• Episode 7.02 : Shock to the System

    Titre français : Traitement de choc

    Scénariste : William Harper

    Réalisateur : Tom Verica

    Diffusion États-Unis : 30 septembre 2010 sur ABC

    Diffusion France : 4 janvier 2012 sur TF1

     

    Voix off : On dit que le coup de foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit. C’est un mythe. Ça n’arrive pas souvent. Généralement, la foudre sait exactement où frapper. Lorsque vous êtes frappés par une charge électrique de 30.000 ampères, vous le sentez. Vous pouvez en oublier qui vous êtes. Ça peut vous brûler, vous aveugler, arrêter votre cœur et causer d’importantes blessures internes. Mais pour une chose qui ne dure qu’un millième de seconde, ça peut changer votre vie à tout jamais.

     

    Meredith est dans le bureau d’Andrew Perkins. Elle pleure à chaudes larmes en lui confiant ses impressions lorsqu’elle a cru que Derek allait mourir. Elle a eu tellement peur quand elle l’a vu, étendu sur la passerelle, en train de perdre son sang. Elle se calme peu à peu. Finalement ça lui a fait du bien d’en parler. Elle remercie le thérapeute de l’avoir incitée à le faire. Maintenant elle se sent prête à reprendre le travail. Elle lui sourit. Mais Andrew n’est pas dupe. Ils en reparleront le lendemain. Meredith n’en revient pas de le voir remettre l’autorisation toujours vierge dans son dossier. Il lui demande si elle a besoin d’un mouchoir ou d’un câlin. Elle lui suggère vertement de se câliner tout seul. C’est furieuse qu’elle quitte le bureau.

    Owen et Cristina sont dans leur lit. Il lui caresse les cheveux. Ils se disent bonjour. Cristina soulève sa main et voit son alliance. C’est comme si elle réalisait ce qu’elle avait fait. Elle s’assied dans son lit. Owen lui conseille de rester calme et de respirer profondément. Ils ne sont que mariés. Ils vont juste se lever et aller travailler, comme tous les jours. Il a la situation bien en main. Il prend un sandwich sur sa table de nuit et le tend à son épouse. Elle n’a qu’à manger ça et après elle pourra se rendre au boulot, parce que c’est tout ce dont elle a besoin. Elle a besoin d’avoir un peu de sang sur ses mains. Tout va bien se passer. Ils vont se lever, rester nus, aller dans la douche où ils feront un peu l’amour, enduits de savon. Il lui lavera les cheveux. Il a toujours voulu faire ça. Elle opine légèrement de la tête, comme hébétée. 

    Dans le vestiaire des résidents, les bipeurs des médecins sonnent. Alex et Jackson sont enthousiastes. Cela signifie qu’il y a quelque chose d’important. Alex sort de la pièce peu après que Lexie y soit entrée, sans lui accorder un regard. April demande à Jackson quand les gens vont cesser de les observer. Jusqu’à ce que l’attrait pour la nouveauté se dissipe, lui répond-t-il avant de lui suggérer d’ignorer les curieux. Assise sur un banc, Cristina apprend à Meredith qu’Owen lui a lavé les cheveux. Il lui a également conseillé de manger la barre de céréales qu’elle est en train de déguster. Enfin, il lui a réservé une intervention ce matin. C’est lui qui est responsable d’elle maintenant. Elle est une femme mariée et elle l’accepte. Meredith lui rappelle que Perkins ne l’a toujours pas déclarée apte à reprendre le travail. Cristina rétorque qu’Owen a dit qu’il allait arranger ça. Lexie se retourne et voit que tous les yeux sont fixés sur elle. Elle explose. Oui, elle est la cinglée. Elle est la fille qui panique et qui crie sur les gens. Pendant qu’elle regarde son bipeur qui vient de sonner, Meredith conseille aux autres d’aller se mater les uns les autres pendant un moment. Elle demande ensuite à sa sœur si elle va bien. Lexie en a assez que tout le monde lui pose la même question. Elle sort des vestiaires. Cristina demande à Meredith si le thérapeute l’a autorisée à retravailler en chirurgie. Elle est stupéfaite d’apprendre que non. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé, lui dit Meredith qui avoue qu’elle avait mis un mascara de mauvaise qualité afin que ses larmes ne puissent pas échapper à la vue de Perkins. Lorsque Cristina lui demande ce qu’en pense Derek, elle annonce qu’elle compte l’éviter toute la journée. Cristina suppose qu’elle fait cela pour ne pas avoir à parler de sa fausse-couche. Meredith nie. Cristina comprend alors qu’il y a de la brouille dans le ménage parce que son amie a laissé son mari passer la nuit en cellule. Elle aimerait savoir si Meredith s’est sentie différente après avoir gribouillé ses vœux sur le post-it. Parce qu’on est sensé se sentir différente après ça, non ? Meredith sourit. Cela peut prendre parfois un peu de temps. Il faut être patiente. Elle s’en va. Cristina se demande pourquoi elle lui parle de ça, alors que son mariage n’est que secret et trahison.

    Derek arrive à l’hôpital en voiture de police. April est là pour l’accueillir. Richard cherche après lui. De fort mauvaise humeur, Derek grogne qu’il est déjà au courant. Lorsqu’April lui rappelle qu’il a manqué le mariage de Cristina et d’Owen, il la fusille du regard. Il est au courant de ça aussi. La coupe est pleine lorsqu’elle lui fait remarquer qu’il sent l’urine. Il en est conscient !

    Il arrive devant l’ascenseur au moment où les portes s’ouvrent. Il retient Meredith qui va en sortir. Comment s’est passé le mariage ? C’était bien. Elle est désolée qu’il ait manqué ça. Il réplique qu’il était trop occupé à faire une déposition. Est-ce qu’elle comprend ce que cela veut dire ? Oui, qu’il conduit trop vite ! Il prend la mouche quand elle affiche un air dégouté en lui faisant une remarque sur son odeur. Lorsqu’elle déclare qu’elle doit aller aux urgences, il lui demande si elle a été autorisée à retourner en chirurgie. Elle réplique que non, mais ça ne l’empêche pas de donner des consultations. Lorsqu’elle quitte l’ascenseur, il lui dit nettement qu’ils n’en ont pas fini avec cette conversation.

    Callie et Arizona parlent de leur emménagement. Arizona n’est pas en train de dire qu’il faut abattre les murs. Elle veut simplement leur donner un coup de peinture, avec des couleurs plus douces. Cristina avait décoré l’appartement à sa manière et Arizona trouva ça un peu trop sévère et froid. Callie rectifie le tir. Cristina n’a joué aucun rôle dans la décoration. C’est elle qui a tout fait. Arizona tente de rattraper le coup, en fait elle voulait dire que la décoration était un peu trop moderne et anticonformiste pour elle. Cet appartement va être le leur. Elle a seulement besoin qu’il soit un peu plus gai. Callie est bipée et doit s’en aller.

    Au détour d’un couloir, Bailey heurte Alex. Sa main se pose par mégarde sur son poitrine, là où la balle tirée par Gary Clark est toujours logée. Elle est interloquée d’apprendre qu’il ne l’a pas fait retirer. Un peu embêté, il répond que ça n’est rien. Il arrive parfois qu’on laisse des balles à l’intérieur du corps. Lorsqu’elle lui demande si ça le fait souffrir, il lui assure que non. Mais il crie lorsqu’elle pince sa blessure. Pour Bailey, ça prouve qu’il y a un problème. Cette balle est un corps étranger qui n’a rien à faire là où elle est. Elle lui lance donc un ultimatum. Soit il fait retirer cette balle, soit il ne participera plus à aucune intervention chirurgicale.

    Teddy et Owen parlent du cas de Cristina à Richard. Celui-ci leur demande s’ils sont en désaccord avec la décision de Perkins de ne pas autoriser la jeune femme à retourner en chirurgie. Owen nuance sa réponse. Il pense que tenir les résidents loin du bloc tant qu’ils ne sont pas prêts à y retourner est une bonne approche pour la plupart d’entre eux, mais ça ne l’est pas pour Cristina. Teddy est persuadé que celle-ci ne sera pas elle-même tant qu’elle n’aura pas remis les pieds en chirurgie. Tout le monde sait comment elle est. Richard en est conscient mais il trouve imprudent de vouloir la faire reprendre le travail avec une intervention aussi importante qu’une reconstruction ex vivo d’un cœur. Ça représente beaucoup de pression. Teddy ne le nie pas mais lui rappelle qu’elle a sauvé la vie de Derek, avec un révolver pointé sur la tempe. Elle ne croit pas que la pression soit un problème. Owen enfonce le clou. Ils sont redevables envers Cristina et elle a besoin qu’on la remette en selle.    

    Il faut croire que Richard s’est rendu à leurs arguments puisqu’on retrouve Cristina dans la chambre d’une patiente, Linda Cotler, 51 ans. C’est Jackson qui explique son cas face à sa camarade, Teddy et Owen. Linda a été hospitalisée au Seattle Grace trois fois dans les huit dernières années, afin de subir l’ablation de myxomes malins (tumeurs à l’intérieur du cœur). La patiente intervient pour préciser qu’elle ne veut plus recommencer. Teddy ne la contredit pas. En effet, lorsqu’ils auront retiré les deux atriums cardiaques, et avec un peu de chance, toutes les cellules cancéreuses, elle n’aura effectivement plus aucune raison de revenir. Linda sa retourne vers Cristina et la salue. Enfin une figure familière ! Son mari se joint à elle. Ils sont heureux de voir un personne qu’ils connaissent. Teddy rappelle à sa résidente qu’étant donné que Linda était une patiente du Dr Burke, elle a participé à sa dernière intervention. Cristina salue la patiente. Elle est quelque peu étonnée lorsque celle-ci lui demande si elle s’est mariée. Teddy confirme. Ça s’est passé la veille. Owen affiche un grand sourire mais il se renfrogne lorsque le mari de Linda, Paul, évoque Preston Burke. Teddy ne comprend plus. Linda lui explique donc que, lors de sa dernière hospitalisation, Cristina et Burke lui avaient fait part de leur prochain mariage. La situation amuse beaucoup Jackson. Lorsqu’elle apprend que la cérémonie n’a jamais eu lieu, Linda fait part de son regret. C’est vraiment dommage. Burke n’arrêtait pas de parler de Cristina. Paul insiste : Cristina s’est tout de même bien mariée ? Owen intervient : oui, avec lui. Linda ne cache pas son manque d’enthousiasme mais bon, ça n’empêche pas qu’elle est contente de revoir Cristina ! Teddy met fin au malaise en annonçant qu’ils reviendront bientôt avec quelques formulaires à signer. Linda la remercie avant d’adresser ses félicitations aux jeunes mariés.

    Un hélicoptère va atterrir sur le toit de l’hôpital. Aux urgences, Callie annonce à Meredith, April et Lexie qu’on leur amène des personnes qui souffrent de multiples brûlures. Deux sont paralysées. Trois souffrent d’une perte de la vision. Un a le tympan éclaté et un autre à la hanche déboitée. Les filles, auxquelles s’est joint Alex, aimeraient savoir ce qui a causé autant de dégâts. Un incendie ? Une explosion ? Un accident de voiture ? Non, c’est l’acte de Dieu, leur répond Callie. Un coup de foudre, précise-t-elle à Bailey qui vient d’arriver. Un seul coup de foudre a fait huit victimes, toute une équipe de flag football (sport dérivé du football américain). De fait, les blessés arrivent. En les voyant, Bailey en conclut que Dieu devait être de mauvaise humeur aujourd’hui.

    April ne comprend pas comment un coup de foudre a pu faire autant de victimes. Mark lui explique qu’au vu des brûlures, il est probable que la foudre a frappé l’une des personnes et qu’elle s’est répercutée sur les autres. Après avoir demandé à Lexie de s’occuper d’un patient, il rejoint Callie pour avoir un conseil. Quand une personne est sortie d’une maison de fous, combien de temps convient-il d’attendre pour la demander en mariage ? Callie s’esclaffe. Longtemps, très longtemps. En tout cas pas maintenant. Mark aimerait qu’elle soit plus précise.

    Une des victimes du coup de foudre, un jeune homme, demande à Meredith si elle a vu son amie Kerry. C’est la seule fille de l’équipe. Il ne lui laisse pas le temps de répondre. Il s’inquiète des marques rouges qu’il voit sur sa poitrine. Elle le rassure. C’est superficiel. Cela marque l’endroit où les électrons ont pénétré dans sa peau. Il a peur pour son bras aussi, parce qu’il ne le sent plus. Elle lui demande de s’asseoir, au moment où Derek arrive. Elle remarque qu’il s’est changé. Il confirme, en plus il s’est douché, deux fois, grâce à elle. Elle ignore la pique, préférant lui expliquer que le patient, Russ, a été touché par la foudre en jouant au flag football. Il se plaint d’une paralysie du bras gauche. Il n’arrive qu’à faire bouger légèrement ses doigts. Derek le rassure. Il s’agit certainement d’une paralysie temporaire. Il pique le bras à divers endroits, pour vérifier les sensations de Russ. Celui-ci les sent un petit peu. Derek annonce qu’ils vont le garder en observation mais, à son avis, il devrait retrouver l’usage normal de son bras d’ici quelques heures. Il s’adresse ensuite à Meredith. Sait-elle que la police a presque annulé son permis de conduire ? Russ les interrompt. Quelqu’un pourrait-il lui donner des nouvelles de Kerry ? Meredith le fera avec plaisir. Comme elle s’en va, Derek lui répète qu’il n’en a pas fini avec elle.

    Pendant que Mark examine les oreilles de Kerry, Callie demande à celle-ci de faire bouger ses orteils. La jeune fille n’y arrive pas. Elle se voit déjà dans un fauteuil roulant. Callie ne peut rien affirmer tant qu’elle n’aura pas passé un scanner, mais avec un peu de chance le problème ne sera que temporaire. Mark rassure Kerry. Deux de ses amis étaient dans la même situation et ils ont commencé à retrouver leurs sensations. Elle ne doit donc pas s’inquiéter. Meredith entre dans la salle pour avertir la patiente que son ami Russ a demandé de ses nouvelles. Mais Kerry n’en a rien à faire. Seul l’état de Warren la préoccupe. Va-t-il bien ? A-t-il demandé après elle ? Un jeune homme entre dans la pièce et bouscule Meredith et Lexie. Mark demande de qui il s’agit, Russ ou Warren ? Non, c’est Mitch. Kerry lui demande s’il a des nouvelles de Warren. Mitch a d’autres chats à fouetter. Ils ont failli mourir tous les deux. Ça n’arrive qu’une fois sur un million de s’en sortir. C’est pour cela qu’il veut lui dire qu’il l’aime et il veut qu’elle sache qu’il l’aimera toujours. Mark regarde ses deux assistantes d’un air perplexe. Pour ne pas avoir à répondre, Kerry feint de ne pas entendre. Lexie demande à Mitch de sortir de la pièce. Il va devoir attendre dans la salle d’attente. Ils le tiendront au courant. Lorsque Mark demande à Kerry si elle l’entend, elle répond que son ouïe est parfaite. Elle a seulement joué la comédie à son camarade. Meredith est épatée par sa cote de popularité. Kerry met un bémol. A son avis, Mitch était seulement surexcité, parce qu’il est la personne sur un million qui a survécu. Lexie la corrige, il est la personne sur 6.250. La foudre tue 150 à 300 personnes par an, rien qu’aux Etats-Unis. Son débit de parole est très rapide. Mark se montre un peu inquiet. Il regarde Meredith qui rappelle sa sœur à l’ordre. Lexie se reprend. Ce qu’elle veut dire, c’est que c’est très rare de mourir de ça. Ce n’est pas comme de mourir d’un coup de pistolet. Ça, ça concerne une personne sur 325. Mark l’interrompt. Tout va bien ? Mais bien sûr. Tout ce qu’elle veut dire, c’est que Kerry a eu de la veine. La jeune fille demande si quelqu’un veut bien aller voir ce que devient Warren. Elle a besoin de savoir s’il va bien. Pour répondre à la question de Meredith, elle dit qu’i ne s’agit pas de son petit ami. Elle retient difficilement ses larmes. Meredith n’insiste pas et s’en va. Mark annonce à Kerry que ses tympans ont éclatés mais ils vont guérir d’eux-mêmes. Lexie demande à son ex si cela implique qu’il n’y aura pas d’intervention, parce que dans ce cas elle n’a aucune raison de rester. Elle compte se rendre auprès de Derek qui aura peut-être quelque chose pour elle. Mark préfèrerait qu’elle reste avec lui. Kerry aura besoin de soins. 

    Paul s’énerve. Il aimerait savoir en quoi la procédure proposée par Teddy sera plus efficace que ce que Burke a fait pour sa femme. Teddy lui explique que l’approche de son confrère était prudente et correcte pour les premières interventions. Celle qu’elle propose est radicale et risquée, mais… Paul l’interrompt. Il a l’impression qu’on va tuer sa femme. Teddy insiste. Au fur et à mesure des interventions, la paroi cardiaque de Linda est devenue plus faible, donc le risque d’une rupture est plus grand. Cette intervention pourrait être sa dernière chance. Linda s’adresse à son mari. Tous les deux ans, ils sont venus à l’hôpital. Les médecins l’ont ouverte et elle a eu l’impression que son mari vieillissait à chaque fois de dix ans. Elle ne veut plus qu’il en soit ainsi et elle sait qu’il ne le veut pas non plus. Paul se tourne vers Cristina pour avoir son opinion. Pense-t-elle qu’il s’agisse de la meilleure solution ? Elle est réticente à répondre. Il insiste. Ce que Burke et elle ont fait, ça a gardé sa femme en vie. Si c’était son mari qui était en jeu, laisserait-elle le Dr Altman faire cette intervention ? Cristina se décide enfin à dire que selon elle, l’approche agressive est la seule solution qu’ils ont encore. Paul marque enfin son accord et signe les documents. Il prend sa femme dans ses bras. Teddy remercie Cristina d’une tape sur l’épaule. 

    Toute guillerette, Arizona présente trois échantillons de peinture à Callie. Celle-ci, qui attend qu’on lui réponde au téléphone, ne voit pas la différence. Les trois sont beiges. Il y a des nuances, affirme Arizona. Tons pastel et tons plus chauds. Si on regarde de plus près, on verra que le premier est bleu, le second est vert et le dernier, jaune. Alors qu’en pense Callie ? Elle pense qu’elle ne veut pas vivre dans une corbeille d’œufs de Pâques. Oui, elle préfère vivre dans une cave, ironise Arizona. Elles vont donc devoir faire chacune la moitié du chemin. Callie a enfin la réponse qu’elle attendait. Les résultats du scanner de Kerry sont arrivés. Avant de partir, elle avoue à sa compagne que pour elle, les échantillons sont tous beiges. Pourquoi alors ne peut-elle pas en choisir un ? Elle ne répond pas.

    Dans la salle des urgences, Meredith appelle Warren. Celui-ci se manifeste. C’est Alex qui le soigne. Comme Warren se plaint d’avoir un peu mal au cœur, Alex le rassure. C’est peut-être provoqué par la fièvre. La foudre est entrée en lui par le cou et elle est sortie par les pieds. Ensuite, elle a rebondi sur ses camarades. Le jeune homme se sent quelque peu coupable. De plus, il ne se souvient de rien. Il aimerait savoir comment va Kerry. Meredith lui apprend que la jeune fille s’est aussi inquiétée de son sort. Warren s’en montre très flatté. Il veut savoir ce qu’elle a dit exactement. Son attitude, comme celle de ces camarades, est tellement étrange, presque puérile, que Meredith pense qu’elle a affaire à des lycéens. Sur ces entrefaites, Mitch arrive et explique à Russ, qui occupe le lit voisin, qu’il a tenté d’avouer son amour à Kerry. Malheureusement, elle a des problèmes d’ouïe. Warren se lève du lit, au grand dam d’Alex. Il explique au médecin, comme à ses amis, qu’il a lui aussi quelque chose à dire à Kerry. Russ intervient. Il faut la laisser tranquille. Elle a failli mourir. Et de toute façon, elle est à lui ! Les trois garçons commencent à se bousculer un peu avant de prendre la direction de la salle où se trouve Kerry, et ce malgré toutes les tentatives d’Alex de les en empêcher. Le quatuor s’éloigne, suivi de Meredith qui ne cache pas qu’elle est impressionnée par la popularité de Kerry. 

    Callie rassure cette dernière. Le scanner a démontré que sa colonne vertébrale n’avait subi aucun dommage. Lexie demande ne fois encore à Mark de pouvoir s’en aller. Il préfère qu’elle reste pour surveiller la patiente. Les trois garçons entrent en trombe dans al salle et commencent à parler tous en même temps. Impossible de comprendre ce qu’ils disent d’autant plus qu’Alex et Meredith tentent de les ramener au calme. C’est Kerry qui arrive à les faire taire. Elle donne la parole à Warren. Il n’a que le temps de prononcer son prénom. Il vomit du sang. Alex demande qu’on bipe Bailey. 

    Celle-ci annonce au patient qu’il a une perforation de l’intestin qui nécessite une intervention. Il demande aux médecins de faire part à Kerry de son regret de l’avoir blessée indirectement, avec la foudre. Bailey lui demande de ne pas s’inquiéter. Le message sera transmis à l’intéressée mais maintenant, le plus urgent, c’est lui. Bailey demande à la cantonade qui est libre. Lexie qui arrive avec Mark propose ses services. Alex proteste. Warren est son patient. Bailey pose la main sur sa poitrine pour vérifier que la balle est toujours là. Tout ce qu’il va pouvoir faire, c’est réserver une salle d’opération et observer l’intervention. Elle se retourne sur Lexie qui affirme qu’elle va bien et qu’elle n’a rien d’autre à faire. Derrière elle, Mark fait digne que non de la tête, à l’intention de sa collègue. En voyant le regard préoccupé de celle-ci, Lexie se retourne et demande à son ex ce qu’il est en train de faire. Rien du tout ! Bailey propose à Meredith de l’assister. Mais April intervient pour rappeler que Perkins ne lui a pas encore donné son autorisation. Meredith la met en garde. Si elle veut devenir son amie, elle va devoir arrêter de faire ça. April s’excuse, c’est la force de l’habitude. Lexie rappelle qu’elle est là. Mais c’est April qui remporte la partie. Lexie se tourne vers Mark pour lui assurer qu’elle va bien. Tant mieux, comme ça elle va pouvoir garder un œil sur Kerry.

    Teddy explique à son équipe quelle va être la procédure pour opérer Linda. Elle va retirer les deux atriums et en reconstruire deux autres à base de péricarde bovin. Pendant ce temps, Owen greffera une aorte humaine pour préparer la réimplantation des vaisseaux. Jackson est sceptique quant au temps qui leur est imparti pour faire tout ça : 4 heures. Teddy insiste sur le fait qu’ils doivent agir rapidement. Elle leur donne rendez-vous une fois que la patiente sera prête. Ils s’apprêtent à sortir de la salle lorsque Teddy remarque que Cristina n’a pas bougé. Elle lui demande si la perspective de faire cette intervention l’excite. Absolument, prétend la jeune femme. Owen la rejoint. Il sait qu’elle a peur de revenir au bloc. Selon lui, cette peur est pire que l’acte en lui-même. Il s’agit juste de se remettre en selle. Ils s’embrassent. Il trouve qu’ils ont une sacrée lune de miel. Elle sourit. 

    Teddy est à la nurserie en train d’examiner un nouveau-né en compagnie d’Arizona. Elle a entendu dire qu’elle allait emménager avec Callie. Elle est étonnée par son manque d’enthousiasme. Arizona proteste avant d’enchainer sur un autre sujet. Comment ça se passe avec Perkins ? Teddy avoue que c’est génial. Ils n’arrêtent pas de discuter. Elle se sent bien quand elle est avec lui. Cependant, Lorsqu’Arizona demande quel est le sujet de leurs conversations, elle doit reconnaitre qu’elle est la plus bavarde. Lui se contente d’écouter la plupart du temps. Il est le meilleur des auditeurs. Arizona trouve ça plutôt normal. C’est ce pour quoi il est payé.

    Mitch et Russ demandent des explications à Kerry. Ils n’en reviennent pas qu’elle soit amoureuse de Warren. Il est chauve ! Elle le sait. Elle se met à pleurer. Elle ne parvient pas à croire qu’ils soient tous les deux amoureux d’elle. C’est ce qu’ils croient parce qu’elle joue au football avec eux. En plus, si ça se trouve, leurs sentiments sont dictés par la foudre. Russ reproche à Mitch de l’avoir fait pleurer. Mitch s’excuse. Au fond, Warren est un brave type. Il pourrait probablement mettre un postiche pour cacher sa calvitie. Kerry commence à sangloter. Lexie juge utile d’expliquer aux garçons que, si elle pleure, c’est parce que tout a changé. Un coup de foudre et tout a changé. Ils formaient une équipe. Elle était l’une d’entre eux mais maintenant, ils la regardent différemment. Ce n’est pas ça, intervient Kerry. Si elle pleure, c’est parce qu’elle a peur pour Warren. Est-ce que Lexie pourrait se renseigner ?

    Meredith est dans la salle d’attente en train de regarder la Roue de Fortune à la télévision. Cristina vient s’installer à côté d’elle. Elle regarde vraiment ce truc ? Oui, puisque c’est tout ce qu’elle est autorisée à faire. Un seul regard vers l’écran de télévision et Cristina trouve le mot à découvrir. Meredith se montre très impressionnée qu’elle ait réussi seulement sur base d’un C et d’un M. son amie lui demande si elle a déjà parlé de sa fausse-couche à Derek. Meredith estime que ce n’est pas le bon jour. Pour Cristina, comme il vient d’être libéré, Meredith devrait faciliter son retour dans la société. Alex et Jackson les rejoignent. Jackson demande à Cristina si elle prête pour l’intervention. Elle ne répond pas, préférant expliquer à Meredith en quoi cela va consister. Jackson insiste. Cette perspective ne la rend pas nerveuse ? Alex trouve qu’elle soit s’estimer chanceuse. Lui va devoir observer la réparation d’une perforation intestinale. Bailey ne veut pas qu’il pratique tant qu’il n’aura pas retiré la balle qui est dans sa poitrine. Meredith propose ses services. Il trouve qu’elle ressemble à une junkie. Lexie arrive pour lui demander comment se porte Warren, afin de pouvoir rassurer Kerry. Il lui répond en quelques mots secs : perforation intestinale, en salle d’opération. Il s’en va. Lexie s’énerve. Elle ne pourra plus jamais opérer. Tout le monde s’imagine qu’elle va graver ses initiales dans la peau des patients. Meredith renchérit, elle, c’est la même chose parce qu’un seul homme pense qu’elle est dingue. Jackson attire soudain leur attention sur ce qui passe à la télévision. Il s’agit d’un reportage sur l’équipe de flag football dont ils sont en train de s’occuper. On voit très bien le moment où la foudre les a frappés. Lexie s’exclame que Kerry ne l’a même pas vu venir. Atterrée, elle part en courant. Cristina parie 50$ qu’elle sera à nouveau chez les fous directement après le déjeuner. 

    Mark demande à Derek comment s’est passée sa nuit en prison. Est-ce qu’il a d’emblée poignardé quelqu’un ? Il fallait bien faire savoir aux autres voyous qu’il valait mieux ne pas lui chercher misère. Derek apprécie peu son humour. Les flics l’ont presque accusé de conduite dangereuse. Richard qui a surpris la conversation s’indigne. C’est pour cette raison qu’il a été absent toute la matinée ? Parce qu’il était en prison pour excès de vitesse ? Derek se défend comme il peut. Il n’a fait courir de danger à personne. Il tente de faire comprendre à son chef ce qu’il ressent lorsqu’il roule à du 200 km/heure. Il doute que son ami ait jamais dépassé les 120. C’est tellement amusant, surtout quand on prend un tournant et qu’on n’est pas sûr que les roues arrières vont rester collées à la route, quand on perd le contrôle et qu’on décélère – il s’enthousiasme de plus en plus – la voiture se rétablit un peu, on la pousse à l’extrême sans perdre le contrôle. Alors on a gagné ! Mark partage manifestement son entrain. Richard avoue ne jamais avoir fait cette expérience. Derek propose aussitôt de l’emmener la prochaine fois. Mark encourage Richard. C’est vraiment génial ! Derek est partant. Pourquoi pas tout de suite ? Richard sourit. Il adorerait ça. Derek sourit de toutes ses dents. Les trois hommes sont prêts à s’en aller lorsque Lexie arrive en courant. Elle se lance sur Derek. Elle a besoin de lui, tout de suite. Kerry est paralysée et ça ne va pas disparaitre. Elle n’ira pas mieux. Mark lui demande de se calmer. Tout va bien. Elle s’énerve. Il faut écouter ce qu’elle a à dire. C’est à propos de Kerry. Mark s’adresse à Derek. Il n’y a rien à faire. C’est Lexie qui…. Elle l’ignore et entraine Derek. Richard demande à Mark de s’assurer qu’elle va bien. C’est ce qu’il essaie de faire, répond Mark. Resté seul, Richard pense à ce que Derek lui a dit. Il entend le bruit d’un moteur. 200 km/heure…. Il sourit.

    Jackson et Cristina se préparent pour l’intervention. Il est heureux qu’elle soit de retour, qu’ils soient là tous les deux. Ça le fait paniquer un petit peu moins. Elle lui demande s’il va prendre l’habitude de lui faire partager ses sentiments de tristesse et de peur, parce qu’ils ont failli se faire tuer ensemble. Jackson est content de sa réaction. Ça prouve qu’elle est vraiment de retour. Cristina finit de curer ses ongles avant de mettre son masque.

    Bailey et April opèrent Warren, sous l’œil morne d’Alex. Bailey en profite pour lui faire la leçon. Une infection par staphylocoque peut entrainer une cellulite infectieuse, un abcès, ou un staphylocoque doré méticilline résistant, avec pour conséquence la septicémie et la mort. Intriguée, April lui demande où est-ce qu’elle voit tout ça. Dans la poitrine d’Alex, lui apprend sa chef, s’il ne se décide pas à faire retirer la balle. Il réplique qu’il le fera quand il en aura envie. Il demande à partir. Bailey refuse. Elle ne veut pas qu’il aille pratiquer une intervention dans une autre salle, pas tant qu’il n’aura pas fait ce qu’elle veut.

    Owen annonce que le cœur de Linda est prêt. Teddy demande à Cristina de le prendre. La jeune femme regarde Owen qui l’encourage d’un signe de tête. Cristina retire le cœur de la cavité thoracique de la patiente et va le mettre dans un récipient empli de glace. Teddy commence à procéder à l’ablation des atriums. Elle en profite pour souhaiter la bienvenue à Cristina qui la remercie.

    Lexie fait visionner le reportage à Kerry, Derek et Mark. Elle leur montre que la jeune femme est tombée avant même que la foudre ne la frappe. En fait, c’est Warren qui l’a fait tomber. Derek annonce à la jeune femme que les derniers scanners qu’on lui a fait passer ont montré qu’elle présentait un hématome épidural. Il y a une hémorragie sanguine dans sa colonne vertébrale qui provoque une compression. Mark s’étonne qu’ils ne l’aient pas vu avant. Derek suppose que c’était trop petit, mais cela saigne depuis des heures. Il assure à la patiente que la procédure n’est pas compliquée. Après cela, elle remontera sur le terrain en moins de deux. Derek demande à Lexie de réserver une salle. Il l’y retrouvera pour l’intervention. Elle le remercie. Ils quittent la chambre. Mark va les suivre lorsque Kerry, qui regarde encore une fois le reportage, le retient. Elle a été tellement stupide de ne jamais oser parler à Warren. Elle se donnait des tas de raisons qui lui semblaient bonnes. Maintenant qu’ils ont failli mourir, elle se demande pourquoi elle a hésité. Parce qu’elle avait peur de bouleverser l’équipe ? Il ne s’agit que de flag football. Ils jouaient seulement une fois par semaine. Ou, elle a été vraiment stupide.

    Alex rejoint Meredith dans la galerie, pour assister à l’intervention menée par Teddy. Il lui demande si Lexie va bien. Elle lui suggère de poser lui-même la question à l’intéressée. Selon lui, Lexie n’a pas envie de lui parler. Elle lui rappelle que c’est lui qui est à l’origine de leur rupture. Il réplique que ça s’est terminé comme ça se termine toujours pour lui. Il s’attache à la fille, elle devient cinglée. Rebecca, Izzie, sa mère… Il est comme un paratonnerre qui attire la foudre sur lui. Meredith le reprend. Il n’a pas ce pouvoir   Lexie n’est pas folle. Quelque chose de fou lui est arrivé et sa réaction est plutôt normale. Izzie a eu une tumeur au cerveau. Rebecca, elle, était folle, mais c’était dû au traumatisme de sa reconstruction faciale. Il n’est pas un paratonnerre, mais seulement un gars qui a connu beaucoup d’épreuves. Elle remarque qu’il caresse l’endroit où se trouve sa balle. Elle aimerait avoir un scalpel sous la main. Il la traite encore une fois de junkie. 

    Cela fait deux heures et 42 minutes que Teddy et son équipe sont en salle d’op’. Owen annonce qu’il a terminé sa greffe de l’aorte. Teddy tend à Cristina un morceau du péricarde bovin pour qu’elle l’apporte à son mari. En voulant donner un ustensile à Owen, Jackson fait tomber un récipient avec quelques objets métalliques, ce qui fait du bruit. Jackson s’excuse aussitôt. Tout va bien. Owen s’affaire auprès de la patiente, car la canule aortique s’est déplacée. Lorsque Teddy demande de l’aide à Cristina, elle réalise que celle-ci a disparu. Owen s’inquiète aussitôt et cherche sa femme du regard. Il l’appelle. Il aperçoit deux jambes, ce lui fait comprendre que Cristina est tombée par terre. Il lui demande de lui parler mais elle en est incapable. Elle tremble de tous ses membres. Teddy la rassure. Elle va bien. Peut-elle se lever ? Comme elle n’obtient pas de réponse, elle demande à Jackson si le morceau de péricarde bovin est encore utilisable. Non. Pendant ce temps, Cristina revoit les images de l’agression dont elle a été victime et Gary Clark tirant sur Owen. Teddy veut envoyer Jackson à la pharmacie pour obtenir un autre morceau de tissu bovin. Mais Owen préfère que ce soit Cristina qui y aille. Il la somme de se lever et de partir. Elle ne bouge pas, tremblant toujours. Jackson part en courant. Dans la galerie, Meredith a compris que quelque chose de grave se passait. Elle part en courant.  

    Dans une autre salle, Derek opère Kerry. Il félicite Lexie d’avoir mis le doigt sur le problème. De son côté elle le remercie de l’avoir écoutée et de ne pas avoir eu peur. Il la corrige. Elle ne fait peur à personne. Elle en doute. Mark l’a gardé enchainée à son service, loin des salles d’opération. Derek sait qu’il a fait cela parce qu’il a peur pour elle. Alors il rôde. D’autres personnes l’auraient enfermée dans une cellule pour la nuit et elle se serait fait pisser dessus par un drogué. Elle sourit comprenant qu’il fait allusion à Meredith.

    Meredith entre dans la salle de préparation alors qu’April est en train de se laver les mains. April commence par lui dire qu’elle n’a pas le droit d’être ici mais se rétracte devant le regard de Meredith. Maintenant qu’elles sont amies, elle ne doit plus dire de telles choses. Meredith entre dans la salle et feint de ne pas entendre Teddy qui lui dit la même chose qu’April. Elle se jette à terre, près de son amie. Comme celle-ci ne lui répond pas, elle se couche face à elle. Cristina réagit enfin. Elle ne supporte pas d’être là. Elle ne peut pas rester. Pas de problèmes pour Meredith, elles n’ont qu’à s’en aller. Mais Cristina n’arrive plus à bouger ses jambes. Elle ne ressent plus rien. Désarçonnée, Meredith lui retire son gant et lui prend la main. Est-ce qu’elle la sent ? Tremblante et sanglotant, Cristina opine légèrement de la tête. Alors c’est qu’elle va bien, lui assure Meredith. Elles s’en iront quand elle sera prête. Elle n’aura qu’à le lui dire.

    Elle arrive enfin à la faire sortir de la salle. Elles croisent Paul qui veut avoir des nouvelles de sa femme. Cristina lui présente ses excuses en recommençant à pleurer. Meredith rassure le mari inquiet. Sa femme va bien. Les chirurgiens sont toujours en train de l’opérer. Quelqu’un viendra le prévenir quand ce sera terminé.

    Mark rejoint Callie pour lui dire qu’elle a tort. Il n’a pas le temps d’attendre. Les gens sont frappés par la foudre. Ils meurent. Son meilleur ami s’est fait tirer dessus. Pourquoi lui a-t-elle dit de prendre le temps alors qu’il n’y a aucune garantie qu’il en aura ? Il ne veut plus attendre pour être heureux. Elle l’interrompt. Voila ce qu’ils font toujours, tous les deux. Ils sautent les étapes. Pour avoir incité Arizona à avoir un bébé, elle l’a presque perdue, parce qu’elle a sauté un tas d’étapes. Mais alors, elle a fait marche arrière et maintenant Arizona emménage avec elle… pour démolir son appartement. Selon elle, demander Lexie en mariage, ce serait trop, surtout si elle n’est pas elle-même pour le moment. Il rétorque que lui sait qui elle est et, si elle est en train de traverser les pires moments de sa vie, il veut être avec elle, pour les traverser aussi. Elle l’a rendu plus heureux que tout ce qu’il n’avait jamais connu. Et s’il peut ne participer qu’un peu à son bonheur, c’est tout ce qu’il veut, pour le reste de sa vie. Emue, Callie lui dit d’aller répéter à Lexie ce qu’il vient de lui dire, mot pour mot, juste comme ça.

    Owen arrive dans les vestiaires des résidents où Cristina récupère peu à peu. Il la rassure. Linda va bien. Elle va s’en sortir. Cristina est soulagée. Elle demande à son amie de la laisser seule avec Owen. Une fois Meredith sortie, elle dit à son mari qu’il avait tort sur toute la ligne. Il en est conscient et s’en excuse.

    A l’extérieur, Derek croise Meredith. Il a entendu parler de ce qui était arrivé à Cristina. Est-ce qu’elle va bien maintenant ? Meredith s’énerve. Non, elle ne va pas bien. Personne ne va bien. Et cet idiot de thérapeute a estimé que tout le monde pouvait retourner en chirurgie comme si tout allait bien, ce qui n’est pas le cas. Il lui demande de se calmer, il veut lui parler. Mais rien ne peut plus arrêter Meredith. Elle veut qu’il la laisse tranquille. Ce n’était qu’une seule nuit en prison ! Il conduit trop vite ! Il la reprend. Ce n’est pas de cela dont il veut parler. Il ne veut pas qu’elle s’inquiète. Hors d’elle, elle lui coupe la parole. Elle est inquiète tout le temps. Elle passe chaque minute de chaque journée à avoir peur de recevoir un appel de la police qui lui apprendra que sa voiture s’est enroulée autour d’un pylône. Voila pourquoi elle l’a laissé en prison, parce que pour un petit moment, elle pouvait être certaine qu’il n’allait pas mourir comme il était mort sur la table d’opération. Sa voix commence à trembler. Voila à quoi elle pense à chaque fois qu’il va faire un tour en voiture. Il la rassure. Il est là et il va bien. Ils vont bien. Elle se décide enfin à lui dire que, le jour de la fusillade, elle était enceinte. Elle a perdu le bébé. Il accuse le coup avant de s’étonner qu’elle ne lui en ait pas encore parlé. Il aurait pu l’aider. Les yeux pleins de larmes, elle lui rétorque que s’il veut l’aider, il doit conduire de façon à garder le contrôle. Seulement ça. Il accepte. Il l’embrasse avant de la serrer fort dans ses bras.

    Owen et Cristina sont toujours dans les vestiaires. Il estime que rien ne pouvait prévoir ce qui s’est passé au bloc. Elle répète qu’il avait dit qu’elle en serait capable mais c’est faux. Il le reconnait. Il pensait qu’elle était prête. Ça n’a jamais été le cas. Il sait ce qu’elle ressent. Elle n’est pas d’accord, vu qu’elle ne ressent plus rien. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle ne peut plus être dans une salle d’opération et, si c’est le cas, elle ne sait pas où elle est supposée être. Il s’emporte un peu. Elle est supposée être avec lui, elle est sa femme. Elle détourne la tête, avant de revenir sur lui. Elle s’excuse. Elle se lève, le laissant désarçonné. Il ouvre la main. Dedans, il y a l’alliance qu’elle lui a donnée avant de sortir.

    Lexie pousse le fauteuil roulant de Warren jusque dans la chambre de Kerry. Il a appris qu’il était à l’origine de ses problèmes, ce qui le désole. Elle le tranquillise. Ce n’était qu’un accident. Ça arrive quand on joue au football. Il veut s’excuser aussi d’être celui qui a répercuté la foudre que l’équipe. Il en est vraiment désolé. Elle répond que ce n’est pas son cas. Elle l’aime, depuis toujours. Elle lui tend la main. Il demande à Lexie de pousser un peu plus son fauteuil pour qu’il puisse la prendre. Lexie sourit en les voyant.

    Bailey a bipé Alex. Il la rejoint dans une salle d’opération. Il se réjouit qu’elle ait enfin décidé de le laisser s’approcher d’un patient. Elle lui annonce qu’il sera le patient. Il va entrer dans la salle et aller s’installer sur la table. Elle n’a pas besoin d’un souvenir de ce qui leur est arrivé. Elle gardera cette journée en elle pour le reste de sa vie, qu’elle le veuille ou non. Maintenant, tous les trous de balles qui étaient dans les murs ont été comblés. Elle ne veut pas se souvenir de tout ça à chaque fois qu’elle le regardera. De plus, elle en a plus qu’assez de le harceler, alors elle le lui demande, qu’il entre dans cette salle et qu’il retire sa blouse. Alex ne peut que s’exécuter.

    Teddy vient prévenir Paul que tout s’est bien déroulé pour sa femme. Il la serre dans ses bras.

    Derek et Meredith rentrent chez eux. Ils sont étonnés de trouver Cristina dans leur salon. Sans un mot après avoir échangé un regard, Derek laisse sa femme avec son amie.

    Teddy rejoint Perkins. Ils vont aller manger au restaurant. Elle lui demande si elle parle trop. Elle apprécie beaucoup ce qu’ils sont en train de vivre. Elle se sent bien quand elle est avec lui mais elle sait que c’est son métier d’écouter les gens et de les faire se sentir bien. Elle veut être sûre que ce n’est pas ce qui est en train de se passer entre eux. Elle ne veut pas le traiter comme un psychiatre. Il la rassure. L’écouter parler n’est pas un travail. Il est heureux de parler mais il a entendu beaucoup de choses aujourd’hui. Il a beaucoup parlé aussi. Alors tout ce qu’il a à dire maintenant, c’est qu’il apprécie également leur relation. Il l’embrasse avant de lui suggérer qu’ils pourraient faire sans parler pendant un moment. Elle accepte. Ils s’embrassent encore. Tout à coup, il s’interrompt. Est-ce qu’elle sait que Webber est passé au-dessus de lui en acceptant que Cristina participe à l’intervention qu’elle a faite ? Elle répond qu’ils n’ont vraiment pas besoin de parler. Ils recommencent à s’embrasser.

    Mark rattrape Lexie au moment où elle va quitter l’hôpital. Elle soupire. Est-ce qu’elle a oublié de nettoyer quelque chose ? Non, il veut juste lui parler. Elle l’en empêche. Elle sait qu’il veut être là mais il n’est pas obligé. C’est vrai qu’elle a traversé une mauvaise asse et qu’il l’a aidée, ce qu’elle a apprécié. Mais elle veut s’en sortir et lui l’en empêche. Il la traite comme s’il lui manquait une case. Tout le monde croit qu’il a raison. Elle a eu une bonne journée aujourd’hui. Elle a sauvé la vie d’une fille. Elle sait qu’elle est un bon médecin et qu’elle ne mérite pas que les gens pensent qu’elle est moins que ça. Alors elle le supplie de la laisser tranquille. Il accepte. Elle s’en va.

    Pendant que Bailey lui retire la balle, Alex lu dit que Charles était un brave type. Il était drôle. Reed… elle foutait un peu la pagaille mais ce n’était pas une mauvaise personne. Il ne sait pas pourquoi… il ne voulait pas retirer la balle. Bailey ne sait pas comment ils ont pu s’en sortir. Ils doivent juste trouver un moyen d’être reconnaissant. Elle retire la balle et la lui montre. Fils de pute, dit-il. Elle est d’accord avec lui.

    Mark boit le whisky à la bouteille dans le canapé de Callie tout en regardant les murs. Il lui conseille d’accepter de les peindre en beige. Elle a une copine qu’elle aime et qui l’aime aussi. Peu importe la couleur qu’elle voudra mettre. Il passe la bouteille à son amie.

    Meredith et Cristina sont allongées sur le sol du salon, tête bêche. 50% des mariages se terminent par un divorce, estime Cristina. En considérant ce qui lui arrive, elle pense que Meredith et McDreamy vont s’en sortir. Elle a cru que le mariage la remettrait d’aplomb. Meredith lui fait remarquer que ce n’est pas pour ça qu’Owen l’a épousée. Cristina proteste. Il ne l’a pas épousée, elle, mais un cadavre. Elle est morte à l’intérieur. Meredith lui confie qu’elle a parlé de sa fausse-couche à Derek. Quand on se marie, c’est pour le meilleur et pour le pire. Ils sont en train de vivre le pire. Le meilleur va arriver. Elle trouve que son amie devrait retourner auprès de son mari. Un coup presque violent est frappé à la porte. C’est Owen. Il s’adresse à sa femme. Il sait qu’elle n’éprouve rien. Elle a eu peur. Elle était terrifiée. Elle a ressenti de la colère, contre lui notamment. Mais après ce qu’elle a traversé, elle a le droit d’être comme ça. C’est normal qu’elle ressente tout ça. Il le sait parce que quand ça n’allait pas pour lui, il a ressenti les mêmes choses et il le lui a fait subir. Elle a tout supporté parce qu’elle l’aime. Donc, elle peut avoir peur de lui ou lui en vouloir, il s’en moque, parce qu’il supportera tout ça. Il n’ira nulle part, pas sans elle. Les larmes envahissent les yeux de la jeune femme. Elle se lève et va vers lui. Rentrons à la maison, lui dit-elle. Elle sort de la maison. Meredith se lève à son tour et dit à Owen qu’elle avait déjà arrangé les choses avant qu’il ‘n’arrive mais elle doit reconnaitre qu’il a fait un beau discours. Elle part rejoindre Derek tandis que lui rattrape Cristina.

    Le lendemain, Meredith est dans le bureau de Perkins. Elle avoue enfin qu’elle a perdu un bébé. Elle a presque perdu son mari. Sa meilleure amie pourrait ne jamais se remettre de ce qui leur est arrivé. Alors elle se moque bien de ce qu’il fera. Il peut l’autoriser à reprendre le travail ou pas. Elle n’a aucun moyen d’exercer un contrôle là-dessus. Elle abandonne. C’est ce qui décide Perkins à signer le papier dont elle a besoin. Elle prend le papier sans un mot et quitte la pièce.

     

    Voix off : La foudre ne frappe jamais deux fois. C’est le genre de choses qui n’arrive qu’une seule fois dans la vie. Même si le choc revient encore et encore, finalement la souffrance s’en ira. Le choc s’atténuera. On commence à guérir, à se remettre d’une chose dont on ne soupçonnait pas l’existence. Mais parfois les chances sont de votre côté. Si on est au bon endroit au bon moment, on peut prendre un sacré coup et avoir une chance d’y survivre.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :