• Episode 11.16 : Don’t Dream It’s Over

    Photobucket

    Titre français : Tout oublier

    Scénariste : Andy Reaser

    Réalisateur : Susan Vaill

    Diffusion Etats-Unis : 19 mars 2015 sur ABC

    Diffusion France : 20 avril 2016 sur TF1

     

    Voix off : On apprend aux résidents, "quand vous entendez des sabots, pensez à un cheval plutôt qu’à un zèbre". Cela veut dire que la réponse la plus évidente est en général correcte. Cela empêche les médecins de suivre tête baissée la mauvaise voie. Ça nous aide à rester fidèles à la vérité. Ça nous aide à sauver des vies. C’est une partie de ce qui fait de moi une bonne chirurgienne. Quand j’entends des sabots… des chevaux. Je pense toujours à des chevaux. Même quand je ne devrais pas.

     

    Meredith est assise dans le canapé de la salle de repos des titulaires. Elle a appelé Derek et c’est une voix féminine inconnue qui lui a répondu. Mais lorsque Meredith demande à cette personne de s’identifier, c’est le silence qui lui répond. L’inconnue finit par raccrocher.

    Jackson marche dans un couloir lorsque son épouse, tout sourire, le rejoint. Il lui demande comment se passe cette journée de reprise du travail. April la définit comme exaltante. Elle lui raconte qu’Owen vient de sauver la vie d’une femme par téléphone. C’est trop bien d’être revenue ! April entraine son mari dans une salle où on entrepose du matériel médical et commence à l’embrasser fougueusement. Un peu surpris, Jackson lui propose d’attendre d’être chez eux pour ça, car ils peuvent être surpris à tout moment. April n’en a que faire. Jackson lui demande si elle en est bien certaine. Elle assure que oui. N’a-t-elle pas l’air d’une personne qui sait ce qu’elle veut ? Jackson ne semble pas convaincu. Il veut être sûr qu’elle en a vraiment envie, compte tenu du fait qu’elle a refusé toute relation sexuelle depuis la mort de leur fils. Dépitée, April le repousse en l’accusant d’avoir cassé l’ambiance. Elle quitte la pièce.

    Dans une salle de garde, Owen et Amelia s’embrassent avec frénésie. La sonnerie du bipeur d’Owen les interrompt. Mais la passion est la plus forte et ils reprennent leur baiser avec plus d’ardeur encore. Malheureusement, le bipeur les rappelle à l’ordre. Owen s’en va après avoir promis à Amelia qu’ils reprendraient plus tard. Elle y compte bien.

    Meredith tente de joindre Derek mais elle tombe sur sa messagerie vocale. Contrairement à ce que la voix de son mari lui suggère, elle ne laisse aucun message.

    Callie arrive à l’hôpital en compagnie d’une blonde, Heather, à qui elle fait comprendre qu’il serait exagéré de la suivre jusqu’à l’intérieur. Heather répond qu’elle a simplement voulu prolonger un peu la demi-soirée qu’elles ont eue. Callie lui rappelle qu’elle n’a pas eu d’autre choix que d’écourter la soirée, puisqu’elle vient d’être bipée pour un trauma. Heather assure qu’il n’y a pas de problème. Elle aurait dû se douter que cela pouvait arriver, puisque sur le site de rencontres, Callie a mentionné dans son profil qu’elle avait un horaire de dingue. Par ailleurs, Heather trouve que le fait que Callie va sauver une vie est très sexy. Elle est heureuse d’avoir pu la rencontrer en personne. Callie répond qu’elles pourront peut-être remettre ça. Heather l’espère aussi. Elle ajoute même que les premiers rendez-vous sont très surfaits et que la prochaine fois, elles devraient tout de suite passer à la conclusion. Callie est un peu surprise mais elle n’a pas le temps de réagir qu’Heather l’embrasse déjà. Au bout du couloir, derrière la porte vitrée, Arizona qui vient d’arriver, observe la scène. Le baiser se prolonge. Lorsqu’Heather s’en va, Callie aperçoit son ex compagne. Cela la met mal à l’aise. Du personnel arrive, obligeant Arizona à avancer. Les deux femmes se dirigent vers les urgences en évitant soigneusement d’évoquer ce qui vient de se passer.

    Meredith entre dans une salle de repos et se jette sur le lit sur lequel Alex est en train de se reposer. Evidemment, Alex se réveille. Meredith lui confie immédiatement qu’elle a appelé Derek et qu’elle est tombée sur une femme. Alex, qui ne réalise pas ce que cela veut dire, lui fait remarquer qu’il y a deux lits vides dans la pièce et il lui suggère d’en prendre un. Maggie, qui occupe le lit juste au-dessus du sien, signale sa présence avant de s’étonner qu’une femme ait répondu à Meredith. Alex, qui ne comprend toujours rien, demande de quel téléphone il s’agit. Un peu agacée, Meredith précise que c’est le téléphone de Derek. Maggie aimerait savoir quel était le genre de la femme. Alex ne voit pas en quoi c’est important. Meredith et Maggie ne sont pas du tout d’accord avec lui. Meredith décrit l’inconnue du téléphone comme une femme guillerette, heureuse et grande, avec une belle chevelure. De plus en plus perdu, Alex lui demande comment elle a pu voir cette femme. Meredith spécifie qu’elle n’a fait qu’entendre sa voix, une voix guillerette, heureuse et grande. Maggie voit de quoi sa demi-sœur parle, elle déteste ce genre de voix. Alex n’en revient pas que son amie puisse déduire autant de choses rien qu’au son d’une voix. Maggie aimerait savoir ce que Derek a dit. Meredith confie à ses amis qu’elle n’a pas parlé à son mari. Elle et sa petite voix torturée et tarée tombent sans cesse sur sa messagerie. Déstabilisée, elle se tourne vers Alex. Derek ne la trompe pas, n’est-ce pas ? Maggie et Alex répondent en chœur que ce n’est pas le cas. Malgré cela, Meredith ne semble pas convaincue. Son bipeur sonne. On l’attend pour un trauma.

    Callie et Arizona sont dans le même ascenseur. Callie se maquille. Pour meubler le silence qui devient un peu pesant, Arizona lui parle du trauma dont elles vont devoir s’occuper. Callie croit savoir qu’il s’agit d’un accident de voiture. Arizona le confirme, il y a au moins deux victimes. Ensuite, elle la complimente sur sa robe. Elle n’a pas l’impression de l’avoir déjà vue. Calie répond qu’elle l’a achetée récemment.

    Les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Les deux chirurgiennes sont accueillies par Jo qui leur explique qu’une voiture est entrée dans une maison, blessant ainsi ses occupants, un homme d’une trentaine d’années et sa femme. Le patient, dont Meredith s’occupe déjà, souffre de douleurs abdominales et de déformations au niveau de la jambe et du bassin. Callie est en train de changer de tenue dans le couloir lorsqu’Owen surgit. Il lui fait remarquer qu’il y a des vestiaires pour ça. Elle réplique qu’elle n’a pas le temps. Owen assigne les tâches. Stephanie travaillera avec Callie et Jo avec Arizona. Jo proteste. Le patient de Callie est aussi le patient de Meredith. Stephanie croit bon de rappeler que si Jo est jalouse, c’est parce que Meredith n’a plus perdu un seul patient depuis des semaines. Owen ordonne à tout le monde de se mettre au travail. Callie ne comprend pas pourquoi Stephanie ne montre pas plus d’enthousiasme à l’idée de travailler avec elle.

    Callie, Stephanie et Owen retrouvent Meredith en train d’examiner son patient, Tom. Elle leur explique que ce dernier est en hypotension et qu’il doit être hydraté de toute urgence. Elle mentionne également que sa femme est dans la salle d’à-côté. L’alarme du moniteur signale que la pression sanguine chute. Meredith demande qu’on lui apporte du sang. Stephanie s’apprête à aller en chercher lorsque Callie lui demande de l’aider à retirer le bandage du patient. Stephanie est perplexe, elle pensait qu’elle était au service de Meredith. Callie lui fait remarquer un peu sèchement que si elles n’examinent pas la fracture du bassin, le patient pourrait se vider de son sang et mourir, ce qui mettrait fin à la série de réussites de Meredith. Stephanie lui fait remarquer que si Tom meurt d’une fracture du bassin, d’un point de vue technique, ce sera de sa faute et non de celle de Meredith. Celle-ci lui ordonne de se taire. L’alarme du moniteur sonne pour signaler que le patient est en arrêt cardiaque. Owen commence immédiatement le massage cardiaque tandis que Meredith prépare le défibrillateur. Elle envoie une première décharge.

    Arizona et Jo constatent que leur patiente, Blair, la femme de Tom, n’est pas dans la salle d’examen où elle était censée être. Arizona ordonne à Jo de la retrouver.

    April remarque une jeune femme, enceinte jusqu’aux yeux et un pansement sur la tête, qui est en train de téléphoner dans le couloir. Il s’agit de Blair. Pendant que celle-ci explique sa mère qu’elle et son mari n’ont pas entendu la voiture foncer dans leur maison, parce que Tom et son groupe de musique étaient en train de répéter, April reproche à son personnel de laisser une patiente se promener dans les couloirs sans surveillance. Jo et Arizona arrivent. Elles grondent gentiment la patiente qui continue de parler à sa mère, laquelle semble plus préoccupée par le fait que sa fille tolère un groupe de musique dans sa maison que par le fait qu’elle ait eu un accident. Une fois la conversation terminée, Blair explique à ses médecins que son mari fait partie d’un groupe de punk-rock, ce que sa mère désapprouve. Elle demande si Tom va bien.

    Meredith vient de le réanimer. Elle pense qu’il fait une hémorragie interne et elle aimerait faire une échographie pour s’en assurer. A ce moment-là, Tom reprend conscience et hurle de douleur. Meredith tente de le calmer. Il veut avoir des nouvelles de sa femme et de leur bébé. Callie lui apprend que Blair est aussi à l’hôpital. Il demande à la voir. Meredith lui explique qu’il est sérieusement blessé et qu’il faut qu’il se calme pour qu’ils puissent faire leur travail. Il hurle le nom de sa femme. Owen signale que sa pression sanguine est à nouveau en chute libre. Les médecins décident de l’opérer d’urgence. Ils poussent sa civière dans le couloir au moment où Blair arrive avec ses médecins. Elle demande à parler à son mari. Celui-ci, qui porte une minerve, regrette de ne pas pouvoir tourner la tête vers elle afin de la regarder. Il veut être sûr qu’elle va bien. Elle le rassure, elle va bien. Il sait qu’elle est solide. Et le bébé va bien aussi, il est en train de faire des saltos arrières dans son utérus, sans doute parce qu’il a entendu la voix de son père. Lorsque l’ascenseur arrive, le couple se sépare sur un je t’aime.

    Les ambulanciers amènent un autre patient, Martin, un homme de 65 ans qui se plaint de douleurs à la poitrine. C’est lui qui a foncé avec sa voiture dans la maison de Blair et cde Tom. Vu l’état du véhicule, c’est un miracle qu’il s’en soit sorti vivant, comme Ben l’explique à Maggie. Le patient crie qu’il faut le laisser partir, il veut aller acheter des chaussures. Ce discours décousu fait penser à Maggie et à Ben que le vieil homme est ivre. Ben signale à sa consœur que les ambulanciers ont dit que le patient était désorienté et très agressif, au point qu’ils n’ont pas pu l’examiner. Une femme agent de police prévient Richard qu’ils vont devoir interroger le vieil homme et qu’il faudra leur remettre les résultats des analyses toxicologiques. Richard la prie de laisser les médecins soigner d’abord le patient. Il promet néanmoins de lui faire un rapport s’il y a quelque chose d’intéressant pour l’enquête. Il rejoint ensuite Ben et Maggie qui ont beaucoup de mal à maitriser Martin qui est toujours aussi agité. Il réclame ses clés et exige des médecins qu’ils le laissent partir. Ben rapporte à Richard qu’il y a sans doute plusieurs hémorragies internes. Maggie prie Martin de se calmer afin qu’elle puisse l’ausculter. Il lui crie de lui foutre la paix et finit par lui donner un coup de poing en pleine visage, ce qui projette la jeune femme au sol. Tandis que Richard se jette sur Martin pour le maitriser, Ben vole au secours de Maggie qui a perdu conscience. Miranda accourt pour l’aider. Après avoir demandé à son personnel d’immobiliser le forcené, Richard s’en prend à ce dernier. S’il se comporte comme un animal, il sera traité en tant que tel. Et il aura affaire à lui s’il touche encore un médecin. Maggie revient à elle et se relève. Miranda et Ben commencent aussitôt à l’examiner. Elle assure que tout va bien. Très inquiet, Richard exige qu’elle passe au scanner pour être sûr qu’elle n’a pas été sérieusement touchée. Miranda propose de faire venir Amelia. Alors que Maggie s’éloigne, soutenue par sa consœur, une femme d’un certain âge débarque dans le service en courant. C’est Sally, la femme de Martin. Elle se précipite vers son mari. Celui-ci gémit qu’il voulait simplement acheter des chaussures. Ben demande à Sally si son mari a des problèmes de boisson. Un peu choquée par la question, Sally révèle aux médecins que son mari à la maladie d’Alzheimer. Elle leur explique ensuite qu’elle prenait une douche tandis que Martin regardait un match de football. D’habitude, elle cache les clés de leur maison mais elle suppose qu’elle a oublié de le faire et que Martin les a prises pour sortir. Elle est désolée pour les gens qu’il a blessés mais elle est certaine qu’il ne l’a pas fait exprès. Richard, qui est mal à l’aise, lui apprend que Martin souffre de multiples fractures aux côtes et qu’il a très vraisemblablement une hémorragie abdominale. Il va falloir l’opérer pour voir l’étendue des dégâts. Un peu sonnée, Sally le remercie. Les policiers arrivent pour l’interroger. Elle les suit.

    Les chirurgiens se préparent à opérer Tom. Owen répartit les rôles. Meredith et lui s’occuperont de la zone du bassin, tandis que Callie réduira la fracture. Richard entre dans la pièce. Callie lui demande des nouvelles du chauffard. Il lui répond que Martin a la maladie d’Alzheimer et qu’il croit être dans un magasin de chaussures. Magie rejoint ses collègues, un glaçon sur la joue. Callie aimerait savoir ce qui s’est passé. Maggie prétend que ce n’est rien. Discrètement, elle demande à Meredith si Derek l’a appelée. Comme Meredith répond que non, Maggie assure qu’il va le faire. Meredith ne semble pas convaincue. Elle s’en va. Richard se tourne vers sa fille pour savoir si elle a bien passé un scanner. Elle répond que oui et certifie que tout va bien. Rassuré, Richard part pour se préparer. Quand Maggie se lève, elle a une sorte de vertige. Mais elle ne dit rien et rejoint ses collègues.  

    Une fois Tom ouvert, les chirurgiens constatent que les artères du bassin ont explosé. Mais Meredith semble avoir la situation bien en main. Comme à son habitude, Callie raconte sa vie à ses camarades. Elle leur explique que, même si c’est Heather qui a pris l’initiative de l’embrasser, elle a l’impression de devoir présenter des excuses à Arizona. Elle ne comprend pas pourquoi, car elle n’a rien fait de mal. Elle ne comprend pas non plus Arizona qui, de par son attitude, fait que les choses sont bizarres entre elles. Callie estime que puisqu’elles sont séparées depuis un bon moment, elles ont toutes les deux le droit de voir d’autres personnes. Meredith lui rappelle que c’était déjà le cas d’Arizona quand elles étaient encore mariées. Ce manque de tact jette un froid. Meredith présente des excuses avant de préciser sa pensée. Elle trouve que Callie a le droit de faire ce qu’elle veut, compte tenu de ce qu’Arizona lui a fait.

    Dans une autre salle, Richard, Maggie et Ben opèrent Martin. Richard fait part de ses impressions à ses collègues. Il a eu le sentiment que la femme du patient se sentait coupable de ce qui était arrivé. Maggie estime qu’elle l’est. C’est sa négligence qui est à l’origine du drame. C’est comme si un bébé savait conduire et que sa mère le laissait seul à la maison pour aller au cinéma. Mal à l’aise à cause de Richard, Ben essaie de détourner la conversation sur un sujet plus professionnel. Mais Maggie ne veut pas se taire. Elle assure qu’elle n’est pas insensible et elle sait combien c’est dur de gérer une telle situation, mais si on n’est pas capable de le faire, il faut trouver une solution de remplacement. Ben toussote en lui lançant un regard éloquent dans l’espoir de la réduire au silence mais elle ne comprend pas le message et lui demande s’il veut un verre d’eau. Richard met les pieds dans le plat en lui expliquant que Ben essaie de lui dire subtilement de se taire. Il lui confie ensuite qu’il a perdu sa femme à cause de la maladie d’’Alzheimer. Maggie est atterrée par sa gaffe. Elle lui présente des excuses. Richard la rassure, elle ne pouvait pas savoir, ni pour Adèle, ni pour… Il se tait brusquement et ses yeux se perdent dans le vague. Maggie lui demande ce qui se passe. Il répond simplement qu’il ne souhaite ça à personne.

    Amelia a examiné la blessure que Blair présente à la tête. C’est une entaille très profonde mais sans gravité. Amelia demande à la patiente si elle a des étourdissements ou des troubles visuels. Blair répond un peu sèchement qu’elle n’arrête pas de dire qu’elle va bien, à part qu’elle est épuisée et énorme. Elle aimerait d’ailleurs qu’on lui donne un médicament contre la rétention d’eau, pour faire dégonfler ses pieds. Amelia préfère tout de même prescrire un scanner cérébral, pour être sûre. Arizona interroge Blair sur le groupe de son mari. Elle a été amateur de punk rock dans le passé. Jo ne peut retenir un petit rire moqueur. Arizona leur raconte qu’elle mettait beaucoup d’eye-liner et qu’elle avait des tee-shirts spéciaux. Cela amuse beaucoup Amelia. Miranda entre pour savoir ce que le scanner de Maggie a donné. Pendant ce temps, Blair continue de parler de musique jusqu’à ce que tout à coup, son visage se contracte et que son corps soit secoué de soubresauts. Pendant qu’Arizona et Jo, aidées par Miranda, tentent de maintenir la jeune femme, Amelia examine ses yeux. Elle constate que les pupilles sont dilatées. Jo est choquée par ce qui se passe. Il n’y a pas dix secondes, Blair leur parlait tout à fait normalement. Amelia lui apprend que le fait que Blair marchait et parlait était le symptôme d’un hématome extradural. Elle demande à Arizona de combien de mois date la grossesse. Trente-cinq semaines. Miranda, Arizona et Amelia échangent un regard inquiet. Le plus inquiétant, c’est que les convulsions ne cessent pas, malgré les médicaments.

    Un patient est aux urgences parce qu’il a coincé sa langue dans le goulot d’une gourde. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Agacée par sa bêtise, April répond froidement que sa langue a gonflé. Elle ne croit pas qu’il va la perdre. Le vrai problème, c’est de savoir pourquoi il a fait quelque chose d’aussi stupide, parce que maintenant sa langue va continuer à gonfler, avec pour effet que la gourde va s’enfoncer dans la gorge, ce qui va provoquer un blocage des voies respiratoires, et donc la mort. Evidemment, le jeune homme panique. April lui fait remarquer qu’il l’a bien cherché. Jackson qui l’a entendue, demande à lui parler. Il l’emmène dans la même salle qu’au matin. A peine entrée, April commence à se déshabiller. Jackson lui demande ce qu’elle fait. Elle est étonnée par sa question, elle pensait qu’il avait réalisé son erreur. Jackson répond que non. Il veut simplement discuter avec elle. Elle vient à peine de reprendre le travail et voilà qu’elle insulte les patients. April n’en revient pas. Elle est à moitié nue et il lui parle de ça ? Jackson s’entête. Il veut savoir ce qui ne va pas. Blessée, April se rhabille tout en lui expliquant qu’elle ne supporte plus qu’il la regarde comme si elle était une petite fleur délicate qui va se briser. Puisque c’est comme ça, elle va aller retirer la langue que ce stupide patient a coincée dans sa gourde. Elle sort de la pièce après avoir dit à son mari qu’ils se reverront chez eux.

    Cela fait quatre minutes que Blair convulse. Sa mâchoire est tellement contractée que les médecins n’arrivent pas à l’intuber pour l’aider à respirer. Arizona annonce que le bébé commence à avoir des problèmes. Amelia ajoute que les convulsions sont en train de faire beaucoup de dégâts au niveau du cerveau de Blair et qu’il faut endormir cette dernière. Jo fait l’injection. Les convulsions se calment petit à petit jusqu’à l’arrêt complet. C’est à ce moment-là que le moniteur indique que le cœur a cessé de battre. Amelia commence le massage cardiaque tandis qu’Arizona prépare le défibrillateur. Elle envoie trois décharges qui n’ont aucun effet. Amelia qui a compris qu’il n’y avait plus rien à faire, tente de l’arrêter mais Arizona envoie une quatrième décharge, en vain. Elle comprend que tout est fini et invite Amelia à prononcer l’heure du décès. Jo est comme tétanisée. Tout ça est si soudain. Blair était en train de leur parler et tout d’un coup… Qu’est-ce qui a pu arriver qui a renversé la situation aussi rapidement ? Amelia lui répond qu’il y a eu une hémorragie massive dans le cerveau. Impossible de s’en remettre. Après un petit moment de flottement, Arizona ordonne qu’on administre beaucoup de tranquillisants à la patiente. Elle demande également à Jo de la ventiler. Amelia ajoute qu’elle va commencer la réanimation. Jo ne comprend pas. A quoi ça sert maintenant que la patiente est décédée ? Amelia répond qu’il s’agit de continuer à faire circuler le sang. Jo n’en voit toujours pas l’utilité. Miranda lui explique que cela va maintenir le bébé en vie, le temps de le mettre au monde. Arizona demande qu’on fasse venir Alex. Elle s’apprête ensuite à inciser le ventre de Blair pour pratiquer une césarienne. Jo l’arrête en lui faisant remarquer qu’elle a oublié de mettre de l’isobétadine pour stériliser le ventre de la patiente. Miranda lui rappelle que celle-ci est morte, ça ne sert plus à rien de la protéger contre les infections. Jo est bouleversée. Arizona commence la césarienne.

    Meredith s’apprête à appeler Derek, encore une fois, lorsque Richard lui demande comment se porte Tom. Meredith répond que s’il survit à la prochaine nuit, il aura de grandes chances de s’en sortir. Richard lui demande ensuite si Maggie sait qu’Ellis avait la maladie Alzheimer. Meredith n’en sait rien. Elles n’en ont jamais parlé. Richard pense que l’un d’eux devrait le lui dire. Peut-être que Maggie aimerait le savoir. Meredith lui rappelle qu’elle, elle a préféré ignorer la vérité pendant longtemps. Richard aimerait savoir ce qui l’a fait changer d’avis. Elle lui confie qu’elle a réalisé qu’au final, le savoir ne changeait rien. Elle avait l’impression qu’elle contrôlait la situation, mais ce n’était pas le cas. De toute façon, il arrivera ce qui arrivera. Ben arrive en courant et invite, un petit sourire sur les lèvres, Richard à le suivre. Il s’est passé quelque chose avec Martin.

    Quand ils arrivent dans la chambre de ce dernier, Sally, qui est très émue, demande aux médecins ce qu’ils ont fait pour que son mari soit de retour. Maggie ne comprend pas ce que cela veut dire. Sally répond que son mari a retrouvé la mémoire. Il sait qui elle est, qui il est et où il est. Il se rappelle de tout ce qu’elle lui dit. Pour prouver ses dires, elle invite son mari à réciter un poème. Il le fait sans problème. Sally est aux anges. Martin lui a lu ce poème quand il l’a demandée en mariage. Cela fait des années qu’elle ne l’avait plus entendu. Elle remercie les médecins de lui avoir rendu son mari. Celui-ci aimerait savoir ce qui s’est passé et pourquoi il est dans un lit d’hôpital. Maggie demande discrètement à Richard ce qu’ils ont fait pour que cela arrive. Il n’en a aucune idée. Sally demande à Martin de réciter le poème encore une fois.

    Jo et Amelia continuent de ventiler Blair. Cela dure depuis si longtemps qu’elles commencent à avoir des crampes dans les mains. Alex arrive et comprend immédiatement ce qui se passe. Arizona s’apprête justement à sortir le bébé. Amelia précise à Jo qu’une fois que ce sera fait, elles pourront arrêter la réanimation. Arizona remet le bébé, qui ne pleure pas, à Alex. Tout le monde est tendu, mais Jo plus que tout autre. Enfin, le bébé pleure. C’est le soulagement général, surtout quand Alex annonce que le petit garçon est en pleine santé. Jo éclate en sanglots. Miranda lui permet de s’en aller. Elle félicite ensuite Arizona.

    Sally a raconté à son mari tout ce qui s’était passé durant ses cinq années d’absence, comme le mariage et le divorce de leur fille. Il a l’impression d’être à bord de la machine pour voyager dans le temps et d’être arrivé dans le futur. Amelia demande à Sally si Martin a déjà eu une autre période de lucidité. Sally assure que non, jamais de cette ampleur. Elle parle ensuite de leur fils qui est à l’université. Martin n’en revient pas. Tant de choses se sont passées en cinq ans. Il réalise alors à quel point ça a dû être horrible pour sa femme. Elle se met à pleurer en lui disant qu’il lui a terriblement manqué. Richard est ému. Amelia avoue au patient et à son épouse qu’elle ne croit pas que Richard a trouvé le remède pour Alzheimer. Elle a une théorie qu’elle aimerait vérifier en faisant un scanner. Martin est d’accord. Il demande ensuite quelles sont les conséquences de l’accident qu’il a provoqué et dont sa femme lui a parlé. Est-ce qu’il y a eu d’autres blessés ? Maggie s’apprête à lui répondre lorsque Richard lui coupe la parole pour dire qu’il vaut mieux attendre d’avoir toutes les réponses aux questions qu’ils se posent. Pour le moment, le plus important, c’est le scanner.  

    Callie demande à Alex comment se porte le bébé. Elle aimerait avoir de bonnes nouvelles à donner à Tom, quand il se réveillera. Arizona les rejoint. Alex rassure ses camarades. L’enfant est stable, il s’accroche. Après qu’Alex soit parti, Callie demande à Arizona comment elle se sent. Elle a entendu parler de ce qui s’était passé avec Blair. Arizona reconnait que ça n’a pas été facile à vivre. Callie en est désolée pour elle. Elle va partir mais Arizona la retient. Elle aimerait savoir depuis combien de temps elle sort avec Heather. Callie lui apprend qu’il ne s’agissait que d’un premier rendez-vous et encore, la soirée a été écourtée. Elles n’ont même pas eu l’occasion d’aller diner. Arizona plaisante sur le fait qu’avec le baiser, Heather est passée directement au dessert. Callie n’apprécie pas vraiment, elle préférerait éviter de parler de ce genre de choses avec elle. Arizona sait qu’elle devrait probablement s’abstenir de dire quoi que ce soit, mais elle a l’impression d’y être obligée. Callie la prie de se taire. C’est logique que si elle rencontre des personnes, elle va les embrasser. Elle n’avait pas prévu ce qui s’est passé au matin avec Heather et elle n’avait surtout pas prévu qu’Arizona le verrait, mais elle estime qu’elle n’a pas à se sentir coupable ou à s’excuser. Sans laisser le temps à Arizona de s’expliquer, elle ajoute qu’elle va de l’avant et que son ex devrait en faire autant, plutôt que de s’occuper des affaires des autres. Blessée, Arizona lui donne raison. Elle peut embrasser qui elle veut.  

    Owen donne ses recommandations à Stephanie en ce qui concerne Tom. Si ce dernier reste stable, Callie pourra opérer sa fracture demain. Owen ne cache pas qu’il n’y a aucune certitude quant aux chances de survie du jeune homme. Stephanie aimerait savoir si Tom est officiellement le patient de Callie, d’Owen ou de Meredith. Owen comprend qu’elle veut parler de la série d’opérations que cette dernière a réussies. Stephanie le reconnait. Elle rappelle que Meredith n’a perdu aucun patient depuis le mois de novembre. L’intéressée, qui vient d’arriver, lui demande d’arrêter de parler de ça. Si cet homme meurt, son bébé n’aura plus de parents. Et s’il a suffisamment de chance pour survivre, sa vie ne sera plus jamais la même. Elle estime qu’il n’y a vraiment pas matière à se vanter ou à se réjouir. En tout cas, ça n’a rien à voir avec elle. Mortifiée, Stephanie retourne dans la chambre du patient. Owen demande à Meredith combien d’opérations elle a réussies depuis le mois de novembre. Quatre-vingt neuf. Impressionné, Owen lui dit que, contrairement à ce qu’elle croit, ça a quelque chose à voir avec elle. Elle s’en va.

    Amelia montre les clichés du scanner de Martin à ses collègues. Le patient n’a pas la maladie d’Alzheimer, mais une hydrocéphalie. L’accumulation de liquide céphalo-rachidien a causé une pression intense dans le cerveau. Richard ajoute que l’accident de voiture a provoqué une déchirure dans la gaine de la moelle épinière, ce qui a libéré du liquide et diminué la pression. Amelia précise que s’ils ne font rien, le liquide va de nouveau s’accumuler et Martin perdra à nouveau la mémoire dans quelques heures.

    Un peu après, elle explique au patient qu’elle veut placer une dérivation pour empêcher le liquide céphalo-rachidien de s’accumuler dans le cerveau. Martin et Sally sont ravis. Cela veut dire qu’ils vont retrouver leur vie d’avant. Sally trouve que c’est miraculeux. Ben entre dans la chambre pour signaler que les agents de police sont là. Ils aimeraient savoir s’ils peuvent interroger Martin maintenant. Ce dernier est étonné. Que lui veut la police ? Que s’est-il passé ?

    Alex est en train d’ausculter le bébé lorsque Jo arrive dans le service. Il lui demande où elle était. Elle n’en sait rien, elle avait juste besoin d’air. Elle est triste pour le bébé qui a perdu sa mère alors qu’il vient de naitre. Il n’a même pas de prénom et son père à du mal de survivre à son opération. Elle ne sait pas comment gérer ce genre de choses. Les mères qui meurent, les bébés orphelins, c’est trop dur, trop triste et ça n’a aucun sens ! Alex reconnait que c’est moche mais ça fait partie de leur travail. Jo a des doutes. A nouveau bouleversée, elle quitte la salle. Alex s’apprête à la suivre mais Miranda le retient. Elle rappelle à Alex qu’il a eu les mêmes interrogations quand il était résident. Est-ce qu’il se souvient à quel point c’était terrifiant d’être le petit nouveau avec ces morts tout autour de lui ? A son avis, pourquoi les résidents sont-ils tellement préoccupés par la série d’opérations que Meredith a réussies ? Parce que la mort leur fait peur et qu’ils veulent croire que quelqu’un peut la défier.

    Callie arrive dans les sous-sols de l’hôpital. Elle va s’asseoir sur une civière quand Meredith signale sa présence. Callie sursaute. Elle ne comprend pas pourquoi Meredith se cache dans le noir. Cette dernière lui explique qu’elle n’arrive pas à dormir. Callie, qui a bien l’intention de piquer un somme, car elle est épuisée, la prie de ne pas la regarder dormir. Meredith lui demande si elle a senti, avant d’être au courant, qu’Arizona l’avait trompée. Et pour George ? Est-ce qu’elle a eu un pressentiment ? Callie est surprise. Elle lui demande ce qui s’est passé.

    Les policiers sortent de la chambre de Martin. Celui-ci sait maintenant que l’accident qu’il a provoqué a causé la mort d’une femme enceinte. Apprendre que le bébé et son père ont survécu ne change pas grand-chose. Il est dévasté. Richard insiste sur le fait qu’il n’est pas responsable. Quand c’est arrivé, il n’avait pas toute sa tête. Même la police l’a admis. Amelia rappelle qu’elle dispose de peu de temps pour empêcher le liquide céphalo-rachidien de comprimer à nouveau le cerveau. Il faut pratiquer l’intervention sans plus attendre. Martin répond qu’il a changé d’avis. Amelia insiste, sans cette opération, il va à nouveau perdre la mémoire. Il en est conscient. Cela l’arrange, parce que ça va lui permettre d’oublier qu’il est un meurtrier. Sally, éplorée, le supplie de ne pas dire ça. Richard le conjure de ne se laisser influencer par la colère mais de prendre du temps pour réfléchir. Martin crie qu’il n’a pas besoin de temps. Sally l’implore, elle ne veut pas le perdre encore une fois. Martin lui rappelle qu’il a oublié les cinq dernières années, il les a perdues. Il est revenu, il s’est réveillé et pour apprendre quoi ? Qu’il a tué une femme ! Ce n’est pas leur vie, ça ne le sera plus jamais. Il ne peut pas vivre avec ça. Il lui demande de le laisser partir, et de le placer sans regret dans une maison de retraite pour qu’il y pourrisse. Elle veut le toucher, il la repousse. Elle doit le laisser partir. Sally éclate en sanglots. Les médecins sont bouleversés.

    A l’extérieur de la chambre, Ben fait part de son indignation. C’est trop injuste pour Sally. Est-ce que cette dernière ne peut pas ignorer l’avis de son mari ? Richard estime que non, Martin a été très clair, il ne souhaite pas être guéri. Ben suggère d’attendre que Martin soit revenu à son état initial, et de laisser Sally prendre la décision pour lui. Richard n’est pas d’accord. Cette décision appartient à Martin, pas à sa femme ni aux médecins. Martin est leur patient, il est lucide et il a exprimé clairement ses souhaits. Ils ne doivent pas les approuver mais ils doivent les respecter.

    April retrouve son mari à la sortie de l’hôpital. Elle est un peu étonnée de le voir, elle croyait qu’il était déjà rentré. Il répond qu’il l’attendait. Elle lui rappelle qu’elle est capable de rentrer seule, elle l’a déjà fait souvent. Jackson lui demande d’arrêter. Elle réplique que lui doit arrêter de la traiter comme une petite chose fragile. Jackson ne comprend pas pourquoi elle refuse d’être fragile et pourquoi il ne devrait pas se soucier d’elle. Cela fait deux mois que leur bébé est mort. Tous les matins, quand il se lève, il se souvient de lui et il doit faire des efforts pour ne pas craquer. Si c’est dur pour lui, il imagine à quel point ça doit l’être pour April. Alors oui, il s’inquiète pour elle, il veille sur elle et il est hors de question qu’il s’excuse pour ça. Il estime que ça fait partie de son rôle de mari. April répond qu’elle veut juste être à nouveau elle-même. Jackson le sait, mais elle n’a pas une attitude qui prouve qu’elle le soit. April assure qu’il a tort. Elle enrage quand Jackson ajoute qu’il veut juste lui donner de l’espace. Ce n’est pas ce qu’elle veut. Il s’énerve. Bien sûr, qu’il a envie de faire l’amour avec sa femme ! Elle lui crie qu’elle est sa femme et qu’elle est là. Ils se jettent l’un sur l’autre. Ils vont jusqu’à leur voiture et y font l’amour.

    Alex a rejoint Meredith et Callie dans les sous-sols. Meredith a raconté ce qui s’était passé à Callie. Celle-ci est persuadée que Derek a perdu son téléphone et qu’une femme l’a trouvé. Meredith n’y croit pas, c’est tiré par les cheveux. Alex pense qu’une femme a pu voler le téléphone de Derek. Meredith ne croit pas plus en cette hypothèse. Maggie arrive. Meredith lui demande des nouvelles de Martin. Magie explique à ses camarades que cet homme avait Alzheimer, puis qu’il ne l’a plus eu et qu’il a fini par décider d’avoir à nouveau Alzheimer, qui n’était pas vraiment Alzheimer, pour oublier qu’il avait tué quelqu’un. Meredith lui demande si Richard lui a parlé. Elle n’insiste pas quand elle comprend qu’il ne l’a pas fait. Callie reprend ses théories à propos de l’inconnue du téléphone. Peut-être qu’un enfant a volé le téléphone de Derek et que c’est sa mère qui a répondu. Elle précise à l’intention de Maggie qu’ils essaient de rassurer Meredith. Maggie, qui se présente comme une personne douée pour proposer des options, prend le relais. Derek était en train d’opérer et une infirmière à répondu à l’appel. Ça arrive tout le temps. Ou bien Derek était dans son labo et c’est une de ses assistantes qui a répondu. Ou alors, il était dans sa salle de bain et c’est sa concierge qui a répondu. Ou il a eu un accident et c’est une secouriste qui a répondu. Devant l’air surpris de Meredith et Callie, elle reconnait que ce n’est pas la meilleure option mais c’est possible. Elle conseille à sa demi-sœur de ne pas chercher des zèbres. Meredith lui apprend que Derek a déjà fait ce genre de choses, déménager dans une nouvelle ville, décrocher un nouvel emploi, ignorer les appels de sa femme, rencontrer une fille, en tomber amoureux et tout recommencer. Callie lui demande ce qu’elle entend par rencontrer une fille. Meredith répond qu’elle veut parler d’elle, c’est elle que Derek a rencontrée. Il a quitté Addison quand leur couple a commencé à avoir des problèmes, il a déménagé à Seattle et il l’a rencontrée. Et s’il avait fait la même chose à Washington ? Callie fait signe à Alex d’intervenir. Il rappelle à Meredith qu’il a passé des années à les regarder, elle et Derek, se rouler des pelles. D’ailleurs, il en a été dégoûté pendant très, très longtemps. Mais il sait que Derek aime Meredith. Quand un homme aime une femme, il veut la sauter et tant que c’est le cas, leur couple est solide. Maggie le prie de se taire. Alex lui fait remarquer qu’au début, il ne voulait rien dire. Callie rappelle à Meredith qu’elle a vécu dans sa maison, au bout du couloir. Elle a entendu le bruit qu’elle et Derek faisaient pendant l’amour. Elle a assisté aux drames qu’ils ont vécus, aux larmes qu’ils ont versées. Elle ne croit pas du tout que Derek ait pu tromper sa femme. Elle considère qu’ils sont la preuve que l’amour existe, que ça peut marcher et qu’il y a de l’espoir. Tous les deux, ils sont un sacré roman d’amour ! Et elle, elle les soutient. Team MerDer ! Alex prévient ses amies, il ne dira pas un truc pareil ! Meredith reste pessimiste. Quelque part à Georgetown, il y a une femme guillerette, heureuse et grande avec une très belle chevelure. Et si cette femme avait rencontré Derek dans un bar ? Et s’il avait craqué pour elle ? Meredith est certaine que cette femme a des amis qui la soutiennent aussi. Elle assure qu’elle n’est pas le zèbre dans cette histoire. Elle aimerait que ce soit le cas, mais ça ne l’est pas. Elle est juste un cheval. Son bipeur sonne ainsi que celui de Callie. Après avoir lu le message, Meredith déclare que sa série est terminée. Callie la regarde avec un air compatissant.

    Quand Meredith arrive dans la chambre de Tom, celui-ci est en train de faire un arrêt cardiaque. Elle ordonne à Stephanie de prendre le défibrillateur. La jeune femme est surprise mais Meredith insiste. Au bout de deux décharges, le cœur du patient ne redémarre pas. Stephanie commence à paniquer. Elle se tourne vers Meredith en espérant qu’elle va prendre la relève. Mais Meredith lui demande de continuer. La troisième fois est la bonne. Stephanie est soulagée. Elles ont réussi. Meredith la corrige, c’est elle qui a sauvé le patient. Owen félicite Stephanie. Celle-ci est remuée. Meredith s’en va après lui avoir donné quelques recommandations pour garder le patient en vie.

    Callie et Arizona se retrouvent dans l’ascenseur. Arizona tient à lui dire quelque chose au sujet d’Heather. Callie est sidérée. Si Arizona connait le nom de cette femme, c’est qu’elle a fait des recherches. C’est hallucinant. Arizona lui confie qu’elle connait le prénom de cette femme parce qu’elle est sortie avec elle. Callie est un peu mal à l’aise. Elle suppose que ça va encore arriver mais il ne faut pas qu’Arizona s’attende à ce que ça change quoi que ce soit. Heather est le couteau à steak, lâche Arizona. Callie est éberluée car elle connait l’histoire. Arizona est sortie avec une femme qui lui a proposé de se faire tatouer de façon identique pour fêter leur premier mois de relation. Quand Arizona a refusé, Heather l’a menacée avec un couteau à steak. Callie n’en revient pas. Heather avait l’air si gentille. C’est bien pour ça qu’Arizona a voulu la mettre en garde, elle savait que Callie ne se douterait de rien. Mais elle n’était pas sûre que ce soit à elle de lui en parler. Elle insiste sur le fait qu’elle n’était pas jalouse, mais seulement inquiète. Callie la remercie. Elle frisonne à l’idée de ce qu’elle a risqué.

    Miranda vient chercher son mari dans le vestiaire des résidents, pour rentrer chez eux. En voyant Jo, elle décide d’aller lui parler. La jeune fille lui présente immédiatement des excuses pour son comportement. Elle promet que ça n’arrivera plus. Miranda estime qu’elle n’a pas à s’excuser de tenir à ses patients. Beaucoup de médecins ne veulent pas s’impliquer à 100%, parce que ça fait trop mal. Elle, elle pense que c’est ce qui va faire de Jo un excellent médecin. Jo ne semble pas convaincue. Miranda lui donne rendez-vous le lendemain matin pour une intervention. Jo est ravie. Alex vient la chercher. Il lui demande comment elle va. Elle répond qu’elle a eu une sale journée. Il lui rappelle que le bébé a survécu ainsi que son père. Ils ont battu l’univers à deux reprises. La journée n’est pas si mauvaise que ça. Ils s’embrassent.

    Amelia retrouve Owen dans la salle de garde. Il l’attendait. Ils commencent à peine à s’embrasser que leur bipeur sonne. Ils sortent de la pièce.

    Martin continue de réciter le même poème à sa femme. Tout à coup, il oublie quelques mots. Elle les lui rappelle. Il poursuit sa déclamation.

    Richard observe le couple depuis le couloir. Maggie le rejoint. Elle devine à quel point ça doit être dur pour lui de voir ça. Il assure que non. Elle lui dit qu’elle est vraiment désolée que ça soit arrivé à sa femme. Il en profite pour lui apprendre qu’il n’y a pas que sa femme qui a eu cette maladie. Ellis Grey l’avait aussi. Ça s’est déclaré très tôt et ça a mis fin à sa carrière, sans parler de l’effet dévastateur que ça a eu sur Meredith et sur lui. Maggie est bouleversée. Richard estime qu’il devait le lui dire, parce que cela signifie qu’elle a une prédisposition génétique. Maggie chancelle. Richard la retient pour l’empêcher de tomber. Richard est désolé, il n’aurait pas dû le lui dire de cette façon. Maggie le rassure, son malaise n’a rien à voir avec ce qu’il vient de lui dire. En fait, elle n’a pas passé le scanner et, comme elle a la tête qui tourne, elle pense qu’elle a peut-être une commotion. Richard est très contrarié à l’idée qu’elle lui ait menti. Elle lui présente des excuses avant de lui apprendre qu’à l’âge de douze ans, on a séquencé son ADN, comme cela se fait souvent pour les enfants adoptés. C’est de cette façon qu’elle a appris qu’elle avait une prédisposition pour Alzheimer. Pourquoi croit-il qu’elle fait des mots croisés toute la journée ? Elle savait ce qu’il en était mais elle ne savait pas d’où ça venait. Elle appréhendait de devoir lui en parler, parce qu’elle avait peur que ça vienne de lui. Masi elle est vraiment heureuse que ça ne soit pas le cas. Richard la prend dans ses bras.

    Meredith est dans son salon en train de travailler. Soudain, elle entend du bruit à sa porte. Quelqu’un secoue la clenche. Méfiante, Meredith va ouvrir et se retrouve devant Derek. Il lui apprend qu’il a pris le premier avion et qu’il a oublié ses clés. Elle le regarde durement, il est triste, mal à l’aise. Il lui dit qu’il sait qu’elle lui a téléphoné et que c’est une femme qui a répondu. Meredith le confirme. Derek opine imperceptiblement de la tête. Il semble désespéré. Meredith reste figée dans sa dureté

     

    Voix off : Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Elles sont souvent le signe de quelque chose de plus important, en-dessous. Des symptômes, des signes avant-coureurs, des avertissements, des choses auxquelles on devrait faire attention, des choses qu’on ne devrait jamais ignorer, des choses qui sont mauvaises, des choses qui pourraient vraiment nous faire du mal. Il pourrait être simplement trop tard pour les réparer.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :