• Episode 4.04 : The Heart of the Matter

    Photobucket

    Titre français : Prêtes à tout

    Scénariste : Allan Heinberg

    Réalisateur : Randy Zisk

    Diffusion États-Unis : 18 octobre 2007 sur ABC

    Diffusion France : 8 octobre sur TF1


    Voix off : Dans la vie, une seule chose est assurée, hormis la mort et les impôts. Peu importe les efforts, peu importe les bonnes intentions, on fait des erreurs. On blesse des personnes. On est blessé. Et si jamais on veut se rattraper, il n’y a vraiment qu’une seule chose à dire.

     

    George et Callie sont dans leur chambre. Elle n’a toujours pas réagi à son aveu. Il lui demande de dire quelque chose. Elle lui pardonne. Il est désarçonné. Elle s’explique : il a fait une erreur mais ils ont prononcé des vœux. Ils sont liés jusqu’à la mort, alors elle doit lui pardonner.

    George entre en trombe dans Seattle Grace. Il a son portable à l’oreille et laisse un message sur la boîte vocale d’Izzie pour lui annoncer qu’il a tout avoué à sa femme. Il raccroche brutalement quand il voit Meredith à la porte de l’ascenseur. Elle lui rappelle qu’ils commencent leur tournée dans cinq minutes. Il refuse de l’écouter. Il doit d’abord trouver Izzie.

    Derek entre dans l’ascenseur. Il profite du fait que lui et Meredith sont seuls pour l’inviter à passer un week-end avec lui. Elle lui demande pourquoi elle ferait ça. Il a une bonne raison : il l’embrasse avec fougue. Elle lui fait remarquer qu’ils n’ont jamais été nulle part quand ils étaient en couple. Maintenant qu’ils ne le sont plus, ils n’ont aucune raison de le faire. Il répond qu’il ne propose rien d’autre que de passer 48 heures ininterrompues de ça : il l’embrasse encore. Elle veut savoir où il compte l’emmener. Dans les vignobles. Elle trouve que c’est un endroit où les couples vont. Il rétorque que, de toute façon, ils ne verront rien des vignobles, ils passeront leur week-end au lit. La perspective d’un week-end de sexe éveille l’intérêt de la jeune femme, ce qui amuse Derek. Elle dit qu’elle va devoir trouver quelqu’un qui la remplace. Il lui demande si ça signifie qu’elle l’accompagnera. Elle sort de l’ascenseur et avoue être tentée par les 48 heures ininterrompues de ça. Elle en sera.

    A ce moment, Cristina passe par là et aperçoit Derek dans la cabine. A voir la tête de son amie, elle comprend qu’ils viennent de partager un tendre moment. Alors qu’elle s’ennuie aux urgences avec de stupides internes, il y en a une qui s’envoie McDreamy dans l’ascenseur. Meredith lui demande ce qui ne va pas. Cristina confirme qu’elle hait les internes. Meredith dit que Lexie n’est pas si mauvaise. Cristina s’étonne : elle ne hait donc plus sa demi-sœur. Meredith confirme, elle s’est rendue compte qu’elle n’avait aucune raison de la détester. Cristina dit qu’elle est une interne, ça devrait suffire comme motif.

    Meredith demande à Alex s’il accepte de prendre sa garde ce samedi. Il veut bien envisager la question à condition qu’elle se charge de Norman. Elle demande de qui il s’agit. Il lui répond que c’est le plus vieil interne du monde. Elle n’a d’autre choix que d’accepter l’échange.

    George passe devant Meredith en criant qu’il doit absolument trouver Izzie. Elle le prévient : il sera assigné au dispensaire s’il manque la tournée des patients. Il fait demi-tour et repasse devant en elle en grognant qu’il va au dispensaire.

    Justement, Bailey y reçoit Ruthie, accompagnée de son petit ami. C’est une athlète. Elle s’est tordue la cheville et, malgré les médicaments qu’elle a pris, celle-ci est maintenant gonflée et bleue. Bailey demande quel dosage de médicaments elle a pris. Ruthie explique qu’elle prend de l’Ibuprofène tous les jours, parce qu’elle fait de la gymnastique, mais là, elle a doublé la dose. Elle demande à Bailey de lui donner seulement de la cortisone, parce qu’elle doit rencontrer son entraîneur dans l’après-midi. Bailey refuse, elle doit d’abord savoir ce qu’elle a, elle va lui faire passer des radios. George passe la porte en courant et demande si elle a vu Izzie. Elle lui suggère d’aller aux urgences. Il repart toujours en courant.

    Aux urgences, George interroge Lexie. Elle n’a pas vu Izzie. Elle, ça fait un bon moment qu’elle attend Cristina qui lui avait demandé d’être là. Elle est résolue à ne plus êtrele souffre-douleur de la résidente. Elle s’est bien préparée et est prête à répondre à toutes les questions. Sur ces entrefaites, Cristina fait son apparition en criant son numéro. Lexie se précipite.

    Un jeune joueur de football, Adam, est amené sur une civière. Il est accompagné par un homme que Derek pense être son entraîneur. En fait, il s’agit du père, Stanley. Il raconte : lors d’un match, son gamin a été plaqué au sol. Il lui reproche de ne pas avoir su éviter ça. Derek lui demande de quitter la pièce. Ensuite, il essaie de ramener le garçon au calme et donne ses instructions à ses assistantes. Cristina commence à découper son casque.

    En courant, George renverse une armoire et ce qu’elle contient. Il remet tout en place. Richard veut savoir ce qui lui arrive.L’interne lui dit qu’il veut voir Izzie. Le chef lui conseille d’aller voir au bureau des infirmières et lui demande de prévenir son amie que le Dr Torres la cherche. George se met à cavaler.

    Izzie déambule dans l’hôpital, suivie de ses internes, et leurparle des bienfaits de la calligraphie. Elle sait que compléter des dossiers n’est pas aussi excitant que la chirurgie mais c’est utile. Bien écrire sauve des vies.On voit George courir sur la passerelle, le portable en main, en suppliant Izzie de décrocher. Celle-ci continue de philosopher : si en pleine intervention, il faut se demander ce qui est écrit, on perd du temps et cela peut entraîner la mort du patient.George arrive à proximité et s’apprête à aller lui parler quand Callie surgit. Il se cache derrière un mur pour les espionner. Izzie se retourne et se trouve face à Callie. Celle-ci lui dit qu’elle est au courant de tout, elles doivent parler. Elle lui donne rendez-vous à la cafétéria, à midi, rien qu’elles deux. Elle lui conseille d’être là et s’en retourne à ses occupations.

    Izzie prend George à parti. Ainsi sa femme lui a pardonné ? Il explique ce qu’elle lui a dit. Izzie n’apprécie pas d’être considérée comme une erreur. George s’aperçoit soudain qu’ils lavent leur linge sale en présence des internes qui n’en perdent pas une miette. Il le fait remarquer. Izzie leur donne l’ordre de reculer, avant de lui demander ce qu’il a répondu. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui pardonne, il pensait qu’elle serait pleine de rage, avec des envies de sang. Izzie lui dit que maintenant, c’est elle qui aura droit à la rage et au bain de sang. Elle va se faire tuer à la cafétéria. George n’y croit pas du tout. Izzie pense le contraire, Callie casse des os pour vivre, donc elle est folle. Elle ajoute que, peu importe, elle est prête à se battre.

    Lexie, Cristina et Derek examinent les radios d’Adam. Lexie se demande quel genre de père est Stanley pour trouver que son fils n’en fait jamais assez, même à terre. Cristina lui suggère de se concentrer sur l’aspect médical uniquement. Derek réalise qu’elle a appelé l’interne par un numéro et veut savoir s’il s’agit d’un surnom. Lexie reste vague. Il l’interroge sur la façon dont elle procéderait. Elle lui dit que la première chose à faire est de redresser sa colonne vertébrale, au moyen de tractions. Il la félicite, il est très impressionné.Cristina n’apprécie pas. Derek demande à Lexie où en sont ses relations avec sa demi-sœur. Elle reconnaît que la relation est étrange, elle pense que sa sœur la hait. Derek, qui guette les réactions de Cristina, dit que ce n’est pas le cas. Lexie veut savoir si Meredith s’est confiée à lui mais Cristina l’interrompt et lui ordonne d’aller plutôt s’occuper d’un autre patient. Sèchement, Derek lui suggère de le faire elle-même. Elle s’exécute.

    Meredith présente Norman à Mark Sloan. Il est étonné d’apprendre qu’il est un interne mais le naturel reprend vite le dessus. Il lui donne une pile de dossiers en lui souhaitant la bienvenue. Meredith dit à Norman qu’il va avoir la charge d’annoncer à un patient qu’il est condamné mais, qu’il ne s’en fasse pas, il n’a qu’à suivre le protocole.

    Callie retrouve Bailey et George devant les radios de Ruthie. Bailey lui explique le cas. Callie annonce qu’elle peut programmer l’intervention. Bailey trouve plus approprié de lui faire passer des tests d’abord pour voir ce qui rend ses os si fragiles. Sa chute n’était pas si grave et n’explique pas de tels dégâts. Callie suppose qu’elle souffre d’ostéoporose. Bailey fait remarquer que la patiente n’a que 28 ans. Callie lui dit de faire passer les examens adéquats et s’en va. Etonnée de son manque de professionnalisme, Bailey se tourne vers George pour avoir une explication. Il ne veut pas en parler avec elle. Elle lui demande si sa femme va bien. Il dit que oui.

    Meredith continue à donner ses consignes à Norman. Quand il faut annoncer une mauvaise nouvelle à un patient, il faut être poli et détaché sans être froid. Il ne voit pas comment il pourrait faire ça. Elle lui dit qu’il doit montrer au patient qu’il est soucieux de son cas, mais il ne doit pas être trop émotionnel car cela fait peur aux patients. Il doit seulement se focaliser sur l’aspect médical.

    Cristina passe à côté d’eux et dit à Meredith que Derek semble particulièrement lié avec Lexie et qu’ensemble ils parlent d’elle. D’ailleurs, pour être plus à son aise, Derek s’est débarrassé d’elle. Elle continue d’avancer même lorsque son amie essaie de la retenir pour en savoir plus. Désarçonnée, Meredith demande à Norman de lui rappeler de quoi elle parlait avent d’être interrompue. Avec un petit sourire, il lui dit qu’elle lui conseillait de se focaliser uniquement sur la médecine.

    Cristina explique à Adam, en présence de Derek, Lexie et Stanley, qu’ils vont installer un système de poids qui va exercer une traction sur sa tête dans le but de remettre sa colonne vertébrale en place. Lexie essaie de donner des explications complémentaires à Adam mais Cristina n’apprécie pas qu’on lui vole la vedette et vient se placer devant elle pour parler au garçon. Celui-ci a peur d’avoir mal mais Stanley dit que ce n’est pas important, il faut à tout prix qu’il sache remarcher. Il se montre pressé que le traitement commence. Derek est choqué par son insensibilité.

    Norman et Meredith regardent leur patiente qui, anéantie par la nouvelle de sa mort prochaine, pique une crise de nerfs. Meredith reproche à son interne de n’avoir pas réagi comme il le fallait. Il s’avance vers la dame et lui présente une fois encore ses regrets. Il manque de pleurer avec elle. Il demande ensuite à Meredith ce qu’il doit encore faire. Elle lui dit qu’ils doivent sortir de la chambre avec respect. Ils marchent à reculons.

    Izzie vient demander une faveur à Alex qui est en train de soigner un patient. Il n’a pas le temps. Elle veut savoir ce qu’il fait à l’heure du déjeuner. Il lui répond que, d’après ce qu’il a appris de ses internes, il sera en train de la regarder se faire botter le cul par Torres à la cafétéria. Il aimerait savoir ce qu’elle a fait pour ça. Elle ne veut pas répondre.

    On crie après eux. Ils se précipitent pour accueillir une jeune femme qui éprouve des difficultés respiratoires. Adèle, qui l’accompagne, demande que l’on bipe Richard. Alex demande discrètement à Izzie qui est la patiente. Elle lui dit que c’est Camille, la nièce de Richard. Les secouristes expliquent qu’ils ont essayé de l’intuber à trois reprises, mais en vain. C’est comme si la voie était obstruée. Alex panique un peu parce que c’est la nièce du chef. Izzie prend les choses en main et pratique une trachéotomie. Richard entre dans la pièce et demande ce qu’ils sont en train de faire à sa nièce.

    Par après, au bloc, il leur dit que la dernière chose dont Camille ait besoin, c’est d’une autre intervention. Ils lui expliquent qu’ils ne savaient quoi faire d’autre pour qu’elle respire. Il leur donne raison. Il leur apprend que la jeune fille a eu un premier cancer à l’âge de 14 ans, aux ovaires. Elle a subi une hystérectomie. Mais le cancer est revenu. Alex l’interrompt. Il vient d’apercevoir une masse au niveau de la gorge, c’est ce qui empêchait Camille de respirer. Richard leur dit qu’ils vont l’enlever mais il est conscient qu’ils risquent d’en trouver d’autres. Izzie est désolée pour lui. Il répond que Camille s’est déjà accrochée deux fois, elle le fera encore.

    Meredith vient avertir Cristina qu’elle a dû annoncer à une femme de 48 ans qu’elle allait mourir. Cris rétorque qu’elle espère pouvoir dire la même chose à une femme de 24 ans. Elle fait un signe de tête pour attirer l’attention de son amie sur Lexie, en train de rire aux éclats avec Derek. Meredith dit qu’elle a dévié de sa ligne de conduite pour être gentille avec elle et, en remerciement, elle est en train de dire du mal d’elle, derrière son dos. A ce moment, Lexie vient la saluer. Elle ne répond pas et demande à Norman de la suivre.

    Lexie dit à sa résidente que le Dr Shepherd lui a demandé d’être présente lors du traitement d’Adam. Cristina l’accuse de se servir du côté "sœur Grey" pour se faire bien voir des titulaires. Elle peut comprendre cette attitude. Mais si Lexie tue quelqu’un, ce sera de la responsabilité de sa résidente. Donc elle exige que, de toute la journée, elle reste dans son coin, le dos collé au mur, et ne dise ou ne fasse plus rien. Compris, n° 3 ? L’interne lui rappelle qu’elle s’appelle Lexie ou Grey, pas trois

    George explique à Ruthie et son fiancé que les tests sanguins ont révélé un manque sérieux de calcium et vitamines, ce qui leur fait penser qu’elle a fait un sévère régime. Fièrement, le petit ami admet que sa fiancée a perdu quarante livres. Ruthie ajoute que c’était la condition pour qu’il accepte de vivre avec elle. Bailey fait une remarque caustique sur le côté romantique de la chose. Pour Ruthie, c’était une motivation. De son côté, le jeune homme a accepté d’arrêter de fumer. Bailey dit que là n’est pas le problème. Même si sa cheville est réparée, ça ne servira à rien si elle ne s’alimente pas plus et qu’elle ne freine pas le sport. Elle demande confirmation à sa collègue qui ne répond pas, perdue dans ses pensées. Ramenée à la réalité, Callie lui donne raison mollement. Mais le fiancé ne veut rien entendre. Ils sont venus là uniquement pour faire réparer sa cheville. Il leur demande de faire leur boulot. Callie ne réagit pas au grand étonnement de Bailey.

    Mark demande à Meredith comment s’est passée l’annonce au patient. Elle lui dit que ça a été pénible. Il y a eu beaucoup de larmes. Mark est étonné, il pensait que le patient réagirait dignement, comme un homme. Meredith ne comprend pas, le patient est un homme ? Mark confirme : Joel, chambre 2212. Meredith lui demande s’il ne se trompe pas, ce ne serait pas plutôt Mme Bitzer, chambre 2213 ? Norman se rend compte alors qu’il a mal lu le chiffre de la chambre sur le dossier. Mark n’en revient pas qu’ils aient pu se tromper de patient. Ils ont annoncé à une femme qui est venue se faire enlever des grains de beauté qu’elle allait mourir.

    Adam est sur un lit. Son père lui dit qu’il n’a rien à craindre, c’est comme s’il était dans une salle de culturisme. Il explique aux docteurs que son fils soulève des poids depuis qu’il a 8 ans. Lexie se rapproche du garçon. Cristina lui rappelle qu’elle lui a demandé de rester près du mur. Elle recule. Derek a tout entendu. Il rappelle à Cristina qu’ils sont dans un hôpital-école et qu’à son avis elle doit être plus proche de Lexie pour être un bon professeur. Lexie revient. Derek et Cristina installent un appareil pour maintenir la tête d’Adam immobile. Le neurochirurgien demande au jeune homme de rester tranquille. Avec les médicaments qu’il lui a donnés, il ne souffrira pas.

    Izzie et Alex regardent Camille qui est ramenée dans sa chambre. Izzie essaie d’imaginer qu’elle a pu être sa réaction en apprenant à 14 ans qu’elle allait mourir d’un cancer. Alex pense que c’est une battante, tout comme elle. Il est curieux de voir comment va se terminer le combat contre Torres. Elle lui demande s’il accepterait de lui donner quelques tuyaux. Il accepte à condition qu’elle lui révèle la raison du conflit. Elle lui fait jurer de garder le secret puis lui avoue qu’elle a couché avec George. Il la regarde, outré. Elle lui dit qu’elle sait que c’est moche, d’ailleurs elle est décidée à laisser Callie lui donner un coup de poing, même deux. Il commence à élever le ton. Elle l’enjoint de se calmer, personne ne doit savoir, il lui a promis. Il confirme, elle peut être tranquille, il ne dira rien, il est trop gêné pour elle.

    Norman et Meredith reviennent vers la chambre de Mme Bitzer. Il lui demande si elle va lui hurler dessus, comme Bailey le conseille aux résidents. Elle répond qu’elle n’est pas une bonne hurleuse. Il est certain qu’elle y arrivera si elle s’entraîne. Ils entrent dans la chambre où une infirmière leur apprend que la patiente a quitté l’hôpital.

    Richard apprend à Camille que son cancer est revenu, mais cette fois il a attaqué sa poitrine, sa gorge et ses poumons. Ils ont plusieurs options : une intervention, la chimiothérapie, les rayons pour terminer… Camille veut rentrer chez elle. Richard lui dit qu’effectivement ils peuvent envisager de la traiter à la maison mais ce sera moins pratique qu’à l’hôpital. La jeune fille répond qu’elle ne veut plus de traitement, elle veut rentrer chez elle pour mourir. Sa mère, Arlène, ne veut pas qu’elle parle comme ça. Camille ne voit pas ce qu’elle pourrait dire d’autre, elle a déjà tout essayé, ça n’a pas marché. Sa mère lui suggère de continuer à se battre. Adèle surenchérit : elle n’a pas le choix. Camille réplique qu’elle a 18 ans, maintenant elle a le choix. Adèle réplique que, de toute façon, elle est encore trop jeune pour prendre une décision aussi importante que de vouloir mourir. Elle demande à Richard de l’appuyer. Mais Camille ne le laisse pas parler. Elle veut qu’il leur raconte combien les radiations l’ont déjà fait souffrir, comment elle a contracté une hépatite… Elle ne veut plus vivre ça. Elle est en train de mourir, ils en sont tous conscients. Elle ne sait plus combien de temps elle a déjà passé dans cet hôpital. Maintenant, elle veut mourir dans son lit, entourée des siens et de ses amis. Elle demande à Richard de ne plus être son médecin, mais son oncle, et de la laisser rentrer chez elle.

    Cristina continue de lester l’installation d’Adam avec des poids. Elle l’enjoint à ne pas bouger la tête. Il n’est pas certain d’y parvenir. Son père lui dit, un peu à la façon d’un coach sportif, qu’il doit y arriver. Il est un dur, un vrai, pas une mauviette. Lexie, choquée par son attitude, tente de suggérer à Cristina qu’il vaudrait mieux qu’il sorte. La résidente lui rappelle qu’on ne lui a rien demandé. Adam veut tout arrêter. Le père lui dit qu’il ne peut envisager d’abandonner. Il n’est pas de la race des faibles. Adam, à bout de nerfs, exige des docteurs qu’ils le mettent à la porte de la chambre. Lexie veut calmer le jeune homme et, pour ce faire, prend sa main. Elle se fait immédiatement rabrouer très durement par Cristina, qui n’écoute pas ses excuses. Elle lui ordonne de s’éloigner du patient et de quitter la chambre directement, sinon c’est elle qui la mettra dehors.

    Alerté par le bruit, Derek entre dans la chambre et demande à Lexie de surveiller le patient pendant qu’il parlera à Cristina. Il rappelle à celle-ci qu’elle est une résidente et que son boulot est d’enseigner aux internes, pas de les maltraiter. Tant qu’elle sera compétitive à tout crin et égoïste, il n’acceptera plus qu’elle l’assiste sur ses opérations, elle devra se contenter d’observer. Elle essaie de se justifier. Il la congédie.

    Adèle tente de remonter le moral de sa sœur, Arlène. Camille est fatiguée, elle ne savait plus ce qu’elle disait. Arlène dit que c’est faux et même qu’elle a totalement raison. Camille n’ira jamais mieux. Richard estime qu’ils ne peuvent être sûrs de rien, il y a toujours une chance. Adèle rétorque qu’il n’y en aura aucune si Camille quitte l’hôpital. Il doit la convaincre de poursuivre le traitement. Elle a confiance en lui, elle l’écoutera. Elle est un peu comme leur fille. Il doit la sauver.

    Meredith laisse un message sur le répondeur de Mme Bitzer lui demandant de prendre contact avec l’hôpital. Elle a aussi laissé plusieurs messages à plusieurs numéros. Mark se moque qu’elle doive appeler tous les Bitzer de la planète, elle doit la retrouver. Norman vient représenter ses excuses à la jeune femme. Elle lui dit qu’elle est autant responsable que lui, il est l’interne, elle est la résidente, elle aurait dû mieux faire son job. Elle reconnaît qu’elle s’est laissé distraire par certaines choses. Il lui dit que, pour ce que ça vaut, Lexie Grey est une chouette fille, il ne croit pas qu’elle pourrait dire quoi que ce soit de méchant sur elle. Meredith est agacée qu’il lui parle de cette façon. Elle reprend le téléphone et s’apprête à lui dire qu’il peut aussi mettre la main à la pâte quand elle réalise qu’il a pris la poudre d’escampette.

    A la cafétéria, elle raconte sa mésaventure à Cristina qui, de son côté, lui apprend que Derek la considère comme une personne compétitive et égoïste. Elle ne voit pas ce qu’il y a de mal à être ainsi. Elle trouve qu’elle est une excellente résidente. Meredith dit que ce n’est pas son cas, non seulement elle perd sa patiente mais aussi son interne. Toutes les deux estiment qu’elles étaient de bien meilleures internes. Cristina ajoute qu’elle était géniale, Meredith était bien. 

    Fébrile, Izzie les rejoint et leur demande si elles ont déjà vu Callie. Meredith lui dit que tout l’hôpital est au courant qu’elles vont régler leurs comptes. Elle aimerait savoir pour quelle raison. A ce moment-là, Alex s’assied à la table et lui dit qu’il est préférable qu’elle ne le sache pas parce que, quoique ce soit, ça n’en vaut pas la peine. Izzie rétorque qu’au contraire elle est persuadée que ça vaut la peine qu’elle se batte. Les ex-amants se défient du regard.

    George vient chercher des résultats d’examen au labo. La femme qui les lui remet lui apprend que des paris sont ouverts sur l’issue du combat qui doit opposer sa femme à Izzie. Il répond que ce ne sont que des rumeurs. Callie est trop mature pour se livrer à ce genre d’exercices. Mais quand la femme lui apprend que ça se passe à l’instant même à la cafétéria, il part en courant, laissant là les résultats du labo.

    A la cafétéria, Izzie fanfaronne. Elle sait ce que c’est que se battre. Elle a grandi dans la rue. Callie entre au moment même où les aiguilles de l’horloge marquent midi. Tous les regards se tournent vers elle. Meredith prévient Izzie de son arrivée. La combattante retire ses chaussures. Alex lui donne un dernier conseil : frapper un coup droit et protéger sa figure. Cristina s’insurge : elle doit penser à ses mains avant tout, elle est chirurgien, être jolie ne lui servira à rien. Pendant que Callie continue d’avancer, Izzie attache ses cheveux et retire tous ses bijoux. Ensuite, elle se met en position de combat et défie sa rivale. Elle annonce qu’elle est prête. Callie, qui reste d’un calme olympien, lui demande à quoi. Elle, elle veut parler. Elle se moque d’Izzie quand elle réalise que celle-ci s’attendait à en venir aux poings. Mais quand ellevoit que tous les regards sont tournés vers elles et que tous attendent le début du combat, elle se sent humiliée, sans doute parce qu’elle pense que tout le monde est au courant de son infortune, et part. Un interne crie qu’il y a forfait. Izzie se rend compte de ce qu’elle vient de faire. Alex se lève de table. Il croise George qui lui demande si les deux femmes se sont battues. Avec un petit sourire, Alex répond que non, elles ont réalisé qu’elles se battaient pour rien. George et Izzie échangent un regard malheureux. Elle hoche la tête.

    Derek demande à Mark quelle région vinicole lui semble la plus appropriée pour un week-end : Napa ou Sonoma. Mark ne répond pas, il espère que ça ne lui fera rien s’il tue sa petite amie. Derek rétorque que premièrement, Meredith n'est pas sa petite amie, et deuxièmement ça lui fera quelque chose. Mark estime que les internes ne devraient pas pouvoir parler aux patients. Derek trouve que c’est comme ça qu’on apprend. Mark n’aime pas ça parce que ça implique qu’il doit leur enseigner et donc gérer les problèmes quand ils font une connerie. Derek prend sa défense : Meredith fait rarement des conneries et elle n’est pas une interne. Il répète sa question : Napa ou Sonoma ? Mark opte pour Sonoma, plus intime. En ce qui concerne Meredith, il conseille à son ami de ne pas se faire d’illusions, elle est toujours une interne, un bébé même. Il ne voit pas de différence entre elle et le vieil interne. La seule différence, c’est que Derek ne couche pas avec le vieil homme.

    Callie arrive dans la chambre de Ruthie pour lui expliquer l’intervention qu’elle va subir. Bailey annonce à la patiente qu’elle en aura au moins pour trois mois de convalescence, plus même si elle ne mange pas, ajoute. Callie. Le mari s’insurge contre cette remarque, son amie mange. Callie insiste : Ruthie ne mange pas suffisamment pour que ses os soient assez forts. Mais elle doute qu’il s’en préoccupe vraiment. Ils commencent à crier quand soudain Ruthie crache du sang. Elle est amenée d’urgence au bloc. Elle a un ulcère au duodénum, causé par la malnutrition et l’abus de médicaments. Callie se reproche de ne pas l’avoir vu. George se demande ce qui peut amener une personne à se laisser aller à de telles extrémités. Bailey répond que certaines personnes sont prêtes à faire n’importe quoi pour être aimées. Callie jette un regard à son mari. Ruthie est en asystolie. Callie entame un massage cardiaque.

    Dans une autre salle, Derek opère Adam. Il demande à Lexie de cautériser une veine mais elle panique. Derek regarde Cristina. Celle-ci comprend ce qu’il attend d’elle. Elle vient près de son interne et lui dit comment procéder. Derek la félicite et lui permet de participer à l’intervention.

    Norman arrive près de Meredith pour lui parler mais elle l’en empêche. Elle trouve inadmissible qu’il l’ait lâchée en pleine crise. Elle ne veut pas savoir où il a été, rien ne pouvait justifier qu’il abandonne sa tâche. Quand enfin elle le laisse parler, il lui apprend qu’il a retrouvé MmeBitzer, elle va arriver. Il félicite sa résidente, elle a très bien hurlé. 

    Mme Bitzer n’a pas beaucoup de temps, elle a tant de choses à faire et plus beaucoup de temps pour les faire.Elle a quitté son emploi, a rompu avec son petit ami et a acheté un ticket pour l’Islande. Elle va faire tout ce dont elle a envie, elle aura tout le temps de dormir quand elle sera morte. Meredith lui annonce qu'elle ne va pas mourir. Ils se sont trompés en lui communiquant les résultats du labo. Mme Bitzer s’effondre en répétant qu’elle n’a plus de boulot, plus de petit ami, plus d’appartement. Les deux autres ne savent plus que dire.

    Callie trouve le mari de Ruthie en train de fumer. Elle lui fait remarquer qu’il a exigé de son amie qu’elle maigrisse mais que lui-même n’a pas le courage de renoncer à la cigarette, comme il le lui avait promis. Il rétorque que sa petite amie est aux urgences, il a bien le droit d’en fumer une, elle le lui pardonnera. Callie lui dit qu’elle ne le fera pas, elle est morte. Le surentraînement et le régime qu’il lui a imposé l’ont tuée. Il réplique que ce n’est pas sa faute. Ruthie voulait maigrir, il l’a seulement aidée à y parvenir. Elle lui fait remarquer qu’il lui a fait du chantage affectif parce qu’il voulait qu’elle soit sexy. Il est indigné par ses propos. Il aimait Ruthie. Callie n’est pas d’accord. Ce n’est pas de l’amour, c’est seulement la peur d’être seul, une valorisation de son ego, ou bien elle le faisait se sentir meilleur dans sa misérable vie, mais ce n’était pas de l’amour, parce que quand on aime vraiment, on ne détruit pas la personne qu’on aime. George qui a assisté à la fin de la conversation, essaie de s’interposer. Le mari crie à Callie de se tenir loin de lui. Elle le provoque : est-ce qu’il va la frapper parce qu’elle attend une seule bonne raison de pouvoir botter le train de quelqu’un ? Bailey arrive à son tour et lui demande de se calmer. Elle s’excuse auprès du fiancé et demande à George de l’accompagner auprès du corps de Ruthie. Puis elle s’adresse à Callie : pour la dernière fois, elle aimerait savoir ce qui ne va pas. Callie lui dit que tout va bien, ce n’était rien. Bailey en doute, ce rien a failli lui coûter sa carrière.

    Richard apprend à Camille qu’on a retiré de sa gorge une grosse masse cancéreuse qui l’empêchait de respirer. Il aimerait savoir pourquoi elle n’a pas fait part plus tôt de ses problèmes de respiration. Elle répond qu’elle a toujours su que le cancer n’avait pas disparu. Elle espérait qu’il la tuerait avant qu’elle soit ramenée à l’hôpital. Elle est tellement fatiguée. Il lui dit qu’il a tout prévu pour la maintenir en vie : 12 oncologistes, 8 nouveaux médicaments, 6 traitements expérimentaux… Il ne peut lui garantir le succès, mais en tant qu’oncle, il la supplie d’accepter. La terre est le meilleur endroit où elle peut être. Mais en tant que docteur, il lui promet de respecter ses souhaits. Elle répète qu’elle veut seulement rentrer chez elle. Il accepte.

    Izzie et Callie se croisent. Callie fait demi-tour pour l’éviter. Izzie la rappelle et s'excuse pour ce qui s’est passé à la cafétéria. Elle s’était mise en tête qu’elle voulait lui régler son compte, pas lui parler. Elle s’excuse encore pour ce qui se passe avec George. Elle se sent vraiment mal. Callie fait demi-tour pour lui parler. Elle estime qu’Izzie a profité de son statut de meilleure amie pour prendre l’avantage. Pourtant, elle a essayé de lui faire confiance. En dépit des apparences, elle avait réussi à se convaincre qu’elle voyait le mal où il n’était pas. Et comme si ce n’était pas assez de l’avoir humiliée en couchant avec son mari, elle l’a humiliée devant tout le monde, à la cafétéria. George est peut-être celui qui a rompu ses vœux mais elle, elle a trahi la solidarité féminine. Elle lui a volé son mari. C’est elle qui devrait avoir honte et être humiliée. Comment ose-t-elle lui demander son pardon, elle, la traîtresse ?

    Plus tard, Alex passe devant Izzie sans s’arrêter. Elle lui demande si elle est devenue transparente ou s’il a décidé d’adhérer au club de ceux qui la haïssent. Il n’accepte toujours pas l’idée qu’elle et O’Malley… Elle lui demande ce qu’il y a de si horrible à ça. Elle est seulement tombée amoureuse. Alex lui rappelle que George est marié. Elle le sait, bien sûr. Et alors ? Lui-même n’a-t-il pas craqué pour Ava qui était mariée, elle aussi ? Alors de quel droit peut-il la juger ? Il est dégoûté. Il se souvient qu’un jour, elle l’a rejeté parce qu’elle n’était pas prête à sortir avec quelqu’un, après Denny. Et maintenant, elle lui annonce qu’elle couche avec O’Malley, comme si de rien n’était, comme s’il n’était qu’un copain, sans plus. Il part.

    En présence de Mark, Meredith s’excuse encore une fois auprès de Mme Bitzer pour le choc et les ennuis qu’ils lui ont causés. La femme la rassure et la remercie, en la prenant dans ses bras. Puis elle serre Norman contre elle. Que Dieu les bénisse ! Elle s’en va. Meredith demande à Mark si elle ne va pas intenter un procès à l’hôpital. Il dit que non, elle sera dédommagée. Meredith lui présente une fois encore ses excuses. Il lui dit de les garder pour le chef, il va lui faire rapport sur ce qui s’est passé. Meredith compte endosser toute la responsabilité de la faute, Norman est son interne, elle devait mieux le guider. Mark dit que son geste est noble, stupide, mais noble, ajoute-t-il avec un petit sourire. Après son départ, Norman dit à la jeune femme qu’elle est loin d’être stupide. Au contraire, il la trouve particulièrement intelligente.

    Adèle demande à Richard ce qu’il a dit à leur nièce. Elle a déjà perdu un bébé, elle ne veut pas perdre Camille. Il estime qu’il ne peut pas se servir de la jeune fille pour se faire pardonner de ne pas avoir donné d’enfant à sa femme. Elle lui dit qu’il n’est pas question de ça. Elle attendait de lui qu’il persuade la jeune fille de suivre un traitement. Il dit qu’il ne peut pas faire ça. Il peut lui donner toutes les options qui s’offrent à elle, mais il ne peut pas prendre la décision à sa place. Il est docteur. Elle lui dit qu’elle pensait que le rôle des docteurs était de sauver les vies. Après toutes ces années où il a fait passer son travail avant sa famille, pour la première fois qu’elle lui demande de faire son job pour sauver cette famille, il ne le fait pas. Il lui dit qu’il est vraiment désolé. Elle lui dit qu’elle aussi et part.

    Callie est devant la porte du Seattle Grace, immobile, sous la pluie qui tombe à flots. George la rejoint et lui dit qu'elle ne peut pas simplement lui pardonner. Ce qu’il lui a fait est impardonnable. Il comprend qu’elle ne sait pas comment le lui dire. Il sait qu’elle est fâchée au point de ne plus pouvoir le regarder. Ils ne peuvent pas prétendre que rien ne s’est passé. C’est arrivé et elle ne lui a pas pardonné. Elle reconnaît qu’il a raison et elle s’en va.

    Derek s’apprête à partir. Meredith descend l’escalier en courant et lui dit, avec un grand sourire, qu’elle a demandé à Alex de la remplacer samedi. Elle sera libre dès qu’elle aura fait la tournée de ses patients. Ils pourront profiter de leurs 48 heures ininterrompues. Embarrassé, il lui dit que peut-être ce ne sera pas un bon week-end. Elle s’assombrit et lui demande ce que Lexie lui a dit sur elle. Il hoche la tête, Lexie n’a rien dit, il a été le seul à parler, elle ne doit pas mettre ça sur le dos de sa sœur. Elle lui demande si l’autre Grey est devenue son amie au point de lui parler d’elle. Il rétorque qu’il a parlé avec l’autre Grey de tout ce qu’il ne peut pas parler avec elle. Meredith répond qu’il peut tout lui dire. Il la regarde avec un petit sourire tendre et lui lâche tout ce qu’il a sur le cœur. Il veut l’épouser, avoir des enfants avec elle, bâtir une maison pour abriter leur bonheur. Il veut se ranger et vieillir à ses côtés. Il veut mourir dans ses bras, quand il aura 110 ans. Il ne veut pas de 48 heures ininterrompues, il veut toute une vie. Elle a un petit sourire figé mais ne dit rien. Il est déçu : est-ce qu’elle se rend compte de ce qui est en train de se passer ? Il lui a dit toutes ces choses et elle, elle lutte contre l’envie de courir dans la direction opposée. OK, il comprend. Ça n’a pas toujours été le cas mais, maintenant, il comprend. La relation à deux, c’est quelque chose qu’elle découvre alors que lui connaît ça depuis longtemps. Tout au fond d’elle, elle reste une interne et elle n’est pas prête. Elle reconnaît qu’il a raison, elle n’est pas prête pour le moment, mais si les choses continuent comme maintenant, elle pourra l’être un jour. Elle le sera. Il est ému. Il répond que les choses peuvent rester comme elles sont. Il sourit tendrement et lui dit qu’il est d’accord pour les rendez-vous clandestins dans l’ascenseur et les salles de repos. Peut-être un jour sera-t-elle prête. Il attendra. Il attendra jusqu’à ce qu’elle soit prête. Elle est rassurée mais ne voit pas où il veut en venir. Il se demande ce qui se passera si, pendant qu’il l’attend, il rencontre une femme qui veuille lui donner ce qu’il attend d’elle. Elle veut savoir ce qu’il fera alors. Il répond qu’il ne sait pas et entre dans l’ascenseur. Il évite de la regarder pendant que les portes se ferment. Il est malheureux.

    Cristina regarde Stanley qui caresse les cheveux de son fils. Lexie vient la remercier de l’avoir aidée pendant l’intervention. Cristina lui fait remarquer que c’est son job. Elle l’appelle encore numéro trois. Lexie laisse passer.

    Izzie pleure sur son lit. On frappe à sa porte. C’est Alex. Il lui dit de ne pas s’en faire et lui tend une boite de mouchoirs.

    Callie est seule sur son lit et éteint la lumière pour se coucher.

     

    Voix off : Pardonner et oublier. C’est ce qu’ils disent. C’est un bon conseil mais, en pratique, c’est autre chose. Quand quelqu’un nous fait du mal, nous voulons lui faire du mal en retour. Quand quelqu’un nous fait du tort, nous voulons être justes. Sans pardon, les vieilles blessures ne guérissent jamais. Les plaies ne cicatrisent pas. Et tout ce que nous pouvons souhaiter est qu’un jour nous serons assez heureux pour oublier.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :