• Episode 5.03 : Here Comes the Flood

    Titre français : De l’orage dans l’air

    Scénariste : Krista Vernoff

    Réalisateur : Michael Pressman

    Diffusion États-Unis : 9 octobre 2008 sur ABC

    Diffusion France : 16 septembre 2009 sur TF1

     

    Voix off : En tant que chirurgiens, nous sommes formés à réparer ce qui est cassé. Le point de rupture est notre point de départ, au travail. Mais dans nos vies, le point de rupture est signe de faiblesse. Et nous ferons tout notre possible pour l’éviter.

     

    Souriante et détendue, Meredith est dans le cabinet du Dr Wyatt. Elle n’a pas beaucoup de temps devant elle parce qu’elle doit assister à une réunion importante. Elle est venue lui annoncer qu’elle pense en avoir terminé avec la thérapie. Evidemment la thérapeute n’est pas d’accord. Meredith a fait de gros progrès, certes, mais elle est loin d’avoir tout résolu. La jeune femme ne comprend pas: elle est heureuse, maintenant que Derek a emménagé. Elle est heureuse. N’était-ce pas le but de la thérapie ? Le Dr Wyatt affirme que non. Elle lui demande de rester pour la séance, mais Meredith ne veut pas. Elle doit rendre à la réunion organisée par Richard. Elle quitte le cabinet en remerciant la psychologue pour tout ce qu’elle a fait pour elle.

    Après la douche, Izzie rentre sa chambre où elle trouve Derek en train de prendre des mesures. Lorsqu’elle lui demande ce qu’il fait, il explique qu’il compte prendre sa chambre pour y installer son bureau, une fois qu’elle aura déménagé. Izzie lui demande quand ce déménagement aura lieu. Il lui fait entendre qu’il espère que ce sera très bientôt. Izzie entre en trombe dans la chambre d’Alex pour lui demander s’il a entendu parler de quoi que ce soit. Elle le trouve au lit en agréable compagnie. Elle s’enfuit lorsque l’inconnue lui propose de les rejoindre pour un trio.

    A Seattle Grace, Meredith se retrouve prise en sandwich entre Alex et Derek qui lui demandent, mais chacun à sa manière, quand elle compte annoncer que les colocataires doivent déménager. Etonnée, Meredith demande à Derek pourquoi ils devraient s’en aller. Il trouve que la maison ressemble à un zoo, une fraternité universitaire où Alex s’amuse à ramener ses conquêtes. Izzie rejoint le groupe et offre à son amie un muffin en guise de pot-de-vin. Restée seule avec Derek, Meredith lui dit beaucoup aimer ses colocataires. Il rétorque que lui aussi les apprécie mais ils font partie de sa vie à elle. Ils doivent maintenant construire leur vie. Il est excité à cette idée. Il la quitte sur un baiser.

    Dans la salle de conférence, Meredith informe Cristina du dernier caprice de Derek. Son amie lui fait remarquer que ce n’est pas parce qu’il lui demande de sauter qu’elle doit le faire. Assis derrière Erica,Mark se permet de faire des allusions salaces à sa relation avec Callie. Erica n’apprécie pas.

    Richard arrive pour édicter les nouvelles règles d’enseignement qui devraient permettre à l’hôpital de remonter dans le hit-parade des meilleurs établissements universitaires du pays.

    Cristina présente le cas de Jack O’Brien à Erica Hahn. Il a été hospitalisé pour un anévrisme à l’abdomen. Richard, qui a assisté à la présentation, décide que ce sera le patient d’Alex. Cristina est dépitée.

    Flashback dans la salle de conférence : Richard annonce la règle n° 1 de son nouveau plan :les résidents ne seront plus autorisés, lors de leurs trois premières années, à se spécialiser dans un seul domaine chirurgical.

    Dans une chambre plongée dans l’obscurité, Meredith présente le cas de Barry Patmore, patient de Derek, qui souffre de graves maux de tête depuis 7 ans. Il a subi de nombreux traitements, tous sans succès. Sur une échelle de 1 à 10, il dit éprouver une douleur égale à 8. Une lobotomie est envisagée. Mais Derek préfère procéder à des examens supplémentaires avant d’envisager cette intervention radicale. Richard informe Cristina qu’elle remplacera Meredith aux côtés du neurochirurgien.

    Flashback dans la salle de conférence :la règle n° 2 dit que les relations personnelles, quelles qu’elles soient, ne pourront plus avoir d’influence dans la façon d’enseigner. Les titulaires devront communiquer leur savoir de manière égale à tous les résidents. Il faudra également accorder plus d’attention aux patients, faire preuve de plus de compassion et d’humanité, mais éviter de trop s’impliquer émotionnellement avec eux.

    Izzie présente à Bailey le cas d’une jeune femme, Shelly, atteinte d’un cancer du colon avec métastases au foie. Shelly a déjà subi plusieurs séances de chimio et de radiothérapie très intensives, sans succès. Il faut donc procéder maintenant à l’ablation d’une partie du foie. La sœur de Shelly, Jenn, demande à Bailey ce qui se passera si la tumeur est plus importante que prévu. Shelly l’interrompt. Izzie a déjà répondu plusieurs fois à ces questions. Jenn a des doutes : Izzie n’est pas un chirurgien confirmé. Comme Shelly chante les louanges de la jeune femme, Richard intervient. C’est Meredith qui s’occupera d’elle. Shelly autant que Izzie sont déçues.

    Richard termine sa conférence en expliquant queles succès et échecs des internes rejailliront sur leurs résidents, et donc par ricochet sur les titulaires. Il faut enseigner et apprendre avec enthousiasme. Ils sont chirurgiens. Ils coupent dans le vif.

    Ensuite, le chef présente à George la personne qui va surveiller son examen. Il a trois heures pour remplir l’épreuve. L’interne se sent tout à fait prêt. Il peut réussir. Il n’est pas marié. Il n’a pas trompé sa femme avec sa meilleure amie. Tout est comme cela devrait être. Le surveillant se montre quelque peu étonné par ce discours. George va commencerlorsqu’une goutte d’eau tombe sur sa feuille, suivie d’une deuxième, puis d’une troisième… Le jeune homme lève et le nez et aperçoit une énorme fissure au plafond.

    Dans le couloir, Alex pousse le fauteuil roulant de Jack O’Brien. Une roue se bloque. Le patient n’est pas étonné. Il suffit qu’il soit quelque part pour que les choses se cassent. Alex part chercher un autre fauteuil. Jack se lève. Il fait quelques pas, poursuivi par Alex qui tente de le convaincre de se rasseoir. Jack glisse sur le sol mouillé et tombe sur le dos.

    Richard aide son résident à ramasser le patient. Il se confond en excuses et demande à Alex de l’emmener au scanner pour vérifier que tout va bien. Il remarque alors l’eau qui coule des plafonds.Le concierge lui annonce que la fuite d’eau est due à un tuyau qui s’est rompu. Richard l’enjoint à le réparer au plus vite pour ne pas compromettre l’asepsie et les conditions d’opération du service.

    Toujours souriant, George, accompagné de son examinateur, vient signaler à Richard qu’il lui est impossible de faire l’examen dans la pièce qu’on leur a assignée, à cause de la fuite d’eau. Il aimerait qu’on lui en désigne une autre. Au regard du chef, George comprend alors qu’il devra se débrouiller par ses propres moyens. Il repart, suivi du surveillant.

    Erica signale à Callie qu’elles ont un problème : Mark est au courant de leur relation. Elle est choquée d’apprendre que c’est Callie en personne qui lui en a parlé.Erica n’apprécie pas. D’ordinaire, elle aime garder sa vie privée secrète, et encore plus vis-à-vis de Mark.

    Izzie trouve, placardée aux valves, une annonce de location pour un appartement. Elle est enchantée.

    Meredith fait signer à Shelly l’autorisation d’opérer. Jenn veut savoir combien de temps l’intervention va durer. La résidente ne peut rien affirmer, tout dépend des éventuelles complications et de l’étendue des métastases. Excédée, Shelly demande à sa sœur de cesser de porter des questions et de prévenir leurs parents. Restée seule avec Meredith, elle déplore que Jenn ne soit plus capable de parler d’autre chose que du cancer. Elle supplie la jeune femme de lui parler, de tout ce qu’elle veut sauf de sa maladie.Meredith lui donne le choix. Veut-elle entendre parler du stupide patron ou du stupide petit ami ? Sans hésiter, Shelly choisit le petit ami.

    Sous la houlette de Derek, Lexie place des électrodes sur le front de Barry. Le neurochirurgien examine les résultats du test sur écran, en compagnie de Cristina, à qui il fait part de son désir de voir les colocataires de Meredith prendre la poudre d’escampette le plus vite possible. Il estime ne pas être déraisonnable en voulant ce départ. Meredith devrait l’admettre. Si Cristina était à sa place, elle en voudrait autant. La jeune femme ne cache pas que la discussion l’ennuie. Elle souffle et jette les yeux au ciel. Mais Derek sait comment la prendre : s’il pouvait compter sur son aide, il pourrait bien accepter qu’elle participe très activement à l’intervention de Barry. En échange de cette faveur, elle lui donne raison.Lexie pense connaître un moyen de soulager le patient mais, comme d’habitude, elle se fait rabrouer par Cristina.

    En allant au bloc, Meredith raconte sa vie à Shelly. Elles croisent Derek qui lui annonceque même Cristina estime qu’elle devrait se débarrasser de ses colocataires. Elle compte d’ailleurs lui en parler. Une fois qu’il est parti, Shelly reproche à son médecin de ne pas lui avoir parlé des fabuleux cheveux de son petit ami. Meredith le reconnaît : les cheveux sont une partie de ce qui la rend heureuse.

    Lexie retrouve Mark et lui explique qu’elle a aidé George à revoir sa matière. Mark trouve ça pathétique mais elle ne relève pas. Elle a une excellente mémoire photographique et se souvient de tout ce qu’elle a lu. Un des articles lui permet de penser que Barry aurait besoin d’un examen ORL. Etant donné que le chirurgien est également ORL, elle compte sur lui pour demander cet examen.

    Alex est avec Mr O’Brien au scanner. Izzie lui montre l’annonce pour l’appartement. Elle est très intéressée, surtout parce qu’il y a une superbe cheminée. Mais le loyer est trop élevé pour qu’elle puisse l’assumer seule. Elle demande donc à Alex s’il accepterait d’habiter avec elle. Mais le jeune homme refuse. En cas de besoin, il dormira dans sa voiture. Izzie est plus que déçue et s’en va.

    Richard, très inquiet pour la santé de Jack, rejoint Alex. Mais, à cause des fuites d’eau, il y a un court-circuit et des étincelles jaillissent de l’appareil alors que le patient s’y trouve. Richard ne peut que réitérer ses excuses. Jack devient la priorité n°1 du jour. Ce n’est pas pour autant qu’il cesse de se lamenter sur son sort. Sa femme l’a quitté, son comptable l’a volé, le magasin où il travaillait a brûlé. Maintenant, on lui a trouvé un anévrisme. La malchance le poursuit. Dieu doit le détester.

    Bailey et Meredith sont au bloc avec Shelly. Meredith déplore qu’une si agréable jeune femme soit si malade. La chef des résidents ironise sur les joies de la médecine générale. Comme Meredith la regarde bizarrement, elle lui rappelle que Richard a ordonné à ses chirurgiens d’être enthousiastes. Tout à coup, elle remarque quelque chose d’anormal chez la patiente.

    Richard retrouve George dans une salle d’attente. L’interne semble très nerveux. Mais Richard ne s’en inquiète pas plus que ça. Parce qu’il est pris par ce problème de fuite d’eau, il délègue une bonne partie de son travail sur son interne. L’examinateur surgit et signale à George qu’une salle est disponible à l’étage psychiatrique. Richard invite le jeune homme à aller passer l’épreuve mais George y renonce pour l’aider.

    Mark explique à Derek que Lexie lui a soumis une idée concernant Barry. Comme il désire mettre en application les nouveaux préceptes de Richard, il l’a écoutée. La jeune s’explique, sous le regard critique de Cristina. Celle-ci l’interrompt mais n’ose pas en faire de même quand Mark termine l’explication. Lexie a pensé que les fortes migraines du patient sont provoquées par la compression d’un nerf situé dans le nez. Derek marque son accord pour que son ami procède à l’examen. Il ne faut pas plus de quelques secondes pour s’apercevoir que la théorie de Lexie était la bonne. Mark va pouvoir arranger ça en un tour de main. Derek félicite l’interne.

    Shelly se réveille de son intervention, sa sœur à ses côtés.Bailey lui annonce que la tumeur est bien plus importante que le scanner ne l’avait montrée. Elle entoure plusieurs importants vaisseaux sanguins, au niveau du foie. Il va falloir envisager une chimiothérapie. La sœur quitte la chambre pour téléphoner à l’oncologiste. Bailey rassure la patiente comme elle peut, ils pourront soulager sa douleur. Elle s’excuse de ne pas avoir de meilleures nouvelles à annoncer. Shelly accuse le coup, et Meredith aussi. Pour sauver la face, la patiente demande à son médecin si elle a trouvé une solution pour ses colocataires. Les larmes aux yeux, Meredith lui fait part de son regret pour ce qui lui arrive. Shelly insiste : comment Derek se débrouille-t-il dans un lit ? Meredith rit avec elle.

    Dans une salle de repos, Erica se demande pourquoi Callie a parlé de ce qu’elle ressentait à son propos à Mark, plutôt qu’à elle, la principale intéressée. Mark entre dans la pièce et fait encore une allusion à la situation. C’en est trop pour Erica qui sort. Callie demande à Mark de cesser ses plaisanteries douteuses, Erica déteste ça. Il ne peut pas, ça l’amuse trop. Comme Callie veut lui envoyer un crayon à la figure, il la menace d’une fessée. Elle jette le crayon malgré tout.

    A la cafétéria, Meredith demande à Cristina s’il est vrai qu’elle a dit à Derek qu’il avait raison d’exiger le départ de ses colocataires. Cristina nie farouchement. Elle n’a fait que dire ce qu’elle ferait si elle était à la place de Meredith, ce qui n’est pas le cas. Elle lui demande ce que la psy en pense. Meredith l’informe qu’elle a arrêté la thérapie parce qu’elle est heureuse. Les jeunes femmes sont rejointes par Lexie et George. Celui-ci est abattu parce qu’il n’a pas eu la possibilité de passer son examen. Il leur explique qu’il a été réquisitionné pour seconder le chef. Alex arrive à son tour. Tous évoquent leurs patients et leurs souffrances. Comme Cristina se demande comment son interne a pu penser à un problème ORL, Lexie explique qu’elle a une mémoire photographique et qu’elle a eu cette idée en revoyant les cours avec George. Elle se souvient même du numéro des pages. Alex la surnomme Lexipedia.

    Lorsque Bailey s’inquiète de la fuite d’eau, Richard nie la gravité de la situation. Il lui assure que le problème est mineur. Tout est sous contrôle. La résidente en doute fort.

    Meredith, Cristina, Izzie et Alex sont dans l’ascenseur. Izzie tente encore de corrompre Meredith à coup de pâtisseries. La porte s’ouvre et l’eau jaillit à l’intérieur de la cabine. Les couloirs sont inondés. Richard donne ses ordres pour le déménagement des malades à un autre étage. Bailey propose de transférer les patients dans d’autres hôpitaux, le temps que tout soit réparé. Voilà qui irrite fort le chef qui lui répète qu’il contrôle la situation. Comme la jeune femme insiste, il se met à hurler qu’elle est attendue au dispensaire.

    Lexie a décidé de seconder George dans sa mission. Elle prend une partie de ses dossiers. Mark surgit et propose à la jeune femme de l’assister dans son intervention. Le cas est extrêmement rare, ça va l’intéresser. Elle refuse pour pouvoir aider George. Peut-être une prochaine fois… Le chirurgien lui fait remarquer qu’il n’y aura pas de prochaine fois, elle est vraiment pathétique.

    Cristina prépare Barry pour l’intervention. Lorsqu’elle lui demande où en est sa douleur, il répond qu’elle est inchangée. Elle lui promet qu’après l’opération il se sentira mieux. Il lui explique qu’il vit avec sa douleur depuis 7 ans, il a consulté 39 spécialistes. La plupart lui ont dit que sa douleur était le fruit de son imagination. Son épouse est morte l’année précédente, après l’avoir traîné pendant des années chez les docteurs. Elle était sa meilleure amie, son âme sœur, mais à sa mort, il n’a rien ressenti. Ses douleurs l’ont empêché de la pleurer comme il l’aurait voulu. Maintenant on sait quelle est la cause de son mal et on va le soigner. Elle a sûrement raison, il se sentira mieux après l’intervention. Il s’effondre en pleurs.

    Jack ne veut pas subir l’intervention parce qu’il est persuadé avoir le mauvais œil. Alex lui fait remarquer qu’il n’a pas le choix s’il veut vivre. Vouloir vivre ? Jack l’accuse de ne pas avoir prêté attention à tout ce qu’il lui a raconté. Qui aurait encore envie de vivre après avoir eu une telle existence ? Alex lui dresse le topo de sa propre existence : sa petite amie a fait une grossesse hystérique, elle a voulu se suicider et elle est tellement cinglée qu’il a fallu l’interner. Sa colocataire menace de le jeter à la porte. Il n’a pas d’argent pour une caution et donc il y a de grandes chances pour qu’il se retrouve sans toit la semaine prochaine. Jack se demande s’il ne lui raconte pas tout ça uniquement pour qu’il se sente mieux. Alex réplique qu’on a toujours une raison de vivre, ou du moins la possibilité d’en avoir une. Jack pense à l’épicière à qui il ne fait que parler de ses produits. La prochaine fois, il pourrait peut-être lui dire bonjour. Alex lui donne raison. En parlant, il regarde de façon significative Izzie qui se trouve à l’autre bout de la pièce. Il dit au patient qu’il doit accepter l’intervention. Un jour, sa chance tournera.

    Pendant une pause, Izzie et Cristina échangent les en-cas qu’elles viennent d’acheter. Izzie lui montre l’annonce pour le superbe appartement. Elle lui demande d’y réfléchir. Il serait peut être temps pour elle de quitter l’appartement de Burke.

    Erica et Alex opèrent Jack lorsque quelques gouttes d’eau commencent à leur tomber sur la tête. Ils lèvent la tête au plafond. Bailey, qui est dans la galerie en train de les observer, comprend immédiatement ce qui va se passer. Elle tente de prévenir ses collègues du danger. En vain. Le plafond s’écroule et des trombes d’eau se déversent sur la table et bien entendu, sur le patient, bien qu’Alex ait fait écran avec son corps. Bailey vient leur prêter main forte. Erica décide de poursuivre l’intervention dans un autre bloc. Une infirmière lui signale que le seul qui est encore en état est celui de Mark. Elle envoie Alex prévenir ce dernier.

    Mark va justement entamer l’intervention sur Barry, sous l’œil attentif de Derek et Cristina. Celle-ci n’apprécie pas vraiment de devoir rester en simple observatrice, alors que le chirurgien lui avait promis une participation active. Elle lui demande de ne plus l’utiliser pour influencer Meredith. Ils ne forment pas une équipe.

    Alex entre en criant qu’il a besoin du bloc.

    Bailey rapporte à Richard ce qui s’est passé. Il réalise que ses positions font prendre de trop grands risques aux patients. Il lui demande d’annoncer que le service chirurgie est fermé et que les patients seront transférés vers les autres hôpitaux de la ville.

    Mark et Derek assistent Erica sur son intervention. Soudain Alex remarque une anomalie, il aimerait savoir s’il pourrait s’agir d’un dégât occasionné par un fragment du plafond. Elle lui apprend qu’il s’agit d’une tumeur du pancréas.

    Cristina entre dans le cabinet du Dr Wyatt. Dès les premiers mots, celle-ci sait à qui elle a affaire. Cristina la supplie de ne pas laisser Meredith abandonner la thérapie. Elle estime que son amie a encore trop de souffrances en elle. Sur une échelle, ça doit bien faire 8. Elle ne peut pas mettre Izzie et Alex à la porte, elle a encore besoin d’eux, parce que Derek ne peut pas la comprendre. Elle pense qu’elle est heureuse, mais ce n’est pas le cas et la psy est payée pour le lui dire. Wyatt réalise à quel point ça doit être douloureux pour elle, cette idée de perdre son amie à cause de Derek. Cristina n’apprécie pas, elle ironise : elle est terrible comme psychiatre.

    Jenn essaie de convaincre Shelly de consulter d’autres spécialistes. Un nouvel appel téléphonique la fait sortir de la chambre. Meredith arrive, Shelly l’a bipée parce qu’avant de mourir, elle aimerait savoir ce qu’elle a décidé quant au sort de ses colocataires. Meredith ne sait pas encore. Tout à coup, Shelly s’écroule en disant que ce n’est pas juste. Elle va mourir. Elle s’effondre en pleurs.

    Lorsque Jack se réveille, il demande immédiatement si tout va bien. Alex lui apprend qu’à la suite de l’écroulement du plafond, des fragments ont pénétrés dans son abdomen, ce qui a obligé l’équipe médicale de procéder à un examen plus approfondi que la normale. C’est ce qui leur a permis de découvrir une tumeur sur le pancréas. Elle est maligne mais, heureusement, elle n’en était qu’au premier stade. Ils ont pu la retirer entièrement. La chimiothérapie ne sera même pas nécessaire. Alex insiste sur le fait qu’il est excessivement rare de déceler un cancer du pancréas si tôt. D’habitude, il est toujours trop tard. Il semblerait que la chance ait tourné. Jack promet de dire bonjour à son épicière la prochaine fois qu’il la voit.

    Richard assiste au départ de ses patients vers les autres hôpitaux. George vient l’informer qu’il a rempli toutes les tâches qu’il lui avait données. Peut-il encore faire autre chose ?

    Mark rejoint Lexie au comptoir, chez Joe. Avant qu’il ait pu dire un mot, elle reconnaît qu’elle est pathétique. Elle a manqué l’intervention pour un garçon qui ne sait même pas qu’elle existe. Il l’interrompt. Il n’a pas eu l’occasion de pratiquer l’intervention, le patient a été transféré dans un autre hôpital. Il se moque de sa mémoire photographique, il veut avoir une preuve. Elle commence à réciter le début du tableau périodique de chimie.

    Un peu plus loin, Cristina et Callie regardent l’annonce de l’appartement remise par Izzie. Celle-ci arrive. Cristina la remercie d’avoir pensé à elles. Elles sont enthousiastes. Izzie réalise que son amie n’a rien compris, elle s’énerve. Cet appartement, il est pour elle, mais elle pensait le partager avec Cristina. Celle-ci s’excuse, elle n’avait pas compris. Izzie quitte le bar, en colère.

    Callie retrouve Erica à une autre table. Elle lui dit qu’elle est habituée à vivre les évènements au grand jour et elle n’a pas l’intention de changer parce qu’Erica est une personne qui aime le secret. Elle a déjà trop perdu d’elle-même dans son mariage raté, elle ne veut pas en perdre plus. Elle aime parler de ses sentiments à ses amis et Mark est son ami. Erica avoue qu’elle le déteste parce qu’il a vu son amie nue.

    Meredith se retrouve dans l’ascenseur avec la psychologue. Elle se demande où était l’intérêt de suivre une thérapie si ce n’était pas pour être heureuse. Le monde est horrible, les jeunes gens meurent de maladies affreuses. Ça n’a aucun sens d’être heureuse dans un monde pareil. Le Dr Wyatt lui donne raison. Le monde est horrible. Rester heureux face à ça, n’est pas un but en soi. Savoir qu’elle éprouve des sentiments mais qu’elle ne mourra pas parce qu’elle les éprouve, même s’ils sont horribles, voilà le but d’une thérapie. Elle répète que Meredith a fait d’énormes progrès mais la route est encore longue. Sa porte lui restera ouverte.

    Meredith retrouve Izzie dans la balancelle, devant la maison. Son amie lui confie combien elle est heureuse pour elle et Derek. C’est bien qu’ils vivent enfin ensemble. Mais elle est triste pour elle-même parce qu’elle n’a personne dans sa vie. Meredith s’assied à côté d’elle et lui dit que ce n’est pas vrai. Alex arrive à son tour et salue Izzie avant d’entrer dans la maison. Meredith retrouve Derek qui examine de près le contenu du vieux bar d’Ellis. Elle l’attaque d’entrée de jeu : Izzie et Alex sont sa famille, au même titre que lui. Il ne peut pas exiger d’elle qu’elle les jette à la porte du jour au lendemain, pas plus qu’il n’a le droit d’essayer de mettre Cristina de son côté. Il est d’accord. Il va s’asseoir sur le canapé. Il n’abandonne pas son idée, il lui en reparlera mais uniquement quand elle sera prête. Elle le rejoint et lui demande s’il l’aime encore. Il la regarde intensément et lui jure que oui. Ils se serrent dans les bras l’un de l’autre.

    Richard amène George dans la galerie. C’est là qu’il va lui faire passer son examen. Il lui doit bien ça après tout ce qu’il a fait pour lui.

     

    Voix off : Les os se brisent. Les organes éclatent. Les chairs saignent. Nous pouvons recoudre les chairs, réparer les dommages, soulager la douleur. Mais quand la vie s’écroule, quand on s’effondre, il n’y a pas de science, pas de règles dures et rapides. Il faut seulement suivre ses sentiments et, pour un chirurgien, il n’y a rien de pire et rien de meilleur.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :