• Episode 8.04 : What Is It About Men

    Photobucket

    Titre français : Ls hommes, les vrais

    Scénariste : Stacy McKee

    Réalisateur : Tom Verica

    Diffusion Etats-Unis : 6 octobre 2011 sur ABC

    Diffusion France : 1er mai 2013 sur TF1

     

    Voix off

    Derek : Il y a de grandes différences entre le cerveau masculin et le cerveau féminin.

    Richard : Le cerveau féminin a un plus gros hippocampe, ce qui rend les femmes généralement meilleures pour retenir et se souvenir.

    Alex : Le cerveau masculin a un plus grand cortex pariétal, ce qui aide quand il s'agit de parer à une attaque.

    Jackson : Le cerveau masculin affronte les défis différemment du cerveau féminin.

    Mark : Les femmes sont faites pour communiquer avec le langage... le détail... l’empathie. Les hommes... pas tellement.

    Owen : Cela ne veut pas dire que nous sommes moins capables d'éprouver des émotions.

    Derek : Nous pouvons parler de nos sentiments. C'est juste que... la plupart du temps...nous préférerions ne pas le faire.

     

    Meredith et Derek sont allongés dans leur lit, côte à côte, les yeux grands ouverts. Elle lui demande par quelle intervention il va commencer sa journée. Il répond qu’il doit faire une laminectomie (intervention chirurgicale sur le canal rachidien). Comme elle commence à lui demander des explications sur la façon dont il compte procéder, il se lève. Il ne va pas faire ça. Elle est celle qui n’a plus voulu travailler en neuro, alors il ne va pas lui raconter tout ce qu’il fait sous prétexte qu’elle est triste de ne plus y participer. Elle proteste. Elle n’est pas triste, elle cherchait juste à entamer la discussion. Dans ce cas, elle n’a qu’à lui parler d’autre chose. Comme elle le regarde interloquée, il annonce qu’il doit partir. Elle est dépitée.

    Richard est dans sa cuisine. Il prépare des sandwiches qu’il place ensuite dans le frigo avec un mot à l’intention d’Adèle. "Mange ceci à 13h. C’est ton déjeuner."

    Alex et Jackson prennent leur petit-déjeuner dans la cuisine de Meredith lorsqu’April débarque avec un panier plein de linge. Elle s’en prend directement à Alex. Elle a compris qu’il aimait mettre ses vêtements sales avec les siens parce que, de toute façon, s’il ne le faisait pas, il n’aurait jamais de vêtements propres. Alors elle est d’accord de laver ses sous-vêtements mais certainement pas ceux de la trainée de la semaine ! Avec un air dégouté, elle brandit un string au bout d’un crayon. Alex semble ne pas comprendre ce dont il est question. Jackson, hilare, s’empare du string, affirmant qu’il appartient à Lexie. April semble étonnée que sa camarade porte ce genre de sous-vêtements. Elle préfère ne plus poser de question et s’en va. Elle est à peine sortie de la pièce que Jackson jette le string sur l’épaule d’Alex. Ça, ce n’est pas à Lexie. Alex confirme. C’est à Lauren qui travaille dans le service radiologie.

    Callie et Arizona doivent partir pour assister à une conférence. Elles ont décidé de confier Sofia à son père mais, au moment du départ, elles ont beaucoup de mal à dire au revoir à leur fille. Mark les rassure. Ce n’est que trois jours d’absence. Au revoir, mamans. A peine la porte refermée, Mark se réjouit d’être seul avec sa fille.

    Owen est dans l’ancien bureau de Richard. Il regarde d’un air perplexe la plaque qui mentionne son nouveau titre de chef du service de la chirurgie.

    Derek est sur le chantier de sa maison qu’il regarde avec un sourire satisfait. Il ne perd pas de temps pour fixer les planches de sa future terrasse.

    Alex a posé ses pieds nus sur son bureau pendant qu’il travaille sur un PC. Jackson entre dans la pièce et se plaint. Il est venu ici pour prendre son petit-déjeuner et ça sent les pieds. Alex lui demande s’il connait un synonyme pour "merdique". Jackson suggère les mots "craignos", "nul", "puant" ou "connard". Alex lui demande de la fermer. Jackson persévère pourtant en parlant de la crasse qu’il dit apercevoir entre les doigts de pieds de son camarade. Il se demande si celui-ci prend un bain de temps en temps. Alex répond que non. Il n’a pas le temps avec ce rapport qu’il doit écrire à propos des enfants africains. Franchement, cette cinquième année craint. Richard entre dans la pièce. Alex se rassied normalement et présente ses excuses au chef. Richard lui rappelle qu’il n’a pas à s’excuser. Maintenant Alex est au sommet de la chaine alimentaire des résidents. Le monde est à lui. Mais si Alex veut perdre du temps à s’en plaindre, c’est son affaire. Ils demandent aux deux jeunes hommes s’ils ont entendu parler de quelque chose d’important qui se passerait aujourd’hui, genre un accident de voiture ou un immeuble qui s’effondre. L’idée que le chef aille à la pêche aux patients amuse beaucoup Alex. Jackson demande à ce dernier s’il ne devrait pas être en train de pratiquer une laminectomie avec Shepherd. Alex regarde l’horloge et se jette sur ses chaussures. Shepherd va lui faire sa fête. Richard lui conseille de prétendre qu’il a eu un rendez-vous avec Mayfield en 22 et que ça a duré plus longtemps que prévu. Derek comprendra. Alex le remercie et part en courant.

    Quand il arrive au bloc, Derek a déjà commencé l’intervention. Alex s’en étonne. Normalement, c’est lui qui aurait dû pratiquer l’opération. Derek répond sèchement qu’il a abandonné le droit de faire l’intervention en arrivant avec vingt minutes de retard. Il prend l’anesthésiste, Ben Warren, à témoin. Quand il était résident de cinquième année, arrivait-il en retard en salle d’opération ? Ben lui demande s’il plaisante. Derek se tourne vers Alex. Voilà ! Le Dr Warren est professionnel, lui ! Et respectueux envers les membres de l’équipe, renchérit Ben, ainsi qu’envers les titulaires. Le Dr Grey, elle, n’était jamais en retard. Non, laisse tomber froidement Derek. Elle a beaucoup de défauts mais le retard n’en fait pas partie. Il change aussitôt de sujet, se moquant d’Alex qui est en train d’essayer, selon lui, d’engranger un maximum d’heures d’intervention autres que pédiatrique. Oh il s’encanaille en neuro, ironise Ben. Alex décide alors de se servir de l’excuse que lui a suggérée Richard. Lorsqu’ils entendent le nom de Mayfield, Derek et Ben échangent un regard. Oh pardon. Ils ne savaient pas… dans ce cas… Alex est abasourdi lorsque Derek lui propose de terminer l’intervention.

    Mark est sur la passerelle en train d’observer Owen qui s’installe dans le bureau de Richard, lorsque ce dernier le rejoint pour lui demander s’il n’y aurait pas un patient dont il pourrait s’occuper. Mais Mark ne le laisse pas parler. Il l’invite plutôt à regarder Owen qui agit comme s’il était le maitre. C’est ce qu’il est, lui fait remarquer Richard. Selon Mark, ça ne pend qu’à un fil. Il trouve l’attitude de son camarade peu élégante. Derek surgit derrière eux et leur demande ce qu’ils sont en train de regarder. Mark lui explique qu’il trouve qu’Owen n’est pas taillé pour le poste qu’il occupe maintenant. Rien ne s’est passé qui permette de l’affirmer mais cela se voit dans sa façon d’être. Il y a de la peur dans ses yeux. Derek lui rappelle qu’Owen est un officier de l’armée qui a été décoré. Qu’est-ce qui pourrait lui faire peur ? Les horaires de garde, la commande du déjeuner ? Mark n’en démord pas. Pendant qu’Owen se plante, lui, il est là pour cet hôpital. Il est bien brave, selon Richard qui regarde Owen venir vers eux d’un pas décidé en leur demandant s’il peut faire quelque chose pour eux. On était juste en train de regarder la magie, persifle Mark. Owen est heureux de le croiser. Il va avoir besoin de sa salle d’opération. On vient juste de le prévenir qu’il y avait eu un accident important dans un centre des congrès. Il a donc dû supprimer le lifting des sourcils que Mark avait prévu de faire. Derek regarde Mark d’un air moqueur avant de s’éloigner, tandis qu’Owen et Richard partent de l’autre côté. Richard semble très intéressé par cet accident. Est-il aussi grave que ce qu’on dit ? Owen lui apprend que les ambulanciers lui ont demandé de prévoir le plus grand nombre de lits possible aux urgences. Richard veut en savoir plus. Owen précise donc qu’on lui a dit qu’ils pourraient avoir besoin de beaucoup de sang ; il n’en sait guère plus. La communication n’était pas très facile. Sur place, les ambulanciers devaient faire face à de nombreuses commotions. Il y avait des hurlements aussi. Voilà qui intéresse Richard. Owen semble enthousiaste aussi. C’est la première fois qu’il va trier les patients avec une cravate. Richard lui suggère de la glisser sous sa ceinture, pour la faire tenir en place.

    Alex explique à Jackson que l’excuse que lui a donnée Richard est excellente. Il ne sait absolument pas qui est Mayfield en 22 mais c’est la première fois de toute la semaine que Derek lui a lâché les baskets. Oui, Webber connait tous les trucs, admet Jackson. C’est un vrai génie, estime Alex. Cristina l’a entendu et lui demande de qui il parle. Alex refuse de lui répondre. Par contre, Jackson se fend d’un compliment. Elle n’est pas trop mal aujourd’hui. Les trois compères retrouvent Owen et Richard et les suivent jusqu’aux urgences. Owen leur explique qu’il y a eu un mouvement de panique dans une convention de bandes dessinées. Ce qui signifie qu’il y aura beaucoup de blessures, ajoute Richard. Au moment d’entrer dans la salle des urgences où règne déjà l’effervescence, Owen est appelé par une infirmière. Les administrateurs veulent lui parler, c’est important. Un peu dépité, il la suit.

    April est déjà en train de trier les patients. Elle signale que le premier souffre d’un écrasement de l’abdomen. Richard annonce qu’il est disponible mais Meredith l’a déjà devancé. Elle se justifie par le fait que ce cas est trop routinier pour l’ancien chef. Le deuxième blessé, qui souffre de fractures aux membres inférieurs, passe également sous le nez de Richard puisque c’est Alex qui s’en charge. Une ambulancière amène une troisième victime inconsciente qui est déguisée en infirmière zombie. Cristina s’avance vers elle mais, cette fois, Richard ne se laisse pas faire. L’infirmière zombie sexy est à lui !

    Pendant qu’Alex vérifie les réflexes de son patient, celui-ci, qui porte des oreilles de hobbit, lui explique qu’il s’était rendu à la convention pour remporter une des quinze reproductions de la TARDIS (machine à voyager dans le temps et l'espace, dans la série britannique de science-fiction "Doctor Who") dans son emballage original, signé par Russell T. Davis. Ces reproductions étaient destinées aux quinze premières personnes qui franchiraient la porte. C’est pour ça qu’il était là. Et comme d’habitude, il a échoué. Mais maintenant, il a des blessures de guerre. Alex lui promet de lui donner des antidouleurs avant de l’emmener passer une radio. Le patient veut savoir s’il pourra remarcher. Non, lui répond Alex le plus sérieusement du monde avant d’admettre qu’il plaisantait. Tout va très bien. Il n’y a au pire que quelques orteils cassés. Le patient semble presque déçu. Est-ce qu’il pourra au moins avoir un plâtre ?

    Richard est en train d’examiner sa patiente et dicte ses constatations à une infirmière. Rien de grave à priori. Il y a juste une entaille qui semble assez profonde et qu’il va devoir suturer. L’infirmière part chercher le matériel. En examinant la blessure de plus près, Richard s’inquiète de ne pas la voir saigner. Ce n’est pas normal. En tirant un peu sur la peau, il constate qu’en fait la fameuse lacération n’est qu’un faux, comme on en vend dans les magasins de farces et attrapes. Il en va de même pour la blessure à l’épaule et à la cuisse. Richard s’énerve. Est-ce qu’il y a de vraies blessures à soigner quelque part dans le coin ?

    Un jeune homme, Greg commente les évènements avec son camarade, Keith, qui arrive aux urgences, couché sur une civière. C’était dingue, cinq cents personnes essayant de passer tous en même temps par la même petite porte. Keith se plaint du gamin qui portait un costume de Borg (personnage de Star Trek) et qui l’a fait trébucher exprès. Greg pense que les gens étaient tellement excités, se préoccupant juste d’entrer, qu’ils ne se sont même pas rendu compte qu’ils piétinaient un être humain. Jackson prend le blessé en charge et demande aux ambulanciers d’être très prudents en le faisant passer de la civière au lit, parce qu’il y a un risque au niveau de la nuque. Greg commence à expliquer que le pire, ça a été quand la tête de son ami s’est trouvée coincée dans le costume d’un homme. Jackson enlève le pansement qui cache une oreille et découvre que celle-ci a été arrachée. Le médecin est furieux. Comment se fait-il que personne ne l’ait prévenu ? Greg se justifie. Ils ont cherché l’oreille pendant un bon moment mais elle colle probablement à la botte d’un membre des sections d’assaut nazi. Au moins, ils ne sont pas venus pour rien, déclare Keith. Ils ont une TARDIS. Greg serre plus fort contre lui la boite qu’il tient dans ses bras. En fait, c’est lui qui l’a.

    Alex apprend au patient aux oreilles de hobbit que sept de ses orteils sont cassés, ou plus exactement cinq car les petits orteils ne comptent pas. On va donc juste les scotcher et le patient pourra s’en aller. L’intéressé est choqué. Il a survécu à cette bousculade et tout ce qu’il va avoir, c’est un morceau de scotch autour des orteils ? Alex promet de lui donner des béquilles. Il trouve que le patient n’a pas l’air d’avoir un grand sens de l’équilibre. Lorsqu’il lui demande en quoi il est déguisé, le jeune homme le prend de haut. Il est un hobbit. Comme Alex ne semble pas vraiment savoir de quoi il s’agit, le patient se sent obligé de lui donner plus d’explications. Les hobbits sont des personnes paisibles qui vivent dans une communauté rurale qu’on appelle le Comté, située au Nord-Ouest de la Terre du Milieu. Ils vivent une vie simple mais ils ont soif d’aventures. Et quand ils la trouvent, certains d’entre eux deviennent des héros. Tout à coup, ses yeux s’illuminent tandis qu’il tend la tête pour mieux voir. La Princesse Dothraki ! Alex, qui le prend nettement pour un déséquilibré, prétend avoir cessé de l’écouter il y a dix minutes. Mais le hobbit insiste. La doctoresse qui se trouve là-bas – c’est April - elle ressemble tellement à la Princesse Dothraki, qu’on voit dans la série légendaire "Le Trône de Fer". Elle ne lui ressemble pas tellement par sa chevelure, mais par sa peau et aussi ses yeux. Oh mon dieu, elle approche ! Effectivement, April passe à côté de son lit, sans le remarquer. Alex se moque du patient. Quoi ? Elle ? Kepner ? Ce nom ravit le hobbit. Derek surgit dans la sale et appelle Alex d’un ton sec. Dans la salle de trauma, maintenant !

    Devant un Mark et un Jackson halluciné, Greg et Keith se disputent au sujet de la TARDIS. Greg estime qu’elle lui appartient. Il s’est battu pour l’avoir. Keith réplique qu’il a perdu une oreille pour cette machine. Derek et Alex arrivent et Derek demande à Alex de faire sortir Greg de la salle, ce qui horrifie Keith. On lui vole sa TARDIS ! Plutôt que de mettre Greg dehors, on devrait le retenir. Jackson lui demande de se calmer. Il commence à lui expliquer ce qu’ils vont faire pour reconstruire son oreille, mais Mark l’interrompt rapidement. Ils vont prendre le cartilage de ses côtes et lui donner la forme et la taille exactes de l’oreille qui subsiste. Cela sera long mais quand tout sera fini, l’oreille sera parfaite. Ironiquement, il demande à Jackson s’il a quelque chose à ajouter. Le jeune homme réplique que non, vu que tout a déjà été dit. Derek, qui examine les pieds du patient, demande à ce dernier ce qu’il ressent en ce moment précis. Keith répond qu’il se sent blessé et trahi. Alex précise que Derek parlait de ses jambes. Keith ne ressent rien de ce côté-là. Derek demande à Alex de lui faire passer un IRM. Son bip sonne. Il le regarde et soupire.

    C’est Ben, l’anesthésiste, qui l’a bipé. Il le retrouve alors qu’il est face à Eli. Celui-ci informe Derek que, durant ce qui aurait dû être une simple épidurale, un des résidents de Ben a percé la dure-mère d’une patiente, celle que Derek a opérée le matin même. Ben prend la défense de son résident. Aucune procédure n’est simple après une intervention chirurgicale. Et de toute façon, Eli n’a aucun droit de crier sur un résident. Eli s’énerve. Le lit de la patiente était plein de liquide spinal. Derek demande des nouvelles de la patiente. Ben assure qu’elle va bien. Eli insiste sur le fait que le résident a été négligent et qu’il s’est précipité. Ben rétorque qu’il ne sait pas à quel point c’est difficile de faire une épidurale. Eli prend très mal la remarque. Il ne le sait pas parce qu’il n’est qu’un simple infirmier ? Ben lui conseille de surveiller ses paroles. Comme Eli défie Ben, Derek intervient en leur demandant de partir. Il suit ben. Il sait pourquoi il en veut à Eli. Il comprend. Mais s’il veut se battre avec lui à cause de Bailey, qu’il le fasse durant son temps libre ! Ben comprend ainsi qu’Eli est le petit ami de Bailey. Il n’en revient pas. Derek réalise qu’il a fait une gaffe et tente de partir mais Ben veut des détails. Bailey sort avec ce type ? Genre un ou deux diners ou bien… Derek tente d’éluder mais devant l’insistance de l’anesthésiste, il lui conseille de ne pas entrer dans la salle de conférence entre huit et neuf heures, sans frapper à la porte au préalable. Ben est dégouté. C’est lui qui a voulu savoir, rappelle Derek. Et Ben veut en savoir plus, comme par exemple ce que dit Bailey quand elle parle d’Eli. Eh bien, elle a dit une fois que ses mains étaient tendres, un peu magiques même. Voyant qu’il se moque de lui, Ben le traite de con. Derek redevient sérieux pour lui demander de ne plus crier sur le personnel infirmier, même quand il s’agit d’hommes. Comme il part, Ben l’accuse de prendre la fuite après avoir lâché une bombe.

    Une secrétaire remet à Owen une série de documents à signer. Tous sont plus urgents les uns que les autres. Il lui promet de s’en occuper directement. Une fois qu’elle est partie, il signe un document, mord dans son sandwich avant de signer un autre document. Mais l’effervescence qui règne dans les couloirs, comme les annonces qui sont faites au micro, le rendent nostalgique. Richard entre dans la pièce en lui disant que lui aussi avait l’habitude de déjeuner ici. Les appels à l’aide brisaient la monotonie de la journée et lui permettaient de sortir de son bureau. Surtout ça lui donnait l’impression qu’il était toujours au cœur de l’action. Owen lui demande en quoi il peut l’aider. En rien. Richard a juste fait un arrêt avant d’aller parfaire ses techniques opératoires. Il fait le tour de la table et demande à Owen s’il a l’intention de manger les raisins. 

    Derek et Alex se préparent avant l’opération de Keith. Derek demande à aller ce qu’a donné l’IRM. Alex lui apprend que Keith a une vertèbre écrasée. Ils vont donc devoir faire une dissectomie au-dessus et en–dessous de la vertèbre endommagée. Il a déjà réfléchi à ce qu’il pourrait faire pour la réparer. Ses explications semblent convenir à Derek. Alex lui demande s’il pense que le fait d’avoir opéré deux patients dans deux salles différentes va lui permettre de faire valoir qu’il a réalisé deux interventions neurochirurgicales. Derek est outré que ce soit sa seule préoccupation alors que la colonne vertébrale du jeune homme qu’il faut opérer, est en miettes. Il suffirait qu’Alex cligne des yeux une seule fois et ce gars pourrait ne plus jamais marcher. Choqué qu’Alex ne voit dans cette intervention que la possibilité de récolter des bons points, il le jette à la porte.

    Alex va rapporter l’incident à Jackson. Shepherd l’a foutu à la porte de son service parce qu’il ne se pisse pas dessus à chaque fois qu’il voit une colonne vertébrale. Ce mec est un abruti. Richard, qui a entendu la remarque, comprend la réaction de Derek. Avant il avait sa femme comme résident. Maintenant, il a Alex. Difficile de soutenir la comparaison. Alex s’excuse auprès de Richard qu’il s’obstine à appeler chef. Richard lui rappelle qu’il n’est plus le patron. Jackson apprend à son ami que Richard et lui s’entrainent à quelques pratiques de microchirurgie. Comme Alex pique un raisin qui se trouve sur le bureau de Richard, celui-ci proteste. Ce n’est pas une collation. En voyant leur air sombre, Richard conseille aux jeunes gens de trouver un moyen de ressentir à nouveau de la joie à exercer leur métier. Viendra un temps où ils regretteront de ne plus être dans leur cinquième année de résidence, quand on se contente d’aller au bloc et d’y salir ses mains. Ils en seront réduits à opérer des grains de raisin pour ne pas avoir l’impression d’être rouillés. Alex ne comprend pas pourquoi il se plaint. Il opère tout le temps. Bien sûr, pour superviser, riposte Richard. On lui demande de venir aussi quand les choses sont compliquées. Mais il ne peut plus ni ouvrir un patient, ni le refermer. Jackson qui l’observe depuis un petit moment, lui demande s’il pourrait utiliser cette technique pour reconstruire une oreille. Richard est ravi parce que, selon lui, Jackson est en train de retrouver la joie de pratiquer son métier. Il l’invite à prendre un peu de raisin pour s’entrainer. Alex se moque de ce bel enthousiasme. Tout le monde sait que Sloan ne permettra même pas à Jackson de toucher un instrument. Il ne le laisse même pas finir ses phrases. Un peu vexé, Jackson lui fait remarquer qu’au moins Sloan le laisse entrer dans la salle d’opération. Richard propose à Alex de prendre une grappe de raisins, lui aussi. Alex le remercie mais refuse l’invitation. Arizona a promis de l’exclure s’il ne publiait pas un article. Alors, il doit faire un rapport sur l’expérience avec les enfants africains. Il quitte la pièce. Il ne ressent pas la joie, constate Jackson qui est approuvé par Richard.

    Derek entre dans le bureau d’Owen au moment où celui-ci boit une gorgée de whisky. Oh ça ne va pas, n’est-ce pas ? Owen admet qu’il est noyé sous la paperasse. Il est comme enchainé à ce maudit bureau. Derek l’invite à vider son verre de whisky et à le suivre. Comme Owen lui demande pour aller où, Derek sourit. Qu’il se contente de vider son verre ! Owen lui obéit.

    On retrouve les deux hommes sur le chantier de la maison de Derek, en train de planter des clous pour fixer les planches de la terrasse. Owen ne comprend pas que l’entrepreneur ne soit pas offusqué que Derek construise lui-même sa terrasse. Derek n’irait pas jusqu’à affirmer qu’il ne s’en offusque pas mais il travaille pour lui. Il avoue que s’il n’avait pas ces travaux comme échappatoire, il aurait tué son résident. Karev n’est vraiment pas intéressé par la neuro. La colonne vertébrale du patient était complètement ouverte, donnant ainsi une vue parfaite sur la moelle épinière. C’était magnifique, mais Alex n’en avait rien à faire. Ce n’est pas Meredith, lui fait remarquer Owen. Effectivement, reconnait Derek un peu sèchement. Owen change de sujet. Quand Derek a démissionné de son poste de chef, il a cru qu’il avait perdu l’esprit. Et maintenant, il ne le croit plus autant, ironise Derek. Owen lui demande s’il se fait des idées ou bien si tout le monde espère qu’il va se planter. Derek assure que non. Il y a eu des paris à ce sujet. Lui-même a parié 100$ que son ami ne tiendrait pas le coup dans un délai de six mois, alors courage ! En veine de confidences, Owen confie à Derek qu’à la maison, il marche sur des œufs depuis des semaines. Il avait l’habitude d’aller au boulot pour se défouler et maintenant, c’est devenu un cauchemar là aussi. Derek hoche doucement la tête. Il sait très bien ce que son ami ressent.

    Pendant qu’il change les couches de sa fille, Mark lui raconte comment il a pu épargner une vilaine cicatrice à un de ses patients. Le téléphone sonne. Mark saisit son portable et annonce directement que tout va bien, tout comme tout allait bien vingt minutes plus tôt et vingt minutes avant ça. Il se retourne pour prendre un lange tout en protestant. Est-ce que Callie va continuer à la harceler de cette façon pendant trois jours ? Il tourne la tête vers sa fille et ne la voit plus. Paniqué, il laisse tomber le portable par terre avant de se mettre à genoux. Il retrouve Sofia en train de gigoter en-dessous de la table de salon. On entend Callie qui s’égosille dans le téléphone. Il reprend l’appareil. Devine qui a roulé pour la première fois ?

    Le lendemain, Alex pousse une chaise vide dans le couloir lorsque Mark l’apostrophe. Croyant qu’il va se faire engueuler pour la chaise, Alex dit que c’est Owen qui lui a permis de la prendre. Mais Mark a d’autres chats à fouetter. Hier soir, Sofia est tombée du canapé et, depuis, elle n’a plus pleuré. Il est certain qu’il y a un problème. Alex est désolé mais il n’est pas pédiatre. Mark le retient. S’il fait appel au service pédiatrie, Arizona sera aussitôt prévenue. Alex se réfugie derrière le rapport qu’il doit rédiger mais Mark s’en moque. Il va compter jusqu’à trois et si à ce moment-là, Alex n’a pas laissé tomber tout ce qu’il était en train de faire, il le tuera. A deux, Alex a pris le porte-bébé et l’a placé dans la chaise qu’il recommence à pousser, escorté cette fois par Mark.

    Tandis qu’un homme vide le bureau du chef de tous ses meubles, Owen dicte ses instructions à une secrétaire. Le salon des résidents a besoin d’un nouveau canapé. Qu’on s’assure que celui qui était là leur soit remis. Quant à l’ancien bureau de Richard, il pourrait peut-être faire le bonheur des infirmières du troisième étage. Bailey passe son nez à la porte. Owen l’interpelle aussitôt. Il sait ce qu’elle pense. Mais non, même s’il sait pertinemment que c’est ce qu’elle espère de toutes ses forces, il n’a pas démissionné. Il a juste décidé de se séparer de quelques trucs dont il n’a pas besoin pour se sentir chef. Et elle peut dire ce qu’elle veut, il sait qu’elle a tort. Son bureau sera là où il est. Sans un mot, elle s’empare du lampadaire et, après avoir jeté un regard hostile à Owen, elle sort de la pièce.

    Derek examine Keith après l’intervention. Tout s’est bien passé mais la colonne vertébrale reste très fragile. Jackson entre dans la pièce en annonçant qu’on a trouvé l’oreille perdue. En fait, c’est Greg qui l’a trouvée. Depuis la porte de la chambre, le jeune homme explique qu’il est retourné au centre des congrès et qu’il a cherché l’organe toute la nuit dans les poubelles. Il a fini par la retrouver dans les objets perdus, accrochée à un casque. Tout cela n’intéresse guère Keith qui veut juste savoir où est sa TARDIS. Greg est offusqué que son ami ne pense même pas à le remercier d’avoir retrouvé son oreille. Keith se moque complètement de son oreille. Il veut sa TARDIS. Derek lui demande de ne pas bouger tandis que Jackson insiste sur l’importance de l’oreille. Keith demande à son ami s’il accepte d’au moins laisser la TARDIS dans le living, de façon à ce qu’il puisse la regarder. Embêté, Greg bafouille. En fait… Keith comprend qu’il la vendue et se relève en hurlant de rage. Les deux médecins se précipitent pour l’immobiliser mais il se débat. Tout à coup, il hurle de douleur. Jackson lui demande de remuer les doigts et les orteils. Greg est inquiet et veut savoir si son ami va bien. Derek n’en sait encore rien. Jackson constate que les orteils sont mous. Derek redemande au patient de remuer les pieds et les orteils. Rien ne bouge. Keith se met à pleurer.

    Pendant qu’Alex ausculte Sofia, Mark lui explique qu’habituellement la petite est plus remuante que ça. Il est resté auprès d’elle toute la nuit pour être sûr qu’elle ne cessait pas de respirer. Alex avance l’hypothèse que si la petite est si calme, c’est justement parce que son père est resté près d’elle toute la nuit. Mark tend le doigt vers un écran qui montre l’image du cerveau du bébé. C’est quoi ça ? Un cerveau parfaitement sain d’un bébé en bonne santé qui n’avait nul besoin de subir un scanner, réplique Alex dont le bipeur sonne. Comme Sofia va bien, il n’a aucune raison de rester.

    Aux urgences, trois femmes déguisées se plaignent du fait qu’un homme a jeté une bouteille de bière sur l’une d’entre elles. Alex arrive dans la salle parce qu’on l’a prévenu que Carter, le hobbit, était de retour. Au même moment, un homme vociférant est amené sur une civière. Il s’en prend aux trois femmes. Avec cette stupide convention, tous les idiots qui s’y rendent marchent sur sa pelouse et encombrent son allée. La prochaine fois, il les fera arrêter. Une des femmes proteste. Il lui a lancé une bouteille sur la tête. April appelle le forcené à se calmer. Il doit rester sur la civière. En voyant les regards énamourés que lance Carter à April, Alex comprend qu’il est venu pour la revoir. Carter jure que non. Il est là pour se faire examiner parce qu’il se sent mal. Alex lui conseille de donner son numéro de téléphone à April, comme ça il pourrait l’inviter à sortir. Carter semble ne pas croire en ses chances mais Alex le rassure. Il a bien plus en commun avec la jeune femme que ce qu’il croit. Carter le supplie de l’admettre en tant que patient juste pour la journée. Alex refuse. Carter lui demande ce qui se passerait s’il était blessé, au pied ou à la jambe. Alex persiste dans son refus. Il ne va pas donner un lit à un harceleur qui n’a pas de vrais symptômes. Comme il veut s’en aller, Carter le retient en prétendant avoir des douleurs à la poitrine. Avec ça, Alex va être obligé de le garder en observation. 

    Derek, Mark et Jackson examinent les clichés du scanner qu’a passé Keith. La colonne vertébrale est à nouveau endommagée, avec maintenant une hémorragie épidurale qui doit être soignée au plus vite. Mark demande ce qu’il en est de l’oreille. Derek estime que c’est accessoire. Il ne s’agit que d’esthétique tandis que l’hémorragie pourrait causer la paralysie du patient. Mark lui rappelle que l’oreille est détachée du corps depuis vingt heures. Elle ne sera bientôt plus viable. Après avoir interrogé Derek sur la façon dont il comptait procéder, Jackson suggère que l’oreille soit temporairement greffée à l’abdomen de Keith. De ce fait, elle restera viable. Les deux chirurgiens félicitent le jeune homme.

    Owen passe devant la salle et signale à Derek qu’il est disponible. Derek le suit aussitôt. Il s’était rendu dans son bureau qu’il a été étonné de trouver complètement vide. Owen lui répète ce qu’il a déjà dit à Bailey. Son bureau est là où il se trouve. Il brandit un iPad, ce qui amuse Derek. Owen lui demande s’il s’est trouvé un nouveau résident. C’est possible, répond Derek avant de lui apprendre qu’il a reçu un appel de l’entrepreneur. Le bois de la terrasse a été livré. Owen promet d’être là pour l’aider.

    Aux urgences, Alex est en train de faire subir quelques examens à Carter. Celui-ci est inquiet pour April qui doit s’occuper du forcené. Alex le rassure. Tout va très bien. Mais lorsque le patient repousse la jeune femme une fois de plus, elle menace de le contraindre s’il ne se calme pas. Guère impressionné, le type sort de son lit en annonçant qu’il va partir. Il doit protéger sa maison. Une infirmière qui tente de le retenir se retrouve jetée à terre. April demande en criant qu’on lui envoie la sécurité. Plusieurs médecins, dont Alex, se précipitent pour tenter de maitriser le forcené. De son côté, Carter alerte tous ceux qui entrent dans la salle pour qu’ils portent secours à leurs collègues. Un à un, les médecins tombent à terre. Carter, après s’être rappelé qu’il était un hobbit à qui l’aventure ne faisait pas peur, sort de son lit et claudique jusqu’à arriver devant l’enragé à qui il demande très poliment de se calmer. L’homme lui arrache la béquille des mains et, une fois son opposant à terre, lui assène une série de coups de pieds. Owen qui a été alerté par un infirmier, arrive dans la salle. Après avoir demandé à l’infirmier de réserver une salle d’opération en vue d’une possible commotion et une fracture de la mâchoire, il marche d’un pas décidé vers l’énergumène à qui il assène un solide coup de poing en pleine figure. L’homme tombe à terre.

    Quand Owen sort de l’ascenseur, il est accueilli par Mark qui veut savoir s’il a vraiment frappé un homme. Owen ne répond pas mais dit à Derek qui est venu à leur rencontre, qu’il a besoin de lui pour une consultation neuro. Pourquoi ? s’étonne Derek. Parce qu’il a donné un coup de poing à un mec ? Owen lui tend son iPad. C’est au tour de Richard de venir aux nouvelles. Enfin, Owen répond. Oui, il a frappé un patient qui mettait en danger la sécurité des infirmières, des résidents et des autres patients. Mark lui demande s’il sait qu’il est le chef, pas le shérif. Derek rend l’iPad à Owen. Le scanner n’a rien révélé. Owen s’éloigne. Richard est bipé.

    C’est Alex qui l’a appelé. Il est en salle d’opération avec Carter dont les examens ont révélé qu’il y avait une hémorragie dans la cavité péritonéale et une déchirure de la rate, suite aux coups que lui a assénés le patient violent. Alors Alex a fait venir Richard dont il pense qu’il sera enchanté de se salir les mains. Comme Alex fait mine de partir, Richard lui demande ce qu’il va faire. Alex répond qu’il n’a pas besoin de faire des heures en trauma, mais juste en neuro et surtout, qu’il a besoin de terminer son rapport. Richard ne veut pas en entendre parler. Il se tourne vers l’infirmière de bloc et lui demande si elle a toujours sa playlist en mémoire. Alors qu’elle la fasse jouer. Aux premières notes de musique, Richard commence à se contorsionner devant Alex dont il prend la main pour le faire tourner sur lui-même avant de sortir pour se laver les mains.

    Dans une autre salle, Ben explique à Derek qu’il a eu une réunion dans la salle de conférence à 9h. Il a eu quelques difficultés à se concentrer. Derek lui rappelle une fois encore qu’il n’a fait que répondre aux questions qui lui étaient posées. Ben estime que son collègue savait qu’il n’avait pas vraiment de connaitre ses réponses. Il est certain que si Derek lui a parlé, c’est parce qu’il avait envie de lui faire mal. Derek réplique que la prochaine fois, il ne devra plus poser de questions. Ben s’énerve. Derek a la réputation d’être une personne sympathique mais au fond, ce n’est qu’un tas de conneries. Etonnamment, Derek l’invite à venir l’aider le soir-même à construire sa terrasse. Ben lui demande si frapper sur des objets l’aide à se calmer. En tout cas, ça ne fait pas de mal, réplique Derek. Mark demande à Jackson de reculer afin qu’il lui montre comment créer une poche sous-cutanée, avant de greffer l’oreille. Jackson lui rappelle qu’il le lui a déjà montré la semaine dernière, deux fois. Mark réplique qu’il va le lui montrer une fois encore. Agacé par l’attitude de son ami, Derek demande à Jackson s’il sait comment il faut faire pour décompresser un hématome épidural. Jackson répond qu’il a vu une vidéo à ce sujet. Mark regarde son meilleur ami avec étonnement lorsqu’il invite le résident à le remplacer dans la procédure, assurant qu’il sera là en cas de problème. Comme Mark fait une remarque à Jackson sur le fait que là où il est, il ne verra pas bien ce qu’il fait, Derek lui demande de le laisser tranquille avant de féliciter le résident, s’étonnant même qu’il n’ait jamais envisagé de se spécialiser en neurologie.

    Après l’intervention, Jackson reproche à Mark de ne pas l’avoir laissé créer la poche sous cutanée. Mark se moque de lui. Parce que Shepherd l’a laissé toucher une vertèbre, il se croit prêt à reconstruire un visage tout seul ? Jackson assure que non. Il aimerait juste que Mark lui laisse l’occasion de mettre en pratique ce qu’il lui apprend. Il en assez de s’entrainer sur des fruits. Mark pense qu’il n’est pas encore prêt, c’est pour cela que les fruits sont là. Quand il aura fini de les mutiler, ils en reparleront. Derek, qui les a observés depuis la salle d’opération, vient demander à Jackson si tout va bien. Le jeune homme soupire. C’est peut-être hors de propos mais est-ce qu’il pourrait venir sur le chantier, lui aussi ? Il a envie de frapper sur quelque chose. Derek accepte. Il aime son sens de l’initiative.

    La plupart des mâles du Seattle Grace Hospital se retrouvent donc sur le chantier. Owen et Ben s’occupent de couper les planches. Owen raconte à Ben que les gros malins du service juridique lui ont recommandé de s’excuser auprès du saoulard qui a dévasté ses urgences. Ben lui confie à quel point il est outré par Bailey qui lui avait assuré n’être pas prête pour une relation mais qui maintenant en a une. Exact, s’exclame Owen. Alors qui est responsable ? Il voudrait bien le savoir !

    De leur côté, Jackson et Derek posent les planches de la terrasse. Jackson, qui a entendu la conversation des deux autres, demande à Derek si scier les planches est un bon moyen de se défouler. Derek lui suggère d’essayer. Jackson refuse. Taper du marteau lui convient très bien. Il remercie Derek de lui avoir permis de venir. Il sait que Mark est son ami et il ne voudrait pas franchir certaines limites. Pas tant qu’il n’a pas eu l’occasion de surpasser Mark. Il reconnait que c’est plutôt bien de travailler avec ce dernier, enfin la plupart du temps. Mais c’est dur quand il rentre chez lui et qu’il réalise que sa petite amie qui n’est qu’en quatrième année, a fait plus d’interventions que lui. Alors, elle lui demande comment s’est passée sa journée et là, il lui dit que c’était chouette, qu’il vient de passer neuf heures à regarder son ex opérer. Au fur et à mesure qu’il parle, il frappe de plus en plus fort avec son marteau. Owen s’approche de lui et lui tend la scie portative. Jackson fait rugir le moteur. Derek sourit. 

    Richard et Alex sont toujours en train d’opérer Carter. Richard sait que son assistant a l’impression qu’il pourrait faire quelque chose de plus intéressant, mais c’est faux. Alex réplique qu’il veut juste terminer son rapport. Richard estime que c’est secondaire. Les recherches, les examens, les publications, on ne les fait que pour pouvoir opérer. Alex lui répond par un vague "ouais, ouais". Richard a l’habitude de ce genre de réaction. Adèle lui fait ça tout le temps. Tous les soirs, quand il lui raconte sa journée, elle hoche la tête et lui fait "ouais, ouais". Mais lui, il sait qu’elle n’est pas à l’aise parce que la plupart du temps, elle ne se souvient même pas de ce qu’il fait dans la vie. Et ça la rend nerveuse quand il lui dit qu’il ouvre des personnes. Parfois, on arrive à voir la partie joyeuse de sa propre vie qu’une fois qu’elle est terminée. Alex le regarde, un peu éberlué. Richard lui dit que le meilleur moment de sa vie, c’est maintenant. Le moniteur se met à sonner pour signaler une hémorragie. Alex se précipite pour y mettre fin et se réjouit d’y arriver. Richard lui demande s’il ressent enfin le bonheur à faire leur métier. Alex sourit. Oh oui !

    Le lendemain, Alex invite Jackson à venir avec lui au bloc. Richard doit lui montrer comment il suture les patients. Jackson est dépité. Il est supposé aider Bailey et April à donner cours aux internes de première année. Sois un mec, lui conseille Alex avant de partir. Bailey arrive et demande à Jackson de la suivre. Il s’excuse de ne pas pouvoir le faire, mais en fait il a oublié qu’il avait un rendez-vous, avec Mayfield, en 22. Bailey le regarde avec un petit sourire et s’en va après avoir dit qu’elle n’a pas besoin de savoir certaines choses.

    Derek vient demander à Jackson s’il peut compter sur lui pour la terrasse, ce soir. Jackson ne manquerait ça pour rien au monde, tout comme il sera présent pour assister Derek dans une intervention sur une M.A.V (malformation artério-veineuse).

    Alex annonce très fièrement à Richard qu’il a fini son rapport. Dix-neuf pages ! Richard le félicite. Il veut les lire. Alex refuse, ce n’est pas destiné à cet usage. Richard lui arrache le document des mains. Lorsqu’Alex veut les lui reprendre, il lui demande s’il veut se battre avec le chef. Alex objecte qu’il n’est plus le chef. Richard lui rappelle qu’une fois qu’on a été président, on le reste à vie. Jackson rejoint les deux hommes. Il est embêté parce que Derek vient de lui dire qu’il comptait sur lui pour son intervention, ce qui serait super si au même moment, Jackson n’était pas censé assister Mark. Comment va-t-il pouvoir choisir entre les deux. Pour Richard, la solution est simple. Avec qui Jackson a-t-il le plus envie de travailler ? Jackson admet que la chirurgie plastique lui botte vraiment, mais il aimerait avoir la possibilité de participer activement aux interventions. Richard estime qu’il a le choix entre deux chirurgiens de classe internationale. Ce n’est pas un problème mais un privilège. Alors il faut foncer ! Oui profite de ton bonheur, renchérit Alex, à la plus grande satisfaction de Richard qui voit que ses leçons commencent à faire leur effet. Alex demande à son camarade comment il a réussi à échapper aux cours avec Bailey. Lorsque Jackson révèle qu’il s’est servi de l’excuse Mayfield, Richard éclate de rire. Alex est bipé et doit partir.

    C’est encore une fois Mark qui l’a fait appeler. Il est persuadé qu’Alex a manqué quelque chose en examinant les résultats du scanner de Sofia parce que cela fait maintenant 27 heures qu’elle n’a pas poussé un cri ! Quelque chose cloche ! Alex sourit. Mark veut-il savoir pourquoi sa gamine ne pleure plus ? Parce qu’elle aime bien être avec lui. Il est un bon père. Cette enfant est heureuse. Mark veut la voir pleurer ? Alex pince le mollet de la petite fille qui se met aussitôt à pleurer. Voilà ! Maintenant, elle pleure. Alex sort de la pièce tandis que Mark berce son bébé en la rassurant.

    Ben fait semblant de lire un dossier mais en fait, il observe Bailey à qui Eli conte fleurette en lui tenant la main. Derek rejoint Ben et comprend que la scène à laquelle il assiste ne lui fait pas plaisir. Ben admet que le couple a l’air heureux. Ils le sont, pense Derek qui est certain que Ben reviendra l’aider pour sa terrasse.

    Carter ne comprend pas pourquoi il s’est attaqué à un homme qui faisait deux fois sa taille. A quoi pensait-il ? Il n’est qu’un idiot ! Ou un hobbit, intervient Alex qui pousse son fauteuil roulant. C’est bien ce qu’il lui a raconté, que lorsqu’un hobbit croisait l’aventure, il devenait un héros. Ok, Carter s’est fait étaler par un géant mais il a osé le défier et c’était plutôt cool. D’ailleurs, Alex n’est pas le seul à le penser. Il arrête le fauteuil roulant à proximité d’April, conseillant au jeune homme de juste lui dire bonjour. Elle se chargera du reste. April se retourne et aperçoit le patient. Elle vient le remercier pour ce qu’il a fait. C’était tellement courageux. Carter parvient à ânonner qu’il était un hobbit. Surprise, April reconnait qu’elle ne sait pas grand-chose des hobbits, mais quoi qu’il en soit, merci. Elle s’en va. Alex regarde le jeune avec un air désespéré. Pourquoi n’a-t-il pas juste dit bonjour comme convenu ? Il s’éloigne. La jeune femme sur laquelle le forcené avait jeté une bouteille, est scandalisée. Comment ne peut-on pas connaitre les hobbits ? Ils sont au centre d’une des plus grandes œuvres littéraires du monde entier, sans mentionner le fait qu’on les a vus dans les films qui ont été tirés de cette histoire. Ravi d’avoir trouvé quelqu’un qui partage son point de vue, Carter sourit à la jeune femme et lui dit bonjour. Elle lui sourit à son tour.

    Mark demande à Jackson si l’oreille qu’il doit greffer à Keith est prête. Le jeune homme la lui amène en lui expliquant qu’il aimerait que l’intervention prévue pour le lendemain soit légèrement avancée. La nuit dernière, Shepherd lui a demandé de participer à sa M.A.V et Jackson a vraiment envie d’y être parce que Derek lui a promis qu’il pourrait la pratiquer tout seul et c’est une grande opportunité. Mark lui coupe la parole. Il était avec Shepherd la nuit dernière ? Où ? Comprenant que le sujet est délicat, Jackson tente d’éluder mais, devant l’insistance de Mark, il est bien obligé de lui révéler qu’il a participé à la construction de la terrasse. Mark semble soudain bien malheureux. Il ajoute ensuite que Jackson a raison. Mener une intervention en solo est une grande opportunité qu’il ne devrait pas laisser passer. C’est pourquoi Mark aimerait qu’il réalise celle-ci. Il lui tend son instrument. Jackson le remercie.

    Owen entre dans la chambre du forcené à qui il se présente tout en fermant les stores de la chambre. Il est le chirurgien qui a réparé sa mâchoire. Il est aussi le type qui lui a cassé cette dernière. Maintenant qu’ils sont dans cette chambre, à l’abri des regards, ils vont pouvoir parler. Les autorités ont demandé à Owen de venir présenter ses excuses et il veut être très clair à ce sujet. Il n’a aucun problème avec ce qu’il a fait. Il a revu les enregistrements et il a repéré une demi-douzaine de personnes qui ont été blessées par la faute du patient. Il a agressé une fille avec une bouteille de bière. Il a attaqué le personnel hospitalier. Il a mis un homme dans un état critique. Il a été violent devant de nombreux témoins et Owen est prêt à raconter tout ça devant un tribunal. Alors il est hors de question qu’il s’excuse pour une chose qu’il est heureux d’avoir fait. Il saisit le menton du patient dans sa main et la serre fortement. S’il veut le poursuivre en justice, qu’il le fasse ! Il sort après lui avoir souhaité bonne chance pour sa convalescence.

    Alex amène Jackson dans un couloir où est affichée la plaque d’un médecin, le Dr Jason Mayfield, spécialiste troubles de la sexualité masculine. Jackson ne comprend pas. Alex lui explique. IL s’agit du fameux Mayfield en salle 22 et, en parlant de lui à Bailey, Jackson a dit qu’il souffrait de troubles érectiles. Jackson lui rappelle que lui en a parlé à Shepherd. Richard les aperçoit et félicite Alex pour son travail. C’est un très bon premier jet. Il conseille également aux jeunes gens de ne pas trainer devant le cabinet de Mayfield. Cela pourrait amener les gens à se faire de fausses idées. Jackson part aussitôt. Alex est dégouté parce que Richard a généreusement corrigé son texte.

    Mark examine l’oreille de Keith. Il semble très content du travail effectué par Jackson. Il assure le patient qu’il ne conservera qu’une très petite cicatrice. Keith souffle en voyant entrer Greg. Il lui demande de s’en aller. Greg refuse. Oui, c’est vrai, il a vendu la TARDIS mais, en tant qu’ami de Keith, il doit être honnête avec lui. C’était la meilleure chose à faire. Leur logement est plein à craquer de tous ces objets que Keith s’obstine à collectionner. Il y dépense tout son argent. Il est complètement à sec. A-t-il la moindre idée de ce que vont lui coûter les frais d’hôpital ? La TARDIS valait une somme que Keith ne possédait pas. Alors, Greg est vraiment désolé de l’avoir vendue mais il l’a fait pour son ami. Keith veut savoir à qui il l’a vendue. Au gars du magasin de bandes dessinées, celui de San Diego. Keith s’insurge. Morris ? Il déteste ce mec. Et combien l’a-t-il achetée ? 7.500 $.Eh bien, il t’a arnaqué, prétend Keith.

    Dans les vestiaires des résidents Jackson retrouve Alex qui regarde son rapport avec désespoir. Richard a tout démoli. En gros, il faut tout refaire. Alex n’y croit pas. Il est revenu au point où il en était trois jours auparavant. Plus de papier, pas de cas neuros, ça craint. Jackson l’invite à prendre sa veste.

    Quelque temps plus tard, ils arrivent sur le chantier. Alex pense que c’est une mauvaise idée. Derek le déteste. Et lui, il déteste les bois. Est-ce que Jackson sait qu’il y a des ours dans le coin ? Jackson s’adresse à Derek. Il espère qu’il ne lui en voudra pas d’avoir amené Alex. Celui-ci s’avance vers le titulaire pour lui présenter ses excuses. Il n’a pas voulu lui manque de respect. Et pour être tout à fait clair, il a menti à propos de Mayfield. Derek sourit avant de lui tendre un marteau. Alex va rejoindre Owen et Ben.

    Tout à coup, une voix tonitruante résonne. C’est Mark qui, toujours en compagnie de son bébé, vient reprocher à son ami de vouloir lui voler son assistant, à qui il intime d’ailleurs l’ordre de monter dans la voiture. Derek ne comprend pas ce que son ami veut dire. Mark vide son sac. Il a bien vu que Derek tournait autour de Jackson depuis une semaine. D’après lui, Derek ne savait même pas que Jackson existait jusqu’à ce qu’il réalise à quel point il comptait pour Mark. D’habitude, il ne prend pas le temps d’enseigner ce qu’il sait aux autres s’il peut l’éviter. S’il a accepté de le faire avec Jackson, c’est parce que celui-ci apprend vite et qu’il est capable de faire une plastie en Z mieux que Mark le faisait quand il en était au même stade que lui. Jackson est très surpris d’entendre ça. Mark fait volte-face et Derek le rappelle. Il ne va pas partir après être venu hurler sur lui. Mark assure que ce n’est pas son intention. Il fait juste quelques pas parce que Sofia aime ça. Owen s’avance pour prendre le bébé afin de permettre aux deux amis d’avoir une bonne discussion. Mark le remercie avant de crier une fois encore à Jackson d’aller s’installer dans la voiture. Owen emmène la petite fille à l’écart et lui demande si elle est contente d’être avec lui. 

    Pendant ce temps-là, Mark continue de régler ses comptes avec Derek. Les vrais amis ne se volent pas entre eux. Amusé, Derek fait remarquer qu’il n’a pas volé Jackson dans la mesure où c’est celui-ci qui a demandé à participer aux interventions. Mark lui demande d’arrêter d’être un connard. Jackson intervient. Il apprécie vraiment de voir les deux hommes se disputer à son sujet, mais s’il y a un choix à faire, alors, il choisit la chirurgie plastique. Il a vraiment apprécié que Derek le laisse faire ses interventions mais… Mark l’interrompt en invectivant Derek. Quoi ? Il a utilisé son gars pour plusieurs interventions ? Personne n’utilise son gars ! Derek sourit. Ben se tourne vers Alex. Pourquoi sont-ils les seuls à avoir encore un marteau en main ? Ils laissent tomber leurs outils et Alex annonce qu’il va se prendre une bière.

    Owen joue avec Sofia.

    Chez lui, Richard constate qu’Adèle n’a pas touché à l’assiette qu’il lui avait préparée. Il l’appelle en disant que le diner est prêt.

    Owen s’apprête à chanter une chanson à Sofia qui commence à s’agiter. Il comprend que la petite est fatiguée.

    Jackson, Alex et Ben observent de loin Mark et Derek qui s’expliquent. Ils se demandent ce qu’ils sont en train de se dire. Ben pense qu’ils sont en train de décider lequel des deux aura l’honneur de l’emmener au bal de fin d’année.

    En fait, Derek pense que le soudain intérêt de Mark pour l’enseignement réside dans son manque de vie sexuelle. Mark ne répond pas mais pose une question. Quand Richard a proposé à Derek de prendre sa succession, est-ce qu’ils ont cité le nom de Mark ? Derek lui fait remarquer qu’il vient d’avoir un bébé. Il ne voudrait pas être chef. Et de toute façon, Richard ne lui a rien demandé. Oui mais s’il le lui avait demandé, insiste Mark. Derek répète qu’il vient d’avoir un enfant. Après un petit temps de réflexion, Derek lui confie qu’il y a encore quelques semaines, il savait exactement comment se dérouleraient les dix prochaines années. Le travail, la famille et alors… il a perdu son essai, son bébé, il a été mis sur liste noire par la FDA. Et Meredith… certains jours, elle lui manque tellement. Il ne sait pas s’il va y arriver. Mark lui demande s’il a parlé de ça avec Owen. Derek répond que non. Mark voulait juste en être sûr.

    Owen arrive par la terrasse en tenant Sofia à bout de bras. Il croit qu’elle a besoin d’être changée. En marchant, il renverse une bouteille de bière qui se met à rouler. Les trois hommes la suivent du regard. Mark en déduit que la terrasse n’est pas à niveau. Derek soupire. Il va devoir appeler son entrepreneur. En se penchant pour observer le plancher de sa terrasse, il sent la mauvaise odeur qui sort des couches de Sofia. Il fait une grimace. Mark lui adresse un grand sourire.

     

    Voix off

    Alex : Sois un homme Les gens disent ça tout le temps. Mais qu’est-ce que ça veut seulement dire ?

    Richard : Est-il question de force ?

    Owen : Est-il question de sacrifice ?

    Jackson : Est-il question de victoire ?

    Mark : Peut-être que c’est plus simple que ça.

    Derek : Vous devez savoir quand cesser d’être un homme. Parfois il faut être un vrai homme pour mettre son ego de côté, admettre sa défaite et simplement tout recommencer.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :