• Episode 8.19 : Support System

    Photobucket

    Titre français : Système de soutien

    Scénariste : Heather Mitchell

    Réalisateur : Allison Liddi-Brown

    Diffusion Etats-Unis : 12 avril 2012 sur ABC

    Diffusion France : 26 juin 2013 sur TF1

     

    Voix off : Chaque jeune enfant connait les mots de la chanson. Les os du pied sont reliés à l’os de la jambe. L’os de la jambe est lié à l’os du genou. En fac de médecine, vous apprenez que c’est un petit peu plus compliqué que ça. Mais la chanson n’a pas tort. Tout est lié. Les os du pied sont reliés à l’os de la jambe. L’os de la jambe est lié à l’os du genou. Et si vous retirez une seule pièce, le reste s’effondre.

     

    L’épisode commence par quelques flashbacks qui retracent en accéléré les moments de leur relation, leur rencontre, le jeu de séduction, les premiers différents, les disputes au sujet du bébé, l’aveu d’Owen jusqu’au lancer de bol de céréales. 

    On retrouve ensuite Owen au comptoir de l’Emerald City Bar, en compagnie d’une femme blonde qui semble très impressionnée par le métier de son compagnon. Elle a du mal à croire qu’il puisse faire ça tous les jours. Sauf le week-end normalement, précise Owen. Sa compagne pense qu’elle serait alcoolique si elle était à sa place. Owen plaisante sur le fait que l’alcoolisme est désapprouvé dans son métier et que donc il n’a pas le choix. Il regarde avec amusement la femme vider presque son verre en une seule gorgée. Voila pourquoi elle ne pourrait pas être chirurgienne, lui dit-elle. Lorsqu’il se lève en la remerciant de lui avoir offert ce verre, elle le supplie d’en boire encore un. C’est le moins qu’elle puisse faire pour lui.

    En fait, cette scène, c’est ce qu’Owen vient de raconter à Cristina, à la demande de celle-ci. Et elle veut savoir ce qui s’est passé ensuite. Owen est plus que réticent à cette idée. Il ne voit pas ce qu’il a de bon à parler de ça. Elle réplique qu’il n’y a rien de bon dans ce qu’ils sont en train de vivre. Comment cela pourrait-il être bien ? Il tente de se défendre. Comme il prononce son prénom, elle lui interdit de le faire. Après quelques secondes de silence, il lui dit qu’il veut arranger les choses. Il fera tout ce qu’elle voudra. Mais ça ! En fait, elle attend de lui qu’il lui fasse mal, qu’il la torture avec les détails de son aventure d’une nuit, et ça, il ne le peut pas. Elle confirme qu’elle veut savoir ce qui s’est passé dans le moindre détail. S’il veut vraiment réparer le mal qu’il a fait, il doit tout lui raconter.

    Callie promène Sofia dans un parc tout en interrogeant Meredith sur ce qu’il convient de faire pour soigner un patient de 85 ans souffrant d’un anévrisme de l’aorte abdominale. Meredith répond de façon précise avec beaucoup d’assurance. Elle ne se laisse pas impressionner lorsque Callie lui dit qu’avec sa façon de faire, le patient est décédé. Elle assure qu’au contraire elle a sauvé le patient de certaines complications en l’opérant d’une façon peu agressive. Un petit sourire nait sur les lèvres de Callie Elle annonce qu’elles ne travailleront plus ensemble. Meredith est choquée à l’idée que Callie veuille mettre fin à leurs révisions. Elle répète qu’elle n’a pas tué le patient. Callie le sait, et ce qui est encore mieux, c’est que Meredith le sait aussi et qu’elle n’a pas changé d’avis lorsque Callie a essayé de la faire paniquer, ce qui veut dire qu’elle est prête à passer les examens. La méthode Torres est en elle. Maintenant Callie va pouvoir rentrer chez elle et retrouver sa femme, parce qu’elle en a assez de promener son enfant dans ce parc tous les jours à l’aube. Elle s’en va en disant à Meredith que maintenant elle est libre et qu’elle peut faire tout ce qu’elle veut.

    Meredith a couru rejoindre son mari afin de lui annoncer la bonne nouvelle. Elle l’a emmené dans une salle de garde et célèbre cet heureux moment en lui dispensant de nombreux baisers. Même s’il apprécie la situation à son juste titre, Derek ne peut s’empêcher de faire remarquer que normalement, à cette heure ci, Meredith prend un café avec Cristina et qu’elles ronchonnent sur tout. Alors, comment se fait-il qu’elle soit là, avec lui ? Meredith le rassure, tout va bien. Est-ce qu’il veut qu’elle arrête ? Il assure que ce n’est pas ce qu’il a dit. Il veut juste savoir ce qui ne va pas. Ils recommencent à s’embrasser. Malheureusement le bipeur de Derek sonne, obligeant le chirurgien à partir.

    Les titulaires se regroupent dans la salle de réunion où Jackson leur distribue une note commençant par une citation d’Aristote, "L’excellence n’est pas un acte, mais une habitude". Voila qui interpelle Bailey qui demande à Jackson ce qu’Aristote vient faire à la réunion. Elle ne comprend pas non plus pourquoi c’est lui qui distribue les notes. Le jeune homme ne lui donne pas tort. Il préférait pratiquer la médecine ou étudier pour ses examens. Quant à Arizona, elle s’extasie sur la succulence des donuts et se demande si Owen a augmenté ce budget. Mark fait alors son entrée, vêtu d’un costume cravate et portant une oreillette pour téléphone portable. Pour répondre à la question d’Arizona, il dit qu’en tant que chef, il croit qu’avoir une belle variété de pâtisseries est une façon agréable de commencer les réunions. Bailey tique aussitôt. En tant que chef ? Derek demande à son ami d’expliquer. Les cris fusent. Mark appelle ses collègues à rester calmes avant de leur apprendre que les Dr Hunt et Yang sont au lit avec la grippe. C’est donc lui assurera l’intérim d’Owen, pour la journée ou peut-être pour la semaine. Derek hoche la tête avec un petit sourire ironique. Bailey ne cache pas qu’elle a beaucoup de mal à croire qu’Owen a demandé à Mark de le remplacer. Mark assure que oui. D’autres questions ?

    A l’issue de la réunion, Arizona et Callie commentent ce qui s’est passé lorsque Teddy les rejoint pour leur annoncer qu’elle a réservé une table dans un nouveau restaurant de la ville. L’endroit est charmant et romantique. Elle est consciente que cela ne convient peut-être pas vraiment à une soirée entre filles mais cela fait deux semaines qu’elle est enfermée au labo pour travailler sur son essai, alors elle a envie de passer la soirée dans un bel endroit. Après avoir confié son excitation à cette perspective, elle s’en va. Arizona, qui ne sait manifestement pas de quoi il est question, demande des explications à sa compagne. Callie lui apprend que la semaine précédente, elle a dit à Teddy qu’il y aurait une soirée entre filles. Arizona fronce le sourcil. Comme dans un bar lesbien ? Est-ce qu’elles vont devoir avoir une conversation sur les limites à ne pas franchir ? Callie certifie que cela n’aura rien à voir. Il s’agit juste d’une soirée pour Teddy. Arizona veut savoir s’il y aura une autre invitée ou si la soirée se bornera à deux mamans lesbiennes et une veuve dinant dans le restaurant le plus romantique de la ville. Callie soupire. En se retournant, elle aperçoit Bailey qu’elle interpelle. Cette pauvre Teddy si triste aimerait avoir une soirée entre filles. Bailey n’attend pas d’en savoir plus pour refuser catégoriquement l’invitation. Callie insiste. C’est la première fois depuis la mort d’Henry que Teddy sortira. C’est une étape importante pour elle. Elle va avoir besoin de ses amies. Eh bien, elle les aura toutes les deux, réplique Bailey. Arizona intervient pour lui dire que Teddy a réservé une table dans un restaurant romantique. Est-ce que Bailey veut que Teddy tienne la chandelle ? Bailey cède, à condition qu’on paie son diner. Callie marchande. Elle avait espéré qu’elles seraient à trois pour inviter Teddy. Mais Arizona comprend que Bailey ne pliera pas et accepte son marché.   

    Richard annonce à son patient, Neil, qu’il a une bonne nouvelle pour lui. Neil lui demande s’il a changé d’avis en ce qui concerne l’euthanasie. Richard répond qu’ils ont trouvé un donneur pour la greffe. Neil se montre sceptique. Il apprécie Richard mais il se souvient que le médecin lui a déjà fait le même coup par le passé. Richard l’admet mais cette fois, c’est différent. Il invite ensuite Meredith à décrire le cas de Neil. Celui-ci souffre du syndrome de l’intestin court, causé par un rétrécissement de l’intestin grêle. Des années de nutrition parentérale (par voie intraveineuse) ont entrainé une défaillance complète du foie. Neil a donc besoin d’une greffe multiple, à savoir le foie, la totalité des intestins, l’estomac et le pancréas. Et tout ça du même donneur, fait remarquer le patient qui a beaucoup de mal à réaliser que cela va se passer le jour même. Restée seule avec lui, Meredith lui propose de prévenir sa famille. Il refuse. Sa famille lui a déjà fait ses adieux lors des précédentes opérations qui, au final, n’ont pas eu lieu. Cette fois, il leur a dit de ne pas se déranger. Meredith insiste sur le fait que s’il change d’avis, il ne doit pas avoir peur de le lui dire. Il assure qu’il ne reviendra pas sur sa décision.

    April, qui est en train de réviser avec Alex, s’en prend à Jackson qui avait disparu. Celui-ci apprend à ses camarades que Mark remplace Owen à la place de chef et que lui-même est devenu la créature du chef. Alex, que ces dispositions administratives n’intéressent pas du tout, invite April à lui poser une autre question. Elle lui demande donc de décrire les soins à apporter à un patient souffrant d’un carcinome urétral. Alex, qui a pourtant soigné un cas similaire l’année précédente, se montre très hésitant. Jackson n’est pas plus convaincant. C’est Meredith qui leur donne la solution. Alex est dégouté. Ça ne fait même pas partie de la matière qu’elle doit connaitre pour ses examens. Oui mais elle la connait quand même, parce que la méthode Torres est en elle ! Voila qui agace encore plus Alex. Elle, elle a pu étudier avec Torres et eux, ils vont couler comme des rochers. Il espère qu’elle sera heureuse quand elle sera toute seule en salle d’opération, et qu’eux travailleront au dispensaire du centre commercial. Jackson, quant à lui, déplore que tous les cas hypothétiques qu’il a étudiés lui aient fait oublier pourquoi il est là. Il est foutu. Alex le rassure. La seule personne qui soit foutue, c’est Cristina. Personne ne l’a vue étudier alors que les examens sont imminents et en plus, elle est malade. Meredith prend aussitôt la défense de son amie. Cristina va très bien. April est d’accord avec Alex. Cristina ne peut pas prétendre réussir grâce à son seul talent. Il faut aussi… Meredith l’interrompt avec force. Cristina va bien. Elle s’éloigne sans avoir convaincu ses camarades. Une fois qu’elle s’est un peu éloignée, elle prend son téléphone portable.

    On retrouve Cristina et Owen dans leur appartement. Owen ne voit pas où sa femme veut en venir. Elle lui répète qu’elle veut tout savoir. Elle a le droit de savoir. Owen n’est pas d’accord. Elle n’a pas le droit de connaitre cette histoire dans les moindres détails. Cristina estime que oui. En tant que femme, elle a le droit de savoir ce qu’il a fait. Owen refuse de lui donner satisfaction. Oui, il l’a trompée. Oui, il a fait une chose horrible. Il le sait. Mais il refuse de continuer à jouer un petit film mettant en scène tous ses crimes pour qu’au final, elle puisse le traiter de monstre. Elle lui ordonne alors de s’en aller. Comme il lui demande si c’est ce qu’elle veut vraiment, le téléphone sonne. Malgré les protestations d’Owen, Cristina s’apprête à décrocher. C’est Meredith, c’est la cinquième fois qu’elle appelle. Si elle n’obtient pas de réponse, elle finira par venir, parce qu’elle croit qu’ils ont la grippe. Cristina prend l’appel pour rassurer son amie. Ils vont bien, c’est juste la grippe. Comme elle l’avait prévu, Meredith annonce qu’elle va venir les examiner. Cela pourrait être plus grave que la grippe. Cristina insiste. Ce n’est pas la peine, ce n’est que la grippe. Meredith, qui n’est pas dupe, demande si Owen est là. Cristina confirme, ajoutant qu’il est malade, lui aussi. Tu m’étonnes ! persifle Meredith en jetant les yeux au ciel. Comme elle veut encore dire quelque chose, Cristina prétend devoir s’en aller et lui raccroche au nez. Owen demande à sa femme s’il doit rester ou partir. A toi de voir, lui répond-t-elle. Il comprend que s’il veut rester, il va devoir lui donner ce qu’elle attend. Il commence donc à lui raconter que cette histoire s’est passée juste après qu’ils aient mis fin à leur thérapie. Il a rencontré cette femme à l’hôpital.

    Quelques très courts flashbacks nous font revivre cette thérapie, lorsqu’Owen et Cristina se reprochaient de n’être pas là l’un pour l’autre.

    On retrouve Owen dans le service des urgences. Il prend en charge une femme de 29 ans dont le véhicule est entré en collision avec un camion. Il demande si elle est accompagnée. La femme du bar entre en courant. Elle est l’amie de la patiente.

    Voila comment Owen a rencontré sa maitresse d’un soir. Cristina veut savoir comment elle s’appelle. Owen réfléchit quelques secondes. Honnêtement, il ne s’en souvient pas.

    Jackson remet à Mark son planning de la journée. Mark est dépité. Il avait demandé à son assistant de remplacer la notion "déjeuner avec le chef" par "râlage avec le chef" (ndlr : en anglais, il y a un jeu de mots avec beef, qui signifie viande mais aussi râler en argot). Il voulait que les gens comprennent que, s’ils avaient un problème, ils pouvaient s’adresser à lui. Jackson ne pensait pas qu’il était sérieux quand il lui en a parlé. Mark estime que les gens doivent pouvoir exposer leurs doléances avant que ça ne devienne trop important. Il prend son rôle de chef très au sérieux. C’est sa chance et il veut montrer qu’il peut faire les choses correctement. Il insiste donc auprès de Jackson pour que la mention "râlage avec le chef" apparaisse dès le lendemain sur le planning.

    Les deux hommes rejoignent ensuite la chambre d’un patient au chevet duquel se trouvent Derek et Ben Warren. Mark demande au patient, Jason, comment il se sent. Le jeune homme répond qu’il tuerait sa mère pour pouvoir manger un hamburger. Jackson résume son dossier. A seulement 29 ans, Jason souffre d’une forme d’arthrite avancée. Cela a pour effet de fusionner sa mâchoire et certaines vertèbres. La femme de Jason explique aux médecins que son mari est nourri par tube depuis huit mois. Il n’a donc plus avalé aucun aliment solide. Mark rassure le couple. Une fois que la mâchoire aura été cassée et qu’on aura remplacé certains de ses éléments par les charnières en titane qu’il a spécialement fabriquées, Jason pourra à nouveau manger des hamburgers. Derek et Ben échangent un regard entendu avant que Derek demande à Mark de leur accorder un entretien. A l’extérieur de la chambre, il informe son meilleur ami que lui et Ben pensent que l’intervention ne devrait pas avoir lieu ce jour là. A cause des cervicales fusionnées, allonger Jason sur une table d’opération va avoir pour effet de faire monter la pression à la base de la colonne vertébrale. Ben ajoute que l’intubation orotrachéale n’est pas envisageable dans ce cas précis. Il compte faire une intubation nasotrachéale mais si jamais il y a un problème avec le tube, il ne peut rien garantir. Les deux chirurgiens proposent donc de reporter l’opération jusqu’à ce qu’ils trouvent une meilleure solution. Jackson intervient à l’invitation de Mark pour révéler que Jason a un gros abcès au fond de la gorge. Cela pourrait entrainer une septicémie ou à une endocardite, ajoute Mark. Voila pourquoi l’opération ne peut attendre. Derek avoue qu’il ne voit pas ce qu’il peut faire pour le patient avant qu’il ne soit 15h. Montre-toi à la hauteur, lâche Mark à la grande surprise de son ami. Après tout, il est bien le chevalier des causes perdues, n’est-ce pas ? Il a ça en lui, rendre possible ce qui est impossible. Alors il doit se montrer à la hauteur du défi. Mark termine son discours en disant qu’il croit en Derek. Il s’en va, en laissant ce dernier un peu abasourdi. Ben fait remarquer avec un peu d’ironie à Derek que maintenant, il reçoit des ordres de Mark. Derek sourit.   

    Alex est dans la bibliothèque. Il a amassé une pile de dossiers qu’il s’apprête à sortir en douce quand il est repéré par la bibliothécaire. Elle lui rappelle qu’il n’a pas le droit d’emporter des dossiers hors de ce local. Il prétend vouloir seulement les photocopier pour les rapporter directement après. Elle lui demande si on ne lui a jamais parlé de la Health Insurance Portability and Accountability Act (loi relative à la protection des données de soins de santé) à la fac de médecine. Est-ce qu’il voit une photocopieuse dans la pièce ? Non, parce que ces dossiers sont privés. Ils ne peuvent pas être photocopiés et ils ne peuvent jamais sortir de cette salle. Elle reprend les dossiers des mains d’Alex pour aller les remettre en place. Il tente de l’attendrir en invoquant ses prochains examens. Il a besoin de cas réels pour mieux réviser. Elle réplique que dans ce cas, il n’a qu’à lire les dossiers.

    Cette solution ne plait pas du tout à Alex qui se met aussitôt à la recherche de Lexie. Lorsqu’il se renseigne sur son emploi du temps, la jeune femme croit qu’il va l’inviter à participer à une ablation de la glande thyroïde. Elle déchante un peu lorsqu’elle réalise qu’il n’est là que pour exploiter sa mémoire photographique. Elle se retrouve donc peu après à la bibliothèque, devant deux imposantes piles de dossiers, celle d’Alex mais aussi celle d’April. Lorsqu’elle comprend que ses camarades attendent d’elle qu’elle mémorise tout, elle proteste gentiment. Ça va lui prendre une éternité d’apprendre tout ça par cœur. Alex tente de la convaincre. Ils ne peuvent pas continuer à travailler sur des cas hypothétiques. Ils ont besoin qu’on les interroge sur des cas réels. Lexie leur rappelle qu’elle a des tournées à faire et des soins post-op’ à donner. April argumente alors que lorsqu’elle et Alex seront titulaires, il leur reviendra de distribuer les interventions et de donner leur avis sur le chef des résidents. Est-ce que Lexie veut vraiment compromettre ses chances ? Lexie ne peut que s’incliner. April se réjouit qu’elle ait pris la bonne décision. Que ça va être amusant d’étudier tous ensemble !

    Bailey annonce à Ben qu’il va pouvoir regarder le match ce soir là, vu qu’elle-même participera à la soirée entre filles. Ben est un peu déçu. Cela fait deux semaines que leurs plannings respectifs les ont empêchés de se retrouver. Et comme Tuck est chez son père, il avait prévu tout autre chose pour sa soirée que regarder un match. Il ajoute que la décence lui interdit d’être plus précis à ce propos. Après quelques secondes, Bailey comprend ce à quoi il fait allusion. Elle confirme cependant qu’elle ira à sa soirée entre filles.

    Elle rejoint par après Richard, Mark et Meredith, pour leur faire voir les clichés du scanner qu’a passé le donneur. Les organes semblent bons. C’est Meredith qui attire l’attention de ses collègues sur une tache qui apparait sur le foie. Ça ressemble à une tumeur. La conclusion est simple pour Mark. La greffe ne pourra pas se faire. Richard tempère les choses. Il peut s’agir d’une tumeur bénigne. Il rappelle que les deux autres transplantations qui avaient été prévues pour Neil ont dû être annulées. Le patient ne pourra plus vivre très longtemps sans un nouveau foie. Bailey abonde dans son sens. Ils pourraient retirer cette tumeur. Elle sait que ce n’est pas très conventionnel d’opérer un donneur mais il n’y a pas de raison pour que cela ne fonctionne pas. Mark reste totalement opposé à l’idée de transplanter des organes déjà compromis. Il y a un risque de donner le cancer à Neil. Richard estime qu’il faut au moins retirer la tumeur et l’analyser. Mark met son veto. Bailey lui demande d’un air moqueur s’il prétend discuter du protocole chirurgical avec Richard. Mark le prend de haut. Est-ce qu’elle prétend discuter les décisions du chef de la chirurgie ? Bailey est vexée mais elle ne répond pas. Mark ordonne à Richard d’appeler le Centre de greffe et de les prévenir que le donneur ne convient pas. Neil doit être remis sur la liste des demandeurs d’organes.    

    Richard annonce donc la triste nouvelle à son patient. Il essaie de se montrer rassurant. Les organes peuvent être disponibles à tout moment. Neil n’est pas dupe. Il est parfaitement conscient - et il sait que Richard l’est aussi - qu’il ne tiendra pas le coup jusque là. Ce n’est pas possible qu’un autre pauvre type devienne le donneur avant le lever du soleil. Meredith lui demande à nouveau si elle doit prévenir quelqu’un. Il refuse encore. Grâce à Dieu, sa famille n’est pas là pour voir ça. Cela leur ferait encore plus de mal que les deux autres fois. On est tout seul dans ce triste monde. Celui qui dira le contraire n’est qu’un menteur. En voyant l’air désespéré de Richard, Neil l’assure qu’il n’y est pour rien. Il n’a jamais eu de meilleur médecin. Richard ne doit pas s’en vouloir pour ce qui se passe. Il a fait tout ce qu’il pouvait. Richard n’est pas d’accord. Il se tourne vers Bailey et lui dit que son idée de retirer la tumeur était excellente. Il n’y a aucune raison pour que les organes du donneur ne fonctionnent pas. Bailey lui apprend que le patient est toujours en vie. Le prélèvement de son cœur et de ses poumons est prévu pour l’après-midi. Meredith rappelle à ses supérieurs que Mark a interdit qu’on pratique la transplantation. Richard lui demande de le laisser s’occuper de cela. Bailey sourit.

    A la cafétéria où il fait une pause en compagnie de Jackson, Mark dresse déjà le bilan de sa matinée en tant que chef. Il faut parfois prendre des décisions difficiles quand on est chef. Webber le sait. Ça fait partie du travail. Il demande ensuite à son assistant qui a sollicité un entretien avec lui. Il est plus que désappointé quand il apprend qu’il n’y a personne. Il pense que c’est dû au fait que Jackson n’a pas repris son expression, "râlage avec le chef". Jackson en profite pour dire qu’il aimerait bien aller étudier pour ses examens. Mark refuse. Derek s’installe à leur table. Il sait qu’il n’a pas pris rendez-vous mais il veut absolument parler de la reconstruction de la mâchoire. Jackson profite de l’occasion pour prendre la poudre d’escampette. Derek explique à son meilleur ami qu’il pense pouvoir construire un support en polystyrène qui soutiendra la tête et le cou de Jason pendant l’opération, ce qui diminuera les risques de complications respiratoires. Mark trouve que c’est une bonne idée mais il est certain que Derek est capable de faire mieux que ça. Le polystyrène, ce n’est pas mal mais pas très souple et cela pourrait poser des problèmes s’il faut ajuster le support pendant l’intervention. Comme Derek va lui faire une remarque, Mark l’empêche de parler pour lui rappeler que l’intervention aura lieu à 15h et que d’ici là il faut trouver un moyen de sécuriser ses voies respiratoires. Alors, il faut que Derek se montre à la hauteur. Titillé dans son orgueil, l’intéressé mord dans une pomme en défiant son ami du regard avant de s’en aller.

    Bailey informe Callie et Arizona qu’elle ne pourra pas participer à la soirée entre filles, à cause du cours de salsa qu’elle et Ben doivent suivre le soir même. Callie ne s’en laisse pas conter. Elle a compris que salsa signifie rentrer à la maison et tirer son coup. Bailey proteste. Elle et Ben ont un long cours de salsa qui les attend. Elles vont devoir se débrouiller sans elle !

    April enrage parce qu’Alex monopolise Lexie qui n’a pas encore eu le temps de lire ses dossiers. Alex rappelle à sa camarade que c’est lui qui a eu l’idée de faire appel à la mémoire de Lexie. Jackson arrive avec quelques dossiers et demande à son ex si elle peut jeter un coup d’œil à quelques-uns de ces cas. Lexie accepte mais April refuse que Jackson passe avant elle. Meredith surgit et pousse tous les dossiers sur le côté pour placer une autre pile devant sa sœur. Ceux-là sont prioritaires. Alex est indigné, estimant que Meredith n’a pas besoin de la mémoire de Lexie puisqu’elle a déjà Callie Torres. Meredith réplique que ces dossiers ne sont pas les siens, mais ceux de Cristina. La discussion s’anime au point que la bibliothécaire vient leur dire de se taire. Plus un n’ose broncher. 

    D’autres flashbacks nous ramènent aux problèmes de couple de Cristina et Owen, leurs disputes au sujet du bébé, et à cette fameuse soirée où Owen a quitté le bar en compagnie de l’inconnue. Il n’avait pas réalisé qu’il était si tard. Elle non plus. Ils se souhaitent une bonne nuit. La femme remercie Owen d’avoir sauvé la vie de son amie. Il répond qu’il n’a fait que son travail. Il ne semble pas vraiment avoir envie de partir. C’est peut-être cela qui incite la femme à quémander un baiser. Owen refuse. Il est saoul. Comme elle insiste, il annonce qu’il est marié. L’argument ne pèse aucun poids auprès de la jeune femme qui réclame une fois encore un baiser. Owen hésite, il prétend qu’il ne peut pas. La femme est sûre du contraire. Elle s’approche de lui, le souffle court. Il sourit, flatté, mais résiste encore jusqu’à ce que leurs lèvres se touchent.

    Allongée sur son lit, Cristina éclate en de longs sanglots bruyants. Son corps se tord comme si la douleur était intolérable. Ne supportant plus de l’entendre pleurer et crier, Owen va la rejoindre pour la prendre dans ses bras. Elle commence par le repousser puis se calme avant de tout à coup bondir hors du lit pour aller s’enfermer dans la salle de bains dont elle claque la porte.

    Meredith et Derek sont à la crèche, en train de regarder Zola s’amuser avec ses petits camarades. Derek pense que sa femme doit arranger les choses entre Cristina et Owen. Meredith ne répond pas mais lui fait les gros yeux. Les époux reportent leur attention sur leur fille pendant quelques secondes avant que Derek ne reprenne en disant à sa femme qu’elle ne doit pas essayer de lui faire croire que tout va bien. Cristina n’a jamais manqué un seul jour de travail pour cause de maladie. Et Sloan comme chef… Derek soupire. Mark le rend fou. Meredith assure qu’elle ne peut rien arranger. Comme Derek se montre plus que sceptique, elle lui révèle qu’Owen a trompé Cristina. Derek est abasourdi et demande quand cela s’est passé. Meredith n’en sait rien. Cristina ne lui a rien dit. Elle est au courant parce qu’Owen le lui a dit. Derek va de surprise en surprise. Son expression indique qu’il veut des précisions. Meredith lui confie qu’Owen lui a parlé de son infidélité mais qu’il ne voulait manifestement pas entrer dans les détails. Quant à Cristina, elle ne sait pas que son mari a parlé à Meredith mais elle sait que Meredith est au courant. Meredith en est persuadée. Derek est étonné que les deux femmes n’aient pas discuté de ça plus franchement. Meredith répond qu’elle ne peut pas en parler même si elle en a envie. Elle veut en parler avec Cristina mais pas comme ça. Derek soupire. Ils espèrent qu’Owen et Cristina trouveront vite une solution, entre autres parce qu’il ne supporte pas d’avoir Mark comme chef. Il se lève et va chercher sa fille en poussant des grognements. Il la pose dans un pouf auprès de sa maman. Le pouf et la position de Zola lui donne la solution pour opérer Jason.

    Mark a bipé Arizona. Elle le retrouve devant le tableau du planning. Il lui apprend qu’elle va devoir changer ses projets. Ce soir là, il ne peut pas garder Sofia. Les mamans vont devoir s’en charger. Arizona est désolée mais cela ne va pas être possible. Elles ont prévu une soirée entre filles avec Teddy. Mark est curieux à l’idée qu’elle va emmener Teddy dans un bar de filles. Arizona lui fait remarquer que cela ne veut pas forcément dire qu’il va se passer quelque chose. De toute façon, c’est au tour de Mark de garder Sofia. Il ne peut pas. Il ne sait pas combien de temps il va devoir rester à l’hôpital. Il a des trucs de chef à faire maintenant et de toute façon, elle lui doit un tour de garde depuis la Saint Valentin. Arizona s’en va, dépitée. Mark interpelle April qui passe dans le couloir. Il voudrait qu’elle lui rappelle combien de temps dure une appendicectomie. Elle commence à lui citer tous les cas de complications. Il lui coupe la parole. Il n’est pas en train de l’interroger pour les examens. Il veut juste savoir combien de temps dure une appendicectomie normale. Entre 45 minutes et une heure quart. Il lui demande alors pourquoi Bailey et Meredith ont réservé un boc pour huit heures. April tente de noyer le poisson mais le chef Sloan sait se montrer autoritaire. Apeurée, elle lui rappelle que Richard a été chef très, très longtemps. Cela suffit pour que Mark comprenne ce qui se passe.  

    Il se rend aussitôt dans la salle où se trouvent Bailey et Meredith, en compagnie de Neil. Il interdit aux deux femmes de toucher ce dernier. Bailey le conjure de les laisser faire leur travail. Il l’interrompt pour lui rappeler que lui aussi doit faire son travail et aujourd’hui, son travail c’est d’être le chef. C’est en tant que tel qu’il leur a interdit de procéder à cette transplantation. Il lui ordonne de ramener le patient dans sa chambre et de le faire réinscrire sur la liste d’attente des greffes. Lorsqu’il quitte la salle, Neil rappelle à Meredith qu’il lui avait dit que ça ne marcherait jamais.

    Mark arrive dans la salle où Richard est en train de prélever les organes du donneur. Il lui demande s’il n’a pas été suffisamment clair quand il lui a dit qu’il ne voulait pas que la transplantation ait lieu. Richard exhibe devant lui la tumeur qu’il vient de retirer du foie du donneur. C’est bien un adénome bénin. Il rappelle à Mark qu’il a fait de la chirurgie générale pendant presque trente ans. Il sait reconnaitre un adénome bénin quand il en voit un. Il peut même parier sa carrière là-dessus. Mark insiste sur le fait que lorsqu’il y a eu une tumeur chez le donneur, cela signifie que ses organes sont compromis. Ce n’est pas lui qui a fixé les règles. Richard réplique que Mark est un bon médecin et il pourrait faire un jour un bon chef. Mais le fait d’être un chirurgien plastique fait de lui un perfectionniste. Il veut que tout soit régi par des règles, pour que tout soit bien joli. Richard, lui, ne veut pas que ce soit beau. Il ne recherche pas la perfection. Tout ce qu’il veut, c’est que ces organes fonctionnent convenablement. Et ils vont fonctionner maintenant que la tumeur a été retirée. Ce ne sera pas joli mais ça va fonctionner, et le patient restera en vie. Il conseille à Mark de se relaxer. Celui-ci sort de la salle sans dire un mot.

    Owen secoue la porte de la salle de bain en suppliant sa femme de lui ouvrir. Est-ce qu’elle va bien ? Il a peur qu’elle se fasse du mal. Si elle ne lui ouvre pas la porte, il va devoir l’enfoncer. La menace fait lever les yeux de Cristina au ciel. Enervé de ne pas obtenir de réponse, Owen la met une dernière fois en garde. Si elle n’ouvre pas la porte, il va entrer de force. Elle a donc intérêt à reculer. Cristina se lève et ouvre la porte au moment où Owen se jette dessus. Il tombe par terre, à côté de la baignoire, et se fait mal, ce qui amuse beaucoup sa femme. Elle éclate de rire. Owen, soulagé de voir qu’elle n’a rien et qu’elle rit, sourit aussi. Mais le rire de Cristina se prolonge et devient presque hystérique jusqu’au moment où elle rappelle à son mari qu’elle a eu son diplôme de médecine ainsi qu’un doctorat. Elle est une putain de chirurgienne en cardio thoracique. Elle est censée réviser pour l’examen le plus important de sa vie. Au lieu de cela, elle est enfermée dans sa salle de bains en train de pleurer pour un garçon. Elle part à nouveau dans un grand éclat de rire qui s’arrête très vite d’un seul coup. 

    Un peu après, les époux sont allongés sur le lit. Ils se font face. Ils sont songeurs. Cristina finit par dire que l’infidélité aurait été plus facile à accepter pour elle si Owen avait été amoureux de la femme. Cela aurait été plus clair et plus propre. Il aurait voulu la quitter pour être avec cette femme. Il aurait arrêté d’aimer son épouse parce qu’il était tombé amoureux de l’autre. Cela aurait voulu dire que, lorsqu’il avait couché avec elle, c’était parce qu’il n’avait pas pu se contrôler, à cause de l’amour qu’il éprouvait. Owen admet que ce n’est pas aussi simple que ça. Cette relation n’était rien d’autre que du sexe. Juste une fois. C’est justement ce que Cristina ne comprend pas. Pourquoi a-t-il eu envie de coucher avec une autre femme ? Owen n’en sait rien. Cette histoire a eu lieu parce qu’ils s’étaient disputés et parce qu’il avait peur de ce qui leur arrivait. Il a pris un verre et après, il a fait cette chose incroyablement stupide. Il a fait une erreur. On fait tous des erreurs. Cristina aussi en fait. La remarque tombe mal à propos. Cristina a l’impression qu’Owen va encore lui reprocher l’avortement et qu’il va se servir de ça comme excuse à ce qu’il a fait. Owen se défend. Il a couché avec cette femme parce qu’il était blessé. Cristina est révoltée. Est-ce qu’il est en train de dire qu’il l’a trompée pour lui faire du mal comme elle lui en avait fait ? Le silence d’Owen est la meilleure des réponses.

    Arizona informe Callie que Mark ne pourra pas s’occuper de Sofia ce soir là. Callie croit plutôt qu’il fait preuve de mauvaise volonté. Arizona admet que non, Mark ne peut vraiment pas. Elle suggère donc de faire la soirée entre filles chez elles. La perspective de passer la soirée à deux avec Teddy n’enthousiasme pas Callie. Elle trouve que ce serait beaucoup mieux si elles laissaient tomber Teddy. Comme Arizona a l’impression qu’elles sont horribles, Callie essaie de la convaincre par un argument choc : elles pourraient faire quelques pas de salsa – il est clair que comme pour Bailey, salsa a un autre sens. Arizona craint que Teddy ne comprenne pas. Callie est persuadée du contraire. De toute façon, ce n’est pas une annulation, juste un report. Mais Arizona continue à penser qu’elles sont de mauvaises personnes, ce qui ne dérange pas du tout Callie.

    Richard, Bailey et Meredith s’apprêtent à transplanter les organes dans le corps de Neil. Ils échangent des regards satisfaits et complices.

    Derek a trouvé le moyen de stabiliser la colonne cervicale de Jason : un petit pouf dans le genre de celui qu’avait Zola à la crèche. C’est assez souple pour que Ben puisse l’intuber et repositionner le tube si besoin est. Une fois que cela sera fait, Mark pourra commencer son intervention. Mark regarde son ami. Un pouf, vraiment ? Derek réplique que l’inspiration peut venir de n’importe où. Dans ce cas ci, il s’agit de la crèche. Mark sourit. Il a planté la graine de l’innovation, il l’a nourrie et voila ! Grâce à lui, Derek s’est montré à la hauteur. Est-ce qu’il n’est pas un chef merveilleux ? Excédé, Derek ferme les yeux. Ben, qui est aussi énervé que lui, demande quand Owen compte reprendre sa place de chef. Pas assez tôt, répond Derek.

    Arizona aperçoit Teddy qui est affalée sur un bureau. Elle saute sur l’occasion pour tenter de reporter la soirée entre filles. Si Teddy est trop fatiguée, elles peuvent remettre ça à un autre moment. Teddy comprend aussitôt qu’en fait c’est Arizona qui n’a pas envie de sortir. Arizona nie. Au contraire, elle a envie de sortir et la soirée entre filles va être super amusante ! Elle quitte son amie pour faire la leçon à Callie et Bailey. Toutes les trois, elles ne sont rien d’autre que des personnes égoïstes et mauvaises. Teddy compte sur elles. Elle se tourne vers elles à chaque fois qu’elle se sent vulnérable et seule. Mais elles, au lieu d’être là pour Teddy, elles veulent aller danser et faire l’amour. Arizona estime qu’elles sont de très mauvaises amies. Bailey fait remarquer qu’elle a annulé sa participation à la soirée parce qu’elles, elles étaient là. Elle aimerait savoir pourquoi elles aussi ont décidé d’annuler. Callie répond qu’elle avait envie de salsa. Arizona explose. Pas de salsa et pour personne ! Ce soir, c’est une soirée entre filles avec Teddy et elles trois. Et aucune excuse ne sera acceptée.

    Lexie avance dans les couloirs, telle un automate. Elle ne se sent pas très bien. Elle a sûrement trop lu. Meredith la regarde avec inquiétude et la soutient quand elle vacille. Elle l’emmène dans un bureau pour qu’elle puisse s’asseoir. April aperçoit Lexie et vient lui demander pour quelle raison elle n’est plus en salle de lecture. Comme Lexie fait mine de se relever, Meredith la force à se rasseoir. Elle n’ira nulle part. Meredith se tourne vers April pour l’aviser que plus personne n’utilisera sa sœur comme une base de données. Ça l’a cassée. April est outrée mais n’ose pas répliquer. Lexie sourit.

    Owen a rassemblé quelques affaires dans un sac. Il annonce à Cristina qu’il reviendra un autre jour pour prendre le reste de ses affaires. Elle opine de la tête, sans le regarder. Il lui dit au revoir. Elle répond dans un murmure. Juste avant de partir, il lui rappelle qu’il sera toujours amoureux d’elle. Elle est l’amour de sa vie. Il n’aimera jamais une autre femme. Cristina se tourne vers lui et le regarde avec un air douloureux. Il ne se souvient même pas du nom de l’autre femme. Owen soupire avant de lui dire de prendre soin d’elle. Il s’en va.

    Neil se réveille après son opération. Il regarde Meredith et lui demande s’il est bien vivant. Elle en a bien peur, répond-t-elle en riant. Il regarde autour de lui et constate qu’il est seul. Il veut savoir où est sa famille. Meredith lui rappelle qu’il n’a pas voulu la faire prévenir. Personne ne sait qu’il s’est fait opérer. Il leur a même demandé de ne pas prendre de ses nouvelles. Neil est déçu. Sa famille aurait dû passer outre ses demandes. Il aurait pu mourir. Ils auraient dû venir. Emue, Meredith propose aussitôt de les appeler. Neil accepte.

    Finalement, la soirée entre filles a lieu chez Callie et Arizona. Callie annonce qu’elle a fait quelques biscuits au gingembre pour le dessert. Pas besoin de dessert, décrète Bailey qui estime que quelques verres de vin et un plateau de nourriture seront largement suffisants. Après, tout le monde pourra rentrer chez soi. En fait, elle a dit à Ben qu’elle serait de retour dans 45 minutes. On sonne à la porte. C’est Teddy qui présente ses excuses pour son retard. Mais elle ne savait pas quel vin choisir. Rouge ou rosé ? Finalement, elle a pris les deux. Après tout, elles ont toute la nuit devant elles. Elle a aussi apporté des DVD, “Dirty dancing” et “Au fil de la vie”. Les trois autres poussent des cris d’enthousiasme qui sonnent très faux. Dès qu’elles tournent le dos à Teddy, les sourires disparaissent. Bailey a compris que les deux DVD signifient qu’elle ne sera pas de sitôt auprès de Ben.

    Meredith téléphone à Cristina. Celle-ci, dont le visage est baigné de larmes, décroche mais reste silencieuse. Meredith, qui entend sa respiration, ne lui cache pas qu’elle est inquiète pour elle. Est-ce qu’elle va bien ? Cristina prétend qu’elle va mieux mais sa voix dit tout le contraire. Elle craque et se met à pleurer. Meredith en a gros sur le cœur. Elle dit qu’elle a compris que son amie ne voulait pas parler de ce qui la tourmentait. Elle ne va donc rien dire, mais elle va rester là, au téléphone, jusqu’à ce que Cristina raccroche. Elle répète plusieurs fois qu’elle est là. Cristina hoche doucement la tête avant de pousser un gros soupir et de raccrocher.  

    Derek arrive sur le toit de l’hôpital pour lancer quelques balles de golf. Il est un peu étonné d’y trouver Owen. Il lui demande des nouvelles de sa santé. Owen est surpris. Derek lui rappelle qu’il a eu la grippe. Owen se souvient qu’il a utilisé cela comme prétexte pour justifier son absence et répond qu’il va mieux. Derek lui demande encore s’il peut se joindre à lui. Il prend un club avant de dire que finalement Mark s’est avéré être un bon chef. Owen est surpris. Mark ? Mais il avait demandé que ce soit Derek ou Richard qui le remplace. Derek comprend que Mark a détourné le poste de chef. Cela le fait sourire. Il répète que Mark n’a pas été mauvais mais il compte sur Owen pour ne pas le dire à l’intéressé. Les deux hommes commencent à lancer des balles.

    La femme de Jason lui donne à manger.

    La famille de Neil est réunie autour de lui.

    L’aube se lève sur Seattle. Les résidents sont réunis dans le salon de Meredith. Celle-ci, qui semble en pleine forme au contraire de ses camarades, annonce à ces derniers qu’elle les a fait venir pour les aider. Parce que même s’ils seront seuls à l’examen, ils réussiront tous s’ils travaillent ensemble. Quand ils ne seront pas à l’hôpital, ils devront être chez elle. Ils dormiront et mangeront chez elle. Pas de pause, pas de distractions. C’est la méthode Grey et ça commence immédiatement. Elle se tourne vers un immense panneau de papier suspendu au mur, sur lequel il y a déjà le nom de ses camarades et elle y trace trois colonnes. On sonne à la porte. Meredith va ouvrir. C’est Cristina qui lui dit simplement qu’elle va rater son examen. Alors elle a besoin d’étudier. Meredith lui sourit et lui tend un marqueur avant de l’inviter à entrer.  

     

    Voix off : Le corps humain est constitué de systèmes qui nous gardent vivants. Il y a celui qui vous fait respirer et celui qui vous fait rester debout, celui qui vous met en colère et celui qui vous rend heureux. Ils sont tous liés. Retirez-en un morceau et tous les autres s’écroulent. Et c'est seulement lorsqu’il semble que nos systèmes de soutien pourraient nous faire défaut que nous réalisons à quel point nous dépendons d’eux depuis le début.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Vendredi 13 Avril 2012 à 23:49

    Bonsoir à tous, merci beaucoup Mme Boa pour ce résumé qui retranscrit bien la richesse émotionnelle de cet épisode.

    J'ai été émue en le lisant aux larmes à certains moments, ceci d'autant que je ne parviens pas à voir cet épisode, alors merci encore à toi pour ce magnifique travail qui me permet de combler ma frustration en passant un agréable moment comme toujours.

    Même si je n'ai pas vu cet épisode je l'image parfaitement non seulement grâce au résumé mais  aussi grâce aux négatifs de la péllicule photo qui illustre ce bel épisode.

    Merci encore

    PS: Il y a deux fois le préambule de la voix off mais ce n'est pas bien grave cela peut tous nous arriver,merci.

    2
    valou22
    Lundi 16 Avril 2012 à 12:14

    Je suis tellement précé de le voir il a l'air génial .

    3
    Boa Profil de Boa
    Lundi 16 Avril 2012 à 18:34

    Merci pour vos commentaires i

    Merci céline pour le renseignement j'ai corrigé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :