• Episode 3.14 : Wishin' and Hopin'

    Photobucket

    Titre français : L’empoisonneuse

    Scénaristes : Tony Phelan & Joan Rater

    Réalisateur : Julie Ann Robinson

    Diffusion États-Unis : 1er février 2007 sur ABC

    Diffusion France : 19 juin 2007 sur TF1


    Voix off : En tant que chirurgiens, nous sommes habitués aux pires des scénarios. Nous nous empêchons d'espérer le meilleur parce que trop souvent, ce n'est pas ce qui se passe. Mais de temps à autre, quelque chose d'extraordinaire se produit. Et tout d'un coup, de bien meilleurs scénarios semblent possibles. Et de temps à autre, il se passe quelque chose de stupéfiant. Et tout en sachant qu'il ne faut pas, nous commençons à espérer.

     

    Assise sur son lit, Cristina tourne entre ses doigts la bague que Burke lui a offerte.

    George et Callie, stressés, sont dans l’ascenseur. Juste avant de sortir, ils se prennent la main.

    Izzie et Bailey, radieuses, regardent la porte encore fermée de leur "Denny Duquette Memorial Clinic".

    Meredith est à la maison de repos. Elle observe sa mère qui fait les cent pas dans sa chambre. La responsable du home l’informe qu’Ellis s’est réveillée totalement lucide, elle se souvient de tout, excepté des cinq dernières années, donc elle ne réalise pas qu’elle est atteinte d’’Alzheimer. C’est à sa fille de le lui annoncer. La jeune femme est sceptique, elle ne peut croire que sa mère va la reconnaître. La directrice lui dit qu’elle l’a déjà réclamée.

    De grand matin, Derek et Burke s’empressent de faire la cour à Richard en lui demandant son approbation pour leurs divers projets. Le chef n’est pas dupe. Mark et Addison observent la scène. Il s’étonne qu’elle laisse le champ libre aux deux hommes. Elle dit qu’une fois qu’ils se seront entretués, elle restera seule à être en compétition. Mark lui rappelle qu’il est là et qu’elle ne doit pas le sous-estimer. En souriant, elle objecte que ce n’est pas le cas, tout simplement, elle ne pense pas à lui. Il répond qu’elle a tort. Il rejoint Richard et lui propose d’aller soutenir Bailey pour l’ouverture de son dispensaire. Sa proposition est appréciée, au plus grand dépit des 3 autres.

    Ellis, terriblement fébrile, demande à Meredith quand elle est revenue d’Europe. Elle ne cesse de repenser à la dispute qu’elles ont eue, juste avant son départ. Elle regrette les horreurs qu’elle a dites alors. Elle est persuadée avoir fait une dépression nerveuse, ce qui expliquerait sa présence dans ce qu’elle croit être un hôpital. Elle dit à Meredith que ce n’est pas grave si elle ne souhaite pas faire médecine, après tout, c’est sa vie. Tout ce qu’elle veut, c’est rentrer à la maison. Sa fille lui explique que cela fait cinq ans qu’elle est revenue d’Europe et elle est entrée à la faculté de médecine. Quant à sa mère, elle est malade, elle souffre de la maladie d’Alzheimer, ce home est sa maison. C’est un choc pour Ellis. Les mains jointes à s’en faire craquer les articulations, elle s’effondre en pleurs. Elle fait un malaise après avoir crié un ultime "non".

    Burke vient l’accueillir à la sortie de l’ambulance. Il est extrêmement surpris de l’entendre faire son propre diagnostic. Meredith l’informe qu’elle a retrouvé toute sa lucidité. A peine dans le hall des urgences, Ellis se renseigne pour savoir si Richard Webber travaille toujours dans cet hôpital. Elle est stupéfaite d’apprendre qu’il est le chef du service chirurgie.

    Izzie, Alex et Cristina ont été réquisitionnés pour travailler toute la journée dans le nouveau dispensaire. Cristina est démoralisée : pas un seul patient dans les lits horriblement vides. Bailey enfonce le clou : pour s’occuper, ils vont apprendre à faire le vaccin contre la grippe. Izzie lui confie son inquiétude. La résidente lui suggère de regarder la porte. L’interne fixe donc la porte, les yeux grands ouverts, telle une hallucinée, quand Mark entre, suivi de Richard. Ils sont inquiets de la voir dans cet état. Puis une silhouette… Malheureusement ce n’est que George, accompagné de Callie. Ils restent là, statiques. A nouveau Richard s’inquiète. George claironne alors que lui et Callie se sont mariés à Las Vegas. Tout le monde est stupéfait. Izzie semble catastrophée. Alex est le premier à reprendre ses esprits, il se moque des jeunes mariés. Cristina baisse la tête pour rire en toute discrétion.

    Izzie est à l’écart avec George. Elle lui fait remarquer que tout cela est arrivé bien trop rapidement. Elle veut savoir s’il est heureux. Callie surprend la conversation et lui affirme que oui. Izzie joue la bonne copine enchantée de ce qui leur arrive, admire la bague mais ne peut s’empêcher de se moquer de la petitesse des diamants, ce qui fait pouffer Cristina.

    Bailey met fin aux hostilités naissantes en envoyant tout le monde au travail. Elle félicite les jeunes époux qui n’en reviennent pas d’être mariés. Callie se rend compte de l’hostilité qui les entoure. George la rassure. Ils ne cessent de se bécoter.

    George fait part de sa joie à Richard qui rétorque que lui et Adèle sont en train de divorcer. Il semble amer. Il présente au jeune interne une patiente, Marina qui gît inconsciente. Il l’a opérée huit mois plus tôt d’un cancer du colon. Depuis, elle fait de la chimio et des rayons, mais ce matin, elle est tombée dans le coma. Le petit ami surgit. Il ne croit pas que Marina ait un cancer, elle le lui aurait dit.

    A travers les stores de la chambre, Richard voit Ellis passer dans une chaise roulante poussée par Meredith. Il va à leur rencontre et demande ce qui se passe. Ellis le reconnaît immédiatement, elle lui dit qu’il a vieilli. Elle le félicite pour son poste de patron du service chirurgie. Il la remercie mais lui annonce qu’il va se retirer. Elle ironise : voilà encore une idée d’Adèle. Meredith est mal à l’aise. Elle informe Richard que sa mère a retrouvé sa mémoire mais ce n’est sans doute que temporaire. Il lui donne congé pour la journée afin qu’elle profite de ce cadeau de la vie.

    Burke informe Cristina de l’arrivée d’Ellis, du fait qu’elle a retrouvé la mémoire et de son problème au cœur. Il veut qu’elle s’en occupe. Il remarque qu’elle ne porte pas sa bague et dit qu’il attend sa réponse depuis une semaine. Elle se demande s’il ne l’empêche pas de participer à ses opérations pour faire pression sur elle. Il lui dit qu’il doit laisser leur chance aux autres internes et lui demande de procéder à l’échographie du cœur du Dr Grey.

    Pendant l’examen, Ellis demande à Cristina si elle est bien une amie de Meredith. L’interne se tait. Ellis se rend compte qu’elle craint de se voir poser des questions trop intimes sur son amie. Elle aimerait savoir si sa fille a déjà choisi une spécialité. Cristina refuse de répondre, c’est personnel. Par contre elle aimerait connaître son avis la concernant : si elle choisi la cardio-chirurgie, qu’est-ce que cela révèle sur sa personnalité ? Ellis dit que ces chirurgiens-là sont des arrivistes qui veulent tout, tout de suite, et qu’ils éliminent tout ce qui leur bloque le passage. Ensuite, elle demande à rencontrer le neurologue qui l’a inscrite dans le programme d’études sur Alzheimer.

    Cristina rejoint Meredith qui avoue éviter sa mère pour le moment. Elle lui annonce que justement Ellis veut rencontrer Derek. Meredith panique. Cris la rassure : pas le petit ami, mais le neurologue. Mais elle finira par apprendre qu’il est aussi son petit ami, elle est douée pour deviner les secrets. Cristina avoue l’apprécier énormément.

    Izzie les rejoint et félicite Meredith pour ce qui arrive à sa mère. Elle demande à ses amies si elles pensent que Callie est enceinte. Meredith ne comprend pas. Cristina lui apprend que George s’est marié. Meredith n’en revient pas et s’en va aussitôt féliciter le jeune homme. Il est touché. Ellis rejoint sa fille et lui demande combien de temps encore elle va l’éviter.

    Alex pousse la chaise roulante d’une patiente. Il passe devant Addison qui ne cache pas son vif intérêt. Callie observe la scène avec amusement. Elle se moque gentiment de la gynécologue en la comparant à un personnage de dessin animé qui regarderait avec envie un plat appétissant. Addison nie l’évidence. Elle n’est pas attirée par Alex et elle ne veut pas coucher avec la main-d’œuvre. Callie lui répond qu’elle, elle a épousé la main-d’œuvre. Las Vegas, c’était son idée. Même si elle trouve que tout cela est un peu rapide, Addison est contente pour son amie.

    Ellis est face-à-face avec sa fille et l’interroge sur sa vie. Elle veut vraiment la connaître. Meredith lui apprend qu’elle a un petit ami, un docteur. Sa mère est peu intéressée et lui demande quelle spécialité elle a choisi. Meredith ne sait pas encore. Elle attend d’être inspirée. Pour le moment c’est son nouveau bonheur qui prime. Ellis s’emporte. Elle ne reconnaît pas sa fille. Selon elle, n’importe qui peut tomber amoureux et être aveuglément heureux. Mais tout le monde ne sait pas manier un scalpel et sauver une vie ! Elle a tout fait pour que sa fille devienne une personne extraordinaire. Et voilà qu’elle se réveille après cinq ans et qu’elle découvre qu’elle ne l’est pas ! Meredith a les larmes aux yeux.

    George fait une prise de sang à sa patiente tout en discutant avec le petit ami. Celui-ci lui explique qu’il est complètement perdu. Il croyait savoir qui était Marina et il se rend compte qu’il doit remplir des papiers pour elle alors qu’il ne connaît pas son deuxième prénom. Soudain George se sent mal.

    Meredith prévient Derek : sa mère est charmante et fabuleuse mais elle peut se métamorphoser et devenir un ennemi. Derek lui dit qu’elle est ridicule. Il est persuadé que sa rencontre avec Ellis va se dérouler de la meilleure façon qui soit. Elle lui demande de rester sur ses gardes.

    Olivia, l’infirmière, croise George dans les couloirs. Elle le trouve livide et tremblant. Elle pense qu’il regrette déjà de s’être marié. Il dément et lui demande de porter l’échantillon de sang de Marina au labo. Callie arrive et lui fait remarquer qu’il transpire anormalement. Il éprouve des difficultés à parler sans haleter. Il lui demande quel est son deuxième prénom, Elle s’énerve car elle estime qu’il a laissé ses amis se moquer d’elle. Elle pense qu’il regrette de l’avoir épousée.

    Derek parle avec Ellis de son état de santé. Elle est déçue que la médecine n’ait pas fait plus de progrès en cinq ans. Quand il comprend qu’elle le prend pour un spécialiste d’Alzheimer, il lui avoue s’être investi dans son cas à cause de Meredith. Elle comprend qui il est et devient méprisante : un neurochirurgien ? Pas étonnant que Meredith soit si peu concentrée sur ses études. Elle empêche Derek de se justifier. Elle l’accuse de ne rechercher qu’une femme qui l’admire et de se moquer des dommages qu’il provoque.

    George arrive malade au dispensaire. Alex est chargé de le remplacer et donc d’assister Richard dans l’opération de la jeune malade. On voit la main du chirurgien en chef qui entame l’incision de l’abdomen.

    Izzie râle. Elle a dépensé 8.000.000$ pour rien ! Bailey en a assez de l’entendre parler de son argent. L’interne s’explique : elle voulait que l’argent de Denny serve à quelque chose de bien, cela devait avoir un sens et là, elle n’en voit pas. Bailey lui demande d’être patiente. Un homme les interrompt. Il aimerait que quelqu’un explique à sa fille, une jeune adolescente, comment utiliser des tampons hygiéniques. Izzie est déçue mais un seul regard de Bailey l’oblige à accepter.

    C’est au tour d’Olivia d’être malade et de venir au dispensaire, bientôt suivie par une laborantine. George réalise alors qu’ils se sont tous les 3 occupés de Marina et que celle-ci doit être la cause de leur état : son sang est toxique. Il s’empare du téléphone posé près de son lit pour prévenir Richard.

    Le téléphone sonne dans la salle d’opération mais personne ne répond. Ils sont déjà tous à terre.

    Derek prend les choses en main. Il interdit à quiconque de pénétrer dans la salle d’op’ tant qu’on ne saura pas avec certitude ce qui a provoqué ce malaise collectif. Addison s’occupe de Richard qui a été évacué de la salle contaminée. Meredith vient proposer ses services. Derek lui demande de retourner près de sa mère. Elle insiste : elle ne peut pas rester sans rien faire alors que déjà tant de monde manque à l’appel. Il hausse le ton. Si elle veut aider, elle doit obtenir l’accord de son titulaire.

    Burke et Sloan viennent lui faire part de leurs conclusions. Ils ont trouvé des compléments biologiques dans le sac de la malade. Combinés avec la chimiothérapie, ils se sont transformés en neurotoxines. Mark, très nerveux, dit qu’ils ont eu de la chance de ne pas tous mourir. Addison vient annoncer que tous leurs collègues sont sortis d’affaire. Elle demande ce qu’ils vont faire pour Marina, toujours endormie sur la table d’opération.

    Cristina annonce à Ellis qu’elle souffre d’une insuffisance coronarienne. Elle va devoir subir une chirurgie. Ellis ne comprend pas pourquoi elle doit être opérée alors que des médicaments peuvent très bien réguler son état. Puis elle réalise qu’il faut l’opérer parce que, souffrant d’Alzheimer, elle risque d’oublier son traitement. Elle refuse l’opération. Cristina essaie de la convaincre. Les larmes aux yeux, Ellis lui demande ce qu’elle déciderait en sachant que la maladie emportera bientôt tout ce qu’elle est réellement. Elle maintient son refus. L’interne lui annonce à regret que, compte tenu des circonstances, la décision ne lui appartient pas, c’est à Meredith qu’elle revient.

    Après avoir expliqué à sa jeune patiente comment mettre des tampons, Izzie a déserté le dispensaire. Bailey discute avec l’adolescente qui lui avoue avoir fait l’amour avec un garçon la semaine précédente. Elle aimerait savoir s’il y a des risques qu’elle soit enceinte. Bailey comprend qu’elle ne s’est pas protégée.

    Meredith dit à sa mère qu’elle ne peut pas refuser l’opération. Ellis répond que, de toute façon, elle n’aura pas son mot à dire puisque c’est elle qui est son tuteur. Elle lui demande de refuser l’opération pour elle. Sa fille lui rappelle que c’est elle qui a demandé à ce qu’elle soit responsable de tout, ce qui n’est pas un cadeau. Elle craque : c’est le comportement de sa mère qui a fait d’elle ce qu’elle est, sombre et ordinaire. Elle refuse d’être en plus la responsable de sa mort.

    Derek et Burke revêtent des combinaisons hermétiques, aidés par Mark. Compte tenu de leur réserve d’oxygène, ils ont environ trente minutes pour terminer l’opération. Addison remarque alors que la patiente, qui est toujours sur la table d’opération, est en train de se réveiller. Mark dit qu’ils seront prêts dans deux minutes. Burke insiste : ils ne peuvent pas entrer sans leurs combinaisons, sinon ils ne tiendront pas cinq minutes et Marina mourra. Addison dit qu’ils n’ont pas le temps d’attendre et se précipite dans la salle, sans aucune protection. Mark, fou d’inquiétude, crie son prénom. Il lui ordonne de sortir de là directement. Elle refuse, Marina est réveillée, il faut à nouveau l’anesthésier. Mark lui donne des indications au micro. Une fois sa tâche terminée, elle se rue vers la porte et arrive juste à temps pour tomber dans les bras de son amant qui la serre contre elle et ne la lâche plus, pendant que Burke et Derek entrent à leur tour.    

    Ellis fait une crise de tachycardie. Cristina demande qu’on bipe Burke et apprend qu’il ne peut venir puisqu’il est en salle d’op’. Elle est désorientée. La malade lui souffle ce qu’elle doit faire : un massage de la carotide. Cristina s’exécute et réussit. Ellis la complimente : elle est douée, très réactive sous la pression ; elle fera un extraordinaire chirurgien. L’interne lui ouvre son cœur : elle se demande si elle pourra avoir une carrière et une vie personnelle. Bien qu’elle soit légèrement excédée par cette question, Ellis reconnaît qu’elle n'a pas suffisamment essayé de concilier les deux.

    Richard récupère petit à petit. Meredith vient prendre de ses nouvelles. Ils regardent Derek et Burke qui continuent à pratiquer une opération qui n’est pas de leur compétence. Le chef est mélancolique : il réalise que la nouvelle génération est prête à lui succéder et il craint d’être vite oublié. Il lui dit qu’elle est devenue quelqu'un de bien, malgré l’absence de sa mère pendant ces cinq dernières années. Elle objecte qu’elle ne fait que la décevoir. Richard rétorque que dans un monde parfait, Ellis pourrait dire qu’elle est fière de sa fille, mais ils ne vivent pas dans un monde parfait et Ellis n’est pas parfaite non plus. La jeune fille lui dit que la seule personne que sa mère aimerait voir maintenant, c’est lui. Il répond que la seule chose qu’Ellis souhaite, c’est qu’il lui dise regretter d’être resté avec Adèle, mais il ne peut pas lui donner satisfaction parce que ce n’est pas vrai.

    Dans le bloc opératoire, les choses ne se déroulent pas bien, les intestins de Marina sont gonflés. Burke et Derek n’arrivent pas à les remettre à leur place. Richard les guide via le micro.

    L’adolescente n’est pas enceinte et n’a pas de MST. Bailey lui explique qu’elle a pris énormément de risques et que, la prochaine fois, elle pourrait bien ne pas avoir autant de chances. La jeune fille pleure. Elle pensait que le garçon l’aimait. Son père la console.

    Callie avoue à George qu’elle n’avait pas pris son malaise au sérieux. Elle aimerait qu’il se batte pour elle. Elle lui révèle son deuxième prénom : Iphegenia.

    Addison est alitée dans un des lits du dispensaire. Dans le lit voisin, Alex, plein d’assurance, fait saillir ses muscles. Il la félicite pour son courage. Elle répond que c’était peut-être une attitude un peu stupide. Ils se regardent avec insistance jusqu’à ce qu’elle préfère prendre la poudre d’escampette.

    Cristina, Izzie et Meredith observent Derek et Burke, toujours en salle d’opération. La situation devient critique : leurs bonbonnes d’oxygène sont presque vides. Ne se rendant compte de rien, les filles discutent du mariage de George.

    Richard continue à donner ses instructions à ses chirurgiens. Mark, très anxieux, le presse de les faire sortir. Burke commence à se sentir mal. Il ne sait presque plus respirer. Derek lui dit de s’en aller. Il terminera seul le travail. Burke refuse, son collègue ne pourra pas y arriver sans son aide. Mais il commence à tousser et s’effondre. Derek se précipite à son secours mais tombe à son tour. La stupéfaction s’abat sur la galerie. Cristina résume ce que chacun pense : tout ça ne dit rien qui vaille !

    Les trois filles vont devoir intervenir. Richard leur donne des consignes. Il s’agit d’obturer l’incision pratiquée dans l’abdomen du patient, par laquelle les neurotoxines s’échappent. Chaque docteur dispose de vingt secondes, avant de sortir et de passer le relais au suivant. Le chef invite Mark à entrer le premier, ce qu’il refuse. Il est le seul médecin titulaire qui reste sur pied, il ne veut pas courir le risque de s’exposer aux toxines dont on ne connaît pas les effets à long terme. Cristina se porte volontaire. Elle réussit à refermer la blessure. Izzie est la deuxième. Elle doit retirer le drap et poser un plastique sur l’abdomen. Elle n’y réussit qu’à moitié. Meredith entre la dernière. Elle doit faire adhérer parfaitement le plastique à la peau, afin d’empêcher les neurotoxines de s’échapper. Elle réussit avec brio.

    Le chef félicite ses titulaires en train de récupérer avec difficulté, ils ont été héroïques. Il demande à Mark de l’accompagner pour examiner la patiente qui est sous dialyse. Derek ne comprend pas que ce soit Sloan qui récolte les lauriers alors que c’est eux qui ont fait tout le boulot. Addison dit que c’est parce que c’est Mark.

    Izzie s’excuse auprès de Bailey d’avoir quitté le dispensaire. Elle lui demande s’il y a eu d’autres patients. Bailey répond que non, juste une qui valait bien 8.000.000 $.

    Richard vient rendre visite à Ellis dans sa chambre. Son opération est programmée le lendemain. Elle l’interroge : malgré sa maladie, est-elle capable de reconnaître sa fille quand elle vient lui rendre visite ? Richard lui dit qu’elle sait que c’est quelqu’un d’important dans sa vie, quelqu’un qui l’aime. Les larmes aux yeux, elle lui demande de veiller sur elle. Elle avait encore beaucoup de choses à lui apprendre mais elle ne pourra pas. Richard promet. Elle lui avoue qu’elle aimerait revenir en arrière, elle ferait les choses différemment : elle se serait battue plus durement pour le garder, si elle l’avait fait peut-être que… Richard lui dit qu’ils auraient eu une vie merveilleuse ensemble. Il la décrit : ils auraient enseignés, ils se seraient battus pour le poste de chef et elle aurait gagné. Ils auraient eu des enfants, une grande maison. Ils auraient formé une famille avec Meredith. En pleurant, Ellis dit qu’elle aurait été heureuse, tout comme sa fille l’est maintenant, et ils vieilliraient ensemble. Leur existence aurait été si parfaitement ordinaire. Elle s’énerve : sa vie est inachevée. Richard la prend contre lui. Il l’invite à fermer les yeux et à penser à la famille, à la maison et – il lui ment pour l’apaiser - à lui qui serait là tous les soirs.

    Les internes sont dans les vestiaires, ils se changent pour rentrer chez eux. Callie fait son entrée. Izzie l’accueille à sa façon, elle dit qu’elle espère qu’elle ne va pas venir vivre avec eux. George intervient : ils sont tous supposés être ses amis les plus intimes. Callie est la part la plus importante de sa vie. Ils peuvent continuer à être désagréables mais, si elle part, il la suivra. Calliope Iphigenia Torres est sa femme. Izzie est prête à se moquer mais George la décourage immédiatement. Meredith est épatée par sa nouvelle force de caractère.

    Dans une chambre, Mark et Addison, nus, s’embrassent passionnément. Légèrement moqueur, il lui dit qu’il croyait qu’elle ne pensait plus à lui. Sur le même ton, elle répond qu’elle est activement en train de ne pas penser à lui… là… maintenant. Ils se sourient.

    Dans leur appartement, Cristina refuse la bague de Burke : les bagues, ce n’est pas son genre. Il ne doit pas s’attendre à ce qu’elle change d’un coup : elle est chirurgienne, tout comme lui. Il lui demande si c’est sa manière de dire oui. Elle confirme. Imperturbable, il lui dit que ce n’est pas parce qu’elle accepte de l’épouser qu’elle va pouvoir participer à l’opération du lendemain. Elle lui rétorque qu’elle ne portera pas la bague. Il pousse un cri de joie et la prend dans ses bras. Ils tournent sur eux-mêmes en riant aux éclats.

    Meredith rend visite à sa mère. Richard est toujours là. Il veut lui parler mais elle ne le laisse pas faire. Elle désire d’abord expliquer la raison pour laquelle elle veut absolument qu’Ellis subisse l’intervention chirurgicale : elle espère qu’un jour, dans un an, ou deux, ou cinq, il y aura un remède pour guérir sa maladie et qu’elles auront alors une autre chance de se connaître. Elle lui demande d’accepter l’opération. Mais elle la laisse libre de décider de sa vie. Ellis la regarde et lui dit qu’elle lui rappelle sa fille. Meredith comprend alors qu’elle est retournée dans son monde. Richard lui explique que ça s’est passé une heure avant. Elle était là et une minute après, c’était terminé. Il est désolé. Meredith pleure et dit qu’elle l’est aussi. Elle sort de la chambre, sous le regard perdu de sa mère.

     

    Voix off : En tant que médecins, nous avons appris à ne donner que les faits aux patients. Mais ce que nos patients veulent vraiment savoir, c'est, est-ce que la douleur va disparaître ? Est-ce que je vais me sentir mieux ? Est-ce que je suis guéri ? Ce que nos patients veulent vraiment savoir, c'est, y a-t-il de l'espoir ? Mais il y a des moments où l’on se retrouve inévitablement, dans le pire des scénarios. Quand les corps des patients les trahissent, et quand toute la science que nous avons à leur offrir ne peut pas les aider, quand le pire des scénarios se présente, garder espoir est tout ce qui nous reste.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :