• Episode 3.05 : Oh, The Guilt

    Photobucket

    Titre français : Tous coupables

    Scénaristes : Zoanne Clack, Joan Rater & Tony Phelan

    Réalisateur : Jeff Melman

    Diffusion États-Unis : 19 octobre 2006 sur ABC

    Diffusion France : 29 mai 2007 sur TF1


    Voix off : Tout d'abord, ne faire aucun mal. Comme médecins, nous prêtons serment d’honorer ce serment. Mais il arrive que ça se passe mal et alors la culpabilité surgit. Et il n'existe aucun serment pour nous dire comment vivre avec cela. La culpabilité ne vient jamais seule. Elle amène ses amis, le doute et l’insécurité.

     

    Izzie continue de se défouler en cuisinant. Meredith et George arrivent. George pensait que la phase muffins était finie. Izzie le rassure : elle a laissé tomber les muffins, elle leur a préparé un copieux petit déjeuner. Elle va bien, elle sait que Denny l’aimait. De plus, il a fait d’elle une femme riche et elle envisage d’ouvrir un Bed & Breakfast dans le Vermont. Elle leur annonce qu’elle compte aller à Seattle Grace pour vider son casier. Elle renverse du jus d’orange sur le chèque, ce qui a le don de stresser Meredith et George qui la supplient d’aller à la banque le plus rapidement possible.

    Dans les vestiaires de l’hôpital, Meredith parle d’Izzie aux autres internes. Cristina rêve à voix haute : si elle était aussi riche, elle s’achèterait son propre hôpital et le remplirait de malades. Izzie les entend et répète qu’elle va bien. C’est Meredith qui a des problèmes, elle n’a toujours pas avoué à Derek qu’elle l’avait choisi. Meredith tente de se justifier : c’est Derek qui a pris ses distances et cela vaut sans doute mieux, il a déjà suffisamment de soucis depuis l’arrivée de sa femme et de l’ex-amant de celle-ci.

    A l’hôtel, Callie paresse au lit avec Mark. Son portable ne cesse de sonner mais elle ne décroche pas. Mark lui demande si c’est son copain qui appelle. Elle répond qu’elle est seule. Il lui demande pourquoi alors elle semble si coupable.

    Bailey ordonne aux internes d’assister à la conférence où seront analysés les derniers cas de chirurgie qui ont posé des problèmes. Elle reçoit également une patiente qui doit subir une mastectomie. Elle constate que cette personne semble ne plus pouvoir supporter son bébé.

    Cristina rencontre Burke, elle lui demande s’il a besoin d’elle pour l’assister en chirurgie mais il la rassure : pas de chirurgie aujourd’hui. George demande à Callie si elle a eu ses messages, elle élude la question et refuse d’aller s’asseoir près de lui. George se confie à Meredith : il sait que Callie essaie de le faire se sentir coupable, mais il refuse de s’excuser encore une fois.

    Le principal sujet de la conférence est la mort de Denny. Les internes font le vœu qu’Izzie ne soit pas mise au courant.

    Elle est dans les vestiaires. En vidant son casier, elle retrouve son stéthoscope et écoute les battements de son propre cœur.

    A la conférence, Burke explique le cas de Denny. Il est interpellé par un chirurgien qui demande à écouter la principale intéressée, Bailey. Il reproche à cette dernière son laxisme envers ses internes. Il estime que le fait d’avoir eu un bébé a altéré son jugement et accru sa fatigue. Les choses s’enveniment tant et si bien que le chef doit intervenir. Il rappelle à tous que cette conférence a pour but d’apprendre de ses erreurs, non pas de se lancer des reproches. Néanmoins, le chirurgien persiste à rendre Bailey responsable de la mort de Denny. Il remet son autorité en cause. Alex n’y tient plus et veut intervenir. Du regard, Bailey le supplie de ne pas s’en mêler. Il se rassoit. Les internes s’aperçoivent alors qu’Izzie a tout entendu.

    Pendant ce temps, Derek et Addison sont chez leur avocat pour régler les modalités de leur divorce. Derek veut endosser tous les torts. Il lui laisse tous leurs biens, leur maison de New York et celle dans les Hamptons. Il désire conserver seulement sa caravane et le terrain qui va avec. Addison pense que sa générosité doit cacher de mauvaises intentions. Mais Derek estime être le plus coupable des deux parce qu’il a eu une réelle relation extraconjugale tandis qu'Addison n'a eu qu'une aventure d’un soir. Addison se sent mal à l'aise, elle paraît gênée.

    Les internes essaient de réconforter Izzie. Elle leur dit avoir compris qu’elle n’était pas faite pour être docteur. Néanmoins elle va bien. George n’est pas dupe et refuse qu’elle parte. Si elle ne reste pas avec eux, il appellera sa mère et lui demandera de venir à Seattle. Izzie consent à retourner dans les vestiaires. Le chef est mécontent de la voir, elle n’a rien à faire à la conférence. Comme tout le monde se tourne vers Alex, il proteste, il n’a rien à voir avec tout ça. George demande la permission de rester à proximité d’Izzie pour la surveiller.

    Bailey est accostée par le chirurgien qui l’a mise en cause. Il lui dit qu’il n’y avait rien de personnel dans ses propos. Elle n’est pas d’accord avec lui. Lorsque le mari de sa patiente arrive près d’elle avec son fils, elle refuse de prendre l’enfant dans ses bras et de rassurer la malade, afin de ne pas paraître trop impliquée émotionnellement. Mais elle ne parvient pas à tromper le chirurgien qui ricane.

    Burke cherche à parler à Richard de sa main mais lorsque le chef lui fait part de son plaisir de le voir de retour, parce qu’il est l’exemple que tous devraient suivre, il préfère se taire.

    Dans les escaliers, Derek croise Meredith. Il est heureux de la revoir. Elle a l’air en forme, même sans son appendice. Il lui demande si elle se sent bien, si elle n’éprouve aucune douleur. Elle répond qu’elle va très bien. Son bip sonne. Elle lui dit que c’est sa femme qui l’appelle. Un peu embarrassé, il la laisse partir.

    Comme Meredith l’appelle Docteur Shepherd, Addison lui annonce que maintenant elle s’appelle à nouveau Montgomery. Devant l’étonnement de Meredith, elle lui apprend que le divorce ne tardera pas à être prononcé. Ensuite, elle lui présente le cas dont elles vont devoir s’occuper : il s’agit d’un couple qui est resté coincé en pleine action sexuelle. En écoutant la femme adresser des reproches à son partenaire, les deux doctoresses comprennent qu’il s’agit de divorcés qui, malgré leur séparation et le remariage de la femme, continuent fréquemment à se retrouver pour faire l’amour. Leur métier commun les met souvent en présence, ce qui provoque ces fréquents retours de désir amoureux. La situation met mal à l’aise Addison et Meredith, car cela s’apparente énormément à leur propre histoire. Il apparaît rapidement que la cause du problème est un piercing que le mari s’est fait faire à un endroit plus que délicat de son anatomie.

    Burke confie à Cristina qu’il avait l’intention de parler de sa situation au chef mais il n’en a pas eu le courage. Il a pris la décision de ne plus opérer, il va se concentrer sur l’administration, il a besoin de temps pour réfléchir.

    Izzie reproche à George de jouer à la baby-sitter avec elle. Elle s’adresse à Addison pour avoir des conseils sur le placement de l’argent. Elle veut savoir si elle s’est déjà sentie coupable d’être riche, parce qu’elle éprouve ce sentiment. Elle sait qu’elle n’a pas mérité tout cet argent. Elle ne peut en parler qu’à elle, car tous ses amis sont tellement pauvres. George lui rappelle qu’il est là et qu’il entend tout ce qu’elle dit. Addison lui conseille de commencer par déposer son chèque à la banque. Elle la rassure aussi : la culpabilité finira par disparaître.

    Meredith examine la radiographie du couple. Derek surgit devant elle. Elle l’accuse d’être partout. Il répond que pour une fois, il ne l’a pas fait exprès. Elle lui montre le cliché. Il ne comprend pas vraiment ce que cela représente. Elle lui explique la situation. Elle compare les patients à un couple d’adolescents qui feraient des folies lors du bal de promo. Derek comprend l’allusion et sourit. Elle lui révèle qu'Addison l’a mise au courant pour le divorce. Il répond que c’était le bon moment. Il demande des nouvelles de Finn. Au lieu d'en profiter pour annoncer la rupture, Meredith dit que Finn va bien. Derek s’en va après lui avoir conseillé de refaire des radios, le premier cliché est flou.

    Mark Sloan présente les différents implants mammaires à la patiente de Bailey. Mais la jeune femme refuse de choisir, elle demande à son mari de le faire. Un peu après, celui-ci s’adresse à Miranda. Il lui raconte que sa femme repousse leur fils et qu’elle refuse de lui parler. Il la supplie de l’aider sa femme mais elle refuse. Richard assiste à la scène.

    Les ex-époux continuent de se disputer lorsque leur fille arrive dans la salle. Elle est choquée du spectacle qui s’offre à elle. Elle est encore plus scandalisée quand elle apprend que son père s’est fait faire un piercing au pénis.

    Mark arrête Addison dans un couloir. Il a entendu parler de son divorce. Il veut savoir ce qu’elle a obtenu dans le partage des biens. Elle refuse de lui répondre, ça ne le regarde pas. Il rétorque qu’il a laissé son vélo dans la cave, à New York, il aimerait savoir à qui s’adresser pour le récupérer. Elle lui conseille d’acheter un nouveau vélo. Il avoue être très excité par son récent statut de femme divorcée. Elle reconnaît avoir reçu l’appartement de New York. Il est étonné que Derek ait gardé la maison des Hamptons, parce qu’il déteste cet endroit. Devant l’embarras d’Addison, il comprend qu’elle a reçu cette maison également. Il sait ce que cela signifie : Derek n’est pas au courant de tout ce qui les concerne. Il trouve cela injuste : Addison peut jouer à la gentille épouse et lui passe pour le salaud qui a séduit la femme de son ami juste pour le plaisir.

    A la cafétéria, Izzie interroge ses amis quant au cadeau qu’elle pourrait offrir à Bailey et Burke. Meredith pense à une maison aux Bahamas. Alex propose d’acheter les Bahamas, du moins une des îles. Ces suggestions amusent Cristina, elle leur rappelle qu’ils sont chirurgiens, ils opèrent, voilà tout ce qu’ils aiment. Se rendant compte de ce qu’elle vient de dire, elle s’excuse auprès d’Izzie qui affirme que tout va bien.

    Dans une salle d’examen, Callie avoue à Meredith qu’elle a couché avec un autre homme que George. Elle pense qu’elle devrait tout dire à ce dernier. Meredith s’épanche aussi : elle n’a pas eu le courage d’annoncer à Derek qu’elle avait rompu avec Finn. Elle ne peut pas le dire.

    Bailey surveille discrètement sa patiente. Elle constate qu’effectivement elle refuse tout contact avec son enfant. Richard la rejoint. Il sait qu’elle a été touchée par les reproches, parfois injustifiés, qui lui ont été faits lors de la conférence. Mais il l’encourage à ne pas renoncer à la compassion. Il estime que sa maternité a fait d’elle un meilleur docteur.

    Izzie entre dans le bureau de Burke. Elle lui dit qu’elle va bien. Il s’énerve parce que ce n’est vrai ni pour elle ni pour lui. Elle s’excuse d’avoir été indirectement la cause de sa blessure, ce n’est pas ce qu’elle voulait. Il lui reproche de vouloir arrêter de professer alors qu’elle dispose de deux mains valides. Elle devrait se sentir coupable pour ça.

    Meredith et Cristina vont procéder à la séparation du couple coincé par le piercing. Lors de l’intervention, le mari fait une crise cardiaque. Etant le seul cardiologue disponible à ce moment-là, Burke doit se résoudre à l’opérer. Il met un plan au point avec Cristina au cas où sa main défaillirait pendant l’opération. Elle devra se tenir à sa droite, prête à prendre la relève.

    Addison, quant à elle, discute avec l’ex-épouse. Celle-ci lui confie son intention de dire toute la vérité à son mari. La première fois qu’elle l’a trompé avec son ex-mari, elle s’est sentie coupable mais elle n’a rien dit parce qu’elle a cru que ça resterait une exception. Mais cela s’est encore reproduit. Et petit à petit, la culpabilité s’est envolée. Elle estime que la vérité doit toujours être dite.

    Lorsqu’elle voit que Burke commence à manifester des signes de faiblesse, Cristina lui demande de pouvoir faire les sutures sur le cœur du patient. Il lui cède la place, au grand étonnement des infirmières. Les internes qui assistent à l’opération depuis la galerie, l’envient. Alex conclut que coucher avec son patron présente bien des avantages.

    Bailey se décide enfin à parler à sa patiente. Elle sait qu’elle blâme son bébé, parce que si elle ne l’avait pas allaité, elle se serait sans doute rendu compte plus rapidement qu’elle avait un cancer du sein. C’est une réaction normale dictée par la peur. Elle lui demande de se battre contre la maladie afin de pouvoir apprécier les joies de la maternité.

    Addison retrouve Derek. Il est heureux de la maturité dont ils font preuve en ayant des relations courtoises malgré leur divorce. Elle ne partage pas son euphorie. Nerveuse, elle lui avoue qu’elle n’a pas eu qu’une aventure d’une nuit avec Mark. Elle était amoureuse de lui, du moins elle l’a cru. Après le départ de Derek, ils ont vécu ensemble pendant 2 mois. Elle voulait croire que ça pouvait fonctionner entre eux, qu’elle n’avait pas fichu son mariage en l’air pour rien. Mais elle a découvert qu’il la trompait. C’est à ce moment que Richard l’a appelée. Comme elle aussi a eu une relation extraconjugale, elle trouve que ce serait plus juste de partager équitablement les biens. Elle demande à Derek de reprendre l’appartement de New York. Choqué, il lui dit que tout ce qu’il veut, c’est Seattle et surtout ne plus jamais la voir.

    Il prend l’ascenseur dans lequel se trouve Meredith. Il entre sans dire un mot et la regarde à peine. Elle se décide enfin : elle reconnaît que, pendant toute la journée, elle lui a caché la vérité, mais elle ne peut pas continuer, parce qu’il est partout où elle va, parce qu’il est lui. Elle a rompu avec Finn. Pendant qu’elle parle, Derek réprime son envie de pleurer. Il se contente de répondre par un banal OK. La jeune femme est déçue par ce manque d’enthousiasme. Elle se contente de répéter que maintenant elle lui a tout dit. Il hoche la tête et sort de l’ascenseur sans un mot.

    Izzie se rend enfin dans le bureau de Richard. Maintenant, elle sait ce qu’elle veut, être chirurgien. Le chef explique que lui aussi a fait des erreurs mais elles ne l’ont jamais arrêté. Il s’est battu et ça lui a permis de progresser. S’il avait renoncé, il n’aurait pas pu s’empêcher de penser à la vie qu’il aurait pu avoir. Au lieu de ça, il a eu la possibilité de sauver des vies.

    Mark entre dans le bureau où se trouve Derek. Celui-ci ne lui adresse qu’un regard lourd de rancœur. Mark devine qu’Addison lui a tout révélé. Comme Derek continue de l’ignorer, il parle tout seul : il le connaît depuis l’enfance, il a grandi avec lui, donc il sait ce qu’il pense. Il pense qu’il a gâché une année de sa vie à essayer de sauver son mariage avec Addison alors qu’il aurait pu être avec Meredith. A l’heure qu’il est, il pourrait être heureux. Avec Meredith, il aurait pu avoir une vraie chance. Mark est conscient de tout cela, néanmoins il a estimé qu’il devait savoir la vérité. Il lui devait la vérité en tant qu’ami. Derek, qui n’a pas encore prononcé un mot, quitte la pièce en lui disant qu’il n’est pas son ami.

    Bailey s’occupe du bébé pendant que les parents ont une discussion, quand le chirurgien de la conférence arrive et se moque d’elle parce qu’elle fait encore du baby-sitting. Elle reconnaît qu’elle n’est pas vraiment professionnelle et trop impliquée dans ses émotions. Elle le met en garde : il devrait partir car elle sent une montée d’hormones, elle ne sait pas ce qu’elle pourrait lui faire. Alex, qui a tout entendu, la rejoint après le départ du chirurgien et s’excuse. Il est aussi coupable qu’elle, car il était au courant de ce qu’Izzie voulait faire et il n’a rien fait pour l’en empêcher. Bailey le remercie de lui avoir dit.

    George frappe à la porte de la chambre d’hôtel de Callie. Il a apporté à manger et des jeux vidéo. Mais elle ne le laisse pas entrer. Quand elle lui a dit que tout était fini entre eux, elle était sérieuse.

    Mark et Addison sont nus dans un lit. Ils viennent de faire l’amour. Il lui dit qu’au moins, maintenant, elle n’a plus à se sentir coupable. Addison lui demande sèchement de se taire.

    Izzie accroche son chèque sur la porte du frigo. Elle a décidé de ne pas l’encaisser tant qu’elle ne saurait pas ce qu’elle voulait en faire. Mais elle veut que l’argent soit consacré à quelque chose de bien.

     

    Voix off : Parfois, même lorsqu’on essaie d’aider, on fait plus de mal que de bien. Après ça, la culpabilité pointe le bout de son horrible nez. Ce que vous faites de cette culpabilité ne dépend que de vous. Nous sommes face à un choix. Soit laisser la culpabilité vous ramener à la même situation qui a posé problème la première fois, soit nous a valu nos ennuis ultérieurs, ou tirer les leçons de la culpabilité et faire de votre mieux pour aller de l’avant.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :