• Episode 17.05 : déclaration

    Dans cet épisode, la mère de Miranda Bailey décède du coronavirus et dans la voix off à la fin de l'épisode, l'actrice énumère le nom de quelques victimes de la pandémie dans la vraie vie.

    Zoanne Clack, qui a écrit cet épisode, a expliqué pourquoi elle avait décidé de citer ces noms.

    Il y a plusieurs facteurs qui m'ont inspirée à dire les coms dans la voix off de fin. Lorsque ma mère a contracté le COVID et a failli en mourir, j'ai été vraiment furieuse qu'elle puisse entrer dans l'histoire comme l'une des ramifications sans nom et sans visage de cette maladie. j'ai vu comment celle-ci affectait de façon disproportionnée les Américains noirs, les Américains âgés et les personnes vivant en EHPAD. Ma mère était tout ça. Mais elle a aussi été une enseignante qui a influencé de nombreuses vies réussies et elle a un rire contagieux. C'est l'histoire dont je voulais que les gens se souviennent, et non pas qu'elle a été victime d'une pandémie. Heureusement, après une longue et dure bataille de 7 semaines, elle a survécu au COVID. Elle ne doit donc pas être une parmi d'autres. Mais il y en a tant qui sont parmi les nombreux qui méritent d'être plus que des chiffres ou des statistiques. La mère d'une autre de nos scénaristes, Barbara Driscoll, avait 97 ans et elle s'était battue contre de nombreuses autres infections et maladies avant de succomber au COVID en un week-end. Je serais négligente de passer sous silence le décès de Brittany Bruno-Ringer, l'infirmière de 32 ans qui s'occupait du patient zéro dans le centre de soins de la mémoire de ma mère, qui travaillait sans relâche sans équipement de protection adéquat pour s'occuper de ma mère et des autres résidents atteints de démence. J'ai assisté, impuissante, à la mort de deux parents de mon groupe de soutien "Caring for Parents with Alzheimer's", quelques jours après avoir contracté le virus. "Jacob Lappin" cité par la voix off est un mélange de Jack Lappin (l'arrière grand-père) et de Mitchell Lubitsch (l'amoureux de Broadway). "Wade Klein", c'est Warren Klein, le frère d'un des producteurs médicaux de la série qui se trouve être également un infirmier. Et "Dane Wilson", c'est Diane Wilson, une infirmière des soins intensifs à Paris qui est décédée lors de la première vague d'hospitalisation en Europe. J'ai en fait ajouté son nom à une autre liste constamment mise à jour (et qui a servi d'inspiration pour la fin de l'épisode) qui se trouve sur l'un de mes sites web médicaux appelé Medscape, intitulé : "En souvenir du personnel soignant qui est mort du COVID-19". Les personnes du monde entier peuvent soumettre les noms de leurs collègues, amis et membres de leur famille. Au 1er juillet, la liste comprenait plus de 1800 noms de 64 pays, âgés de 20 à 99 ans. La dernière mise à jour date du 3 décembre, donc on ne sait pas combien de noms y figurent actuellement. Les dernières inspirations sont venues (1) du puissant article du New York Times qui nommait les 100 000 vies que nous avions perdues à cause du COVID à ce moment-là ("Une perte incalculable", publié fin mai) et (2) du mouvement Black Lives Matter quand des manifestants ont brandi les noms des personnes noires qui reposent maintenant en paix. "Le silence est de la complaisance" est devenu pour moi un appel au combat, et la mise en scène de cet épisode a été ma réaction. C'est ma petite contribution à des vies pleines de substance qui ne sont pas oubliées. source

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :