• Episode 8.14 : All You Need Is Love

    Photobucket

    Titre français : Besoin d'amour

    Scénariste : Jeannine Renshaw

    Réalisateur : Rob Corn

    Diffusion Etats-Unis : 9 février 2012 sur ABC

    Diffusion France : 12 juin 2013 sur TF1

    Référence titre : chanson interprétée par The Beatles

     

    Voix off : Il y a des périodes en nos vies où l'amour vraiment domine tout. L’épuisement, le manque de sommeil, tout. Et alors il y a périodes où il semble que l'amour ne nous apporte rien… Que de la douleur.

    Meredith et Derek s’embrassent langoureusement dans leur lit. Lorsque le baiser prend fin, Derek sourit à sa femme en lui signalant qu’il y a un bébé dans le lit. Elle répond qu’elle est au courant. Effectivement, la petite Zola dort à poings fermés entre ses parents. C’est avec un grand sourire que Derek rappelle à sa femme qu’il n’y a aucun bébé dans la douche. Aussitôt dit, les époux quittent leur lit pour se rendre à la salle de bains, non sans avoir pris soin d’entourer leur petite fille d’oreillers, afin qu’elle ne risque pas de tomber en bas du lit. Mais une fois dans la salle de bains, Meredith se ravise. Les canards avec lesquels Zola joue dans son bain, et qui bordent la baignoire, lui donnent l’impression que Zola est dans la pièce. Derek lui suggère de regarder de l’autre côté mais rien n’y fait. Elle ne peut pas faire l’amour devant les jouets de sa fille. Elle prend son mari par la main et l’entraine dans les escaliers. Quand ils arrivent dans le salon, c’est Derek qui la porte dans ses bras et ils tombent en riant dans le canapé. Le salut de Lexie, qui est assise dans le fauteuil voisin, les ramène à la réalité. Ils ne sont pas seuls. Derek ne cache pas son dépit devant ce qui va l’empêcher, une fois de plus, de faire un câlin à sa femme. Lexie est un train de regarder une opération à la télévision, très certainement un des enregistrements d’Ellis. S’ils le désirent, elle veut bien remettre le film à son début. Derek refuse et prend sa femme par la main pour l’emmener ailleurs. Meredith demande à sa sœur de veiller sur Zola. Juste pour vingt minutes, précise Derek.

    Les deux époux ont trouvé refuge dans leur voiture. Ils sont malheureusement un peu à l’étroit mais rien ne peut leur entamer leur bonne humeur et leur désir. Derek s’apprête à reculer son siège pour avoir un peu plus d’espace lorsque Lexie, qui porte Zola dans les bras, vient frapper à sa vitre. Elle s’excuse mais Zola s’est réveillée et elle semble avoir envie d’être avec ses parents. Elle s’empresse d’ajouter que la petite fille n’a rien vu de ce qui se passait dans la voiture. Derek regarde Zola avec à la fois de l’attendrissement et du désarroi. Il se tourne ensuite vers sa femme. Ils ne vont plus jamais avoir l’occasion de faire l’amour, n’est-ce pas ? Elle soupire avant de lui souhaiter une joyeuse Saint Valentin. Ils s’embrassent avant de sortir de la voiture. Meredith prend sa fille dans les bras pour rentrer dans la maison, suivie de sa sœur et de son mari. Lexie leur annonce qu’elle a sa soirée de libre. Elle pourra garder Zola s’ils ont envie de passer un peu de temps à deux. Elle de toute façon, elle n’a aucun projet, puisqu’elle n’a plus de vie. Derek accepte immédiatement la proposition.

    Arizona essaie de tirer les vers du nez de sa compagne afin de savoir ce que celle-ci a prévu pour leur soirée de Saint Valentin. Elle imagine que Callie a réservé une table avec des bougies dans un beau restaurant. Callie reste vague sur son projet, se bornant à dire qu’elle pense qu’Arizona l’appréciera. Elle lui conseille de prendre un léger bagage. L’idée de passer la nuit hors de chez elles est loin de déplaire à Arizona qui aimerait cependant savoir ce qu’elles vont faire de Sofia. Mark a prévu une baby-sitter, assure Callie. Arizona demande si elle doit prendre aussi un maillot de bain et est catastrophée lorsque Callie lui dit qu’elle ferait mieux de prendre des bottes, ainsi que de longs sous-vêtements super molletonnés. Callie rassure son amie. Ca va être super amusant et romantique !

    Cristina est dans son lit, le corps tourné vers la fenêtre, le regard vide.

    Owen est dans la salle des chaudières. Il s’est placé au-dessus de la bouche d’aération.

    Ben demande à Bailey si la soirée qu’ils ont prévue est toujours au programme. Elle assure que oui, puisque c’est prévu. Il lui fait remarquer qu’elle a l’habitude d’annuler souvent leurs projets, à cause des interventions de dernière minute. Elle promet de ne pas annuler cette fois. Il lui a organisé un diner élégant alors elle a arrangé son planning pour être certaine de ne pas le manquer. Elle a même des chaussures à talons hauts dans le coffre de sa voiture. Ben sourit. Il va passer toute la journée à y penser.

    Arizona interroge Mark pour en savoir plus sur la surprise que compte lui faire Callie. S’agit-il de camping ? Est-ce que Callie pense que son amie sera d’accord de faire du camping le jour de la Saint-Valentin ? Mark affirme ne pas être au courant. Arizona insiste. Callie prétend que ça va être une surprise, mais la vraie surprise sera peut-être qu’Arizona va l’abandonner dans la montagne. Elle est certaine que Mark trouve, comme elle, que le camping n’a rien de sexy. Mark n’a pas vraiment d’avis sur la question. Tout ce qu’il sait, c’est qu’elles ne peuvent pas emmener Sofia en camping. La petite fille va détester ça. Arizona est étonnée. Callie lui a dit qu’il avait pris une baby-sitter. Mark lui fait remarquer que leur amie a dit aussi qu’elle ferait du camping. Elle doit être en train de perdre la tête. De toute façon, il se moque bien de leurs projets. Tout ce qu’il sait, c’est que c’est leur soir de garde et qu’elles vont devoir s’occuper de Sofia. Arizona réplique qu’apparemment elle va faire l’amour avec sa femme dans les bois, sur un sol dur et froid, et que lui, il a promis à Callie de prendre une baby-sitter, alors il faut qu’il le fasse. Mark tente de plaider sa cause. Sa relation avec Julia est nouvelle et fragile. Elle est soumise à pas mal de pression. Pour la Saint-Valentin, il a réservé une table chez Campo. Raison de plus pour trouver une baby-sitter, lui assène Arizona avant de partir. Lexie, qui a tout entendu de la fin de la conversation, lance à Mark qu’elle aussi a des projets pour la soirée. Un rendez-vous super sexy ! Sa relation est nouvelle et fragile aussi. Mark la regarde entrer dans l’ascenseur, comme si elle avait perdu l’esprit.

    April pense que la Saint-Valentin pourrait leur amener pas mal de patients et que quelques-uns de ces cas pourraient devenir des interventions à faire valoir dans leurs résultats d’examen. Alex lui fait remarquer que la Saint-Valentin n’est pas la Saint-Patrick. Voila une fête qui est synonyme d’accidents de voiture et de bagarres dans les bars. A la Saint-Valentin, il est plus question de bagues de fiançailles et de gars qui se font mal au dos en baisant. April le trouve amer, et elle suppose que cela est dû au fait qu’il n’a personne avec qui sortir. Alex la reprend. La Saint-Valentin n’est pas faite pour sortir avec une fille mais pour draguer les filles qui n’ont pas de rendez-vous. De toute façon, il doit étudier pour ses examens. Jackson est étonné qu’il se soit déjà mis à l’étude. April croit comprendre que ce n’est pas son cas. Il prétend que oui. Owen arrive et remarque les décorations roses qui ornent le bureau. Il aimerait savoir qui a fait ça. Comme April se dénonce, il la foudroie du regard. Comprenant qu’il est peu sensible à l’esprit de la Saint-Valentin, elle se justifie par le fait que, selon des recherches, un environnement pleine de gaité diminue le stress et aide les patients à se sentir plus… Elle s’interrompt lorsqu’Owen froisse un petit ours en papier qu’elle avait placé sur le bureau. Le titulaire s’éloigne sous le regard noir de la chef des résidents, tandis qu’Alex fait une grimace signifiant qu’il ne faut pas embêter le chef pour le moment.

    Meredith, qui a fait part à Cristina de sa mésaventure du matin, en est arrivée à la conclusion qu’elle ne devait plus prendre Zola dans son lit, sous peine de ne plus avoir de vie sexuelle. Cristina répond d’un ton morne que la sienne est déjà morte. Elle est certaine qu’Owen va la quitter. Meredith n’y croit pas. Cristina n’est guère convaincue et le pire, c’est qu’elle s’en moque. Si Owen veut partir, s’il veut la détester, eh bien, soit ! Elle ne peut pas l’obliger à rester. Meredith estime qu’elle pourrait envisager de le supplier de rester. Cristina n’est pas d’accord. Elle a autre chose à faire. Elle se concentre sur sa carrière de chirurgien. Meredith lui fait remarquer qu’ils sont tous dans la même situation. Ça ne veut pas dire… Pour moi, oui, l’interrompt Cristina qui se juge brillante, douée, et n’est donc pas le genre de femme qui supplie. Si Owen veut s’en aller, ça lui va.

    Elles croisent Jackson qui leur demande si elles ont déjà commencé à étudier pour leurs examens. Elles répondent en chœur que oui. Super ! s’exclame Jackson avant d’ajouter que lui aussi est déjà en pleine étude. Owen surgit et demande à Jackson de faire passer des examens au patient du lit 6. Il donne ensuite le dossier du patient n°3 à Meredith. Il s’éloigne alors que les deux résidents partent remplir leurs tâches. Cristina rappelle son mari. Il n’a rien pour elle ? Il ne répond pas et poursuit son chemin sans même se retourner. 

    Dans le lit n° 3, il y a une patiente, Janelle, qui souffre de violentes migraines depuis six semaines, selon ce qu’explique son mari à Meredith. Ils sont déjà venus au Seattle Grace et Janelle a passé des scanners qui n’ont rien révélé. On leur a dit qu’il s’agissait probablement d’une migraine mais les médicaments n’ont pas eu d’effet. Meredith demande à Janelle de quantifier sa douleur sur une échelle de 1 à 10. La patiente répond que ce matin, c’était 11 mais maintenant on est plus vers le… Tout à coup, elle se tait et ses yeux se perdent dans le vague. Elle ne répond plus à aucun des stimuli de Meredith qui demande au mari si cela arrive souvent. Oui. C’est comme si Janelle se déconnectait complètement, à cause d’une trop forte douleur. Meredith demande à une infirmière de faire passer un électroencéphalogramme à la patiente et aussi de biper Derek pour qu’il vienne rapidement. Le mari s’inquiète. Il ne s’agit pas d’une simple migraine, n’est-ce pas ? Meredith confirme. Sa femme est en train de faire une attaque.

    Bien décidée à ne pas laisser les choses où elles en sont, Cristina fait remarquer à Owen que cela fait déjà deux semaines qu’il l’a exclue du service de Teddy. Elle sait qu’elle a franchi une limite et que c’est pour cela qu’il l’a réprimandée mais continuer à la punir est… Owen lui coupe la parole pour lui annoncer sèchement qu’elle peut recommencer à travailler avec Teddy. Il s’éloigne sans lui laisser le temps d’ajouter quelque chose. Cristina est interloquée. Elle le regarde partir quand elle a son attention attirée par un bruit. Elle regarde en direction de l’entrée des urgences et semble tétanisée par ce qu’elle voit, à savoir la camionnette d’un fleuriste qui vient de franchir la porte et se dirige droit sur elle. Les cris commencent à retentir lorsqu’Owen se jette sur elle pour la pousser hors de la trajectoire du véhicule. Le couple tombe à terre. Cristina est hors d’haleine et choquée. Owen lui demande d’une voix douce si elle va bien. Elle répond que oui. Owen veut en être certain. Elle le rassure. Il se relève et disparait à nouveau sans un mot.  

    Ils se retrouvent quelques secondes plus tard autour du chauffeur de la camionnette pour faire les premières constatations. L’homme ne semble pas comprendre ce qui vient de lui arriver. Cristina lui explique qu’il est au Seattle Grace Hospital et qu’il vient de provoquer un accident. Owen le rassure. Personne n’a été blessé mais ils doivent l’examiner. L’homme pense qu’il a dû s’endormir au volant l’espace de quelques secondes. Il a travaillé durement durant toute la semaine. D’ailleurs, il aimerait bien pouvoir repartir. S’il ne livre pas immédiatement les roses qui sont dans sa camionnette, elles vont se faner. Owen lui ordonne de se calmer. Il ne pourra pas partir tant qu’ils ne l’auront pas soumis à quelques examens. Il demande qu’on bipe Teddy.

    Derek est au chevet de Janelle. Meredith informe le mari de cette dernière, Randy, que les médicaments qu’ils lui ont administrés ne semblent avoir aucun effet. Compte tenu du fait que le cerveau pourrait subir des lésions irréparables, Derek propose à Randy de placer sa femme en coma artificiel. Le mot fait peur à Randy. Derek lui explique qu’il s’agit en gros d’un sommeil profond dans lequel on va placer sa femme pour éviter que des attaques n’endommagent plus sérieusement le cerveau. Meredith ajoute que cela leur permet aussi d’avoir un peu plus de temps pour comprendre ce qui provoque ces attaques. Randy ne sait quoi dire. Janelle vient juste d’avoir 32 ans et bien sûr, ils n’ont jamais parlé des mesures à prendre dans pareille situation. Derek insiste sur le fait que chaque nouvelle attaque abime un peu plus le cerveau de Janelle. Alors il faut prendre la décision très rapidement. Evidemment, Randy se range à l’avis des médecins.

    C’est le chaos aux urgences. L’entrée du service est encombrée par les bouquets de fleurs qui ont été éjectés de la camionnette. April les met dans des vases. Owen la voyant faire, il lui ordonne de cesser de s’occuper des fleurs. Qu’elle se contente de les jeter pour pouvoir retourner au travail. Même si la solution ne lui plait pas du tout, April va s’exécuter quand Richard lui suggère carrément de désobéir. Owen n’a pas besoin de savoir ce qu’elle fait des fleurs. April les reprend dans ses bras avec un grand sourire et s’en va à toute vitesse. Richard se tourne vers Lexie pour lui dire qu’il ne comprend pas comment on peut envisager de jeter des fleurs en bon état. Les gens sont tellement cyniques de nos jours. Pourquoi autant de mépris à l’égard de la Saint-Valentin ? Quel mal y-t-il de vouloir célébrer la personne que l’on aime ? Lui, il prend ce jour très au sérieux. Lexie en est consciente. D’ailleurs, elle lui souhaite un joyeux anniversaire de mariage. Après l’en avoir remerciée, il lui dit qu’il espère pouvoir rentrer tôt chez lui afin de passer encore une bonne partie de la journée avec sa femme. Et elle, quels sont ses projets ? Une sortie en ville ? Lexie avoue qu’elle ne sort plus beaucoup ces derniers temps. Pour le dire, elle emploie une formule à double sens qui tend à exprimer qu’elle ne couche plus avec grand-monde pour le moment. Immédiatement après, elle se rend compte de ce que ses propos peuvent avoir de tendancieux et s’en excuse auprès de Richard, assurant qu’elle ne voulait pas être grossière. Pour dissiper le malaise, elle répète qu’elle n’a pas de projets particuliers pour la soirée. Elle est interrompue par l’arrivée de l’ambulance d’où s’échappe une voix de femme criant qu’elle aurait dû écouter sa mère et ne pas gâcher sa jeunesse. La porte du véhicule s’ouvre pour laisser sortir une ambulancière qui commence immédiatement à expliquer que le patient, Charlie a été percuté par une voiture alors qu’il courait sur la route, en plein trafic. La jeune femme qui accompagne Charlie, Sharon, continue de crier qu’elle ne comprend pas comment il peut être si bête ni comment il a pu lui faire un coup pareil. Charlie lui rappelle qu’elle est aussi fautive que lui. S’il n’avait pas dû se lancer à sa poursuite, cela ne serait jamais arrivé. Elle réplique qu’il n’avait pas à le faire, qu’il n’avait plus à l’embêter puisque tout est fini entre eux. Richard demande ce qui s’est passé. Charlie lui explique qu’ils ont pris leur petit-déjeuner au lit. A ce moment là, ils nageaient en pleine bonheur et la seconde d’après… Sa compagne l’interrompt en hurlant qu’elle croyait qu’il allait la demander en mariage.

    Alex examine une fillette d’une dizaine d’années, Clementine, avec des plaques rouges sur le visage et qui semble avoir des difficultés à respirer. La dame qui accompagne Clementine explique à Alex qu’elle n’est pas la mère de l’enfant – celle-ci était à la gym, elle va arriver - mais juste l’imbécile qui a acheté du chocolat aux noisettes pour une fille qui  y est allergique. En effet, son fils, Nico, voulait offrir du chocolat à Clementine pour la Saint-Valentin. La fillette en a mangé un morceau et la crise a commencé. Alex annonce à sa patiente qu’il va lui donner un traitement pour soigner ses problèmes respiratoires ainsi que des médicaments pour faire disparaitre ses problèmes cutanés. Nico prend la main de Clementine en l’invitant à serrer la sienne aussi fort qu’elle le veut, si elle a mal.

    Charlie est en salle d’examen mais cela n’empêche pas sa copine de continuer à faire son procès. Elle estime qu’il la nargue avec ses petites boites. Elle aurait préféré un beau livre ou un mug parce qu’au moins elle ne devrait pas continuer d’espérer à chaque Saint-Valentin. Elle ne supporte plus ces petites boites recouvertes d’un tissu violet qu’il lui offre chaque année. Il lui reproche avec hargne de ne pas même avoir jeté un œil sur le collier qui était dans la boite. Elle réplique qu’elle n’avait pas à le faire, du moment que ce n’était pas une bague. Comme elle lève le bras, Richard remarque qu’elle a une légère éraflure. Il demande à Lexie de l’examiner mais l’on devine que c’est le besoin de calme plus que l’inquiétude qui le motive. Une fois que les deux femmes ont quitté la pièce, Richard se penche sur Charlie pour lui dire que les hommes devraient pouvoir souffrir en paix. Charlie le remercie.

    Meredith a demandé à Bailey de la rejoindre pour lui parler du cas de Janelle. Elle essayait de découvrir ce qui pouvait provoquer ces attaques quand elle a vu que la patiente souffrait d’anémie hémolytique. Elle pense donc que si les anticorps de Janelle attaquent ses globules rouges, ils pourraient aussi s’en prendre à son cerveau. Voila pourquoi elle a fait appel à Bailey. Elle s’est dit qu’elles pourraient passer leur journée de Saint-Valentin ensemble. Bailey repousse la boite de chocolats que Meredith lui tend en lui faisant remarquer qu’elle a des projets pour célébrer la fête des amoureux et il n’est pas question qu’elle les abandonne. Alors elle est d’accord pour passer rapidement en revue avec Meredith tout ce qui pourrait attaquer le corps de la patiente, que ce soit un virus ou une tumeur, jusqu’à ce qu’elles trouvent ce dont il s’agit. Meredith l’interrompt pour lui signaler que, sur base des résultats d’une ponction lombaire, elle vient de comprendre qu’il s’agissait d’un tératome. Bailey décide de faire passer Janelle au scanner. 

    Le silence est pesant entre Cristina et Owen alors qu’ils examinent les résultats des scanners du fleuriste. Teddy les rejoint et Owen lui annonce que le patient souffre d’une hernie du diaphragme intrapéricardial. Teddy l’ignore et interroge Cristina pour savoir ce qui a pu amener les organes abdominaux à se retrouver près du cœur. Cristina répond que la poitrine du patient a heurté le volant lors de l’accident. Teddy lui demande de réserver un bloc et de lui trouver un assistant. Cristina lui apprend alors qu’Owen a donné son accord pour qu’elle travaille à nouveau en cardio. Teddy ne montre aucune émotion particulière. Owen estime qu’ils doivent opérer le patient le plus rapidement possible afin d’éviter qu’il ne fasse une tamponnade. Il quitte la pièce après leur avoir demandé de se dépêcher. Comme si elle ne le faisait pas habituellement, marmonne Teddy une fois qu’il est sorti de la pièce.

    La copine de Charlie suppose que Lexie doit la prendre pour une vraie garce. Mais il faut comprendre, cela fait huit ans qu’ils sont ensemble et c’est la même chose à chaque Saint-Valentin. Ça s’empire même. Cette année, comme toutes les autres, il l’a réveillée, ils ont pris le petit-déjeuner au lit. Ensuite, il lui a annoncé qu’il avait réservé une table pour le diner et un bel hôtel sur la jetée, et puis il lui a offert une autre saleté de collier bon marché. Et ça fait huit ans que ça dure. Elle estime qu’ils ne sont plus des adolescents maintenant. Lexie se demande si Charlie sait à quel point Sharon tient à se marier. Pour la jeune femme, ça ne fait aucun doute. Elle et Charlie ont assisté à une vingtaine de mariages et à chaque fois, elle a pleuré toutes les larmes de son corps. Charlie sait qu’elle n’est pas une sentimentale d’habitude. Tout à coup, Richard passe dans le couloir en poussant la civière de Charlie. Il annonce à Sharon que son fiancé souffre d’une importante hémorragie interne et qu’il faut l’opérer immédiatement. Lexie le rejoint dans l’ascenseur, non sans lui faire remarquer que Charlie et son amie ne sont pas fiancés.  

    Teddy, Owen et Cristina sont au bloc pour opérer le fleuriste. Ils sont assistés par Steve qui a la malencontreuse idée de leur demander quels sont leurs projets pour la Saint-Valentin. Teddy laisse tomber que son mari est décédé dans cette même salle, un mois plus tôt, alors que Cristina l’opérait et qu’elle-même était occupée par une opération qui a duré sept heures, sans savoir que son mari était mort, puisque le Dr Hunt avait décidé de le lui cacher, raison pour laquelle elle ne lui parle plus. Elle ajoute qu’Owen veut un bébé mais que Cristina n’en veut pas, ce qui fait qu’ils ne se parlent plus non plus, bien qu’ils soient mariés. Donc non, pas de Saint-Valentin pour eux trois. Et Steve, qu’a-t-il prévu ? Embarrassé, le jeune homme s’apprête à raconter ce qu’il a prévu avec sa petite amie mais devant le regard que lui lancent Owen et Teddy, il s’abstient.

    Bailey et Meredith expliquent à Randy qu’ils ont remarqué une tumeur sur le poumon de Janelle et qu’elles pensent qu’il s’agit d’un tératome. Cette tumeur crée des anticorps qui attaquent le cerveau, ajoute Meredith avant de préciser pour le jeune homme qui ne comprend pas vraiment ce qu’on lui raconte, que le corps de Janelle considère la tumeur comme un envahisseur contre lequel il doit se défendre, et le cerveau est blessé dans la bagarre. Voila pourquoi il faut enlever la tumeur et l’analyser pour être sûr qu’elle est bien la cause des attaques dont est victime Janelle. Randy résume la situation avec ses mots : les médecins enlèvent la tumeur, Janelle n’a plus de migraine, elle sort du coma et ils peuvent retrouver leur vie d’avant. C’est ce qui est prévu, commente Meredith. Le jeune homme se confie à elle. Il connait Janelle depuis le lycée. Elle est sa meilleure moitié. Il sait que cela fait cliché mais c’est la réalité.

    Mark a bipé Arizona pour décider de qui aura la garde de Sofia pour la soirée de la Saint-Valentin. Elle ne voit pas pourquoi elle l’écouterait. Sous le regard amusé de Jackson, Mark rappelle à Arizona qu’ils sont trois pour élever Sofia. Il faut donc trouver le moyen le plus juste possible de désigner la personne qui veillera sur l’enfant. Evidemment, il suppose qu’Arizona tient autant que lui à inculquer à la petite fille la notion d’égalité et d’honnêteté, et à ne pas l’élever dans l’anarchie et le chaos. Alors est-ce qu’Arizona est prête ? Oui. Aussitôt les deux se mettent à jouer à pierre feuilles ciseaux. Après quelques secondes, voulant à tout prix remporter la manche, Mark demande conseil à Jackson. Celui-ci pense que comme cela fait deux fois qu’Arizona fait pierre, elle va faire papier. Il conseille donc à Mark de faire ciseaux. Arizona s’impatiente. Mark retourne donc dans le match en suivant les conseils de son poulain. Mal lui en prend car Arizona fait pierre. Elle remporte donc le jeu et souhaite une bonne soirée de babysitting à Mark. Celui-ci reproche à Jackson de l’avoir mal conseillé. Il aurait dû suivre son instinct. Maintenant Julia va le tuer.    

    L’état de Clementine empire. Alex décide de lui faire une piqure. La mère de l’enfant, Terri, arrive sur ses entrefaites et la maman de Nico tente de la rassurer, en disant qu’Alex sait vraiment ce qu’il fait. Terri répond sèchement qu’il en faut au moins un. Elle ne veut pas admettre que la mère du garçon n’était pas au courant des allergies de Clementine. L’école avait signalé le fait à plusieurs reprises. L’autre maman lui rappelle qu’elle travaille, sans parler des trois enfants qu’elle doit élever. Alors, elle n’a pas toujours le temps de lire toutes les notes envoyées par l’école. 

    En salle d’opération, Richard comprend que Charlie, qui perd beaucoup de sang, ne va pas survivre si l’intervention se poursuit. Il propose de le ramener en soins intensifs pour le stabiliser. Mark et Jackson entrent dans la salle en se chamaillant. Jackson refuse de faire du babysitting. Mark lui rappelle qu’il peut briser sa carrière s’il le veut. Il informe ensuite Lexie qu’il doit vérifier un hématome. Ce sera rapide car il a un rendez-vous. Jackson, qui veut absolument échapper à la corvée, ne voit pas ce qui permet à Mark de penser qu’il ferait un bon baby-sitter. Selon Mark, il connait la méthode de réanimation, il réfléchit vite et bien, il est en forme, il pourrait quitter un immeuble en feu en courant. Surtout, il n’est pas question que Mark annule son rendez-vous le jour de la Saint-Valentin. Les femmes disent qu’elles s’en moquent mais ce n’est pas du tout vrai. Richard prend la parole pour annoncer à Lexie qu’ils vont préparer le patient pour les soins intensifs. Il propose également de rester pour le surveiller mais Lexie refuse. Il fête son anniversaire de mariage, alors c’est à elle de rester. Mark est surpris par ce sacrifice. Ne lui avait-elle pas dit qu’elle avait un super rendez-vous en vue ? Jackson aimerait savoir avec qui. S’apercevant de l’embarras de la jeune femme, Richard demande à Mark de les laisser travailler en paix. Lexie l’en remercie une fois que les deux acolytes sont partis.

    Cristina appelle l’ascenseur. Owen arrive à son tour et appuie nerveusement sur le bouton d’appel avant de se placer devant la porte de l’autre ascenseur. Comme celui n’arrive pas assez vite à son goût, il appuie à nouveau plusieurs fois avec force sur le bouton. Cristina lui fait remarquer qu’elle a déjà appelé l’ascenseur. Owen ne répond pas. Les portes de l’ascenseur, devant lequel se trouve Cristina, s’ouvrent. Cristina y entre. Après quelques secondes d’hésitation, Owen l’y suit. Cristina s’étant adossée à la paroi du fond, Owen reste devant les portes. Il veut lui parler mais les mots peinent à sortir de sa bouche. Il arrive enfin à lui dire qu’il va quitter leur appartement. Si elle a besoin de lui, elle le trouvera chez sa mère. C’est là qu’il habitera jusqu’à ce qu’il trouve une solution. Les yeux de Cristina s’emplissent de larmes et elle ouvre la bouche pour parler, mais elle aussi n’arrive pas à s’exprimer. Lorsqu’Owen lui demande si elle est d’accord, elle répond d’une voix enrouée que oui. Il sort de l’ascenseur. Cristina se met à pleurer.

    Ben annonce à Bailey que, compte tenu du temps qu’elle a pris pour pratiquer l’ablation du poumon, il a dû déplacer sa réservation à 20h. Elle s’étonne qu’il ait réussi cet exploit en ce jour de fête. Il lui rappelle qu’il a des relations. S’il le faut, il peut même repousser le diner jusqu’à 21h. Bailey assure que ce ne sera pas nécessaire. Une fois que le service pathologie aura confirmé qu’il s’agit d’un tératome, elle ira chercher ses chaussures à talons hauts dans sa voiture. Le couple arrive dans une salle où Meredith, dépitée, annonce à sa supérieure qu’en fait de tératome, il ne s’agit que d’un granulome bénin. Bailey pousse un gros soupir avant de conseiller à Ben de reporter la réservation à 21h.

    Terri est irritée par la présence de la maman de Nico. Celle-ci réplique qu’elle adorerait pouvoir s’en aller mais Nico ne voudra jamais partir sans être certain que Clementine va mieux. Les deux mères commencent à échanger des propos peu sympathiques, Terri reprochant à la maman de Nico de manquer d’autorité sur son fils, tandis que la maman de Nico l’accuse de trop couver sa fille. Terri réplique qu’elle surveille sa fille parce que Nico la harcèle. D’ailleurs que venait-il faire à la maison en son absence ? La mère du garçon objecte qu’il ne se serait pas incrusté. Il voulait juste offrir son cadeau à cette gamine pourrie gâtée qu’est Clementine. Terri ironise sur le fait qu’un des cadeaux qu’il a faits était des poux dont elle a eu beaucoup de mal à se débarrasser. Alex, qui a assisté à la dispute, intervient pour y mettre fin. Il rappelle aux deux mères que leurs enfants ont 10 ans. Ils sont amoureux et c’est bien mignon. Elles devraient les laisser être mignons. Nico vient avertir le médecin que Clementine respire bizarrement. Alex constate aussitôt qu’en fait elle n’arrive plus à respirer seule et qu’il va devoir l’intuber. Il informe ensuite Terri que sa fille vient de faire un choc anaphylactique. Il va la garder en observation pour la nuit et voir comment elle réagit. Il pense toutefois qu’elle ira bien. Terri se retourne vers la mère de Nico et la supplie de s’en aller. Elle obtient enfin satisfaction.

    Meredith ne comprend rien au cas de Janelle. Toutes les analyses montrent qu’elle a un tératome. Bailey suppose donc que la patiente a deux tumeurs, une sur le poumon, qu’elles viennent de retirer, et le tératome qui se cache dieu sait où. Meredith voudrait bien le savoir. Les scans et l’échographie n’ont rien montré. Bailey émet alors l’hypothèse que le tératome soit microscopique. Meredith rappelle qu’on trouve ce types de tératome le plus souvent sur les ovaires. Elle comprend à l’expression de Bailey que celle-ci croit bien que c’est le cas de Janelle. Meredith est horrifiée. La jeune femme n’a que 32 ans. Bailey en est consciente. Malheureusement, ce genre de tumeurs arrive bien souvent à des personnes jeunes et sympathiques. Meredith soupire.

    Après avoir examiné Charlie qui est toujours dans le coma, Lexie remarque que Sharon semble effondrée. La jeune femme lui confie qu’elle avait choisi une bague et qu’elle en avait envoyé une photo à ses sœurs, afin qu’elles aident Charlie à lui faire une surprise. Cette bague était tellement importante pour elle. Mais maintenant, quand elle regarde Charlie, elle se rend compte à quel point elle se moque de cette bague. Elle n’en a pas besoin. Tout ce dont elle a besoin, c’est Charlie. Tout ce qu’elle veut, c’est qu’il aille bien. Elle supplie Lexie de faire tout son possible pour que Charlie s’en sorte.

    Teddy et Owen sont au chevet du fleuriste. Owen lui promet qu’il sera sur pied dans quelques semaines mais il devra éviter de faire encore des nuits blanches. Le patient le rassure. Les fleurs, c’est fini pour lui. C’est un commerce stupide. Les gens téléphonent aux fleuristes pour leur demander de faire quelque chose de beau pour que des personnes désespérées puissent oublier qu’on les traite comme de la merde le reste de l’année, comme si elles considéraient que les fleurs ont un effet magique. Il trouve que ce serait bien mieux si les gens cessaient d’être horribles entre eux. Interpelée par ce discours qui la concerne si directement, Teddy prend congé du patient. Owen la suit aussitôt et demande à lui parler. Il veut qu’elle sache qu’il est pleinement conscient qu’elle a vécu un enfer et qu’il y est pour quelque chose. Il sait aussi qu’elle a beaucoup de chagrin et qu’il n’y a pas de solution magique pour résoudre ça, mais il voudrait qu’elle se souvienne qu’ils étaient amis parce qu’il a vraiment besoin d’une amie aujourd’hui. Lorsqu’il lui propose d’aller boire un verre, où même plusieurs, chez Joe, Teddy explose. Elle lui crache sa haine, lui reprochant d’avoir fait passer les besoins de son hôpital avant son mari décédé. Depuis qu’il a pris cette décision, elle le déteste. La nuit, seule dans son lit, elle regarde la place qu’occupait Henry et elle pense à toute la haine qu’elle éprouve pour Owen. Elle voudrait qu’il soit mort plutôt qu’Henry. Elle pense aussi à tous les braves soldats qui sont morts en Irak et elle ne comprend pas quel genre de dieu peut laisser vivre Owen plutôt qu’eux. Alors non, ils ne sont pas amis. Quant à son chagrin, il ne passera jamais. Elle déteste tellement Owen qu’elle ne veut plus qu’il lui adresse la parole en dehors du travail. Owen est dévasté par ce qu’il vient d’entendre.

    Les médecins ont informé Randy de l’état de santé de Janelle. Le jeune homme a besoin de le redire avec ses propres mots pour être certain qu’il a bien compris. Ainsi donc, les médecins ont retiré la tumeur des poumons pour se rendre compte que ce n’était pas ce qu’elles pensaient. Et maintenant, elles veulent enlever les ovaires de Janelle. Bailey lui explique que les anticorps qui attaquent le corps de son amie sont souvent produits par des tératomes qui se situent le plus souvent sur les ovaires. Mais on peut aussi les trouver à d’autres endroits, et c’est pour ça qu’elles ont d’abord pensé aux poumons. Meredith ajoute qu’il y a de grandes chances pour que le tératome soit sur les ovaires. Randy n’apprécie pas tellement qu’on lui parle de chances. Il aimerait que les médecins aient des certitudes. Il leur rappelle que Janelle est jeune et qu’elle veut des enfants, tout comme lui. Alors non, il n’est pas d’accord. Il attend des médecins qu’ils fassent mieux que ça. Meredith lui fait remarquer que si elles ne font rien, les attaques vont se poursuivre. Le corps tout entier pourrait s’arrêter de fonctionner. De plus, pendant ce temps, le cerveau subit des dommages que Janelle ne sera plus la femme qu’il aime. Randy est effondré. 

    Lexie aperçoit Mark en train de manger des chocolats. Elle va s’asseoir à côté de lui et lui demande s’il les a pris à un patient. Après lui avoir présenté la boite, il lui explique qu’il les avait achetés pour Julia mais celle-ci vient d’annuler leur rendez vous pour pratiquer une transplantation oculaire. Alors il se console en se gavant de chocolat. Lexie se moquerait bien de lui si elle n’avait pas la bouche pleine. Il lui suggère d’essayer les losanges, ce sont des caramels au beurre salé. Il lui raconte ensuite, très naturellement, qu’il ne voulait pas décevoir son amie. Il lui avait acheté des fleurs et des chocolats. Il a des paquets pleins de pétales de rose. Et maintenant, il est seul pour la Saint Valentin, à manger du chocolat. Lexie estime qu’elle peut faire mieux que lui. En souriant, elle lui révèle que son super rendez-vous du soir, c’est Zola. Elle va faire du babysitting. Les deux ex amants échangent un regard à la fois tendre et complice. Mais leur aparté est interrompu par la sonnerie du moniteur qui signale que Charlie fait un arrêt. Les deux médecins se précipitent. Lexie fait sortir Sharon de la chambre et demande qu’on prévienne Richard tandis que Mark commence le massage cardiaque. Lexie applique les palettes du défibrillateur et envoie les décharges.

    Peu après, Richard et Lexie se rendent dans la salle d’attente où se trouve Sharon. Elle comprend immédiatement à leur expression que Charlie n’a pas survécu. Richard confirme qu’ils n’ont pas réussi à relancer le cœur. Sharon éclate en sanglots.

    La gynécologue qui assiste Bailey et Meredith dans l’intervention de Janelle, ne voit rien qui indique qu’il y a une tumeur sur les ovaires. Meredith lui rappelle que la tumeur pourrait être microscopique. Bailey constate qu’il y a beaucoup d’adhérences sur un des ovaires, cela pourrait être une preuve de la présence d’un tératome. Meredith suggère de retirer l’ovaire droit, de le faire analyser et d’essayer de sauver le gauche. La gynécologue la rappelle à l’ordre. C’est elle la spécialiste. Meredith réplique qu’elle ne peut pas faire confiance à une résidente de troisième année pour s’occuper de Janelle. La gynécologue cherche un appui du côté de Bailey, en vain. 

    Dans la salle d’attente, la mère de Nico n’arrive pas à convaincre son fils de quitter l’hôpital. L’enfant ne veut pas partir parce qu’il a promis à sa petite amie de rester avec elle. Il résiste de toutes ses forces à sa mère qui tente de l’emmener de force. Alex, qui a assisté à la scène, intervient une fois encore. Il donne tort à Nico, estimant que son comportement est embarrassant. Nico se moque bien d’être ridicule. Tout ce qui l’inquiète, c’est ce que Clementine pensera quand elle s’apercevra à son réveil qu’il n’est pas là. Elle se dira qu’il ne l’aime pas. Alex lui propose d’être son porte-parole auprès de la petite fille. Nico n’a qu’à lui transmettre tout ce qu’il a envie de dire à Clementine, ce sera rapporté. Nico lui conseille d’aller chercher un Bic et un bloc-notes.

    En attendant les résultats de l’analyse de l’ovaire droit, Meredith et Bailey jouent à oxo sur le drap qui recouvre Janelle. Tout à coup une voix résonne dans le haut-parleur. Les analyses n’ont rien montré. L’ovaire était parfaitement sain. Meredith est atterrée. Bailey en conclut qu’elles ont pris le mauvais ovaire. La gynécologue lui fait remarquer qu’il y a des chances pour que l’autre ovaire ne soit pas malade non plus. Bailey l’accuse d’avoir une mauvaise mentalité. Meredith est persuadée que le tératome est sur ce deuxième ovaire. Il doit être là. Bailey répond que si ce n’est pas le cas, elles viennent de rendre une jeune femme stérile pour rien. Elles commencent à pratiquer l’ablation du second ovaire.

    Teddy rejoint Cristina et lui annonce qu’elle ne veut plus entendre parler d’Owen. Comment peut-il penser qu’elles vont oublier ce qu’il leur a fait ? Comment peut-il penser qu’ils pourraient encore être des amis ? Cristina ne répond pas. 

    Le laborantin qui analyse le second ovaire de Janelle sent peser sur lui le regard impatient de Bailey. Il rappelle à cette dernière que rester là, à l’épier, ne va pas accélérer les choses. Elle ne bouge cependant pas d’un pouce. Il finit par dire que l’échantillon a quelque chose d’un peu anormal mais avant qu’il ait fait d’autres analyses… Meredith l’interrompt en lui ordonnant de lui céder sa place. Elle se met au microscope. Après quelques secondes, elle invite Bailey à faire sa propre constatation : il y a plusieurs types de cellules, ce qui pourrait être compatible avec un tératome. Les deux femmes se tournent vers le laborantin qui avoue du bout des lèvres que, oui, cela pourrait être le cas. Les deux femmes poussent presque un cri de victoire.

    Comme promis, Alex est au chevet de Clementine lorsqu’elle se réveille. Elle regarde aussitôt autour d’elle et s’inquiète de l’absence de Nico. Alex lui apprend que son amoureux a dû partir, obligé par sa mère, mais il a un message à lui délivrer de la part du garçon. Le médecin prend son bloc notes, et commence à lire : "Chère Clementine, je suis désolé que tu sois malade mais je ne suis pas désolé que tu sois ma petite amie. Être seul, c’est la pire des choses le jour de la Saint-Valentin. Mais je pense à toi et je pense à te tenir la main. Je t’aime. PS : je me moque de qui a donné des poux à l’autre. Je suis juste heureux qu’on les ait eus ensemble." Au fur et à mesure qu’il lit le message de Nico, le visage de Clementine s’illumine d’un beau sourire. Attendri, Alex lui dit qu’elle est tombée sur un bon garçon, un des meilleurs.

    Lexie entre dans la chambre où repose le corps de Charlie, En emballant ses affaires dans un sac, elle fait tomber le collier qu’il voulait offrir à Sharon pour la Saint-Valentin. Après avoir regardé autour d’elle pour vérifier qu’il n’y avait personne pour l’épier, elle ouvre le pendentif en forme de cœur et y trouve deux petits papiers sur lesquels Charlie avait écrit une demande en mariage. Elle hoche la tête tristement.

    Mark est chez lui avec sa fille lorsque la sonnette d’entrée de son appartement résonne. Il ouvre la porte et se retrouve devant Jackson qui a apporté un steak, une salade et une bouteille de vin rouge. Le jeune homme a même l’intention de préparer le diner. Mark lui rappelle qu’il a une petite amie. Oui mais elle est train d’opérer, réplique le jeune homme avant de lui demander de l’aider à réviser la matière d’examen, parce qu’il a vraiment pris beaucoup de retard. Mark jette un coup d’œil en direction de la bouteille de vin et demande son prix ? 50 $ répond Jackson avec une grimace. Mark le laisse entrer.

    C’est l’heure de la surprise pour Arizona. Elle et Callie marchent dans un bois et Callie lui a bandé les yeux pour conserver le mystère jusqu’au bout. Arizona sait qu’elle devrait jouer la surprise, mais elle ne peut pas, puisqu’elle sait que Callie l’emmène faire du camping. Elle essaie d’avoir une attitude positive mais ce foulard sur les yeux ne l’y aide pas. Tout à coup, Callie la fait arrêter. Est-ce qu’elle est prête ? Elle retire le bandeau des yeux de son amie qui découvre qu’elles sont devant la caravane de Derek. Arizona ne cache pas qu’elle est dépitée. Callie court jusque sur la terrasse. Elle s’est souvenue que Derek n’utilisait plus sa caravane alors elle lui a demandé les clés. Arizona n’arrive pas à se montrer joyeuse. La perspective du camping la démoralise, malgré le petit déhanchement dont la gratifie Callie. Cependant, pour ne pas froisser celle-ci ou gâcher la fête, Arizona décide de donner le change. Elle affiche un beau sourire et rejoint sa compagne en criant que ça va être amusant. Ce qu’elle découvre à l’intérieur de la caravane la séduit nettement plus. Callie a décoré de telle façon qu’on en oublierait presque qu’on est dans une caravane. De plus, il y a de la lingerie sur le lit et surtout personne à des kilomètres à la ronde, précise Callie en commençant à déshabiller Arizona. Les deux femmes s’embrassent.

    Meredith annonce à Derek que les attaques de Janelle ont cessé parce qu’elle a réussi à trouver le tératome sur ses ovaires. Elle lui sort l’échantillon comme preuve. Il sourit. Il aurait très bien pu se contenter d’un simple récit pendant le diner. Il n’avait pas besoin de voir un morceau d’ovaire pour la croire. Elle est fière de lui dire que c’est grâce à son acharnement qu’elle a pu sauver Janelle. Ça a pris du temps mais elle a fini par comprendre où le tératome se cachait et elle l’a retiré. Il la trouve terriblement sexy quand elle regarde le tératome qu’elle a vaincu. Elle se met à rire.

    Bailey se dépêche de sortir de la chambre de Janelle lorsque son téléphone sonne. On lui annonce l’arrivée d’un patient. Richard la rejoint et elle lui apprend que cet homme s’est écrasé contre un poteau, ce qui a provoqué l’éclatement du rein. Voila qui ruine sa Saint-Valentin ! Richard lui propose aussitôt de s’en charger. Elle refuse. Elle ne veut pas lui gâcher sa soirée. En plus, c’est son anniversaire de mariage. Il faut qu’il rentre chez lui. Adèle est probablement en colère. Il lui apprend qu’il est déjà rentré chez lui mais Adèle ne l’a même pas reconnu. Elle a trouvé qu’il avait l’air d’un gars sympa. D’ailleurs, elle l’a invité à se joindre à elle pour le diner et elle a flirté avec lui. Donc, non, elle ne lui en veut pas. En fait, il pense qu’elle est en train de tomber amoureuse de lui. Bailey est désolée pour lui. Il lui demande de se dépêcher à partir. Il a envie de rester seul avec un rein et un scalpel. Bailey part en courant.

    Zola dans les bras, Lexie fait les cent pas dans le hall d’entrée de la maison de sa sœur, en expliquant à voix haute qu’elle va aller chez Mark et lui dire qu’elle est toujours amoureuse de lui, parce que quand on ne dit pas ces choses là, on se vide de son sang et on meurt, et l’autre personne apprend la vérité dans un médaillon en plastique. On entend un bruit de moteur et une portière qui claque tandis que Lexie demande à Zola ce qu’elle pense de son super plan. Meredith et Derek apparaissent, hilares, à la porte et apparemment très pressés de se retrouver en tête à tête. Lexie leur tend leur enfant en annonçant qu’elle doit partir. Mais ils passent devant elle, Meredith lui demandant de leur accorder juste une heure, Derek lui suggérant même d’emmener Zola avec elle. La petite adore se promener. Le couple grimpe les escaliers en courant, Derek promettant à sa fille qu’ils vont très vite revenir. Lexie regarde vers le plafond avec un air désespéré tandis qu’on entend les cris de joie de Meredith. 

    Bailey s’excuse auprès de Ben d’être toujours en habit de travail mais elle a eu deux opérations à faire. Elle sait qu’elle donne l’impression de lui avoir posé un lapin mais ce n’est pas du tout le cas et maintenant, elle est prête pour aller diner. Bne lui fait remarquer qu’il est déjà plus de 23h. Il n’est plus question d’aller diner. Elle est atterrée d’avoir ruiné leur rendez-vous. Elle s’en veut terriblement. Elle sait qu’elle n’est pas douée pour ce genre de choses, les trucs romantiques. Mais d’un autre côté, il ne peut pas lui en vouloir de travailler, de sauver des vies. Elle commence à s’énerver en lui disant que s’il veut rompre avec elle parce qu’elle a sauvé des vies, alors elle ne veut pas même pas vivre quelque chose de romantique avec lui. Tout à coup, elle remarque qu’il est en costume et s’en étonne. Il attire son attention  sur le fait qu’il est 23h23, et que donc la Saint-Valentin n’est pas encore terminée. Il l’emmène dans une salle voisine transformée pour l’occasion en une salle de restaurant pour deux personnes. Un serveur est déjà en train de verser le champagne dans les coupes. Ben avoue à son amie qu’il a toujours su qu’il n’arriverait pas à l’emmener au restaurant, alors il a engagé un serveur pour la soirée. Il sait ce que c’est que de sortir avec elle. Il la connait bien. Elle le regarde avec un sourire émerveillé de petite fille. Il répète qu’il la connait tellement bien qu’il a demandé au serveur de lui mettre un supplément de fromage dans le macaroni au fromage qu’on leur sert. Elle pousse un petit cri de joie. Ben veut qu’elle comprenne qu’il ne se débrouille pas trop mal pour ce qui est des choses romantiques. Elle confirme. Ils lèvent leurs verres et trinquent.

    On sonne encore à la porte de Mark. Il ouvre et est surpris de découvrir Lexie avec Zola dans les bras. La jeune femme lui dit qu’elle a pensé que ce serait sympa pour les filles de jouer ensemble, tandis qu’eux parleraient, parce qu’elle a des choses à lui dire. Un bruit de casseroles dans l’appartement lui fait comprendre que Mark n’est pas seul. Elle pense évidemment à Julia. Mark lui apprend que c’est Jackson qui est là mais il peut lui demander de partir si elle veut vraiment parler. De son côté, Jackson pense que c’est Julia qui vient d’arriver et il propose de s’en aller. Il rejoint Mark à la porte et découvre la présence de Lexie. Il la salue. Mark demande à nouveau, avec insistance, à Lexie si le jeune homme doit s’en aller. Lorsque Lexie dit non, il semble désappointé et plein d’incompréhension. Mal à l’aise, Lexie fait mine de repartir, prétextant ne pas vouloir gâcher leur soirée. Mark la retient. Il sait qu’elle aime le steak. Il annonce à Sofia, qui joue dans son parc, que sa copine Zola est là. Lexie entre dans l’appartement sous le regard des deux hommes et son visage se fend d’un grand sourire.

    Derek et Meredith roulent dans leur lit en riant et en s’embrassant.

    Owen est dans la salle des chauderies. Il semble vraiment mal. Cristina ouvre la porte et entre dans la pièce. Elle lui demande de ne pas la détester. Comme il ne réagit pas, elle lui fait remarquer qu’elle est en train de le supplier. Il se retourne et la regarde avec douleur. Elle s’approche de lui et pose une main sur son torse. Il la saisit délicatement par le bras.

     

    Voix off : On cherche toujours des moyens de soulager la peine. Parfois, nous la soulageons en donnant le meilleur de nous-mêmes. Parfois, c'est en s'oubliant un moment. Et parfois, tout ce que nous devons faire pour soulager la douleur, c’est une simple trêve. ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :