• Episode 4.16 : Freedom (part 1)

    Photobucket

    Titre français : La pièce manquante…

    Scénariste : Shonda Rhimes

    Réalisateur : Rob Corn

    Diffusion Etats-Unis : 22 mai 2008 sur ABC

    Diffusion France : 12 novembre 2008 sur TF1


    Voix off : Ma mère disait toujours que pour un chirurgien, une journée sans décès était un cadeau précieux. Chaque jour, nous affrontons la mort. Et chaque jour, nous espérons un sursis. Nous sommes liés à la mort, enchaînés comme des prisonniers. Captifs.

     

    Meredith est au Seattle Grace. Elle ouvre un frigo et voit la bouteille de champagne que Derek et elle se sont promis d’ouvrir dès qu’ils auront réussi à sauver un patient grâce à leur technique.

    Peu après, au bloc, ils perdent encore un patient.

    C’est au tour de Derek d’aller dans le frigo. Lui aussi voit la bouteille. Il claque la porte du réfrigérateur.

    Un autre patient décède entre leurs mains, puis un autre. Si Meredith semble résignée, Derek le vit de plus en plus mal.

    Chez la psy, Meredith raconte la tentative de suicide d’Ellis. Elle était dans la cuisine lorsque sa mère s’est tailladée les poignets devant elle. Et la petite fille qu’elle était a baigné dans une mare de sang jusqu’à ce qu’elle se décide à appeler les secours. Pour cela, elle a attendu que sa mère perde connaissance parce que celle-ci lui avait demandé de ne pas intervenir. Elle savait qu’elle aurait des problèmes si elle essayait de la sauver. Le Dr Wyatt lui fait remarquer que c’est ce qu’elle a quand même fait. Meredith pense qu’Ellis ne voulait pas être sauvée. La psy émet l’idée qu’elle doit vraiment en vouloir beaucoup à sa mère. Meredith nie, ce n’est pas à sa mère qu’elle en veut. Mais elle ne dit pas à qui. Elle regarde les poissons.

    Plus tard, elle est chez Cristina. Pour la tirer de son marasme, elle lui propose de danser, de boire, de l’affubler de toutes sortes de noms moqueurs. Cristina refuse tout. Rien de ce qu’elle pourra faire ne le tirera de sa déprime. Lorsque Meredith lui propose son bipeur en strass, Cristina croit qu’elle plaisante. Mais lorsqu’elle réalise qu’elle est sérieuse, elle lui dit qu’elle l’embrasserait si elle était du genre à embrasser. Meredith cache sa figure sous l’oreiller avec une moue de dégoût.

    Mark, Richard et Derek sont sur le terrain de celui-ci. Mark leur confie qu’il a essayé de changer mais ça ne marche pas. Richard pense qu’il n’était pas encore prêt. Il annonce qu’il va rentrer chez lui, peu importe ce qu’Adèle en pense. Mark continue sa pensée. Il est un chaud lapin. Il ne peut pas changer. Richard lui conseille de rester tel qu’il est, d’être lui-même. Mark est d’accord avec lui. Il restera le mec qu’il est. Derek hoche la tête. Le mec qu’il est a couché avec sa femme. Quant à Richard, ça fait six mois qu’il squatte son terrain. Richard admet que ça va lui manquer. Mark trouve que la vue est superbe depuis ce terrain. Derek leur demande s’ils sont intéressés, il est vendeur. Les deux autres ne comprennent pas. Il adore ce terrain qui lui offre une vue superbe sur les ferry-boats qu’il aime tant. Mais Derek a changé. Il va vendre son terrain. Les ferry-boats ont des accidents.

    Chez Meredith, Alex donne à manger à une Rebecca totalement amorphe. Il demande à Izzie de s’occuper de ses patients, il veut rester à la maison pour s’occuper de son amie. Izzie accepte mais elle attire son attention sur le fait que Rebecca ne va pas bien du tout. Il prétend le contraire.

    George répète à Bailey les instructions que Richard lui a données pour elle. Entre ses diverses occupations, elle ne passe pas assez de temps au bloc. Elle doit faire 20 heures de plus par semaine. Elle lui demande de se taire, elle doit se concentrer, elle veut voir quelque chose dans son esprit. Elle n’en a guère le temps parce qu’Izzie veut lui parler d’Alex et Rebecca. Alex est en train de perdre son temps avec une fille qui semble complètement folle. Elle a besoin d’elle pour savoir comment aider son ami. Bailey les laisse en plan, en disant qu’elle tente de voir toutes les pièces du puzzle.

    Callie et Mark sont dans une salle de garde. Ils font l’amour. Mark lui décrit encore tout ce qu’ils pourraient faire avec Erica. Callie est bipée. Elle l’interrompt et lui demande de s’activer pour qu’elle puisse partir. Il est ravi.

    Meredith donne ses instructions à ses internes. Izzie lui demande où elle a passé la nuit. Meredith lui explique que Cristina avait besoin d’elle. Izzie objecte qu’elle aussi, à cause de Rebecca. Cristina arrive, détendue et souriante. Izzie est choquée de voir que Meredith lui a donné son bipeur. Elle lui adresse d’amers reproches. George lui donne raison. Il pense que le bipeur ne peut pas être échangé. Cristina rétorque qu’il n’a rien à dire, ce n’est pas lui qui fait les règles. Il lui rappelle qu’il est l’interne du chef. Elle pense plutôt qu’il est sa putain. Il n’a pas le pouvoir, le pouvoir, c’est posséder le bipeur. Elle s’en va. George est bipé par Richard et s’en va aussi. Izzie veut parler de Rebecca à Meredith mais celle-ci s’en va aussi. Son neurochirurgien l’attend pour sauver une vie. Izzie est bipée à son tour pour un trauma qui arrive aux urgences.

    Elle y retrouve Cristina. Bailey les rejoint, suivie de Mark, Erica et enfin Callie. Erica dit à son amie qu’elle semble bizarre. Callie bafouille qu’il y a un énorme cas de trauma qui arrive. Bailey lui fait remarquer qu’elle se conduit comme si elle n’en avait jamais vu avant. Mais ils sont tous interloqués quand il découvre le cas : un jeune homme, Andrew, est prisonnier, de la tête aux pieds, d’un énorme bloc de ciment. Il panique et supplie qu’on l’aide.

    Callie interroge quatre jeunes gens qui lui apprennent que le coup du bloc de ciment, c’était un défi. Comme ils méprisent Andrew, ils l’ont mis au défi de se jeter dans du ciment. Callie n’en revient pas. Une jeune fille, Lola, lui dit que personne ne l’a obligé à le faire. Quand, au comble de l’énervement, la résidente leur demande combien de temps le garçon est resté dans le ciment avant qu’ils ne se décident à appeler la police, ils se taisent.

    Derek explique son essai chimique à Rose. Elle trouve ça un peu barbant. Il lui rappelle que c’est elle qui a voulu qu’ils passent plus de temps ensemble. Elle objecte qu’elle pensait plutôt à un restaurant ou aller boire un verre, mais l’essai clinique, ce n’est pas mal non plus. Meredith entre dans la pièce pour prévenir Derek que deux nouveaux patients viennent d’arriver. Il la suit directement. Rose n’apprécie pas tellement cet essai clinique qui rapproche les deux anciens amants.

    Bailey est avec Andrew et un ouvrier, du chantier qui aimerait savoir comment il peut aider. Bailey ne peut lui répondre. L’ouvrier dit qu’ils peuvent faire sauter le bloc mais cela risque d’être délicat. Bailey s’énerve, elle ne sait pas quoi faire. Andrew panique encore plus, il pleure. Bailey s’excuse. Elle fait de son mieux mais elle n’a jamais eu affaire à un cas pareil. Elle lui demande son âge. Il a 18 ans. Elle lui promet qu’avec l’aide des autres chirurgiens, elle va le sauver. Jamais encore elle n’a fait une telle promesse, mais là, elle la lui fait. Ils vont sauver sa vie. Elle lui explique que le ciment est en train d’aspirer l’eau de son corps. Il faut donc qu’il cesse d’aggraver son cas en pleurant. A 18 ans, il est un homme, il doit se montrer fort.

    Derek et Meredith arrivent dans la chambre d’une jeune fille, Beth. Elle appelle Derek le boucher des cerveaux. Ses parents sont très inquiets. Ils demandent si la procédure que lui et Meredith ont mise au point a déjà donné des résultats concluants. Meredith est bien obligée d’avouer que non. Jeremy, le petit ami de Beth arrive au grand déplaisir des parents. Il a lui aussi une tumeur. Il doit être opéré l’après-midi même.

    Les parents apprennent aux chirurgiens que les deux jeunes gens se sont rencontrés à l’hôpital. Les parents apprécient beaucoup le jeune homme mais ils sont inquiets que leur fille soit autant attachée à quelqu’un qui risque de mourir. Pour eux, si cela arrive, elle n’aura plus envie de vivre. Ils veulent éviter ça.

    Richard demande à George de faire des recherches en ce qui concerne le garçon prisonnier du ciment et aussi de convoquer Derek ou Meredith. Il entre dans la salle d’examen et y trouve des ouvriers. Il entend des cris et aperçoit son équipe qui se dispute quant à la procédure à suivre. Il veut savoir ce qui se passe. Cristina lui résume le point de vue de chacun. Chacun pense que son intervention est prépondérante. La dispute reprend de plus belle.

    En faisant des recherches dans le bureau de Richard, George ne résiste pas à la tentation d’ouvrir le casier qui contient les dossiers des résidents. Mais il sort en courant avant d’être tenté de les lire.

    Un peu plus calmement, l’équipe explique à Richard ce qu’il en est. Callie pense qu’ils vont devoir sacrifier les jambes d’Andrew. Bailey refuse d’en entendre parler. Mark ne comprend pas qu’elle veuille faire souffrir Andrew plus longtemps, le ciment est en train de brûler sa peau. Hahn évoque le problème des toxines contenues dans le ciment et qui provoqueront un arrêt cardiaque. Lorsque Cristina essaie de faire valoir son point de vue, elle se fait rabrouer par Erica. George entre dans la pièce pour faire part du résultat de ses recherches mais n’y parvient pas à cause des éclats de voix de Mark et Erica. Richard crie pour se faire entendre. Ils ont entamé un contre la montre. Ils vont devoir se dépêcher de tirer le gamin de son carcan pour l’emmener au bloc avant qu’il ne soit mort. Chaque minute compte. Ils doivent être une équipe sinon Andrew mourra.

    Meredith salue Rose qui laisse tomber tous ses dossiers. Rose lui avoue qu’elle est intimidée. Ce n’est pas qu’elle soit une personne intimidante en soi mais la légende de Derek et Meredith est intimidante. Meredith rétorque qu’il n’y a pas de légende. Rose lui apprend que Derek vend son terrain à cause d’elle. C’est donc que c’était important. La nouvelle étonne Meredith. Rose insiste : Derek projetait de construire une maison sur ce terrain, avant, quand ils étaient ensemble. Elle reconnaît aimer vraiment beaucoup Derek. Meredith répète qu’il n’y a aucune légende.

    Chez Meredith, Rebecca est devant la télévision. Lorsqu’Alex lui demande comment est le film, elle est incapable de répondre. Elle commence à pleurer et s’excuse. Elle a uriné dans son pantalon. Il lui dit que ce n’est pas grave. Elle lui promet d’aller mieux.

    Jeremy apprend à Beth qu’un membre de leur groupe de soutien est décédé. Elle tente de lui remonter le moral. La chirurgie qu’ils vont subir va fonctionner. Et si ça n’est pas le cas, ils vont mourir vite. La mère demande à Meredith s’il n’y a pas moyen de donner une autre chambre, avec salle de bains, à sa fille, ceci dans le but de l’éloigner momentanément de Jeremy. Comme elle sait que cette solution ne convient pas à la jeune fille, Meredith dit qu’il n’y a pas de chambre particulière libre pour le moment. La jeune fille suggère à sa mère d’aller faire un tour pour la laisser seule avec son copain. Les deux femmes vont se disputer lorsque Jeremy fait une attaque.

    Un peu plus tard, il est revenu à lui. Il semble aller beaucoup mieux et demande des nouvelles de Beth. Meredith le rassure. George vient la prévenir que Richard veut la voir, avec Derek, de toute urgence.

    Les ouvriers commencent à casser le ciment au burin sous les yeux inquiets des chirurgiens et d’Andrew lui-même bien entendu. Au fur et à mesure qu’on enlève le ciment, les docteurs pratiquent les premiers soins. Ainsi Mark injecte du vinaigre qui empêche les chairs du garçon de se consumer. Andrew recommence à paniquer, il est en train de mourir. Il raconte qu’il a relevé ce stupide pari dans l’espoir de plaire à Lola. Il a voulu l’impressionner, mais quand il sera mort, elle se souviendra toute sa vie de lui comme de l’imbécile qui a sauté à pieds joints dans une cuve de ciment. Il va mourir pour avoir voulu impressionner une fille, comme Han Solo, prisonnier dans la carbonite, dans Star Wars.

    Richard annonce à Meredith qu’il a eu un contact avec le Comité d’éthique qui vérifie les essais cliniques. Le leur compte déjà onze décès. Ils n’ont plus droit qu’à une chance. Si à minuit, ils n’ont pas réussi à sauver leur prochain patient, c’en sera fini de leur essai.

    Meredith est à nouveau chez le Dr Wyatt qui essaie de lui faire admettre que l’objet de sa colère, c’est Richard. Meredith n’est pas d’accord avec cette théorie. Richard a quitté sa mère pour rester avec son épouse, il a fait ce qu’il estimait être juste. De son côté, Ellis a voulu mourir à cause de ça, elle doit bien l’admettre aussi. La psy insiste : Ellis ne voulait pas vraiment mourir. Meredith se moque d’elle, on voit bien qu’elle n’était pas là quand ça s’est passé. Le Dr Wyatt lui fait remarquer qu’Ellis s’est tailladé les poignets devant elle, elle devrait se demander pourquoi.

    Plus tard, Meredith fait part à Derek de la décision du Comité d’Ethique. Il est d’accord. Il a échoué. Il va signer le bon de sortie de Beth. Meredith s’insurge, il n’a pas échoué, ils sont si prêts du but, ils ne peuvent pas renoncer. S’ils réussissent l’intervention de Jeremy ce matin, ils pourront tenter celle de Beth l’après-midi. Il hésite. Il lui rappelle toutes les personnes qui sont décédées sur leur table d’opération. Il ne veut pas que ça continue parce qu’il a un ego démesuré. Elle réplique que son ego a la bonne taille. Ils vont réussir. Il se laisse convaincre par son enthousiasme et lui demande de tout régler avec Richard.

    Beth demande à Meredith des nouvelles de Jeremy. La jeune femme la rassure. Beth insiste pour le voir. Mais ses parents s’y opposent, elle a besoin de repos et ils veulent passer du temps avec elle. Beth se résigne.

    Lexie demande à George où elle peut trouver Cristina. Il lui apprend qu’elle est sur le cas du garçon cimenté. Un peu dépité, il ajoute qu’on n’a pas besoin d’internes sur ce cas. Bien qu’il se soit promis de ne plus se plaindre, il commence. En tant qu’interne du chef, il est sensé avoir du pouvoir. Mais alors qu’il y a un patient très intéressant, il est condamné à faire des boulots peu valorisants comme des analyses de base ou des recherches dont personne ne se soucie. Son pouvoir n’est pas un pouvoir réel parce qu’il ne lui sert à rien. Il a eu la possibilité de consulter des dossiers confidentiels sur chaque résident dans le bureau du chef. Son pouvoir n’est pas réel puisqu’il a eu peur de les lire.

    Andrew continue de gémir sur son sort. Bailey lui dit qu’il a fait une erreur certes, mais il doit considérer sa vie comme un puzzle. Et cette erreur n’est qu’une partie de ce puzzle. Il doit regarder l’ensemble. Andrew répète qu’il n’est qu’un looser. Bailey réplique qu’Han Solo n’est pas un looser. Elle donne sa vision du personnage. Tout le monde la regarde avec étonnement. Ce qu’elle dit prouve qu’elle est une fan de Star Wars. Quand elle a finit sa diatribe, elle voit les regards qui pèsent sur elle. Oui, elle est fan de science-fiction. Ils ont un problème avec ça ? Non, répondent-ils tous en chœur.

    Meredith et Derek discutent du cas de leurs patients lorsque Derek aperçoit Beth qui se traîne péniblement, à cause de sa tumeur. Il arrive à temps pour l’empêcher de tomber. Meredith apporte un fauteuil roulant. La jeune fille les supplie de l’emmener voir Jeremy, c’est peut-être la dernière fois qu’elle en a l’occasion Ils la ramènent dans sa chambre. Là elle leur demande si c’est possible de rester seule, mais vraiment seule, avec Jeremy. Meredith regarde Derek. Seule pour avoir de l’intimité ? La jeune fille leur explique qu’elle et son petit ami n’ont jamais fait l’amour. Ils voulaient attendre d’être guéri. Meredith et Derek échangent un autre regard pendant qu’elle continue. Maintenant, il y a l’intervention qui se profile et elle aimerait passer à l’acte. Est-ce que ça pourrait les tuer ? Attendri, Derek la rassure, non, faire l’amour ne les tuera pas. Beth veut savoir s’ils l’ont déjà fait. Derek est amusé, est-ce qu’elle veut savoir si Meredith et lui ont déjà fait l’amour ensemble ? Meredith bafouille. Derek a fait l’amour… elle aussi… Beth leur demande si c’est aussi magique qu’on le raconte. Derek dit que oui. Meredith dit que ça peut l’être. Il la regarde et dit que c’est magique quand ça se passe avec la bonne personne. Meredith le regarde à son tour. Ils se sourient.

    Alex est dans la salle de bains pendant que Rebecca se douche. Comme elle ne répond pas à sa question, il regarde dans la cabine et trouve la jeune femme, assise par terre, toute tremblante. Elle répète en litanie qu’elle ne comprend pas, elle était enceinte. Il la rejoint dans la douche et tente de l’apaiser.

    Beth et Jeremy sont seuls dans une chambre en train de faire l’amour. Dans le couloir, de l’autre côté de la porte, Derek et Meredith veillent. Il lui dit qu’il n’a jamais fait ça de sa vie, aider deux patients à faire l’amour. Elle trouve ça mignon. En plaisantant, il lui dit qu’ils sont devenus des proxénètes. Ils en rient. Ils sont redevenus très complices. Ils parlent des relations amoureuses. Elle dit que c’est excitant quand c’est nouveau. Lui n’aime pas ça. Il aime connaître la personne, en savoir assez sur son corps pour la faire gémir. Cette conversation très intime est interrompue par les parents de Beth, inquiets de ne pas avoir trouvé leur fille dans sa chambre. Sous l’œil amusé et complice de Derek, Meredith invente qu’elle a demandé à un de ses internes de conduire Beth à un examen pré op’. Le père avait peur qu’elle n’ait un problème qui la fasse souffrir. Derek lui dit que, pour le moment, elle ne souffre aucunement. Nos deux médecins s’amusent beaucoup de la situation. Meredith décide d’éloigner les parents de la chambre devant laquelle Derek continue de monter la garde.

    L’état d’Andrew s’aggrave quelque peu. Callie doit lui, faire une incision à vif pour soulager la pression sanguine dans la jambe. Lorsqu’elle se retrouve à côté d’Erica, Mark ne peut s’empêcher de leur jeter des regards quelque peu moqueurs.

    Lexie est dans le couloir qui mène au bureau de Richard. Elle a l’air de projeter un mauvais coup, croise Izzie qui râle parce que, grâce au bipeur de, Meredith, Cristina est sur le cas du gars au ciment. En plus, Alex ne répond pas au téléphone. Izzie s’en va permettant ainsi à Lexie d’entrer en douce dans le bureau du chef.

    Derek ouvre le rideau qui cache le lit de Jeremy. D’un air guilleret, il demande à celui-ci si tout s’est bien passé. Meredith le rappelle à un peu plus de retenue. Les jeunes gens les remercient de leur avoir permis de connaître un moment aussi étonnant. Derek est ému. Malheureusement, il doit les ramener à la triste réalité. Il est l’heure pour le jeune homme d’aller au bloc. Au bord des larmes, les amoureux se disent au revoir. Lorsque Jeremy dit à Beth qu’il la verra après l’intervention, Meredith précise qu’il ne sera pas conscient avant qu’on n’emmène la jeune fille au bloc à son tour. Beth demande à Jeremy ce qui se passera si jamais il devait mourir. Il l’assure qu’il ne mourra pas. Et si c’elle qui meurt ? Ça n’arrivera pas non plus. Beth lui dit qu’il a rendu sa vie plus belle et plus joyeuse et si jamais elle devait mourir… Jeremy l’interrompt. Elle n’a pas intérêt à mourir. Il n’a pas fini de l’aimer. Ils s’embrassent. Derek, qui a jeté de petits coups d’œil à Meredith, est ému. Meredith est triste. Jeremy est emmené. Beth regarde Derek dans les yeux et lui demande de ne pas le tuer. Tout à coup, il semble avoir peur.

    Au bloc, Meredith lui demande s’il est nerveux. Il répond que son ego le réchauffe. Elle est certaine qu’ils vont réussir cette fois. Il lui demande depuis quand elle est devenue optimiste. Elle sourit. Elle lui dit soudain qu’elle sait qu’il veut vendre son terrain. Il la regarde par-dessus ses lunettes et répond qu’il essaie d’aller de l’avant. Elle dit qu’elle en fait autant. Rose, qui fait partie de l’équipe, les regarde d’une façon étrange, un peu inquiète.

    George entre dans une salle sombre. Une voix lui demande qui il est. Il répond qu’il a été bipé. La voix lui demande s’il est seul. Il reconnaît Lexie. Il la trouve assise par terre, entre deux étagères, en train de lire les dossiers confidentiels qu’elle a volés dans le bureau de Richard. Il ouvre de grands yeux horrifiés. Elle avoue ne pas avoir résisté à la tentation. Il se jette à terre pour ramasser les feuilles. Ils vont tout ramener dans le bureau du chef. Elle s’en moque puisque, de toute façon, elle les a déjà tous lus. Et, comme elle a une excellente mémoire visuelle, elle a tout retenu. Il l’interrompt quand elle veut lui parler de son dossier. Mais elle insiste. Il doit savoir qu’il n’a raté son examen d’interne que d’un point.

    Les chirurgiens attendent dans une pièce que les ouvriers aient terminé de retirer tout le ciment. Callie et Erica gardent leurs distances. Cristina remarque que Bailey regarde la scène bizarrement. La chef des résidents est convaincue qu’ils oublient quelque chose. Elle passe tout en revue. Tout à coup, elle laisse tomber son gobelet par terre. La vessie ! Andrew n’a cessé de boire depuis quatre heures. Sa vessie va exploser

    Dans la cuisine de Meredith, Alex découpe des rondelles de tomate pour faire un sandwich à Rebecca. Le téléphone sonne. Il décroche son portable, c’est Izzie qui vient aux nouvelles. Il sort quelques instants de la pièce pour lui répondre. Il s’énerve quand son amie lui demande si le mari a été prévenu. Elle rétorque qu’elle s’en fait pour lui. Il lui demande de le couvrir au travail et de ne plus l’appeler dans cesse, voilà qui l’aidera vraiment. Tout à coup Izzie l’entend répéter plusieurs fois le prénom de Rebecca. Quand elle veut avoir des informations, il ne répond plus.

    Jeremy décède sur la table d’opération.

    Alex entre dans la cuisine et, de stupeur, laisse tomber son portable. Il crie le prénom de Rebecca.

    Derek et Meredith entrent dans la chambre de Beth. Elle comprend immédiatement et leur demande de ne rien dire.

    Rebecca s’est tailladée les poignets avec le couteau d’Alex.

    Meredith présente ses regrets à Beth. Celle-ci lui demande de se taire. Elle craque. Chacun de ses sanglots et de ses cris bouleverse Derek. Il va dans le frigo, prend la bouteille de champagne et la jette à la poubelle.

    A suivre…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :