• Episode 11.06 : Don’t Let’s Start

    Photobucket

    Titre français : Prendre le mal à la racine

    Scénariste : Austin Guzman

    Réalisateur : Rob Greenlea

    Diffusion Etats-Unis : 6 novembre 2014 sur TF1

    Diffusion France : 16 mars 2016 sur TF1

     

    Voix off : Un trauma est compliqué, chaotique. En regardant un corps qui a été réduit en une bouillie sanglante, ça peut sembler difficile de savoir par où commencer. Heureusement, une personne très intelligente a élaboré un protocole, l'ABC, voies aériennes, respiration, circulation sanguine. L'ABC garde le patient en vie, le temps que vous puissiez découvrir comment aborder le reste du chaos. Si seulement tous les problèmes de la vie pouvaient être résolus avec une sonde d'intubation !

     

    C’est l’effervescence au service des urgences. April court d’un médecin à l’autre pour donner des instructions ou pour avoir des nouvelles des patients, lorsque les ambulanciers amènent une femme d’une vingtaine d’années, Melissa, victime d’un car-jacking. Ses blessures sont multiples et tellement graves qu’April a du mal à croire qu’elles résultent d’un vol de voiture. Owen pense que la patiente a dû être sévèrement battue par ses agresseurs. Il prend la jeune femme en charge avec Jo. Melissa est très agitée, elle répète qu’on lui a volé sa voiture. April tente de la calmer en la rassurant sur le sort de son véhicule. On va certainement la retrouver en bon état. Owen demande à Jo d’aller voir si quelqu’un a accompagné Melissa à l’hôpital. .

    Derek et Meredith examinent une patiente qui se plaint de douleurs abdominales. Ils prescrivent un scanner crânien et abdominal. Maggie surgit pour informer sa demi-sœur qu’elle a fini de lire les journaux d’Elis. Cela lui a permis de situer cette dernière en tant que chirurgienne mais pas vraiment en tant que personne. Elle s’en va après avoir remercié Meredith de lui avoir prêté ces journaux. Derek fait remarquer à son épouse que Maggie continue à l’appeler Dr Grey. Meredith ne voit pas ce que cela a d’étrange puisque c’est son nom. Derek trouve qu’ils devraient inviter Maggie à diner. Meredith se demande pour quelle raison ils feraient ça. Derek lui rappelle que Maggie fait partie de la famille. Pas vraiment, estime Meredith. Cela n’empêche pas Derek de décréter que Maggie viendra diner chez eux le lendemain. C’est ce que font les gens. Meredith aimerait savoir quels gens font ce genre de choses.

    April demande à une infirmière d’appeler le service ortho pour qu’un médecin vienne examiner la patiente d’Owen. Jackson arrive pour lui annoncer que l’avion qui a amené Madame Kepner à Seattle est arrivé avant l’heure prévue. Il a donc conduit sa belle-mère à l’hôpital. Cette initiative ne réjouit pas April qui ne comprend pas pourquoi il n’a pas déposé sa mère à la maison. Jackson explique que Madame Kepner est impatiente de voir sa fille. Il demande à sa femme de le prévenir lorsqu’elle sera moins occupée.

    Callie et Arizona sont dans un bureau qu’Arizona a aménagé en chambre. Callie n’en revient pas que son ex compagne ait choisi cette solution plutôt que d’aller vivre à l’hôtel. Arizona justifie son choix par le fait que le Dr Herman ne la lâche pas d’une semelle jour et nuit. Dormir à l’hôpital est donc plus pratique. Elle ajoute perfidement que l’endroit où elle dort ne devrait plus faire partie des préoccupations de Callie. Celle-ci lui fait remarquer qu’elle ne l’a pas jetée dehors et qu’elle ne lui a pas non plus demandé de quitter leur maison. Arizona réplique que Callie s’est contentée de lui faire comprendre très clairement qu’elle ne supportait plus sa présence. Callie est bipée. Avant de quitter la pièce, elle demande à Arizona si elle a déjà parlé de leur séparation à quelqu’un. Arizona répond que non. Callie se demande si elles devraient en parler. Arizona préférerait attendre encore un peu. Callie est d’accord, elles feront comme Arizona le souhaite. L’intéressée réplique sèchement qu’elle n’a pas souhaité ce qui se passe entre elles.

    Ben reproche à sa femme de ne pas avoir pris de petit-déjeuner. Miranda répond qu’elle n’en a pas eu le temps. Jackson l’a nommée responsable de la réunion stratégique du Conseil d’administration. Et en plus, elle doit s’occuper des consultations. Ben sort un donut de sa poche et le présente à sa femme pour qu’elle morde dedans. Elle lui dit qu’il est son résident préféré. Le couple rejoint Maggie qui vient d’examiner un patient d’une quarantaine d’années, Jeremy. Ce dernier se plaint de douleurs thoraciques. Les examens n’ont rien révélé d’anormal au niveau du cœur. Miranda commence son examen en palpant l’estomac de Jeremy. Ce dernier pousse un petit cri de douleur, tout en assurant qu’il va bien. Selon lui, il n’a que de simples brûlures d’estomac. D’ailleurs, s’il est venu à l’hôpital, c’est parce que son épouse a insisté. Lorsque Miranda lui demande s’il a mangé ce jour-là, il répond qu’il n’a bu que du café. En se tournant vers son mari, Miranda ironise sur le fait que Jeremy a sauté le petit-déjeuner, lui aussi. Jeremy proteste. Il a mangé des pancakes, des saucisses, des œufs et bu des boissons énergétiques. Il aurait pu en prendre plus mais il a dû s’arrêter parce qu’il éprouvait des difficultés à avaler. Miranda lui annonce qu’elle va le garder en observation, le temps de réaliser quelques examens. Elle demande ensuite à Ben de la prévenir une fois qu’il aura les résultats. Ben lui donne le beignet avant qu’elle ne s’en aille.

    Devant la salle où Owen continue d’examiner Melissa, Jo discute avec trois collègues de cette dernière. Ils lui apprennent qu’ils réparent des ordinateurs pour une entreprise. Le garçon explique à Jo que c’est sur le chemin du travail qu’il a trouvé Melissa, allongée sur le sol. Elle ne bougeait pas et il a cru qu’elle était morte. Jo leur demande s’ils savent si leur collègue a de la famille ou une personne qu’elle pourrait prévenir. Les collègues reconnaissent qu’ils ne savent pas grand-chose de Melissa. L’état de celle-ci ayant subitement empiré, Owen appelle Jo à la rescousse. Après avoir demandé aux collègues de Melissa de se rendre dans la salle d’attente, la jeune femme entre dans la salle. Owen lui annonce que la patiente est en train de s’effondrer. Callie débarque pour sa consultation en ortho. Owen lui demande de patienter. Il vient de constater que le ventre de Melissa gonflait. Jo demande s’il faut réserver une salle d’opération. Owen le confirme mais il est conscient que Melissa n’arrivera pas jusque là avec une telle hémorragie dans l’abdomen. Il va devoir pratiquer une laparotomie d’urgence ici même. Callie se prépare à l’aider. Owen ordonne à Jo de préparer tout ce qu’il faut pour emballer l’abdomen. Il incise ce dernier. Callie lui demande avec un air inquiet s’il est sûr de vouloir faire ça. Il répond qu’il n’a pas le choix. Un geyser de sang jaillit du ventre de la patiente.

    Dans la salle d’opération, Owen constate que le foie est intact. Ce n’est pas donc pas la cause de l’hémorragie. C’est Jo qui la trouve dans la veine cave inférieure. Dans le même temps, Callie annonce qu’elle a réduit la fracture du tibia et qu’elle la réparera le lendemain. Owen demande si on en sait plus sur la patiente. Jo répond qu’on n’a trouvé ni sac ni papiers d’identité. Tout ce qu’on sait, c’est l’endroit où Melissa travaillait. Cette dernière avait donné son propre numéro de téléphone comme numéro d’urgence. Callie déclare qu’elle vient de trouver quelque chose qui permet d’affirmer que Melissa est une ancienne militaire ; il s’agit d’un tatouage qui fait référence à la guerre d’Irak : trois lettres, OIF, qui signifient "Operation Iraqi Freedom" et les années 2011-2012. Callie est certaine de ne pas se tromper. Grâce à Owen, elle a eu de nombreuses occasions d’examiner des anciens combattants. Owen lui donne raison. Il est ému. Il trouve que Melissa ne méritait pas d’avoir été attaquée comme elle l’a été. Jo lui fait remarquer que ce genre de choses ne devrait arriver à personne.

    April retrouve enfin sa mère. Celle-ci est ravie de la revoir. Lorsqu’April lui demande comment s’est passé son vol, Madame Kepner répond qu’il n’a pas été aussi bon que le trajet jusqu’à l’hôpital, et ce grâce à son chauffeur, Jackson, qui a de très beaux yeux. L’intéressé la remercie. Madame Kepner pousse un cri. Elle allait oublier de montrer le cadeau qu’elle a acheté à la boutique de l’aéroport, des décalcomanies des animaux du zoo de Seattle. Elle a pensé que ce serait mignon pour mettre au mur de la chambre du bébé, quelle que soit la couleur de la peinture choisie. Elle suppose que celle-ci sera neutre. Jackson avoue qu’ils n’ont guère eu le temps de réfléchir à la couleur des murs. Madame Kepner leur reproche à demi-mots de trop travailler. April, qui a semblé mal à l’aise durant toute la conversation, annonce qu’elle doit retourner aux urgences. Toutefois, elle promet de faire son possible pour rentrer avant le diner. Madame Kepner ne peut cacher qu’elle est un peu déçue. Elle avait espéré que sa fille prendrait congé l’après-midi, afin de l’accompagner pour chercher des échantillons de couleur et ouvrir une liste de naissance. Agacée, April lui demande comment elle a pu croire qu’un après midi de congé était possible pour une chirurgienne. Jackson lui coupe la parole pour dire que lui, il n’a pas grand-chose à faire et que donc, il se fera un plaisir de remplacer sa femme. Celle-ci lui fait remarquer que rien ne l’y oblige. Jackson insiste. Ça va être amusant. April semble penser tout le contraire.

    Jeremy tente de convaincre Miranda de ne pas le garder en observation. Il ne veut pas paraitre grossier mais le fait est qu’il a beaucoup de clients à voir. De plus, il doit passer prendre sa fille à l’école pour la conduire au volley, avant d’aller voir d’autres clients. Miranda sait de quoi il parle, elle-même a un agenda très chargé. Jeremy est ravi. Elle va donc pouvoir le laisser rentrer chez lui. De toute façon, il est évident qu’il se porte comme un charme. Miranda répond gentiment que ce n’est pas ce que les analyses ont montré. Ben communique à Jeremy que son taux de cholestérol est bien trop élevé, et le taux de graisse encore pire. La tension est élevée et le taux de sucre se situe juste en-dessous du diabète. Jeremy leur demande à qui ils font le plus confiance, lui ou la science. Les médecins sont amusés. Miranda reconnait que Jeremy a l’air d’un honnête homme mais elle s’entend très bien avec la science. Ben ajoute que, si le scanner n’a montré aucun problème abdominal, ils souhaitent faire d’autres examens. Miranda précise que selon les résultats de ces derniers, il faudra peut-être pratiquer une endoscopie. Jeremy lui suggère de le faire directement, pour gagner du temps. Ben se met à rire. Il lui explique que l’endoscopie consiste à enfoncer un tube dans la gorge ou dans un endroit plus délicat. En prescrivant des examens préliminaires, le Dr Bailey veut juste lui éviter des moments pénibles. Jeremy apprécie l’intention mais si ça lui permet de sortir plus tôt, il est prêt à se faire enfoncer un tube n’importe où. Miranda accepte donc sa proposition.

    Nicole Herman montre des images d’échographie à Arizona. Le fœtus concerné, Waldo, en est à la vingtième semaine de gestation. En plus d’avoir reçu un horrible prénom, ce fœtus souffre d’une grave malformation congénitale. A la demande du Dr Herman, Arizona explique qu’une masse fait pression sur le cœur et les poumons. Nicole ajoute que la tumeur n’a pas réagi favorablement aux stéroïdes et maintenant, Waldo présente des œdèmes pulmonaires. Il faut donc l’opérer dans le ventre de sa mère. A l’aide d’images de synthèse, Herman montre à Arizona comment elles vont procéder. Arizona ayant une consultation prévue, Herman l’invite à se dépêcher afin qu’elle puisse revenir au plus vite et qu’elles revoient ensemble la procédure étape par étape avant d’opérer Waldo. Arizona la remercie chaleureusement. Herman réplique qu’elle a jugé que c’était nécessaire quand elle a vu qu’il avait fallu deux mois à Arizona pour appréhender une valvuloplastie fœtale.

    Maggie informe Derek que Meredith l’a invitée à diner, ce qui l’a étonnée, au point d’en avoir oublié de demander si elle devait apporter quelque chose. Derek la rassure, seule sa présence est requise. Il se renseigne ensuite pour savoir s’il y a des aliments qu’elle n’aime pas. Maggie répond qu’elle mange de tout. Derek lui propose alors un rôti braisé. Elle trouve ça super. Richard frappe à la porte du bureau, car il veut voir Derek pour lui demander son avis sur un dossier. Il est désarçonné en voyant Maggie. Il propose de revenir plus tard mais Maggie le retient. Comme elle en a terminé avec Derek, il peut prendre sa place. Une fois qu’elle est partie, Derek, l’air espiègle, demande à Richard s’il a quelque chose de prévu pour le lendemain soir.

    Miranda et Ben pratiquent une endoscopie sur Jeremy. Miranda rappelle à son mari qu’il pourrait subir la même chose s’il continue à manger comme il le fait. Elle est certaine que s’il faisait une prise de sang, on trouverait des choses. Ben réplique qu’il en irait de même pour elle, mais lui, il ne veut pas la changer. Miranda riposte qu’elle ne veut pas le changer mais qu’elle l’aime vivant, pas mort sur les toilettes, terrassé par une crise cardiaque en essayant d’expulser une fleur d’oignon frit. Ben s’étonne de cette inquiétude soudaine. Elle lui coupe la parole, elle vient de repérer quelque chose d’anormal dans l’œsophage. Après quelques secondes, elle l’identifie comme une grosse tumeur.

    La consultation d’Arizona a pris plus de temps que prévu parce que la chirurgienne a dû rassurer la mère de son patient. C’est ce qu’elle explique au Dr Herman mais vu le visage fermé de cette dernière, elle ne s’appesantit pas sur le sujet. Nicole Herman lui annonce de but en blanc qu’elle ne pourra pas revoir la procédure avec elle, car un problème personnel l’oblige à rentrer chez elle. Elle lui remet tous les documents concernant la procédure en lui recommandant de les mémoriser. Elle précise qu’elle a annoté les articles, car elle estime que son approche est meilleure que toutes les bêtises qui y sont reprises. Elle exige également qu’Arizona s’occupe de son service en son absence. Autant surprise qu’inquiète, Arizona lui demande si tout va bien. Herman lui rappelle sèchement qu’il s’agit d’un problème personnel. Tout ce qu’Arizona a besoin de savoir se trouve dans les documents qu’elle a reçus. Lorsqu’Arizona lui demande ce qu’elle doit faire si elle a des questions à poser, Herman répond que toutes les réponses sont dans les articles.

    Miranda et Ben entrent dans la chambre de Jeremy alors que ce dernier est en train de se faire réprimander par son épouse, Ellen, au sujet de son alimentation. En voyant la mine sombre de ses médecins, Jeremy comprend immédiatement que les nouvelles ne sont pas bonnes. Miranda lui apprend avec tact que l’endoscopie a révélé la présence d’une tumeur, un adénocarcinome à un stade précoce. Jeremy est abasourdi. Comment peut-il avoir un cancer alors qu’il est venu pour de simples brûlures d’estomac ? Miranda lui explique que son alimentation dort grasse a provoqué des reflux gastriques et qu’avec le temps, ces derniers ont fait de l’œsophage un foyer idéal pour le cancer. Ellen aimerait savoir ce que les médecins envisagent de faire. Ben répond qu’ils veulent pratiquer une ablation de l’œsophage pour le remplacer par un morceau de colon. Ellen demande si le cancer aura disparu après ça. Miranda l’espère. Jeremy rasure son épouse. Tout va bien se passer. Il lui demande d’aller chercher leur fille à l’école et de la prévenir de ce qui se passe, mais sans lui faire peur.  

    Lorsqu’April rentre chez elle, elle trouve son mari et sa mère en train d’aménager la chambre d’enfant. Sa mère lui explique qu’elle et Jackson avaient l’intention d’ouvrir une liste de naissance quand ils ont vu un joli mobile et de fil en aiguille, ils ont rempli une charrette avec leurs achats. Jackson reconnait qu’il a passé une bonne journée. Madame Kepner n’en est pas étonnée, elle a la réputation d’être une femme assez drôle. April leur fait remarquer que le lit à barreaux ne semble pas venir d’un magasin. Sa mère le confirme, quatre générations d’enfants Kepner ont dormi dans ce petit lit. Le sourire un peu figé, April lui demande comment elle a réussi à amener ce meuble. Sans doute pas dans son bagage à main. Sa mère lui apprend qu’elle l’a fait venir par avion, ce qui a couté cher. Ses autres filles lui avaient conseillé de le faire livrer mais elle voulait être là pour voir la réaction d’April. C’est pour cette raison qu’elle a téléphoné à Jackson la semaine dernière. Cette information énerve April et Jackson le remarque. Lorsque sa mère se plaint d’être affamée, April s’étonne de ce qu’ils l’aient attendue pour diner, puisqu’elle avait prévenu qu’elle serait en retard. Jackson tente d’arrondir les angles en répondant qu’ils ont probablement perdu la notion du temps. Madame Kepner ajoute que cela n’a aucune importance, elle va aller préparer quelque chose. April réplique qu’elle n’a pas fait de courses parce qu’elle pensait qu’ils mangeraient à l’extérieur. Sa mère proteste, elle est certaine qu’elle peut trouver quelque chose à cuisiner. April explose. Elle lui demande d’arrêter. Elle ajoute qu’elle n’a pas besoin d’elle pour cuisiner ou pour préparer la chambre d’enfant. Elle ne veut pas de son aide ! Sa mère est choquée et peinée. Jackson demande à sa femme de se taire, ce qu’elle dit est injuste.

    Meredith et Derek sont dans leur chambre. Meredith reproche à son mari d’avoir invité Richard à diner. C’était déjà une mauvaise idée d’inviter Maggie. Est qu’il veut rendre les choses pires qu’elles ne le sont déjà ? Il faut qu’il accepte le fait que Maggie ne veut pas connaitre Richard. Derek lui apprend que ce dernier lui a dit exactement la même chose. Meredith ne voit pas pourquoi il s’obstine alors à forcer la main aux gens. Derek répond que Richard est leur ami et qu’il fait partie de leur famille. Il lui rappelle que la famille, les racines font partie des raisons pour lesquelles elle n’a pas voulu quitter Seattle. Meredith s’énerve et sort du lit. Est-ce qu’il a invité à diner la sœur qu’elle ne connait pas et le père biologique que cette dernière déteste, parce qu’il a laissé tomber le travail offert par Obama ? Est-ce qu’il va vraiment jouer cette carte ? Elle suppose que oui, et qu’il va la tenir éternellement pour responsable. Derek demande un temps mort. Elle ne l’écoute pas et crie qu’elle en a assez de son attitude passive-agressive. Derek répète qu’il veut un temps mort. Il lui présente ensuite ses excuses, reconnaissant qu’il n’aurait pas dû dire ça. En invitant Maggie et Richard, il a simplement voulu les aider, et il a voulu aider Meredith aussi. Il lui rappelle qu’il a grandi au sein d’une grande famille. C’est parfois bordélique mais c’est bien, et il aimerait que Meredith connaisse ça. Il insiste sur le fait que Maggie est la sœur de Meredith, et Richard est presque comme un père pour elle. De plus, c’est nécessaire qu’il y ait plus de personnes noires dans la famille, pour Zola, parce qu’il ne sait plus comment tresser les cheveux de cette dernière et il sait que Miranda ne lui montrera plus comment faire. Meredith sourit. Il sourit aussi. Ils échangent un regard complice. Meredith réintègre sa place dans le lit. Elle dit à Derek qu’elle accepte que Richard vienne diner à condition que Maggie en soit avertie et qu’elle marque son accord. Derek ne voit pas pourquoi c’est lui qui doit s’occuper de ça. Meredith lui fait remarquer qu’il a obtenu ce qu’il voulait, il doit donc l’assumer. Qu’il ne pousse pas les choses trop loin ! Il tente d’insister mais elle se couche en lui tournant le dos et en répétant qu’il doit accepter le fait qu’il a gagné. Il est un peu désappointé.

    Alex remarque qu’Arizona est en train de consulter un dossier dans le service des soins intensifs pédiatriques. Il la rejoint et lui rappelle ce qu’il lui a déjà dit, à savoir qu’il ne veut pas qu’elle vérifie son travail. Elle le prie d’être moins agressif. Si elle est là, c’est parce qu’il y a un patient du Dr Herman dans le service et parce qu’elle doit apprendre comment l’opérer en lisant un article publié dans une revue. Elle précise ensuite qu’elle doit surtout lire les annotations faites dans la marge. Elle confie à Alex qu’elle croit que le Dr Herman veut la bizuter, ou la faire échouer, ou même la tuer. Alex lui fait remarquer sèchement que personne ne l’a forcée à suivre les cours du Dr Herman. Elle a décidé seule de le faire et maintenant, elle boude parce que c’est dur et que la professeur est méchante avec elle. Elle devoir apprendre à faire avec. Arizona n’apprécie pas. Elle s’en va.

    Jo est au chevet de Melissa lorsque celle-ci se réveille. Comme la patiente ne semble pas savoir où elle est, Jo lui rappelle qu’elle a été agressée et qu’elle est à l’hôpital. Elle la rassure sur son état de santé. Melissa veut savoir si on a retrouvé sa voiture. Jo ne répond pas, elle lui conseille de se reposer. Melissa se rendort.

    Dans un parc, Miranda, en tenue de sport, s’étire sur un banc en grimaçant. Maggie, qui fait son jogging dans ce même parc, s’arrête pour lui parler. Elle ne cache pas qu’elle est étonnée de la voir là. Elle ne savait pas que Miranda faisait du jogging. Celle-ci répond qu’elle fait plutôt du vélo d’appartement mais aujourd’hui, elle a eu envie de prendre l’air pour changer. Lorsque Maggie lui propose de courir ensemble, Miranda la remercie mais refuse, prétextant qu’elle profite de cette séance de sport pour écouter sur son iPhone l’enregistrement d’un livre recommandé par Oprah Winfrey. Maggie ne se vexe pas, au contraire, elle comprend tout à fait sa collègue. Elle repart en courant tandis que Miranda la regarde s’éloigner avec un air découragé. Elle se met à courir dans le sens opposé à Maggie.

    À l’hôpital, Jackson a reproché à son épouse l’attitude qu’elle avait eue la veille envers sa mère. April estime qu’il est la dernière personne à pouvoir lui faire la leçon à ce sujet. Pour lui, ça n’a rien à voir. Catherine Avery est un cauchemar tandis que Madame Kepner est la personne la plus gentille qu’il ait jamais rencontrée. April n’est pas d’accord avec lui. Hier, sa mère n’a pas été gentille mais condescendante. Il trouve qu’elle exagère. Elle lui explique qu’elle en veut à sa mère d’agir comme si sa fille avait besoin d’aide. Jackson réplique que lui, il a besoin d’aide. Il l’a même sollicitée, parce qu’il n’a aucune idée de ce qu’il doit faire. Il a passé quatre heures dans ce magasin d’articles pour bébé et il s’est retrouvé complètement dépassé. Il a réalisé qu’il ne savait absolument rien sur le fait d’être parent. Par contre, Madame Kepner sait tout et April aussi. Mais pas lui, parce que sa famille n’est pas comme celle des Kepner. Ses grands-parents n’ont pas fait grand-chose pour essayer de l’aimer. Heureusement, leur enfant ne sera pas dans le même cas, du moins si April ne fait pas fuir les grands-parents avant.

    Jo informe Callie qu’elle va pouvoir opérer la fracture de Melissa, une fois que la police aura finir de prendre la déposition de cette dernière. Justement, les deux policiers quittent la chambre. Callie remarque que la jeune femme pleure dans son lit. Les deux chirurgiennes la rejoignent. Callie lui demande ce qui se passe. Melissa leur apprend que la police a retrouvé sa voiture en pièces détachées, dans un garage. Callie essaie de la calmer en lui rappelant qu’une voiture est remplaçable. L’important, c’est que Melissa n’ait pas été tuée. Comme Melissa commence à se blâmer pour ce qui s’est passé, Jo l’invite à leur parler de son agression. Melissa raconte qu’elle dormait dans sa voiture quand ses agresseurs ont brisé la vitre. Ils l’ont fait sortir de force de la voiture mais elle s’est accrochée à la portière. Alors, ils l’ont trainée sur plusieurs mètres et ils ont fini par lui donner des coups de poing et de pied pour qu’elle lâche, ce qu’elle a fait au bout d’un moment. Callie ne comprend pas pourquoi elle s’est accrochée à sa voiture. Melissa répond que tout ce qu’elle avait était dans sa voiture. Jo est bouleversée.

    Juste avant l’opération de Melissa, Jo explique à Callie et Owen que la première chose dont la patiente a parlé à son réveil, c’est sa voiture. Elle rappelle aussi que la jeune femme dormait dans sa voiture quand elle a été attaquée. De plus, elle donne l’impression de n’avoir rien d’autre que sa voiture. Owen voit où Jo veut en venir, Melissa serait une SDF. Jo pense que Melissa vivait dans sa voiture, donc oui, c’est une sans abri. Callie est sceptique. Elle rappelle à ses collègues que Melissa a un emploi. Jo répond que l’un n’empêche pas l’autre. Dans ce cas-là, la situation est encore pire. Est-ce qu’ils s’imaginent ce que c’est que d’être au lycée quand on vit dans une voiture ? On doit mentir à tout le monde, on ne peut jamais inviter personne. Il faut inventer des excuses, on n’a pas de salle de bains. Et on ne peut en parler à personne parce qu’alors, les gens vous regardent bizarrement et avec pitié. Owen sort de la salle après avoir demandé à Jo de le biper quand Melissa sera réveillée. Callie demande alors à Jo si elle a dormi dans sa voiture quand elle était au lycée. Jo lui reproche d’avoir ce fameux regard plein de pitié dont elle vient de parler. Callie n’insiste pas mais elle a compris.

    Arizona est prête à opérer Waldo. Elle est étonnée en voyant le Dr Herman arriver en compagnie d’Alex. Nicole Herman lui apprend qu’Alex a demandé à assister à l’intervention. Alex confirme qu’il est très intéressé mais il veut être sûr de ne pas déranger. Arizona assure qu’elle est contente qu’il soit là. Herman s’installe en face d’elle en lui demandant si elle a bien étudié la procédure. Elle l’a met directement en garde. Comme elle a mal dormi, elle n’aura pas beaucoup de patience. Arizona est mal à l’aise.

    Derek a appris à Maggie que Richard dinerait avec eux. Maggie n’en revient pas du sans-gêne de Richard. Derek s’empresse de défendre son ami en expliquant que c’est lui qui l’a invité. Maggie répond que, dans ce cas, elle ne pourra pas venir. Derek lui rappelle qu’elle est venue à Seattle pour en apprendre plus sur sa mère biologique. Elle devrait en parler à la personne qui connaissait vraiment Ellis, c’est-à-dire Richard. Il insiste pour qu’elle vienne diner avec eux. Il n’y aura aucune pression, ce sera juste une première étape. Maggie promet d’y réfléchir.

    Lorsque Melissa se réveille, elle aperçoit Callie, Jo et Owen à son chevet. Elle suppose qu’ils sont là pour lui demander comment elle va payer les frais d’hôpitaux. Elle a une assurance mais les papiers étaient dans sa voiture. Elle promet de trouver un moyen de payer. Jo lui demande de but en blanc si elle vivait dans son véhicule. Callie lui fait remarquer discrètement qu’elle n’a pas fait preuve de délicatesse. Jo réplique qu’elle ne connait pas d’autre façon de demander ce genre de choses. Owen ajoute qu’ils ne veulent pas être indiscrets, ils veulent juste comprendre. Melissa leur explique que sa situation était censée n’être que temporaire. Quand elle a quitté l’armée, le travail qu’elle avait prévu de faire n’était plus disponible, son fiancé avait disparu et avec lui, l’appartement où ils devaient habiter. Tout ce qu’elle a pu trouver, c’est ce travail de réparateur d’ordinateur mais le salaire n’est pas suffisant pour lui permettre de payer un loyer. Alors, elle s’est débrouillée avec ce qu’elle avait. Mais maintenant qu’elle n’a plus de voiture, et donc plus d’argent et de vêtements, elle n’a plus rien. Et si elle ne peut pas retourner travailler, elle va perdre son emploi aussi. Jo est bouleversée. Elle ne sait que trop bien ce que vit Melissa. Owen apprend à cette dernière qu’il existe des programmes pour aider les anciens combattants sans domicile. Melissa insiste sur le fait qu’elle n’est pas SDF, elle est juste temporairement dans une situation difficile. Owen tente de la convaincre. Grâce à ces programmes, elle pourrait avoir un logement stable et sûr et après, tout serait plus facile pour elle. Melissa pense que ces programmes ne sont pas pour elle. Owen n’est pas d’accord, puisqu’elle a servi en Irak. Melissa relativise les choses. Elle n’a fait que réparer des ordinateurs dans des bureaux d’opérations qui se trouvaient en zone verte (enclave hautement sécurisée dans la ville de Bagdad). Les autres ont été blessés au combat, ils ont explosé, ils ont eu le visage brûlé. Elle a rencontré des hommes qui vivent dans la rue depuis leur retour du Vietnam. Elle, elle n’a été que la victime d’un car-jacking à Seattle. Une infirmière frappe à la porte de la chambre pour avertir Melissa que ses collègues sont venus lui rendre visite. Melissa demande discrètement aux médecins de ne pas parler de sa situation à ses amis. Avant de sortir de la chambre, Owen veut tenter une dernière fois de la convaincre d’accepter son offre mais elle ne le laisse pas parler. Elle va se débrouiller, toute seule, comme toujours.  

    Arizona a ouvert l’abdomen de sa patiente et elle s’apprête à inciser l’utérus pour pouvoir opérer Waldo. Le Dr Herman recommande de faire attention à ne pas brusquer le fœtus. Elle demande ensuite à Arizona d’expliquer ce qu’elle va faire ensuite. Comme la réponse de la pédiatre est correcte, Herman en déduit qu’elle a lu ses notes. Elle lui demande de sortir le bras de Waldo pour y placer le moniteur. Arizona s’exécute. On aperçoit la minuscule main de Waldo. Alex trouve ce spectacle magnifique. Herman prieArizona de se préparer à inciser le fœtus pour retirer la masse. A nouveau, elle invite son élève à lui dire ce qu’elle va faire. Arizona explique qu’elle va pratiquer une thoracotomie postéro-latérale avant de retirer lentement la masse. Lentement et avec minutie, précise Herman en insistant sur le fait que ses notes mentionnent que la masse doit être retirée lentement et avec minutie. Elle aimerait être sûre qu’Arizona a lu ses notes. Arizona assure que oui. Ces mêmes notes lui ont dit qu’elle devait se préparer à une bradycardie. Après lui avoir lancé un regard sévère, Herman la prie de poursuivre l’intervention. Comme prévu dans ses notes, les battements de cœur du fœtus ralentissent. Herman recommence à interroger Arizona. Celle-ci a la malencontreuse idée de donner une réponse qui ne figure pas dans les notes d’Herman. Celle-ci entre en rage. Elle exige qu’Arizona récite mot pour mot ce qu’il y avait dans les notes. Elle ne veut pas d’une interprétation mais des termes exacts. Elle veut être sûre que ces derniers sont gravés dans l’esprit d’Arizona. Voilà ce dont il est question ici, voilà quel est le but de son cours. Alex lui coupe la parole pour lui demander d’arrêter. Il est certain qu’Arizona a compris la leçon. Herman lui fait comprendre que s’il veut assister à la suite de l’intervention, il a intérêt à se taire. Néanmoins, elle se calme et elle ajoute ensuite à l’intention d’Arizona que ses notes prouvent qu’avant la méthode qu’elle a mise au point, cette intervention finissait dans 50% des cas par l’arrêt cardiaque du fœtus. Elle lui demande ensuite l’effet que ça lui fait de toucher un bébé qui n’est pas encore né. Arizona ne répond pas. Herman lui dit que c’est un immense privilège.  

    Miranda arrive dans le service en boitant. Son mari lui demande ce qui s’est passé. Est-ce qu’elle est tombée ? Elle répond qu’elle va bien. Il lui fait remarquer que si c’était le cas, elle ne boiterait pas. Maggie, qui est dans la même pièce, intervient pour dire qu’elle espère que Miranda n’a pas exagéré ce matin. Ben lui demande de quoi elle parle. Il est surpris quand elle lui apprend qu’elle a croisé sa femme au parc, en train de faire son jogging. Voyant que son mari attend des explications, Miranda lui rappelle qu’ils doivent opérer un patient d’une tumeur. Alors pas de temps à perdre en papotage !  

    Richard demande à Meredith si elle est au courant que Derek l’a invité à diner. Elle répond qu’elle le sait. Il aimerait savoir ce qu’elle en pense, parce que lui n’est pas convaincu que ce soit une bonne idée. Meredith est du même avis. Ça lui semble trop et trop tôt. Elle pense même annuler le diner. Richard ne lui donne pas tort. Elle suppose que Derek comprendra.

    Eh bien non, il ne comprend pas ! Et il ne se gêne pas pour le faire savoir aux intéressés qui sont assis devant lui comme des enfants fautifs. Il est hors de question qu’ils demandent à Maggie de ne pas venir après tous les efforts qu’il a dû faire pour qu’elle accepte simplement de réfléchir à son invitation. Donc le diner n’est pas annulé et il compte sur leur présence à tous les deux. Une fois qu’il est parti. Richard informe Meredith qu’il amènera le dessert. Elle le remercie, c’est gentil de sa part.  

    April sort dans la cour des urgences avec Stephanie pour accueillir un patient quand elle remarque que sa mère est assise sur un banc, avec ses bagages à côté d’elle. Elle la rejoint et lui dit qu’elle pensait que son vol n’était pas avant la fin de l’après-midi. Madame Kepner répond qu’elle a repoussé son départ parce qu’elle ne veut pas quitter Seattle tant que sa fille ne lui aura pas présenté des excuses pour la grossièreté dont elle a fait preuve à son égard. Ulcérée, April réplique qu’il n’en est pas question. Elle ne va pas s’excuser parce qu’elle a la vie qu’elle veut mener, même si sa mère pense que ce n’est pas bien. Madame Kepner hausse le ton pour la rappeler à l’ordre. Ensuite, plus doucement, elle admet qu’elle est effrayée par les choix que sa fille a faits, parce qu’ils sont totalement différents des siens. N’importe quelle mère qui voit son enfant faire des choses qu’elle n’a pas pu faire elle-même serait effrayée. Mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas fière. Plus elle voit April dans son univers professionnel et dans son couple, plus elle éprouve de la fierté. Si elle admet sans problèmes ne rien comprendre à la chirurgien, elle sait beaucoup de choses sur les bébés. Elle ne veut rien enlever à sa fille, elle veut simplement l’aider. Elle estime que son attitude est normale, car elle est grand-mère, et aussi une mère. Touchée par ce discours, April s’assied à côté de sa mère. Après lui avoir présenté ses excuses, elle lui demande si elle pourra lui téléphoner quand elle aura des questions. Sa mère répond en souriant qu’elle suppose que oui, si c’est nécessaire.

    Arizona remercie Alex d’avoir pris sa défense face au Dr Herman. Alex estime qu’elle a tort de laisser cette dernière la traiter comme elle le fait. Il trouve qu’elle devrait faire quelque chose pour que ça change. Arizona lui révèle alors qu’elle et Callie sont en train de se séparer. Il y a plusieurs raisons à ça mais il est clair qu’avoir décidé d’apprendre une nouvelle spécialité a achevé son mariage. C’est comme si elle avait échangé ce dernier contre la chirurgie fœtale et maintenant, elle n’a plus rien d’autre dans sa vie que cette spécialité. Alors, il faut que ça marche. Alex lui donne raison mais tout de suite après, il se reprend. Non, c’est faux, ça ne va pas. Il a vu ce qui s’était passé dans la salle d’opération et il a le sentiment qu’Herman en veut à Arizona. Soit elle cherche une raison de la virer, soit elle veut la broyer et la rendre malheureuse, pour finir de toute façon par la virer. Alors, il ne voit pas ce qu’Arizona a à perdre en se rebellant.

    Owen entre dans la chambre de Melissa avec de la documentation sur les programmes dont il lui a parlé. Elle veut le rembarrer mais il lui coupe la parole en lui demandant quel était son grade à l’armée. Elle répond qu’elle était caporal. Owen lui apprend qu’il était commandant, elle va donc devoir l’écouter. Une autre raison pour laquelle elle doit le laisser parler, c’est qu’ils ont vécu la même expérience. Il a fait deux campagnes en tant que chirurgien et il a donné ce qu’il avait à offrir, tout comme elle. Il a opéré des hommes et elle, elle a formaté des disques durs. Elle a donné ce qu’elle pouvait. Elle a servi son pays et à ce titre, elle mérite qu’on l’aide. Il ne faut pas qu’elle pense qu’accepter de l’aide, c’est retirer quelque chose à un autre soldat. Et si elle estime que d’autres personnes doivent être aidées, elle pourra le faire après, en tant que bénévole. Elle peut faire beaucoup de choses mais avant cela, il faut qu’elle se rétablisse. C’est comme ça qu’elle pourra continuer à servir son pays. Est-ce qu’elle comprend ? Oui, monsieur, répond-t-elle à la façon des militaires.

    Maggie, Miranda et Ben sont en train d’opérer Jeremy. Maggie fait remarquer que ce dernier a l’œsophage d’un homme de 80 ans. Ben, qui semble ne s’être pas remis du choc qu’il a subi en apprenant que sa femme faisait du jogging, remet le sujet sur le tapis. Enervée, Miranda admet qu’elle a du mal à marcher alors qu’elle n’a couru que 800m. Elle trouve cela assez embarrassant sans que son mari doive en plus agir comme si elle avait envoyé une fusée sur la lune. Maggie estime qu’elle a tort d’être gênée et elle lui conseille de ne pas abandonner. Quand on commence ce genre de choses, c’est toujours difficile. L’alarme du moniteur sonne pour signaler que Jeremy est en arrêt cardiaque. Les médecins sont un peu pris au dépourvu. Maggie demande à Miranda de l’aider à réanimer le patient mais Miranda ne peut pas, car elle est en train de sectionner un bout du colon. Maggie demande qu’on lui apporte le matériel nécessaire. Ben pense qu’il est déjà trop tard. Maggie lui demande de poser les palettes du défibrillateur et d’envoyer une première décharge. Il le fait, sans résultat. Il entame alors un massage cardiaque. Miranda refuse de croire qu’il est trop tard pour Jeremy. Ben envoie une deuxième décharge. Rien n’y fait et peu après, les médecins se retrouvent avec la triste charge d’informer Ellen du décès de son mari. La pauvre femme a du mal à réaliser que Jeremy est mort alors qu’il ne souffrait que de brûlures d’estomac. Elle éclate en sanglots. Sa fille la prend dans ses bras pour la consoler. Miranda est comme tétanisée.

    Alex vient chercher Jo pour rentrer chez eux. Il est surpris quand elle lui rappelle qu’ils vivent chez lui. Elle ajoute qu’elle ne fait que squatter chez lui, vu qu’il ne lui a jamais demandé d’emménager. Oh bien sûr, il ne s’est jamais plaint mais… Désarçonné, Alex lui demande s’il a fait quelque chose de mal, parce qu’il a l’impression qu’il va avoir des ennuis. Jo le rassure. C’est plutôt elle qui a des ennuis parce que, quand les choses changeront entre eux, elle n’aura nulle part où aller. Alex ne voit pas de quel changement elle parle. Il croyait que ça se passait bien entre eux. Elle ne dit pas le contraire mais un jour, ça changera, parce que c’est toujours comme ça que ça se passe. Et elle ne peut pas se rattacher à quelque chose qu’elle ne veut pas perdre. Aujourd’hui, elle a l’impression d’avoir un lit et un toit, et c’est bon. Mais ce lit n’est pas le sien, c’est celui d’Alex et elle déteste le fait qu’elle ne veut pas le perdre. Un peu perdu devant cette réaction inattendue, Alex tente de la rassurer. Il est tout à elle et il ne veut aller nulle part, si ce n’est à la maison avec elle. Ils s’embrassent. Il lui répète qu’il veut rentrer avec elle et il la prend dans ses bras. Ce n’est pas pour autant que Jo semble apaisée.

    Derek et Meredith sont en train de mettre la table. Derek demande à son épouse si elle a sorti le rôti du four. Meredith répond qu’elle a fermé la porte du four parce qu’elle ne voulait pas que la chose refroidisse. Derek promet de s’occuper du rôti. Meredith lui demande s’il en est sûr. Il répond que oui, parce qu’elle n’est pas vraiment un chef coq. En souriant, elle lui fait remarquer qu’il n’en est pas un non plus. Il ne le nie pas mais il estime être meilleur qu’elle en la matière. La preuve, c’est qu’elle a parlé du rôti en disant la chose. Pour Meredith, ce n’est pas suffisant pour qu’il se dise meilleur cuisinier qu’elle. Derek aimerait qu’elle lui rappelle quand elle a déjà cuisiné un repas. Agacée, Meredith réclame un temps mort. Après quelques secondes de silence, Derek lui fait remarquer que quand on demande un temps mort, il faut dire quelque chose. Un temps mort, ce n’est pas comme appuyer sur un bouton pour éteindre le son. Ce n’est pas comme ça que ça marche. Meredith proteste. Elle a besoin d’un temps mort, pour faire une pause, par rapport à lui, à leurs disputes, au rôti, au fait que la table n’est pas encore mise, que les bougies ne sont pas allumées et que leurs invités vont arriver dans trente minutes, sans parler du fait qu’elle doit encore prendre sa douche. Derek la regarde en souriant. Elle lui ordonne de ne pas la regarder comme ça. Avec un air coquin, il lui dit qu’il pourrait prendre une douche, lui aussi.  

    April retrouve son mari, assis dans le fauteuil à bascule de la chambre de leur futur bébé, en train de lire un livre d’histoires pour enfants. Elle lui demande comment il trouve l’histoire. Il répond que c’est ce qu’il a lu de plus effrayant. L’air penaud, elle reconnait s’être comportée comme une conne aujourd’hui. Jackson lui donne raison. Elle lui fait remarquer que normalement, il devrait la rassurer et lui dire que c’est lui qui s’est conduit comme un con. Il lui dit gentiment qu’il ne peut pas faire ça, parce que ce n’est pas ce qui s’est passé. Il lui cède ensuite sa place dans le fauteuil. Elle suppose que c’est lui qui l’a monté. Il explique qu’il a dû s’y prendre à deux fois et encore maintenant, il est convaincu qu’il s’est trompé. April n’est pas d’accord. Il a fait du bon boulot. Elle est certaine qu’il sera un super papa.

    Lorsque Ben entre dans sa chambre pour se mettre au lit, il y trouve sa femme en train de gémir sur son sort. Elle est convaincue d’être à l’article de la mort. Ben lui rappelle qu’ils ont décidé de ne plus parler d’histoires horribles juste avant de dormir, pour éviter qu’elle ne fasse des cauchemars et qu’elle ne lui donne des coups durant la nuit. Miranda lui avoue qu’après avoir trouvé la tumeur de Jeremy, elle a passé divers examens. Ceux-ci ont révélé qu’elle avait trop de cholestérol et que son taux de graisse et de sucre était trop élevé. Ben comprend mieux pourquoi elle s’est découvert une envie soudaine de faire du jogging. Miranda s’accuse d’être hypocrite. Elle ne cesse d’encourager ses patients à manger sainement et faire de l’exercice. Elle le dit tellement machinalement qu’elle ne réfléchit même plus à ce qu’elle dit. Ben la rassure. Elle n’est pas mourante, même si ses résultats d’analyses ne sont pas géniaux. Miranda persiste dans son envie de changer les choses, et pas plus tard que tout de suite. Ben lui déconseille d’aller faire du jogging maintenant, parce qu’elle risque de ne plus jamais être capable de marcher. Pour se venger, elle lui donne un coup de poing dans le bras. Il lui rappelle qu’il lui a demandé de ne plus le frapper. Elle réplique que c’est un bon exercice de cardio.

    Meredith et Derek font l’amour sous la douche.

    Richard est sur leur terrasse, un carton de pâtisserie à la main. Il colle son visage à la fenêtre pour voir s’il y a quelqu’un à l’intérieur. Maggie arrive derrière lui et signale sa présence. Un peu embarrassé, il la salue avant d’expliquer qu’il a sonné à la porte mais que personne ne lui a répondu. Il lui demande s’ils étaient bien invités pour 20h. Maggie le confirme. Elle remarque que la table est mise. C’est étrange qu’il n’y ait personne. Ils se sourient poliment, ne sachant que se dire d’autre. Pour couper le silence qui s’installe, Maggie annonce qu’elle a apporté du vin. Richard répond sans réfléchir qu’il est alcoolique. Ce n’est qu’après qu’il réalise ce qu’il a dit. Il lève les yeux au ciel. Maggie soupire. Ce diner était une erreur, il vaut mieux qu’elle s’en aille. Pour la retenir, Richard reconnait ses torts. Oui, il a merdé et il en est désolé. Il y a trente ans, il a eu un enfant mais personne ne le lui a dit. Il ne connait Maggie que depuis deux mois. La plupart des parents ratent des choses dans les premiers mois de leur enfant, mais ça n’a aucune importance parce que celui-ci est trop jeune pour le remarquer ou s’en souvenir. Mais, elle, il l’a blessée et il le sait. La seule chose qu’il souhaite, c’est revenir en arrière. Maggie lui dit qu’il se trompe. Elle ne lui reproche pas d’avoir été un mauvais père. Il n’est pas son père. Il n’est que l’homme qui a permis sa naissance, en couchant avec une femme. Elle a un père qui est son présent. Richard est son passé, son histoire génétique. Elle n’avait pas besoin qu’il soit un bon père pour elle. Elle voulait simplement qu’il soit honnête avec elle, dès le début, et qu’il ne la laisse pas se confier à lui pendant des semaines, sans rien lui dire. Elle fait mine de partir mais Richard la retient encore une fois, en lui disant qu’il n’a pas su comment réagir. Il le regrettera toujours. Elle accepte ses excuses et s’en va après lui avoir souhaité une bonne soirée. Cette fois, Richard ne cherche plus à la retenir. C’est à ce moment que Derek sort de la maison, l’air heureux et épanoui. Il s’excuse auprès de son invité de l’avoir fait attendre et prétend avoir perdu la notion du temps. Il espère que Richard a faim.

    Arizona assure au Dr Herman qu’elle est vraiment motivée par ses cours et l’intervention qu’elle a pratiquée ce jour-là n’a fait que le lui confirmer. Mais même si elle a vraiment envie de continuer cette spécialité, elle ne veut pas passer toute une année à supporter qu’Herman la traite comme elle le fait. Nicole Herman laisse tomber froidement qu’elles ne passeront pas un an ensemble. Arizona croit comprendre que cela signifie qu’elle va être renvoyée. Ecœurée, elle s’apprête à quitter la pièce lorsque Nicole Herman lui révèle qu’elle n’a plus que six mois à vivre. Elle a une tumeur au cerveau qui est inopérable. Elle croyait avoir encore du temps devant elle mais on lui a appris que la tumeur ne cessait de grossir. Cela implique que bientôt, son comportement va changer et qu’après, elle va mourir. Arizona veut savoir qui est au courant. Herman ne répond pas directement. Elle se contente de dire que la chirurgie fœtale est une nouvelle discipline. Les rares médecins qui la pratiquent l’inventent au fur et à mesure. Ce qu’elle sait, ce qu’il y a dans ses notes, personne d’autre ne le sait. Ça ne se trouve dans aucun manuel. Tout est dans sa tête. Elle a le choix, soit se battre pour écrire des articles et pour les faire publier, soir utiliser le temps qui lui reste pour apprendre à Arizona une année de médecine en six mois. Ou alors, Arizona peut révéler la vérité à Owen, au Conseil d’administration et tout ce qu’Herman sait disparaitra pour toujours. Arizona est abasourdie. Elle ne sait que penser de tout ça. Herman lui conseille de se dépêcher de prendre une décision. Il n’y a pas de temps à perdre.  

     

    Voix off : L'ABC en trauma est un outil pratique pour garder un patient en vie. Mais ce n’est qu'un point de départ. Une fois que les voies aériennes, la respiration et la circulation du patient sont sûres, le vrai travail commence... le travail difficile. On ne sait pas combien de temps ça va prendre pour nettoyer ce chaos, une fois qu’on a commencé, parce que parfois on ne sait pas dans quoi on s’est embarqué. On ne sait pas exactement ce qu’on est sur le point d’affronter. On ne sait pas quels secrets détient le corps qui est en face de nous et si, d’ici le moment où tout est fini, il reste quelque chose qui vaille la peine d’être sauvé.


  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Novembre 2014 à 17:42

    Passée l'euphorie d'un jeudi matin, au saut du lit, où je me rends compte que l'épisode propose une MERDER SEX SCENE in the shower..et, à ma grande honte, j'ai réveillé toute la maison   (ma passion pour GA n'étonne plus et je n'ai plus honte de l'affirmer haut et fort dorénavant même un matin à 6h47 lol je suis comprise alors tout va bien lol)

    Donc l'épisode reste intéressant pour les points suivants :

    - La SL MERDER
    - La SL saga familiale des SHEPHERD/GREY/PEARCE/WEBBER
    - Le Cas médical de la militaire SDF

    Et à un degré moindre la SL ARIZONA/MARGE SIMPSON-HERMAN

    Le reste ?

    J’oscille entre platitude intense, des évidences, des contrevérités et des apparitions syndicales pour toucher le chèque en fin de mois !!!

    Petit aparté

    Une chance que Shonda Rhimes et son équipe aient pris la décision de recentrer la saison 11 sur l’héroïne de la série, sa famille, son mari et s'appuyer sur les deux stars de la série..... Parce qu'avec le changement d'horaires, bonjour les dégâts !!

    Comme je le disais dans le topic AUDIENCES, avec la concurrence de TBBT (qui vient de reprendre à peine cette semaine), il va falloir muscler l'intérêt des SL et ça, c'est un véritable défi !!!

    D'ailleurs la scène de Sexe MERDER est-elle une provocation-affirmation de sa liberté de la part de SR ou simplement une volonté de "muscler" le côté sexy la série  ??  
    Pourquoi donner, aujourd'hui, ce que les fans réclament depuis des lustres ???

    Autre chose, je le dis, j'en ai marre de lire ici ou là qu'il faut faire revenir Addison dans la série !!! J’en ai marre que GA devienne le lieu où l'on récupère les "potes " et les " potasses" parce qu'ils n'ont plus de job au détriment des SL, des autres personnages !!!
    Kate Walsh a volontairement mis fin à son Rôle d'Addison dans PP, elle n'a pas été mise à la porte, elle avait d'autres projets notamment d'écrire.qu'elle continue et je lui souhaite beaucoup de succès !

    Déjà qu'on offre un job à Jason George (l'inutile mari de Bailey) pour qu'il s'occupe en dehors du temps où il ne tourne pas Mistresses (série diffusée en été sur ABC)


    Fin de l'apparté


    Je reviens à l'épisode

    MERDER : Pitain quel couple tv ! Pitain quel couple d’acteurs ! Pitain quels dialogues ! Pitain quels talents ces deux-la ! Pitain qu'ils sont doués dans le jeu (colère, tendresse, amour...) et pitain qu'est ce que je les aime  

    Alors oui je me transforme en Boa, fan incontestée et incontestable de Patrick Dempsey pour sa part, que même elle le défend quand il est indéfendable (d'ailleurs ça nous vaut en privé, quelques dialogues virils mais corrects   )

    Moi je suis fan incontestée du couple MERDER et qu'on ne vienne pas me dire qu'ils sont fades ou sans intérêts (ouais je mords faites gaffe)

    Ce couple, qui a mis du temps à se construire, nous prouve épisodes après épisodes qu'il est le plus abouti, le plus solide et le plus mature (j'ai dû déjà le dire mais je le répète, parce que chaque épisode renforce cette impression).
    Les dialogues sont fabuleux, les échanges vifs et percutants mêlant : sentiments profonds, mauvaise foi, colère, tendresse, respect et estime...ah et j’oubliais le regard de feu diaboliquement dévastateur pour une femme et qui procure une telle sensation qu'il pourrait me contraindre à me remettre au vélo et au jogging..Même pire, à l'initiation au parapente s'il me faisait ce style de regard et encore mieux à la cuisine traditionnelle !!!!!!!!!!

    Faisant fi des conflits qui les opposent, ils sont capables de poser des "temps morts" (une vraie prouesse pitain, moi j'en suis incapable   ), de s'écouter et d’œuvrer dans le même sens pour le bien d'eux mêmes, de leurs amis...

    J'adore Meredith qui, dans une mauvaise foi parfaite, accuse Derek d'agir pour se venger (projet OBAMA refusé) et lui, de lui mettre dans la gueule qu'elle est restée pour sa famille, elle a gagné une sœur donc qu'elle prenne en charge sa famille  

    un mot, une phrase m'a ramenée à la belle époque de GA et dans les petites névroses de Meredith :

    Derek : " Dîner demain soir. C’est ce que les gens font"
    Meredith : "Quels gens ?"  

    Cela explique, aussi, pourquoi Derek  (qui connait le sens du mot famille) prend en main la gestion du diner et surtout, inflige une véritable leçon de morale et d'autorité devant un RIRI et une Meredith, têtes baissées comme deux enfants pris en train de faire des bêtises et qui ne pipent mots de peur de se faire réprimander  

    Alors le summum de cette SL..la zizi party sous la douche          Adieu Pyjama façon bucheron molletonné que tu as l'impression de dormir dans une bouillotte chauffée à 60° ou pyjama en pilou des bois, tee-shirt et cie...bref, rien de tout ça et c'est tant mieux !!!

    Qu'est ce que c'était bien joué, bien simulé et surtout, j'ai mis au ralenti     il y avait, dans cette scène, les gestes mais aussi l'émotion et l'extase de ce moment correctement simulés (ou pas simulés d'ailleurs ) par les deux acteurs !

    Derek n'en pouvait plus de ces deux mois d'abstinence (pitain deux mois) et Patrick Dempsey l'a vengé  

    Bref, c'était beau, intense, aussi beau que le bal de promo mais punaise qu'est ce que ça fait du bien de les voir capable de vivre ses moments malgré les conflits. C’est admirable  

    Bon je sais, ça ne résout rien...ils vont se mettre grave encore mais ce n’est pas grave !!!

    Petit réflexion qui n'engage que moi mais la dernière fois que nous avions eu une ZIZI party visible à l'écran (pas des bisouilles en pyjama comme dans le 10.04) non une scène "nue" et bien c'était le 9.04 et Baby Bailey est arrivée juste après !!

    RIRI ET SA FILLE
    Je ne sais pas vous, autant l'histoire de Maggie m'a intéressée, autant je trouve qu'on n'avance pas et que la posture prise par Maggie est maladroite, méchante, contradictoire et qu'est ce qu'elle est rigide cette nana !!!!.......et je me dis qu'elle cherche sa famille "génétique", Elle vient à l'hosto qui porte le nom de sa mère, de sa sœur et quand elle est là, elle fait en sorte de la jouer "je m'en tape, j'ai une famille ailleurs, ce sont mes parents.." et là devant mon écran, surtout après la scène avec RIRI sur la terrasse chez MERDER, j'ai envie de lui dire "Hé pauvre conne (pardon mais j'ai réellement dit ça devant mon écran), un peu de compassion, un peu de réflexion seraient la bienvenue..."

    Je m'explique, elle pensait quoi ? Qu’un mec de 60 piges qui apprend qu'il a une fille, sur un banc, allait réagir comment ???
    Qui pourrait blâmer Richard ? Personne je crois...il lui a fallu le temps de réaliser, intégrer et ça, ce n'est pas facile quand on met en perspective ce qui s'est passé avec Ellis et les raisons de la séparation..Ça fait beaucoup !

    Je crois que le moment le plus terrible c'est quand Maggie lui dit qu'elle ne cherche pas un père, qu'elle a déjà un père...alors que RIRI a lui même prononcé le terme PERE (rôle qu'il comptait par vouloir endosser avec elle si j'ai bien analysé).

    Alors ma question est : qu'est-elle venue faire à Seattle ?

    Chercher sa mère ? Elle la savait morte !
    Connaitre sa sœur ? Elle la connait mais elle n'a pas clairement et dès le début était franche avec sa sœur et maintenant elle vient faire des reproches à RIRI ??

    Si elle n'attendait rien de très spécial de sa venue à Seattle (elle le dit dans un épisode), pourquoi parler de sa mère et donc par extension de son père (qui était forcément Afro compte tenu de sa couleur de peau).

    Bref, je la trouve rigide et pas tellement prête à apprendre à connaitre sa fille "naturelle". Faut que ça évolue...j'ai bon espoir avec le regard et le "OK" après son échange avec RIRI

    La Militaire SDF

    C'était touchant, c'était tellement vrai et tellement fréquent que les États oublient les combattants et ceux qui ont pu servir l’État.
    Après on viendra me faire pleurer avec le sentiment patriotique et même biblio-patriotique pour les US

    Je crois que cette SL était touchante parce que très très bien interprétée et bien calibrée dans les dialogues, je regrette simplement qu'elle a été l'occasion d'occuper Owen (qui, le pauvre, ne sert à rien depuis 6 épisodes) et je regrette encore plus de coller, par la même occasion, cette SL avec la vie de Jo... (Pour l'occuper aussi ??) Parce que selon moi, il n'y pas de chameau sous la dune  

    Dans mon introduction, je me plaignais que certains jouent de la figuration, nous y sommes ! Je doute que la réflexion de Jo ait un retentissement pour la suite de la plate et fade SL Jolex !!! C’était juste un moyen de justifier la présence de Jo !

    MARGE SIMPSON-HERMAN et ARIZONA

    Parce que c'est une grande timide et que je vais le dire à sa place... mais depuis le début de la SL, Boa m'avait dit qu'elle pensait que le Dr Pisse-vinaigre était mourante, elle avait raison  

    L'intérêt de cette Sl est double :

    - je supporte mieux Arizona quand elle est seule...bon ok toujours pareil, elle joue comme un pied, tu as l'impression qu'elle a séché ses cours d'arts dramatiques tellement son visage est mal expressif et en total incoordination avec le sentiment dégagé par la scène... et qu'elle n'a rien à faire dans la série mais bon, faut bien se la camphrer puisque SR insiste..! A croire que nous voyons ce que SR et son équipe ne voient pas !

    - Que vas faire Arizona ? Continuer à suivre les cours et garder le secret (puisqu'il ne lui reste que ça) ou nous ressortir son côté "Arizona la vertu : je suis intransigeante avec les autres sauf mais moi, je peux tout" (dois-je rappeler qu'elle a fait la gueule à Callie et virer Alex de son service ou de ses opérations car CAllie avait couché avec Alex, dois-je rappeler qu'elle s'est vautrée avec Lauren mais il fallait que Callie lui pardonne right now)

    Moi je pense qu'elle va garder le secret et se faire virer du board....alors là problème de taille, elle a des parts donc on ne peut pas la virer comme ça (selon la jurisprudence Greys, ça va être possible   )



    En vrac, le reste :


    Remplissage : Je suis affligée par la Sl Bailey, régime et santé ! Sans déconner, il a fallu attendre la saison 11 pour qu'on nous sorte le principe, le médecin doit donner l'exemple ! son inutile mari qui sourit comme un benêt c'est le gâteau sur la cerise (oui oui dans ce sens là)  


    Remplissage Bis (d'ailleurs à l'époque des spoilers sur cette SL, on devait apprendre une nouvelle "bombe" et ???)  

    April, sa mère et Jackson = je n'ai pas aimé...L'actrice en faisait TROP (hystériquement aimante et envahissante) et comme les chiens ne font pas des chats : April l'hystérique le retour...je déteste ça ! Alors ok, parfois, nos parents nous tapent sur le système mais ça reste nos parents ! Et puis, la pauvre femme venait à peine d'arriver et n'avait pas ouvert la bouche qu'April commençait déjà à prendre la mouche...pour une nana qui ne voit pas ses parents 24H sur 24 et qui n'a jamais semblé s'en plaindre, je trouve ça fort de café !
    De ce point de vue, je trouve Jackson plus posé, plus compréhensif..Et prêt à remettre April sur le bon rail !

    Virées pour l'épisode donc pas de scènes syndicales :

    Amélia (est-elle en voyage parce que Derek qui clampe les anévrismes ???)
    Stéphanie (??)

    On peut rajouter pour scènes minimales syndicales :

    Owen,
    Callie
    Alex
    Jo

    Ça fait beaucoup non ?

    I have a Dream....retrouver GA avec des SL pour tous et en //. auparavant, personne, aucun des personnages n'étaient laissés à l'écart......

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :