• Episode 2.15 : Break On Through

    Photobucket

    Titre français : Piquet De Grève

    Scénariste : Zoanne Clack

    Réalisateur : David Paymer

    Diffusion États-Unis : 29 janvier 2006 sur ABC

    Diffusion France : 11 septembre 2006 sur TF1

    Référence titre : chanson interprétée par The Doors

    Voix off : En chirurgie, il y a une ligne rouge sur le sol qui délimite l’endroit où l’hôpital ne peut être accessible qu’à certaines personnes autorisées. Franchir cette ligne défendue n’est pas tolérée. En général, les lignes sont là pour une raison. La prudence. La sécurité. La clarté. Si on choisit de franchir la ligne, c’est à ses risques et périls. Comment se fait-il que plus la ligne est grande, plus on est tenté de la franchir ?

    Les infirmières manifestent devant le Seattle Grace Hospital. Izzie et George sont là. George ne veut pas franchir le piquet de grève, pour ne pas décevoir ses parents. Cristina les rejoint et leur dit qu’ils doivent aller s’occuper de leurs patients. Elle franchit le barrage sous les huées et les jets de projectiles divers, notamment de la nourriture. Scandalisée, Izzie décide de l’imiter, par solidarité. Seul George reste campé sur ses positions.

    Meredith est à la maison de repos. On lui signale qu’Ellis a de la visite. Elle aperçoit sa mère, radieuse, en train de discuter avec Richard Webber. Ils évoquent leurs souvenirs d’internat en riant. En les observant, Meredith comprend qu’ils ont été plus que de simples collègues. Elle préfère s’en aller.

    Plus tard, Derek proteste auprès du chef du manque d’infirmières. Richard lui explique que, pour payer leurs heures supplémentaires, il a besoin de trouver 2.000.000$.

    Les internes essaient de repérer celui qui remplacera Bailey pendant son congé de maternité. Tout à coup, ils sont interpellés par une jeune femme très souriante, très enthousiaste, Sidney Heron. C’est elle qui s’occupera d’eux. Son credo : guérir par l’amour.

    Cristina et Alex trouvent un couple, Claire et Wade, allongés sur un lit en train de se faire de gros câlins. Ils sont en pleine lune de miel. Cristina leur demande de se séparer.

    En passant dans un couloir, Meredith entend une vieille dame, Mme Bickham, qui crie et qui, visiblement, a perdu la tête. Meredith crie après une infirmière.

    Olivia vient dire à George qu’il peut franchir le piquet de grève sans crainte. Il ne peut pas, il est lui-même syndiqué. Tout à coup, il s’empare de sa pancarte de revendication et manifeste avec les autres, sous leurs applaudissements.

    Une intérimaire vient aider Meredith à réanimer Mme Bickham qui fait un arrêt respiratoire. L’interne décide de l’intuber.

    Addison et Izzie examinent Cheyenne, une adolescente de 16 ans qui est enceinte. Elle est accompagnée de sa mère qui peste parce qu’elle a perdu une journée de travail. Addison leur apprend qu’il y a une tumeur sur le poumon du bébé, lequel doit être sorti du ventre de sa mère pour subir une intervention. Izzie invite la mère à s’en aller, elle veillera sur Cheyenne.

    Meredith salue Richard qui examine le planning. Elle lui dit qu’elle a rendu visite à sa mère le matin même. Richard fait l’innocent et lui demande de lui remettre ses amitiés, la prochaine fois qu’elle la verra.

    La jeune mariée, Claire, souffre d’une sérieuse infection à la jambe. Cristina en trace le contour afin de pouvoir surveiller son évolution. Le couple explique qu’il aime faire des randonnées et participer à des marathons. Lorsque l’interne apprend que Claire s’est coupée le pied sur des coquilles d’huîtres, elle l’examine plus attentivement et constate que l’infection s’est gravement propagée en quelques secondes.

    Meredith et Derek tombent nez à nez. Il lui donne des nouvelles de son chien. Elle avoue que l’animal lui manque. Addison surgit et lui dit qu’elle lui manque aussi. Elle l’invite à lui rendre visite. Mais elle croit bon de préciser qu’elle parle du chien. Meredith et Derek sont mal à l’aise et l’interne s’en va.

    George défile devant l’hôpital avec les grévistes. Une petite délégation d’infirmières, dont Olivia, lui demande d’entrer dans l’hôpital pour s’occuper de quelques patients particuliers.

    Sidney, Alex et Cristina opèrent Claire lorsqu’on les avertit que la patiente est atteinte de fasciite nécrosante (une bactérie qui ronge les chairs et les os). Sidney fait évacuer le bloc.

    Meredith trouve au chevet de Mme Bickham, Patricia, la secrétaire de Richard, qui lui apprend que la patiente était en soins palliatifs et qu’elle avait refusé d’être réanimée.

    Wade apprend ce dont souffre sa femme, qu’il faut amputer, selon Cristina. Sidney lui dit qu’il y a une autre option : nettoyer les endroits infectés. Le jeune homme aimerait parler à sa femme, pour lui demander son choix, mais ce n’est pas possible, elle doit rester sous anesthésie. Il doit décider seul. Il demande à ce qu’on fasse tout pour sauver sa jambe. Cristina est mécontente.

    Derek et Addison confirment à Cheyenne qu’il faut opérer son bébé au plus vite. Restée seule avec elle, Izzie apprend que la jeune fille vit dans un mobil home avec sa mère et qu’elle fait des études auxquelles elle va devoir renoncer, à cause de la naissance.

    Pendant la suite de l’opération de Claire, Cristina remet nettement en cause l’option de Sidney. Celle-ci lui reproche de manquer de compassion. Elle estime que l’attitude d’Alex est nettement plus positive : il se bat avec elle pour sauver la jambe de Claire. Vexée, Cristina sort de la salle et va trouver Burke pour lui signaler que la résidente est en train de tuer sa patiente. Le chirurgien la raccompagne en salle d’op’ et prévient Sidney qu’il veut vérifier si elle respecte le protocole. Elle comprend qu’il est là à la demande de Cristina et lui dit qu’elle connaît son métier. Elle veut seulement essayer de sauver la jambe qu’une jeune athlète de 25 ans. Si ça ne fonctionne pas, elle l’amputera. Dans ce cas, Cristina pourra tenir la scie, malgré le peu de respect qu’elle lui témoigne. A nouveau vexée, l’interne s’en va.

    Richard informe Meredith qu’il va contacter la fille de Mme Bickham. Si elle donne l’autorisation de débrancher sa mère, elle devra retirer l’intubation. Il demande à l’interne s’il peut faire quelque chose pour elle. Elle refuse son aide.

    Chez Joe, George est encensé par les infirmières. Cristina raconte sa mésaventure avec Sidney. Meredith lui parle de Mme Bickham. Izzie est pensive, elle décide de retourner à SGH. Alex demande à Joe d’offrir de sa part un verre à l’infirmière O’Malley. Celui-ci perçoit l’ironie dans les propos de son collègue et appelle ses nouveaux amis à la rescousse. Une infirmière verse des glaçons sur Cristina qui est aussitôt prête à se battre. Joe sépare les belligérants. Meredith entraîne Cristina dehors. George les suit.

    Izzie est revenue près de Cheyenne. Elle lui confie qu’elle aussi a vécu avec sa mère dans une caravane. Elle sort de sa poche la photo d’une gamine de 11 ans, il s’agit de la fille qu’elle a abandonnée. Elle s’appelle Hannah et elle l’a perdue de vue depuis quelques années. A 16 ans, elle savait qu’elle ne pourrait pas lui offrir tout ce dont elle avait besoin. Elle dit à l’adolescente qu’il y a plus d’une façon d’être une bonne mère.

    Cristina rentre chez Burke qui lui demande comment va Claire. Sa jambe est abîmée mais elle est toujours attachée au corps. Le chirurgien lui reproche d’avoir utilisée leur relation pour le faire intervenir dans son conflit avec Sidney. Cela lui a permis de réaliser pour la première fois que la relation interne-titulaire pouvait poser problème. Cristina est choquée.

    Le lendemain, George est toujours en grève. Il se contente de donner à Meredith des informations sur les patients, qui lui sont transmises par les infirmières.

    La mère de Cheyenne reproche à Izzie d’avoir conseillé à sa fille d’abandonner son bébé. L’interne proteste mais elle trouve que l’adolescente est une fille intelligente qui mérite mieux qu’un mobil home et un boulot de nuit dans un restaurant pour routiers. Elle pensait que la mère voudrait mieux pour sa fille.

    Sidney et Alex informent Claire que sa jambe est sauvée. La résidente fait comprendre à Cristina qu’elle attend ses excuses.

    La fille de Mme Bickham signe le papier pour débrancher sa mère. Meredith administre un sédatif et s’apprête à enlever le tube, dès que la fille aura fait ses adieux. Richard remarque que son interne est particulièrement touchée par la scène et propose de procéder à sa place, ce qu’elle refuse. Elle arrête les machines et retire le tube.

    Cristina informe Burke que Sidney exige des excuses. Il donne raison à la résidente, Cris a été trop loin et, plus grave, elle l’a obligé, lui, à aller trop loin aussi. Néanmoins il reconnaît qu’il est fautif, il est son professeur mais, quand elle est venue le trouver en tant que petit ami, il a réagi comme tel. Il maintient qu’elle a eu tort.

    Richard et Meredith discutent devant la chambre de Mme Bickham. Elle lui dit qu’elle l’a vu à la maison de repos. Elle sait qu’il y a va plusieurs fois par semaine. Elle ne comprend pas pourquoi il en fait un tel mystère. Il n’a pas de réponses à donner. Il lui demande s’il doit arrêter d’y aller. Elle ne répond pas et retourne voir sa patiente. Puis elle revient et lui demande s’il pense que sa mère se sent seule. Il dit que oui.

    Addison et Derek opèrent le bébé de Cheyenne. Tout se déroule sans encombre.

    Mme Bickham décède entourée des siens. Meredith prononce l’heure du décès et sort précipitamment de la pièce. Elle a beaucoup de mal à respirer. Derek la voit et la suit. Meredith se réfugie dans un cabinet.

    Derek y entre à son tour et la trouve assise par terre. Il s’assied à côté d’elle. Elle est en hyperventilation. Elle dit en pleurant qu’elle ne peut pas, elle ne veut pas que sa mère meure toute seule. Il est bouleversé de la voir dans cet état et tente de la calmer. Il la fait respirer dans un sachet de papier. Elle lui prend la main et dépose sa tête sur son épaule. Lui la tient par l’épaule. Petit à petit, elle se calme. Elle retire le sachet mais reste contre lui quelques secondes. Puis elle se redresse et le rassure : elle va mieux. Il la regarde en souriant tendrement et replace une mèche de ses cheveux. Ils se regardent très intensément jusqu’à ce qu’elle trouve la force de tourner la tête. Il fait de même. Elle se lève et sort sans un mot. Il reste assis là.

    Cheyenne demande à Izzie si elle a un jour regretté d’avoir abandonné sa fille. L’interne dit que non. L’adolescente aimerait savoir si elle pourra donner un prénom à sa fille avant de la laisser pour l’adoption. Izzie lui explique que non, mais elle peut lui donner un prénom qu’elle seule utilisera. Elle, elle appelle sa fille Sarah.

    Meredith va trouver Richard pour lui dire qu’il doit continuer à rendre visite à Ellis parce qu’elle s’illumine en sa présence.

    Cristina et Burke viennent à la rencontre de Sidney. La jeune femme refuse de s’excuser en présence d’Alex. De plus, elle ne comprend pas pourquoi son compagnon ne doit pas s’excuser. Il lui rappelle qu’il est titulaire, il n’a pas à s’excuser auprès des résidents. Il oblige Cristina à s’avancer vers Sidney. Sous l’œil goguenard d’Alex, elle parvient à présenter ses excuses. Mais quand Sidney lui propose le baiser de la paix, elle fuit.

    Richard essaie de trouver de l’argent pour payer les heures supplémentaires des infirmières. Sa secrétaire lui fait remarquer qu’il a dégagé des millions pour acheter un robot. Il n’a qu’à y renoncer. Richard vient annoncer la nouvelle aux grévistes qui lui font la fête.

    A la caravane, Derek est allongé avec Addison. Elle est radieuse. Lui, par contre…

    George joue avec son Gameboy dans son lit. Izzie vient s’allonger près de lui. Meredith fait de même. Il demande ce qui se passe, elles ne répondent pas. Puis Izzie leur dit qu’ils ne savent presque rien les uns sur les autres. Meredith ferme la lumière. On entend George qui demande s’il y en a une des deux qui veut faire l’amour. Elles le réprimandent en chœur.

    Voix off : On ne peut pas s’en empêcher. Dès qu’on voit une ligne, il faut qu’on la franchisse. C’est peut-être le frisson de passer du connu à l’inconnu. Une sorte de défi personnel. Le seul problème, c’est qu’une fois la ligne franchie, il est presque impossible de faire marche arrière. Mais si on arrive malgré tout de repasser derrière la ligne, on trouve la sécurité auprès des autres.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :