• Episode 6.03 : I Always Feel Like Somebody's Watchin' Me

    Titre français : Tous paranos

    Scénaristes : Tony Phelan & Joan Rater

    Réalisateur : Michael Pressman

    Diffusion États-Unis : 1er octobre 2009 sur ABC

    Diffusion France : 5 janvier 2010 sur TF1

     

    Voix off : La paranoïa vous donne un avantage au bloc. Les chirurgiens ont les pires scénarios en tête. Nous sommes prêts à refermer, nous avons maîtrisé l’hémorragie, nous le savons mais il y a cette voix dans notre tête qui dit "Et si tu n’y arrives pas ? Et si le patient meurt et que tu aurais pu l’éviter ? Alors nous examinons encore une fois ce que nous avons fait avant de refermer. La paranoïa est la meilleure amie du chirurgien.

     

    Aux urgences, Owen et Arizona escortent une civière tandis que Cristina tente de convaincre la pédiatre qu’elle est très intéressée par sa spécialité. Elle a réalisé que cela lui permettrait de faire tout ce qu’elle aime : la cardio, la chirurgie générale, l’orthopédie… Elle aimerait tant l’assister pour la journée. Arizona lui rappelle qu’il faut aimer les enfants. La résidente l’assure que c’est le cas. Convaincue, Arizona l’inviter à la rejoindre pour la tournée des patients. Cristina retrouve Owen et Alex qui s’occupent déjà du patient. Celui-ci a un trou dans la joue, par lequel on voit ses dents. Owen a à peine le temps de demande de l’aide que tous les internes hurlent, proposant leurs services. Il leur demande de se calmer, il n’est que 3 heures du matin. Comme il s’étonne de voir autant de monde si tôt, Cristina lui explique qu’à cause de la fusion, tout le monde a peur de rentrer chez lui. Il objecte que le chef n’a jamais dit qu’il fallait ne plus dormir. Elle rétorque que c’est dur de dormir quand son job est en jeu. Lorsqu’Owen demande qu’on lui apporte des poches de sang supplémentaires, en échange d’une place au bloc, tout le monde part en courant.

    Cristina dit à Meredith qu’elle a parlé de Mercy West à Callie. D’après cette dernière, les médecins de là-bas sont compétents. Cristina ne cache pas que la fusion lui fait peur. Elle estime que Meredith est hors de danger grâce à Derek, et Izzie grâce à son cancer. Quant à Alex, il est le nouveau chouchou de Bailey. Même George aurait été épargné, grâce à Owen. Elle aussi a besoin de quelqu’un qui assure ses arrières. Meredith comprend qu’elle compte sur Arizona pour la protéger. Cristina pense effectivement que sauver des enfants peut lui faire marquer des points. Et puis ça ne doit pas être si compliqué vu que les gosses sont le plus souvent sous anesthésie.

    Alex demande à l’infirmière Olivia d’intercepter Derek et Mark, avant qu’ils ne s’en aillent, pour qu’ils viennent examiner son patient. La jeune femme lui demande de la tenir au courant s’il a des informations sur la fusion avec Mercy West. Les infirmières sont toujours les dernières informées mais les premières à partir.

    En tournant le coin, Alex découvre Izzie, la tête recouverte d’une perruque de longs cheveux blonds roux. La jeune femme lui demande son avis. Elle-même semble assez satisfaite, elle trouve que ses cheveux ressemblent à des vrais. C’est sa mère qui lui a envoyé ce cadeau. Alex élude la question et lui demande ce qu’elle fait là. Il n’est pas enthousiaste lorsqu’elle lui apprend qu’elle est venue pour reprendre le travail. Il lui rappelle qu’elle devait encore prendre trois semaines de congé. Mais elle ne veut pas en entendre parler. Elle préfère revenir avant que le boulot ne lui échappe. Elle veut prouver aussi aux gens qu’elle ne va pas mourir. Mais si elle reste une minute de plus à la caravane, alors elle mourra, c’est sûr. Elle lui redemande ce qu’il pense de ses cheveux. Avec eux, impossible que celui qui ne connait pas son état sache qu’elle a le cancer. A nouveau, Alex évite de répondre.

    Derek et Mark arrivent pour examiner le patient d’Alex. Ce faisant, ils évoquent la fusion du Seattle Grace avec Mercy West. Derek reproche au chef d’avoir orchestré tout ça et de, maintenant, rester enfermé dans son bureau sans parler à personne. Mark pense que cette fusion ne va pas les affecter, il ne s’agit que d’une restructuration financière. Derek sait ce que cela sous-entend : ils vont perdre du personnel valable, et ça il n’est pas d’accord. D’ailleurs il va aller trouver Richard immédiatement pour le lui dire. Mark le suit pour tenter de l’en dissuader. Il est fatigué, il est en colère, il va dire des choses qu’il va regretter par la suite. Il suggère à son ami de se calmer en allant taper quelques balles, ou alors d’aller se promener avec Meredith. Derek sait que Meredith refusera de quitter l’hôpital, comme tout le monde d’ailleurs. Tout le monde attend un communiqué des autorités. Tout le monde a peur, Lexie par exemple. Les deux hommes regardent la jeune femme qui arrive en courant et glisse pour s’étaler un peu plus loin, en laissant tomber des poches de sang qui la salissent.

    La jeune femme sort des vestiaires où elle s’est changée. Mark l’attend. Elle lui demande de ne pas se moquer d’elle parce que la situation est tout sauf amusante. Il lui conseille d’arrêter de paniquer. Richard ne lui veut aucun tort, c’est elle qui s’imagine ce genre de choses. Pour lui prouver qu’il a tort, elle lui débite des statistiques sur d’autres fusions qui ont eu lieu par le passé pour des établissements hospitaliers et les répercussions négatives qu’elles ont eues sur le personnel. Il la rassure en lui rappelant qu’elle mérite de faire partie du programme. Elle doit agir en tant que tel. Elle le remercie d’un baiser et s’en va, tandis qu’il lui suggère de prendre un peu de repos dès qu’elle le pourra.

    Meredith aussi estime qu’un peu de repos serait nécessaire avant la tournée mais Cristina refuse. Le repos, c’est bon pour les lavettes, les résidents de Mercy West. Alex se précipite vers elles et leur demandent de se taire au sujet de la perruque. Les deux femmes ont un regard épouvanté quand surgit leur amie qui leur annonce son retour. Comme il y a longtemps qu’elle n’a plus travaillé, le premier patient qui passera la porte sera le sien. Cristina et Meredith restent figées, ce qui énerve Alex qui leur fait les gros yeux. Mais Izzie n’en prend pas ombrage, elle pense que ses amies sont admiratives devant sa perruque. Elle avait toujours eu envie d’essayer des cheveux roux, maintenant elle en a l’occasion. Alex ose enfin lui dire que ses vrais cheveux n’étaient pas mal. Elle réplique qu’ils étaient la preuve qu’elle a subi une chimiothérapie. Si elle a choisi la perruque, c’est pour les patients, pour ne pas les impressionner et qu’ils se sentent à l’aise avec elle. Pendant qu’elle parle à son mari, ses deux amies échangent discrètement quelques remarques moqueuses. Cristina la compare à une douce et docile femme au foyer. Bailey annonce l’arrivée d’un patient et demande qui veut l’assister. Évidemment les quatre se proposent. Ils sont en train de se chamailler lorsque Bailey les départage en choisissant Alex. Il part en courant. Quelques internes viennent saluer Izzie. Steve ne peut s’empêcher de faire une remarque sur ses cheveux, assurant qu’ils semblent vrais. Izzie est ravie.

    Enervé, Derek entre dans le bureau de Richard. Il veut lui parler mais Richard le décourage immédiatement. Il est trop occupé pour le moment. Derek insiste. Y aura-t-il des licenciements. Richard répète qu’il est occupé. Derek n’en a que faire. Il estime que si les licenciements concernent des gens de son service, il a son mot à dire. Richard répond qu’il consulte les personnes concernées quand il le juge nécessaire. Derek est piqué au vif et rétorque qu’il n’est pas importe qui. Il est le gars qui lui a sauvé la mise. Lorsque Jennings est venu le trouver, le sort de Richard était fixé et par loyauté envers lui… Richard l’interrompt : il n’y a eu aucune loyauté ! Il se l’est joué bon gars mais il s’apprêtait à lui piquer sa place. Derek s’emporte : va-t-il licencier du personnel ? Richard répond sur le même ton qu’il fera connaitre sa décision en temps voulu. Il ajoute qu’il estime ne rien devoir à son chirurgien, alors il faut que celui-ci cesse d’agir comme si c’était le cas le cas et qu’il se rappelle qu’il travaille pour lui. Que Derek n’oublie pas que c’est toujours lui qui est le chef de la chirurgie dans cet hôpital ! Derek sort en claquant la porte après lui avoir demandé de se comporter comme tel, alors !

    Bailey et Alex accueillent leur patiente, Jody qui a embouti une autre voiture à la suite d’une perte de conscience. Elle a une minerve autour du cou et se plaint de douleurs abdominales. Elle est accompagnée de son fils, Tom, qui a le bras en écharpe, et tient absolument à ce qu’il reste à ses côtés. Il est schizophrène-paranoïaque. Bailey accepte. Pendant l’examen médical, Tom est stressé. Il se penche sur sa mère et la conjure de le croire. Elle tente de le rassurer, ce qu’il pense savoir n’est pas la vérité. Lorsque Bailey déclare sentir une masse au niveau de l’abdomen, Jody avoue que cela fait un moment qu’elle l’a senti, elle pense même que c’est ce qui a pu provoquer son malaise. Tom commence à tenir des propos incohérents : ils essaient de blesser sa mère, ils veulent l’atteindre à travers elle. Jodie essaie de le calmer mais il s’énerve encore plus. Il espère qu’enfin quelqu’un va le croire. Devant Bailey et Alex abasourdis, il annonce que les Aliens se sont emparés de sa mère. Elle est possédée. Bailey est sidérée en voyant le ventre de Jody agité de soubresauts, comme si quelqu’un donnait des coups de pied à l’intérieur.

    Les internes de Cristina lui font un rapport sur les faits et gestes de Richard. Il est allé à la cafétéria et y a mangé une pomme et un yaourt. On a entendu aussi les éclats d’une dispute avec Derek. La jeune femme les renvoie à leur espionnage avant de se présenter à Arizona. Celle-ci pense qu’elle n’est pas prête. Pour la convaincre, Cristina commence à débiter quelques éléments d’un de ses dossiers lorsqu’Arizona lui agrafe un petit ours en peluche au revers de sa blouse. Maintenant elle est prête.

    Pendant que Bailey continue d’examiner Jody, celle-ci demande si l’on couvrir l’horloge murale devant laquelle Tom est planté et qui indique qu’il est 8h35. Le jeune homme n’aime pas le chiffre cinq. Bailey demande à un de ses assistants de faire le nécessaire. Le jeune homme se détourne aussitôt et remarque un détecteur d’incendie au plafond. Il pense qu’il s’agit d’une caméra. Il ne comprend pas pourquoi les aliens ne le laissent pas tranquille. Pour le calmer, sa mère l’invite à dresser une liste des aliments qu’ils devront acheter au magasin. Elle demande à Lexie de lui fournir un crayon et une feuille de papier afin qu’il puisse écrire la liste. Elle explique à Bailey qu’il faut lui faire faire quelque chose pour le détourner des voix qui le hantent. Ensuite, pendant que Tom est occupé, elle avoue qu’il y a longtemps qu’elle aurait dû consulter un médecin mais veiller sur son fils est un job à plein temps.

    Sortie de la chambre, Bailey demande à Alex de s’occuper de Tom. Il refuse. Le cas de la mère a l’air bien plus intéressant, il est hors de question qu’il joue à la nounou. Evidemment les internes se proposent pour le remplacer. Mais Bailey refuse. Il est celui qui a le plus d’expérience. Lexie insiste, le patient étant très méfiant, il pourrait deviner qu’Alex n’a pas envie de s’occuper de lui et le prendre pour un ennemi. Lorsqu’elle ajoute qu’elle a cartonné au stage de psychiatrie, Bailey se montre impressionnée.

    Derek et Meredith se croisent dans la cage d’escaliers. Il lui apprend que Richard a refusé de lui parler des licenciements. Il ne comprend pas pourquoi. C’est comme si Richard n’était plus lui-même. Il se montre inquiet pour son amie, cela doit faire 36 heures qu’elle est là. Elle rectifie, 48 heures mais tout va bien. Elle a l’impression que tout le monde va garder son emploi. Ils vont tous être des personnes géniales qui vont avoir des vies magnifiques. Surpris par cet excès d’optimisme qui ne lui ressemble guère, il pose le dos de sa main sur le front de la jeune femme. Elle rit. Selon elle, si elle réagit si bien en temps de crise, c’est parce qu’elle a eu une enfance tourmentée. Puis elle lui demande si c’est vraiment la crise. Il ne sait pas.

    Arizona entre dans la chambre d’une petite fille qui se cache aussitôt sous sa couverture. La pédiatre joue le jeu et demande à Cristina si elle a vu la patiente, Sage, une petite fille de 6 ans avec des cheveux bruns et de magnifiques yeux bleus, à qui on vient de retirer une tumeur abdominale. Et si elle se cachait en-dessous du lit ? Elle invite sa nouvelle assistante à vérifier. Cristina est mal à l’aise. Après une légère hésitation, elle se penche très légèrement et annonce que l’enfant n’est pas là. Arizona, qui parlait avec la maman, lui suggère d’aller voir dans la salle de bains. La petite fille glousse dans sa cachette. Cristina va mollement vers l’autre pièce et clame, devant la porte, qu’elle est vide. Elle espère qu’Arizona va en rester là mais la pédiatre lui demande de regarder dans sa poche. Elle est persuadée que la petite fille s’y trouve. C’en est trop pour Cristina qui soulève la couverture. Voilà où est la gamine, dans son lit. La petite, déçue, lui demande pourquoi elle n’a pas regardé dans sa poche. Cristina répond froidement qu’elle ne l’a pas fait parce qu’elle savait où elle était. Et maintenant, elle voudrait examiner la cicatrice de son incision. La petite refuse qu’elle la touche. Arizona intervient. Elle pense que Mr Ours voudrait voir la cicatrice en premier. Cristina met un certain temps à comprendre ce que l’on attend d’elle. Elle prend le petit ours qui est accroché à sa blouse et le fait parler avec une grosse voix presque menaçante : oui, il veut voir la cicatrice. La petite fronce les sourcils et ne bouge pas d’un pouce. Arizona regarde son assistante avec désespoir.

    Derek aperçoit Izzie et se montre étonné de la trouver là. Elle l’assure que tout va bien. Comme il semble émettre quelques doutes sur son retour qu’il juge précipité, elle répète que tout va bien et qu’elle prête à reprendre le travail. Pour le lui prouver, elle lui tend le dossier de son patient qu’elle lui résume. Lorsqu’il demande aux internes s’ils ont besoin d’un complément d’information, Steve lui demande de leur donner des nouvelles de la fusion. Sa femme, Megan, va avoir un bébé et ils ne peuvent pas se permettre de perdre leur emploi. Derek lui répond que là directement, il n’est préoccupé que par son patient. Il devrait en faire de même.

    Lexie bande le poignet de Tom qui ne quitte pas des yeux deux infirmières qui parlent ensemble dans la pièce voisine. Il est persuadé que l’une d’elles se moque de lui. Il est persuadé qu’elles ont remarqué que ses cheveux étaient coupés trop court, ce qui faisait ressortir ses oreilles. Lexie l’assure du contraire. Il commence par tenir des propos décousus jusqu'au moment où il remarque que la blouse que porte la jeune femme ne porte pas son nom. Il suffit de cela pour qu’il s’imagine qu’elle n’est pas un médecin. Il ne l’écoute pas quand elle veut lui expliquer qu’elle a dû changer de blouse. Il l’accuse de le prendre pour un imbécile. Il sait bien qu’elle travaille pour les extraterrestres. Ils ont déjà eu sa mère et maintenant ils veulent s’attaquer à lui. Il se fait très menaçant et Lexie n’ose plus bouger. Soudain il la prend par sa blouse pour la projeter contre le mur, avant de la jeter au sol et de s’enfuir hors de la salle.

    Un peu après, Lexie s’en prend à Olivia qui a alerté le service de sécurité, alors que cela fait une heure qu’elle lui a demandé de prévenir la psychiatrie. Olivia assure qu’elle l’a fait deux fois, en vain. Lorsque Lexie lui reproche de ne pas avoir été là quand elle avait en avait besoin, elle répond qu’elle était occupée avec un autre patient. D’habitude, cela ne la dérange pas de servir de punching-ball aux médecins, mais là il y a la fusion et tout le monde est sur la sellette, alors il est hors de question qu’elle paie pour une faute qu’elle n’a pas commise. Elle part en annonçant qu’elle va tenter une fois encore de contacter la psychiatrie. 

    Izzie est auprès de son patient lorsqu’Alex vient la chercher. Elle lui demande de patienter mais il insiste. Il est venu lui rappeler qu’elle doit prendre ses médicaments à des heures précises et, là, elle a oublié de le faire. Il envoie Steve les chercher dans son vestiaire. Elle interdit à son collaborateur de bouger mais lorsqu’Alex menace le jeune homme de lui faire du mal et d’y prendre plaisir s’il ne s’exécute pas immédiatement, Steve part en courant. Izzie refuse que son mari la traite comme une malade devant les patients. Il l’écoute à peine. Après avoir remis sa perruque droite, il lui promet de cesser de la surveiller qi elle cesse de se conduire comme une idiote. Il lui rappelle qu’elle doit prendre encore ses médicaments à 14h, avec de la nourriture.

    Cristina se trouve auprès d’un autre patient d’Arizona, Tyler, qui souffre de calculs rénaux. Elle reste fidèle à elle-même, débitant des termes médicaux auxquels ni l’enfant ni sa mère ne comprend rien. Elle suggère que le gamin subisse une intervention qu’Arizona juge inutile, vu que son état s’est amélioré depuis le matin même. Cristina insiste, juste au cas où… La pédiatre lui rappelle qu’elle a affaire à un enfant de 9 ans, on ne peut pas lui faire subir une opération devenue inutile. C’est presque à contrecœur que Cristina annonce à la mère que les calculs se sont évacués d’eux-mêmes et que donc Tyler ne devra subir aucune intervention. Mais le pire, c’est quand elle entend Arizona lui demander d’apporter à manger à l’enfant.

    Bailey et Alex sont stupéfaits de l’importance de la masse présente dans l’abdomen de Jody. Il s’agit d’un énorme anévrisme qui menace de rompre à tout instant. Bailey demande à Alex de réserver un bloc pour l’après-midi même. Il est à peine sorti que Lexie entre pour demander à sa supérieure si elle a vu Tom. Elle explique en deux mots ce qui s’est passé. Bailey est scandalisée. Ne lui avait-elle pas assuré qu’elle était capable de s’en occuper ? Lexie lui assure que c’est le cas. Même maintenant, elle a la situation bien en main. Les services de sécurité ont été avertis. Elle voudrait juste savoir si sa mère a une idée de l’endroit où Tom a pu se réfugier. Bailey refuse que Jody soit mise au courant de la disparition de son fils. Avec ce qui l’attend, c’est la dernière chose dont elle a besoin. Elle ordonne à Lexie de retrouver Tom.

    Mark attend l’ascenseur lorsqu’il voit Lexie courir d’un côté à l’autre du couloir, regarder dans les poubelles, se pencher pour voir en dessous des tables. Lorsqu’elle arrive près de lui, il ne se gêne pas pour lui dire qu’elle ressemble à une folle. Elle lui dit que tout est de sa faute. C’est lui qui lui a dit qu’elle devait agir comme si elle méritait d’être là. Elle l’a fait et maintenant elle a perdu son patient. Elle est certaine d’être licenciée. Il la suit tandis qu’elle regarde derrière les dessertes où il y a vraiment très peu de chances qu’un homme puise se cacher. Il lui en fait la remarque sur un ton un peu ironique. Elle s’énerve peut à peu, lui assénant qu’il n’y a rien de charmant à ce qui lui arrive. Elle va devoir quitter le programme. Lui est un médecin génial depuis longtemps, elle ne fait que commencer. Il lui demande de respirer profondément pour se calmer. Il ne veut pas qu’elle reste cette folle qu’il ne reconnait pas. Il veut que Lexie revienne. Est-ce que c’est possible ? Elle se calme peu à peu. Tout à coup, ils entendent Tom qui hurle. Ils partent en courant et arrivent au moment où un garde repousse le jeune homme pour l’empêcher de passer. Tom fait une chute dans les escaliers et atterrit quasiment aux pieds des médecins. Lexie fait une grimace.  

    Tom est amené dans le service d’Owen. Celui-ci annonce à Jody qui est venue avec Bailey qu’il va lui faire passer quelques examens pour cerner les dommages éventuels. Jody s’accuse d’avoir laissé son fils seul. Elle savait que cela se passerait mal. Bailey choisit ce moment pour lui faire part de la gravité de son état. Son anévrisme peut la faire mourir à tout moment. Elle ne mâche pas ses mots pour qu’elle comprenne la sévérité de son état et accepte d’aller directement au bloc. Mais Jodie refuse, elle ne veut plus quitter son fils. La journée a été dure pour lui. Les médecins vont devoir attendre. Lorsque Bailey lui suggère d’appeler quelqu’un pour la seconder, elle lui apprend que son ex-mari est parti lorsque Tom est tombé malade et les amis ont disparu. Il n’y a qu’elle. Bailey propose de faire appel aux services de l’hôpital mais Jody ne veut pas en entendre parler. Hors de question de confier son fils à des étrangers. Il lui faut du temps pour trouver quelqu’un de confiance qu’elle formera pour s’occuper de Tom, pour le comprendre. Par exemple, lorsqu’il se tient d’une certaine façon devant la télévision, cela signifie qu’il pense que la télévision lui parle, alors il faut le distraire. Elle cite plusieurs des manies de Tom et la façon de l’en détourner. C’est pour toutes ces raisons qu’elle veut du temps, juste une semaine. Bailey objecte qu’elle n’a peut-être plus une semaine devant elle. Il faut qu’elle pense à elle maintenant. Jody réplique qu’avec son fils malade mental, il y a longtemps qu’elle ne pense plus à elle.

    Arizona est étonnée de voir Callie débarquer, des papiers dans les bras. Callie imagine que, comme Richard l’a déjà virée une première fois, il pourrait bien recommencer, à cause de la fusion. Alors, elle examine la possibilité d’aller dans un autre hôpital, en Oregon. Arizona est choquée mais n’en dit rien. Elle explique à son amie que Cristina est intéressée par la pédiatrie. Cette idée fait rire Callie. Au début, elle refuse de trahir sa colocataire mais étant donné que le statut de petite amie d’Arizona prime sur tout, elle lui confie que Cristina a peur des conséquences de la fusion et qu’elle veut une protection.

    A la cafétéria, Meredith demande à Cristina comment ça se passe en pédiatrie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas le fol enthousiasme. Alex les rejoint. Il râle parce que l’intervention de Jody a été annulée. Evidemment la conversation dérive sur la fusion. Cristina estime que Meredith devrait aller dans le bureau de Richard et utiliser le souvenir d’Ellis pour obtenir des informations. Meredith pense qu’elle dramatise. Lexie arrive et leur résume ses mésaventures avec Tom. Elle a été exclue du cas. Alex voit rouge lorsqu’il apprend de sa bouche qu’Izzie est en train d’assister Derek au bloc, sur une craniotomie. Il se lève aussitôt tandis que Lexie avoue à Cristina qu’elle l’admire beaucoup. Elle voulait le lui dire avant d’être renvoyée.

    Alex entre dans la salle d’opération et demande à Derek la permission de parler à sa femme. Elle refuse de quitter l’intervention et, comme il persiste à rester là, compte sur Derek pour le mettre à la porte. Alex réplique qu’aller relever le courrier à la boite aux lettres l’épuise, alors elle ne va pas pouvoir tenir le coup sur une autre opération qui risque de durer de longues heures. Derek prie les époux de poursuivre cette conversation à l’extérieur mais Izzie refuse. Fou de rage, Alex sort.

    Cristina a bipé Owen. Elle veut qu’il aille parler au chef pour lui dire que, suite à la mort de George, il a besoin d’un nouveau collaborateur et que cette personne, ce sera elle. Il refuse. Si quelqu’un doit être sauvé, ce sera elle. Mais elle insiste. Elle a passé sa journée à faire des choses qui ne lui plaisaient pas et elle ne veut pas que ça continue. Il ne comprend pas pourquoi elle ne l’avoue pas à Arizona, tout simplement. Elle réplique qu’au même moment Richard est en train de dresser une liste des gens qui partiront et de ceux qui resteront. Elle ne veut pas être sur la liste des partants. Cette liste, c’est son avenir, son salut. Il est choqué lorsqu’elle cite une des répliques du film "La liste de Schindler" : la liste, c’est la vie. Comparer la fusion à l’holocauste, c’est totalement irrationnel. Elle estime en avoir le droit, puisqu’elle est juive. Elle est bipée et part, mortifiée parce qu’il lui confirme qu’il n’interviendra pas en sa faveur.

    Elle arrive au bloc où Arizona se fait expliquer par un médecin ce qui est arrivé au patient. C’est avec effroi que Cristina s’aperçoit qu’il s’agit d’un nouveau-né dont le bras droit est presque détaché du tronc. L’accident s’est produit lors de la césarienne. Mark arrive pour prêter main-forte. Arizona lui annonce qu’elle compte utiliser le cordon ombilical pour réaliser la greffe. Ils partent au bloc.

    Tom est attaché sur son lit, et sa mère se repose dans le fauteuil, à côté de lui. Lexie arrive pour prendre des nouvelles du jeune homme. Les médecins lui ont dit qu’il avait une légère hémorragie, on espère qu’elle va se résorber d’elle-même. Il semble un peu apaisé et se paie même le luxe de faire de l’humour: même si les voix lui ordonnaient de la frapper, il ne pourrait pas le faire, vu les liens qui l’attachent au lit. Il lui avoue être persuadé que les Aliens ont profité des examens qu’il a dû subir pour lui implanter des caméras dans son estomac. Il essaie de ne plus y penser mais il n’y arrive pas. Il a voulu réveiller sa mère pour qu’elle le calme mais elle est tellement fatiguée… Lexie amène un écran près de son lit et lui montre des clichés en situant la zone de la légère hémorragie dont il souffre. Il n’y a aucune caméra. Elle lui propose de lui laisser l’écran comme ça, lorsque les pensées reviendront le hanter, il pourra regarder les images et il saura que ce qu’il croit n’est pas le reflet de la réalité.

    Izzie est toujours au bloc. Elle est en sueur et uns infirmière lui éponge le front. Alex vient frapper à la vitre de la salle d’opération. Il est deux heures et elle doit prendre ses médicaments. Derek ne veut plus de dispute dans sa salle d’op’. Il prie la jeune femme de sortir pour régler le problème. Elle avale les pilules que son mari lui donne et mord dans la banane qu’il lui tend. Elle le remercie. Il lui donne l’ordre de se taire et de repartir au boulot.

    Lexie demande à Bailey si Jody a accepté l’intervention. La titulaire répond d’un ton désabusé que non, la patiente va rentrer chez elle et mourir. Lexie suggère qu’on opère le fils en même temps que la mère. Elle sait qu’il n’en a pas vraiment besoin, la petite hémorragie ne nécessite pas une intervention chirurgicale, mais de cette façon la mère et le fils seront opérés ensemble, ils seront en convalescence ensemble. C’est peut-être la seule façon de convaincre Jody de se laisser soigner. Elle se rend compte qu’avoir une telle initiative peut lui coûter très cher, que cela peut suffire pour que le chef la considère comme un mauvais médecin mais elle pense que son idée est bonne. Bailey le reconnait : l’idée est bonne.

    Au bloc où il opère le nouveau-né, Mark ne comprend pas comment un tel incident a pu survenir. Arizona prend la défense de celle qui a fait la faute. Ça peut arriver à tout le monde. Cristina objecte que c’est le genre d’erreur qu’il ne faut pas commettre pour le moment. Mark en a assez d’entendre parler du scénario catastrophe de la fusion. Il a lu quelque part que les revenus de l’hôpital allaient être augmentés d’un quart. Cristina pense qu’il a tort d’être trop confiant. Elle, elle a lu que certaines procédures optionnelles, comme certaines opérations de chirurgie esthétique, seront diminuées de 13%. Il lui demande si elle sous-entend qu’il pourrait être renvoyé ? Elle pense que nul ne doit se croire à l’abri. Arizona les rappelle à l’ordre. Elle les engage à se concentrer uniquement sur le bras du bébé.

    Tom rechigne à se laisser opérer. Il a peur que les médecins en profitent pour lui implanter des caméras. Comme d’habitude, Jody va dans son sens. Lexie insiste. Tom a besoin de cette intervention, il se sentira bien mieux après. Quant à l’opération que doit subir sa mère, ça va lui sauver la vie. Comme il refuse toujours, Bailey intervient. Elle n’est pas une Alien. Elle est la mère d’une enfant de 3 ans et elle ferait tout pour lui, exactement comme Jody fait avec son fils. Maintenant il doit lui rendre la pareille. Il doit se faire opérer pour elle, sinon elle mourra et alors il sera tout seul. En désespoir de cause, elle se pique le bout du doigt avec une aiguille. Un peu de sang perle. Bailey fait remarquer à Tom qu’il est rouge. Elle n’est qu’un être humain. Elle est médecin et elle ne veut que les aider. Il doit lui faire confiance.

    Mark termine l’intervention sur le bébé. C’est avec angoisse que les médecins attendent de voir si le bras rosit, signe que le sang coule dans les veines et que la greffe est réussie. Peu à peu, le bras devient rose. Avant de partir, Mark dit à Cristina que s’il est sûr de conserver son emploi, c’est parce qu’il peut ré-attacher les bras des bébés. Arizona enchaine. Ce n’est pas une bonne idée d’agresser les titulaires. Cristina promet qu’elle s’excusera auprès de Mark. Arizona réplique qu’elle ne parlait pas de lui. Elle aime les enfants et leurs parents. Elle apprécie de les voir sourire. Par contre elle n’aime pas être utilisée. Et elle déteste encore plus qu’on lui mente. Le message est clair pour Cristina.

    Jody et Tom sont dans le même bloc. Pour le calmer, pendant qu’on lui fait l’anesthésie, elle lui demande de lui réciter les choses dont ils ont besoin au magasin. Il s’endort. Jody se retourne sur Bailey et lui demande ce qui se passera si elle ne s’en sort pas. Bailey lui demande de ne pas penser à cela, elle doit la laisser travailler. Elle l’emmène dans une autre salle.

    Derek a réussi à stopper l’hémorragie de son patient. Izzie titube. Il lui demande de sortir. Elle refuse, tout va bien. Elle nie être éreintée. Il ne la croit pas, il voit bien qu’elle est en sueur. Il insiste pour qu’elle s’en aille. Elle consent seulement à retirer sa perruque, ce qui fait apparaitre une petite repousse de ses cheveux blonds. Elle revient à la table d’opération et assure le chirurgien qu’elle va bien.

    Derek est dans le bureau de Richard. Il lui apprend qu’Izzie a passé cinq heures au bloc aujourd’hui, non pas parce qu’elle était prête à reprendre le travail mais qu’elle avait peur de perdre sa place. Elle avait peur de paraître faible. Pendant qu’il parle, Richard ne le regarde pas, il range ses affaires dans son porte-documents. Cela énerve Derek. Il lui dit que s’il n’a pas envie de lui adresser la parole, très bien, mais qu’au moins il parle à son personnel. Richard lui ordonne de ne pas lui donner de conseil quant à son personnel. Il est là depuis trente ans. Il connait son personnel. Il a passé chaque heure des trois derniers jours à essayer de sauver tous les emplois qui pouvaient l’être. Mais il a dû faire des choix difficiles. Il apprend à son chirurgien que des e-mails ont été envoyés à la première fournée des personnes qui seront licenciées. Comme Derek essaie encore de lui parler, il rétorque qu’il est fatigué. Il va rentrer chez lui.

    Meredith a bipé ses amis. Elle leur conseille de surveiller leurs e-mails. C’est de cette manière qu’ils vont apprendre s’ils sont licenciés ou non. Elle, elle est hors de danger. Elle s’est efforcée de traverser cette crise en étant calme mais si l’un d’entre eux est touché, elle ne le restera pas. Ils se jettent sur leurs téléphones et elle guette leurs réactions. Cristina annonce qu’elle n’a rien reçu. Alex non plus. Izzie dit la même chose. Meredith est heureuse. Elle le savait. Elle avait raison d’être optimiste. Aucun d’entre eux n’a été renvoyé. Cristina la tempère. Pas encore. Il y aura d’autres licenciements.

    Lexie entre dans une salle où se trouve Steve et elle commence à lui décrire l’intervention sur Tom. Elle est tellement enthousiaste qu’elle ne remarque pas que le jeune homme l’écoute à peine et qu’il semble effondré. Elle pense que s’ils restent concentrés sur leur travail, sur leur passion, tout ira bien. Steve lâche alors que Megan a été licenciée. Elle l’a appris par l’e-mail que le chef lui a envoyé. Les trois-quarts de leur année a été virée. Lexie stresse et regarde son appareil pour voir si elle aussi a reçu l’e-mail annonciateur de catastrophes. Elle semble embarrassée.

    Derek arrive dans le hall où le personnel restant fait ses adieux à ceux qui partent. Lui-même salue un homme à qui il confie avoir eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui. Il est désolé de ce qui lui arrive. Il croise Megan qui aimerait savoir ce qu’elle a fait de mal, pour au moins en tirer une leçon. Il l’assure qu’elle n’est pas fautive. Ce n’est qu’une histoire d’argent. Puis c’est au tour d’Olivia de venir lui confier sa détresse. Elle était là depuis sept ans. Tous ses amis sont là. Elle sait qu’elle trouvera un autre travail mais là, c’est sept ans de sa vie qui partent en fumée. Il ne se rend pas compte de ce qu’elle vit. Il est embêté et lui promet de lui écrire une lettre de recommandation, si elle en a besoin. Il la prend dans ses bras pour une accolade. Il rejoint ensuite Meredith qui est entourée de ses amis. Lorsqu’Owen lui dit que la journée a été pénible, il confirme, il a besoin de sommeil. Owen propose à Cristina de rentrer pour se reposer un peu mais elle refuse. Elle ne peut pas dormir avec ce qui vient de se passer. Derek prend Meredith dans ses bras mais elle lui dit qu’elle fera comme Cristina. Owen et Derek se regardent d’un air entendu.

    Mark retrouve Lexie en train de sangloter sur un banc. Il pense qu’elle a été licenciée et lui dit qu’il va aller trouver le chef pour lui dire qu’elle est la meilleure résidente de seconde année qu’il ait jamais vue. Elle lui dit qu’elle est sauvée. Il la prend dans ses bras tandis qu’elle continue de pleurer.

    Dans la cuisine de Callie, Arizona confie à son amie qu’elle déteste la fusion parce qu’elle déteste les relations longue-distance. Elle n’y croit pas. Alors elle refuse que Callie parte pour l’Oregon. Callie est étonnée. Lorsqu’elle a évoqué cette éventualité, ça n’a pas eu l’air de la déranger. Arizona explique que si elle ne l’a pas fait, c’est parce qu’elle ne s’y sentait pas autorisée. Elle ne connaissait pas vraiment son statut. Mais cet après-midi, quand Callie est venue au Seattle Grace, elle a dit qu’elle était sa petite amie, alors elle aimerait savoir si c’est réellement ce qu’elle est pour elle. Callie confirme. La conclusion s’impose donc à Arizona : dans ce cas, elle ne partira pas dans l’Oregon. Par contre, ce qu’elle va faire, c’est aller chez Richard et le supplier. Callie l’interrompt. Hors de question qu’elle rampe. Arizona est sûre du contraire, sinon il y aura du grabuge entre elles. .

    A la caravane, Alex vient s’allonger près de sa femme. Elle lui avoue que, pendant les heures où elle a été au bloc, elle a réussi à oublier que George était mort et qu’elle avait le cancer. Il la ramène à la triste réalité. George est mort et elle a le cancer. Il veut qu’elle continue à faire ce qu’elle aime. Elle est un très bon médecin. Et un avenir merveilleux l’attend. Mais elle doit y aller par étapes et se ménager. Elle doit prendre ses médicaments, elle doit manger. Elle doit veiller sur elle parce que lui ne peut pas être son infirmière. Ils se serrent l’un contre l’autre.

    Les trois autres couples sont sur un terrain de baseball. Cristina proteste. Elle n’a pas le temps de jouer. Elle doit retourner à l’hôpital. Meredith est d’accord avec elle. Derek rétorque qu’ils ne sont pas là pour parler de l’hôpital mais pour jouer au baseball. Et boire une bière, ajoute Mark qui distribue les bouteilles. Lexie refuse de boire alors que ses amis ont été renvoyés. Owen retient Cristina qui veut partir et la coiffe d’autorité d’un casque de protection. Il prend une batte et pousse la jeune femme vers sa place, en lui demandant de rattraper les balles que lance un distributeur automatique. Elle laisse passer la première, c’est Derek qui la prend. Owen lui demande d’arrêter de penser à ce qui pourrait arriver, elle doit seulement se concentrer sur ce qui va arriver en face d’elle. La deuxième balle sort et Cristina la renvoie dans les airs. Folle de joie, elle passe la batte à Lexie avant de sauter dans les bras de Meredith. Tout le groupe rit aux éclats.

    Voix off : Nous y sommes tous sensibles… l’angoisse et l’anxiété de ne pas savoir ce qui va arriver. C’est absurde au final. Parce que toutes les inquiétudes, et tous les projets que l’on faits, sur tout ce qui pourrait arriver ou non, cela empire les choses. Alors promenez votre chien ou faites une sieste. Seulement, quoi que vous fassiez, cessez d’avoir peur. Parce que la seule façon de soigner la paranoïa, est d’être là, seulement tel que vous êtes.

    Aux urgences, Owen et Arizona escortent une civière tandis que Cristina tente de convaincre la pédiatre qu’elle est très intéressée par sa spécialité. Elle a réalisé que cela lui permettrait de faire tout ce qu’elle aime : la cardio, la chirurgie générale, l’orthopédie… Elle aimerait tant l’assister pour la journée. Arizona lui rappelle qu’il faut aimer les enfants. La résidente l’assure que c’est le cas. Convaincue, Arizona l’inviter à la rejoindre pour la tournée des patients. Cristina retrouve Owen et Alex qui s’occupent déjà du patient. Celui-ci a un trou dans la joue, par lequel on voit ses dents. Owen a à peine le temps de demande de l’aide que tous les internes hurlent, proposant leurs services. Il leur demande de se calmer, il n’est que 3 heures du matin. Comme il s’étonne de voir autant de monde si tôt, Cristina lui explique qu’à cause de la fusion, tout le monde a peur de rentrer chez lui. Il objecte que le chef n’a jamais dit qu’il fallait ne plus dormir. Elle rétorque que c’est dur de dormir quand son job est en jeu. Lorsqu’Owen demande qu’on lui apporte des poches de sang supplémentaires, en échange d’une place au bloc, tout le monde part en courant.

    Cristina dit à Meredith qu’elle a parlé de Mercy West à Callie. D’après cette dernière, les médecins de là-bas sont compétents. Cristina ne cache pas que la fusion lui fait peur. Elle estime que Meredith est hors de danger grâce à Derek, et Izzie grâce à son cancer. Quant à Alex, il est le nouveau chouchou de Bailey. Même George aurait été épargné, grâce à Owen. Elle aussi a besoin de quelqu’un qui assure ses arrières. Meredith comprend qu’elle compte sur Arizona pour la protéger. Cristina pense effectivement que sauver des enfants peut lui faire marquer des points. Et puis ça ne doit pas être si compliqué vu que les gosses sont le plus souvent sous anesthésie.

    Alex demande à l’infirmière Olivia d’intercepter Derek et Mark, avant qu’ils ne s’en aillent, pour qu’ils viennent examiner son patient. La jeune femme lui demande de la tenir au courant s’il a des informations sur la fusion avec Mercy West. Les infirmières sont toujours les dernières informées mais les premières à partir.

    En tournant le coin, Alex découvre Izzie, la tête recouverte d’une perruque de longs cheveux blonds roux. La jeune femme lui demande son avis. Elle-même semble assez satisfaite, elle trouve que ses cheveux ressemblent à des vrais. C’est sa mère qui lui a envoyé ce cadeau. Alex élude la question et lui demande ce qu’elle fait là. Il n’est pas enthousiaste lorsqu’elle lui apprend qu’elle est venue pour reprendre le travail. Il lui rappelle qu’elle devait encore prendre trois semaines de congé. Mais elle ne veut pas en entendre parler. Elle préfère revenir avant que le boulot ne lui échappe. Elle veut prouver aussi aux gens qu’elle ne va pas mourir. Mais si elle reste une minute de plus à la caravane, alors elle mourra, c’est sûr. Elle lui redemande ce qu’il pense de ses cheveux. Avec eux, impossible que celui qui ne connait pas son état sache qu’elle a le cancer. A nouveau, Alex évite de répondre.

    Derek et Mark arrivent pour examiner le patient d’Alex. Ce faisant, ils évoquent la fusion du Seattle Grace avec Mercy West. Derek reproche au chef d’avoir orchestré tout ça et de, maintenant, rester enfermé dans son bureau sans parler à personne. Mark pense que cette fusion ne va pas les affecter, il ne s’agit que d’une restructuration financière. Derek sait ce que cela sous-entend : ils vont perdre du personnel valable, et ça il n’est pas d’accord. D’ailleurs il va aller trouver Richard immédiatement pour le lui dire. Mark le suit pour tenter de l’en dissuader. Il est fatigué, il est en colère, il va dire des choses qu’il va regretter par la suite. Il suggère à son ami de se calmer en allant taper quelques balles, ou alors d’aller se promener avec Meredith. Derek sait que Meredith refusera de quitter l’hôpital, comme tout le monde d’ailleurs. Tout le monde attend un communiqué des autorités. Tout le monde a peur, Lexie par exemple. Les deux hommes regardent la jeune femme qui arrive en courant et glisse pour s’étaler un peu plus loin, en laissant tomber des poches de sang qui la salissent.

    La jeune femme sort des vestiaires où elle s’est changée. Mark l’attend. Elle lui demande de ne pas se moquer d’elle parce que la situation est tout sauf amusante. Il lui conseille d’arrêter de paniquer. Richard ne lui veut aucun tort, c’est elle qui s’imagine ce genre de choses. Pour lui prouver qu’il a tort, elle lui débite des statistiques sur d’autres fusions qui ont eu lieu par le passé pour des établissements hospitaliers et les répercussions négatives qu’elles ont eues sur le personnel. Il la rassure en lui rappelant qu’elle mérite de faire partie du programme. Elle doit agir en tant que tel. Elle le remercie d’un baiser et s’en va, tandis qu’il lui suggère de prendre un peu de repos dès qu’elle le pourra.

    Meredith aussi estime qu’un peu de repos serait nécessaire avant la tournée mais Cristina refuse. Le repos, c’est bon pour les lavettes, les résidents de Mercy West. Alex se précipite vers elles et leur demandent de se taire au sujet de la perruque. Les deux femmes ont un regard épouvanté quand surgit leur amie qui leur annonce son retour. Comme il y a longtemps qu’elle n’a plus travaillé, le premier patient qui passera la porte sera le sien. Cristina et Meredith restent figées, ce qui énerve Alex qui leur fait les gros yeux. Mais Izzie n’en prend pas ombrage, elle pense que ses amies sont admiratives devant sa perruque. Elle avait toujours eu envie d’essayer des cheveux roux, maintenant elle en a l’occasion. Alex ose enfin lui dire que ses vrais cheveux n’étaient pas mal. Elle réplique qu’ils étaient la preuve qu’elle a subi une chimiothérapie. Si elle a choisi la perruque, c’est pour les patients, pour ne pas les impressionner et qu’ils se sentent à l’aise avec elle. Pendant qu’elle parle à son mari, ses deux amies échangent discrètement quelques remarques moqueuses. Cristina la compare à une douce et docile femme au foyer. Bailey annonce l’arrivée d’un patient et demande qui veut l’assister. Évidemment les quatre se proposent. Ils sont en train de se chamailler lorsque Bailey les départage en choisissant Alex. Il part en courant. Quelques internes viennent saluer Izzie. Steve ne peut s’empêcher de faire une remarque sur ses cheveux, assurant qu’ils semblent vrais. Izzie est ravie.

    Enervé, Derek entre dans le bureau de Richard. Il veut lui parler mais Richard le décourage immédiatement. Il est trop occupé pour le moment. Derek insiste. Y aura-t-il des licenciements. Richard répète qu’il est occupé. Derek n’en a que faire. Il estime que si les licenciements concernent des gens de son service, il a son mot à dire. Richard répond qu’il consulte les personnes concernées quand il le juge nécessaire. Derek est piqué au vif et rétorque qu’il n’est pas importe qui. Il est le gars qui lui a sauvé la mise. Lorsque Jennings est venu le trouver, le sort de Richard était fixé et par loyauté envers lui… Richard l’interrompt : il n’y a eu aucune loyauté ! Il se l’est joué bon gars mais il s’apprêtait à lui piquer sa place. Derek s’emporte : va-t-il licencier du personnel ? Richard répond sur le même ton qu’il fera connaitre sa décision en temps voulu. Il ajoute qu’il estime ne rien devoir à son chirurgien, alors il faut que celui-ci cesse d’agir comme si c’était le cas le cas et qu’il se rappelle qu’il travaille pour lui. Que Derek n’oublie pas que c’est toujours lui qui est le chef de la chirurgie dans cet hôpital ! Derek sort en claquant la porte après lui avoir demandé de se comporter comme tel, alors !

    Bailey et Alex accueillent leur patiente, Jody qui a embouti une autre voiture à la suite d’une perte de conscience. Elle a une minerve autour du cou et se plaint de douleurs abdominales. Elle est accompagnée de son fils, Tom, qui a le bras en écharpe, et tient absolument à ce qu’il reste à ses côtés. Il est schizophrène-paranoïaque. Bailey accepte. Pendant l’examen médical, Tom est stressé. Il se penche sur sa mère et la conjure de le croire. Elle tente de le rassurer, ce qu’il pense savoir n’est pas la vérité. Lorsque Bailey déclare sentir une masse au niveau de l’abdomen, Jody avoue que cela fait un moment qu’elle l’a senti, elle pense même que c’est ce qui a pu provoquer son malaise. Tom commence à tenir des propos incohérents : ils essaient de blesser sa mère, ils veulent l’atteindre à travers elle. Jodie essaie de le calmer mais il s’énerve encore plus. Il espère qu’enfin quelqu’un va le croire. Devant Bailey et Alex abasourdis, il annonce que les Aliens se sont emparés de sa mère. Elle est possédée. Bailey est sidérée en voyant le ventre de Jody agité de soubresauts, comme si quelqu’un donnait des coups de pied à l’intérieur.

    Les internes de Cristina lui font un rapport sur les faits et gestes de Richard. Il est allé à la cafétéria et y a mangé une pomme et un yaourt. On a entendu aussi les éclats d’une dispute avec Derek. La jeune femme les renvoie à leur espionnage avant de se présenter à Arizona. Celle-ci pense qu’elle n’est pas prête. Pour la convaincre, Cristina commence à débiter quelques éléments d’un de ses dossiers lorsqu’Arizona lui agrafe un petit ours en peluche au revers de sa blouse. Maintenant elle est prête.

    Pendant que Bailey continue d’examiner Jody, celle-ci demande si l’on couvrir l’horloge murale devant laquelle Tom est planté et qui indique qu’il est 8h35. Le jeune homme n’aime pas le chiffre cinq. Bailey demande à un de ses assistants de faire le nécessaire. Le jeune homme se détourne aussitôt et remarque un détecteur d’incendie au plafond. Il pense qu’il s’agit d’une caméra. Il ne comprend pas pourquoi les aliens ne le laissent pas tranquille. Pour le calmer, sa mère l’invite à dresser une liste des aliments qu’ils devront acheter au magasin. Elle demande à Lexie de lui fournir un crayon et une feuille de papier afin qu’il puisse écrire la liste. Elle explique à Bailey qu’il faut lui faire faire quelque chose pour le détourner des voix qui le hantent. Ensuite, pendant que Tom est occupé, elle avoue qu’il y a longtemps qu’elle aurait dû consulter un médecin mais veiller sur son fils est un job à plein temps.

    Sortie de la chambre, Bailey demande à Alex de s’occuper de Tom. Il refuse. Le cas de la mère a l’air bien plus intéressant, il est hors de question qu’il joue à la nounou. Evidemment les internes se proposent pour le remplacer. Mais Bailey refuse. Il est celui qui a le plus d’expérience. Lexie insiste, le patient étant très méfiant, il pourrait deviner qu’Alex n’a pas envie de s’occuper de lui et le prendre pour un ennemi. Lorsqu’elle ajoute qu’elle a cartonné au stage de psychiatrie, Bailey se montre impressionnée.

    Derek et Meredith se croisent dans la cage d’escaliers. Il lui apprend que Richard a refusé de lui parler des licenciements. Il ne comprend pas pourquoi. C’est comme si Richard n’était plus lui-même. Il se montre inquiet pour son amie, cela doit faire 36 heures qu’elle est là. Elle rectifie, 48 heures mais tout va bien. Elle a l’impression que tout le monde va garder son emploi. Ils vont tous être des personnes géniales qui vont avoir des vies magnifiques. Surpris par cet excès d’optimisme qui ne lui ressemble guère, il pose le dos de sa main sur le front de la jeune femme. Elle rit. Selon elle, si elle réagit si bien en temps de crise, c’est parce qu’elle a eu une enfance tourmentée. Puis elle lui demande si c’est vraiment la crise. Il ne sait pas.

    Arizona entre dans la chambre d’une petite fille qui se cache aussitôt sous sa couverture. La pédiatre joue le jeu et demande à Cristina si elle a vu la patiente, Sage, une petite fille de 6 ans avec des cheveux bruns et de magnifiques yeux bleus, à qui on vient de retirer une tumeur abdominale. Et si elle se cachait en-dessous du lit ? Elle invite sa nouvelle assistante à vérifier. Cristina est mal à l’aise. Après une légère hésitation, elle se penche très légèrement et annonce que l’enfant n’est pas là. Arizona, qui parlait avec la maman, lui suggère d’aller voir dans la salle de bains. La petite fille glousse dans sa cachette. Cristina va mollement vers l’autre pièce et clame, devant la porte, qu’elle est vide. Elle espère qu’Arizona va en rester là mais la pédiatre lui demande de regarder dans sa poche. Elle est persuadée que la petite fille s’y trouve. C’en est trop pour Cristina qui soulève la couverture. Voilà où est la gamine, dans son lit. La petite, déçue, lui demande pourquoi elle n’a pas regardé dans sa poche. Cristina répond froidement qu’elle ne l’a pas fait parce qu’elle savait où elle était. Et maintenant, elle voudrait examiner la cicatrice de son incision. La petite refuse qu’elle la touche. Arizona intervient. Elle pense que Mr Ours voudrait voir la cicatrice en premier. Cristina met un certain temps à comprendre ce que l’on attend d’elle. Elle prend le petit ours qui est accroché à sa blouse et le fait parler avec une grosse voix presque menaçante : oui, il veut voir la cicatrice. La petite fronce les sourcils et ne bouge pas d’un pouce. Arizona regarde son assistante avec désespoir.

    Derek aperçoit Izzie et se montre étonné de la trouver là. Elle l’assure que tout va bien. Comme il semble émettre quelques doutes sur son retour qu’il juge précipité, elle répète que tout va bien et qu’elle prête à reprendre le travail. Pour le lui prouver, elle lui tend le dossier de son patient qu’elle lui résume. Lorsqu’il demande aux internes s’ils ont besoin d’un complément d’information, Steve lui demande de leur donner des nouvelles de la fusion. Sa femme, Megan, va avoir un bébé et ils ne peuvent pas se permettre de perdre leur emploi. Derek lui répond que là directement, il n’est préoccupé que par son patient. Il devrait en faire de même.

    Lexie bande le poignet de Tom qui ne quitte pas des yeux deux infirmières qui parlent ensemble dans la pièce voisine. Il est persuadé que l’une d’elles se moque de lui. Il est persuadé qu’elles ont remarqué que ses cheveux étaient coupés trop court, ce qui faisait ressortir ses oreilles. Lexie l’assure du contraire. Il commence par tenir des propos décousus jusqu'au moment où il remarque que la blouse que porte la jeune femme ne porte pas son nom. Il suffit de cela pour qu’il s’imagine qu’elle n’est pas un médecin. Il ne l’écoute pas quand elle veut lui expliquer qu’elle a dû changer de blouse. Il l’accuse de le prendre pour un imbécile. Il sait bien qu’elle travaille pour les extraterrestres. Ils ont déjà eu sa mère et maintenant ils veulent s’attaquer à lui. Il se fait très menaçant et Lexie n’ose plus bouger. Soudain il la prend par sa blouse pour la projeter contre le mur, avant de la jeter au sol et de s’enfuir hors de la salle.

    Un peu après, Lexie s’en prend à Olivia qui a alerté le service de sécurité, alors que cela fait une heure qu’elle lui a demandé de prévenir la psychiatrie. Olivia assure qu’elle l’a fait deux fois, en vain. Lorsque Lexie lui reproche de ne pas avoir été là quand elle avait en avait besoin, elle répond qu’elle était occupée avec un autre patient. D’habitude, cela ne la dérange pas de servir de punching-ball aux médecins, mais là il y a la fusion et tout le monde est sur la sellette, alors il est hors de question qu’elle paie pour une faute qu’elle n’a pas commise. Elle part en annonçant qu’elle va tenter une fois encore de contacter la psychiatrie. 

    Izzie est auprès de son patient lorsqu’Alex vient la chercher. Elle lui demande de patienter mais il insiste. Il est venu lui rappeler qu’elle doit prendre ses médicaments à des heures précises et, là, elle a oublié de le faire. Il envoie Steve les chercher dans son vestiaire. Elle interdit à son collaborateur de bouger mais lorsqu’Alex menace le jeune homme de lui faire du mal et d’y prendre plaisir s’il ne s’exécute pas immédiatement, Steve part en courant. Izzie refuse que son mari la traite comme une malade devant les patients. Il l’écoute à peine. Après avoir remis sa perruque droite, il lui promet de cesser de la surveiller qi elle cesse de se conduire comme une idiote. Il lui rappelle qu’elle doit prendre encore ses médicaments à 14h, avec de la nourriture.

    Cristina se trouve auprès d’un autre patient d’Arizona, Tyler, qui souffre de calculs rénaux. Elle reste fidèle à elle-même, débitant des termes médicaux auxquels ni l’enfant ni sa mère ne comprend rien. Elle suggère que le gamin subisse une intervention qu’Arizona juge inutile, vu que son état s’est amélioré depuis le matin même. Cristina insiste, juste au cas où… La pédiatre lui rappelle qu’elle a affaire à un enfant de 9 ans, on ne peut pas lui faire subir une opération devenue inutile. C’est presque à contrecœur que Cristina annonce à la mère que les calculs se sont évacués d’eux-mêmes et que donc Tyler ne devra subir aucune intervention. Mais le pire, c’est quand elle entend Arizona lui demander d’apporter à manger à l’enfant.

    Bailey et Alex sont stupéfaits de l’importance de la masse présente dans l’abdomen de Jody. Il s’agit d’un énorme anévrisme qui menace de rompre à tout instant. Bailey demande à Alex de réserver un bloc pour l’après-midi même. Il est à peine sorti que Lexie entre pour demander à sa supérieure si elle a vu Tom. Elle explique en deux mots ce qui s’est passé. Bailey est scandalisée. Ne lui avait-elle pas assuré qu’elle était capable de s’en occuper ? Lexie lui assure que c’est le cas. Même maintenant, elle a la situation bien en main. Les services de sécurité ont été avertis. Elle voudrait juste savoir si sa mère a une idée de l’endroit où Tom a pu se réfugier. Bailey refuse que Jody soit mise au courant de la disparition de son fils. Avec ce qui l’attend, c’est la dernière chose dont elle a besoin. Elle ordonne à Lexie de retrouver Tom.

    Mark attend l’ascenseur lorsqu’il voit Lexie courir d’un côté à l’autre du couloir, regarder dans les poubelles, se pencher pour voir en dessous des tables. Lorsqu’elle arrive près de lui, il ne se gêne pas pour lui dire qu’elle ressemble à une folle. Elle lui dit que tout est de sa faute. C’est lui qui lui a dit qu’elle devait agir comme si elle méritait d’être là. Elle l’a fait et maintenant elle a perdu son patient. Elle est certaine d’être licenciée. Il la suit tandis qu’elle regarde derrière les dessertes où il y a vraiment très peu de chances qu’un homme puise se cacher. Il lui en fait la remarque sur un ton un peu ironique. Elle s’énerve peut à peu, lui assénant qu’il n’y a rien de charmant à ce qui lui arrive. Elle va devoir quitter le programme. Lui est un médecin génial depuis longtemps, elle ne fait que commencer. Il lui demande de respirer profondément pour se calmer. Il ne veut pas qu’elle reste cette folle qu’il ne reconnait pas. Il veut que Lexie revienne. Est-ce que c’est possible ? Elle se calme peu à peu. Tout à coup, ils entendent Tom qui hurle. Ils partent en courant et arrivent au moment où un garde repousse le jeune homme pour l’empêcher de passer. Tom fait une chute dans les escaliers et atterrit quasiment aux pieds des médecins. Lexie fait une grimace.  

    Tom est amené dans le service d’Owen. Celui-ci annonce à Jody qui est venue avec Bailey qu’il va lui faire passer quelques examens pour cerner les dommages éventuels. Jody s’accuse d’avoir laissé son fils seul. Elle savait que cela se passerait mal. Bailey choisit ce moment pour lui faire part de la gravité de son état. Son anévrisme peut la faire mourir à tout moment. Elle ne mâche pas ses mots pour qu’elle comprenne la sévérité de son état et accepte d’aller directement au bloc. Mais Jodie refuse, elle ne veut plus quitter son fils. La journée a été dure pour lui. Les médecins vont devoir attendre. Lorsque Bailey lui suggère d’appeler quelqu’un pour la seconder, elle lui apprend que son ex-mari est parti lorsque Tom est tombé malade et les amis ont disparu. Il n’y a qu’elle. Bailey propose de faire appel aux services de l’hôpital mais Jody ne veut pas en entendre parler. Hors de question de confier son fils à des étrangers. Il lui faut du temps pour trouver quelqu’un de confiance qu’elle formera pour s’occuper de Tom, pour le comprendre. Par exemple, lorsqu’il se tient d’une certaine façon devant la télévision, cela signifie qu’il pense que la télévision lui parle, alors il faut le distraire. Elle cite plusieurs des manies de Tom et la façon de l’en détourner. C’est pour toutes ces raisons qu’elle veut du temps, juste une semaine. Bailey objecte qu’elle n’a peut-être plus une semaine devant elle. Il faut qu’elle pense à elle maintenant. Jody réplique qu’avec son fils malade mental, il y a longtemps qu’elle ne pense plus à elle.

    Arizona est étonnée de voir Callie débarquer, des papiers dans les bras. Callie imagine que, comme Richard l’a déjà virée une première fois, il pourrait bien recommencer, à cause de la fusion. Alors, elle examine la possibilité d’aller dans un autre hôpital, en Oregon. Arizona est choquée mais n’en dit rien. Elle explique à son amie que Cristina est intéressée par la pédiatrie. Cette idée fait rire Callie. Au début, elle refuse de trahir sa colocataire mais étant donné que le statut de petite amie d’Arizona prime sur tout, elle lui confie que Cristina a peur des conséquences de la fusion et qu’elle veut une protection.

    A la cafétéria, Meredith demande à Cristina comment ça se passe en pédiatrie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas le fol enthousiasme. Alex les rejoint. Il râle parce que l’intervention de Jody a été annulée. Evidemment la conversation dérive sur la fusion. Cristina estime que Meredith devrait aller dans le bureau de Richard et utiliser le souvenir d’Ellis pour obtenir des informations. Meredith pense qu’elle dramatise. Lexie arrive et leur résume ses mésaventures avec Tom. Elle a été exclue du cas. Alex voit rouge lorsqu’il apprend de sa bouche qu’Izzie est en train d’assister Derek au bloc, sur une craniotomie. Il se lève aussitôt tandis que Lexie avoue à Cristina qu’elle l’admire beaucoup. Elle voulait le lui dire avant d’être renvoyée.

    Alex entre dans la salle d’opération et demande à Derek la permission de parler à sa femme. Elle refuse de quitter l’intervention et, comme il persiste à rester là, compte sur Derek pour le mettre à la porte. Alex réplique qu’aller relever le courrier à la boite aux lettres l’épuise, alors elle ne va pas pouvoir tenir le coup sur une autre opération qui risque de durer de longues heures. Derek prie les époux de poursuivre cette conversation à l’extérieur mais Izzie refuse. Fou de rage, Alex sort.

    Cristina a bipé Owen. Elle veut qu’il aille parler au chef pour lui dire que, suite à la mort de George, il a besoin d’un nouveau collaborateur et que cette personne, ce sera elle. Il refuse. Si quelqu’un doit être sauvé, ce sera elle. Mais elle insiste. Elle a passé sa journée à faire des choses qui ne lui plaisaient pas et elle ne veut pas que ça continue. Il ne comprend pas pourquoi elle ne l’avoue pas à Arizona, tout simplement. Elle réplique qu’au même moment Richard est en train de dresser une liste des gens qui partiront et de ceux qui resteront. Elle ne veut pas être sur la liste des partants. Cette liste, c’est son avenir, son salut. Il est choqué lorsqu’elle cite une des répliques du film "La liste de Schindler" : la liste, c’est la vie. Comparer la fusion à l’holocauste, c’est totalement irrationnel. Elle estime en avoir le droit, puisqu’elle est juive. Elle est bipée et part, mortifiée parce qu’il lui confirme qu’il n’interviendra pas en sa faveur.

    Elle arrive au bloc où Arizona se fait expliquer par un médecin ce qui est arrivé au patient. C’est avec effroi que Cristina s’aperçoit qu’il s’agit d’un nouveau-né dont le bras droit est presque détaché du tronc. L’accident s’est produit lors de la césarienne. Mark arrive pour prêter main-forte. Arizona lui annonce qu’elle compte utiliser le cordon ombilical pour réaliser la greffe. Ils partent au bloc.

    Tom est attaché sur son lit, et sa mère se repose dans le fauteuil, à côté de lui. Lexie arrive pour prendre des nouvelles du jeune homme. Les médecins lui ont dit qu’il avait une légère hémorragie, on espère qu’elle va se résorber d’elle-même. Il semble un peu apaisé et se paie même le luxe de faire de l’humour: même si les voix lui ordonnaient de la frapper, il ne pourrait pas le faire, vu les liens qui l’attachent au lit. Il lui avoue être persuadé que les Aliens ont profité des examens qu’il a dû subir pour lui implanter des caméras dans son estomac. Il essaie de ne plus y penser mais il n’y arrive pas. Il a voulu réveiller sa mère pour qu’elle le calme mais elle est tellement fatiguée… Lexie amène un écran près de son lit et lui montre des clichés en situant la zone de la légère hémorragie dont il souffre. Il n’y a aucune caméra. Elle lui propose de lui laisser l’écran comme ça, lorsque les pensées reviendront le hanter, il pourra regarder les images et il saura que ce qu’il croit n’est pas le reflet de la réalité.

    Izzie est toujours au bloc. Elle est en sueur et uns infirmière lui éponge le front. Alex vient frapper à la vitre de la salle d’opération. Il est deux heures et elle doit prendre ses médicaments. Derek ne veut plus de dispute dans sa salle d’op’. Il prie la jeune femme de sortir pour régler le problème. Elle avale les pilules que son mari lui donne et mord dans la banane qu’il lui tend. Elle le remercie. Il lui donne l’ordre de se taire et de repartir au boulot.

    Lexie demande à Bailey si Jody a accepté l’intervention. La titulaire répond d’un ton désabusé que non, la patiente va rentrer chez elle et mourir. Lexie suggère qu’on opère le fils en même temps que la mère. Elle sait qu’il n’en a pas vraiment besoin, la petite hémorragie ne nécessite pas une intervention chirurgicale, mais de cette façon la mère et le fils seront opérés ensemble, ils seront en convalescence ensemble. C’est peut-être la seule façon de convaincre Jody de se laisser soigner. Elle se rend compte qu’avoir une telle initiative peut lui coûter très cher, que cela peut suffire pour que le chef la considère comme un mauvais médecin mais elle pense que son idée est bonne. Bailey le reconnait : l’idée est bonne.

    Au bloc où il opère le nouveau-né, Mark ne comprend pas comment un tel incident a pu survenir. Arizona prend la défense de celle qui a fait la faute. Ça peut arriver à tout le monde. Cristina objecte que c’est le genre d’erreur qu’il ne faut pas commettre pour le moment. Mark en a assez d’entendre parler du scénario catastrophe de la fusion. Il a lu quelque part que les revenus de l’hôpital allaient être augmentés d’un quart. Cristina pense qu’il a tort d’être trop confiant. Elle, elle a lu que certaines procédures optionnelles, comme certaines opérations de chirurgie esthétique, seront diminuées de 13%. Il lui demande si elle sous-entend qu’il pourrait être renvoyé ? Elle pense que nul ne doit se croire à l’abri. Arizona les rappelle à l’ordre. Elle les engage à se concentrer uniquement sur le bras du bébé.

    Tom rechigne à se laisser opérer. Il a peur que les médecins en profitent pour lui implanter des caméras. Comme d’habitude, Jody va dans son sens. Lexie insiste. Tom a besoin de cette intervention, il se sentira bien mieux après. Quant à l’opération que doit subir sa mère, ça va lui sauver la vie. Comme il refuse toujours, Bailey intervient. Elle n’est pas une Alien. Elle est la mère d’une enfant de 3 ans et elle ferait tout pour lui, exactement comme Jody fait avec son fils. Maintenant il doit lui rendre la pareille. Il doit se faire opérer pour elle, sinon elle mourra et alors il sera tout seul. En désespoir de cause, elle se pique le bout du doigt avec une aiguille. Un peu de sang perle. Bailey fait remarquer à Tom qu’il est rouge. Elle n’est qu’un être humain. Elle est médecin et elle ne veut que les aider. Il doit lui faire confiance.

    Mark termine l’intervention sur le bébé. C’est avec angoisse que les médecins attendent de voir si le bras rosit, signe que le sang coule dans les veines et que la greffe est réussie. Peu à peu, le bras devient rose. Avant de partir, Mark dit à Cristina que s’il est sûr de conserver son emploi, c’est parce qu’il peut ré-attacher les bras des bébés. Arizona enchaine. Ce n’est pas une bonne idée d’agresser les titulaires. Cristina promet qu’elle s’excusera auprès de Mark. Arizona réplique qu’elle ne parlait pas de lui. Elle aime les enfants et leurs parents. Elle apprécie de les voir sourire. Par contre elle n’aime pas être utilisée. Et elle déteste encore plus qu’on lui mente. Le message est clair pour Cristina.

    Jody et Tom sont dans le même bloc. Pour le calmer, pendant qu’on lui fait l’anesthésie, elle lui demande de lui réciter les choses dont ils ont besoin au magasin. Il s’endort. Jody se retourne sur Bailey et lui demande ce qui se passera si elle ne s’en sort pas. Bailey lui demande de ne pas penser à cela, elle doit la laisser travailler. Elle l’emmène dans une autre salle.

    Derek a réussi à stopper l’hémorragie de son patient. Izzie titube. Il lui demande de sortir. Elle refuse, tout va bien. Elle nie être éreintée. Il ne la croit pas, il voit bien qu’elle est en sueur. Il insiste pour qu’elle s’en aille. Elle consent seulement à retirer sa perruque, ce qui fait apparaitre une petite repousse de ses cheveux blonds. Elle revient à la table d’opération et assure le chirurgien qu’elle va bien.

    Derek est dans le bureau de Richard. Il lui apprend qu’Izzie a passé cinq heures au bloc aujourd’hui, non pas parce qu’elle était prête à reprendre le travail mais qu’elle avait peur de perdre sa place. Elle avait peur de paraître faible. Pendant qu’il parle, Richard ne le regarde pas, il range ses affaires dans son porte-documents. Cela énerve Derek. Il lui dit que s’il n’a pas envie de lui adresser la parole, très bien, mais qu’au moins il parle à son personnel. Richard lui ordonne de ne pas lui donner de conseil quant à son personnel. Il est là depuis trente ans. Il connait son personnel. Il a passé chaque heure des trois derniers jours à essayer de sauver tous les emplois qui pouvaient l’être. Mais il a dû faire des choix difficiles. Il apprend à son chirurgien que des e-mails ont été envoyés à la première fournée des personnes qui seront licenciées. Comme Derek essaie encore de lui parler, il rétorque qu’il est fatigué. Il va rentrer chez lui.

    Meredith a bipé ses amis. Elle leur conseille de surveiller leurs e-mails. C’est de cette manière qu’ils vont apprendre s’ils sont licenciés ou non. Elle, elle est hors de danger. Elle s’est efforcée de traverser cette crise en étant calme mais si l’un d’entre eux est touché, elle ne le restera pas. Ils se jettent sur leurs téléphones et elle guette leurs réactions. Cristina annonce qu’elle n’a rien reçu. Alex non plus. Izzie dit la même chose. Meredith est heureuse. Elle le savait. Elle avait raison d’être optimiste. Aucun d’entre eux n’a été renvoyé. Cristina la tempère. Pas encore. Il y aura d’autres licenciements.

    Lexie entre dans une salle où se trouve Steve et elle commence à lui décrire l’intervention sur Tom. Elle est tellement enthousiaste qu’elle ne remarque pas que le jeune homme l’écoute à peine et qu’il semble effondré. Elle pense que s’ils restent concentrés sur leur travail, sur leur passion, tout ira bien. Steve lâche alors que Megan a été licenciée. Elle l’a appris par l’e-mail que le chef lui a envoyé. Les trois-quarts de leur année a été virée. Lexie stresse et regarde son appareil pour voir si elle aussi a reçu l’e-mail annonciateur de catastrophes. Elle semble embarrassée.

    Derek arrive dans le hall où le personnel restant fait ses adieux à ceux qui partent. Lui-même salue un homme à qui il confie avoir eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui. Il est désolé de ce qui lui arrive. Il croise Megan qui aimerait savoir ce qu’elle a fait de mal, pour au moins en tirer une leçon. Il l’assure qu’elle n’est pas fautive. Ce n’est qu’une histoire d’argent. Puis c’est au tour d’Olivia de venir lui confier sa détresse. Elle était là depuis sept ans. Tous ses amis sont là. Elle sait qu’elle trouvera un autre travail mais là, c’est sept ans de sa vie qui partent en fumée. Il ne se rend pas compte de ce qu’elle vit. Il est embêté et lui promet de lui écrire une lettre de recommandation, si elle en a besoin. Il la prend dans ses bras pour une accolade. Il rejoint ensuite Meredith qui est entourée de ses amis. Lorsqu’Owen lui dit que la journée a été pénible, il confirme, il a besoin de sommeil. Owen propose à Cristina de rentrer pour se reposer un peu mais elle refuse. Elle ne peut pas dormir avec ce qui vient de se passer. Derek prend Meredith dans ses bras mais elle lui dit qu’elle fera comme Cristina. Owen et Derek se regardent d’un air entendu.

    Mark retrouve Lexie en train de sangloter sur un banc. Il pense qu’elle a été licenciée et lui dit qu’il va aller trouver le chef pour lui dire qu’elle est la meilleure résidente de seconde année qu’il ait jamais vue. Elle lui dit qu’elle est sauvée. Il la prend dans ses bras tandis qu’elle continue de pleurer.

    Dans la cuisine de Callie, Arizona confie à son amie qu’elle déteste la fusion parce qu’elle déteste les relations longue-distance. Elle n’y croit pas. Alors elle refuse que Callie parte pour l’Oregon. Callie est étonnée. Lorsqu’elle a évoqué cette éventualité, ça n’a pas eu l’air de la déranger. Arizona explique que si elle ne l’a pas fait, c’est parce qu’elle ne s’y sentait pas autorisée. Elle ne connaissait pas vraiment son statut. Mais cet après-midi, quand Callie est venue au Seattle Grace, elle a dit qu’elle était sa petite amie, alors elle aimerait savoir si c’est réellement ce qu’elle est pour elle. Callie confirme. La conclusion s’impose donc à Arizona : dans ce cas, elle ne partira pas dans l’Oregon. Par contre, ce qu’elle va faire, c’est aller chez Richard et le supplier. Callie l’interrompt. Hors de question qu’elle rampe. Arizona est sûre du contraire, sinon il y aura du grabuge entre elles. .

    A la caravane, Alex vient s’allonger près de sa femme. Elle lui avoue que, pendant les heures où elle a été au bloc, elle a réussi à oublier que George était mort et qu’elle avait le cancer. Il la ramène à la triste réalité. George est mort et elle a le cancer. Il veut qu’elle continue à faire ce qu’elle aime. Elle est un très bon médecin. Et un avenir merveilleux l’attend. Mais elle doit y aller par étapes et se ménager. Elle doit prendre ses médicaments, elle doit manger. Elle doit veiller sur elle parce que lui ne peut pas être son infirmière. Ils se serrent l’un contre l’autre.

    Les trois autres couples sont sur un terrain de baseball. Cristina proteste. Elle n’a pas le temps de jouer. Elle doit retourner à l’hôpital. Meredith est d’accord avec elle. Derek rétorque qu’ils ne sont pas là pour parler de l’hôpital mais pour jouer au baseball. Et boire une bière, ajoute Mark qui distribue les bouteilles. Lexie refuse de boire alors que ses amis ont été renvoyés. Owen retient Cristina qui veut partir et la coiffe d’autorité d’un casque de protection. Il prend une batte et pousse la jeune femme vers sa place, en lui demandant de rattraper les balles que lance un distributeur automatique. Elle laisse passer la première, c’est Derek qui la prend. Owen lui demande d’arrêter de penser à ce qui pourrait arriver, elle doit seulement se concentrer sur ce qui va arriver en face d’elle. La deuxième balle sort et Cristina la renvoie dans les airs. Folle de joie, elle passe la batte à Lexie avant de sauter dans les bras de Meredith. Tout le groupe rit aux éclats.

     

    Voix off : Nous y sommes tous sensibles, à l’angoisse et à l’anxiété de ne pas savoir ce qui va arriver. C’est absurde au final. Parce que toutes les inquiétudes, et tous les projets que l’on faits, sur tout ce qui pourrait arriver ou non, cela empire les choses. Alors promenez votre chien ou faites une sieste. Seulement, quoi que vous fassiez, cessez d’avoir peur. Parce que la seule façon de soigner la paranoïa, c'est d’être là, simplement tel que vous êtes.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :