• Episode 3.17 : Some Kind of Miracle

    Photobucket

    Titre français : Entre deux mondes

    Scénaristes : Shonda Rhimes & Marti Noxon

    Réalisateur : Adam Arkin

    Diffusion États-Unis : 22 février 2007 sur ABC

    Diffusion France : 26 juin 2007 sur TF1


    Voix off : Des miracles se produisent. Etant des adorateurs sur l’autel de la science, nous n’aimons pas croire que les miracles existent. Mais ils existent. Des choses se produisent. On ne peut les expliquer ni les contrôler. Pourtant il y en a. En médecine, des miracles se produisent. Ils se produisent tous les jours mais pas toujours quand on aurait besoin qu’ils se produisent.

     

    Richard continue le massage cardiaque sur Meredith. Bailey est perplexe : même si l’hypothermie protège les organes de la jeune femme, pendant combien de temps vont-ils pouvoir continuer comme ça ? Il répond avec rage qu’il a vu des gens tenir le coup pendant 4 heures. Bailey, des sanglots dans la voix, veut parler mais il l’interrompt avec force : c’est la fille d’Ellis Grey qui est là, sur la table. Burke intervient : ils sont tous du même côté. Richard s’arrête et reprend son souffle. Bailey prend immédiatement le relais. Le moniteur ne cesse de sonner et d’indiquer une ligne plate. Richard s’adresse à son équipe : la température du corps est suffisante pour continuer à espérer. Meredith est vivante tant que sa température n’est pas revenue à la normale et qu’elle n’est pas morte. Ils doivent la réchauffer jusqu’à 37° et faire repartir son cœur.

    Addison regarde la scène avec tristesse ; elle est bipée. Elle annonce avec regret qu’elle doit aller voir son inconnue. Bailey lui demande de parler à ceux qui attendent dehors, peu importe ce qu’elle leur dira. Après un dernier regard en direction de Meredith, Addison quitte la pièce, effrayée par la tâche qui l’attend.

    Retour dans l’antichambre de la mort. Dylan et Denny discutent de Meredith. Denny dit qu’elle est paniquée, Dylan est d’un avis contraire, elle va très bien. Ils sont près d’en venir aux mains quand Meredith les interrompt. Est-ce que c’est son cerveau qui provoque ça ? Parce que si c’est son cerveau qui cause tout ça, sans vouloir les offenser, la première personne qu’elle voudrait voir est… A ce moment, son chien Doc se précipite sur elle. Elle le cajole. Dylan soupire et dit que ce n’est pas son cerveau, ni les médicaments. Il s’emballe : elle est morte, raide morte, il n’y a pas plus mort qu’elle. Denny interrompt ce bel enthousiasme, ils doivent s’y prendre avec douceur. Dylan lui passe le relais. Meredith continue de jouer avec son chien, ne leur prêtant aucune attention. Denny lui demande si elle se souvient s’être noyée dans la baie. Elle dit que oui, c’était moche. Elle recommence à parler à son chien. Catastrophé, Dylan devine que leur travail risque de prendre du temps, alors que Meredith en a peu devant elle.

    Derek et Mark font les cent pas dans le couloir. Addison sort de la salle de trauma. Derek se précipite sur son ex. Elle lui dit que la température avoisine les 30° mais que le cœur n’a toujours pas redémarré. Il insiste pour entrer dans la salle. Il y a un risque de dommage cérébral, il veut pouvoir agir. Elle refuse formellement, il n’est pas en état de les aider. Il se rend à ses arguments et recommence à arpenter le couloir, sous le regard inquiet de Mark.

    Addison rejoint les internes de l’autre côté de la porte. Elle leur dit que la situation n’est pas optimale. Cristina la presse de questions : Meredith est-elle toujours cyanosée, quelle est sa température, pourquoi faut-il autant de temps ? Addison l’interrompt en haussant la voix : ils devraient peut-être se préparer au pire. Elle s’en va pour s’occuper de l’inconnue. Alex la suit. Cristina ne comprend pas : on demande aux familles de se préparer au pire lorsque la mort approche ! Izzie réaffirme que Meredith va s’en sortir. George lui dit qu’elle peut avoir tort parfois. Cristina refuse de rester là, à attendre et s’en va.

    Meredith caresse son chien. Une voix l’interpelle. C’est Elizabeth Fallon, l’ancienne infirmière de sa mère. Vient ensuite Bonnie, la jeune femme blonde qui avait été victime d’un accident de train et qui était traversée par une barre de fer (épisode 2.06). Meredith se demande si elle est au Paradis et ce qu’ils font tous là. Dylan répond que c’est elle qui les a appelés. Elle est incrédule. Il lui demande de raconter ce qui s’est passé dans l’eau.

    Ellis s’agite dans son lit. Olivia essaie de lui faire une piqûre. Ellis s’en prend à elle : elle n’a pas l’autorité suffisante pour lui parler sur ce ton. Mark entre précipitamment dans la pièce et ordonne à l’infirmière de continuer. Ellis continue à tempêter : ils ne sont que des insectes, des amateurs. Elle exige qu’ils aillent chercher Richard.

    L’inconnue est réveillée. Elle gémit et pleure. Addison la rassure tant bien que mal, elle va guérir et son bébé va bien. La blessée prend Alex pour son mari. Addison lui dit qu’il s’agit du docteur Karev et qu’il est celui qui l’a sauvée. L’interne explique qu’il l’a trouvée sur les quais, qu’on ne sait pas qui elle est ni où est sa famille. Addison lui dit qu’elle était sur le ferry. L’inconnue dit ne pas s’en souvenir. Elle se met à pleurer lorsqu’elle se rend compte qu’elle ne se souvient pas de son nom. Addison dit à Alex que, s’il le veut, il peut rejoindre ses amis. Il refuse, il dit que Meredith lui a fait croire que les gens mal en point ont encore une chance.

    Richard et son équipe tentent toujours l’impossible. Burke annonce qu’il n’y a encore aucun signe de vie. Richard est incrédule. Izzie fait irruption dans la salle. Richard lui intime l’ordre de sortir. Elle ne peut détacher son regard de son amie, elle comprend que la situation est bien plus grave que ce qu’elle croyait. Bailey lui dit de rejoindre ses amis. Izzie annonce que Cristina est partie. Burke est abasourdi.

    On voit Cristina qui, toujours en uniforme, pousse, tel un robot, un caddie dans les allées d’un supermarché et le remplit machinalement avec tout ce qui lui tombe sous la main.

    Meredith déambule maintenant dans les couloirs de l’hôpital. Elle cherche son chien. Les autres la suivent. Denny essaie de la convaincre de parler, elle a peu de temps devant elle. Elle répond qu’elle s’est noyée, c’est tout. Bonnie s’emporte, elle doit les écouter. Tout à coup elle s’arrête et regarde son ventre : du sang se met à couler au travers son pull, à l’endroit même où la barre de métal la traversait quand elle est morte. Meredith est horrifiée. Bonnie est prise de convulsions et est allongée par terre par les deux D. Tous se tournent vers l’interne qui avoue son incapacité à sauver la jeune femme sans matériel. Elle ordonne à Dylan d’aller chercher des instruments chirurgicaux. Celui-ci fait deux pas et disparaît en traversant une porte. En même temps que lui, disparaissent les meubles et les autres personnages, à l’exception de Denny qui se retrouve seul, face à face avec Meredith. Il veut qu’ils discutent de ce qui s’est passé.

    Richard est tout essoufflé par le massage cardiaque qu’il ne cesse de faire sur le corps de Meredith. Avec résignation et tristesse, Bailey lui dit que ça fait plus d’une heure qu’ils sont là, sans résultat. Elle lui dit qu’il doit se préparer à… Richard l’interrompt : Meredith est jeune et en bonne santé, sa température augmente, son cœur va battre à nouveau, c’est la seule éventualité à laquelle il s’est préparé.

    Cristina est dans le bar de Joe. Elle décide de lui montrer ses achats : tous à moins de 0,99$. Elle est particulièrement fière d’être l’heureuse propriétaire d’une toute petite chaise en plastique. Joe lui demande si elle ne devrait pas être au boulot, à cause de l’accident de ferry. Les larmes aux yeux, elle répond qu’elle fait ce qu’elle peut. Joe n’insiste pas.

    Izzie et George attendent dans le couloir. Bailey leur annonce que Callie va se charger d’eux et leur demande de retourner travailler. Les internes protestent. Bailey comprend qu’ils sont inquiets, mais il y a eu un drame et il y a du travail à faire. George suit son épouse. Izzie ne bouge pas, elle veut rester là. Callie ne l’entend pas de cette oreille et lui demande de venir avec eux. Ils n’aideront pas Meredith à rester là sans rien faire. Izzie lève les yeux au ciel mais les suit.

    Alex est avec sa patiente. Il lui pose des questions sur ses antécédents familiaux en matière de santé, questions auxquelles elle ne sait absolument pas répondre. Il se rend compte du ridicule de la situation et cesse son interrogatoire.

    Compte tenu du nombre de blessés qui ont besoin d’une transfusion, chacun doit faire un don de sang. Izzie vient en chercher. Callie, qui est en train de donner son sang, lui demande pour qui. Izzie répond du bout des lèvres que c’est pour Meredith. Callie pense que ça fait longtemps que Meredith est inconsciente, mais il ne faut pas perdre espoir. Izzie lui répond froidement que ce n’est pas son intention. Callie demande si elle a fait quelque chose pour la contrarier. Elle fait remarquer qu’elles vont devoir se serrer les coudes. Izzie règle ses comptes : Callie fait comme si elle s’inquiétait pour Meredith alors qu’elle ne la connaît pas. Seuls George, Cristina et elle-même sont la famille de Meredith. Ils étaient là bien avant que George et elle ne fassent les imbéciles. De toute façon, ce mariage n’a aucun sens, ce n’est qu’un bout de papier. Callie se défend. Il n’est pas question qu’elle s’efface. George a voulu se marier avec elle et si Izzie n’est pas capable d’accepter ça, tant pis. Elle lui propose son amitié. Elle sait que George la soutiendra et Izzie ne peut pas se permettre de perdre un ami de plus, surtout maintenant. Izzie est choquée et s’en va.

    Denny demande encore une fois à Meredith ce qui s’est passé dans l’eau. Elle dit qu’elle s’est noyée, c’est tout. Bonnie s’énerve. Elle n’accepte pas que Meredith soit presque heureuse d’être morte. Meredith s’insurge : est-ce qu’ils croient qu’elle a envie d’être là ? Elle nageait, elle a lutté, mais l’eau était froide. Denny lui rappelle l’épisode du matin, dans la baignoire. Meredith lui dit que ce n’était rien. L’infirmière veut lui parler d’Ellis mais Meredith dit que ça n’a aucun rapport. Denny lui demande si cela a un rapport avec Derek alors. Elle dit qu’elle ne voulait pas... Bonnie l’interrompt : elle voulait ! A ce moment-là, elle tombe à nouveau par terre, victime du même malaise que précédemment.

    Derek s’installe dans la salle d’attente. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. Un homme assis près de lui entame la conversation en lui demandant pour qui il est là. Lui attend des nouvelles de son épouse qui était sur le ferry. Derek répond que sa petite amie y était aussi. Il ne sait pas ce qui va se passer. L’homme lui dit que le sort de leurs compagnes est maintenant dans les mains des médecins. Il lui demande comment s’appelle son amie. Avec un sourire attendri, Derek répond qu’elle s’appelle Meredith. L’homme dit qu’il priera pour elle.

    Meredith tente une fois encore de sauver Bonnie. Denny lui dit que ça ne sert à rien, ça se reproduira. Bonnie disparaît. Dylan surgit. Son compagnon lui reproche de faire son show. Dylan répond qu’ils perdent leur temps. Meredith doit se décider : rester ou pas, il n’y a pas de demi-mesure.

    Richard s’épuise à essayer encore et encore de ranimer Meredith. Le moniteur n’a pas cessé de sonner. Le chef demande à Bailey ce qu’il en est. La jeune femme est toujours en asystolie, sa température a chuté. Une heure et demie s’est écoulée. Richard ne comprend pas. Il cesse le massage et s’éloigne de la table, en lui tournant le dos. Il pleure.

    Derek est assis dans le canapé de la chambre d’Ellis, il est en larmes. Ellis croit qu’il fait partie du petit personnel et, comme à son habitude, lui réclame peu aimablement un verre d’eau. Derek essuie ses larmes et la sert. Pendant qu’elle boit, il lui caresse les cheveux. Des sanglots dans la voix, il lui dit qu’elle a détruit sa fille, en la traitant de personne ordinaire, en ne reconnaissant jamais ses mérites. Tout ce que Meredith a de bien en elle, elle l’a construit en dépit de sa mère. Ellis semble l’écouter avec attention. Il hausse le ton : si Meredith ne s’en sort pas, elle en sera responsable. Addison, qui se tient dans l’embrasure de la porte, l’appelle et lui fait signe avec la tête qu’il a tort d’agir ainsi. Il quitte la chambre.

    Dans le couloir, Addison dit à son ex-mari qu’Ellis n’est pas en état de le comprendre, elle ne peut pas aider sa fille. Derek craque complètement. Il dit que tout est de sa faute il savait tout ce qui se passait et il n’a rien fait. Il sanglote. Addison comprend qu’il pense que Meredith s’est jetée à l’eau volontairement. Il répond qu’elle est une bonne nageuse. Il s’écroule. Addison prend sa figure entre ses mains, il ne doit pas baisser les bras, il reste une chance. Elle est bipée et le laisse seul.

    Meredith fouille pour trouver de quoi sauver Bonnie. Denny ne comprend pas son acharnement, de toute façon, Bonnie ne peut plus être sauvée. Il préfère qu’elle lui raconte ce qui s'est passé dans l'eau. Meredith recommence : elle nageait et elle s’est battue. Denny dit que ce n’est pas vrai. Même si c’est une solution facile, elle ne peut pas rester là, parce que ses amis ont besoin d’elle. Sa disparition va les détruire. Elle lui demande d’arrêter. Il continue : est-ce qu’elle a pensé à Derek, l’éternel optimiste, qui croit en l’amour vrai et aux âmes sœurs ? Si elle ne revient pas, il ne sera plus jamais le même. Meredith est émue et ferme les yeux. Quand elle les rouvre, Denny s’est évaporé. Un carillon retentit au loin.

    Derek n’a pas bougé. Tout à coup, le moniteur sonne dans la chambre d’Ellis. Il va voir ce qui se passe. Elle est inconsciente.

    Richard reprend des forces. Bailey continue de ventiler son interne. Subitement elle a une idée : s’ils pratiquaient un pontage cardio-pulmonaire ? Richard, après un moment d’hésitation, se range à son avis et demande qu’on bipe Burke et une équipe de chirurgie.

    Avec la langue pâteuse de celle qui a trop bu, Cristina commente le sudoku qu’elle est en train de faire. Burke s’assied à côté d’elle et lui dit qu’il n’y a aucun changement pour Meredith. Il pense qu’elle voulait le savoir. Il essaie de la rassurer : certaines personnes s’en sortent. Cristina ironise : elle n’est pas n’importe qui, elle est médecin, elle sait qu’il est l’heure de se saouler. Burke lui dit qu’elle a tort et qu’elle a des responsabilités envers Meredith. Cristina explique qu’en cas de crise, elle n’est pas capable de faire face. Elle ne peut aider ses proches que quand elle est sûre qu’ils vont s’en sortir. Elle ne peut pas retourner à l’hôpital et voir Meredith comme ça. Le bip de Burke sonne. Avant de partir, il lui dit que, si jamais Meredith meurt alors qu’elle était là, assise à ce bar, elle ne s’en remettra jamais. Elle doit revenir pour faire ses adieux à son amie. Cristina se retient de pleurer.

    En larmes, Meredith est assise par terre, dans un couloir, face à Denny. Elle se confie à lui. Elle a lutté pour ne pas couler, mais à un moment, juste le temps d’une seconde, elle a pensé "et alors ?" Elle s’est laissé aller. Elle lui demande de garder le secret. Il accepte. Le carillon retentit à nouveau. Denny a un air extatique. Meredith lui demande ce qui se passe. Il lui répond que parfois, il se retrouve en même temps et au même endroit qu’Izzie, et qu’il peut presque entendre sa voix. Il explique à Meredith que c’est tout ce qui lui reste, de temps à autre quelques instants avec les personnes qu’il aime. Elle lui demande si tout ceci est vraiment en train de se passer. Il répond que c’est sa vie après la mort, pas la sienne. Il disparaît. La jeune femme voit l’eau inonder rapidement le couloir.

    Izzie croise George dans un couloir, elle lui demande s’il y a des changements. Il lui répond froidement que non et poursuit sa route. Elle le rappelle et lui dit qu’ils ne peuvent pas se disputer maintenant. Il lui reproche ce qu’elle a dit sur son mariage. Si ce dernier marche, elle aura l’air d’une conne. Si c’est vraiment une erreur, il aura besoin d’elle. Il a besoin de son amie, mais elle veut lui enlever même ça.

    Derek tente de ranimer Ellis. Il demande à un infirmier de biper Burke. Lorsqu’on lui annonce que celui-ci est en train de pratiquer un pontage cardio-pulmonaire en salle de trauma, il comprend immédiatement qu’il s’agit de Meredith. L’infirmier confirme. Derek continue ses efforts pour Ellis.

    Meredith est sur la table d’opération. Sa température est remontée à 35°. L’équipe n’a plus qu’à faire redémarrer son cœur.

    Son autre moi s’adresse aux messagers de la mort. Elle veut repartir maintenant. Les autres pensent qu’il est trop tard. Elle craque. Elle reconnaît avoir des difficultés à être intime avec quelqu’un. Mais elle veut plus que sentir de temps en temps un peu de Derek ou de Cristina. Elle met ses deux mains sur sa poitrine et supplie.

    Derek pratique un massage cardiaque sur Ellis. Il l’enjoint à ne pas mourir, pas aujourd’hui, pas avec lui ! Le moniteur sonne : arrêt cardiaque. Il lui applique des électrochocs.

    La température de Meredith est normale mais il n’y a toujours aucune activité cardiaque. Richard dit que dans ce cas, elle est morte. Tout à coup un bip, un léger mouvement sur le moniteur. Bailey place les électrochocs et envoie une première décharge. Mais la ligne droite revient. Bailey s’adresse à Meredith, elle lui crie de ne pas renoncer. Après toute l’énergie, le temps, les ressources qu’ils ont mis à la sauver, elle ne peut pas abandonner. Richard raisonne sa collaboratrice. Ils comprennent que c’est la fin et regardent le corps avec tristesse. Cristina entre et vient se placer face à lui, totalement épouvantée.

    Meredith, toujours entourée par les morts, ne parvient presque plus à respirer. Elle a mal. Elle pleure. Soudain elle voit sa mère passer dans le couloir. Elle l’appelle. Denny l’incite à la rejoindre.

    Cristina est toujours figée devant son amie. Elle caresse ses pieds. Dans un murmure, elle demande aux médecins d’essayer encore. Comme elle n’a aucune réponse, elle crie avec un air menaçant qu’ils doivent encore essayer. Bailey dit qu’ils sont repartis pour un tour.

    Meredith et Ellis vont à la rencontre l’une de l’autre.

    Derek envoie à nouveau une nouvelle décharge à travers le corps d’Ellis.

    Meredith et sa mère se rejoignent enfin. Dure comme à son habitude, Ellis dit à sa fille qu’elle ne devrait pas être là. Meredith lui dit qu’elle non plus. Ellis ne répond pas, elle demande à Meredith de continuer à avancer, elle doit repartir pour ne pas être une âme damnée. Enfin, elle la serre dans ses bras, avec force. Elle ajoute qu’elle est tout, sauf ordinaire. Elle lui ordonne de partir en courant.

    Derek n’abandonne pas Ellis. Il ne quitte pas le moniteur des yeux et prie pour que la sonnerie s’arrête.

    Ellis repousse Meredith. Celle-ci part sans se retourner et se met à courir.

    Flash blanc. La ligne plate disparaît sur le moniteur. Le cœur de Meredith s’est remis à battre. Burke confirme qu’elle est de retour parmi eux. Cristina pousse un énorme soupir de soulagement, imitée par Richard et Bailey. Ils retirent l’intubation. Addison fait son entrée. Bailey lui annonce la bonne nouvelle. Addison demande si Meredith respire par elle-même et si son cerveau n’a pas subi de dommages. Bailey ne sait pas, elle avoue qu’elle n’a pas encore bipé Derek, elle préfère laisser un peu plus de temps à Meredith pour récupérer. Ils sortent tous de la salle, laissant Cristina, bouleversée, en tête-à-tête avec son amie.

    Meredith essaie de parler. Cris se précipite et tente de comprendre ce qu’elle veut lui dire. Elle la supplie d’essayer encore. Puis d’un ton plus énergique, elle dit que le cerveau fonctionne et que tout ce qu’elle a à faire est de prononcer un mot. Meredith dit "aïe" et ouvre les yeux pour la regarder. Cristina lui annonce sans plus de précaution qu'elle va épouser Burke. Elle comprend que ce ne soit pas la première de ses préoccupations, mais elle veut le lui dire maintenant, parce qu’elle est la seule personne qu’elle voulait mettre au courant. Elle la remercie de ne pas être morte. Malgré sa faiblesse, Meredith sourit.

    Bailey, George et Izzie les regardent par la vitre. George pleure. Alex les rejoint. Il met sa main sur l’épaule d’Izzie et attire cette dernière contre lui. Elle soupire d’aise à la vue de son amie. On voit Cristina qui parle à Meredith.

    Plus tard, Derek, appuyé contre le chambranle de la porte, regarde dormir Meredith. Elle ouvre les yeux et le voit. Il lui sourit tendrement, avec encore des larmes plein les yeux. Il lui dit juste "hey", elle répond de même. Il se rapproche et l’embrasse. Il soupire. Il s’apprête à parler lorsqu’elle l’interrompt : sa mère est morte, elle le sait. Il opine de la tête. Elle lui dit que tout va bien. Il s’agenouille près d’elle et ils ne se quittent pas des yeux.

    Addison les observe, de l’autre côté de la vitre. Mark vient à côté d’elle et lui demande si Meredith va bien. Elle dit que oui. A mi-voix, elle ajoute que Derek n’a jamais ressenti la même chose pour elle. Mark laisse passer un moment et répond que lui, oui. Elle lui dit que, parfois, elle se demande s'ils n'ont pas gâché tout ce qu'ils avaient. Il répond qu’il est plein de défauts mais qu’elle n’a jamais été un jeu pour lui. Elle le regarde et lâche : "soixante jours ! Soixante jours sans sexe, sans autre femme, du jour au lendemain". Alors peut-être le croira-t-elle. Il demande s’ils pourront coucher ensemble. Elle rit et dit que non. Aucune relation sexuelle ! Il est prêt à relever le défi si elle s’engage à former avec lui, à la fin de l’épreuve, un véritable couple. Elle confirme que s’il réussit, elle lui redonnera sa chance. Il insiste aussi sur le fait que, s’il ne peut coucher avec personne pendant soixante jours, elle non plus. Addison rétorque que de toute façon elle ne voit pas avec qui elle aurait l’occasion de coucher.

    Alex prend des nouvelles de sa patiente qui s’inquiète de savoir si quelqu’un l’a réclamée. Il dit que non. Elle déplore qu’on ne sache rien d’elle. Il fait de l’humour, il sait beaucoup de choses sur elle : son groupe sanguin, son âge approximatif, le fait qu’elle n’avait pas bu et que le bébé est une fille. La jeune femme est contente, puis elle ajoute qu’elle sent qu’elle est mariée. Il dit en riant qu’il sait plus de choses sur elle qu’il n’en sait sur ses amis les plus proches. Elle sourit et répond que c’est pathétique.

    Izzie rejoint George dans les vestiaires. Elle lui demande, au nom de leur amitié, de lui pardonner. Sans un mot, George se lève et s’en va.

    Richard se recueille auprès du corps d’Ellis. Il lui parle. Il sait que d’une certaine façon, elle n’est plus là depuis longtemps et qu’elle pensait être morte quand la maladie d’Alzheimer s’est déclarée. Il sait que la mort est un soulagement pour elle. Mais ça n’en est pas un pour lui. Elle lui manque ! L’émotion s’empare de lui. Il reste là à la regarder.

    Derek s’est allongé dans le lit d’hôpital, aux côtés de Meredith qui dort. Il se serre contre elle, dans son dos, comme s’il veillait sur son sommeil.

    Izzie marche dans le couloir. Tout à coup, elle s’arrête et ferme les yeux. On voit le fantôme de Denny qui se tient tout près d’elle. Il prononce son prénom. Elle sourit, comme si elle avait senti sa présence, puis continue d’avancer. Denny reste sur place puis part du côté opposé.

     

    Voix off : À la fin d'un jour comme celui-ci, une journée où tant de prières ont été exaucées et tant d’autres non… on prend les miracles là où on peut. On atteint l’autre côté du vide et parfois, contre toute probabilité, contre toute logique, on en touche un.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :