d'avis comme de chemise y'a deux jour il dit c bon je choisi ma famille et la il s'engeule avec sa soeur et change d'avis ba qu'il y aille si il es pas heureux avec sa famille a seattle, merde merde et merde

    5
    yfl
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 17:53

    très bon épisode ! content que Meredith retrouve sa véritable place dans la série... she is the sun :-)

    6
    True_Love
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 18:25

    Au risque de m'attirer les foudres de Shera et Boa, dans le différend qui oppose Meredith à Derek , j'aurais tendance à être du côté de Meredith ( bien que j'adore Derek et que moi aussi je fond devant le charme indéniable de McDreamy, je tenais à le préciser ! ). J'ajoute aussi que Shonda n'avait pas tord lorsqu'elle a affirmé que la tragédie dans leur problème est que tous les deux avaient raison ( en effet, Derek a raison de vouloir partir pour faire évoluer sa carrière et Meredith de vouloir rester tout autant pour les mêmes motifs ). 

     

    Mais dans cette histoire, je ne peux pas m'empêcher de tanguer du côté de Meredith, parce que dans l'attitude de Derek, il y a quelque chose qui me dérange. En fait, en pensant à leur différend , j'ai eu des flashs de leur passé qui ne sont pas très flatteurs pour Derek. Rappelez vous, quand Derek se disputait avec Addison, dans les couloirs l'hôpital, à cause de la relation entre Meredith et Finn, et qu'Addison avait fait remarquer à Derek que s'il était resté avec elle, c'était uniquement pour se donner "l'illusion d'être un brave type". J'ai l'impression que dans le cas présent, c'est aussi que ce qui se passe: en restant à Seattle, Derek se donne le beau rôle ( le gentil mari qui cède à sa femme ) et fait endosser le rôle de la garce égoiste à Meredith; et je crois que c'est pour ça que Meredith n'était pas ravie quand Derek lui a annoncé qu'il restait à Seattle ( elle savait que tôt ou tard Derek lui reprocherait ce choix en la faisant culpabiliser de ne pas être partie avec lui; et oui, il s'agissait bien d'un choix, c'était certes un choix qui ne lui plaisait pas mais c'était quand même un choix pour toutes celles qui disent que Derek n'avait pas le choix ). 

     

    Rappelez vous également, l'épisode où Derek récolte toute la gloire pour la réussite de son essai clinique et qu'il ne veut pas en faire profiter à Meredith ( alors que, sans elle, soyons honnête, il ne serait pas aller jusqu'au bout de cet essai et n'aurait pas réussi même si c'est un talentueux neurochirurgien ), et que lorsqu'à la fin de l'épisode, Meredith lui dit qu'elle n'a pas le talent de sa mère en tant que chirurgienne, il ne réponds rien ( donc c'était comme s'il donnait raison à Ellis Grey ). Si je vous parle de cet épisode, c'est pour souligner un trait de caractère que je n'aime pas chez Derek: voilà, le problème c'est qu'il ne voit pas Meredith comme son égale, il considère qu'elle a moins de talent que lui et qu'à ce titre sa carrière à lui est plus importante que sa carrière à elle ( en tout cas c'est comme ça que je le ressens ). Ca me coûte de dire ça, mais Derek a un ego un peu surdimensionné ( je sais , oui, on arrive pas à sa position en ayant pas ce trait de caractère là, vous allez me dire , mais quand même ). J'ai l'impression qu'il aurait voulu que Meredith reste sa petite interne qui l'adule et sur ce point je trouve Derek vieux jeu et macho ( vous trouvez peut-être que j'y vais un peu fort, allez peut-être mais un petit peu alors ). 

     

    D'ailleurs, il me revient en mémoire sa conversation avec sa mère ( celle de Derek, où celle-ci lui dit qu'il a tendance à voir trop les choses soit en noir ou en blanc et qu'il est trop têtu ) et on comprend qu'il croit toujours avoir raison sur tout. Le différend Derek/Meredith me fait penser aussi à l'attitude de Derek pendant la saison 6 avec Meredith qui était, selon moi, abjecte: rappelez vous, l'épisode où il écarte Meredith de son intervention parce qu'il était jaloux d'elle, de ses crises de colère envers Meredith tout ça parce qu'elle a eu le malheur de regarder Owen de travers, etc...Ah oui le meilleur et pas des moindres, pendant des saisons, on l'entend dire à quel point il est sûr de vouloir devenir chef de l'hôpital ( on l'a vu taper des pieds et des mains pour ça ) et en fin de compte, non, Monsieur ne veut plus de ce poste ( il ne sait vraiment pas ce qu'il veut alors ). Et si c'était pareil, là maintenant: imaginez vous que Meredith décide le suivre et qu'après quelque temps ça ne convient plus à Derek pour telle ou telle raison, là c'est Meredith qui va payer les pots cassés, déjà qu'elle paye avec sa mère décédée qui continue de lui pourrir la vie même en étant morte ( c'est vraiment un exploit, soit dit en passant ). 

     

    Je vous signale, que Meredith n'a rien imposé à Derek: d'abord au début elle était prête à le suivre pour lui faire plaisir et ce même après qu'il lui ait fait une crasse ( en disant à sa femme je vais te soutenir dans ta carrière, puis en changeant d'avis quand on lui a fait l'offre du Président ), mais elle a tout simplement changé d'avis ( pourquoi n'aurait elle pas le droit elle aussi de changer d'avis elle aussi ?! ), elle a simplement dit qu'elle voulait rester à Seattle , elle ne lui a pas dit  à lui "tu dois rester à Seattle ", elle lui laisse le choix. Quand un problème de ce genre survient dans un couple, même à notre époque, la plupart des gens pense c'est à la femme suivre son mari et de se sacrifier. Vive l'égalité des sexes !

     

    En outre, j'ai un critère subjectif à faire valoir qui me fait passer du côté de Meredith: à Seattle, elle a son cercle d'amis ( oui, même si Cristina n'est plus là, elle a Alex, sa belle-soeur, son père de subtitution ,ect...) , des souvenirs (  Meredith est une sentimentale : c'est à Seattle c'est le lieu où elle est née, passé son enfance, rencontré l'amour, trouvé l'amitié, fondé une famille, construit sa maison et je comprends qu'elle ne veuille pas abandonner tout ça; je me souviens encore du magnifique discours qu'elle avait fait à Cristina dans la saison 9, et vous ?).

    7
    Angel
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 18:49
    A true love : rien a redire je suis entierement d accord avec toi
    8
    Pen
    Lundi 13 Octobre 2014 à 12:59

    @True_Love

    Totalement d'accord avec toi aussi, j'adore Derek mais il a tendance à trop s'imposer face à Meredith :/

    Et surtout, je comprends Meredith dans le sens où Derek lui a trouvé un job à DC sans lui demander son avis. Elle n'a jamais été pour déménager mais elle a dit oui parce que c'était pour Derek, c'est peut-être égoïste mais dans un autre sens, si elle va à DC, elle sera que la femme de Derek Shepherd ou la fille d'Ellis Grey. A Seattle, elle n'a que des raisons pour rester, notamment parce qu'elle est juste Meredith. Qui, sincèrement, voudrait rester dans l'ombre de sa femme ou de son mari?

    D'ailleurs, j'aimerais bien savoir où en est son essai clinique ! Ca fait des mois qu'on en a pas entendu parler ! Et ça serait une autre bonne raison de rester à Seattle.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :