• Episode 11.05 : Bend & Break

    Photobucket

    Titre français : Faire une pause

    Scénariste : Meg Marinis

    Réalisateur : Jesse Bochco

    Diffusion Etats-Unis : 23 octobre 2014 sur ABC

    Diffusion France : 16 mars 2016 sur TF1

     

    Voix off (Arizona) : Hémorragie incontrôlable. Acidose. Froid. Nous savons tous ce que signifie la combinaison. Nous appelons cela la triade de la mort, le point de non-retour. Il y a le moment, en salle d’opération, où vous en arrivez à limiter les dégâts. Vous arrêtez. Vous prenez du recul. Vous laissez le corps se reposer et vous voyez si vous pouvez trouver une solution au chaos qui se passe à l’intérieur.

     

    NB : A noter que durant tout l’épisode, il y a des flashs avec des images du passé de Calzona.

    Callie et Arizona ont entamé une thérapie de couple. Elles sont dans le cabinet de la thérapeute et c’est le grand déballage. Callie rappelle à sa compagne que cela fait des mois qu’elles parlent d’avoir un autre enfant. Cette perspective les excitait tellement qu’elles discutaient déjà du prénom. Elle ne comprend pas pourquoi Arizona a fait ça si elle n’en avait pas envie. Juste pour qu’elle se fasse des illusions ? Arizona estime que Callie lui reproche quelque chose qu’elle n’a jamais dit. Callie réplique qu’Arizona ne dit jamais rien mais qu’il apparait clairement, dans tous ce qu’elle fait, qu’elle ne veut pas d’enfant. Pourquoi avoir encore repris des cours ? Elle est déjà une excellente chirurgienne en pédiatrie et les gens traversent tout le pays pour faire opérer leurs enfants par elle. Arizona lui rappelle une fois encore que ces cours vont lui permettre de faire progresser sa carrière. Callie lui coupe la parole pour crier que ça ne va pas faire progresser leur famille. La thérapeute lui demande de se taire. Elle aimerait entendre ce qu’Arizona a à dire. Celle-ci pousse un profond soupir avant de lancer un regard hostile à Callie.

    Arizona et le Dr Herman accouchent une jeune femme. Celle-ci leur demande si sa petite fille va bien. Le Dr Herman la rassure, le bébé est magnifique. Une fois le cordon ombilical coupé, Arizona passe le bébé à Alex pour qu’il se charge de la faire respirer. Lorsqu’elle lui demande des nouvelles de l’enfant, elle se fait rappeler à l’ordre par le Dr Herman. Celle-ci lui rappelle que la petite fille n’est plus sa patiente. Toute leur attention doit être accordée à la mère.

    Autre séance de thérapie. La thérapeute donne la parole à Arizona. Détendue, souriante, Arizona commence à énumérer tout ce qu’elle aime chez Callie : la façon dont elle parle aux patients en leur faisant croire qu’ils sont uniques au monde, ou la façon très sexy dont elle mordille légèrement sa lèvre quand elle examine les images de scanner, ou encore la façon dont elle fait des voix différentes quand elle lit une histoire à Sofia le soir, ce qui fait rire la petite fille. Arizona pourrait écouter ça toute la journée. Elle aime aussi la façon dont Callie sourit quand elle dort, un très grand sourire, et elle aime que ce soit la première chose qu’elle voit à son réveil. Bouleversée, Callie l’interrompt. La thérapeute lui propose d’exprimer ce qu’elle ressent après avoir entendu ce qu’Arizona a dit d’elle. Callie regrette qu’Arizona n’ait pas dit ce genre de choses à haute voix de temps en temps. Arizona lui fait remarquer qu’elle le ferait si elle le pouvait. Sommée de s’expliquer, elle reproche à Callie de lui avoir coupé la parole, comme elle le fait toujours d’ailleurs, parce qu’elle est trop occupée à parler au nom de sa compagne. La thérapeute leur demande de faire attention aux mots qu’elles emploient quand elles parlent l’une de l’autre. Arizona reprend donc en disant qu’elle a l’impression que Callie lui coupe sans cesse la parole. Et effectivement, Callie le fait une fois encore pour lui dire qu’Arizona n’arrête pas de l’accuser de ça. Arizona prend la thérapeute à témoin. Celle-ci les invite à réessayer mais évidemment, Arizona n’est plus tellement d’humeur à dire tout ce qu’elle aime chez sa compagne.

    La tension qui existe entre elles lors des séances de thérapie persiste lors d’une intervention qu’elles font ensemble, avec Meredith et Jo. Arizona reproche à Callie de ne pas pratiquer la procédure sur laquelle elles s’étaient mises d’accord. Callie répond sèchement qu’elle a changé d’avis en voyant l’étendue des dégâts à l’intérieur du patient. Meredith et Jo essaient de calmer le jeu, en vain. Arizona fait remarquer à sa compagne que la façon dont elle néglige son opinion lui donne l’impression qu’elle a oublié qu’elle avait affaire à une chirurgienne en pédiatrie qui sait que l’intervention envisagée peut causer des complications chez les enfants. Callie réplique que la façon dont Arizona agit donne l’impression qu’elle n’a pas confiance dans les capacités de sa compagne. Les deux femmes donnent des ordres contradictoires à Jo. Callie s’énerve et propose qu’on coupe la jambe de l’enfant. Arizona lève les yeux au ciel.

    Evidemment, cet incident a rappelé au couple la période trouble qui a suivi l’amputation d’Arizona. Chez la thérapeute, cette dernière jure que la crise qu’elles traversent actuellement n’a rien à voir avec sa jambe. Ça ne l’a jamais été. Leurs problèmes datent de bien avant ça. Elle explique qu’il y a quatre ans, elle a reçu une bourse comme on n’en reçoit qu’une dans sa vie. Jamais elle n’avait pensé avoir un jour la chance de pouvoir aller en Afrique et travailler dans cette clinique. Callie lui fait remarquer sèchement qu’elle a suivi son rêve et qu’elle est partie là-bas. Arizona lui rappelle avec acrimonie qu’elles étaient censées y aller à deux. Mais cela rendait Callie malheureuse et elle n’a pas hésité à le faire savoir à tout le monde. Alors Arizona est partie toute seule et ensuite, elle est revenue, pour sa compagne. Et quand elle est revenue, celle-ci était enceinte. Mortifiée par ce qui ressemble à un reproche, Callie confie à la thérapeute qu’elle est bisexuelle et que le fait qu’elle puisse être attirée par un homme autant que par une femme a toujours fait paniquer Arizona. Elle ajoute ensuite qu’effectivement, elle a couché avec Mark et qu’elle est tombée enceinte. Et alors ? Arizona lance qu’elle n’a pas eu le temps de se faire à cette idée. Comme elle était terriblement amoureuse de Callie, elle voulait être avec elle, peu importe ce qui se passait. Et si pour être avec elle, il fallait… Choquée, Callie lui demande si elle est bien en train de dire ce qu’elle dit. Arizona lui ordonne de la laisser parler. Mais Callie passe outre et précise sa pensée. Selon elle, Arizona est en train de dire qu’elle a été prise au piège avec Sofia, un enfant qu’elle ne voulait pas, et que maintenant, elle se sent coincée. Scandalisée, Arizona la prie de ne plus jamais dire qu’elle n’aime pas son enfant ou qu’elle la regrette. Tout ce qu’elle regrette, c’est que Callie ait pris la décision pour elle. C’est elle qui fait tous les choix ! Et à chaque fois qu’Arizona essaie de prendre une décision pour elle-même, Callie la fait se sentir comme la personne la plus égoïste du monde. Les yeux pleins de larmes, Callie lui présente froidement ses excuses avant de lui demander si elle a eu l’impression d’être égoïste quand elle a décidé de coucher avec une autre femme. Mal à l’aise, Arizona objecte que ce n’est pas ce qu’elle a voulu dire et elle est certaine que Callie le sait. Ce qu’elle a voulu dire, c’est qu’à chaque fois qu’elle a essayé de faire quelque chose pour elle-même, Callie a… Cette dernière se lève et prend sa veste. La thérapeute lui rappelle que la séance n’est pas terminée. Callie répond qu’il lui semble que c’est le cas.

    A l’hôpital, elle rembarre durement Jackson qui vient de lui soumettre une idée pour leur projet concernant les vétérans de l’armée. Elle n’a jamais entendu une idée aussi stupide. Owen tente de ménager la susceptibilité de son camarade en lui jurant que non seulement son idée n’est pas stupide, mais que les mots ont dépassé la pensée de leur collègue. Callie fait remarquer à Jackson que c’est stupide de vouloir dépenser une grosse partie de ses fonds pour procéder à une reconstruction faciale compliquée pour un seul patient. Jackson est choqué à l’idée qu’elle veuillet purement et simplement refuser l’opération au patient. Callie proteste, elle veut simplement trouver une façon d’aider cette personne qui soit moins stupide que celle proposée par Jackson. Vexé, celui-ci annonce qu’il va aller déjeuner. Resté seule avec Callie, Owen lui demande ce qui ne va pas. Elle lui confie qu’elle a l’impression de ne pas arrêter de donner encore et encore

    Chez la thérapeute, Arizona reproche à sa compagne de lui donner des choses qu’elle ne demande pas. Évidemment, Callie n’est pas d’accord. Elle estime que tout ce qu’elle donne, c’est à la demande d’Arizona. Celle-ci lui a demandé de ne pas la quitter après l’accident d’avion, elle n’est pas partie. Arizona lui a demandé de rester après l’avoir trompée, elle est restée. Après, Arizona a voulu une maison, elles en ont une. Callie estime faire tout pour Arizona, parce qu’elle l’aime. Mais maintenant, elles sont là parce qu’elle, elle veut quelque chose qu’Arizona ne peut pas lui donner. A nouveau, Arizona affirme n’avoir jamais dit qu’elle ne voulait pas avoir un autre enfant. Selon elle, la seule raison pour laquelle elles sont là, c’est Callie et ce qu’elle veut. Arizona estime qu’elle essaie de donner à sa compagne tout ce dont elle a envie mais celle-ci rend les choses toujours trop compliquées. Callie réplique qu’elle ne comprend pas pourquoi Arizona ne peut pas se tenir aux engagements qu’elle a pris. Arizona rétorque qu’elle a engagé les cinq dernières années de sa vie avec elle. La thérapeute met fin la dispute en donnant son avis. Ces discussions sans fin ne les mènent nulle part. Le couple ne fait que tourner en rond. Elle pense qu’il est temps d’appuyer sur le bouton de réinitialisation et dans son esprit, cela signifie, se séparer pendant un moment. Callie fait aussitôt part de son opposition. Elles sont venues là pour sauver leur mariage, pas pour le détruire. Arizona lui demande de laisser la thérapeute exposer ses idées jusqu’au bout. Celle-ci leur explique qu’il ne faut pas voir cela comme une vraie séparation. Elle trouve que les deux femmes ont vécu beaucoup de choses qui les ont changées. Elles ne sont plus du tout les personnes qu’elles étaient quand elles se sont rencontrées. Cela pourrait sans doute les aider de faire une pause pour redécouvrir qui elles sont vraiment. Callie ne voit pas la différence entre pause et séparation. Pour elle, c’est la même chose, c’est la première étape vers le divorce. Elle se tourne vers sa compagne et lui demande si c’est ce qu’elle veut. Agacée, Arizona lui demande une fois encore de laisser parler la thérapeute. Celle-ci précise que les couples entament une thérapie pour deux raisons. Soit une des personnes veut mettre fin à la relation et elle a besoin d’aide pour le dire à son conjoint, soit les deux personnes veulent absolument arranger les choses. Elles veulent se battre pour que ça marche. Callie assure faire partie de la deuxième catégorie. Arizona le confirme, mais avec beaucoup moins de conviction que sa compagne, ce qui inquiète cette dernière. La thérapeute insiste sur le fait que faire une pause n’est pas une rupture. C’est une façon d’aider la relation à mieux fonctionner, pendant une période convenue entre les deux parties, et à la fin de cette période, on réévalue les choses. Callie s’entête, cette idée ne lui plait pas du tout. Elle la trouve complètement folle. Elles sont supposées se rapprocher, alors ce n’est pas d’espace dont elles ont besoin, mais de passer plus de temps ensemble. C’est comme ça que les choses marchent. Elle demande l’avis d’Arizona qui laisse tomber froidement que l’idée de faire une pause lui semble être bonne. Devant une Callie dévastée, elle demande à la thérapeute combien de temps doit durer cette pause. Aussi longtemps qu’elles le décideront, ce qu’elles vont faire immédiatement. Arizona propose donc que l’expérience dure trente jours. Callie n’en revient pas que sa compagne veuille prendre ses distances pendant tout un mois. Comme Arizona hésite à parler, la thérapeute l’y encourage. C’est le moment ou jamais. Arizona avoue qu’en disant trente jours, elle essayait simplement d’être gentille, car en réalité, elle pense que trente jours ne suffiront pas. Pour être franche, si elle sentait que Callie était d’accord, elle proposerait plutôt trois mois, peut-être six même. Callie est éberluée. Arizona lui assure qu’elle veut vraiment sauver leur mariage mais la seule façon qu’elle pense être la bonne, c’est d’être sincère. Callie en est au point de se demander si sa compagne n’est pas en train de lui faire une blague, ou si elles participent à une émission de téléréalité. Est-ce qu’elles sont dans "Les vraies femmes au foyer lesbiennes, médecins à Seattle" ? Arizona lève les yeux au ciel mais ne dit plus rien. Comprenant qu’elle n’arrivera pas à la faire changer d’avis, Callie demande à la thérapeute comment sont censés se passer ces trente jours. La thérapeute leur explique donc que, étant donné qu’elles ont un enfant, pour le bien-être de la fillette, elles vont continuer à vivre dans la même maison, pour assumer leur rôle de parent. Mais elles mèneront des vies séparées, dans des chambres différentes. Il est essentiel de respecter les limites fixées. Elles vont devoir établir un planning de garde pour Sofia et s’y tenir. Pas de discussion, aucune communication entre elles, sauf en cas d’urgence. Et enfin, le plus important, pas de relations sexuelles, ni entre elles, ni avec d’autres personnes.

    Premier jour de la séparation. Arizona est dans la cuisine en train de préparer son petit déjeuner lorsque Callie entre dans la pièce. Elle lui annonce que Sofia est en train de s’habiller et elle ajoute que l’enfant semble persister dans son envie de mettre des vêtements mauves, comme elle l’a fait durant toute la semaine. Arizona ignore sa compagne. Celui-ci tente malgré tout de lui faire part de son désarroi. Elle n’a pas dormi de toute la nuit. Elle ne pense pas pouvoir poursuivre cette expérience. Cela ne fait qu’une soirée qu’elles ont commencé et c’est déjà trop dur. Elle a l’impression qu’elles n’ont pas besoin d’en arriver là. Comme Arizona persiste à ne pas réagir, Callie lui demande comment elles sont censées ne pas se parler durant tout un mois. Elle finit par la supplier d’au moins la regarder. Arizona relève la tête en poussant un gros soupir, ce qui semble rassurer un peu sa compagne, mais elle s’éloigne aussitôt pour aller s’asseoir à la table. Callie est blessée.  

    A l’hôpital, elle soigne une jeune femme, Emily, dont le bras a été pris dans une machine à pâtes. Emily souffre horriblement. Elle explique à la chirurgienne que faire des pâtes est un travail vraiment stupide mais qui paie bien, et elle a besoin d’argent pour pouvoir entrer dans une école de cuisine. Stephanie arrive avec les clichés des radios qui révèlent qu’il s’agit d’une fracture du radius et du cubitus. Callie annonce à sa patiente qu’elle va devoir être opérée. Il va falloir stabiliser la fracture avec des broches et des vis. Emily aimerait savoir combien de temps va durer sa convalescence. Elle a besoin de son bras pour cuisiner, afin de se préparer pour son école. Les inscriptions seront clôturées dans un mois. Callie reconnait que la fracture est plutôt grave mais elle promet de faire tout son possible pour la réparer au mieux. Ensuite, Emily devra aller en rééducation mais elle devrait être rétablie en un rien de temps.

    Aux soins intensifs de l’unité de néonat, Jo décrit le cas d’un bébé, Lee, qui est né la veille avec une atrésie de l’œsophage. Arizona explique aux parents de l’enfant que cela signifie que l’œsophage s’est développé en deux parties. Le père du bébé, Chase, aimerait savoir quand l’opération va avoir lieu. Arizona lui apprend que les radios ont révélé que le trou était plus grand que prévu. Alex précise que ce trou mesure plus de 4cm, ce qui ne permet pas de simplement relier les deux bouts d’œsophage. Arizona s’empresse de dire que cela ne va pas empêcher Alex de pratiquer l’opération, ça va juste compliquer les choses. A son invitation, Jo explique aux parents, à l’aide d’images de synthèse, qu’ils ont prévu d’attacher des sutures aux deux bouts de l’œsophage, en pratiquant des incisions dans le dos du petit garçon. Chaque jour, ils tireront sur les sutures pour rapprocher les bouts de l’œsophage, jusqu’à pouvoir les relier entre eux, lors d’une intervention. Arizona insiste sur le fait que, pour que cette procédure fonctionne, il faut que le bébé soit parfaitement immobile et pour ce faire, ils vont devoir le plonger dans un coma artificiel. Chase s’étonne que ce ne soit pas Arizona qui pratique cette intervention. Arizona lui apprend qu’Alex est maintenant le titulaire du service et qu’il est responsable du dossier de Lee. Quant à elle, elle a commencé une spécialité dans un autre service. Elle certifie qu’Alex est un chirurgien génial, c’est elle qui l’a formé. La mère du bébé, Kate, ne cache pas son inquiétude concernant le fait que son bébé doit être mis dans le coma, et elle n’est encore moins rassurée quand elle entend Alex lui dire que ce coma pourrait durer des semaines. Il veut leur proposer d’autres options mais Arizona ne le laisse pas faire, affirmant aux parents que la procédure qu’elle préconise est la meilleure pour leur bébé. Alex demande à lui parler en dehors de la pièce. A l’extérieur, elle lui reproche d’avoir inquiété les parents. Lorsqu’Alex lui propose une autre approche qui, elle, ne nécessiterait qu’une seule intervention, elle la refuse, insistant sur le fait que la sienne est meilleure, même si cela implique que le bébé pourrait être hospitalisé pendant une longue période. Alex lui fait remarquer qu’avec la méthode qu’elle préconise, Lee pourrait rester dans le coma pendant des semaines, voire des mois. Ça va plonger les parents en enfer. Arizona objecte que la méthode d’Alex augmente certains risques. Ce n’est pas amusant non plus pour des parents de voir leur enfant vivre ce genre de choses. Alex aimerait savoir si elle va un jour le laisser faire son travail comme il l’entend ou si elle va toujours lui dire comment il doit le faire. Elle reçoit un message du Dr Herman lu signalant qu’elle est en retard. Elle prie Alex de faire ce qu’elle lui a dit. Il accepte uniquement parce que le bébé était son patient à l’origine et qu’elle a du mal à couper le cordon. Elle réplique qu’elle pense qu’il accepte parce qu’il sait qu’elle a raison.  

    Arizona arrive dans la chambre d’une patiente du Dr Herman, Jaclyn. Nicole Herman qui devisait aimablement avec cette dernière, fait remarquer sèchement à Arizona qu’elle est en retard. Arizona se justifie par le fait qu’elle était en néonat pour surveiller un bébé. Herman l’interrompt grossièrement en lui disant que ça ne l’intéresse pas, avant de donner la parole à son autre élève, le Dr Graham. Ce dernier explique donc que Jaclyn, qui est enceinte de 23 semaines, porte un enfant atteinte d’une sténose de l’aorte. Il faut opérer l’enfant dans le ventre de sa mère. Celle-ci confie qu’elle est un peu nerveuse à l’idée qu’une immense aiguille va la transpercer, et puis transpercer le cœur de son bébé. Elle réalise qu’il n’y a pas de droit à l’erreur. Graham la rassure en lui disant que, grâce à la présence du Dr Herman, leur hôpital est l’endroit où il faut venir pour subir ce type d’interventions. Elle est la seule à pouvoir faire ce genre de procédure dans le Nord-Ouest de la côte Pacifique. Et lui, il est là pour en tirer un enseignement. Il regarde Arizona avec un air supérieur. Nicole Herman promet à sa patiente qu’elle n’insérera pas l’aiguille tant qu’elle ne sera pas sûre que le bébé est dans la bonne position.

    En salle d’opération, Herman répète à ses élèves que la position est essentielle. Si le thorax n’est pas placé d’une certaine manière, ils ne pourront pas atteindre l’aorte dans le cœur. Elle félicite Graham pour son approche qui leur donne un accès direct au cœur. Le jeune homme répond qu’il a passé beaucoup de temps à s’entrainer en laboratoire. Après avoir jeté les yeux au ciel, Arizona propose son aide à Herman. Celle-ci lui rappelle avec froideur que Graham est déjà en train de le faire et elle lui suggère de plutôt prendre des notes. Arizona lui rappelle qu’elle a déjà pratiqué des douzaines de procédures percutanées sur des bébés. Herman lui demande sur un ton ironique si ces bébés étaient encore dans l’utérus de leur mère. Leurs cœurs étaient-ils de la taille d’une noix ? Arizona est bien obligée de reconnaitre que non. Herman lui fait remarquer qu’alors ce n’est pas la même chose. Elle ajoute que si Arizona a un dossier impeccable en tant que chirurgienne en pédiatrie, ce n’est pas du tout la même chose en chirurgie fœtale où là, elle ne vaut rien. Elle lui conseille en outre de bien regarder les mains de Graham afin de pouvoir le remplacer, la prochaine fois. Flatteur, Graham juge bon de dire que ses mains ne font qu’essayer d’imiter celles du Dr Herman. Celle-ci le met en garde. S’il continue, il finira en chirurgie plastique où ses lèvres seront refaites avec la peau de ses fesses à elle. Après l’intervention, Graham signale à Arizona qu’elle pourrait aller s’entrainer sur un mannequin au laboratoire. Il est vieux, le caoutchouc est abimé et il sent mauvais, mais elle pourra s’amuser tout de même. Lui, il lui a fallu deux mois pour y arriver. Il part après lui avoir souhaité bonne chance. Elle le regarde partir avec un regard assassin. Comme Stephanie passe à côté d’elle, elle lui demande si elle est toujours dans le service de Callie.

    En fait, elle a chargé la jeune femme de demander à Callie de changer le planning de garde de Sofia. Callie refuse tout net. C’est la quatrième fois qu’Arizona change ce planning. Stephanie indique qu’Arizona a mentionné que c’était pour s’entrainer. Callie lui ordonne durement d’aller dire à Arizona que Sofia demande quand elle viendra la border, et aussi de lui rappeler qu’elles partagent la garde de la fillette à cause du stupide arrangement qu’elles ont pris. Stephanie n’est pas vraiment à l’aise à l’idée de devoir délivrer ce genre de messages, mais Callie n’en a rien à faire. Une fois la jeune femme partie, Callie rejoint Meredith qui était en train d’examiner les images du scanner d’un patient, David, qui souffre d’un cancer de la thyroïde. Meredith explique que depuis qu’elle a procédé à l’ablation de la glande, le cancer a disparu. Mais ce matin, le patient s’est plaint de douleurs à la hanche et un scanner a révélé qu’il y avait des métastases sur la hanche. Meredith aimerait savoir s’il n’y a pas moyen d’y remédier sans remplacer totalement la hanche. Selon Callie, non, parce que le fémur est trop gravement infecté. Meredith lui indique que le patient a 32 ans, une femme, deux enfants. Elle demande à sa consœur combien durera la prothèse de la hanche. Dix ou quinze ans, ce qui implique qu’il faudra refaire une intervention. Callie fait remarquer à Meredith qu’elles ont le choix entre remplacer totalement la hanche ou bien laisser le cancer se propager, ce qui tuera David. Meredith en conclut qu’elle va programmer l’intervention. Callie lui demande d’attendre, vu qu’elle doit aller chercher Sofia. Meredith sait de quoi elle parle. Elle imagine aussi que devant l’enfant, Callie doit garder le sourire, même si son épouse lui adresse à peine la parole. Il est évident que cela veut dire qu’elle vit la même chose avec Derek.

    En sortant de la chambre de sa fille qu’elle vient de mettre au lit, Callie entend des voix et des éclats de rire venant de la cuisine. Elle s’y rend et découvre Arizona en train de faire cuisiner avec April. Celle–ci est embarrassée car elle pense qu’elle et Arizona font trop de bruit pour que Sofia puisse s’endormir. Callie veut interroger Arizona sur ce qu’elle fait là avec April au lieu d’étudier mais, se rappelant les termes de leur accord, elle pose la question à cette dernière. April, qui est au courant de la situation, certifie qu’Arizona est en train d’étudier. Elles sont en train de faire des mamans enceintes en gelée pour qu’Arizona puisse s’entrainer. La gelée représente l’utérus et le raisin, le minuscule cœur du bébé. Callie regarde la préparation avec un air sceptique. April veut lui expliquer comment se passe la procédure mais Callie l’interrompt d’un sarcastique "génial". Elle prend une bouteille de vin et boit à son goulot. April lui indique qu’elle a préparé aussi une salade, selon une recette familiale. Callie ne répond pas. Elle lance un regard froid et méprisant à sa compagne avant de sortir de la cuisine, la bouteille à la main.

    Callie relate cette anecdote à la thérapeute chez laquelle elle vient seule maintenant. La thérapeute lui demande ce qu’elle a fait après ça. Callie répond qu’elle a suivi les règles, même si elle trouve que celles-ci ne sont pas bonnes.

    Dixième jour de la séparation. Cette fois, c’est Arizona qui assiste le Dr Herman et celle-ci la félicite pour la rapidité avec laquelle elle a retourné le fœtus dans le ventre de sa mère. Du jamais vu ! Arizona est ravie lorsque Herman lui demande si elle voudra pratiquer l’intervention avec l’aiguille. Elle accepte avec joie, mais elle croise alors le regard indigné de Graham et elle fait marche arrière, indiquant à Herman que ce serait peut-être une erreur, vu qu’elle n’a pu s’entrainer qu’une ou deux fois en laboratoire. Elle n’est pas certaine d’être prête. Graham saute sur l’occasion et propose ses services à Herman. Celle-ci lui demande de prendre exemple sur Arizona dont l’expérience en tant que chirurgienne lui a donné la sagesse de reconnaitre ses propres limites. Elle ne laisse pas son arrogance interférer avec le bien-être de ses patients. A la sortie de la salle, Herman informe Arizona qu’elle pratiquera l’intervention la prochaine fois. Arizona est aussi enchantée que Graham est dépité.

    Bien qu’elle ait été opérée, Emily a toujours aussi mal, plus même peut-être qu’avant l’opération, ce qu’elle ne comprend pas. Callie lui fait remarquer que l’intervention a été pratiquée une semaine plus tôt. La douleur est encore normale à ce stade. A la demande de la chirurgienne, Stephanie indique que les analyses n’ont rien révélé d’anormal. Il n’y a aucune infection au niveau de l’incision. Emily insiste, elle n’arrive pas à manger ni à dormir. La douleur la fait se plier en deux, deux ou trois fois par minute. Elle ne peut plus le supporter. Callie ne voit pas ce qu’elle pourrait encore faire étant donné qu’elle a déjà fait tous les examens possibles, sans qu’ils ne révèlent quoi que ce soit. Emily la supplie de faire quelque chose pour l’aider. Elle ne peut pas vivre de cette façon. Si elle avait su que ça se passerait comme ça… Callie ne sait que dire.  

    Bouleversée, elle se réfugie dans une salle où l’on entrepose du matériel. Pour soulager quelque peu la tension qu’elle ressent, elle jette par terre un petit bassin métallique. Meredith sort alors de derrière une étagère pour lui demander si elle se sent bien. Callie est offusquée que Meredith ose lui poser la question alors qu’elle connait pertinemment la réponse. Evidemment que ça ne va pas du tout ! Pourquoi est-ce que Meredith ne se conduirait pas comme un être humain normal en lui demandant ce qu’elle peut faire pour l’aider ? Meredith lui fait remarquer qu’elle a ses propres problèmes. Callie réalise qu’elle a été trop loin et lui présente des excuses. Si elle est comme ça, c’est parce qu’elle n’a plus personne à qui parler. Meredith lui demande si elle est occupée pour le moment. Callie répond que non.

    On retrouve les deux femmes chez Joe, où elles enfilent les shots de tequila tout en se plaignant de leur conjoint respectif. Callie explique à Meredith qu’elle et Arizona sont séparées bien qu’elles vivent toujours sous le même toit. Elles alternent les périodes de garde de Sofia, mais elles ne peuvent pas parler ou coucher ensemble. Meredith indique que Derek et elle sont exactement dans la même situation. Callie ironise sur la façon dont Arizona aime se présenter, une personne sur qui on peut compter dans la tempête. En quoi peut-on compter sur elle quand on fait une pause ? De son côté, Meredith imite son mari. "Comment s’est passée ta journée, Meredith ? As-tu trouvé le moyen de soigner la mort, Meredith ? Quand le feras-tu, Meredith ? Moi, j’aurais pu le faire si j’avais pu aller à Washington et travailler pour le Président !" Callie enchaine d’une voix tonitruante, oui, elle est bisexuelle et alors ! C’est un fait, ça existe. Ce n’est pas pour rien qu’on dit LGBTQ, où le B veut dire bisexuel et non brute. Les verres s’enchainent à un rythme rapide. Complètement pompette, Meredith confie à Callie que sa mère et Richard faisaient l’amour partout dans l’hôpital, comme elle et Derek à l’époque où il trompait Addison. D’ailleurs, elle se voit comme l’héritage de l’infidélité. Callie se demande si sa fille ne sera pas comme Meredith. Elle, elle a été trompée par tout le monde dans l’hôpital. Toutes les personnes qui l’ont épousée l’ont trompée, tous les deux, précise-t-elle après avoir dû faire un effort pour se rappeler combien de fois elle a été mariée. Quelques verres plus tard, Meredith philosophe sur le fait que Cristina était le troisième rail de son mariage avec Derek, dangereuse, chargée à fond, qui aurait pu les tuer mais qui était nécessaire pour qu’ils continuent de marcher. Elle demande à Callie si elle croit possible que le seul amour de sa vie soit Cristina. Callie lui demande si elle était excitée par le vagin de son amie. Non, répond tristement Meredith. Alors non, confirme tout aussi tristement Callie. Les deux femmes commencent à chantonner une ode au vagin. Meredith trouve que le mot est bizarre. Callie estime qu’il sonne bien et que les gens devraient le dire plus souvent. Callie se met à geindre que le sexe lui manque. Quant à Meredith, elle se trouve sexy et elle considère que son mari est un idiot.

    Callie rentre chez elle. Elle titube légèrement. Elle s’apprête à entrer dans sa chambre quand elle remarque que la porte de celle d’Arizona est ouverte. Elle va jusque là et voit sa compagne endormie sur son lit. L’image l’attendrit, elle sourit. En s’appuyant contre la porte, elle la fait grincer, ce qui éveille Arizona. Elles se sourient timidement. Callie marche jusqu’au lit au bord duquel elle s’assied. Après une brève hésitation, elles commencent à s’embrasser. C’est Arizona la première qui se recule.

    De retour chez la thérapeute, Callie, qui a la gueule de bois, lui a rapporté les faits. La thérapeute lui fait remarquer qu’elle et Arizona n’ont pas respecté les règles. Callie n’est pas d’accord, vu qu’elles n’ont pas fait l’amour. Elles se sont seulement embrassées. Elle prétend avoir juste eu l’intention de demander à Arizona comment s’était passée sa journée, étant donné qu’elle avait une intervention importante prévue avec le Dr Herman.

    Lorsque vient la séance d’Arizona, elle confirme les dires de Callie. Elles n’ont pas fait l’amour. Cependant, elle ne cache pas qu’elle aurait préféré ne pas s’arrêter. La thérapeute lui rappelle pour que la séparation donne des résultats, il faut suivre les règles pendant trente jours complets. Comme elles ne l’ont pas fait, elles vont devoir recommencer à zéro.

    Premier jour de la seconde période. Arizona demande à Alex quand il va pratiquer l’intervention finale sur le petit Lee. Il pense que les deux bouts d’œsophage seront assez proches dans un jour ou deux. Pour répondre à la question qu’Arizona lui pose, il lui indique qu’ils tirent sur les sutures environ deux millimètres par jour. Elle trouve qu’il devrait se contenter d’un seul. Il aimerait savoir ce qu’elle fait encore là. Avec une certaine arrogance, elle commence à lui décrire en quoi consiste l’intervention qu’elle va devoir pratiquer avec le Dr Herman : faire passer une aiguille dans l’utérus de la mère et ensuite dans le liquide amniotique jusqu’à ce qu’elle atteigne le minuscule cœur du minuscule fœtus. Génial, marmonne Alex. Il s’énerve légèrement lorsqu’elle lui donne encore un conseil pour soigner Lee. Elle lui rappelle qu’il n’aurait pas pu faire plein d’interventions sans elle, avant d’ajouter que ce qu’elle est en train de faire va finir par rendre inutile ce qu’il est en train de faire. L’alarme du moniteur sonne, indiquant qu’il y a un problème. En fait, c’est le dispositif de tirage des sutures qui est cassé.

    Les parents de Lee ont été informés du problème. Ils ne veulent pas imaginer que tout va devoir être recommencé depuis le début. Alex reconnait que si ce n’est pas le cas, l’intervention va devoir néanmoins être reportée de quelques jours. Il leur assure que toutefois ce n’est qu’une complication mineure. Le terme choque le père, Chase. Rien n’est mineur pour eux dans cette histoire. Sa femme n’a pas encore pu tenir son fils dans ses bras. Est-ce que les médecins comprennent ce qu’elle vit quand elle voit son bébé recouvert de tubes ? Alex lui présente ses excuses. Chase s’emporte en faisant remarquer à Arizona que c’est elle qui devrait s’excuser. Elle était censée pratiquer cette intervention mais elle s’en est débarrassée en la donnant à son confrère. Arizona va une fois de plus vanter les mérites d’Alex mais Chase lui coupe la parole. Etant donné que la poitrine de son fils a déjà été coupée deux fois, il ne pense pas qu’Alex est génial. Les parents s’éloignent. Arizona veut s’excuser auprès d’Alex pour ce qui vient de se passer, mais il n’en a que faire. Il regrette de l’avoir laissée lui imposer une procédure en laquelle il ne croyait pas. Lee est son patient, la pédiatrie est son service et les soins intensifs son unité. Aux dernières nouvelles, il était le responsable et elle, l’assistante. Alors il est temps qu’elle arrête d’outrepasser ses droits et qu’elle dégage du service immédiatement ! Arizona est mortifiée.

    Seizième jour de la deuxième période. Meredith et Callie opèrent David. Meredith demande à sa camarade comment se passe la séparation avec Arizona. Callie est gênée qu’elle en parle ouvertement, étant donné que personne ou presque n’est au courant dans l’hôpital. Meredith remplace donc séparation par régime. Comment se passe le régime ? Callie répond que ça se passe plutôt bien. Meredith lui demande si elle ne mange plus d’encas durant la nuit. Callie reconnait qu’elle a failli prendre un cheeseburger mais elle a changé d’avis. C’était dur parce qu’elle adore les cheeseburgers, ça lui manque beaucoup. Meredith lui confie à son tour que Derek veut manger un cheeseburger toutes les nuits mais elle, elle lui dit qu’il ne peut pas en avoir avant la fin de l’année. Alors, il quitte la chambre et il va dormir sur le canapé. Elle trouve que Callie a de la chance. Au moins son régime a une date de fin, dans trente jours. Est-ce que Callie imagine déjà le goût de son cheeseburger quand le régime sera fini ? L’intéressée pousse un petit cri de désespoir. Meredith pense qu’elle a été trop loin dans ses propos. Mais ce n’est pas de cela que Callie veut parler. Elle vient de remarquer qu’il y a une infection au niveau des os de la hanche de David, ce qui fait qu’une hanche complète ne tiendrait pas. Cela s’infecterait en une semaine.

    Après l’intervention, Callie informe l’épouse de David, Laurie, qu’elle a enlevé la tumeur avec l’os nécrosé et qu’elle a complètement nettoyé la zone. Elles ont aussi administré des antibiotiques localement pour soigner l’infection qui était très importante. Laurie aimerait qu’on lui dise comment son mari va pouvoir sortir de son lit et marcher, sans hanche. Callie reconnait que c’est impossible. La structure qu’elle a placée est la seule chose qui retient la jambe de David attachée à son corps. Laurie lui reproche d’avoir pratiqué cette intervention qu’elle lui avait assurée comme garantie. Callie se justifie par le fait qu’elle ne connaissait pas l’étendue des dégâts avant d’avoir ouvert le corps de David. Meredith rassure Laurie. La structure que Callie a placée est temporaire. Elles vont trouver une solution permanente. Le plus important, c’est qu’elles aient pu éliminer la tumeur et que celle-ci ne causera plus d’autres problèmes. Laurie demande à pouvoir rejoindre son mari. Une fois qu’elle est partie, Callie confie à Meredith qu’elle est en train de vivre le pire des mois. Meredith sait comment arranger ça.

    Les revoilà chez Joe. Meredith a commandé un cheeseburger et une portion de frites, le tout arrosé de tequila, bien sûr. Callie est ravie. Meredith partage le cheeseburger en deux. En le regardant faire, Callie a une illumination. Elle vient de trouver comment soigner David. Il suffit de couper le péroné en deux dans le sens de la longueur et de l’utiliser pour combler le trou créé par la tumeur. Meredith semble un peu sceptique. Callie lui explique que la procédure est utilisée pour traiter les arthroses. Pourquoi ne pourrait-elle pas l’être pour les tumeurs ? De cette façon, David pourra garder sa jambe.

    Chez elle, Arizona constate que Callie n’est pas là.

    Dans le cabinet de la thérapeute, elle avoue qu’elles ont brisé les règles une fois de plus, ce qui ne veut pas dire qu’elles ont fait l’amour. Elle explique que, le soir où Callie n’est pas rentrée, elle a immédiatement pensé qu’elle était en train de coucher avec quelqu’un d’autre. Cette idée a dérangé Arizona. Ensuite, elle a pensé que si Callie n’était pas avec quelqu’un d’autre, ça pouvait signifier qu’elle n’allait pas bien, et cette perspective l’a dérangée encore plus que l’autre. Et donc, elle a enfreint les règles en parlant à Callie pour savoir ce qui s’était passé. Elle lui a dit qu’elle s’était rendu compte qu’elle n’avait pas dormi à la maison et que, même si ça ne la regardait pas, elle avait pensé que s’il y avait eu un problème, elle n’aurait pas su dire à leur fille où était sa maman, ni avec qui. Callie lui apprend qu’elle a dormi à l’hôpital. Arizona n’y croit pas, car elle a vérifié les listes de présence. Callie lui demande si elle la suit. Arizona réplique qu’elle était inquiète. Callie lui révèle alors qu’elle a diné avec Meredith. Elles ont trouvé une idée pour soigner un patient et elles sont donc revenues à l’hôpital pour y travailler. La réaction d’Arizona fait comprendre à Callie qu’elle soupçonne que quelque chose se passe avec Meredith. Elle précise donc qu’elle a travaillé avec cette dernière jusque 3h du matin et comme elle n’avait plus le courage de rouler jusqu’à la maison, elle a décidé de dormir dans une salle de garde.

    Chez la thérapeute, Callie explique qu’elle a compris qu’Arizona était jalouse de façon irrationnelle. Elle a apprécié de voir que sa compagne était jalouse à l’idée qu’elle pourrait être trompée. Elle s’est sentie bien. La thérapeute trouve que ce n’est pas la façon la plus saine d’arranger les choses. Callie précise que ce qu’elle a le plus apprécié, c’est qu’Arizona était inquiète pour elle, cela veut dire qu’elle se soucie encore d’elle. Elle commence à réaliser que cette séparation provisoire pourrait marcher. Elle semble soudain pleine d’espoir.

    29e jour. Meredith et Callie pratiquent leur deuxième intervention sur David. Les choses se passent bien. Il n’y a plus d’infection et Callie s’apprête à donner à sa consœur un os parfaitement sain et viable pour procéder à la greffe. Après avoir expliqué à l’équipe comment elles vont procéder, Callie annonce que sauf contretemps, le patient pourrait tenir à nouveau sur ses jambes dans une quinzaine de jours. Un infirmier informe Callie qu’elle est attendue aux urgences dès que l’opération sera finie.

    Quand elle arrive, elle trouve Derek et Owen en train d’examiner Emily, dont le visage est lacéré par endroit. Une infirmière lui explique que selon des témoins, la jeune femme a foncé avec sa voiture sur une barrière de sécurité et un arbre. Owen ajoute qu’elle a de la chance d’être en vie. Emily, qui reprend doucement ses esprits, supplie les médecins de la laisser mourir. Callie croit comprendre qu’elle a voulu se suicider. Derek n’en sait rien. Tout ce que la jeune femme dit pour le moment n’a guère de sens. Bouleversée, Callie s’éloigne précipitamment. Derek la suit pour lui demander ce qui s’est passé avec cette fille. Callie lui raconte qu’elle a soigné la fracture d’Emily un mois plus tôt mais après l’intervention, les douleurs n’ont pas cessé sans qu’elle puisse en trouver l’origine. Elle soupçonne un problème d’ordre psychologique. Tout ce dont elle est sûre, c’est qu’Emily a voulu se tuer et elle se sent responsable. Derek la conjure de se calmer. Un peu après, ils examinent ensemble les images du scanner et Derek montre à sa consœur la présence de kystes remplis de fluides. Il lui explique que la blessure d’Emily a déchiré les nerfs de la moelle épinière, ce qui a provoqué une épilepsie de la moelle. Les douleurs fortes que la patiente ressent par intermittence sont l’équivalent des convulsions d’une épilepsie classique. Il y a un moyen de soigner ça mais c’est risqué. Il faut brûler les terminaisons nerveuses de la colonne vertébrale pour arrêter la douleur dans le bras. Lorsque Callie lui demande s’il est capable de le faire, il la regarde, un peu étonné, avant de lui demander si elle se moque de lui. Ils se sourient.

    Manifestement, le Dr Herman connait bien Addison puisqu’elle en parle avec Amelia. Celle-ci lui a appris qu’Addison avait adopté un garçon, Henry. Herman a un peu de mal à imaginer Addison avec un bambin. Amelia lui explique que l’enfant a complètement détruit les murs blancs et les tapis de sa mère et que pour le moment, il est dans sa période dessin, crachat et bave. Herman en déduit qu’on ne verra plus Addison donner des conférences avant un bon moment. Arizona interrompt la conversation pour dire qu’elle ne savait pas qu’Herman connaissait Addison. Herman, qui était très agréable avec Amelia, change aussitôt de ton et demande avec froideur à son élève si elle a déjà fini de faire le tour des patients. Un peu surprise, Arizona répond que oui et lui fait part des faits les plus importants. Herman lui confirme qu’elle dirigera l’intervention et que Graham l’assistera et tiendra l’aiguille. Elle espère qu’Arizona sera prête cette fois. Arizona promet que oui. Comme elle reste là, Herman lui demande si elle a besoin de quelque chose d’autre. Arizona comprend qu’elle dérange et s’en va, laissant Herman reprendre sa conversation là où elle en était.

    Arizona se rend aux soins intensifs de la néonat et demande à Jo de lui montrer les résultats des examens de Lee. Jo refuse, surtout qu’Alex vient d’arriver. Arizona rassure ce dernier. Elle a bien compris le message, il est le titulaire, Lee est son patient, le service est son territoire, donc elle s’en va. Alex semble agacé.

    Derek et Callie opèrent Emily. Callie regrette de n’avoir pas cherché l’origine des douleurs ailleurs que dans le bras. A cause d’elle, les chances d’Emily d’intégrer son école de cuisine sont peut-être anéanties. Derek estime qu’elle n’y est pour rien. Le problème va beaucoup plus loin que ce qu’elle aurait pu voir ou contrôler. Elle n’est pas du tout fautive. Callie est interpelée par ce que Derek vient de lui dire.

    Arizona est dans la cuisine, en train de s’entrainer sur la gelée, lorsque Callie fait son entrée, un verre de vin à la main. Elle se met derrière sa compagne, pour l’observer. Ayant remarqué que cette dernière se frotte régulièrement la nuque, elle finit par la rejoindre pour entamer un massage. Arizona veut lui demander d’arrêter pour la laisser s’entrainer, mais Callie lui rappelle qu’elles ne peuvent pas parler. Ce sont les règles. Les règles sont bien vite oubliées puisque les deux femmes se retrouvent dans un lit. Arizona tente de raisonner sa compagne en argumentant que le lendemain est le dernier jour de leur séparation. Elle craint que la thérapeute ne les fasse encore tout recommencer depuis le début. Callie a la solution, il suffit de garder le secret. Elles font l’amour.

    Le lendemain, Arizona retrouve Herman et Graham qui l’ont fait prévenir que l’intervention était avancée d’un jour. Graham lui explique qu’ils ont repéré un léger épanchement de sérum au niveau du fœtus, et donc l’intervention doit avoir lieu immédiatement. Herman demande à Arizona si elle est prête. Elle répond que oui mais elle semble mal à l’aise. Dans la salle d’opération, elle prend l’aiguille et la place au-dessus du ventre de la mère. Herman lui ordonne d’arrêter. Elle veut savoir ce qui ne va pas. Arizona semble étonnée. Herman l’accuse d’avoir hésité. Il lui semble que la main de la chirurgienne n’était pas stable. Elle lui demande si elle est nerveuse. Arizona répond que oui, mais elle trouve cela normal. Herman n’est pas de cet avis. Pourquoi Arizona est-elle nerveuse ? S’est-elle reposée ? Et surtout s’est-elle préparée ? A-t-elle étudié les échographies du fœtus et mémorisé les mesures ? Est-ce qu’elle sait où planter l’aiguille, quand elle devra déployer le ballon ? Herman enchaine les questions sans même laisser à Arizona le temps, de répondre. Celle-ci parvient à commencer une phrase en disant qu’elle pense que… et à nouveau Herman l’interrompt. Elle pense ou elle sait ? Enervée, Arizona crie qu’elle sait. Herman ordonne à Graham de prendre la place d’Arizona. Le jeune homme ne se fait pas prier. Herman ne permet pas à Arizona de se défendre, elle trouve qu’ils ont déjà perdu trop de temps. Après l’intervention, les deux femmes se rendent dans une salle de garde. A nouveau, Herman ne laisse pas parler Arizona. Elle lui demande d’emblée si elle sait combien il y a de chirurgiens fœtaux à l’ouest du Mississipi. Il y en a cinq. Il en faut un sixième et c’est pour cela qu’Herman a choisi Arizona, parmi tous les autres, mais maintenant, Arizona la laisse tomber. Herman ne remet pas en cause ses compétences, mais plutôt les siennes. Elle a cru que la chirurgienne en pédiatrie avait quelque chose de spécial. Après tout, elle est chef d’un service de chirurgie pédiatrique et elle est un membre respecté du Conseil d’administration. Herman a cru qu’elle serait meilleure et en moins de temps que les autres. Mais aujourd’hui, Arizona l’a embarrassée en n’étant pas bien préparée, et ce pour la seconde fois. Herman ne sait pas ce qui cloche, quels sont les démons d’Arizona mais elle envisage sérieusement de reconsidérer sa participation à son cours. Elle constate qu’Arizona est à la traine et elle n’a pas de temps à lui donner pour se rattraper. Elle n’a pas le temps de lui faire faire trois essais. Si quelque chose du même genre arrive encore, elle la virera.

    Emily est heureuse de constater qu’elle ne ressent plus aucune douleur. Elle confie à ses médecins que, lorsque sa voiture est rentrée dans l’arbre, sa première pensée a été qu’elle ne souffrirait plus, qu’elle ne devrait plus avaler des médicaments pour stopper la douleur, qu’elle ne pleurerait plus sur son canapé en regardant de stupides émissions de cuisine, en pensant à tous les plats qu’elle ne ferait jamais. Et surtout, qu’elle allait pouvoir arrêter de se plaindre sur son sort ! Emily remercie les chirurgiens parce que maintenant, elle a l’impression qu’elle va pouvoir survivre à ce qu’elle a vécu. Callie est touchée.

    Avec Meredith, elles regardent David faire quelques pas dans le couloir. Meredith estime que si le jeune homme peut à nouveau marcher, c’est grâce à Callie. Celle-ci lui rappelle que David devra avoir une longue période de rééducation mais en tout cas, la greffe devrait durer des années. Elle espère que ça va marquer la fin des problèmes pour lui. Meredith lui fait remarquer que ça devrait être la même chose pour elle, puisqu’elle est arrivée à la fin des trente jours. Callie reconnait que ça la rend un peu nerveuse. Elle se sent plutôt bien mais elle a l’impression de revenir de loin. Meredith plaisante sur le fait que même si le régime est terminé, elle sera toujours partante pour les cheeseburgers et la tequila. Mais attention, de vrais cheeseburgers ! Callie sourit. Une fois Meredith partie, elle observe David qui a rejoint sa famille.

    Alex annonce aux parents de Lee qu’il a pu ressouder l’œsophage de leur fils, et qu’il sera plus fort qu’il ne l’aurait été. Kate remercie chaleureusement le chirurgien tandis que son mari prend celui-ci dans les bras. Evidemment, Alex est embarrassé. Arizona assiste à la scène de loin. Elle semble contente, bien qu’un peu stressée.

    L’heure du bilan a sonné pour Callie et Arizona. Celle-ci confie à la thérapeute qu’elle a compris le bien-fondé de la pause qui leur a été imposée. Cela les a rendues plus fortes, meilleures. Elle a l’impression que ça a vraiment marché. Elle se tourne vers Callie pour lui dire que ça a pris du temps et que c’était douloureux, mais au final elles ont fait du chemin. Elle est consciente que ce n’est pas fini mais elle sait aussi qu’elle l’aime et que la vie sans elle la terrifie. Callie se met à pleurer. Arizona ajoute que le monde a moins de sens quand elles ne sont pas ensemble, et ça la déstabilise au point qu’elle ne sait plus ce qu’elle fait, même dans son travail. Elle a réalisé qu’elle avait besoin de son ancre, et c’est Callie. Elle a besoin d’elle et elle n’aura jamais besoin que d’elle. Elle est tellement contente que cette pause soit terminée. Callie sanglote de plus belle. Arizona interprète cela comme de l’émotion. Sur un regard de la thérapeute, Callie répond que ces derniers trente jours lui ont beaucoup appris. Aujourd’hui, elle est venue chez la thérapeute parce qu’elle voulait savoir si elles allaient repartir ensemble. Mais dès qu’elle s’est assise, elle a su, elle a eu l’impression de suffoquer. Arizona est surprise. Le visage ruisselant de larmes, Callie confie que ces dernières semaines, elle a plus ri, plus fait de choses, elle s’est plus amusée que depuis longtemps et surtout, elle s’est enfin sentie libre. Ça lui permet de réaliser qu’essayer sans cesse d’arranger les choses entre elles était ce qui la tuait à petit feu. Elle ne veut plus de ça, elle ne veut plus essayer d’arranger les choses. Arizona est perdue, elle regarde en direction de la thérapeute, comme si elle voulait son aide, mais la femme baisse les yeux. Callie pense qu’au lieu d’aimer si fort sa compagne, elle aurait dû rester elle-même. Elle aurait dû s’aimer elle-même et Arizona avait dû faire la même chose. Elle a l’impression qu’ensemble, elles aiment Sofia plutôt qu’elles–mêmes. Elle veut plus, pour Arizona et pour elle. Elle ne veut plus être coincée avec une personne qui se sent coincée aussi. Elle veut qu’Arizona aussi se sente libre. Arizona veut dire quelque chose mais elle n’y arrive pas. Callie regarde également en direction de la thérapeute qui détourne à nouveau le regard. Callie se lève et prend sa veste. Elle soupire et elle quitte la pièce.

     

    Voix off (Callie) : Une fois que le chaos se calme, on doit reculer et regarder à nouveau. On doit se demander si on peut réassembler ce corps. Si nous faisons note travail correctement, c'est possible. On arrête l'hémorragie, on recoud les plaies. On reconstruit le corps. Mais peu importe à quel point on essaie…
    (Arizona) : on doit réaliser que…
    (Callie) : certaines choses ne peuvent pas être réparées.


  • Commentaires

    1
    yfl
    Samedi 25 Octobre 2014 à 11:39

    très bon épisode et pourtant le couple Callie/Arizona ne m'intéresse pas vraiment !

    Il était temps qu'elles affrontent leurs problèmes... j'ai aimé les scènes Callie/Meredith. Par contre quand Callie et Arizona parlent de leurs problèmes, on se rend compte que cet épisode aurait totalement pu être intégré dans la saison 10... que de temps perdu !

    Je pense que le départ de Sandra Oh était la meilleure chose qui pouvait arriver à la série car cela a dû forcer les auteurs à prendre vraiment les choses en main et j'aime beaucoup ce début de saison ^^

    2
    grey .
    Samedi 25 Octobre 2014 à 11:59
    Bonjour,

    Je suis tout à fait d'accord avec toi !! J'ai bien aimé l'épisode mm si on a pas vu les autres personnages. Les scènes étaient en rythme donc on s'est oas ennuyé. De plus j'aime bcp le jeu d'actrice de Sara Ramirez elle est fantastique et je suis très contente de la séparation de ce coulpe car cela devenait lassant. Maintenant j'ai hâte de voir Callie s'amuser et évoluer professionnellement !! Et Arizona je m'en fou de ce personnage ms j'aime la relation Alex/Arizona. Enfin je trouve que ds ce couple callie etait la personne qui faisait tout pr sauvegarder son couple.... Arizona était assez égoïste (l'accident, tromperie etc...) Callie mérite mieux qu'elle je trouve :) voilà pour mon analyse !! Hâte de voir le prochain épisode ;) bonne journée à tous
    3
    Samedi 25 Octobre 2014 à 19:14

    Je n'ai pas aimé cet épisode et pas pour la raison que vous pensez ! Je n'ai pas aimé cet épisode parce que j'ai eu l'impression de voir un résumé, un condensé de quelques saisons Calzona...mais en 42 minutes cette fois-ci !

    Nous étions, certaines d'entre nous, des thérapeutes en herbe parce que nous avons pu relever épisode après épisode, saison après saison tous les travers, les problèmes et autres dysfonctionnements de ce couple !


    Franchement qu'est ce que nous avons appris de neuf ? Que dalle !
    Il faut être franc, l'épisode de la semaine dernière regorgeait de révélations..Là, nada, wallouh !

    La relation Calzona est bancale depuis plusieurs saisons...une nouveauté ? NON !

    Surtout la fin de l'épisode, j'ai ri (non je sais ça ne fait pas rire ) parce que je me suis crue, à un moment, dans une émission de télé réalité où l'on choisit si on repart avec sa moitié ou si on le ou la laisse là comme un rond de frites !

    Dans le cas présent, l'option 2 a été la plus logique et c'est Arizona qui joue le joue du rond de frites !

    Alors très difficile de faire une analyse par couple, il y en avait qu'un à l'écran et même si on a pu faire un // avec MerDer, c'était juste pour faire comprendre aux fans qu'elles ne sont pas les seules dans la mouise..Et surtout que Meredith était elle même dans la mouise avec son "idiot de mari" !!!

    je vais essayer d'être objective sur le cas Calzona car, vous le savez, je n'aime pas ce couple..Depuis que Jessica Capshaw a pris la place de Brooke Smith en fait...et par extension, j'ai beaucoup de mal avec son personnage et pire encore avec l'interprétation qu'elle en fait !

    Je me doute bien qu'elle joue ce qu'on lui demande...mais elle cumule la pauvre fille, je n'aime pas son jeu d'actrice (enfin jeu, ça me fait mal de l'écrire car je la trouve fade, sans ressort et surtout avec un talent très relatif) et je n'aime pas ce qu'on lui fait jouer...une nana égoïste, imbue et autoritaire et ce ne sont pas ses sourires statiques façon "ultra bright so sexy" qui arrangent mon avis.....

    Tout ceci pour dire que j'ai du mal à être du côté d'Arizona mais promis, je vais essayer (pour rester objective)

    Déjà, je vais citer Antoine de Saint-Exupéry "Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction "

    Et là punaise, je me suis dit, là, ce n'est même plus regarder dans la même direction, c'est carrément regarder à l'opposé

    oui alors je vous vois venir...Meredith & Derek c'est la même chose en ce moment (oui mais non) l''épisode de la semaine dernière nous a prouvé le contraire..Ils s'aiment, ils s'écoutent et sont capables de se serrer les coudes et de mettre de côté les conflits quand l'un ou l'autre est touché ! Pas de fuite, pas de cocufiage.....bref, nous ne sommes pas dans le même cas de figure car Merder s'écoutent et se parlent....

    Revenons à Calzona....

    La source du problème est simple en réalité, elles ont un EGO, elles ont le melon, pinaise elles ne sentent plus !

    ....pendant tant de saisons, c'est ce qui a pu ressortir des épisodes : égocentriques, égoïstes, méprisantes..la seule différence c'est qu'elles étaient en harmonie dans cette démarche...... là, depuis la saison 7, l'harmonie s'est barrée et l'une agit sur l'autre et vice versa...en fait ce qu'elles faisaient subir aux autres, c'est l'une qui le fait subir à l'autre et vice versa !
    donc Callie impose sans se rendre compte, Arizona s'écrase pour avoir la paix et quand elle se rebelle, elle se fait plier ou c'est le big DRAMA et vice versa !
    Elles s'aiment mais elles s’autodétruisent !!

    Ainsi tout est bon pour se bouffer le nez, les carrières, les enfants...

    Si on fait la liste des griefs en vrac :

    - préférer sa carrière à la vie de famille donc les enfants

    - le manque de franchise d'Arizona sur le sujet des enfants

    - CAllie ne laisse pas Arizona s'exprimer donc elle s’impose à elle

    - elle devait partir en Afrique à deux mais Callie ne voulait pas donc sous-entendus Arizona s'est sacrifiée et elle est revenue par amour mais elle est revenue...

    - big surprise : un enfant dans le dos alors qu'Arizona ne voulait pas d'enfants

    - Callie aime aussi les hommes

    - lui avoir mis le couteau sous la gorge pour l'enfant (oui ou non, tu es avec moi ou pas)

    Si on regarde, c'est redondant comme griefs : imposition, manque de communication, décisions unilatérales, reproches à gogo...

    l'enfant, pauvre sofia, elle est le centre des problèmes ! Je suis choquée d'entendre encore que CAllie lui a imposé cet enfant surtout quand elle dit qu'elle aime sa fille..Si elle l'aime sa fille, qu'elle arrête de dire que cet enfant lui a été imposé !

    j'ai une sale impression quand j'ai entendu ce passage de l'épisode, j'ai crû comprendre qu'Arizona disait un truc du style "je t'aime CAllie donc je t'accepte toi et le bébé que ce salaud de Marc t'a fait"

    je crois que c'est le passage qui m'a le plus tuée !!!! je comprends que CAllie se soit barrée, j'aurais fait la même chose !

    bref, elles ne vont pas dans la même direction, elles ne regardent pas dans la même direction alors à quoi bon ? Depuis le début, depuis le retour d'Afrique, c'est bancale cette histoire !

    Le moment où j'ai halluciné aussi.....c'est le moment de la fixation de la durée de la séparation..Alors là je ne sais pas vous mais des gens "normaux" ne fixent pas de durée à l'avance...enfin quand on se dit "on va réfléchir" "on prend un peu de distance" vous fixez des durées vous ????? Moi non

    Alors ok c'était chez la thérapeute donc il faut un cadre...mais quand même !!!! Et le pire..alors là le pire...c'est la durée estimée convenable pour Arizona pour faire le point 3 mois ? 6 mois ?

    Alors logiquement...le couple Calzona est terminée (au vue de l'épisode) et comme le dit Callie, elle a réalisé des tas de choses pendant ces 30 jours, elle a repris sa vie en main et elle est mieux toute seule à penser à elle-même…

    Mais connaissant Shonda Rhimes, je pense que ce sera le fil rouge de cette saison 11 en // avec MerDer qui ont les mêmes soucis mais qui ont une manière différentes de gérer la crise car le couple est plus stable, plus mature, plus compliqué à former et à polir…c’est un couple abouti !

    Donc pour les fans de Calzona, à votre place, ça va être long, peut être même toute la saison 11 voire plus mais elles finiront par se retrouver !!! Je pense qu'Arizona vient de se prendre une monumentale tarte dans la gueule..c'est un peu l'arroseur arrosé...elle voulait une séparation de plus de 30 jours, elle va être exaucée

    J’ai longtemps souligné et déploré dans mes coms que le couple Calzona était celui qui arrivait à résoudre les problèmes plus rapidement que les autres (séparation et rabibochage express, pardon rapide, problèmes éludés…)…voilà le résultat devant nous et l’épisode est une parfaite illustration !
    Quand la coupe est pleine, faut déverser !

    Pêle-mêle :

    1) Le dialogue Meredith/Callie, c’était sympathique mais beaucoup moins la complainte du Vagin…j’ai trouvé ça très con !

    2) Alex qui rembarre Arizona qui veut toujours avoir le dernier mot, bien fait ! Arizona se fait rembarrer par la cousine de Marge Simpson (Dr Herman mutation hormonale en cours) ! Arizona, c’est ta journée ma vieille !

    3) Derek qui apparait, c’est surement la scène syndicale pour justifier son salaire. Même chose pour Owen, Jackson, Stéphanie et Jo

    4) A quoi sert Dr Herman ? Donner un raison à Calzona de se friter ? Non quand même pas !!!!
    Je m’interroge sur le lien autre qui pourrait lier Arizona et la cousine de Marge Simpson ?? Vous avez une idée ?

    J’ai une idée qui me trotte dans la tête, allez je me lance : vous pensez qu’elle est lesbienne Dr Herman et qu’Arizona pourrait aller se consoler avec elle ? (la relation prof/élève dans GA, c’est la marque de fabrication non ? Comme DEREK/MER + OWEN/CRIS + BURKE/CRIS + ALEX/JO…enfin vous avez compris….
    Vous aimez mon idée ? Suis-je complètement givrée ?

    Pour Finir, il était inutile d'en faire un épisode compilation des problèmes Calzona, nous étions au courant de tout !! comme je l'ai dit au départ, j'avais l'impression d'avoir un "PREVIOUSLY ON GREY'S ANATOMY" mais qui dure 42 minutes au lieu de 1 minute !!!!

    4
    Dorota
    Dimanche 26 Octobre 2014 à 16:45

    Oui Shera oui t'a raisno yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :