• Episode 11.21 : How To Save A Life

    Photobucket

    Titre français : Belle journée pour sauver des vies

    Scénariste : Shonda Rhimes

    Réalisateur : Rob Hardy

    Diffusion Etats-Unis : 23 avril 2015 sur ABC

    Diffusion France : 11 mai 2016 sur TF1

     

    Voix off : Quand j’avais cinq ans, ma mère m'a perdue dans un parc. Je ne me souviens pas de beaucoup de choses, excepté qu’à un moment j’étais sur le manège,, et qu’à la minute d’après, elle était partie. Je ne me souviens pas comment je l'ai trouvée. Je ne me souviens pas comment je suis rentrée chez moi. Tout ce dont je me souviens, c’est ce qui est arrivé ensuite. Elle m'a dit de ne pas m’inquiéter. Elle m'a dit que tout irait bien. Amusant, nest-ce pas? La façon dont la mémoire fonctionne ? Les choses dont on ne se rappelle pas trop, et les choses qu’on ne peut jamais oublier. Le carrousel ne sarrête jamais de tourner.

     

    Derrière sa fenêtre, Meredith fixe des yeux les lumières de la voiture de police qui vient de s’arrêter devant sa maison. Elle se souvient du jour où, quand elle avait cinq ans, sa mère l’a abandonnée sur un manège, et des évènements qui ont suivi. Elle se souvient aussi du départ de Derek, le matin même, quand il lui a dit qu’il serait de retour avant qu’elle ait pu se rendre compte qu’il était parti. Ces souvenirs se mélangent à celui de la maison de bougies.

    Après son départ de la maison, Derek a pris le ferry-boat. Il appelle sa femme au téléphone mais elle est tellement occupée avec ses enfants qu’elle n’entend pas la sonnerie. Elle quitte la maison en oubliant son téléphone. Derek laisse un message sur sa boite vocale.

    Après le ferry, Derek est dans sa voiture, en route vers l’aéroport. Pris dans les embouteillages, il décide d’emprunter un autre itinéraire, en quittant l’autoroute pour emprunter une route de campagne. Il en profite pour téléphoner à sa sœur. Celle-ci est en salle d’opération avec Miranda et April. Les trois femmes lui apprennent qu’il risque de rater son vol parce que les routes sont fermées, en raison d’un important accident. Elles sont justement en train d’opérer une des victimes. Amelia conseille à son frère de faire demi-tour. Mais Derek s’entête. Il connait un raccourci pour aller à l’aéroport. Amelia et Miranda n’en connaissent aucun. Amelia tente de convaincre son frère de venir à l’hôpital en lui proposant de terminer l’intervention qu’elle est en train de pratiquer. Derek lui coupe la parole en lui signalant qu’il va arriver dans une zone où le réseau téléphonique est mauvais. Effectivement, Amelia ne l’entend déjà plus. Elle signale à ses consœurs qu’elle a perdu son frère.

    Dans son rétroviseur, Derek remarque une voiture de sport qui arrive à toute vitesse et le colle de très près, avant de le doubler dans un crissement de pneus. Derek peste. Il roule déjà au-dessus de la limite autorisée. L’autre chauffeur est donc largement en infraction. Derek n’en revient pas de voir la voiture de sport refaire les mêmes manœuvres dangereuses avec un autre véhicule. Et tout à coup, c’est l’accident. En se rabattant trop brusquement sur la bande de circulation, la voiture de sport heurte l’autre véhicule, les entrainant tous les deux dans une série de tonneaux. Derek freine à fond pour éviter la collision.

    Il réussit à s’arrêter sans encombre. Après avoir repris ses esprits, il cherche son téléphone pour prévenir les secours mais il ne le trouve pas. Ne voulant pas perdre plus de temps à le chercher, il sort de sa Porsche Cayenne et court jusqu’à la première voiture. Une femme est au volant et elle appelle une certaine Winnie. Derek monte sur la voiture pour ouvrir la portière mais il n’y arrive pas. Comme la conductrice commence à paniquer, il lui parle. Il lui demande son prénom – Sarah – et qui est Winnie. Sarah lui explique que c’est sa fille, laquelle est assise à l’arrière. Elle veut être sûre qu’elle va bien. Derek l’enjoint à rester calme et à ne pas bouger. Il se déplace sur la voiture afin de voir ce qui se passe à l’arrière. Il découvre une fillete d’une dizaine d’années à qui il demande si elle a mal quelque part. L’enfant hoche la tête. Derek lui demande pour quelle raison elle ne parle pas. Elle lui répond qu’elle pense être morte. Derek le prie de tendre le bras jusqu’à lui afin qu’il puisse prendre son poignet. Il la rassure, elle n’est pas morte puisqu’il sent son pouls, ce qui veut dire que son cœur continue de battre. Il précise qu’il est médecin et l’invite à vérifier ce qu’il vient de lui dire en sentant son poignet. Winnie obtempère et rassure sa mère, elle n’est pas morte. Derek sourit. Il revient vers la mère et lui confirme que sa fille va bien. Il lui demande ensuite si elle a un téléphone afin d’appeler les secours. Sarah voit son téléphone dans la voiture mais il est complètement détruit. De toute façon, elle connait bien le coin et elle sait qu’il n’y a pas de réseau à cet endroit. Derek la prévient qu’il va aller jusqu’à l’autre voiture pour voir si le conducteur a un téléphone. Sarah recommence à paniquer à l’idée qu’il va les laisser, elle et sa fille. Elle ne voit pas l’utilité qu’il aille chercher un téléphone dont il ne pourra pas se servir. Derek insiste, il veut aller voir les occupants de l’autre voiture et vérifier leur état, comme il l’a fait pour elle. Il promet de revenir.

    Il descend de l’épave et court jusqu’à la voiture de sport qui est sur le toit. Il se jette au sol pour voir à l’intérieur de l’épave et constate qu’il n’y a personne. Surpris, il se relève et crie pour appeler les occupants. Il commence à scruter les alentours quand il entend un appel à l’aide. Il se dirige vers la voix et découvre une jeune femme, Alana, allongée sur le sol. Elle se plaint d’avoir du mal de respirer. Derek pense qu’elle a eu le sol coupé en atterrissant sur le sol, après avoir été éjectée de la voiture. Il lui demande si elle a mal quelque part, elle répond que non. Tout à coup, elle panique. Elle doit partir, elle ne devrait pas être là. Il faut qu’elle appelle sa mère. Elle sort son téléphone portable de la poche de son pantalon. Elle s’énerve parce que son téléphone ne fonctionne pas. Derek tente de la calmer en lui disant qu’elle est en état de choc et qu’il se pourrait qu’elle ait un problème dont elle ne se rendrait pas compte à cause de l’adrénaline. Alana se calme instantanément. Derek lui demande quel jour ils sont. Elle répond que c’est un jeudi. Elle devrait être en train de passer un examen de chimie. Derek suppose que c’est pour ça qu’elle roulait si vite. Alana l’informe que ce n’est pas elle qui conduisait la voiture mais Charlie. Le véhicule, c’est celui du père de ce dernier. Derek se relève et regarde autour de lui. Personne à l’horizon. Mais il aperçoit, de l’autre côté de la route, une chaussure. Il court jusque là et observe les alentours. C’est alors qu’il voit un jeune homme marcher en plein milieu de la route, comme un automate. C’est Charlie. Derek l’appelle mais il ne réagit pas. Derek le rejoint. Lorsque Charlie se tourne vers lui, Derek constate qu’il est gravement blessé à la tête. Charlie, qui ne semble pas avoir conscience de ce qui s’est passé, se plaint de ne pas être bien. Derek l’invite à ne pas rester sur la route. Charlie ne veut pas bouger, il veut savoir ce qui s’est passé. Tout à coup, il s’évanouit dans les bras de Derek. Les voilà tous les deux par terre, sur la route.

    Derek a réussi à ramener Charlie près d’Alana. Il l’allonge par terre. La jeune fille panique parce que son ami ne parle pas. Derek lui fait remarquer que Charlie a été grièvement blessé à la tête. Il va avoir besoin d’une trousse de secours pour le soigner. Il va dans le coffre de sa voiture pour prendre la sienne. Malheureusement, elle n’est réduite qu’au strict minimum, un rouleau de gaze. Après avoir pris son cric, il repart vers la voiture de Sarah. Cette dernière lui signale qu’il y a une trousse de secours dans le sac à dos de Winnie, à l’arrière de la voiture. Après avoir recommandé à la fillette de faire attention, Derek casse le pare-brise arrière. Après avoir trouvé la trousse de secours, il prend le temps de faire sortir Winnie de la voiture. Sarah est soulagée de savoir que sa fille est en sécurité à l’extérieur. Derek lui promet de revenir tout de suite pour l’aider. Sarah lui fait remarquer en plaisantant qu’elle n’a pas l’intention de partir. Derek demande à Winnie de rejoindre les deux autres personnes tandis qu’il aidera sa mère à sortir. Winnie n’a pas du tout envie d’aller près de ceux qui les ont mis dans cette situation. Elle préfère attendre près de sa voiture. Derek insiste. Il y a dans la trousse de secours du matériel qui pourrait aider Charlie et Alana. Winnie comprend qu’il veut l’éloigner pour lui éviter de voir sa mère souffrir quand elle sortira de la voiture. Après avoir nié, Derek admet qu’elle a raison. Winnie assure qu’elle peut tenir le coup. Elle explique à Derek qu’elle a vu son père mourir sous ses yeux, d’une crise cardiaque, alors qu’ils étaient en train de pêcher sur un lac. Derek la rassure, personne ne va mourir. Winnie objecte qu’il n’est pas Dieu et que donc, il ne peut pas en être sûr. Il acquiesce d’un signe de tête. Winnie accepte cependant d’aller rejoindre les deux autres blessés. Derek remonte sur la voiture et brise la vitre de la portière de Sarah. Cette dernière enrage. Elle adorait cette voiture, en plus c’était sa première voiture neuve. Et maintenant, c’est foutu à cause d’un homme riche qui fait sa crise de la quarantaine. Derek lui apprend qu’il s’agit en fait d’un jeune homme de dix-sept ans. Sarah est dépitée, maintenant, elle ne peut plus haïr le chauffard. Derek lui annonce qu’il va la faire sortir de la voiture et que ça risque de lui faire mal. Elle pense que ce ne sera peut-être pas le cas, car elle ne sent presque plus sa jambe. Après l’avoir examinée brièvement, Derek diagnostique une dislocation de la jambe. Il explique à Sarah qu’une fois qu’il l’aura fait sortir de la voiture, il lui remettra la jambe en place. Il ne lui cache pas que ça va lui faire horriblement mal.

    De l’autre côté de la route, Alana tente de trouver un réseau tandis que Winnie s’occupe de désinfecter la blessure de Charlie. Celui-ci ne réalise toujours pas ce qui s’est passé. Alana lui répète qu’il y a eu un accident de voiture. Tout à coup, elle pose la main sur son ventre en poussant des cris de douleur. Elle se plaint d’avoir envie de vomir. Charlie demande une fois encore ce qu’ils font là. Alana répond sur un ton agacé qu’ils ont eu un accident de voiture. Ils entendent le hurlement poussé par Sarah lorsque Derek l’extirpe du véhicule.

    Derek a allongé Sarah sur le côté de la route. Elle lui demande de la laisser tranquille. Derek refuse, il doit absolument soigner sa jambe. Sarah le supplie d’attendre l’arrivée des secours. Derek lui explique qu’il n’a pas le choix. La fracture ayant coupé la circulation sanguine, s’’il ne fait rien, elle pourrait perdre sa jambe. Elle lui demande d’attendre. Il lui dit oui mais au même moment, il replace la jambe. Sarah pousse un grand cri avant de lui dire qu’elle le déteste. Il sourit. Winnie lui signale que la voiture de Charlie est en train de prendre feu. Derek traverse la route en courant. Il ordonne à Alana de s’éloigner et aide Charlie à se relever. Il le soutient pour l’amener auprès des autres personnes. Ils sont à peine arrivés que la voiture explose. Une colonne de feu monte vers le ciel. Derek explique à Winnie que ça va être certainement remarqué par quelqu’un qui avertira les secours.

    Alana continue de se plaindre. Elle n’est pas censée être là. Elle est une matheuse et une violoncelliste talentueuse. Elle suit cinq cours de niveau supérieur et son taux de présence aux cours est parfait ; elle n’a jamais manqué un seul jour d’école. En un mot, elle est plutôt ennuyeuse. Quant à Charlie, il a été élu roi du bal de promo et il est plutôt du genre cancre. Mais il est populaire et craquant et quand il lui a proposé de faire un tour en voiture, elle a cru que la terre était sortie de son axe, parce qu’elle n’est pas le genre de fille que Charlie embrasse. Elle pousse un nouveau cri de douleur en se tenant le ventre. Derek remarque que du sang s’écoule de la bouche de la jeune fille. Cette dernière ne cesse pourtant de parler, implorant que quelqu’un fasse quelque chose pour la ramener dans le monde réel. Pour la calmer, Derek lui ordonne de le regarder dans les yeux. Il demande ensuite l’aide de Winnie pour allonger Alana sur le sol. L’adolescente pleure et dit qu’elle a peur. Derek le sait et la rassure du mieux qu’il peut. Il l’avertit qu’il va déboutonner son jean afin d’examiner son ventre. Il constate alors que l’abdomen de la jeune fille est ouvert en deux, laissant apparaitre les intestins. Winnie a une expression de dégoût et Sarah pousse un petit cri. Derek lui dit de se taire, pour ne pas effrayer Alana. En vain. Celle-ci a compris qu’il y avait un problème et crie qu’elle va mourir. Les deux mains sur le ventre d’Alana pour le comprimer, Derek assure qu’il n’y a rien de grave, juste une petite coupure au ventre. Il va s’en occuper. Lorsqu’Alana lui demande ce qu’il va faire, il ne répond pas. Elle comprend qu’il n’en sait rien et elle recommence à crier qu’elle va mourir. Derek la prie de cesser de dire ça. C’est insultant pour lui, car il ne les laisse pas les gens mourir. Il est très bon dans son domaine, même au bord d’une route. Il faut juste le laisser réfléchir. Après quelques secondes, il demande à Sarah si c’est bien des vêtements revenus de la blanchisserie qu’il a vus dans sa voiture. Elle le lui confirme. Derek et Winnie vont donc chercher les plastiques qui protègent les vêtements.

    Tandis qu’il utilise le plastique pour emballer l’abdomen d’Alana, Derek demande à cette dernière si le baiser qu’elle a échangé avec Charlie était le premier. Elle répond que oui, à l’exception d’un baiser donné à un autre garçon, un violoncelliste lui aussi, mais ce baiser ne comptait pas parce que c’était juste pour s’entrainer. Winnie demande à sa mère si c’est ce qu’elle devrait faire aussi. Sarah répond que non. Alana lui donne raison, elle n’est pas un exemple à suivre. En plus, embrasser Charlie ne valait pas tout ce qui vient de se passer. Derek répond que tous les baisers qui précèdent le bon ne comptent pas de toute façon. Il a embrassé beaucoup de femmes mais la première fois qu’il a embrassé son épouse –elle n’était pas sa femme à l’époque mais juste une fille dans un bar – il a eu l’impression de ne jamais avoir embrassé personne d’autre avant. C’était comme si ce premier baiser était le bon. Sarah, que ce discours a conquise, lui demande s’il a un frère.

    Une fois qu’il a terminé d’emballer le ventre d’Alana, Derek se relève et se met sur le bord de la route avec Winnie. Lorsque celle-ci l’entend dire que c’est un beau jour pour sauver une vie, elle lui demande ce que cela veut dire. Il lui apprend que c’est quelque chose qu’il a l’habitude de dire. On perçoit le son encore très éloigné d’une sirène d’ambulance. Sarah demande à ses compagnons s’ils l’ont entendue. Winnie et Derek répondent que oui. Winnie suppose que cela veut dire que quelqu’un a vu la colonne de fumée. Elle se jette dans les bras de Derek. Un camion de pompiers apparait devant eux.

    Peu après, les blessés sont embarqués dans les ambulances. A nouveau, Winnie se serre contre Derek. Il lui promet que la première chose qu’il fera le lendemain matin, c’est de lui rendre visite à l’hôpital. Elle le remercie avant de monter dans l’ambulance, près de sa mère. Celle-ci remercie aussi Derek. Il lui sourit. Les portes de l’ambulance se referment. Un pompier vient féliciter Derek pour ce qu’il a fait. Il lui conseille de renter chez lui et de boire un verre, il l’a bien mérité. Derek le remercie. Une fois le pompier parti, il regarde encore en direction de Winnie qui ne le quitte pas des yeux. L’ambulance démarre. Derek et la fillette se font un signe de la main pour se dire au revoir.

    Les services de secours sont partis et la dépanneuse qui transporte la voiture de Charlie s’éloigne. Derek remonte dans sa voiture. Après avoir bouclé sa ceinture de sécurité, il démarre et entame un demi-tour. Il est en plein milieu de la route lorsqu’il s’arrête pour chercher son téléphone portable. On entend au loin le klaxon d’un camion. Distrait, Derek n’y fait pas attention. Il trouve enfin son téléphone et le porte à son oreille, tout en tournant la tête vers la route. C’est à ce moment-là qu’il voit le camion arriver à toute vitesse sur lui. L’effroi se lit sur son visage. Le choc est terrible.

    Voix off : Elle m'a dit de ne pas m’inquiéter. Elle m'a dit que tout irait bien. Amusant, n’est-ce pas? La façon dont la mémoire fonctionne ? Les choses dont on ne se rappelle pas trop, et les choses qu’on ne peut jamais oublier.

    Une ambulance s’arrête dans la cour des urgences du Grey Sloan Memorial. Owen et Amelia se précipitent pour accueillir le patient. Ils l’emmènent aussitôt à l’intérieur.

    Au même moment, dans un autre hôpital. Une ambulance s’arrête dans la cour des urgences. Un médecin sort et prie l’ambulancier de ne pas faire sortir le patient du véhicule. Il n’y a plus de place pour l’accueillir

    L’ambulance qui transporte Derek s’arrête devant un autre hôpital. Un médecin, Toby, sort en courant et demande à l’ambulancier de repartir. Il n’y a plus de place pour accueillir un nouveau patient. On vient de leur en amener quatre, une femme et son enfant, une fille qui a un problème d’intestin et un gars qui est blessé à la tête. Il insiste sur le fait qu’ils ne peuvent pas s’occuper de ce nouveau patient, parce que leur hôpital n’est pas un centre de trauma. Ils ne sont pas équipés pour soigner un cas aussi grave et en plus, ils n’ont pas de chambre disponible. Néanmoins, l’ambulancier sort son patient du véhicule en disant qu’il va falloir faire de la place. Sinon, ils vont en faire quoi ? Il invite Toby à regarder le patient. Il s’agit de Derek. Il a les yeux grands ouverts ; son visage est ensanglanté et il porte une minerve pour immobiliser sa nuque. Résigné, Toby dit à l’ambulancier d’amener Derek à l’intérieur. Il espère que ça ne va pas lui retomber dessus. Pendant qu’on fait rouler sa civière, les yeux de Derek vont de droite à gauche ; sans doute essaie-t-il de voir où il est.

    L’ambulancier explique à Toby que ce patient, dont on ne connait pas l’identité, a été heurté par une semi-remorque. Il est gravement blessé à la tête, à la poitrine et à l’abdomen. Il est en hypotension. Le pouls est faible. Pendant que les médecins l’examinent, Derek pose son propre diagnostic.

    Pensée de Derek : Tu n’es pas mort. Respire. Lacération sur le crâne. Probablement des fractures multiples. Essaie de tenir.

    Toby explique à une consœur, Edie, que le patient a été désincarcéré de son véhicule et qu’il était inconscient. Maintenant, il réagit faiblement. Edie demande à Derek de s’identifier. Il ne répond pas. Elle lui demande s’il l’entend.

    Pensée de Derek : Oui, oui je vous entends. Perte de la parole. Probable hémorragie cérébrale.

    Edie signale à Toby que les pupilles sont égales et réactives. Elle demande qu’on lui donne un drain

    Pensée de Derek : Bon signe. On devrait quand même faire un scan.

    Après l’avoir ausculté, Edie annonce qu’il a une perforation thoracique et demande qu’on lui donne un drain. Elle redemande à Derek de s’identifier. Il essaie de parler mais il n’y arrive pas. Toby signale à sa consœur que le patient fait de la tachycardie et que sa tension est faible. Il faut lui faire une transfusion de sang. Edie pense qu’il y a sans doute une hémorragie au niveau du thorax. Elle demande qu’on fasse un bilan pré-op, une radio et qu’on fasse venir quelqu’un du service chirurgie.

    Pensée de Derek : Elle est intelligente. je l’aime bien.

    Eddie prévient Derek qu’elle va lui poser un drain et que ça va lui faire très mal. Effectivement, Derek écarquille les yeux sous l’effet de la douleur en poussant un cri étouffé. Edie lui présente des excuses. Elle lui redemande son nom. Est-ce qu’il peut lui dire quoi que ce soit ? Derek remue les lèvres mais aucun son ne sort.

    Pendant qu’un médecin s’occupe de sa mère, Winnie regarde autour d’elle. Elle voit des médecins emmener Alana vers la salle d’opération. Un peu plus loin Toby soigne la plaie que Charlie a la tête. Edie sort de la salle où est alité Derek et s’en va. Winnie est aussitôt intriguée par ce patient. Son instinct lui dit d’aller le voir. Pour ne pas avoir de problèmes avec sa mère, elle prétend devoir aller aux toilettes.

    Un médecin, Paul, se penche au-dessus de Derek. Ce dernier entend Edie indiquer à son confrère qu’il faut faire un scan de la tête pour voir l’étendue des blessures qu’ils ne connaissent pas encore.

    Pensée de Derek : Elle a raison. Vous ne savez pas.

    Paul estime qu’ils n’ont pas le temps de faire un scan car il est plus urgent de s’occuper de l’hémorragie abdominale.

    Pensée de Derek : Arrogant. Parce qu’elle est plus jeune que toi, et probablement parce que c’est une femme.

    Edie tente de défendre son point de vue mais Paul ne la laisse même pas parler. Il veut que Derek soit directement amené au bloc sans passer par le scanner.

    Pensée de Derek (pour Edie) : Tu gères. Allez, ne recule pas.

    Et effectivement, Edie insiste lourdement mais Paul s’entête. Le scan cérébral peut attendre. Quelqu’un vient prévenir que les clichés des radios sont disponibles. Après le départ des médecins, Winnie entre dans la chambre de Derek. Elle n’est pas sûre de le reconnaitre. Elle prononce son prénom.

    Pensée de Derek : Winnie ! Tu ne devrais pas être là.

    En pleurant, la fillette lui prend le poignet et le rassure. Elle sent son pouls ; ça veut dire que son cœur bat toujours et que donc, il n’est pas mort. Elle lui demande de la regarder. Derek tourne son regard dans sa direction. Elle lui ordonne de rester en vie. C’est une belle journée pour sauver une vie, n’est-ce pas ? Paul revient dans la chambre et lui demande ce qu’elle fait là. En pleurant de plus belle, elle lui demande si Derek va vivre. Paul demande à Edie sur un ton énervé à qui est cette enfant. Edie fait sortir Winnie de la chambre.

    Pensée de Derek : Je ne suis pas mort. Je ne suis pas mort.

    A l’extérieur de la chambre, Edie demande à Winnie si elle connait le patient. Winnie répond qu’il s’appelle Derek. Edie suppose qu’il doit s’agit d’un de ses voisins ou d’un membre de sa famille. Winnie dit qu’il est son ami ; elle vient de le rencontrer. Elle explique ensuite qu’il s’agit de l’homme qui les a secourues, elle et sa mère. Il a réparé la jambe de cette dernière, et il a soigné les deux autres victimes de l’accident. En fait, il leur a sauvé la vie à tous les quatre. Elle ajoute qu’il est médecin, un chirurgien, croit-elle. Edie est interloquée.

    Pensée de Derek : Ma tête, regardez ma tête.

    Derek grimace de douleur. Au même moment, l’alarme du moniteur se met à sonner. Derek se redresse et saisit le bras de Paul. Celui-ci l’enjoint à se calmer. Edie entre en trombe dans la chambre et informe ses collègues que le patient est un chirurgien. Paul est déconcerté. Edie ajoute qu’il a sauvé toues les victimes de l’accident de voiture. Paul s’affaire soudain. Il prévient Derek qu’il va l’anesthésier pour pouvoir dégager ses voies respiratoires. Il lui promet qu’après ça, il ira bien.

    Pensée de Derek : Non, je ne vais pas bien. Vous devez attendre.

    Paul commence à endormir Derek tandis qu’une infirmière. Le souffle court, Derek tente d’attirer l’attention en levant sa main. Edie la lui prend avant de se pencher vers lui pour le rassurer. Tout va bien se passer. Ils sont là pour lui. Les yeux de Derek commencent à se fermer.

    Pensée de Derek : Ce n’est pas bon. Vous auriez dû m’emmener faire un scan de la tête.

    Les médecins courent dans les couloirs en poussant la civière sur laquelle Derek est allongé. Edie fait remarquer que la tension de ce dernier est stable et à nouveau, elle propose de faire un scan crânien.

    Pensée de Derek : Ou, écoutez-la.

    Paul refuse. C’est trop risqué. Le patient risquerait de s’effondrer pendant le scan. Il faut l’opérer au plus vite pour trouver la source de l’hémorragie abdominale.

    Pensée de Derek : Non. Vous avez le temps. Je suis stable. Les gars, je suis stable. Amenez-moi faire un scan crânien.

    En entrant dans le bloc opératoire, Paul annonce à Edie qu’il va pratiquer une laparotomie.

    Pensée de Derek : Je vais mourir parce qu’ils ne sont pas bien formés.

    Dans la salle d’opération, les médecins transfèrent Derek de la civière à la table.

    Pensée de Derek : Je ne sens plus mon bras. Qu’est-ce qui se passe ?

    Edie annonce qu’on peut commencer l’anesthésie.

    Pensée de Derek : Non, j’ai une lacération à la tête. Ne ratez pas ça, ne ratez pas ça !

    Les médecins ont ouvert l’abdomen de Derek. Ils constatent que son colon est perforé. Il va falloir un couper un morceau et pratiquer une colostomie provisoire. 

    Pensée de Derek : Bon, c’est mieux que d’être mort, je suppose.

    Edie signale qu’il y a une lacération au niveau de la rate.

    Pensée de Derek : Meredith la laisserait.

    Paul estime que ce n’est pas nécessaire de soigner cette lacération de la rate. Il demande de vérifier les quatre quadrants (quatre parties divisant l’abdomen en vue antérieure)

    Pensée de Derek : Et elle vérifierait deux fois l’espace rétrohépatique.

    Paul ordonne à son assistante de vérifier l’espace retrohépatique.

    Pensée de Derek : Pas mal.

    L’alarme du moniteur se met à sonner. Edie mentionne qu’il y a une diminution du souffle à droite.

    Pensée de Derek : Vérifiez le tube test.

    Edie signale que le tube test semble bon.

    Pensée de Derek : Vérifiez encore.

    Paul déclare que Derek fait un important hémothorax. Il faut ouvrir la poitrine.

    Pensée de Derek : Non, ne faites pas ça. Attendez. Regardez quelle quantité de sang sort. Ça s’arrêtera surement. Attendez !

    Paul incise la poitrine de Derek.

    Un peu après, Edie signale que le patient est en hypotension. Paul ne comprend pas. Les poumons semblent intacts. Il n’y a aucune hémorragie dans la poitrine. Edie trouve que ça n’a pas de sens. Elle est certaine qu’ils sont en train de passer à côté de quelque chose. Elle demande qu’on prépare Derek pour une échographie thoracique.

    Pensée de Derek : Non, pas ça. Ce n’est pas ça que vous ratez.

    Une autre alarme résonne, signalant une bradycardie. Les médecins ne comprennent pas.

    Pensée de Derek : Vérifiez ma tête !

    Tout à coup, Paul a une illumination. Le patient a une lacération à la tête. Paul et Edie échangent un regard inquiet. Paul demande à l’anesthésiste de vérifier les pupilles de Derek. Après avoir regardé, l’anesthésiste déclare que la pupille droite est dilatée. Edie ordonne qu’on prévienne le neuro immédiatement. L’infirmier répond qu’il vient de le faire.

    Pensée de Derek : Bipez-les encore !

    Il est 20h05. En attendant le neurochirurgien, les médecins ont suspendu l’intervention. Edie demande à l’infirmier de rappeler le neuro chirugien.

    A 20h15, on vient les avertir que le ce dernier est à un diner de famille.

    Pensée de Derek : Un diner ?

    Il a dit qu’il sera là dans vingt minutes.

    Pensée de Derek : Ce sera trop tard !

    Les médecins semblent catastrophés.

    20h25. le neurochirurgien n’arrive toujours pas. Paul se demande ce qu’il fait. Edie demande qu’on le bipe encore une fois.

    20h47. Le neurochirurgien, le Dr Cohn, entre dans la salle. Il demande à ses confères ce qu’ils ont encore fait comme connerie. Edie est ulcérée. Comment ose-t-il dire ça ? Il était de garde. Pourquoi a-t-il pris autant de temps pour venir ? Il était censé être là en vingt minutes.

    Pensée de Derek : Ça n’aurait pas fait de différence.

    Cohn réplique que s’ils avaient fait un scan de la tête, ils auraient pu l’appeler plus vite. Maintenant, que va-il encore pouvoir faire ? Paul et Edie se défendent. Ils devaient contrôler l’hémorragie abdominale. Cohn n’est pas d’accord. Le patient était stable. Ils avaient le temps de faire le scan. Maintenant, il va devoir travailler d’arrache-pied pour sauver cet homme.

    Pensée de Derek : C’est inutile.

    Edie rappelle à Cohn qu’il était censé ne mettre que vingt minutes pour venir, pas une heure et demie. Ils avaient une chance de sauver le patient. Choqué qu’une subalterne ose lui faire la leçon, Cohn exige qu’elle sorte de la salle d’opération. Edie n’en revient pas mais elle est obligée d’obtempérer. Après son départ, Cohn annonce qu’il va aller se laver les mains pour l’intervention. Il demande qu’on prépare les instruments pour pratiquer une craniotomie. Ils ont déjà perdu assez de temps comme ça.

    Pensée de Derek : C’est trop tard. Vous êtes trop tard.

    Meredith se décide enfin à ouvrir sa porte aux policiers.

    Elle est à la porte de la chambre d’hôpital dans laquelle Derek se trouve. Il se tourne vers elle et lui sourit. Elle s’avance vers son lit en lui demandant ce qu’il a fait. Il lui répond qu’il a fait ce qu’il fait toujours, sauf que cette fois il a failli mourir en le faisant. Meredith lui demande d’arrêter de faire de telles blagues. Elle a eu peur. Derek la rassure. Elle ne doit pas avoir peur, il ne va aller nulle part. Elle s’allonge sur le lit, à ses côtés. Il la prend dans ses bras. Elle se pelotonne contre lui et ferme les yeux.

    Malheureusement ce n’est pas la réalité, juste le fruit de l’imagination de Meredith. Les policiers sont toujours devant elle. Ils lui demandent s’ils sont bien au domicile de Derek Shepherd. Elle répond que oui et qu’elle est son épouse. Ils lui apprennent que son mari a eu un accident et ils l’invitent à venir avec eux. Interloquée, Meredith ne répond pas. Le policier lui demande si elle va bien. Elle répond qu’elle ne peut pas partir en laissant ses enfants.

    Les policiers ont amené Meredith et ses enfants à l’hôpital où Derek est hospitalisé. Tenant Zola par la main et poussant la poussette de Bailey, Meredith avance telle une automate. Elle voit une fillette assise dans le couloir. Elle voit aussi du sang par terre. Cela la replonge des années en arrière, quand elle avait accompagné sa mère à l’hôpital. Elle réentend le médecin lui dire que ce n’est que du sang, puis sa mère lui dire qu’elle ne doit pas avoir peur. Après qu’une assistante sociale ait pris ses enfants en charge, elle est conduite jusqu’à un ascenseur. Dans la cabine, elle repense à elle, quand elle avait cinq ans et qu’elle avait dû appeler les secours pour sa mère qui venait de faire une tentative de suicide. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent.

    Meredith est dans la chambre de Derek. Celui-ci a été placé sous assistance respiratoire. Le Dr Cohn présente ses condoléances à Meredith. Il lui dit qu’elle ne peut pas imaginer à quel point ils sont tous désolés pour son mari. Le Dr Shepherd était un chirurgien incroyablement talentueux. Edie, qui est à ses côtés, a du mal de canaliser son émotion. Cohn ajoute qu’il était un admirateur du travail de Derek. Ça a été un honneur de… Meredith se retourne vers Cohn et le fusille du regard. Cohn n’ose plus parler. Sans un mot, Meredith tend la main vers Edie qui lui remet le dossier médical de Derek. Après l’avoir consulté pendant quelques minutes, Meredith se tourne vers Edie et laisse tomber froidement que la décision de ne pas faire de scan cérébral était mauvaise. Mal à l’aise, Edie objecte que leur hôpital n’est pas un centre de trauma mais un hôpital universitaire. Meredith lui coupe la parole. Oui, elle sait, ils ont fait de leur mieux, dit-elle avec une extrême froideur. Elle leur tourne le dos pour regarder son mari, et ensuite les données affichées par les différentes machines.

    Par après, elle est assise dans un couloir. Zola dort, la tête sur les genoux de sa mère. Paul vient près de Meredith et propose, si elle est prête, de lui expliquer comment les choses fonctionnent. Elle lui demande où sont les papiers qu’elle doit signer. Paul insiste. Il y a certaines choses qu’elle doit savoir, des choses difficiles. Elle lui apprend qu’elle est médecin, elle aussi, chirurgienne comme l’était son mari. Alors, elle sait comment ça marche. Elle sait que Paul a attendu le délai obligatoire pour déclarer officiellement le décès de Derek. Normalement, il devrait lui parler du don d’organes mais d’après le dossier, il ne reste pas grand-chose à donner. Paul baisse les yeux. Meredith ajoute qu’il faut libérer la chambre occupée par Derek et voilà pourquoi il faudrait qu’elle signe les documents indiquant ce qu’elle veut faire de son mari, maintenant qu’il est mort ou presque. Est-ce qu’elle veut l’envoyer dans un centre spécialisé en croisant les doigts pour qu’un miracle se produise ou bien est-ce qu’elle veut le débrancher en arrêtant tous les traitements et les soins qui pourraient apporter du confort au patient ? En un mot, mettre fin à tout ce qui maintient Derek en vie et agir comme tout médecin le ferait. Au fur et à mesure qu’elle parlait, ses yeux se sont emplis de larmes. Paul n’ose même plus la regarder. Elle lui demande si elle n’a rien oublié. Sa voix s’étrangle. Est-ce de ça dont il voulait lui parler, alors qu’elle est assise dans ce couloir avec ses enfants qui dorment ? Est-ce qu’il est train de lui dire qu’elle doit tuer son mari ? Elle lui ordonne de lui remettre les documents. Paul veut s’exprimer mais elle lui crie de lui donner les documents. Elle les lui arrache des mains.

    Elle sort de l’hôpital à toute vitesse. Elle a du mal de respirer et elle a la nausée. Elle ne remarque pas Edie qui est assise sur un banc en train de pleurer toutes les larmes de son corps. Meredith respire profondément pour tenter de se calmer. Edie la voit et décide de s’en aller. Mais au moment de rentrer dans l’hôpital, elle se ravise et vient lui parler. Meredith ne la regarde même pas. En sanglotant, Edie lui présente des excuses. Elle sait que ça n’a plus d’importance maintenant mais elle veut lui faire savoir qu’elle regrette vraiment de n’avoir pas pu sauver Derek qui, lui, a sauvé toutes ces personnes. Elle sait qu’elle aurait dû le sauver, c’était son travail, mais elle a échoué. Maintenant, Derek va mourir, parce qu’elle n’a pas été suffisamment compétente. Horripilée par ces jérémiades, Meredith lève les yeux au ciel en secouant la tête. Elle finit par se tourner vers sa consœur pour lui dire qu’effectivement, elle a échoué, parce qu’elle n’était pas assez bonne. Mais demain, c’est vendredi. Il va y avoir plus de patients qui vont arriver à l’hôpital. Des gens qui auront besoin d’être sauvés ; une mère, un enfant, un mari. Ils auront besoin qu’Edie les sauve. Meredith conseille à cette dernière de tirer des leçons de ce qui s’est passé avec Derek afin d’être meilleure la prochaine fois. Edie lui demande ce qui se passera si ce n’est pas le cas. Meredith estime qu’il ne peut pas en être autrement. A partir d’aujourd’hui, Edie verra le visage de Derek dans celui de chaque patient qu’elle sera amenée à soigner. Elle se souviendra qu’il était sous sa responsabilité quand il est mort. Il va la hanter. C’est ce que font toujours les cas difficiles. Il suffit d’un seul cas. Mais c’est ce qui va amener Edie à travailler plus et à s’améliorer, ou au contraire, à abandonner. Mais cela, Meredith ne peut l’envisager. Edie n’a pas le droit de se conduire lâchement et de gaspiller ce à quoi Derek aurait consacré le reste de la vie. Meredith lui ordonne de reprendre son travail, car elle ne va pas sauver des vies en restant dehors. Edie veut encore lui présenter des excuses mais Meredith lui coupe la parole. Oui, elle sait. Elle lui tourne le dos. Edie rentre dans l’hôpital. Meredith court jusqu’à un arbre et vomit.

    Elle rentre dans l’hôpital. Après avoir jeté un coup d’œil aux patients – Alana est sortie de la salle d’opération et sa mère attend qu’elle se réveille de l’anesthésie – Meredith retourne dans la chambre de Derek. Elle demande à l’infirmière qui est présente si l’assistante sociale pourra s’occuper de ses enfants jusqu’au moment où Derek rendra son dernier souffle. L’infirmière répond que oui. Elle lui demande ensuite de lui remettre les documents signés. Après les lui avoir donnés, Meredith s’approche de Derek. L’infirmière ferme les stores de la chambre. Elle annonce ensuite qu’elle va commencer et invite Meredith à s’asseoir près de son mari. Meredith s’exécute. L’infirmière commence à arrêter les machines. Elle s’apprête à retirer le tube qui relie Derek au respirateur quand Meredith lui demande d’arrêter, juste un moment. Une larme coule sur sa joue. Elle prononce le prénom de son mari, deux fois, comme si elle voulait voir si ça ne le fait pas réagir.

    Elle revoit leur première rencontre, au bar de Joe, leur nuit de noces après le mariage post-it, la première opération qu’ils ont faite ensemble, le jour où il l’a emmenée pour la première fois à la caravane, le jour où il lui a dit qu’elle était l’amour de sa vie, où il l’ a demandée en mariage, les premiers pas de Zola, la naissance de Bailey, le jour où il lu a dit qu’elle était comme une bouffée d’air frais et qu’elle l’avait empêché de se noyer, le jour où il lui avait dit je t’aime pour la première fois, la maison de bougies, le matin de leur première nuit ensemble quand ils s’étaient dit leur prénom.

    Meredith prononce encore une fois le prénom de son mari, dans un murmure, tout en lui caressant la joue. Elle lui dit que ça va, qu’il peut partir, que les enfants et elle iront bien. Elle se lève et pose la main sur la poitrine de son mari. L’infirmière lui demande si elle est prête. Elle répond que non mais qu’il faut le faire quand même. L’infirmière arrête le respirateur et retire le tube de la bouche de Derek. Il pousse un soupir et s’éteint. Le moniteur se met à sonner. Meredith est dévastée. Elle se tourne vers l’infirmière qui se décide enfin à éteindre le moniteur. Meredith regarde son mari en caressant furtivement son torse. L’infirmière sort de la chambre pour la laisser seule avec Derek. Meredith croise les mains sur sa poitrine.


  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Avril 2015 à 17:56

    Episode cataclysmique, épisode navrant de bâclage...MCDREAMY est mort cry j'ai une de ses haines depuis hier matin....

    La haine est mauvaise conseillère mais comment faire après un tel épisode de "MERDE" oui un épisode de Merde, il ne tient pas la route un instant dans son contenu, son scénario et dans sa philosophie, il y a une seule chose à retenir, elle a tué DEREK et "gratuitement" pour son plaisir personnel parce qu'elle doit jouir quand elle tue des mecs, des mecs (ou des nanas) qui osent dire ce qu'ils pensent...sans détour !

    Dans cet épisode qu'elle a écrit avec ses pieds et une truelle, j'ai le sentiment d'avoir vu un épisode "pour que tu fous le camps et Fissa mon gars"
    elle se donne bonne conscience, elle va surement donner quelque chose aux fans MERDER pour qu'ils se calment et qu'ils rentrent à l'enclos à bestiaux...oui parce que la façon de faire hier soir, elle nous a pris pour des animaux !

    On ne croit pas un instant à l'aspect " Super Héros " est-il bien nécessaire de lui faire jouer ce rôle ? il a fait maintes et maintes opérations héroïques, il est notre héros, pas besoin de nous convaincre en allant jouer à SuperMan du sauvetage !

    Ensuite je dirais que tout est caricatural dans cet épisode, l'épisode avec des médecins à la gueule patibulaire, un neuro qui est en train de bouffer en famille et qui ne vient pas rapidement, une erreur médicale donc...
    Le pompon, Derek qui commente sa mort en live, sa montée vers le ciel..

    Y a personne, même pas Meredith qui demande le transfert dans un autre hosto, le leur en l’occurrence, Derek est propriétaire d'un hosto HIGH TECH composé de pontes de la médecine et il meurt dans un hosto à Seattle hein qui ressemble un hôpital dans la brousse !

    Ironie du sort hein, fallait y aller FRANCO hein !! un Neuro qui meurt d'une hémorragie cérébrale, un Neuro qui a le cerveau mort...et comment je vous le demande ???? par un accident de voiture en Porsche...
    Alors là je me dis, Shera, Boa te l'avait dit sur le ton de la rigolade il y a plusieurs semaines et on avait bien ri.....j'en pleure maintenant !!!

    alors si je résume :

    1) Mort cérébrale pour un Neuro

    2) Accident de voiture en Porsche, pour un pilote Porsche, quel symbole (Merci Boa pour ce rappel qui m'avait percuté et rire à l'époque)

    3) George s'est pris un bus, Derek un camion....bon alors la scène, en fait, j'ai crû que c'était un train tellement que c'était mal fait ! et puis même, si on se prend un camion à cette vitesse, on est en miettes, en puzzle même !

    4)Réalisation de MERDE en plus, on dirait les décors de AB PRODUCTION dans hélène et les garçons !

    5) l'hosto le plus minable de Seattle, c'était pour lui évidemment, il a pissé sur tous les TOTEMS du monde

    6) le doc le plus pourri, c'était pour lui aussi ! le totem vous dis-je

    7) et le meilleur pour la fin, l'hosto a fait une erreur médicale et là, Meredith dit un truc du genre "vous ferez mieux la prochaine fois, c'est de cette façon qu'on apprend" en parlant au mec qui a tué son mari...

    Et là, je me suis demandée quand quel monde vivait SR parce que je ne sais pas vous mais dire à un doc qui a tué mon mari : "c'est pas grave mon gars, la prochaine fois tu ne te louperas pas" c'est impossible, inimaginable et la dialogue le plus improbable et le plus bidon que je n'ai jamais entendu !

    Moi le doc, il me tue mon mari à cause d'une erreur ou de son incompétence..., le doc je le lui dis de se tirer de ma vue fissa parce que le scalpel pour le poignarder, ça me tente bien !

    8) le meilleur bis....question ironie.....HOW TA SAVE A LIFE....il a perdu la sienne, si ce n'est pas une provocation ça...

    Voilà, en résumé, SR a écrit un épisode à la truelle, incohérent et bâclé à mort juste pour se débarrasser de Patrick Dempsey...

    elle a tué le beau couple TV que nous n'aurons plus jamais, je la hais, je la maudis, j'ai envie de hurler encore ce matin

    SR tu es une GROSSE PETASSE (pardon mais j'ai le droit today), tu vas le payer très cher dans ta manière de gérer l'humain....et surtout ton nouveau chapitre GA avec de la fraicheur...tu te le fous au cul et bien profond (pardon encore)

    Pour finir, je ne reverrai plus jamais cet épisode, la suite des épisodes, avec Boa nous avons promis de finir la saison, nous allons le faire !!

    Je vous souhaite du courage les copines lors du visionnage de l'épisode, gros CALINS à vous !!

    ce sera le seul com, pour ma part, pour cet épisode...

    2
    angesmelina
    Samedi 25 Avril 2015 à 19:53

    Horrible pourquoi comme sa Derek Meredith sont l'ames de la série je suis dégouter choquer pourquoi l'avoir tuer il aurait suffit de le laisser de l'autre coter du pays mémé séparer plutôt que mort cryje suis horrifié j'ai pas les mots Meredith je ne l'imagine pas sans Derek seul avec ses enfants pour moi Shonda a signer la fin de Grey's Anatomy cry

    3
    lili83
    Samedi 25 Avril 2015 à 23:53

    Les téléspectateurs ont tous les pouvoirs si personne ne regarde plus ses séries on ne parlera plus d'elle dans quelques années boycottons ses séries et pour ma part c'est termine je ne regarderai plus rien qui sera signé SR quant a à cet épisode je ne le regarderai pas je veux rester sur l'image de Derek vivant. j'ai commence par regarder scandal et je suis venue à Grey's Anatomy après. Scandal j'ai regardé les premières séries et après ça devient  du grand n’importe quoi. conclusion ne regardons plus les séries de SR et après elle ne se prendra plus pour la Queen car comme a dit très justement Ellen Pompeo une série peut être très réussie si personne ne la regarde elle n'est rien .

    4
    Dimanche 26 Avril 2015 à 00:07

    Lili83, je suis d'accord avec toi ! j'ai regardé SCANDAL et c'est du grand n'importe quoi...Une nana et ses gladiators (qui ont tous un grain) qui déplacent des corps, cachent des indices au nez et à la barde d'un procureur général..dans le pays où la justice est l'une des plus rudes !

    Il faut un boycott massif des américains et américaines choqués par cet épisode d'une violence ignoble et gratuite !

    5
    lili83
    Dimanche 26 Avril 2015 à 00:17

    Pour agir ainsi je pense qu'elle est frustrée mais par contre je comprends les autres acteurs qui se taisent car ils ont peur pour leur job et apparemment elle a des soutiens dans ce milieu car tout est mêle la politique le business et si tu n'es pas d'accord avec elle, tu risques de ne plus retrouver de contrat c'est un milieu pourri ou elle a l'air de naviguer comme un poisson dans l'eau mais des élections approchent et suivant le résultat tout peut basculer car tout est lié.

     

    6
    Hayatmamour
    Dimanche 26 Avril 2015 à 00:25
    C'est un épisode plein de haine et de colère, la grosse mauvaise cruel et mégalomane a voulu régler ses comptes avec Patrick.
    Dans cet épisode elle s'attaque à tout ce qui pourrait le représenter :
    Notre MCDREAMY avec sa belle journée pour sauver des vies, et ensuite bien sur la Porsche la passion de pédé mais bien sur la grosse mauvaise personne avec son gros camion vient le pulvériser.
    Voilà elle a réalisé un autre de ses fantasmes ! Et bien sur le bouquet final Elle le jette dans un trou à rat et le laisse se voir mourir seul bien sûr !
    Je la déteste et je déteste maintenant toutes ces séries !
    Merci en tous les cas les filles pour ce que vous continuez encore à faire

    Dsl pour les fautes
    7
    valerie
    Dimanche 26 Avril 2015 à 09:31
    A nouveau les larmes aux yeux juste en lisant le résumé. J'imagine à quel point cela a du être terrible pour toi Boa de le faire. 3 jours après, je ne m'en suis toujours pas remise. Je suis dévastée et j'ai la haine contre SR mais alors à un point....
    8
    Dimanche 26 Avril 2015 à 10:47

    Jamais encore je n'avais mis tant de temps à regarder un épisode de Grey's. Sachant ce que j'allais y avoir je n'étais pas pressée, je redoutais le moment et je l'ai reculé jusqu'à enfin me décider, plus par respect pour le travail de Patrick Dempsey que par envie.

    J'ai trouvé que cet épisode était une infâmie, un monument de cruauté qui nous permet de bien "profiter" de la mort de Derek Shepherd pendant de longues minutes. Rien ne nous est épargné, même les pensées de Derek en train de mourir

    Je ne sais que dire d'autre, il n'y a plus rien à dire. Je suis vraiment sous le choc, comme si je venais d'assister à la mort d'un proche (chose qui m'a été épargnée jusqu'ici dans la vie, et donc je présente mes excuses à ceux qui ont vraiment vécu ça et qui ne comprendraient pas que je puisse dire une telle chose)

    J'ai pleuré avant par anticipation, en sachant ce qui m'attendait, pendant et je pleure depuis, à chaque fois que j'y pense, et compte tenu de la tenue de ce blog, je suppose que vous devinez dans quel état d'esprit j'ai passé ce week-end.

    Je ne suis pas prête d'oublier le coup que Shonda Rhimes nous a fait jeudi. Non seulement, elle a ruiné notre série mais en plus, elle a ruiné tous les magnifiques souvenirs que nous en avions. Comment regarder les scènes MerDer des premières saisons sans penser à la façon dont tout ça va se terminer ? Pour le moment, je ne le sais pas

    Il y a tant de choses qui m'ont choquée dans cet épisode en dehors de la mort de Derek. Toutes ces allusions personnelles à Patrick Dempsey, comme le fait que Shonda ait décidé de mettre son personnage dans une Porsche, pour avoir cet accident mortel. Comme tout le monde, sait, Patrick fait des courses de voiture sur Porsche. Shonda fait dire à un des personnages "Ce gars riche qui fait sa crise de la quarantaine dans une voiture hors de prix". C'est vraiment trop proche de Patrick et cela me renforce dans l'idée que cet épisode est un véritable règlement de comptes de la part de Shonda. Mais c'est franchement indécent

    Par ailleurs, cet épisode est vraiment pauvre au niveau de son écriture. Il est truffé d'incohérences, comme si Shonda avait décidé de l'écrire - sans doute pour qu'on ne lui reproche pas d'avoir fait moins pour Patrick que pour les autres acteurs qui sont partis - mais qu'elle n'y avait pas porté le même soin.

    Exemples : sur le ferry, Derek téléphone à Meredith. Elle ne l'entend pas et quitte la maison sans son téléphone (alors que dans l'épisode précédent, on la voit avec ce même téléphone à la main tout le temps)
    Derek lui laisse un message et pourtant dans l'épisode précédent, Meredith a déclaré n'avoir eu aucune nouvelle de son mari depuis son départ de la maison.
    Derek téléphone à sa soeur qui à aucun moment, ne dira à Meredith qu'elle a eu son frère en ligne
    Derek est médecin mais il n'a même pas une trousse de secours digne de ce nom dans sa voiture. Pire encore, il semble étonné de découvrir le contenu de celle qui est dans son coffre, à savoir un simple rouleau de gaze.

    Comment ne pas prendre cet épisode comme une gifle en pleine figure ? Quelles qu'aient été les motivations de Rhimes artistiques - j'en doute - ou personnelles (sûrement), Patrick ne méritait pas et nous, encore moins !

    9
    Dimanche 26 Avril 2015 à 17:43
    Je ne sais pas si ça vous à gêné mais moi il y a un autre détail qui m'a perturbé, son téléphone sonne alors qu'il allait repartir et qu'il vient juste de se mettre en plein milieu de la route, il le cherche donc et là un camion sortit de nulle part arrive en l'espace d'une demie seconde, et bien sur il voit la voiture en plein milieu de la route, qu'au dernier moment alors que si je me rappelle bien c'était une ligne assez droite et le percute. Mais c'est pas ça qui me gène le plus, mais le fait qu'il cherche son portable alors qu'il est en plein milieu de la route, je me dis alors qu'il aurait pu l'éviter en cherchant son téléphone un peu plus tard ou en se rabattant, mais non. Je n'est pas mon encore mon permis mais je ne suis pas sûre que j'aurai fais quelque chose de la sorte. Alors je ne sais pas vous mais moi j'ai trouver ça d'un ridicule
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :