• Episode 5.18 : Stand By Me

    Titre français : A Chacun Son Drame

    Scénariste : Zoanne Clack

    Réalisateur : Jessica Yu

    Diffusion États-Unis : 19 mars 2009 sur ABC

    Diffusion France : 2 décembre 2009 sur TF1

    Référence titre : chanson interprétée par Ben E King

     

    Voix off : Les chirurgiens ne sont pas connus pour être chaleureux et affectueux. Ils sont arrogants, impatients et très souvent méchants. Vous pourriez penser qu'ils n'ont pas d'amis. Parce que... Qui pourrait les supporter ? Mais les chirurgiens sont comme un mauvais rhume... Désagréables mais persistants...

    Dans la cuisine de Meredith, Cristina tente de convaincre Izzie que, même si ses chances sont minces, elle doit tout tenter pour contrer le cancer. Il y a la chimiothérapie, les rayons… Elle pourrait aussi se faire retirer cette tumeur au cerveau. Entendant des pas dans le couloir, Izzie lui fait signe de se taire. Alex entre. Izzie se dépêche de camoufler les livres qu’elles étaient en train de consulter et répond à la question de son copain en affirmant qu’il ne s’agit que de boulot. Après que le garçon soit sorti, Cristina fait part de son étonnement : ne va-t-elle rien lui dire ? Elle n’insiste pas, revenant à son idée première. Elle a contacté un spécialiste… Elle est à nouveau interrompue par l’entrée de Meredith qui leur demande ce qu’elles font là, leur assurant qu’elle va bien, même si elle irait mieux en sachant que Derek va bien. Elle se contente d’un simple hochement pour répondre à Izzie qui lui demande si elle a eu des nouvelles de Derek. Une fois qu’elle est dehors, la blonde se lève, n’écoutant plus ce que Cristina a à lui dire.

    Bailey s’apprête à poser une question à Richard, planté devant le tableau du planning, lorsqu’il lui coupe la parole pour s’adresser à Mark. A-t-il eu des nouvelles de Derek ? Mark répond froidement que non. Il va donner la parole à Bailey lorsque Meredith surgit. Elle non plus n’a aucune nouvelle depuis plus de deux jours. Et il aura beau insister, elle n’y retournera pas. Richard est dépité. Il préfère s’en aller, laissant en plan sa chef des résidents que vient de rejoindre Callie. Les deux femmes évoquent l’état de leur supérieur. Bailey sait qu’il ne peut pas perdre Derek. Elle-même a essayé d’appeler ce dernier des centaines de fois mais il n’a jamais répondu. Elle se met à fixer sa camarade qui comprend très vite où elle veut en venir. Elle refuse, elle n’ira pas dans les bois, c’est sale et plein de bestioles. Mais comme le regard de Miranda se fait insistant, elle négocie. Que va-t-elle bien pouvoir dire à Derek ? Elle le connaît à peine. Pas nécessaire selon Bailey qui lui suggère de dire qu’ils sont tous passés par là et qu’ils sont tous revenus. Callie se laisse fléchir.

    Un à un les résidents expliquent à leurs internes qu’ils vont participer à la plus importante intervention qu’ils aient jamais faite. Il s’agit d’un patient de 38 ans, qui a été renversé par un conducteur ivre, 12 ans plus tôt. Depuis, il souffre de graves traumatismes faciaux : plus de nez, plus de lèvres, un œil fortement endommagé. Il a déjà subi neuf interventions de reconstruction. Ils vont tenter une transplantation mais il y a de gros risques de rejet ou d’infection. Izzie surprend un de ces internes parler du patient en le surnommant Blowhole (c’est-à-dire évent = narine d’une baleine). Elle est choquée et lui demande de ne plus jamais recommencer. Une fois dans la chambre, les internes ne peuvent pourtant se retenir de faire des commentaires désobligeants ou de manifester leur dégoût. Izzie est déçue de voir qu’Alex ne fait lui non plus preuve d’aucune compassion. Mark présente le patient à l’équipe, il s’appelle David Young. Aujourd’hui, il va recevoir un nouveau visage. Mark explique qu’il va tenter de transplanter 70% du visage. Lorsqu’Owen pose une question, Lexie est la première à lever la main et à répondre. Owen la félicite. Mark en fait autant lorsqu’elle donne une seconde bonne réponse. Les internes échangent quelques regards entendus. David demande encore quelques renseignements sur son donneur. Il aimerait savoir à quoi il ressemblait. Mark le rassure : il sera tout à fait satisfait du résultat. A la sortie de la chambre, Owen informe Alex qu’il l’assistera pour les prélèvements sur le donneur. Mark commence à citer les noms des personnes qui l’assisteront, Stevens, Grey… Meredith est heureuse d’avoir été choisie mais déchante vite lorsque Mark lui fait remarquer que c’est de sa sœur dont il parlait. A nouveau, les internes sont choqués. Izzie entend leurs commentaires désobligeants sur la jeune femme - qui selon eux couche avec le titulaire en échange d’opérations - mais aussi sur le patient. Elle leur crie de la fermer. George est étonné de la violence de sa réaction.

    Mais il n’a pas le temps d’y penser plus longtemps car Bailey vient le prévenir, ainsi que Meredith, qu’ils vont devoir s’occuper des pré- et post-op’. Meredith est déçue. La plus importante intervention du monde va se passer et ils ne pourront pas y participer ? Non, parce que Bailey a besoin de résidents expérimentés pour encadrer les internes. Quant à Cristina, elle aura l’honneur de faire sa première intervention en solo, retirer une hernie. Meredith félicite son amie sans grand enthousiasme, elle sait qu’elle devrait faire mieux mais elle est trop dégoûtée.

    Cristina rencontre sa patiente, Mme Sully, qui a un tas de questions à lui poser. Mais elle n’a pas le temps de lui répondre car son téléphone sonne. Il s’agit du cabinet de l’oncologiste. Elle sort de la chambre pour poursuivre sa conversation.

    Callie arrive à la caravane. Elle trouve Derek sur la terrasse, en train d’engloutir une série de canettes de bière. Elle lui fait remarquer qu’il est un peu tôt pour ça. Il la compare à sa mère, ce qui ne choque pas la jeune femme. Elle a rencontré sa mère et l’a appréciée. Lorsqu’elle lui apprend qu’elle est mandatée par Bailey, il ne s’en étonne guère, même s’il pensait que c’était plutôt une manœuvre de Richard. Elle compatit avec ce qu’il éprouve. Elle aussi, a perdu un patient. Il allait tout à fait bien après l’intervention, elle avait même assuré à son épouse qu’elle pouvait aller chercher à manger pour son mari. Mais il y a eu une complication et elle a prescrit un traitement qui a été fatal à l’homme. Ça a été très dur à vivre, parce que le cas était bénin à l’origine. Le plus dur a été d’affronter le regard de l’épouse, qui revenait avec ses sandwiches et qui s’étonnait de ne plus trouver son époux dans sa chambre. Derek ne sait pas comment elle peut vivre avec ça. Callie répond que c’est ce qu’ils appellent une erreur. Mais il lui coupe la parole. Il sait comment cela s’appelle. Ce qu’il aimerait savoir c’est comment elle arrive à se regarder tous les matins dans le miroir ? Parce que lui ne peut pas. Callie lui demande si elle peut avoir une bière. Il lui ouvre une canette.

    Meredith confie à Cristina qu’elle souffre de ne pas savoir comment va Derek, s’il va revenir, ce qu’il en est d’eux maintenant. Forment-ils encore un couple ? Après tout peut-être s’est-elle fait jeter tout simplement. Elle est peut-être célibataire sans le savoir. Mais elle se rend compte que Cristina l’écoute à peine, et elle suppose qu’elle est toute entière tournée vers son intervention en solo. Cristina dément, en fait elle est plus préoccupée par sa relation platonique avec Owen. Ils se sont embrassés quelquefois mais ne sont jamais passés à l’étape supérieure. Finalement, ils sont des amis avec bénéfices, mais sans les bénéfices. Meredith n’en revient pas. Elle est encore plus surprise de voir l’interne Pierce venir vers elles avec un œil au beurre noir.

    Owen et Alex sont en train de prélever des morceaux du visage du donneur. Alex pense à lui. Il avait une femme, des enfants qui pourraient très bien un jour rencontrer dans la rue celui qui va bientôt recevoir le visage de leur père. Il trouve ça terrifiant. Richard lui assure que David ne ressemblera pas exactement au donneur. Leur morphologie et d’autres paramètres vont leur donner une apparence très différente. Owen renchérit, ils ne vont faire que greffer des os et de la peau. Mais les expressions, le style, les yeux seront ceux de David. La famille du donneur ne reconnaîtra jamais celui-ci dans les traits d’un autre. Richard les avise que l’équipe de transplantation est déjà là. Alex retire la peau du visage et la lève devant lui.

    Meredith, George et l’interne Pierce s’occupent d’une patiente lorsqu’une une jeune femme, l’interne Megan, entre dans la pièce en pleurant. La patiente, déjà intrigué par l’œil blessé du jeune homme, se demande ce qui se passe. Mais elle n’est pas au bout de ses surprises, puisque l’interne Steve entre à son tour dans sa chambre, en se tenant le bras. Du sang coule sur sa main. Elle demande à Meredith s’il s’agit bien de médecins.

    A l’extérieur de la pièce, Meredith et George observent les trois internes qui discutent âprement. Il veut aller les questionner mais elle le retient. Il est clair que le conflit est d’ordre personnel. Ils ne vont donc pas s’en mêler. S’ils commencent à perdre leur temps à gérer le problème, ils ne pourront pas assister à l’intervention en solo ni à la transplantation. Ils décident donc d’ignorer les agissements de leurs collaborateurs. C’est la chose la plus professionnelle qu’ils ont à faire. Malheureusement pour eux, Bailey a tout entendu de leur conversation.

    Mark informe une dernière fois David des risques inhérents à l’intervention. Il va devoir prendre énormément de médicaments pour éviter le rejet. David en est totalement conscient. Lexie demande au jeune homme s’il a de la famille. Il dit que non, mais des amis doivent venir le voir après l’intervention. En réalité, il ne les a pas encore rencontrés. Il s’agit de personnes avec lesquelles il a créé des liens, via le net, ils ont tous des passionnés des orchidées. Il est excité à l’idée de les rencontrer, avec son nouveau visage. Izzie lui explique qu’après l’intervention, il risque d’avoir quelques problèmes pour respirer. Elle va donc lui apprendre comment utiliser un appareil qui pourra l’y aider. Les deux internes qui sont avec elle ne peuvent se retenir de faire un jeu de mots. Elle les met à la porte et leur fait la leçon dans le couloir en criant. Mark les rejoint et, après avoir renvoyé les internes, demande à la jeune femme ce qui lui arrive. Enervée, peinant à parler, elle lui explique qu’elle n’a pas apprécié la plaisanterie plus que douteuse qu’ils ont faite devant le patient. Mark estime que son comportement est également inapproprié. Ce cas, c’est son bébé, cela fait trois ans qu’il y travaille. Il ne la laissera pas tout gâcher parce qu’elle est trop émotive. Il ne veut plus d’elle. Elle refuse de s’effacer. David a besoin d’elle. Il n’a pas le droit de le laisser seul avec ces internes. Mark accepte qu’elle s’occupe du patient avant et après l’intervention, mais il ne veut pas d’elle au bloc. Et quoi qu’il se passe pour elle en ce moment, elle devrait essayer de se contrôler. George a assisté à la scène et est inquiet.

    Cristina retrouve Mme Sully dont les interrogations restent en suspens. Cristina est énervée de voir qu’une des questions porte sur l’aptitude à pouvoir encore d’occuper des petits-enfants, après l’intervention. Lorsque la patiente lui demande si elle va beaucoup souffrir, elle lui répond à peine, puisque son portable sonne à nouveau. C’est encore le cabinet de l’oncologiste. Elle prend un rendez-vous pour Izzie. 

    George confie à Meredith que quelque chose ne va pas avec Izzie. Il ne sait pas ce dont il s’agit mais il y a quelque chose qui cloche. Meredith réplique qu’ils ont assez avec le drame des internes à gérer sans s’occuper en plus des problèmes d’Izzie. S’il y a vraiment quelque chose, elle leur en parlera. Mais en attendant, il n’a qu’à ignorer ce qu’il a vu. Elle ouvre de grands yeux en voyant l’interne Steve courir dans les couloirs, à moitié en pleurant. Bailey vient leur demander ce qui se passe. Meredith la rassure : c’est un problème personnel et ils ont décidé de ne pas se mêler de la vie privée de leurs internes. Bailey rétorque que c’est leur rôle d’encadrer le personnel, elle-même n’a jamais eu envie de se mêler de leur vie privée et pourtant Dieu sait qu’elle a dû le faire quand ils étaient internes. Meredith l’assure qu’ils ont tout sous contrôle lorsqu’ils voient passer Megan en pleurant, tandis que Steve court après elle en lui criant qu’il l’aime. Dans sa course, il renverse un patient.

    Meredith et George s’adressent aux deux intéressés. Quoiqu’il se passe entre eux, ça doit cesser immédiatement. Ils effraient les patients, et ils font de cet hôpital un endroit ridicule. Lorsque Steve essaie de se justifier, George l’interrompt, ce n’est pas une bonne idée. Meredith continue : ils doivent rester loin l’un de l’autre, ne même plus se regarder. Elle les renvoie et, lorsqu’ils prennent le même chemin, elle leur ordonne de se séparer.

    Bailey a bipé Owen. Elle lui demande s’il a terminé sa partie dans la transplantation de visage. Il confirme mais il aimerait bien assister à l’intervention que Mark va réaliser, et aussi à l’intervention en solo de Cristina. Elle a autre chose pour lui : elle aimerait qu’il prenne un véhicule et qu’il aille jusqu’à la caravane pour ramener Derek Shepherd, et par la même occasion Callie Torres qui n’est toujours pas revenue. Elle a essayé à plusieurs reprises de la joindre par téléphone mais elle tombe toujours sur sa messagerie. Elle est une téléspectatrice assidue de certaines émissions policières et cela lui fait imaginer des choses. Elle a peur que Callie soit morte dans un fossé, victime d’un tueur en série. Voilà pourquoi elle a besoin qu’il aille là-bas et ramènent les deux médecins. Il rechigne à la tâche. Elle insiste, il a survécu à la guerre, il est donc capable de remplir cette mission. Il en est persuadé mais il n’en a pas envie. Pourtant, un seul regard de la chef des résidents, un s’il vous plaît et il s’exécute.

    Lexie vient prévenir Izzie et David qu’ils vont bientôt pouvoir aller au bloc. Le jeune homme est près, cela fait douze ans qu’il attend ça. Lexie lui parle de ses amis, ne devaient-ils pas venir. David confirme, oui mais après l’intervention. Elle lui annonce que ses amis sont à l’avance. Trois personnes entrent dans la chambre, une orchidée à la main. David se détourne. Comme ils ne se sont jamais, les trois personnes se présentent à lui. Ils savent qu’ils sont plus tôt que prévu, mais ils voulaient qu’il sache qu’il n’est pas tout seul. David leur demande de s’en aller. Il s’énerve et commence à crier, demandant à Izzie de les mettre dehors. Ils sont des étrangers pour lui. Ses amis le reprennent, ils ne sont pas des étrangers puisque cela fait des années qu’ils se parlent sur le net. Mais il se met à hurler et c’est Lexie qui les fait sortir.

     

    A la cafétéria, Cristina annonce à Izzie qu’elle a rendez-vous dans 15 minutes avec l’oncologiste. Elle est très fière d’elle, d’habitude il faut des semaines pour obtenir un rendez-vous. Mais Izzie refuse de s’y rendre, elle veut seulement déjeuner. Cristina insiste lorsque leurs camarades les rejoignent, les obligeant à utiliser un langage codé. Izzie explique qu’elle était sensée faire un lavement aujourd’hui mais qu’elle ne le fera pas. Cristina n’est pas d’accord : elle ne peut pas se plaindre de vivre de mauvais moments et ne rien faire pour y remédier. Elle doit subir ce lavement. Alex lui demande ce qui lui prend, est-ce qu’elle paniquerait parce qu’elle doit faire une intervention en solo ? Cristina ne l’écoute pas : un lavement est une affaire sérieuse. George comprend rapidement qu’il s’agit d’un code : il demande à Izzie ce que lavement signifie réellement. La jeune femme quitte brusquement la table, en répondant que ce lavement ne concerne qu’elle. Cristina lui crie qu’il ne lui reste que quinze minutes.

    A la caravane, Owen confie à Derek et Callie une de ses expériences personnelles : il était en deuxième année de résidence quand il a dû s’occuper d’une famille qui avait eu un accident de voiture. Les trois enfants étaient indemnes et les parents ne semblaient souffrir que de légères blessures. Ils riaient encore aux urgences. Mais en réalité ils avaient de sévères blessures internes. Il a passé la nuit à les opérer. En vain. S’il avait réagi plus vite, s’il leur avait fait passé les examens adéquats, il aurait vu qu’il y a avait des lésions internes. Mais il ne l’a pas fait. Il a dû annoncer aux enfants que leurs parents étaient morts il se souvient encore du gamin de neuf ans qui a pris ses frères de 3 et 5 ans dans ses bras. Ceux-ci n’étaient pas assez grands. Il n’a plus jamais été le même après ça. Il ne sait pas comment il a pu revenir travailler, pourtant, il l’a fait. Derek rétorque qu’il doit être mort à l’intérieur, sinon jamais il ne serait revenu. Il décapsule une canette et la tend à Owen qui la prend.

    Cristina est furieuse d’apprendre qu’Izzie ne s’est pas rendue chez l’oncologiste. C’était le meilleur de tout l’Etat. Elle a téléphoné partout pour obtenir un rendez-vous. Izzie lui reproche d’être trop investie. Cristina lui reproche de ne pas l’être. Son amie lui explique que le fait que tout le monde, même Alex, surnomme David "Blowhole" lui fait du mal. Comment l’appellera-t-on, elle, quant on saura qu’elle est malade ? Le fromage suisse pour cerveau ? Cristina le prend en boutade : non, c’est trop long et bizarre, on dira plutôt "Blowhole's pithy". Mais Izzie continue : elle ne veut pas être un morceau de viande autour duquel on se battra pour mettre son cerveau et des organes en pièces. Cristina lui dit que ça devient trop émotionnel pour elle, elle devrait en parler à Meredith ou Alex. Hors de question, répond Izzie, Elle n’a qu’à tout oublier. Impossible, réplique Cristina. Alors soit elle se décide à mettre ses amis au courant, soit elle le fera. Izzie s’emporte : elle ne sait même pas si elle veut suivre le traitement. Elle sait trop bien ce qui l’attend. On va couper son cerveau, ses organes et tout ça pourquoi ? Les interventions échouent tout le temps. Même Derek Shepherd est tapi au fond des bois parce qu’il a échoué à sauver une patiente. Et même avec une intervention, elle n’a toujours que 5% de survie. Pourquoi martyriser son corps pour rien ? Cristina ne comprend pas pourquoi elle s’est confiée à elle si c’est pour refuser son aide. Izzie rétorque qu’elle n’a qu’à la fermer et oublier qu’elle lui a parlé. Elle sort des vestiaires.

    En présence de Lexie et Izzie, Mark tente de ramener David au calme, lui expliquant que sa convalescence sera très longue. Il ne pourra pas affronter cela tout seul. De toute façon, le Comité d’Ethique ne marquera pas son accord pour l’intervention, s’il n’a pas un groupe de soutien. Il a besoin de ses amis. David explique qu’il ne pourra pas supporter de les voir se détourner de lui. Tout ce qu’ils connaissent de lui, c’est la photo de l’orchidée qui se trouve dans sa chambre, à première vue, pour ceux qui ne s’y connaissent pas, elle semble horrible, comme lui l’est. Quand il est quelque part, les enfants pleurent et les adultes se crispent, ils regardent ailleurs. Il ne veut pas que ses amis fassent de même. Lexie lui assure qu’il n’en sera rien. Ils ne se sont pas détournés, c’est lui qui l’a fait. Il ne leur a pas fait confiance. Elle lui demande la permission de les rappeler. Après tout ils viennent de loin pour le voir. Il n’est pas trop tard. Mark l’appuie : si David veut être opéré, il va devoir l’écouter.

    Bailey demande à Richard quelle est son humeur. Excitée et anxieuse, répond-t-il. D’une part, il est excité par l’intervention que va mener Mark. D’autre part, il est inquiet de ce qui arrive à Derek mais l’un dans l’autre ça va. Elle lui annonce alors qu’elle a perdu Owen et Callie qu’elle avait envoyés chez Derek pour le ramener. Mais depuis, elle n’a plus de nouvelles. Elle voulait sauver la situation pour lui mais elle a l’impression que maintenant c’est trois fois pire. Alors elle voulait le prévenir que maintenant elle va appeler la police, parce qu’elle est convaincue qu’ils sont tous morts, réduits en bouillie, 

    Dans la galerie, Meredith et George s’apprêtent à suivre une intervention, tentant de faire abstraction des internes qui commentent ce qui se passe entre trois des leurs. Mais ils sont obligés d’intervenir lorsque Pierce et Steve recommencent à se battre. Meredith les met à la porte et demande à un autre garçon de la suivre. Dans la cage d’escaliers, pour tenter de le convaincre de dire tout ce qu’il sait, George lui explique que deux interventions de première importance vont commencer. Mais cela ne va pas assez vite au goût de Meredith qui prend les choses en main. Elle somme le garçon de tout lui raconter sous peine de lui rendre la vie impossible : à chaque fois qu’elle devra prescrire un toucher rectal, ce sera pour lui. Il ne peut donc que s’incliner et lâche tout ce qu’il sait : Megan sortait avec Pierce mais ils ont rompu et, pendant ce temps-là, elle est sortie avec Steve. Mais elle s’est réconciliée avec Pierce, ce qui n’a pas découragé Steve qui lui a envoyé des mails pour la convaincre de revenir avec lui. Mais un jour il a fait t une erreur de manipulation et a envoyé le message à toute une série de gens, dont Pierce. Depuis celui-ci veut tuer Steve et Megan panique.

    David s’en veut pour la façon dont il a traité ses amis. Izzie le rassure : il a eu une réaction normale, dictée par la peur. Elle sait aussi qu’il a voulu les protéger. Si ce sont de vrais amis, ils comprendront. Lexie entre dans la pièce, suivie par les trois amis. Aucun ne manifeste de mouvement de recul. David s’excuse auprès d’eux, il voulait juste leur éviter cet horrible spectacle. Une femme, une Afro-Américaine assez âgée, Shayna, s’approche de lui et le compare à une espèce d’orchidée. David leur fait part de sa peur, si l’intervention ne marche pas, s’il fait un rejet, il ressemblera toujours à ce qu’il est maintenant. Son amie le rassure, il s’en sortira. Elle se penche vers lui et l’embrasse sur la joue. Izzie est profondément émue.

    Richard déboule à la caravane, fou de rage en découvrant les trous autres avachis sur la terrasse. Callie est tellement saoule qu’elle a du mal à se redresser. Le chef s’en pend directement à Derek. Quel est son problème ? Ils ont déjà tous vécu ce par quoi il passe. Ils ont tous déjà éprouvé des pertes. Callie et Owen l’interrompent. Ils ont déjà dit tout cela. Mais Richard continue : quand cela arrive il faut affronter le lendemain et tenter de sauver une autre vie. Même si Derek reste imperméable à tous les arguments, Richard poursuit néanmoins. Rien de ce qu’ils pourront faire ne fera arrêter la mort. Tout le monde est amené à mourir. Il faut l’assumer. Au bord des larmes, Derek répond enfin. Il a emmené une jeune femme enceinte au bloc et il l’a tuée. Voilà ce qu’il doit assumer. Il se sent mal à cause de cela. Et lui, Richard, devrait se sentir mal de lui avoir envoyé Meredith en lui faisant miroiter une bague. Pourquoi a-t-il fait ça ? Embarrassé, Richard répond que Meredith ne voulait pas venir, ou plus exactement, elle pensait qu’il avait besoin de rester seul. Alors il a utilisé cet argument pour la convaincre. Il voulait seulement aider. Mais Derek n’est pas dupe, il n’a cherché qu’à s’aider lui-même. La bague ? Il l’a jetée dans les bois. En rage, il se lève et rentre dans la caravane en accusant son chef de l’avoir détruit.

    Au bloc, Mark a retiré, avec l’aide de Lexie, la peau du visage de David. Il lui propose de l’aider à transplanter le visage du donneur. Elle est ravie. Il lui donne quelques conseils puis la félicite sur son savoir-faire. Ils échangent quelques regards tendres. Ils ne peuvent pas éviter d’entendre les ricanements qui viennent de la galerie. En levant les yeux, ils aperçoivent quelques internes qui singent leurs gestes, en les caricaturant.

    Richard entre dans la caravane et trouve Derek, assis sur son lit, perdu au milieu de canettes vides. Derek lui crie de s’en aller mais Richard refuse. Fou de rage, Derek tape dans la porte de sa douche en hurlant. Mais le chef ne se laisse pas impressionner. Il reconnaît avoir détruit plusieurs vies mais pas la sienne. S’il lui a envoyé Meredith, la femme qu’il aime et qui l’aime, c’est parce qu’il voulait l’aider, le ramener à la vie. S’il la rejetée, c’est de sa faute et Richard ne l’accepte pas. Avoir peur, se bourrer la gueule, frapper son meilleur ami, jeter la bague, et le rendre responsable de tout ? Non, Richard ne l’accepte pas ! Il est plus vieux que lui et il a déjà été à la même place que lui. Cela fait quelques jours que Derek est saoul, lui l’a été durant des années. Quand il se décidera à sortir de son trou, et Richard espère que cela arrivera très bientôt, il aura besoin d’un ami. Alors il sera là. Ce discours calme Derek qui se laisse tomber sur le lit. Il murmure qu’il ne sait pas comment faire revenir Meredith. Richard lui suggère de téléphoner. Derek ne voit pas quoi lui dire. Richard rétorque qu’il a eu une relation extraconjugale pendant des années. Bien qu’Adèle l’ait su, elle l’a repris. Derek trouvera bien une façon de faire revenir Meredith.

    George parle à Pierce et Steve pour tenter de les raisonner. Megan sort des toilettes et tend un test de grossesse à Meredith. Celle-ci prend la parole. Elle ne veut plus que tout ce qui s’est passé se reproduise. Ils sont des docteurs dans un hôpital. Elle exige que les deux garçons fassent ce qu’il faut pour soigner leurs blessures. Puis après avoir jeté un rapide coup d’œil au test, elle annonce à Megan qu’elle est enceinte. George se montre impressionné par la façon dont son amie gère la situation et exerce son autorité

    Au bloc, juste avant son opération, la patiente de Cristina avoue qu’elle a peur. Elle a bien compris que son médecin était très occupé mais elle aimerait être sûre qu’elle va être bien soignée. Elle ne veut pas mourir. Elle a besoin qu’on lui dise que tout ira bien. Cristina la rassure : cette intervention est très importante pour elle, elle sera très appliquée. Elle regarde l’endroit où elle va inciser, puis les instruments chirurgicaux. Alex qui doit l’assister la regarde bizarrement. Bailey aussi. Juste avant de demander le scalpel, Cristina craque et leur annonce, ainsi qu’à tous ceux qui sont là, que Izzie souffre d’un mélanome en stade 4 qui s’est étendu à son cerveau, qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre et qu’elle s’oppose à tout traitement. Elle a besoin d’aide. Cristina entame l’opération sous le regard épouvanté d’Alex.

    Mark vient rassurer David : l’intervention a très bien marché. L’amie du jeune homme lui demande s’il serait possible qu’il voie son visage. Il aimerait tellement ça. Mark accepte, bien que celui-ci soit encore gonflé et meurtri. Il défait les bandages et Izzie tend un miroir. Après une brève hésitation, David se regarde. L’émotion est à son comble.

    Cristina trouve Izzie assise dehors, sous la pluie, sur un banc, devant l’entrée des urgences. Elle se met à lui parler. Parfois les choses échouent, c’est vrai, mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple Blowhole a un nouveau visage. En désespoir de cause, elle lui annonce qu’elle a tout révélé à Alex et Bailey, et eux vont se charger de prévenir Meredith et George. Elle n’était plus capable de faire son travail correctement. Elle a cru qu’elle était venue à elle pour avoir de l’aide et c’est ce qu’elle vient de faire, l’aider. Parfois, ils gagnent. Elle veut la voir se battre. Pour ce que ça vaut, elle veut la voir lutter. Izzie la remercie. Elle semble soulagée. Cristina lui prend la main et reste près d’elle.

    Lexie remplit un dossier sous le regard ironique de quelques internes. Mark arrive et voit la scène, il vient se mettre à côté d’elle mais ne dit rien, sans doute pour ne pas rajouter au malaise. Lexie le regarde un instant puis le prend par le cou pour l’embrasser, sans se soucier des regards. Mark est à la fois comblé et embarrassé. Il se retourne vers les internes qui ne cachent pas leur ébahissement. Lexie lui explique qu’ils pensent qu’il profite d’elle, et qu’elle l’utilise. Mais elle, elle sait que ce n’est pas le cas. Tout le monde pense qu’ils sont horribles mais elle sait que ce qu’ils vivent est beau. Et elle est certaine qu’ils vont pouvoir s’adapter à un environnement hostile. Lorsqu’elle s’en va, on lit la fierté dans les yeux de Mark.

    Derek voit Meredith arriver à la caravane. Il la remercie d’être venue. Elle le remercie de l’avoir appelée. Il lui dit qu’il l’aime, elle répond qu’elle le sait. Il aimerait savoir si elle l’aimerait encore s’il n’était plus chirurgien. Elle n’hésite pas à dire que non. Non, parce que Izzie a un cancer du cerveau et il est une des vingt personnes au monde capable de la sauver. Elle n’est pas sûre de pouvoir respecter une personne qui refuserait de faire un tel cadeau. Elle le supplie de ne pas le faire. Elle lui donne tous les résultats des scanners de son amie. C’est vraiment très mauvais. Ils se regardent intensément avant qu’elle ne se lève pour reprendre sa voiture.

    A la porte des vestiaires, Bailey, Richard et Alex, dévasté, regardent Izzie ranger ses affaires dans son vestiaire.

    Bailey annonce la nouvelle à George qui se met à courir.

    Toujours assis sur sa terrasse, Derek passe la main sur son visage, puis regarde l’enveloppe que Meredith a déposée, avant de se décider à examiner les clichés.

    Izzie est installée dans une chambre. Ses amis s’occupent d’elle. Ils l’entourent lorsqu’elle se couche dans le lit.

    Voix off : Pratiquer la médecine n’aide pas vraiment à se faire des amis. Peut-être parce que la vie et la mort sont toujours sur nos visages. Peut-être parce que, en faisant baisser les yeux à la mort chaque jour, nous sommes obligés de savoir que chaque minute de vie est du temps emprunté. Et chaque personne dont nous nous occupons n’est jamais qu’une perte de plus, quelque part au-delà de la ligne. Pour cette raison, je connais quelques médecins qui ne se soucient plus de se faire des amis. Mais pour le reste d’entre nous, nous faisons notre travail de déplacer cette ligne pour repousser chaque perte le plus loin possible.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :