• Episode 11.04 : Only Mama Knows

    Photobucket

    Titre français : La page manquante

    Scénariste : Mark Driscoll

    Réalisateur : Nicole Rubio

    Diffusion Etats-Unis : 16 octobre 2014 sur ABC

    Diffusion France :  9 mars 2016 sur TF1

     

    Voix off : C'est ainsi que ma mère voulait qu'on se souvienne d'elle. Mon souvenir d'elle est un peu différent. Je suis sûr que chacun se souvient de sa propre version d'elle. Des versions que je ne reconnaîtrais même pas. C'est tout ce qui reste vraiment d’une personne quand elle est partie. Mais c'est ce qui est délicat. Personne n’a une mémoire parfaite ou complète. On mélange les choses. On perd la notion du temps. On est à un endroit et à un autre. Et tout cela ressemble à un long moment inéluctable. Comme disait ma mère : le carrousel ne cesse de tourner. On dit qu’on peut refouler nos souvenirs. Je me demande si nous les gardons en lieu sûr quelque part. Parce que peu importe la douleur, ce sont nos biens les plus précieux. Nos vies sont construites sur nos erreurs autant que sur nos succès. Ils ont fait de nous ce que nous sommes.

     

    Dans sa chambre, Meredith regarde l’enregistrement d’une conférence que sa mère avait donnée sur les avantages de la procédure de laparoscopie qu’elle avait mise au point, et qui en son temps avait été qualifiée d’audacieuse. Ça l’était, avait commenté la brillante chirurgienne lors de son exposé, avant d’expliquer dans quel contexte cela s’était produit. A l’époque, elle était la seule femme intégrée dans le programme de résidence en, et ses collègues masculins l’appelaient "la fille" ou "Madame Grey". Elle et un autre résident, un Afro-Américain, étaient clairement mis à l’écart. Elle était consciente que ces hommes ne voulaient pas l’admettre dans leur cercle privé. La porte s’ouvre sur Derek. Bien qu’intrigué par le fait que sa femme visionne des anciens enregistrements de sa mère, il ne fait aucun commentaire, et referme la porte après avoir échangé un regard froid et hostile avec son épouse. Celle-ci écoute sa mère raconter que puisqu’elle n’avait eu aucun soutien de la part de ses collègues, elle avait décidé de publier elle-même son article dans le Journal de la Médecine américaine. Cela avait causé un tollé, car un résident ne pouvait pas publier un article en son nom propre. Mais ce que ses confrères avaient trouvé de plus audacieux, c’est qu’elle avait baptisé sa procédure de son propre nom, la méthode Grey. Ils n’avaient vraiment pas apprécié. Lorsqu’elle avait gagné son premier Harper Avery, Ellis l’avait dédié à tous les hommes qui l’avaient tellement soutenue. Le sourire de Meredith en dit long sur la fierté qu’elle éprouve.

    Voix off : C’est ainsi que ma mère voulait qu’on se souvienne d’elle. Les souvenirs que j’ai d’elle sont… un peu différents.

    On revoit des images de Meredith, alors jeune interne au Seattle Grace, se cachant derrière un mur, pour échapper aux invectives de sa mère dont personne, à l’époque, ne savait qu’elle souffrait de la maladie d’Alzheimer.

    Voix off : Je suis sûre que tout le monde se souvient de ma mère à sa façon, des versions que je ne reconnaitrais même pas.

    Richard est à une réunion des Alcooliques Anonymes. Il se remémore la Ellis Grey qu’il a aimée.

    Meredith se souvient de sa mère malade à la maison de repos, ou encore de sa mère qui a essayé de se suicider et de l’ambulance qui l’a conduite à l’hôpital.

    Voix off : C’est vraiment tout ce qui reste d’une personne quand elle n’est plus là. Mais c’est ça qui est délicat. Personne n’a des souvenirs parfaits ou complets. On mélange les choses. On perd la notion du temps. On est à un endroit, et puis à un autre, et tout ça nous semble être un seul long incontestable moment. C’est exactement ce que ma mère avait l’habitude de dire, le manège ne cesse jamais de tourner.

    A l’hôpital, Meredith explique à son mari qu’elle a passé la journée avec Alex parce qu’elle avait besoin de faire une pause. Derek réplique que ça ne le dérange pas, il a juste besoin de savoir pourquoi. Meredith n’en croit pas un mot. S’il est là, c’est parce qu’il veut qu’elle lui dise qu’elle a découvert le remède au cancer, ou qu’elle a trouvé un vaccin contre la SLA avant le petit-déjeuner. Derek marmonne que ça serait génial, n’importe quoi serait génial. Meredith enrage. La réaction de son mari lui donne l’impression qu’il s’attend à ce qu’elle paie pour l’immense sacrifice qu’il a fait pour sa famille. Comment pourrait-elle faire quelque chose quand il lui met la pression et qu’il tourne autour d’elle, à cause d’une décision qu’il a prise ? En plus, elle a le sentiment qu’il attend qu’elle échoue. Derek réplique qu’il attend qu’elle fasse des choses brillantes, puisque c’est pour ça qu’elle a voulu rester à Seattle. Meredith lui rappelle qu’elle l’a encouragé à partir pour Washington pour y faire des choses brillantes, lui aussi. C’est lui qui a décidé de rester et de jouer les martyrs, et maintenant il s’arrange pour qu’elle culpabilise pour une décision qu’il a prise. Mais elle en a assez de se sentir coupable et de comparer ses réussites à celles de son mari. Ça n’arrivera plus. Elle conclut en l’invitant à rester hors de son chemin. Derek la regarde froidement et laisse tomber qu’elle parle vraiment comme sa mère. Meredith est blessée. Cela la ramène au jour où Ellis lui a dit que n’importe qui pouvait tomber amoureux et être heureuse, mais qu’il y avait très peu de gens qui étaient capables de sauver une vie avec un scalpel. Ellis avait ajouté ensuite qu’elle avait élevé sa fille pour qu’elle devienne une personne extraordinaire mais qu’elle était déçue de voir qu’elle ne l’était pas du tout.

    Un autre flashback nous ramène en 1983. Après avoir fait l’amour, Richard dit à Ellis qu’il faut que cela s’arrête. Elle lui fait remarquer qu’il était loin de se plaindre il y a quelques minutes. Elle a entendu quelque chose qu’elle ne définirait pas comme une plainte. Richard réplique qu’ils vont finir par se faire prendre. Cela a déjà souvent failli arriver. Ellis soupire. Est-ce que ce qu’ils font est si terrible ? Richard lui demande de ne pas être naïve. Seattle est une petite ville qui a la mentalité d’un village. Ellis pense que c’est pour ça qu’ils doivent partir. Elle estime que son amant mérite d’être heureux.

    Stephanie pénètre dans l’ascenseur où se trouve Alex. Comme elle le regarde bizarrement, il lui en demande la raison. Elle lui dit qu’elle est surprise de le voir. Il répond qu’il est venu travailler. Stephanie joue les étonnées, elle croyait que c’était Miranda qui avait été choisie pour siéger au Conseil d’administration. Alex confirme la nouvelle. Il ajoute qu’il a été engagé en tant que titulaire en chirurgie pédiatrique. Stephanie le félicite sur un ton quelque peu ironique. Vexé, Alex lui i rappelle qu’il est un bon chirurgien. Ce n’est pas l’hôpital qui lui a fait une faveur en l’engageant, c’est lui qui leur a fait une faveur en acceptant le job. En plus, Arizona lui a dit que les votes du Conseil étaient très serrés entre lui et Miranda. L’expression de Stephanie lui fait comprendre que la jeune femme en sait plus qu’elle ne le dit. Comme elle refuse de parler, il la menace de ne lui donner que des occlusions intestinales pendant un mois si elle ne lâche pas le morceau. Tout le monde l’appellera "ramasse-crottes". Stephanie lui révèle alors qu’Arizona a dit à Bailey que le vote était unanime.

    Enervé, Alex demande à Arizona de lui accorder un instant pour qu’ils puissent discuter. Mais Arizona a d’autres chats à fouetter. Elle demande à Alex de garder un œil sur un jeune patient, Marty, qui a des problèmes de foie. Elle est ensuite bipée par le Dr Herman. Agacée, Arizona dit à Alex qu’il a eu de la chance de l’avoir comme mentor. Elle s’en va sans avoir pris le temps de parler avec lui.

    Miranda a appris que Maggie avait décidé de quitter l’hôpital et elle fait part de son indignation à Jackson. Owen rejoint ses collègues et demande des explications à Jackson sur ce départ. Agacé, Jackson répond qu’il s’en occupe. Sa mère lui a déjà téléphoné deux fois à ce sujet. Elle voit ce départ comme un cauchemar en matière de relations publiques. Miranda lui donne raison. D’abord Russell, ensuite Yang et maintenant Pierce ? Owen rappelle à Jackson que Cristina et lui se sont démenés pour trouver quelqu’un. Il n’a pas envie de tout recommencer. Miranda craint qu’il ne doive s’y résoudre puisqu’ils embauchent à la semaine, dirait-on. Cet hôpital est devenu un vrai moulin. Richard surgit et Miranda lui demande s’il est au courant du départ de Maggie. Il répond qu’il vient de lire le mail. Lorsque Miranda lui demande ce qu’il faut faire, il répond qu’à son avis, n’y a rien à faire. Miranda n’est pas du tout d’accord. Elle estime qu’ils devraient au moins parler à Maggie. Richard annonce immédiatement qu’il ne le fera pas. Miranda réplique qu’ils devraient le faire tous ensemble mais il s’en va. Miranda propose alors de réunir le Comité d’administration pour rédiger un communiqué. Jackson s’empresse de lui demander de s’en occuper. Elle accepte avec enthousiasme. Heureusement, le Conseil d’administration vient de s’adjoindre un nouveau membre. Peut-être qu’elle va pouvoir empêcher cet hôpital de ressembler à la voiture d’un clown. Il n’est pas question que Maggie Pierce s’en aille !

    C’est exactement ce qui dit Amelia à la principale intéressée, alors en pleine opération. Maggie comprend que la nouvelle s’est répandue dans l’hôpital. Cela ne l’émeut pas outre mesure. Elle demande à son patient, Roy, qui est éveillé, comment il se sent. Roy répond qu’il aime le matelas sur lequel il se trouve. Il devrait s’en procurer un pour remplacer le sien qui est tout mou. Maggie promet de voir ce qu’elle peut faire pour lui. Amelia lui demande pourquoi elle veut quitter l’hôpital. Maggie lui rappelle que ses raisons ne concernent qu’elle et son employeur. Elle annonce ensuite qu’il y a un problème avec la perfusion qui se trouve dans la colonne vertébrale du patient. Amelia demande à celui-ci de remuer ses orteils. Bien que Roy affirme le faire, ses orteils restent immobiles. Amelia passe un instrument sur la plante du pied du patient afin de mesure le réflexe de Babinsky. Les orteils de Roy s’écartent légèrement. Maggie demande à Jo de lui dire ce que cela signifie quand les orteils bougent par réflexe. Jo répond que cela indique qu’il y a une lésion au niveau de la moelle épinière. Est-ce que cela veut dire que le patient est paralysé ? Maggie ne répond pas mais invite Amelia à passer encore une fois son instrument sous le pied de Roy. Toutes ces messes basses ont alerté ce dernier qui soupçonne que quelque chose ne va pas, d’autant plus qu’il ne sent plus ses jambes. Maggie lui explique qu’il est possible que la circulation sanguine dans sa moelle ait été coupée par le stent qu’elle a placé, mais elle va faire tout son possible pour la rétablir. Comme Roy panique un peu, elle demande qu’on lui donne quelque chose pour dormir. Amelia lui indique ensuite comment elles vont devoir procéder.

    Meredith demande à Richard s’il a reçu le mail annonçant le départ de Maggie. Il répond par l’affirmative. Il ajoute qu’il n’a pas l’intention de discuter avec Maggie car il sait qu’elle ne l’écoutera pas. Elle ne lui fait pas cofinance et elle lui en veut de ne pas lui avoir dit la vérité plus rapidement. Il s’en veut pour ça aussi. Meredith lui confie qu’elle n’arrive pas à se souvenir de sa mère enceinte. Elle aimerait qu’il lui prête le journal d’Ellis qui se rapporte au printemps 1983. Richard lui apprend qu’il a gardé les journaux d’Ellis à l’hôpital. Il doute que Meredith y trouve quelque chose d’intéressant. Ils ont tous les deux consulté ces journaux des centaines de fois. La plupart du temps, Ellis n’y parle que de médecine. Néanmoins, il promet de retrouver le journal en question.

    Meredith est interpelée par une femme qui lui demande son aide. Meredith la suit jusque dans la cour de l’hôpital. La femme lui explique qu’elle était venue conduire une amie quand elle a vu une petite fille seule devant l’établissement. Meredith la prie de retourner dans l’hôpital et de demander à quelqu’un de lui apporter une civière. Elle se rend ensuite auprès de la fillette qui se tord de douleur sur un banc. Interrogée par Meredith, l’enfant, qui s’appelle Nadia, révèle qu’elle a mal partout. Elle se tient le ventre à deux mains. Lorsque Nadia se redresse, Meredith réalise que son ventre est arrondi comme si elle était enceinte. Cela lui rappelle le jour où elle a accompagné sa mère à l’hôpital et où elle a vu le sang de celle-ci s’écouler par terre. Elle se souvient vaguement avoir perçu un pleur de bébé.

    Alex examine Nadia. Il trouve que le cas de cet enfant est insensé. Stephanie lui demande discrètement si la petite fille est en train d’accoucher. Alex ne répond pas. Lorsque Stephanie lui demande à combien elle en est, Nadia répond qu’elle en est à dix. Comme Stephanie insiste, Alex, l’interrompt. Nadia a tout simplement voulu dire qu’elle avait dix ans. Il est évident qu’elle ne sait pas du tout de quoi parle Stephanie. Meredith, qui a constaté que l’abdomen de l’enfant est rigide, demande à Stephanie de faire immédiatement une échographie. Elle interroge ensuite Nadia pour savoir où se trouvent ses parents. L’enfant ne répond pas. Alex se demande où est la mère. Pour Stephanie, elle devrait être en prison. L’échographie révèle rapidement que Nadia n’est pas enceinte, au grand soulagement des médecins, mais qu’il y a une tumeur de la taille d’un ballon de football dans son abdomen, ce qui n’est guère plus rassurant. Meredith conclut que les douleurs ressenties par l’enfant sont plus que probablement dues à une péritonite. Il faut opérer au plus vite. Elle prie Stephanie de prévenir la police et les services de protection de l’enfance. Quand des personnes laissent la santé de leur enfant empirer à ce point et qu’ils l’abandonnent ensuite, c’est un cas de maltraitance.

    Amelia a demandé à son frère de venir examiner le patient de Maggie. Les deux chirurgiennes lui expliquent rapidement ce qui s’est passé et ce qu’elles ont fait pour arranger les choses, mais rien n’a fonctionné. Amelia pense qu’il faut drainer la colonne. Derek ne comprend pas pourquoi sa sœur l’a fait venir. Avec un air espiègle, elle répond qu’elle a pensé qu’il pourrait s’en occuper, étant donné qu’elle a des tas de choses à faire, en tant que chef de la neuro. En plus, c’est sans doute la dernière occasion qu’il aura de travailler avec Maggie. Amelia ajoute qu’elle trouve que celle-ci a tort de vouloir partir. Et comme Derek fait partie des anciens de l’hôpital, avec Meredith, elle a pensé qu’il pourrait peut-être en parler avec Maggie. Amelia ajoute à l’intention de cette dernière que c’est facile de se confier à Derek, on peut tout lui dire. Perplexe, Derek l’invite à sortir de la salle pour vaquer à ses occupations. Elle s’en va après leur avoir souhaité bonne chance et espéré que leur conversation sera fructueuse.

    Richard marche dans le couloir en relisant le journal d’Ellis qu’il doit donner à Meredith. Il se souvient avoir parlé avec Ellis de l’article qu’elle avait fait publier dans le Journal de la Médecine américaine. Lui aussi, il avait trouvé un peu audacieux qu’elle donne son nom à sa méthode. Il est interrompu dans ses pensées par Meredith qui lui demande s’il a trouvé le journal. Il le lui remet en précisant qu’il n’y a trouvé que des notes sur des opérations ou des idées. Mais peut-être que Meredith y trouvera quelque chose qu’il n’a pas vu.

    Après le départ de Meredith, Richard est apostrophé par Miranda qui veut absolument lui parler de Maggie. Dans son email, cette dernière a mentionné des raisons professionnelles et personnelles pour justifier sa démission. Miranda pense que Richard doit savoir ce que c’est, puisqu’il a discuté plusieurs fois avec la jeune femme. Richard lui fait remarquer qu’on ne peut pas retenir quelqu’un qui veut partir. Miranda estime que s’ils ne peuvent pas retenir Maggie, ils peuvent essayer de la faire changer d’avis. C’est pour cela qu’elle aimerait réunir le Conseil d’administration. Mais avant cela, elle pense que Richard devrait parler à Maggie, comme il l’a fait avec elle quand elle est arrivée à l’hôpital et qu’elle n’avait pas les idées en place. S’il n’avait pas été là, elle aussi, elle aurait probablement démissionné. Richard s’énerve. Maggie a décidé de s’en aller et lui, il ne peut rien y faire. Il faut la laisser partir !

    Derek a presque fini de drainer la colonne vertébrale de Roy. Il profite de l’occasion pour interroger Maggie sur ce qui la pousse à partir. Ayant lui-même obtenu lui emploi assez génial qu’il a finalement laissé tomber, il est très bien placé pour savoir l’effet désastreux que peut avoir une décision prise à la va-vite. Maggie répond qu’elle a réalisé que Seattle ne lui convenait pas. Derek pense qu’elle n’est pas restée assez longtemps pour le dire. Maggie lui avoue que sa décision n’a rien à avoir avec son travail. Comme Derek insiste pour avoir des explications, elle répond qu’elle est sûre que Meredith lui en a déjà parlé. Derek assure que non. Amelia, qui vient de revenir dans la salle, comprend qu’elle est arrivée à un moment délicat. Derek dit à Maggie qu’il sait qu’elle et Meredith ne s’entendent pas très bien et que cette dernière n’a pas accueilli sa consœur très chaleureusement. Mais Meredith est la seule à avoir agi comme ça. Alors pourquoi Maggie ne garderait-elle pas ses distances avec elle en attendant que ça s’arrange ? Maggie réplique que ce n’est pas aussi simple que ça. Tout à coup, elle réalise que Derek n’est au courant de rien. Amelia semble très mal à l’aise. Quant à Derek, il ne comprend rien. Maggie lui suggère de parler à son épouse. Derek n’insiste pas. C’est le moment de vérifier si son intervention a redonné à Roy l’usage de ses jambes. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Derek assure Maggie qu’elle a fait tout ce qu’elle a pu mais rien n’y change, Roy est paralysé. Maggie refuse de se résigner. Elle décide de procéder à une opération à cœur ouvert. Derek ne comprend pas où elle veut en venir. Elle répond sèchement qu’elle veut guérir son patient. Si Derek veut l’y aider, il est le bienvenu, sinon, il doit s’en aller.

    En se préparant pour opérer Nadia, Meredith se revoit sur le manège, quand elle avait cinq ans et qu’elle avait vu sa mère se disputer avec Richard. Elle se souvient aussi du moment où des années plus tard, Ellis, alors atteinte de la maladie d’Alzheimer, avait réalisé dans un éclair de lucidité que sa fille avait grandi, ce qu’elle avait déploré, parce que c’était horrible de grandir. Elle avait ajouté que, comme le manège ne cesse jamais de tourner, on ne peut pas en descendre. Meredith a compris que ce manège est peut-être la clé du mystère. C’est pour ça qu’elle a bipé Richard. Lorsqu’il la rejoint, elle lui demande s’il se souvient du jour où il a retrouvé Ellis devant ce manège. Elle, elle s’en souvient. Elle était sur le manège et elle l’a vu rejoindre sa mère. Elle sait qu’ils se sont disputés et elle aimerait savoir ce qu’Ellis lui a dit. Richard lui fait remarquer que ça s’est passé il y a bien longtemps. Il ne se rappelle plus de ce que lui et Ellis ont pu se dire. Un peu déçue, Meredith entre dans la salle d’opération.

    Richard se revoit quelques années plus tôt, avec Ellis. Pendant qu’ils se préparaient pour une intervention, il lui avait confié avoir fini par se rendre compte qu’elle avait peut-être raison, et qu’il valait mieux dire la vérité à Adèle et Thatcher, parce que cela leur donnerait une chance de trouver quelqu’un qui les rende heureux. Il avait ajouté qu’il n’avait jamais voulu tromper Adèle et qu’il ne s’était jamais imaginé en mari infidèle. Ellis lui avait fait remarquer que cela n’appartenait qu’à lui de changer les choses. Elle, elle était prête depuis longtemps. Mais lui, l’était-il ?

    Jo entre dans la salle d’opération pour informer Maggie que l’épouse de Roy a signé les documents autorisant l’intervention. Maggie en est heureuse, d’autant plus que cela fait un moment qu’elle a commencé. Derek trouve qu’elle a fait un pari audacieux. Maggie informe son équipe qu’elle va utiliser l’anévrisme du patient pour rétablir la circulation sanguine dans la moelle épinière. Jo avoue qu’elle n’y comprend rien. Derek et Maggie lui expliquent que l’aorte du patient n’envoie plus de sang dans la moelle épinière et que pour y remédier, Maggie va transformer l’anévrisme en une seconde aorte. Jo est sceptique quant à ses chances de réussite. Derek déclare que peu de chirurgiens y arriveraient mais il sait que Maggie en est capable. Il comprend mieux pourquoi Amelia tient tant à ce qu’elle reste. Quant à Jo, elle est tellement impressionnée qu’elle est prête à partir avec Maggie.

    Dans une autre salle, Meredith et Alex opèrent Nadia. Ils constatent que la tumeur occupe tout l’abdomen et qu’elle a poussé les organes sur le côté. Meredith propose de retirer le plus gros de la tumeur et lorsqu’ils se rapprocheront des organes, de l’enlever morceau par morceau. Alex profite de l’occasion pour lui dire qu’il a appris par Stephanie que tous les membres du Conseil, sans exception, avaient voté pour Miranda Bailey. Meredith aimerait savoir d’où Stephanie tient ses informations. La jeune femme répond que c’est Miranda qui lui en a parlé. Ça a été sa façon de remercier Stephanie pour le soutien qu’elle lui avait apporté. Alex rappelle à Meredith qu’elle était censée le soutenir. Elle a écouté son discours et elle lui a dit qu’elle le trouvait bon. Meredith le confirme, mais celui de Miranda était meilleur. Comme Alex prend la mouche, elle lui dit qu’il ferait un très bon membre du Conseil, mais il est évident que Miranda sera bien meilleure que lui. Elle a supposé qu’Alex ne voudrait qu’elle vote pour lui parce qu’il était simplement bon. Aurait-il aimé qu’elle vote pour lui par pitié ? Elle, elle ne voudrait pas qu’on fasse ça pour elle. Alex ne dit plus rien.

    Maggie a terminé son intervention et Roy se réveille petit à petit. C’est le moment de voir si l’intervention a réussi. Maggie lui demande donc de remuer ses orteils. Il faut quelques secondes pour que le patient, encore à moitié inconscient, comprenne ce qu’on attend de lui et, effectivement, ses orteils bougent. L’équipe médicale applaudit Maggie qui les remercie. Une fois qu’elle a quitté la salle, Derek demande à sa sœur si elle sait ce qui se passe. Maggie n’arrête pas lui dire de parler à Meredith. Amelia avoue qu’elle est au courant mais elle ne veut pas en parler avec lui, parce qu’elle ne peut révéler à personne ce qu’elle a appris lors d’une réunion des Alcooliques Anonymes. Mais peut-être que quelqu’un d’autre est au courant et c’est à cette personne que Derek devrait s’adresser. Derek, qui comprend qu’elle parle de Maggie, croit comprendre que cette dernière est aux Alcooliques Anonymes, ce qui le sidère. Amelia s’empresse de le rassurer. Maggie n’est pas aux AA mais il devrait vraiment lui parler. Derek est certain que Maggie va encore lui dire d’aller parler à Meredith. Amelia trouve que ce serait une bonne idée. Derek soupire.

    Meredith et Alex viennent de retirer la plus grosse partie de la tumeur de l’abdomen de Nadia. Meredith est épouvantée des dégâts que celle-ci a faits. Stephanie signale aux chirurgiens que le morceau qu’ils ont enlevé pèse environ 4kg. Alex enrage contre les parents de l’enfant. Il a constaté que les cheveux de celle-ci étaient noués en une tresse hollandaise. Il le faisait pour sa sœur quand sa mère était sous l’influence de la drogue. Ça lui prenait une heure et au final, ça ne ressemblait à rien. Il n’y a qu’un saint ou une mère qui a la patience de faire ce genre de choses. Richard entre dans la salle pour leur proposer son aide. Meredith répond que ce n’est pas nécessaire. Elle invite ensuite Alex à préciser sa pensée. Il ne comprend pas que la mère de Nadia, qui a passé tant de temps à coiffer sa fille, ait laissé une telle tumeur se développer. Meredith lui rappelle qu’ils sont bien placés pour savoir qu’il y a des mères tarées. Tout à coup, la sonnerie du moniteur leur signale qu’il y a une hémorragie. Meredith constate que celle-ci se situe au niveau du foie. En la regardant faire, Richard retrouve en elle certains des gestes qu’Ellis faisait, la même précision, le même savoir-faire. Et des années plus tard, Meredith et Alex se retrouvent à procéder de la même façon que lui et Ellis l’ont fait pour sauver un patient. Et comme cela s’était produit à l’époque, l’équipe médicale applaudit le travail du Dr Grey. Alex est impressionné. Il aimerait savoir comment Meredith a pensé à cette procédure. Elle n’en sait rien. Alex voit qu’elle est bouleversée et la rassure, tout va bien, Nadia est sauvée. Tout cela ramène Richard à ses souvenirs et il se revoit donnant un fougueux baiser à Ellis après leur intervention. C’est ce jour-là qu’ils en étaient arrivés à la conclusion qu’il n’y aurait jamais vraiment de bon moment pour dire la vérité à leurs conjoints respectifs et qu’ils devaient le faire, rapidement, comme on arrache un pansement, le soir même. Une fois la décision prise, ils en avaient éprouvé une certaine excitation. Mais à ce moment-là, on avait frappé à la porte de la salle de garde où ils s’étaient réfugiés. Pendant que Richard se cachait, Ellis avait ouvert la porte à leur chef venu lui annoncer qu’elle était nominée pour le Harper Avery, grâce à la méthode Grey. L’honneur était d’autant plus grand qu’aucun résident n’avait jamais été nominé pour cette récompense. Alors que Richard se décomposait, comme s’il était accablé par la nouvelle, le chef avait ajouté qu’il espérait convaincre Ellis de refuser les propositions que ne manqueraient pas de lui être faites, pour rester à Seattle. Il l’avait ensuite invitée à le suivre pour rencontrer les membres du Conseil d’administration. Ellis avait quitté la salle après avoir échangé un sourire avec Richard, sans se rendre compte que celui-ci était crispé.

    Derek rattrape sa femme dans le couloir et la supplie de lui accorder un instant. Elle refuse, parce qu’elle ne veut pas d’une nouvelle dispute. Mais Derek réussit à l’entrainer dans un bureau. Il lui présente des excuses pour l’avoir comparée à sa mère. Elle ne voit pas pourquoi il veut s’en excuser puisqu’il le pensait. Derek a beau argumenter qu’il a juste dit ça sous le coup de la colère, Meredith n’y croit pas. Il a simplement voulu la blesser et maintenant, elle aimerait qu’il ait le courage de l’admettre. Ne lui laissant pas l’opportunité de se défendre, elle lui reproche de l’avoir comparée à sa mère, non pas en tant que chirurgienne brillante, mais en tant que femme froide, ambitieuse et égoïste, une mauvaise épouse et une mauvaise mère. Derek l’accuse de déformer ses propos pour tourner la situation à son avantage. Les yeux embués de larmes, elle insiste sur le fait qu’il pensé qu’elle ressemble à Ellis. Et maintenant, elle devrait vivre avec le poids de la déception qu’il éprouve à son égard, tout ça à cause du boulot qu’il a laissé tomber ? Derek lui rappelle sèchement qu’il a laissé tomber ce travail pour elle. Meredith réplique qu’elle ne lui a jamais demandé de faire une telle chose. Elle ne voulait pas qu’il le fasse. Elle trouve qu’il devrait prendre le premier avion pour Washington et demander au président de lui rendre son job. Elle sort de la salle, laissant Derek désemparé.

    Elle trouve refuge dans la lingerie et commence à feuilleter le journal de sa mère. Elle finit par tomber sur une double page qui porte simplement la date du 19 juin 1983 et la marque d’un rond rouge, qui fait penser au pied d’un verre de vin. Meredith suit le contour de ce dessin avec son index. Elle se souvient de la tentative de suicide d’Ellis, avec le sang qui dégoulinait sur les bras de celle-ci. Sa mère avait essayé de la rassurer en lui disant de ne pas avoir peur, que ce n’était que du sang. Quand Ellis s’était écroulée sur le sol, la petite fille avait prévenu les services de secours. Elle avait ensuite accompagné sa mère à l’hôpital où un médecin lui avait dit qu’elle était pleine de ressources et qu’elle avait certainement sauvé la vie de sa mère.

    Meredith demande à l’infirmière si les services de protection de l’enfance sont déjà venus pour Nadia. L’infirmière lui indique que l’homme est dans la salle d’attente. Meredith remarque alors la présence de la dame qui lui a signalé la présence de Nadia devant l’hôpital. Le fait que cette femme, Ana, soit toujours là étonne Meredith. Ana lui explique qu’elle est inquiète pour l’enfant et qu’elle aimerait savoir si elle va bien. Meredith la rassure et l’informe qu’elle a fait venir les services de protection de l’enfance. Ana semble soudain fort nerveuse. Meredith remarque alors que la jeune femme a les cheveux tressés. Elle lui demande s’il s’agit d’une tresse hollandaise. Mal à l’aise, Ana ne répond pas. Comprenant qu’elle est la mère de Nadia, Meredith lui demande quand sa fille est tombée malade. Ana élude la question en insistant pour voir l’enfant afin d’être sûre qu’elle va bien. Meredith refuse et lui demande de la suivre pour discuter avec les services de protection de l’enfance, en l’avertissant que ces derniers vont certainement prévenir la police. Ana la supplie de ne pas faire ça. Elle lui explique qu’elle et sa fille sont des sans-papiers. Meredith estime que ça ne justifie pas qu’elle ait abandonné Nadia. Ana insiste. Si les services sociaux sont alertés, ils lui enlèveront sa fille. Elle sait comment cela se passe, on s’endort dans une salle d’opération et on se réveille dans un avion ou dans un autre pays. Meredith lui assure que ce n’est pas le genre de choses qu’ils pratiquent au Grey Sloan. Ana lui confie qu’elle voulait aider sa fille mais qu’elle avait peur de l’emmener à l’hôpital. Elle ne voulait pas courir le risque qu’on les renvoie dans leur pays, qu’elles ont quitté parce qu’elles y mourraient de faim, où elle devrait se prostituer pour survivre, où Nadia devrait sans doute faire la même chose sans que personne ne réagisse. Elle a préféré ignorer la maladie de sa fille et prier pour que tout aille bien, en espérant que la maladie, quelle qu’elle soit, disparaisse. Elle a finit par nier la vérité parce qu’elle n’avait pas d’autre alternative.

    Derek entre dans le bureau où se trouve Maggie et lui demande si elle est certaine de vouloir partir. A nouveau, elle l’invite à parler à sa femme. Il lui répond que ce n’est pas une option. Voilà pourquoi il s’adresse à elle. Maggie commence par refuser de lui dire ce qu’il en est. Elle estime que ce n’est pas à elle de le faire. En plus, elle a l’impression qu’à chaque fois qu’elle en parle à une autre personne, les choses empirent. Mais Derek insiste et elle finit par lui révéler que Meredith est sa sœur. Elle précise qu’elle est la fille biologique d’Ellis Grey et de Richard Webber. La femme de Derek est sa sœur, voilà pourquoi elle voulait qu’il en discute avec elle. La nouvelle semble faire plaisir à Derek. Comme s’il voulait être sûr d’avoir bien compris, il répète que Maggie est la fille de Richard et la sœur de Meredith. Maggie le confirme. Elle pensait que Meredith en aurait parlé à son mari. Derek lui confie que Meredith est assez horrible avec ses sœurs. Par contre, lui pas. Il aime les sœurs, il en a plein. Il est très heureux que Maggie lui ait appris la nouvelle. Il se précipite sur elle pour la serrer dans ses bras, en lui disant qu’il est heureux de faire sa connaissance. Maggie est touchée. L’étreinte se prolonge et Maggie commence à se sentir mal à l’aise. Derek la libère et lui demande de ne pas s’en aller sans qu’ils aient pu parler à nouveau. Il quitte la pièce après lui avoir répété de ne pas partir.

    Miranda demande à Richard quel est le problème entre Maggie et lui. Elle sait qu’il y a quelque chose parce qu’à chaque fois qu’elle prononce le nom de Maggie, elle a l’impression de poignarder Richard en plein cœur. Et elle est certaine que Maggie a décidé de partir à cause de lui. Richard reste muet. Miranda comprend qu’il ne veuille pas lui dire ce qui s’est passé mais elle aimerait au moins savoir si quelque chose s’est passé. Il finit par lui avouer que Maggie est sa fille et celle d’Ellis Grey. Miranda en reste bouche née pendant quelques secondes avant d’exprimer son soulagement. Elle croyait que Richard et Maggie avaient une aventure. Elle ne comprend pas pourquoi avoir appris l’identité de son père pousse Maggie à s’en aller. Richard répond que la jeune femme ne veut pas avoir affaire à lui. Miranda est certaine que si Maggie le connaissait mieux, elle voudrait rester. Elle trouve que Richard devrait aller lui parler. Richard pense que c’est trop tard. Miranda n’en croit rien.

    Richard se souvient du jour où Ellis a été hospitalisée au Seattle Grace à la fin de sa vie. Elle lui avait confié qu’elle regrettait la façon dont elle avait géré certaines choses et que si c’était à refaire, elle agirait tout à fait différemment. Il lui avait répondu qu’ils auraient eu une belle vie ensemble. Ils auraient terminé leur résidence à Seattle, ils auraient été en compétition pour le poste de chef de la chirurgie et c’est probablement elle qui aurait gagné, mais il s’en serait moqué parce que le plus important aurait été leurs enfants, un frère et une sœur pour Meredith. La pensée qu’elle aurait pu vieillir aux cotés de Richard avait fait pleurer Ellis. Il lui était intolérable de penser que sa vie était finie alors qu’elle n’avait pas réalisé tout ce qu’elle avait voulu faire. Richard l’avait alors prise contre lui en l’encourageant à penser plutôt à la famille qu’ils auraient fondée, à leur maison et à lui qui serait rentré tous les soirs.

    Richard rejoint Meredith pour lui avouer qu’il lui a menti quand il lui a dit avoir oublié sa rencontre avec Ellis, près du manège. Il se souvient de ce que s’ils se sont dit ce jour-là. Il se souvient de tout. C’était un jeudi après-midi. Lui et Ellis devaient de conclure un pacte ; elle allait annoncer à Thatcher qu’elle le quittait, et il allait en faire de même avec Adèle. Ellis venait d’être nominée pour la première fois au Harper Avery. Elle en était toute excitée mais lui, il était jaloux. Ce n’était pas une jalousie saine, comme on en a lors d’une compétition, mais c’était au contraire une jalousie proche de la haine, sans espoir, trop puissante pour qu’il puisse la maitriser. Le succès d’Ellis mettait en évidence tout ce qu’il n’avait pas accompli. La veille de ce jour, alors qu’il essayait de trouver le courage de dire la vérité à Adèle, il avait pensé à Ellis, à tout ce qu’elle pouvait faire à un si jeune âge, à tout ce qu’elle ferait par la suite, et il avait pensé, "Est-ce que je vais ressentir ça durant toute ma vie ?" Il avait préféré mettre un terme à leur relation.

    Cet aveu permet à Meredith de se remémorer plus exactement ce qu’elle a vu quand elle était sur le manège. Sa mère la regardait quand Richard est arrivé. Il a pris Meredith comme prétexte pour tenter de dissuader Ellis de briser son mariage. Mais elle n’a pas voulu l’écouter. Il a fini par lui dire qu’il ne pouvait pas quitter Adèle pour elle. Ellis l’a supplié mais il est parti et Meredith a entendu sa mère hurler le prénom de son amant, pour le retenir. La petite fille est descendue du manège pour rejoindre sa mère qui était en pleurs et elle lui a demandé si elle allait bien. Ellis lui a répété plusieurs fois qu’elles devaient rentrer à la maison. Meredith se souvient maintenant que c’est ce jour là que sa mère a tenté de se suicider. Elle ne peut s’empêcher de penser que si Richard n’avait pas rompu avec Ellis, leur vie aurait été totalement différente. Richard lui confie que tout ce qui s’est passé après ça est de sa faute. Il sait maintenant qu’il a fait un mauvais choix pour une mauvaise raison. Et pas un jour ne se passe sans qu’il s’en veuille pour ça. Il est tellement désolé pour ce qui s’est passé. Meredith n’en doute pas.

    Elle se souvient du jour où elle avait rendu visite à sa mère, à la maison de retraite, pour lui annoncer que Richard ne viendrait plus la voir. Ellis avait compris qu’il avait décidé de retourner vers Adèle parce qu’il avait peur d’être heureux. La voix chargée de sanglots, elle avait ajouté que, maintenant, elle était seule pour élever sa fille et qu’elle ne savait pas comment elle allait s’en sortir. Meredith comprend que sa mère voulait parler de Maggie.

    Elle rentre dans la chambre de Nadia au chevet de laquelle se trouve Ana. Cette dernière aperçoit des hommes en costume devant la chambre, avec Alex, et elle croit que les médecins l’ont dénoncée aux services sociaux. Meredith lui demande de se calmer. Elle lui explique qu’elle a renvoyé les services sociaux en prétendant avoir fait une erreur. Les hommes en costume devant la chambre sont les avocats de l’hôpital. Ils vont aider Ana à faire régulariser sa situation. Alex entre dans la chambre pour préciser que les avocats vont expliquer à la jeune femme quels sont ses droits et établir avec elle un plan de remboursement des frais d’hôpital. Personne ne va empêcher Nadia de se faire soigner ou ne va l’emmener, mais il faut que sa mère promette de l’amener à l’hôpital pour poursuivre son traitement. Meredith fait entrer les avocats dans la chambre.

    Alex a informé Arizona qu’il sait qu’elle n’a pas voté pour lui au Conseil. Cela lui fait remettre en question tout ce qu’elle lui a dit. Arizona lui présente des excuses. Il n’en a rien à faire. Il peut comprendre qu’elle n’ait pas voulu voter pour lui mais pourquoi lui avoir menti ? Arizona répond qu’elle a pensé qu’il refuserait le poste de titulaire si elle lui disait la vérité. Alex trouve qu’elle n’est pas à la hauteur en tant que mentor. Elle finit par reconnaitre que si elle n’a pas voté pour lui, c’est parce qu’elle a besoin qu’il la remplace dans le service de pédiatrie. Elle ajoute qu’elle a passé la journée aux côtés du Dr Herman qui ne l’apprécie pas du tout. Ce qui lui donne le courage de continuer, c’est de savoir qu’Alex est là. En fait, elle a réalisé qu’elle devait quitter son travail pour suivre efficacement les cours du Dr Herman, et aussi pour sauver son mariage. Et le seul moyen d’y arriver, c’est qu’Alex soit là pour faire tout ce qu’elle ne peut pas faire. Elle n’a plus besoin de lui en tant qu’assistant, mais en tant que remplaçant. Il est le seul en qui elle a vraiment confiance. Alex lui fait remarquer qu’il devrait être en train de se faire beaucoup plus d’argent. Elle en est consciente.

    Derek croise sa femme dans un couloir. En le voyant, elle veut faire demi-tour mais il la retient en l’assurant qu’il n’est pas là pour se disputer avec elle. Il veut faire une trêve. Meredith n’est pas d’accord. Il ne peut pas prendre toutes les décisions pour leur couple, décider qu’ils vont déménager, décider que leur dispute est terminée. Peut-être qu’elle, elle a encore envie de se disputer. Derek lui promet que rien n’est réglé entre eux. Ils vont encore se disputer le lendemain et sûrement le jour d’après, et ça va durer un moment, mais là, il veut faire une trêve parce qu’il a appris la vérité sur Maggie. Il pense que Meredith est en train de perdre sa sœur et il trouve qu’elle ne devrait pas la laisser partir. Il déplore aussi qu’elle ne lui ait rien dit. Quand ce genre de choses arrive, elle doit lui en parler et ils mettront tout le reste sur le côté. Il a besoin de savoir qu’elle va bien.

    Meredith se souvient de l’accouchement de sa mère. Elle a entendu le bébé pleurer et la sage-femme demander Ellis si elle voulait voir sa fille.

    Meredith confirme à son mari que Richard et Ellis ont eu un enfant. Il est clair qu’elle a du mal à se faire à cette idée. Elle se souvient quand sa mère l’a emmenée à Boston. Elles ont emménagé dans un appartement où elles ont vécu quasiment recluses. Meredith a le souvenir de sa mère qui pleurait beaucoup, du ventre de cette dernière qui s’arrondissait, et d’elle qui savait qu’elle ne pouvait pas faire de bruit. Et puis, Ellis a perdu les eaux sur le sol de la cuisine. Cela avait effrayé la petite fille parce que ça lui avait rappelé le sang qui coulait par terre, après la tentative de suicide de sa mère. Elle se souvient avoir accompagné cette dernière à l’hôpital, comme la première fois. Elle a entendu un bébé pleurer et sa mère aussi. Ensuite, elles sont rentrées à la maison. Le ventre d’Ellis avait disparu. Elles ont emménagé dans une superbe maison et Ellis a commencé à travailler au Massachusetts General Hospital, tandis que Meredith entrait à l’école primaire. A partir de ce moment là, elles n’ont plus été que le Dr Ellis Grey et une écolière. Tout est redevenu normal. A l’époque ; Meredith n’avait que cinq ans, elle n’a pas eu le choix. Et maintenant, elle a une sœur. Derek lui dit que Maggie est sympa. En plus, c’est un bon médecin.

    Meredith se revoit, à la fin de la journée où Ellis était redevenue lucide. La jeune femme était arrivée à l’hôpital mais c’était trop tard. Ellis avait replongé dans les ténèbres et elle ne savait plus qui était Meredith. Elle lui avait dit qu’elle lui rappelait sa fille.

    Maggie va quitter l’hôpital lorsque Meredith la hèle. Elle voudrait lui parler un instant. Maggie ne semble pas emballée. Meredith dit alors qu’elle est consciente que Maggie ne voulait pas de sœur, et de toute façon pas d’une sœur comme elle. Ses parents lui ont envoyé un chanteur déguisé en poisson. Elle est très talentueuse pour son âge et elle semble très heureuse. Meredith peut comprendre pourquoi elle veut quitter Seattle. Mais elle voudrait d’abord lui montrer quelque chose. Maggie accepte d’un signe de tête. Les deux femmes se mettent légèrement à l’écart. Meredith sort le journal de sa mère de son sac. Elle explique à Maggie qu’Ellis écrivait énormément, de façon presque obsessionnelle, principalement des notes sur des interventions chirurgicales ou des idées. Mais ce journal-là date de l’époque de la naissance de Maggie. Les écrits d’Ellis ne sont pas chaleureux, mais elle n’était pas chaleureuses. Néanmoins, ces écrits reflètent bien qui elle était. Grâce à cela, Meredith découvre encore des choses sur sa mère. Richard arrive devant les ascenseurs. Il aperçoit les deux sœurs penchées sur le journal de leur mère. On entend la voix d’Ellis lire une des phrases qu’elle a écrite dans son journal, "Nos vies sont basées autant sur nos erreurs que sur nos succès". Meredith précise à sa demi-sœur qu’Ellis écrivait surtout la nuit, en buvant un verre de vin, comme en attestent les marques circulaires sur le journal. En consultant ce dernier, Meredith croit avoir trouvé la date à laquelle Ellis a découvert qu’elle attendait un enfant, parce qu’après cela, il n’y a plus de taches de vin. Et Ellis a commencé à écrire tout ce qu’elle mangeait. Pour Meredith, c’est la preuve qu’Ellis était soucieuse de la santé de son bébé. Elle a essayé du moins. Maggie est bouleversée. Richard est heureux de voir que les choses se sont calmées entre les deux femmes Il entre dans l’ascenseur.

    On voit la fin de l’enregistrement de la conférence d’Ellis Grey. Elle affirme que, lorsqu’elle a gagné son premier Harper Avery, elle l’a dédié à tous les hommes qui l’avaient tellement soutenue. Elle ajoute ensuite que c’est une plaisanterie. En fait, elle a pensé, "qu’ils aillent tous au diable !" Elle était là, tenant son trophée, et elle pensait à tout ce qu’elle avait sacrifié, à tout ce qu’elle avait surmonté, et alors elle avait dédié son prix à toutes les chirurgiennes qui la suivraient.  

     

    Voix off : On dit qu’on ne peut pas réprimer ses souvenirs. Je me demande si on les garde en sécurité quelque part. Parce que peu importe combien ils sont douloureux, ils sont nos biens les plus précieux. Ils nous font de nous ce que nous sommes.


  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Octobre 2014 à 23:30

    Alors cet épisode, je confirme ma première impression, j'ai littéralement adoré !!!  

    tout y était..

    1) le GA vintage et ça fait plaisir de se dire que pendant au moins un épisode, je retrouve le couple vedette au centre de l'intrigue, ce n'était plus arrivé depuis l'an pèbre ! j'ai failli pleurer d'émotion quand j'ai vu que les scènes MERDER cumulées duraient plus de deux minutes...c'est dire mon état !!

    2) l'introspection de la famille GREY/WEBBER et ses conséquences

    3) l'émotion, les révélations et des confirmations.

    Tout ceci sous la houlette d'un bon scénario et d'un montage parfait, bref, c'était trop bien !

    Only mama knows...maintenant Everyone knows



    C'est vrai qu'il est difficile de faire un commentaire par personnage ou couple..



    Le couple MERDER
    se déchire again & again mais malgré tout, l'amour profond et sincère est là..je ne crains absolument rien pour ce couple qui est de loin (n'en déplaise à certaines) le plus solide, le plus fort et le plus abouti !
    Certains jetteront la pierre à Meredith ou à Derek..par rapport à la semaine dernière, le conflit n'avance pas dans cet épisode, ils sont encore en train de se renvoyer la "responsabilité" de la situation (l'un refusant le sacrifice et l'autre l'assumant avec peine) mais je crois que ce n'était pas le sujet primordial de l'épisode...

    D'ailleurs Derek le dit parfaitement, la trêve était nécessaire et c'est à ce moment là que l'aspect quasi-fusionnel de ce couple m'a frappé (non pas que je l'ignorais) mais j'ai été émotionné par le dialogue tout à coup apaisé entre eux quand le sujet était Maggie! ils ont été capables de mettre de côté le conflit qui les ronge..la tendresse et la compréhension ont pris le dessus sur tout le reste..MEredith se confie, Derek la conforte...Waouh Quel couple !!



    non mais sans déconner, RIRI a quitté Ellis parce qu'il était jaloux de sa réussite      là je pense que je suis tombée à la renverse !! et menteur en plus, comme des imbéciles nous pensions que c'était pour le bien de MEredith...tu parles, mon oeil ouais ! con ça m'a tuée ça !!

    il me fait de la peine depuis le début de cette saison mais dans cet épisode, je suis passé de la peine à la colère ! oui effectivement, la vie aurait pu être différente pour tout le monde, on ne peut pas changer le passé mais quels dégâts !

    Du coup, on ne peut plus dire que RIRI considérait ELlis comme l'amour de sa vie (est ce que je me trompe ?) est ce que le fait d'être jaloux de la réussite de son "conjoint" peut être compatible avec de l'amour ?
    c'est quand même une sacrée révélation..même l'extrait où il parle de la vie qu'ils auraient pu avoir avec Ellis, on voit sa tête..avec le recul, je comprends mieux..



    Belle interprétation de la petite fille qui joue le rôle de Meredith jeune..elle est déjà douée et plus douée qu'une certaine que je ne citerai pas car on m'accuserait harcèlement   (oui oui ma grande copine que je caline toutes les semaines dans mes commentaires)



    Ellis Grey..quelle femme punaise ! A des moments, je me suis quand même dit qu'elle était une sale garce éprise de réussite et qu'il n'y avait que cela qui comptait pour elle...et puis parfois, quand j'ai revu des extraits, je me suis dit qu'elle avait aimé ses filles et particulièrement celle qu'elle a abandonné, l'enfant de RIRI l'amour de sa vie..pauvre femme si elle avait su pourquoi il s'est barré à l'époque !!!



    Non MEredith a le talent de sa mère mais pas la vie "ancrée" sur la réussite professionnelle ! Derek lui envoie ça à la gueule et elle le prend mal (logique) mais c'est faux...elle veut briller et tout réussir, sa vie privée et sa vie professionnelle...on peut considérer que malgré la vie merdique qu'elle a pu avoir, elle s'en sort pas trop mal..on comprend mieux aussi, son mal être, ses difficultés, sa vie de patachon depuis le début de la série....on comprend mieux d'où vient sa dureté, son pessimisme et sa peur de l'abandon et d'accorder sa confiance...elle a eu une enfance de Merde..elle n'a manqué de rien matériellement mais elle a manqué d'amour d'une mère !!

    bien que l'abandon de Maggie fut surement difficile, Ellis Grey était lucide sur ses capacités à être mère..d'ailleurs MEredith le dit, Maggie a eu des parents qui lui envoient un poisson chanteur pour son annif et ça, c'était même pas en rêve dans la maisonnette GREY !




    Derek et sa belle-soeur, j'ai adoré..  j'étais certaine que ce serait Derek qui irait la prendre dans ses bras et lui donner la partie "tendresse et bienveillance" !!
    la scène était bien jouée et forcément, quand il s'agit de soeur, derek est la référence..je ne sais pas mais peut être que Maggie va jouer un rôle inattendu dans la vie de Mer & Der. Difficile de croire qu'elle sera la soeur "de loin" de MEredith..
    Meredith semble s'apaiser et être résolue à l'accueillir comme sa soeur...à voir mais cette dynamique me plait..



    Le rôle d'Amelia, elle fait office de passe-plat mais c'était agréable car elle était le lien entre le secret et son "dévoilement" aux protagonistes



    J'avais, depuis déjà deux épisodes, relevé l'incohérence concernant les parts sociales léguées à Alex et l’intronisation de Bailey dans le conseil

    Ce n'est pas l'épisode de jeudi qui a pu donner une réponse, même pire, la question a été carrément zappée de l'épisode parce que c'était un moyen de donner une SL à Bailey (le fameux sang frais du conseil) qui va prendre en charge les nouvelles taches et missions du conseil !!

    Donc il était logique de débarquer Alex (selon la prod) pour occuper Bailey et lui donner une histoire

    c'est ce qu'on appelle, joindre l'incohérence pour créer des histoires !

     



    Arizona qui nous prépare à l'épisode prochain = sauver son mariage...depuis qu'on le dit qu'il y a un souci !!

    Les autres ? Stéphanie, JAckson, Owen et Jo seront payés pour cet épisode grâce à la réplique syndicale  

    Bel épisode, on y apprend des choses, on remet certaines vérités en place...

    Maintenant, préparons-nous aux grands déballages attendues depuis deux saisons par les fans CALZONA (non pas tous hein, d'autres se contentaient de les regarder mais je sais que Manu par exemple, va être très intéressée par cette SL car j'ai crû comprendre qu'elle n'appréciait pas la tournure des choses entre elles depuis un moment, alors Manu, le prochain épisode, il est pour toi et pour moi et pour NOUS toutes !!)

    2
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 21:05

    c'est vraiment du grand Grey's

    Beaucoup d'émotion, beaucoup de flashbacks sous différentes formes : il y a des anciennes scènes de GA et aussi des moments que l'on n'a pas vus. A l'éclairage de ce qu'on a appris récemment sur Ellis et Richard, on réalise en voyant les anciennes scènes de GA, qu'effectivement Shonda pense à cette histoire depuis le tout début. C'est vraiment bien fait, c'est comme ça qu'on sent que l'un dans l'autre, malgré des moments d'égarement, cette série est bien construite et je comprends pourquoi Shonda s'implique à nouveau dans les épisodes, parce qu'elle est sans doute la seule parmi les scénaristes à être là depuis le début et à connaitre le cheminement qui a amené l'histoire de Maggie

    Dans cet épisode tout tourne autour de Meredith, la façon dont elle a vécu les évènements à l'époque, et on comprend vraiment, encore mieux, pourquoi elle est parfois si dure. Ca n'a pas dû être facile de grandir avec Elis Grey. On comprend aussi pourquoi Richard a voulu rompre avec Ellis, qui n'était pas une raison aussi noble qu'il l'a fait croire à un moment, et cela explique aussi la culpabilité qu'il a toujours ressentie envers Meredith.
    Il y a aussi en parallèle l'histoire avec Derek, rien n'est résolu. C'est toujours la guerre même si le couple fait une trêve en raison des évènements. Et j'ai adoré cette scène, parce qu'elle nous montre que, même dans le conflit, même quand ils sont en profond désaccord, même quand ils se lancent des horreurs à la tête, l'amour est toujours bien présent.

    je dirai simplement que je ne vois pas en quoi la fin de l'épisode est spéciale, du jamais vu dans Grey's. Elle est très belle, très émouvante mais vu la façon dont cela avait été présenté par la presse, je m'attendais à autre chose,

    Les acteurs que l'on ne voit pas du tout dans l'épisode : Callie et April. Owen et Jackson font une mini apparition fulgurante

    les deux médecins qui ont "trahi" Alex sont bien Meredith et Arizona, la motivation de la seconde étant nettement plus égoïste que l'autre. On ne change pas une équipe qui gagne !

    Ma scène préférée : quand Derek apprend que Maggie est sa belle-soeur et la façon dont il lui souhaite la bienvenue. On retrouve vraiment McDreamy  

    C'est amusant, il m'est difficile de faire un commentaire précis sur cet épisode, peut-être justement parce qu'il est très intense et qu'il y a trop à en dire

    Alors pêle-mêle : chapeau bas à l'enfant qui interprète la jeune Meredith. Cette petite fille a, je trouve, un sens naturel du drame. Sans presque prononcer un mot, elle a parfaitement interprété la douleur de Meredith, son incompréhension de ce qui est en train de se jouer, tout en sentant viscéralement que sa mère est malheureuse et qu'elle doit la soutenir.

    Félicitations aussi à la réalisatrice. L'épisode est rythmé et les flashbacks sont parfaitement intégrés dans l'histoire. Je pense qu'il n'y avait qu'une personne présente depuis le début de la série qui pouvait faire cet épisode.

    Ce que j'ai aimé dans cet épisode, avant tout, c'est qu'il m'a replongée dans les premières saisons, et aussi qu'il m'a fait réfléchir, et me torturer les méninges, et c'est ce que j'ai toujours préféré dans Grey's. Ce n'est pas une série que je regarde passivement, je rentre dedans et je me mets à la place des personnages et j'essaie de comprendre pourquoi ils réagissent comme ça ou comme ça. Et cet épisode explique vraiment pour Meredith est devenue une femme si dure, qui s'est fermée pendant tant d'années aux sentiments amoureux. On comprend aussi Ellis a tout axé sur sa carrière, en oubliant sa vie de femme, et pourquoi Richard se sent tellement coupable vis-à-vis de Meredith.

    Mais ce que j'ai préféré par-dessus tout, c'est de voir les anciennes scènes sous un autre jour, et de comprendre que les répliques d'Ellis que l'on pensait être pour Meredith étaient en fait pour Maggie. Je pense que pour Ellis, abandonner Maggie a été un vrai traumatisme, sans doute aussi parce que cet enfant était celui de son grand amour.

     

    3
    ttg
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 22:39

    très bon épisode même si je me demande ce qu'en a pensé le public arrivé à partir de la saison 6 !


    J'ai bien aimé la scène Maggie Derek mais les deux moments qui m'ont marqué c'est la scène où Richard avoue à Meredith pourquoi il a quitté Ellis (et c'est vraiment que comme Meredith on se dit que tout aurait été tellement différent s'il avait quitté Adèle) et la scène où jeune Meredith appelle l'ambulance car sa mère s'est suicidée devant elle. C'était vraiment beau. Par contre, j'espère qu'on continuera à reparler du passé car Ellis a quand même essayé de se tuer alors qu'elle avait un enfant mais lorsqu'elle a su qu'elle attendait un enfant de Richard elle a fait les choses bien en surveillant son alimentation notamment. J'attends la réaction de Meredith par rapport à tout ça... Bon épisode en tout cas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :