• Episode 11.14 : The Distance

    Photobucket

    Titre français : On se rencontre enfin

    Scénariste : Austin Guzman

    Réalisateur : Eric Laneuville

    Diffusion Etats-Unis : 5 mars 2015 sur ABC

    Diffusion France : 13 avril 2016 sur TF1

     

    Voix off (Amelia Shepherd) : En 1888, William Williams Keen est devenu l'un des premiers chirurgiens qui a réussi à retirer une tumeur au cerveau. Une grande victoire. C'est vrai. Vous pouvez le vérifier. Ce qui est plus difficile à trouver, cependant, ce sont des histoires de toutes les fois où ce vieux Double Billy K a essayé de retirer une tumeur d’un cerveau et où il a échoué. Les échecs doivent s’être produits. Un chirurgien doit toujours être prêt à échouer et, en neurochirurgie, avec les tumeurs importantes, nous perdons ces batailles aussi souvent que nous les remportons. La clé, pourtant, que l’on gagne ou que l’on perde, c’est de ne jamais abandonner. Et la seule façon d'échouer est de ne pas se battre. Donc, vous vous battez jusqu'à ce que vous ne puissiez plus. Redressez la tête, entrez dans l'arène et faites face à l'ennemi. Luttez jusqu'à ce que vous n’en puissiez plus. Ne lâchez jamais prise. N'abandonnez jamais. Ne fuyez jamais. Ne capitulez jamais. Livrez le bon combat. Battez-vous même quand il porait inévitable que vous soyez sur le point de vous battre jusqu’au bout.

     

    Après avoir prié Arizona d’informer le Dr Herman qu’il faut l’opérer immédiatement, Amelia avance dans les couloirs de l’hôpital d’un pas mécanique, tel un robot. Dans l’ascenseur, elle reste figée. Arrivée à l’étage du bloc opératoire, il lui faut quelques secondes avant de se décider à sortir de l’ascenseur, comme si elle voulait reculer l’échéance. Au détour d’un couloir, elle croise Owen qui lui annonce que la nouvelle s’est répandue dans l’hôpital et que la galerie sera pleine de monde pour la voir opérer le Dr Herman. Il l’assaille ensuite de questions. Est-ce qu’elle se sent bien ? Est-ce qu’elle se sent sûre d’elle ? Est-elle inquiète ? Amelia ne répond pas. Elle lui demande simplement de la laisser seule. Owen insiste. A-t-elle besoin de quelque chose ? Souriante, elle assure que non. Elle va bien, c’est juste qu’elle veut être seule pour se préparer. Elle entre dans les toilettes. Après s’être assurée qu’il n’y avait personne d’autre, elle se met devant un miroir et commence à pleurer. Mais elle se reprend rapidement et essuie ses yeux avant de s’encourager à voix haute.

    Tandis qu’elle est amenée en civière à la salle d’opération, Nicole Herman dispense ses derniers conseils à Arizona, concernant l’opération de Glenda Castillo. Elle lui recommande de ne pas tenir compte des souhaits de cette dernière, qui voudra se sacrifier pour sauver la vie de son bébé. Arizona devra la laisser parler et l’écouter mais au final, elle devra faire ce qui lui semble nécessaire. L’intéressée ne cache pas qu’elle ne se sent pas du tout à la hauteur de la tâche qui l’attend. Herman est sûre du contraire.

    Amelia accueille sa patiente à l’entrée du bloc opératoire. Après avoir échangé un regard avec elle, Arizona suit son mentor dans la salle d’opération. Amelia les observe tout en se lavant les mains. L’angoisse l’étreint à nouveau. Elle se retourne et, les deux mains sur ses hanches, regarde légèrement vers le haut en respirant profondément. Stephanie entre dans la pièce pour l’informer que tout est prêt. Elle remarque l’attitude d’Amelia et lui demande ce qui se passe. Amelia lui confie qu’elle est en train de se mettre dans la peau d’une super héroïne. Comme Stephanie ne comprend pas, elle lui explique qu’une étude scientifique a montré que si on se tient comme elle le fait actuellement, dans une attitude de super héros, pendant cinq minutes, par exemple juste avant un entretien d’embauche, un exposé important ou une tâche vraiment dure, non seulement on a plus de confiance en soi mais en plus on est sûr de réaliser une meilleure performance. Après lui avoir demandé si c’était vraiment séreux, Stephanie se met dans la même position. Amelia lui demande si elle sent la différence. Stephanie opine de la tête. Oui, elles sont des super héroïnes. Amelia répète la même chose. Peu après, elles entrent dans la salle d’opération tandis que la galerie se remplit petit à petit.

    Arizona fait part à Miranda de son plan pour opérer Glenda. Elle veut emboliser la tumeur pour inverser les effets de la circulation sanguine de la mère. Elle va donner plus de détails lorsque Miranda réalise tout à coup l’absence de Nicole Herman.

    Les préparatifs se poursuivent dans la salle d’opération d’Amelia.

    Arizona continue d’expliquer ce qu’elle compte faire pour sauver Glenda et son bébé. Miranda lui fait remarquer qu’elle parle au pluriel alors qu’elle est seule. Elle demande une fois encore où se trouve le Dr Herman. Arizona lui avoue que celle-ci ne viendra pas. Miranda ne comprend pas ce que cela veut dire exactement.

    Stephanie a dessiné sur le crâne rasé du Dr Herman le tracé de l’incision qu’Amelia va devoir pratiquer. Celle-ci demande qu’on lance le chronomètre. Ensuite, elle incise le cuir chevelu de sa patiente.

    Un homme entre dans la galerie et veut s’asseoir à côté de Ben. Celui-ci pousse un grognement tellement dissuasif que l’homme préfère s’asseoir ailleurs. Un peu plus loin, Maggie confie à Meredith qu’elle ne voit pas l’utilité de se réunir dans la galerie pour assister à des opérations. Meredith la corrige, il ne s’agit pas de simples opérations. On ne vient dans la galerie que pour les opérations importantes, les énormes, les rares, les dingues, celles qui font qu’on s’agrippe à son siège, celles où le patient pourrait mourir. On est là pour l’adrénaline, la frénésie. Maggie trouve bizarre qu’on regarde ce qui est parfois la pire journée d’une personne comme si c’était un film. Meredith est un peu choquée. On ne peut pas comparer une opération à un film, c’est insultant. Cela n’a rien d’un divertissement. Tout à coup, son visage s’illumine. C’est maintenant que ça devient intéressant. Elle sort deux mandarines de sa poche et en donne une à sa sœur.

    Richard entre dans la galerie et remercie Ben de lui avoir retenu une place à côté de lui. Ce dernier plaisante sur le fait qu’il a presque dû mettre son alarme en marche. Les deux hommes se réjouissent parce qu’Amelia va commencer à injecter le colorant dans le cerveau d’Herman. Un interne demande à Meredith à quoi ça sert. Meredith lui explique que cela va permettre de faire ressortir la tumeur, afin qu’Amelia puisse la distinguer du cerveau. Dans la salle d’opération, Amelia a demandé que l’on éteigne les lumières. Comme Meredith l’a annoncé, la tumeur rayonne et illumine la pièce, ce qui impressionne tous les médecins présents dans la galerie. En bas, Amelia parle à la tumeur, en lui disant qu’elle est heureuse de la voir mais que maintenant, il est temps de partir. Dans la galerie, Ben est surpris par la lumière qui jaillit du crâne du Dr Herman. Il pensait qu’il n’y avait que la tumeur qui luirait. Richard confirme que c’est le cas. Ben est impressionné, cela veut dire que la tumeur est énorme.

    Dans l’autre salle, Arizona demande qu’on transfuse le fœtus de Glenda, parce qu’il est anémique. Miranda estime qu’elles avancent trop lentement. C’est dangereux pour la mère dont la pression artérielle est au maximum. Arizona objecte qu’elle doit d’abord stopper l’hémorragie, sinon le fœtus mourra. Son but est de sauver la mère et l’enfant et elle pense qu’elle peut y arriver. Miranda préférerait qu’elle en soit sûre. Arizona réplique qu’elle sait qu’elle en est capable. Miranda ne cache pas qu’elle est inquiète. Elle respecte Arizona et elle la considère comme une amie, mais le fait est qu’Arizona n’est encore qu’une moitié de chirurgienne fœtale. Elle n’est même qu’une moitié d’élève. Arizona se demande pourquoi elle lui a amené Glenda si elle pense ça. Miranda réplique qu’elle a amené Glenda au Dr Herman. Arizona insiste sur le fait qu’elle a passé les quatre derniers mois à apprendre toutes les connaissances de cette dernière. Miranda est catastrophée. Est-ce qu’Arizona réalise ce qu’elle vient de dire ? Seulement quatre mois ? Arizona riposte que c’est Herman qui opère, à travers elle. Miranda ne semble pas convaincue.

    Jo demande à Owen s’il pense pouvoir se passer d’elle. Il répond que non. Elle insiste. Les urgences sont plutôt calmes en ce moment et elle aimerait assister à l’opération du Dr Herman. Owen refuse. Dans la mesure où tous les autres résidents sont dans la galerie, il a besoin d’elle pour assurer la permanence. L’idée d’être la seule résidente présente dans le service semble beaucoup plaire à la jeune femme. Elle remercie Owen.

    Callie arrive en courant et demande à ce dernier pour quelle raison il a repoussé l’opération du ménisque qu’elle devait pratiquer. Il lui explique qu’il avait besoin de la salle d’opération pour qu’Amelia puisse opérer le Dr Herman. Il prend l’ascenseur, laissant Callie interloquée. Jackson, qui a entendu leur conversation, semble étonné par la nouvelle, lui aussi. Callie lui confie qu’elle pensait qu’Herman ne serait opérée que dans un mois.

    Plus de deux heures après que l’opération du Dr Herman ait commencé. Stephanie explique à l’assistance ce qu’Amelia est en train de faire. Celle-ci demande à son assistante qui va la remplacer. Stephanie ne comprend pas. Amelia lui rappelle que l’opération va plus que probablement durer plus de quatorze heures. Or selon le règlement, après douze heures, un résident doit se faire remplacer par un collègue afin de pouvoir se restaurer et se reposer, avant de pouvoir reprendre son poste. Stephanie retourne la question à Amelia. Qui va la remplacer ? Amelia répond que cela fait des mois qu’elle met cette intervention au point. Il n’y a pas de remplaçant pour elle. Stephanie décrète qu’il n’y en aura pas pour elle non plus. Tant qu’Amelia sera là, elle y sera aussi. Après tout, elles sont des super héroïnes. Elle aussi a fait le truc avec ses mains sur ses hanches, alors elle ne peut pas arrêter.

    Arizona reconnait que ce qu’elle avait envisagé ne fonctionne pas. Elle ne pourra pas emboliser tous les vaisseaux sanguins. Elle se souvient subitement du jour où Herman lui a reproché de la laisser tomber, alors qu’elle avait été choisie parmi tant d’autres postulants. C’est ce qui la décide à passer à la vitesse supérieure. Elle annonce qu’elle va devoir ouvrir la patiente. Miranda oppose un veto catégorique. Ouvrir la patiente les obligerait à prolonger l’anesthésie, ce qui mettrait Glenda et son bébé en danger. Arizona a un autre flash où elle revoit Herman douter de ses propres compétences, et craindre d’avoir fait un mauvais choix en la prenant comme élève. Miranda lui fait remarquer que s’il faut ouvrir Glenda, alors autant faire naitre le bébé. Pour Arizona, ce n’est pas une option. Miranda insiste lourdement. L’état de santé de la mère et celui de l’enfant sont liés. Si celui de la mère empire, il en ira de même pour son enfant. Si elles mettent ce dernier au monde, Glenda ira mieux. Arizona répète en haussant le ton que ce n’est pas une option. Le bébé n’est pas assez développé, il ne survivrait pas. Miranda prie une infirmière de biper Alex. Arizona lui en demande la raison. Miranda répète qu’il faut accoucher Glenda. Evidemment, ce ne sera pas facile mais elle est certaine qu’Alex pourra garder l’enfant en vie une fois qu’il sera né. Arizona ordonne à l’infirmière de reposer son téléphone. Elle dit ensuite à Miranda qu’elle est certaine de réussir. Miranda n’y croit pas. Elle pense plutôt qu’Arizona a l’impression de devoir prouver quelque chose, pendant que son mentor est sur une table d’opération. Elle ne veut pas que ça se fasse aux dépens de la patiente. Si Arizona veut ouvrir la patiente, très bien, mais alors, elles feront naitre le bébé. Miranda confirme à l’infirmière qu’elle doit appeler Alex. Bien que contrariée, Arizona ne s’y oppose plus.

    Stephanie indique à l’assistance qu’Amelia est en train de découper la partie de la tumeur qui touche le gyrus rectus. Dans la galerie, l’interne demande à Meredith ce que c’est. Agacée, Meredith lève légèrement les yeux au ciel avant de lui dire qu’il s’agit de la zone de l’odorat. Ben demande le silence. Callie, qui se tient à la porte de la galerie, près d’Owen, lui fait part de son étonnement de ne pas voir Arizona. Owen lui apprend qu’elle est en train d’opérer. Callie comprend immédiatement qu’il s’agit de chirurgie fœtale et elle ne semble pas rassurée à l’idée qu’Arizona doive se débrouiller toute seule. Ben demande à nouveau le silence. Callie le prie de se calmer, ils ne sont pas en train d’assister à un spectacle de ballet. Richard intervient pour lui faire remarquer que cette opération ressemble un peu à de la danse. Il y a de la grâce, du rythme, de l’élégance. Vexée que personne n’ait demandé à Richard de se taire, Callie en déduit qu’il faut faire de la littérature pour avoir le droit de parler. Chut, lui font tous les occupants de la galerie. Cela n’empêche pas Callie de demander à Owen s’il pense qu’Amelia va réussir. Il en est certain.

    Stephanie annonce qu’Amelia va retirer la partie de la tumeur qui touche le fornix, le thalamus. Amelia chuchote qu’elle a pris plus de temps que ce qu’elle avait prévu pour arriver à cette partie de l’opération. Stephanie ne fait aucun commentaire, se contentant d’ajouter pour le public qu’Amelia doit prendre son temps pour ne pas abimer ce qu’elle appelle la boite à rêves. Dans la galerie, le même interne demande à Meredith ce que c’est. Elle répond que c’est là que l’être humain crée ses rêves et ses souvenirs, et que aussi ce qui lui permet de discerner les formes et les couleurs. Enervée, elle conseille à l’interne de lire des revues. Tout à coup, Richard semble préoccupé. Owen le remarque et lui demande s’il va bien. Richard lui confie qu’il a remarqué que les épaules d’Amelia étaient raides. Pour lui, c’est le signe que quelque chose la préoccupe. Stephanie s’en est rendu compte, elle aussi. Pour détendre un peu l’atmosphère, elle dit à Amelia qu’avec un peu de chance, elle va retirer la partie du cerveau d’Herman qui rendait celle-ci un peu garce. Amelia lui demande sèchement pourquoi elle dit ça. Surprise, Stephanie explique que ce n’était qu’une plaisanterie. La voix tremblante, Amelia lui confie qu’elle est en train de tout foirer. Le Dr Herman ne sera plus une garce, elle ne sera plus capable de rire ou d’exercer son métier. Elle ne sera plus Nicole Herman. Elle ne sera plus rien. Amelia ne comprend pas comment Stephanie peut plaisanter à ce sujet. Ensuite, elle se met à jurer. Stephanie lui demande ce qui ne pas va. Amelia lui explique qu’elle n’arrive pas à contourner le fornix sans toucher l’hypothalamus. Stephanie lui suggère d’inciser latéralement pour l’éviter mais Amelia déclare que ce n’est pas possible. En fait, elle est piégée. Stephanie lui jette un regard effrayé.

    Miranda informe Arizona que les constantes de Glenda sont en train de s’effondrer et que la jeune femme est en hypoxie. Les choses sont loin d’être positives. Arizona décide alors d’accélérer le cours de l’opération mais comble de malchance, elle n’arrive pas à retirer la tumeur. Celle-ci est trop grosse. Alex entre dans la salle en s’excusant de ne pas avoir pu venir plus tôt. Il était déjà rentré chez lui. Il aurait dû y rester, grommelle Arizona. Alex est surpris. Miranda lui dit de ne pas faire attention, Arizona boude. Celle-ci s’énerve. Elle n’arrive pas à prendre la tumeur et si elle tire dessus, elle va la déchirer. Elle en conclut qu’il faut agrandir l’incision. Miranda lui fait remarquer qu’elle aurait dû le faire de toute façon, pour qu’Alex puisse mettre le bébé au monde. Arizona répond calmement que ça ne va pas arriver, étant donné que le bébé n’est pas encore viable. Alex la rassure, tout va bien se passer, comme la dernière fois. A la demande de Miranda, il explique que lors d’une autre intervention, Arizona et lui ont décidé de mettre le bébé au monde et de retirer la tumeur par après. Miranda jubile. Arizona réplique que le cas était tout à fait différent. Miranda n’est pas d’accord. Ça veut simplement dire qu’Arizona essaie de prouver qu’elle peut faire aussi bien que son mentor. Pendant qu’Arizona revoit cette dernière lui dire qu’elle la croyait spéciale, qu’elle pensait qu’elle pourrait faire mieux et en moins de temps. Alex prie sa consœur de pratiquer la césarienne. Il se chargera de garder l’enfant en vie. Arizona agit comme si elle ne l’entendait pas et annonce qu’elle va découper la tumeur. Miranda la supplie d’accepter de mettre le bébé au monde. Dans la tête d’Arizona, tout se mélange, les supplications de Miranda, les critiques qu’Herman. Tout à coup, elle explose et crie à Miranda de se taire. Elle lui dit ensuite qu’elle a raison, elle n’est pas le Dr Herman. Ça n’empêche qu’elle est une chirurgienne fœtale et en tant que telle, elle a choisi de pratiquer cette procédure. Pour le moment, elle est dans l’utérus d’une femme et le moindre dérapage pourrait provoquer une hémorragie catastrophique. Si cela devait arriver, ce ne serait pas parce qu’elle ne savait pas ce qu’il fallait faire, mais parce que Miranda lui a crié dans les oreilles. Soit celle-ci décide de rester et alors, elle se tait, soit elle s’en va. Alex se penche et murmure à l’oreille de Miranda que si Arizona n’est pas le Dr Herman, au moins elle lui ressemble. Miranda ne dit rien mais elle aide Arizona à découper la tumeur.

    Comme Owen le fait remarquer à Richard, cela fait quinze minutes qu’Amelia n’a plus bougé d’un pouce. Il lui demande ce qu’il en pense. Richard n’en sait rien. Mais il est évident que la jeune femme a perdu sa belle assurance. April et Jackson entrent dans la galerie à ce moment-là et April s’assied à côté d’Owen qui ne cache pas qu’il est surpris de la voir. Elle le prévient immédiatement qu’elle ne compte pas reprendre le travail, elle ne s’y sent pas encore prête. Owen assure qu’il la comprend. Il est juste heureux de la revoir. April ajoute qu’elle est là pour marquer son soutien au Dr Herman. Celle-ci a été à ses côtés durant la pire journée de sa vie. Elle veut lui rendre la pareille. Jackson demande à ses confrères comment se passe l’intervention. Richard lui explique qu’Amelia essaie de disséquer la tumeur autour du fornix. Mais ça va lui prendre beaucoup de temps. Jackson aimerait savoir pourquoi alors Amelia reste immobile. Richard ne répond pas. Il semble tourmenté. Il quitte la galerie.

    Stephanie demande à Amelia ce qui se passe. Celle-ci lui explique que quelle que soit la direction qu’elle décide de prendre, elle provoquera des dégâts irréversibles. D’un côté, elle abimera l’hypothalamus. D’un autre, elle heurtera la carotide. D’un autre encore, elle bousillera le système optique. Elle avoue qu’elle a l’impression d’être perdue dans une forêt. Stephanie lui conseille d’en choisir une direction au hasard et tout ira bien. Amelia réplique qu’elle veut avant tout en trouver une qui permette à Herman de ne pas avoir de séquelles. Or il s’avère qu’elle ne peut pas bouger sans faire de dégâts. Richard entre dans la salle d’opération. Amelia lui demande ce qu’il veut. Il lui dit qu’il est venu pour l’aider. Elle pourrait lui parler de ce qui la préoccupe, il l’écouterait, la conseillerait éventuellement et ensemble, ils pourraient essayer de trouver le moyen de sortir de l’impasse dans laquelle elle semble être. Amelia demande qu’on éteigne l’interphone qui permet aux gens de la galerie de les entendre. Elle demande ensuite à Stephanie de reculer afin de lui permettre de parler à Richard. Elle commence par dire à ce dernier qu’il peut effectivement lui être d’une grande aide en appelant Derek pour lui demander de revenir. Ce dernier est à Washington, alors s’il prend un avion maintenant, il pourrait être à Seattle dans six ou sept heures. Richard n’est pas sûr que ce soit une très bonne idée. Amelia insiste. Elle lui confie qu’elle est complètement dépassée. Elle a fait une erreur en acceptant une tâche qui était trop grande pour elle. Son orgueil démesuré va tuer le Dr Herman. Elle supplie Richard de téléphoner à Derek et de lui demander de venir. Immédiatement !

    Miranda et Alex tentent toujours de convaincre Arizona qu’il vaudrait mieux mettre le bébé de Glenda au monde. Mais Arizona fait comme si elle ne les entendait pas. Tout à coup, le moniteur signale l’absence de pouls chez le fœtus. Alex demande à Arizona si le cordon ombilical est comprimé. Elle répond que non. Le bébé est simplement en train de faire un arrêt cardiaque. Elle demande à Miranda de placer ses mains en-dessous du fœtus et le soulever jusqu’à ce qu’elle puisse atteindre sa poitrine, afin de lui faire un massage cardiaque. Alex devra lui injecter de l’épinéphrine en même temps.

    Richard tente de redonner confiance à Amelia en lui disant qu’elle sait ce qu’elle fait. Mais elle ne croit pas et elle continue de le supplier d’appeler Derek à Washington. Elle n’est même pas à la moitié de l’intervention et si elle n’arrive pas à aller au-delà… Richard lui coupe la parole pour lui dire qu’elle a tort de se mettre dans la tête qu’elle est moins compétente que son frère, parce que ce n’est pas vrai. Il a vu Derek se tenir au même endroit qu’elle et fixer avec des yeux terrifiés une tumeur spinale inopérable. Lui aussi hésitait sur la marche à suivre. Amelia voit de quoi il parle. Le dessin de cette tumeur est suspendu dans la chambre de Meredith et de Derek. Richard insiste sur le fait que Derek a su trouver le moyen de retirer cette tumeur. Amelia répond que c’est justement pour ça qu’elle veut qu’il vienne l’aider. Richard lui fait remarquer que s’il appelle Derek, celui-ci sautera dans un avion et il arrivera dans sept ou huit heures. Si Herman est encore en état d’être opérée, il prendra la direction de l’opération, une opération qu’Amelia a mise au point. Et alors, il tuera Herman tout simplement parce qu’il ne saura pas ce que sa sœur a déjà fait ou ce qu’elle prévoyait de faire par après. Cette intervention, Amelia l’a réfléchie. Alors oui, elle est seule, personne ne peut l’aider mais elle n’a pas besoin d’aide. Derek n’est pas là, mais elle, oui. Alors qu’a-t-elle prévu de faire ensuite ?

    Alex signale à Arizona que le massage cardiaque qu’elle est en train de pratiquer ne sert à rien. Miranda lui ordonne de se taire. Arizona poursuit le massage et enfin, le cœur du fœtus repart. Arizona en pleure presque de joie. Elle demande ensuite à Miranda de lâcher le bébé afin de le replacer dans l’utérus. Miranda obéit à regret. Elle trouve magnifique d’avoir pu tenir dans ses mains un bébé qui n’était pas encore né. Arizona comprend ce qu’elle éprouve. Elle a déjà eu ce sentiment d’avoir un immense privilège. Miranda est émue aux larmes.

    Après un long face à face avec Richard, Amelia reprend enfin ses esprits. Elle est prête à poursuivre son intervention. Stephanie reprend sa place et après avoir demandé qu’on rallume l’interphone, elle explique aux médecins présents dans la galerie que le Dr Shepherd est en train de repérer la lame terminale (membrane fixée entre le corps calleux et le chiasma optique) afin de pouvoir en détacher la tumeur. Richard demande à Amelia si elle pense pouvoir éviter de déchirer le fornix. Elle répond qu’elle l’espère. Il l’encourage à continuer pour trouver la solution. Il regarde l’horloge. Cela fait déjà presque huit heures que l’opération a commencé. Stephanie secoue la tête. Richard lui demande comment elle se sent. Elle répond qu’elle va bien. Lorsqu’il lui propose de trouver quelqu’un pour la remplacer, le temps pour elle de faire une pause, elle refuse, sous prétexte qu’il ne trouvera pas de meilleur assistant qu’elle. Elle a mérité d’être là et elle veut rester avec Amelia. Celle-ci ajoute qu’une fois qu’on commence une opération comme celle-ci, on ne s’arrête pas avant d’avoir enlever la dernière partie de la tumeur.

    Arizona, Miranda et Alex sortent de la salle d’opération. Miranda estime que Glenda n’est pas encore sortie d’affaire mais ses constantes se sont améliorées. Elle a l’intention de veiller sur elle pendant qu’elle sera aux soins intensifs. Elle part après avoir félicité Arizona. Alex tient à dire à cette dernière qu’il n’a pas voulu déclencher une dispute dans la salle d’opération. Il a simplement eu l’impression qu’elle allait commettre une erreur. Arizona le rassure. Six mois auparavant, elle aurait eu la même attitude que lui. Alex lui dit qu’il pense qu’Herman a choisi la bonne personne à qui passer le flambeau. Choquée, Arizona lui fait remarquer qu’Herman ne passe rien du tout, parce qu’elle ne va aller nulle part.

    Les heures s’écoulent inlassablement. Il y a plein d’allées et venues dans la galerie. Stephanie commence à montrer quelques signes de fatigue. Après quatorze heures d’opération, Amelia lui annonce qu’elle pense avoir réussi à retirer la tumeur du nerf optique. Richard pousse un soupir de soulagement avant de déclarer que finalement, ça n’a pas été si dur que ça. Amelia rit. Elle le prie gentiment de ne pas faire de commentaires. Elle déclare ensuite qu’elle va passer à la phase radioactive de son intervention. Dès lors, elle prie toutes les personnes dont la présence n’est pas nécessaire de s’en aller. Elle précise que cela concerne Richard également. Elle tient néanmoins à lui dire combien sa présence a été précieuse et à quel point elle l’a appréciée. Richard lui propose de rester mais elle refuse, assurant que Stephanie et elle vont suffire à la tâche. Elle demande à son assistante ce qu’elle en pense mais la jeune femme ne lui répond pas. Richard lui demande une fois encore si elle se sent bien. C’est à ce moment-là que Stephanie s’évanouit aux pieds des chirurgiens. Amelia suggère à Richard de la remplacer.

    Richard a préféré demander à Meredith d’aider sa belle-sœur. Il lui explique qu’Amelia doit placer des graines radioactives dans le cerveau du Dr Herman, afin de tuer ce qui subsiste de la tumeur mais aussi empêcher celle-ci de revenir. Meredith est heureuse de participer à cette intervention mais elle aimerait savoir pour quelle raison elle a été choisie. Richard estime qu’Amelia a besoin d’une assistante dont elle n’aura pas à s’occuper. De plus, il se souvient d’une époque où Meredith pensait choisir la neurochirurgie comme spécialité. Elle lui fait remarquer qu’elle n’est plus cette personne depuis très longtemps. Richard insiste. Il faut juste qu’elle soit là pour soutenir Amelia. Pour le reste, celle-ci saura quoi faire. Meredith enfile son gilet antiradiation. Quand elle arrive dans la salle d’opération, Amelia jure. Meredith objecte qu’elle vient d’arriver et que donc, elle n’a pas encore eu le temps de commettre une erreur. Amelia lui explique qu’elle est énervée parce qu’elle doit placer les graines radioactives à des endroits très précis afin d’être sûre que la tumeur ne reviendra pas. Meredith lui fait remarquer qu’avec une tumeur aussi grosse, tout va bouger après l’ablation, comme s’il y avait une coulée de boue ou un tremblement de terre. Amelia lui donne raison et reconnait qu’elle ne l’avait pas prévu, du moins pas de cette façon. Ça va l’obliger à utiliser les ultrasons pour définir le déplacement et l’intégrer ensuite à son plan initial. Meredith réalise qu’Amelia pratique son intervention un peu à l’aveuglette. Amelia le reconnait. Meredith trouve que ce n’est pas si mal.

    Dans la galerie où il n’y a plus que cinq personnes, Ben fait part de son étonnement à Owen. En six minutes, les deux femmes n’ont placé que trois graines radioactives. Même en portant des gilets et des gants, elles ne peuvent pas rester exposées à une telle dose radioactivité plus de vingt minutes. Owen lui donne raison, il faut qu’Amelia travaille plus rapidement. Dans la salle d’opération Amelia en est arrivée à la même conclusion. Le problème, c’est que ses gants sont trop épais et qu’ils l’empêchent de bien sentir ce qu’elle fait. Meredith la rassure, elle se débrouille très bien. De toute façon, ce n’est pas une course. Sauf que c’en est une, objecte Amelia qui se décide brusquement à retirer ses gants. Meredith est éberluée. Owen saute sur l’interphone pour demander ce qui se passe. Amelia répond que ce sera plus simple de placer les graines sans gants. Meredith la conjure de les remettre, pour ne pas s’exposer directement aux radiations. Owen lui en donne l’ordre. Mais Amelia ne les écoute pas. Elle place une graine.  

    Arizona entre dans le bureau du Dr Herman et retire du panneau, la fiche de Glenda Castillo. Elle s’assied ensuite sur le canapé en regardant la fiche. Cela la ramène quelque temps en arrière quand Herman l’avait félicitée pour la façon dont elle avait pratiqué une intervention. Elles avaient mangé de la crème glacée tandis qu’Herman faisait une sorte de bilan, précisant que lorsqu’elles auraient retiré toutes les fiches du panneau cela signifierait qu’Arizona aurait réussi à assimiler une année de cours en seulement six mois, et qu’elle, elle aurait passé l’arme à gauche. Elle avait ajouté qu’elle était sûre d’avoir choisi le bon cheval en choisissant Arizona. Elle avait estimé que son élève avait réussi un réel accomplissement en pratiquant toutes ces opérations avec brio. C’était un véritable effort de persévérance, de quoi être fier. Arizona l’avait remerciée, ce à quoi Herman avait répondu que c’était elle qui pouvait s’enorgueillir du travail accompli, compte tenu du peu d’aptitudes dont Arizona avait fait preuve au début. C’était grâce à elle si cette dernière était finalement devenue une chirurgienne fœtale. Herman avait estimé mériter une médaille.

    On frappe à la porte du bureau. C’est Callie qui vient aux nouvelles. Elle a appris qu’Arizona avait fait sa première intervention en chirurgie fœtale en solo et elle aimerait savoir comment ça s’est passé. Un peu crispée, Arizona répond que ça s’est bien passé. Callie la félicite. Arizona la remercie. Callie lui confie qu’elle pensait la voir dans la galerie pour regarder Amelia opérer le Dr Herman. Elle est toujours occupée d’ailleurs. Peut-être qu’Arizona a envie d’aller y jeter un coup d’œil. La voix étranglée par l’émotion, Arizona avoue qu’elle ne s’en sent pas capable, même si elle en a envie. Pendant les quatre derniers mois, Herman s’est battue pour lui transmettre son savoir et son expérience et elle a réussi. Arizona commence à pleurer. Elle confie à Callie qu’elle a l’impression que maintenant, Herman est dans sa tête. Le problème, c’est qu’elle n’est pas prête à ce que son mentor n’existe plus que dans sa tête. Callie vint s’asseoir à côté d’elle et lui prend la main. Arizona pose sa tête sur l’épaule de son ex compagne.

    Owen exige de Meredith qu’elle oblige Amelia à remettre ses gants. Meredith lui demande de patienter. Amelia dispose de vingt minutes et il lui en reste cinq. Owen lui rappelle que sans gants, le temps d’exposition doit être divisé par deux. Cela veut dire qu’Amelia a déjà dépassé la limite. Amelia intervient pour rappeler à Owen que si elle ne place pas les graines, la tumeur reviendra et tout ce qu’elle aura fait n’aura servi à rien. Owen réplique qu’elle va se rendre malade. Meredith lui donne raison. De plus, rien ne dit que la tumeur ne reviendra pas, malgré les graines. Amelia réplique que dans ce cas, elle ne se sentira pas responsable. Owen lui crie de remettre les gants. Amelia ne répond pas mais quelques secondes plus tard, elle annonce qu’elle a terminé. Le soulagement est général. Elle demande qu’on retire le matériel radioactif et qu’on fasse revenir son équipe afin qu’elle puisse refermer le crâne de la patiente. Meredith ne cache pas qu’elle est impressionnée. Quant à Owen, il est énervé.

    Jackson et April s’apprêtent à quitter l’hôpital quand Jackson demande à sa femme l’autorisation de rendre visite à un de ses patients qui est aux soins intensifs. April accepte et propose de l’attendre dans le service des urgences. Elle s’assied sur un tabouret et se met à observer ce qui se passe autour d’elle.

    Stephanie se réveille. Il lui faut quelques secondes pour se souvenir de ce qui s’est passé. Elle s’assied d’un bond et constate qu’elle est sur une civière dans un couloir. Richard est à son chevet. Il lui apprend que cela fait des heures qu’elle est là. Stephanie est catastrophée. Mais Richard la félicite, parce qu’elle a été au bloc pendant treize bonnes heures. C’est quelque chose qui n’est plus vraiment possible avec le nouveau règlement e. Ses camarades de promo ont peu de chance de vivre la même expérience, et donc d’acquérir la même résistance. Ces arguments laissent la jeune femme de marbre. Pour elle, tout ce qui compte, c’est que l’intervention du Dr Herman s’est terminée sans elle. Richard la rassure, ce n’est pas terminé. Amelia est toujours en train de refermer sa patiente. Stephanie veut partir en courant mais Richard la retient, lui suggérant de s’allonger à nouveau pendant qu’il ira lui chercher un verre d’eau. Elle profite qu’il a le dos tourné pour prendre la poudre d’escampette.

    Cela fait plus de dix-sept heures qu’Amelia est au bloc. Elle est épuisée. Meredith lui demande comment elle va. Amelia répond qu’elle doit encore refermer la dure-mère avec un joint étanche. C’est la partie facile de l’opération. Meredith lui fait remarquer que n’importe quel chirurgien peut s’en charger. Stephanie entre à ce moment là en clamant qu’elle est de retour. Elle espère qu’il n’est pas trop tard. Sur un signe de Meredith, Amelia lui propose de refermer le crâne du Dr Herman. Elles ont commencé l’intervention ensemble, il est normal que la jeune femme la termine. Stephanie court se préparer. Amelia demande à sa belle-sœur de surveiller la résidente. Il ne faudrait pas qu’elle fasse n’importe quoi avec les sutures. Amelia ne veut pas qu’Herman voie une horrible cicatrice à chaque fois qu’elle se regardera dans un miroir. Meredith promet de faire attention.

    En dehors de la sale d’opération, Amelia se laisse glisser le long d’un mur. Elle éclate en sanglots.

    Le Dr Herman a été ramenée dans sa chambre. Elle est dans le coma. Tous les médecins défilent devant sa chambre en espérant qu’elle va se réveiller.

    Quelques jours plus tard, Glenda s’apprête à quitter l’hôpital. Miranda lui donne rendez-vous dans un mois pour un contrôle. Glenda la remercie et la prend dans ses bras. Miranda lui dit que ce n’est pas elle qu’il faut remercier ça, mais Arizona qui a sauvé sa vie et celle de son fils. Glenda se retourne et prend Arizona dans ses bras. Elle demande ensuite aux deux chirurgiennes des nouvelles du Dr Herman. Miranda semble mal à l’aise. Elle regarde Arizona. Celle-ci soupire.

    En fait, le Dr Herman n’est pas encore sortie du coma. Et Amelia ne cesse de regarder l’enregistrement de l’intervention pour essayer de comprendre d’où vient le problème. Owen tente de la convaincre de faire une pause pour se reposer mais elle refuse. Elle veut comprendre pourquoi Herman ne s’est pas encore réveillée. Owen estime qu’il peut y avoir une multitude de raisons. Amelia réplique avec agressivité qu’elle sait mieux que lui ce qu’il en est. Ensuite, elle réalise à quel point elle est injuste avec lui et elle lui présente des excuses. Elle a simplement besoin que sa patiente se réveille.

    Amelia examine les images du cerveau d’Herman avec Stephanie. Celle-ci lui signale soudain une petite tache. Elle pense qu’il pourrait s’agit d’un petit infarctus lacunaire. Cela pourrait signifier qu’Herman a fait un AVC. Amelia réalise que la jeune femme vient de trouver le problème. Elle la félicite.

    Callie tente de réconforter Arizona en lui disant qu’Herman va se réveiller. Arizona lui explique que si ça n’arrive pas, elle va devoir prendre certaines décisions, le même genre de décisions que Callie a dû prendre pour Mark. Callie est certaine que ça n’arrivera pas. Arizona lui confie qu’elle ne pense pas être capable de faire ce genre de choses toute seule. Elle connait les volontés de son mentor mais elle ne se sent pas capable de les appliquer. Callie lui rappelle qu’elle n’est pas seule.

    Herman finit par sortir du coma. Prévenues, Amelia et Arizona accourent dans sa chambre. Amelia l’appelle par son prénom pour tester ses réactions. Herman répond en lui demandant si elle est sa mère. Amelia et Arizona échangent un regard effrayé. Herman se met à rire avant de dire qu’elle va bien. Amelia la soumet à un interrogatoire afin de vérifier l’état de sa mémoire. Elle lui demande où elle se trouve et quel est son nom. Herman répond que ça n’a pas changé. Soulagée, Arizona sourit. Amelia poursuit son examen et constate que les forces motrices sont intactes. Elle place ensuite un faisceau lumineux devant le visage de sa patiente en lui demandant de le suivre des yeux. Mais ces derniers restent immobiles. Herman repousse sa main en répétant qu’elle va bien. Elle suppose qu’Amelia a pu retirer toute la tumeur. Amelia reste muette. Herman demande à Stephanie de lui dire ce qu’il en est. La voix étranglée par des sanglots contenus, la jeune résidente répond qu’effectivement, toute la tumeur a été enlevée. Herman lui demande de sortir, elle ne veut pas de pleurnicheuses dans son entourage. Owen et Richard entrent dans la chambre. Amelia signale leur présence à Herman qui les salue. Les deux hommes sont heureux de constater qu’elle se porte bien. Richard tient à mettre en avant le travail fantastique qui a été fait par Amelia. Herman demande à cette dernière et aux deux hommes de la laisser seule avec Arizona. Elles doivent parler travail. Une fois qu’elles sont seules, Herman demande à son élève de lui dire comment ça s’est passé pour Glenda Castillo. Les yeux pleins de larmes et la voix enrouée par l’émotion, Arizona lui explique que Glenda se remet bien de son opération et qu’elle est toujours enceinte. Le bébé va bien aussi. Herman n’en est pas étonnée. Elle savait qu’elle a choisi le bon cheval. Elle savait qu’Arizona ne la laisserait pas tomber, elle n’en a jamais douté. Arizona ne peut plus se retenir de poser la question qui lui brûle les lèvres depuis un bon moment. Elle demande à Herman si elle peut encore voir quelque chose. Un doux sourire sur les lèvres, Herman reconnait qu’elle est complètement aveugle. Arizona se met à pleurer. Herman l’entend renifler et lui dit qu’il vaudrait mieux qu’elle arrête. Arizona prétend qu’elle ne pleure pas. Elle lui demande ensuite si elle va bien. Herman n’en sait encore rien. Elle devine qu’il va lui falloir un certain temps avant de réaliser ce qui lui arrive et elle suppose qu’Arizona préférera ne pas être là quand ça va arriver, parce que ça va être affreux. Arizona promet pourtant d’être là si c’est ce qu’Herman désire. Celle-ci réplique que là n’est pas le problème. Le fait est qu’elle va finir par s’y faire. Ce qui compte vraiment, c’est qu’elle soit vivante. Et elle ne le serait pas si Arizona n’avait pas été une telle emmerdeuse. Elle lui tend la main. Arizona la prend. Herman répète qu’elle a choisi le bon cheval. Arizona rit à travers ses larmes.  

    Amelia les observe depuis le couloir. Elle rejoint ensuite Stephanie qui est effondrée. La jeune femme se lamente sur ce qu’elle considère être un échec, alors qu’elles étaient si proches de la réussite. Amelia pense le contraire. Certes, le Dr Herman a perdu la vue à cause de la tumeur, mais elles, elles l’ont vengée en tuant cette dernière. Elles ont empêché la tumeur de tuer Herman. Elles ont repoussé la mort, elles lui ont dit d’aller se faire foutre. C’était ça, leur bataille, et c’est la seule qui vaille la peine d’être menée. Amelia estime que Stephanie devrait être en train de planer et elle aimerait qu’elle fasse tout pour retrouver cette même sensation tout au long de sa vie. Elles ont vaincu la mort. Les simples mortels n’en sont pas capables. Il n’y a qu’elles qui le peuvent. Stephanie comprend ce qu’elle veut dire. Elles, elles sont des super héroïnes. Des héroïnes super flippantes, conclut Amelia.

     

    Voix off (Amelia Shepherd) : Pourquoi essayer quand les barrières sont si élevées et les chances si maigres ? Pourquoi ne pas laisser simplement tomber et rentrer chez soi ? Ce serait tellement, tellement plus facile. C’est parce qu’à la fin, il n'y a aucune gloire dans la facilité. Personne ne se souvient de ce qui est facile. On se souvient du sang, des os et de la longue lutte insoutenable vers le sommet. Et c’est comme ça qu’on entre dans la légende.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :