• Episode 8.24 : Flight

    Photobucket

    Titre français : Le vent tourne

    Scénariste : Shonda Rhimes

    Réalisateur : Rob Corn

    Diffusion Etats-Unis : 17 mai 2012 sur ABC

    Diffusion France : 3 juillet 2013 sur TF1


    Voix off (Richard & Meredith) : l y a un mois, vous étiez à l'école de médecine pour suivre les cours de médecine. Aujourd'hui, vous êtes médecins. Les sept années que vous passez ici en tant que résident en chirurgie seront les meilleures et les pires de votre vie. Vous serez poussé jusqu’au point de rupture. Huit d'entre vous passeront à une spécialité plus facile. Cinq d'entre vous craqueront sous la pression. Deux d'entre vous seront invités à partir. Ici, c'est votre ligne de départ. C'est votre arène. A quel point est*ce que vous jouez bien ? C'est à vous de décider. Les années que nous passerons en tant que résidents en chirurgie seront les meilleures et les pires de notre vie. Nous serons poussés jusqu'à notre point de rupture. Ici, c'est la ligne de départ. C'est notre arène. C'est à nous de décider si nous jouons bien.

     

    Retour sur le premier jour de Meredith, Cristina, Alex, Izzie et George, en tant qu’internes. Richard Webber leur fait visiter l’hôpital, ainsi qu’à d’autres. Voila le discours qu’il leur tient : Il y a un mois, vous étiez en fac de médecine, à suivre des cours donnés par des médecins. Aujourd'hui, vous êtes les médecins. Les sept années que vous passez ici en tant que résident en chirurgie seront les meilleures et les pires de votre vie. Vous serez poussés à dépasser vos limites. Huit d'entre vous changeront pour une spécialité plus facile. Cinq d'entre vous craqueront sous la pression. Deux d'entre vous seront invités à partir. Ceci est votre ligne de départ. Ceci est votre arène. Ce que vous aller en faire ? Ça ne tient qu'à vous.

    Ces images du passé alternent avec celles des victimes de l’accident d’avion. Cristina paniquant à l’intérieur de ce qui reste de l’appareil. Arizona couchée à terre, le regard affolé, qui pousse des cris d’animal blessé. Mark qui se relève et titube. Lexie qui crache du sang. Meredith allongée sur le sol qui regarde sereinement le ciel bleu et le soleil qui brille au-dessus des arbres.

    Elle revient à la réalité lorsqu’elle aperçoit Cristina penchée sur elle. Elle entend à peine ce que son amie lui dit et se met à trembler. Il lui faut quelques secondes pour comprendre que Cristina lui ordonne de se lever. Avec son aide, elle parvient à s’asseoir et regarde autour d’elle, réalisant alors l’ampleur du drame. L’avion est en mille morceaux. Cristina crie de douleur à cause de son bras. Le pilote est gravement blessé. Mark marche entre les débris tel un zombie. Arizona hurle à la mort. En abaissant le regard sur elle-même, Meredith s’aperçoit qu’un morceau d’acier est planté dans sa cuisse. Elle prend un morceau de tissu qui traine sur le sol pour s’en faire un garrot, avant de retirer le métal de sa jambe, ce qui fait gicler son sang. Elle demande à Cristina combien de temps elle est restée inconsciente. Cristina n’en sait rien. La seule chose qui la préoccupe pour le moment, c’est qu’elle a perdu une chaussure. Meredith se relève et s’inquiète aussitôt pour Derek. Où est-il ? Et Lexie. Cristina, qui regarde autour d’elle pour trouver sa chaussure, n’en a aucune idée. Meredith fait quelques pas et demande ce qui s’est passé. A bout de nerfs, Cristina crie qu’ils ont eu un accident d’avion. Ils étaient dans un avion qui s’est crashé. Meredith se met à crier. Où est Derek ? Elle repose la question à son amie. Celle-ci ouvre de grands yeux effrayés en se remémorant la scène. Lorsque l’avion a touché les arbres et que l’arrière de l’appareil s’est détaché, Derek a été aspiré à l’extérieur. Affolée, Meredith rappelle que Lexie était également installée à l’arrière. Cristina répond que lorsqu’elle a regardé à l’arrière, elle n’a vu que le ciel. Totalement égarée, Meredith redemande où est sa sœur. Cristina crie qu’elle n’en sait rien. Elle n’a plus qu’une seule chaussure. Meredith porte la main à l’arrière de son crâne et constate qu’elle saigne. Pendant tout ce temps, Arizona n’a pas cessé de hurler. Hors d’elle, Cristina lui crie de la fermer. Arizona obéit instantanément, ce qui permet à ses collègues d’entendre un bruit sourd et lointain, le bruit répété d’un claquement. Meredith se demande d’où il vient. C’est Arizona qui le leur indique.

    Meredith, Cristina et Mark marchent entre les arbres, en direction du bruit. Meredith crie le nom de son mari, en alternance avec celui de sa sœur. Tout à coup, Mark aperçoit un bras, et une main qui tape la boucle d’une ceinture de sécurité comme un morceau de la carlingue de l’avion. Il reconnait immédiatement Lexie.

    De son côté, Arizona arrive à s’asseoir et à s’adosser à un morceau de la passerelle de l’avion. Avoir bougé sa jambe la fait haleter de douleur. Elle arrache son pantalon afin de vérifier la gravité de sa blessure et pousse un cri en voyant que son fémur ressort de sa cuisse. Une main apparait à la fenêtre du cockpit. C’est celle du pilote à qui Arizona signale sa présence. Le pilote lui explique qu’il ne peut pas sortir parce qu’il n’arrive pas à ouvrir sa ceinture de sécurité. Comme il commence à paniquer, Arizona lui demande son prénom – Jerry -  avant de lui conseiller de ne plus bouger, sous peine de s’infliger de plus graves blessures encore. Jerry lui dit qu’il pense que l’accident est dû au fait qu’un des moteurs a lâché. Il se renseigne ensuite sur le sort des autres passagers. Elle pense qu’ils sont tous vivants. Lorsque Jerry lui demande s’ils sont tous chirurgiens, elle se met à pleurer et à rire en même temps, avant de répondre qu’elle est mariée à une extraordinaire chirurgienne en orthopédie et là, elle ne peut rien faire d’autre que regarder sa jambe. Jerry s’inquiète de son hilarité. Il ne voit rien d’amusant à leur situation. Arizona confirme. Elle pense qu’elle est tout simplement en état de choc. Alors qu’elle tente de maitriser son fou rire nerveux, Jerry lui signale qu’il ne sent plus sa jambe droite. Arizona cesse de rire instantanément, ce qui confirme au pilote que sa découverte n’est guère réjouissante.

    Mark est allongé sur le sol, près de Lexie et il prend son pouls. Elle balbutie qu’elle savait qu’il viendrait. Comme Meredith s’inquiète pour sa sœur, Mark la rassure. Lexie est consciente et elle réagit. Il demande ensuite à Lexie comment elle se sent dans son abri. Elle répond avec un brin d’ironie qu’elle y est super bien. Après avoir assuré à la jeune femme qu’ils vont la sortir de là, il se relève. Il explique à Meredith et Cristina que Lexie fait de la tachycardie et son souffle est court. Meredith estime qu’ils doivent trouver Derek. Cristina lui conseille de partir à la recherche de son mari, tandis qu’elle et Mark resteront auprès de Lexie. Après avoir jeté un regard à sa sœur qui grimace, Meredith s’éloigne. Mark dit à Cristina qu’ils vont devoir sortir Lexie d’où elle est. Le regard qu’il jette à son bras – son épaule est déboitée – informe Cristina de son intention de le remettre en place. Après une brève hésitation, Cristina marque son accord. Le cri qu’elle pousse fait sursauter Lexie.

    Meredith avance dans le bois en criant le nom de son mari. On découvre Derek, allongé sur le sol et à moitié inconscient. En entendant la voix de sa femme au loin, il sort de sa torpeur et relève la tête. Il murmure le prénom de Meredith avant d’essayer de se relever, en vain. Il constate alors que sa main, qui est gonflée et bleue, est encastrée dans un morceau de fuselage. Il appelle sa femme mais n’a pas la force de crier, si bien qu’elle ne l’entend pas. Après s’être démené quelques minutes pour se libérer, il saisit une pierre et après une petite hésitation, l’utilise pour taper sur sa main. Son hurlement de douleur retentit dans la forêt.

    Au Seattle Grace, Owen est à peine sorti de l’ascenseur qu’il est interpellé par une secrétaire laquelle voudrait lui remettre quelques messages. Owen l’écoute à peine et lui demande si elle a vu Teddy. La secrétaire répond que non et revient aux messages qu’elle veut délivrer. Owen se renseigne. Est-ce que quelqu’un est en train de mourir ? S’agit-il d’un message de la part du Dr Yang ? La réponse aux deux questions étant négative, il ordonne à la secrétaire de dévier tous les appels sur la messagerie. De nombreux cas de trauma sont sur le point d’arriver. Il n’a pas de temps pour s’occuper d’autre chose. Il insiste pour qu’elle trouve Teddy au plus vite. Richard vient proposer ses services. Owen lui demande de se charger de l’accueil des patients, un groupe de futurs pompiers, dont c’était le dernier jour d’entrainement, et sur lesquels un immeuble s’est effondré. Sympa la remise des diplômes ! Richard lui signale qu’il compte travailler jusqu’à 19h. Ce soir, il va diner avec le dernier groupe des résidents. Owen ne comprend pas pourquoi il passe sa semaine à diner avec les résidents. Richard lui fait remarquer que c’est la tradition. Il faut fêter cet évènement majeur et d’ailleurs, il l’invite à y participer. Il insiste devant le refus de son collègue, lui assurant que c’est une soirée qu’il n’oubliera. Et les résidents adorent ça !

    April entre dans les vestiaires en se lamentant. Est-ce que quelqu’un pourrait la tuer afin de lui éviter la corvée du diner entre résidents ? Alex est d’accord. Ils n’ont qu’à se tuer mutuellement. Jackson ne veut pas qu’on l’oublie. Il n’a pas envie d’aller seul à ce diner. Alex trouve que Meredith et Cristina ont quitté la ville au moment idéal. April réplique qu’elles seront de retour à temps pour le diner. C’est pour cela qu’elle a dû passer au nettoyage à sec pour prendre leurs stupides tenues, et fouiller leurs stupides placards à la recherche de leurs stupides chaussures à talons hauts, tout en veillant sur le stupide bébé de Meredith. Elle s’en veut aussitôt d’avoir dit ça et se corrige. Zola n’est pas stupide mais adorable. Alex demande à Jackson s’il a déjà décidé d’aller à Tulane. Jackson, qui regarde souvent en direction d’April, répond qu’il hésite toujours entre plusieurs options, parce qu’il veut prendre en compte tous les facteurs. Agacée, April intervient pour dire qu’au moins, il a plusieurs options. Est-ce qu’ils veulent connaitre les siennes ? Une fois qu’elle sera rentrée chez elle, à Moline, elle pourra choisir entre travailler dans un fast-food ou traire les vaches à la ferme. Alex lui suggère la première. Pas de prise de tête ! Une fois qu’il est sorti des vestiaires, Jackson s’approche d’April et lui rappelle qu’elle est toujours médecin. Elle lui dit de partir très vite pour Tulane.

    Alors qu’ils se dirigent vers la cour des urgences, Ben explique à Bailey que cela arrive souvent que les gens soient en couple mais qu’ils vivent séparément. C’est une situation tellement commune qu’on lui a donné un nom. Cela s’appelle être des partenaires de vie. Bailey réplique que c’est aussi le cas de la syphilis, ce n’est pas pour autant qu’elle a envie de l’avoir. Callie leur demande quel est le sujet de leur conversation. Bailey lui dit, avec un léger signe de tête vers Ben, qu’une certaine personne va partir pour Los Angeles afin d’y faire son internat de chirurgie. Ben ajoute qu’il veut se diversifier. Callie le félicite. Elle se ravise en voyant le regard désapprobateur de la part de sa consœur. Ben fait remarquer à Bailey qu’ils ne seront pas les premiers mariés à faire la navette entre deux villes. En entendant le mot marié, Callie s’extasie. Mais un autre regard de Bailey l’amène à conseiller à Ben de fuir tant qu’il le peut encore. Ben rentre dans l’hôpital, après avoir insisté sur le fait que l’amour qu’il éprouve pour Bailey lui permettra de gérer la distance. Une fois qu’il est parti, Callie fait part de ses impressions à Bailey. Une relation longue distance, ce n’est pas la fin du monde. Bailey lui demande de lui épargner les stupidités qu’on dit habituellement à ce sujet, comme par exemple que la distance renforce l’amour. Callie répond que l’absence amplifie le désir sexuel. Arizona n’est partie que pour une nuit et pourtant, cela lui inspire déjà des envies très coquines. Callie a acheté de la lingerie et de la peinture pour corps aromatisée.

    Sur les lieux de l’accident, Mark et Cristina essaient de soulever le morceau de fuselage sous lequel Lexie est coincée, mais ils n’y parviennent pas malgré tous leurs efforts. Au contraire, le moindre de leurs mouvements se répercute sur Lexie qui semble souffrir plus encore. Cristina s’agenouille auprès de sa camarade et lui demande de décrire ses sensations. Lexie répond que ses jambes et son bassin sont écrasés. Comme elle ne sent plus son autre bras, elle n’est pas sûre qu’il soit encore là. Enfin, elle a l’impression que sa poitrine va exploser, ce qui lui fait penser qu’elle souffre d’un important hémothorax. Mark demande à Cristina d’aller chercher de l’oxygène dans l’avion et aussi de l’eau, parce que Lexie a besoin de boire un peu. Cristina le regarde avec un air désespéré. Mark la presse de faire ce qu’il lui a demandé. Pourquoi reste-t-elle là ? C’est Lexie qui donne la réponse. Cristina sait que cela ne servira à rien. Mark s’adresse à la jeune femme. Non ! Elle va s’en sortir. Il crie à Cristina de se lever et de faire ce qu’il lui a dit. Cristina se penche vers Lexie. C’est avec un sourire mais un regard plein de larmes qu’elle lui promet de revenir très vite. 

    Teddy, Callie et Bailey examinent leur patient. Owen vient annoncer à Callie qu’on a besoin d’elle dans une autre salle. Un pompier souffre d’une fracture ouverte du fémur. Il apprend ensuite à Teddy qu’il a reçu un appel de Rita Simon le matin même. Teddy est un peu étonnée. Elle n’a plus entendu parler d’elle depuis Bagdad. Owen réplique que c’est pour cela qu’il a été étonné lorsque Rita lui a demandé s’il savait que Teddy allait prendre la direction du MedCom (département médical de l’armée américaine). Un peu embarrassée, Teddy assure qu’elle comptait lui en parler. Owen lui reproche de ne pas l’avoir déjà fait. Il a déjà perdu son chef de neuro à cause de Harvard. Il voudrait savoir si maintenant il va devoir rechercher un autre chef du département cardiothoracique. Teddy réplique qu’elle a l’intention de refuser la proposition. C’est juste qu’elle n’a pas encore pris le temps de prévenir MedCom. Owen est stupéfait.

    Sur les lieux de l’accident, Cristina a ramassé divers objets qui vont lui permettre de fabriquer une attelle pour la jambe d’Arizona. Cette dernière assure qu’elle va pouvoir le faire toute seule et lui suggère de plutôt s’occuper de Jerry dont il faut stabiliser la colonne vertébrale. Cristina ne voit pas de qui il s’agit. Arizona lui désigne le cockpit d’une signe de tête avant de demandé à l’intéressé comment il se sent. Le pilote se montre optimiste. Il est certain que les secours les auront retrouvés dans maximum quatre heures. Il y a un émetteur sur l’avion qui va permettre de les localiser. Cristina entre dans l’avion en informant Arizona, qui lui a posé la question, que Derek n’a pas encore été retrouvé. Elle demande ensuite à Jerry où elle peut trouvé du ruban adhésif. Il lui indique un petit casier en lui suggérant également de prendre le pistolet d’alarme, à utiliser au cas où un hélicoptère arriverait. Arizona s’inquiète pour Lexie. Cristina ne lui cache pas que son état est très grave. Cristina ressort de l’avion avec une planche.

    Arizona s’en sert pour fabriquer une attelle tandis que Cristina s’occupe du pilote. Tout en l’immobilisant sur son siège, afin de lui éviter d’abimer plus encore sa colonne vertébrale, elle l’interroge sur la possibilité de trouver une trousse de premier secours. Jerry lui indique qu’il y en a une grande dans les toilettes, derrière le cockpit. Cristina se retourne. Il est évident qu’il n’y a plus de toilettes. Jerry la conjure de demander à Arizona de tenir le coup pendant quatre heures, jusqu’à ce que les secours arrivent. Cristina commence à ramasser ce qui pourra lui être utile pour aider ses camarades, deux petites bouteilles d’eau, une petite trousse de premier secours. Jerry la prie de ne pas partir avant de l’avoir rassuré sur ses jambes. S’il ne les sent plus, c’est tout simplement parce qu’elles sont coincées, n’est-ce pas ? Ça ne veut pas dire qu’il va être paralysé. Cristina retourne près de lui et s’empare d’un stylo à pointe qu’elle lui enfonce vigoureusement dans la cuisse, Jerry n’a aucune réaction. Cristina lui présente ses regrets.

    A l’extérieur de l’avion, Arizona hurle de douleur alors qu’elle est en train d’essayer de terminer son attelle. Cristina sort de l’avion au moment où Meredith revient, désespérée de n’avoir pu retrouver Derek. Pourtant elle a cherché partout. Cristina tente de la rassurer. Peut-être qu’il va bien et qu’il est parti pour chercher de l’aide. Comme Meredith manifeste son envie de poursuivre ses recherches, Cristina la retient. Elle devrait plutôt aller aider Lexie. Meredith comprend à l’expression de son amie que la situation de sa sœur est très grave.

    Mark continue d’essayer de rassurer Lexie. Ça va aller. Cristina va revenir d’un moment à l’autre. Quand elle sera là, ils s’occuperont de la stabiliser et tout ira bien. La jeune femme lui coupe la parole pour lui dire qu’elle sait qu’elle est en train de mourir. En pleurant, elle le charge de dire à Meredith qu’elle l’aime et que celle-ci a été une bonne sœur pour elle. Quant à son père, il faudra lui dire… Mark l’interrompt. Elle ne va pas mourir. Elle va s’en sortir. Lexie lui demande de tenir sa main. Il refuse. Pas question ! Elle ne va pas mourir ! Pas aujourd’hui ! Il se relève et tente encore une fois de soulever l’énorme morceau de tôle qui retient la jeune femme prisonnière. Un énorme cri ponctue son effort mais évidemment, il n’y parvient pas. Après avoir repris son souffle pendant quelques secondes, appuyé sur la carlingue de l’avion, il reprend sa place auprès de Lexie. Cette fois, il prend les mains de celle-ci entre les siennes. Des larmes coulent des yeux de la jeune femme lorsqu’il lui dit qu’il l’aime. En souriant, elle lui fait remarquer qu’il ne doit pas se sentir obligé de le lui dire parce qu’elle, elle l’a fait. En retenant ses larmes, il jure le contraire. Il l’aime. Il l’a toujours aimée et il l’aimera toujours. C’est pour cela qu’elle doit rester en vie. Ils vont se marier. Elle deviendra une grande chirurgienne. Ils auront aussi deux ou trois enfants. A bout de souffle, Lexie répond que de cette façon, Sofia pourra avoir des frères et sœurs. Oui, une sœur et deux frères, précise Mark. Ils vont être tellement heureux. Ils auront une vie merveilleuse. Donc elle ne peut pas mourir. Au fur et à mesure qu’il parle, la respiration de Lexie se ralentit et ses yeux se ferment. Mark insiste. Elle doit vivre parce qu’ils sont faits pour être ensemble. Ils sont faits l’un pour l’autre. C’est sur ces derniers mots, que d’ailleurs elle répète, que Lexie rend son dernier soupir. Mark lui ferme les yeux et éclate en sanglots, tout en lui répétant qu’il l’aime. Cristina et Meredith arrivent à ce moment là et comprennent très vite que Lexie n’a pas survécu.

    Mark, qui tient toujours la main de Lexie, est prostré tandis que Meredith sanglote bruyamment, désespéré par la mort de sa sœur. Le chagrin de Cristina est plus discret mais son visage est mouillé de larmes.

    Alex aperçoit Callie dans une salle et se précipite sur elle pour lui dire que sa femme est dingue. Oui, mais elle est mignonne, répond Callie qui est en train de rassembler le matériel dont elle va avoir besoin pour opérer son patient. Alex insiste, argumentant qu’avant de partir pour Boise, Arizona l’a exclu de tous les cas de pédiatrie et que si elle a fait ça, c’est pour le punir d’avoir choisi Hopkins. Mais il n’en a rien à faire. D’ailleurs il va l’appeler directement pour le lui dire. Callie l’en dissuade. Rien de bon ne va sortir de tout ça. Alex persévère sous prétexte qu’il est énervé. Callie rétorque qu’il en va de même pour Arizona. Si elle a réagi comme ça, c’est parce qu’elle apprécie Alex. Mais elle s’en remettra. La meilleure chose à faire, c’est de la laisser tranquille. Elle suggère au jeune homme d’attendre le lendemain quand la pédiatre sera de retour. Ils seront alors tous les deux plus calmes et ils pourront discuter. En attendant, s’il n’a rien à faire, il peut participer à son intervention. Elle va opérer un fémur. Alex est étonné de l’entendre dire qu’Arizona ne rentre que le lendemain. Il pensait qu’elle devait revenir le soir même. Callie confirme. C’est juste qu’elle a d’autres projets pour la soirée et qu’il n’en fait pas partie.

    En salle d’opération, Owen questionne Teddy sur sa décision. Il ne comprend pas pourquoi elle veut refuser une telle proposition. Elle refuse. Il insiste. Ils vont commencer à se chamailler lorsque Bailey les interrompt pour leur demander ce qu’est le MedCom. Si elle le savait, la conversation lui paraitrait plus amusante. Owen lui explique donc que le MedCom est le service médical de l’armée qui supervise toutes les opérations médicales aux Etats-Unis et en Europe. Si Teddy acceptait cet emploi, elle enseignerait aux médecins les nouvelles techniques de pointe tout en ayant la possibilité de poursuivre ses recherches sur les cellules souches, puisque l’armée est intéressée par son essai et veut le financer. C’est une opportunité unique, comme on n’en a qu’une dans sa vie. C’est pour cela qu’il ne peut pas comprendre que Teddy ne la saisisse pas. Teddy s’énerve. Est-ce qu’il lui en veut de ne pas s’en aller ? Il lui demande d’un ton sec où est passée sa loyauté. Ce travail, c’est l’occasion de servir son pays. Après quelques secondes de silence, Teddy lui demande s’il a réalisé où ils se trouvaient pour le moment. Ils sont dans la pièce où Henry est mort, juste là, sur cette table. Peu importe le nombre de choses merveilleuses et de miracles qui se sont passés dans cette salle, pour elle, cela restera toujours la pièce où son mari est décédé. L’ascenseur de l’aile sud restera toujours l’endroit où elle l’a rencontré pour la première fois et la cafétéria, celui où il lui a offert le déjeuner. Alors oui, elle aimerait pouvoir partir sans jamais se retourner. C’est avec une voix brisée qu’elle ajoute que si elle ne le peut pas, c’est à cause d’Owen. Elle ne l’a jamais vu aussi abattu et brisé que maintenant. Après tout ce qu’il a supporté de sa part, sans broncher et sans cesser de lui manifester sa gentillesse et son amitié, elle ne peut pas partir, ni pour le MedCom ni pour ailleurs. C’est sa façon de lui manifester sa loyauté. Owen est ému et ne sait que répondre.

    Meredith est repartie à la recherche de Derek, cette fois en compagnie de Cristina. Elle hurle le prénom de son mari avec des accents de désespoir. Cristina réfléchit à voix haute. Elle ne comprend pas comment tout cela a pu arriver. Leur avion s’est écrasé ! Elles ont failli mourir ! De son côté, Meredith ne se préoccupe que de Derek. Elle ne croit absolument pas qu’il soit parti chercher de l’aide. Si c’était le cas, il les aurait prévenues avant de partir. Il faut le trouver parce que s’il n’est pas là, c’est que quelque chose ne va pas. Cristina assure qu’une fois qu’elles auront quitté cet endroit, elle s’en ira loin du Seattle Grace Merci Mort et elle n’y reviendra jamais ! Meredith craque et se met à pleurer. Elle confie à son amie que Derek est mort. Si ce n’était pas le cas, il les aurait retrouvées. Il serait là. Il est sûrement mort comme Lexie. Meredith est persuadée qu’ils vont tous mourir aussi. On va les laisser mourir. Comme Cristina lui demande de rester calme, Meredith réplique que c’est à elle de rester calme. Cristina crie que c’est ce qu’elle essaie de faire. Il faut rester calme quoi qu’il se passe. Meredith se remet à pleurer, répétant que sa sœur est morte. Est-ce que Cristina pense que Derek est mort lui aussi ? son amie, qui semble prête à pleurer elle aussi, crie qu’elle ne sait pas. Peut-être. Mais à cause de ses troubles de stress post-traumatique, elle n’est pas digne de foi. Sanglotant de plus belle, Meredith dit que Cristina est toujours sa personne, même si l’inverse n’est plus vrai. Son amie va lui répondre quand elles entendent une voix faible derrière elles. C’est Derek qui vient de surgir. Il sourit de soulagement en voyant les deux femmes. Il a juste le temps de dire à sa femme qu’il a entendu sa voix mais qu’il croyait que c’était un rêve, avant de s’évanouir. Les deux femmes se précipitent vers lui.

    Cristina est à nouveau en train de fouiller dans l’avion et notamment dans leurs bagages, pour trouver de quoi soigner Derek. Tout à coup, elle pousse un cri. Ça y est ! Elle l’a trouvé ! Arizona lui demande si s’agit de la trousse de premier secours. Cristina répond qu’elle a retrouvé sa chaussure. Arizona jette légèrement les yeux au ciel. Jerry lui demande si Cristina va bien. Elle lui répond qu’au moins elle ne marchera plus pieds nus. Jerru suppose que ça doit être important pour elle. Arizona regarde sa main dont la paume est tachée par un peu de sang. Elle toussote et un filet de sang s’échappe de sa bouche. Elle l’essuie avec sa main.

    Derek, qui est installé par terre, juste à côté du morceau de fuselage sous lequel repose Lexie, retient des cris de douleur alors que Meredith arrose généreusement sa main de solution antiseptique. Cristina revient auprès d’eux d’un pas pressé, en tirant derrière elle une valise à roulettes, tandis que Meredith s’excuse auprès de Derek de lui faire mal. Les dents serrées, il lui demande où est Lexie. Meredith n’a pas besoin de répondre pour qu’il comprenne ce qu’il en est. Il est d’abord perplexe. Mais le silence de Meredith, son regard fuyant et un coup d’œil en direction de Mark qui n’a toujours pas lâché la main de Lexie, lui confirment la triste nouvelle. Il a beaucoup de mal à retenir ses larmes. Comme Meredith s’en aperçoit, elle prend sur elle et lui dit qu’ils doivent juste rester calmes. Pendant ce temps, Cristina retire de la valise les vêtements chauds qu’elle a ramenés de l’avion. Derek demande à Meredith de desserrer un peu le garrot qu’elle a fait. Elle lui signale que cela va déclencher un important saignement. Il insiste. L’important, c’est qu’elle sauve sa main. Elle réplique qu’elle est en train d’essayer de sauver sa vie. Cristina s’écrie qu’elle a trouvé des épingles à nourrice. Derek la presse de les lui apporter. Il lui demande aussi si elle n’a pas rapporté un tee-shirt ou un bandana. Elle trouve les deux et les lui apporte. Derek commence à donner ses instructions à sa femme. Il faut absolument refermer la plaie et pour cela, elle va devoir utiliser les épingles à nourrice. Le bandana servira de protection. Cristina s’interroge sur l’utilité du tee-shirt. Derek l’invite à le lui placer dans la bouche. Il va hurler et même probablement s’évanouir. Effectivement, il se met à hurler lorsque Meredith plante l’épingle à nourrice dans sa chair. Il hurle tellement fort qu’elle le supplie de s’évanouir. Mais Derek continue de hurler.

    Richard demande à April de refermer le patient pour lui. Il doit aller commander le canard qu’ils mangeront au soir et dont la cuisson doit durer six heures. En l’entendant parler du diner pour les résidents, Callie se montre nostalgique et demande si elle peut participer. Richard refuse. Elle a eu son tour. Aux autres maintenant. Lorsqu’il leur demande s’ils sont impatients à l’idée de ce diner, Alex, Jackson et April assurent que oui mais leur manque de conviction est criant. Une fois qu’il est sorti de la salle, Alex se tourne vers ses camarades. Il est prêt à donner dix dollars à celui qui lui donnera un coup de scalpel dans la figure. April et Jackson éclatent de rire. Callie lance un regard froid à Alex et brandit son instrument en guise de menace.

    Owen dit à Teddy qu’il comprend maintenant pourquoi elle a fait tant d’efforts pour que Cristina reste au Seattle Grace. Cela lui aurait permis d’accepter la proposition qu’on lui a faite au MedCom. Teddy ne répond pas, ce qui prouve à Owen qu’il a vu juste. Il rassure son amie. Tout ira bien pour lui. Elle ne le croit pas. Il est en train de perdre l’amour de sa vie. Il le reconnait. Où qu’il regarde, il s’attend à voir sa femme. Elle n’est même pas encore partie qu’elle lui manque déjà. Teddy aimerait lui dire que ce sentiment va disparaitre mais ce n’est pas le cas.

    Cristina est heureuse d’enfin trouver des allumettes. Cela va leur permettre d’allumer un feu. Meredith approuve chaudement l’idée. Un feu leur permettra de se faire repérer plus facilement. Cristina appelle Mark à la rescousse, afin qu’il l’aide à démarrer le feu. Mais Mark ne répond pas. Meredith propose de le remplacer mais Cristina refuse. Elle estime que Mark ne peut pas rester sans rien faire. Il doit les aider. Elle est bien consciente qu’il a perdu Lexie mais Lexie était aussi la sœur de Meredith et ça n’empêche pas cette dernière d’aider. Comme elle commence à crier sur Mark pour le presser de se dépêcher, avant que la nuit ne tombe, Derek tente de la calmer. Elle proteste. S’il y a bien une chose qu’elle a appris, après la bombe, l’arme qu’on a pointée sur sa tête et les vautours qui volent autour de ses amis, c’est qu’elle n’est pas tentée par la mort. Elle veut sortir de ce bois et rentrer chez elle. Pour cela, il faut que tout le monde donne un coup de main. C’est d’un ton sec qu’elle ordonne à Mark de se lever. Elle va jusqu’à lui pour le secouer et s’aperçoit alors qu’il a perdu connaissance. Elle l’allonge sur le sol et lui déchire la chemise. C’est alors qu’elle remarque un énorme hématome à la hauteur du cœur. Elle crie le nom de Meredith. Celle-ci parait épouvantée. Mark reprend peu à peu connaissance.

    Teddy et Owen entrent dans la chambre de leur patient qui a fait un malaise cardiaque. Les médecins pensent qu’il s’agit d’une tamponnade.

    Dans les bois, Cristina pose également son diagnostic. Marc fait une tamponnade. Derek lui demande si elle en est certaine. Elle confirme, à 75% ou plutôt 70%. Meredith lui fait remarquer qu’elle n’a pas vraiment l’air sûre de ce qu’elle dit. Cristina réplique que si son amie veut des certitudes, elle doit lui donner un appareil à échographie.

    Au Seattle Grace, Teddy demande à Owen de s’occuper de l’appareil à échographie. Celui-ci à peine posé sur la poitrine du patient, Owen constate que le péricarde menace de rompre.

    Cristina annonce qu’il faut drainer le péricarde de Mark, afin de réduire la pression sinon son cœur va cesser de battre. Derek ne voit pas comment ils vont pouvoir faire. Ils ne disposent pas de l’aiguille appropriée.

    Teddy demande qu’on lui apporte une aiguille.

    Cristina prend en main un flacon avec une pompe. Derek suggère alors de se servir du tube de la pompe en guise d’aiguille. Meredith vaporise du produit antiseptique sur le tube.

    Teddy incise délicatement la peau à l’endroit où elle va insérer l’aiguille.

    Cristina se demande si le tube sera assez long pour atteindre le péricarde. Meredith, qui est la seule à être encore complètement valide, assure qu’elle sait comment elle doit faire pour y arriver. Derek lui tend un petit couteau avec laquelle elle incise la peau de Mark. Sous l’effet de la douleur, celui-ci se cambre en poussant un grognement sourd. Derek le maintient du mieux qu’il peut pour l’empêcher de bouger. Meredith demande à Cristina de lui passer le tube sui va faire office d’aiguille.

    Teddy insère son aiguille dans la peau de son patient.

    Suivant les conseils de son  amie, et de son mari, Meredith fait de même avec Mark tandis que Derek et Cristina tentent de rassurer ce dernier et l’encouragent à ne pas bouger. Derek demande à sa femme d’être prudente. Il ne faudrait pas qu’elle perce le cœur. Elle en est consciente.

    Owen donne le même conseil à Teddy. Elle répond la même chose que Meredith. Le sang du patient s’écoule lentement à travers un fil.

    Le sang de Mark gicle tandis que le chirurgien hurle de douleur. Cristina rassure ses amis. Tout se passe bien. Derek félicite sa femme d’un baiser sur la joue.

    Teddy a terminé son intervention. Elle propose à Owen d’aller déjeuner.

    Callie surprend April, Alex et Jackson affalés sur des chaises, dans le couloir, devant le distributeur de friandises, en train de manger ou des chips ou des bonbons. Elle est indignée par leur comportement. Que font-ils là alors que Richard les attend pour diner ? Ça va être le plus grand diner de leur vie. April prétend être incapable de manger du canard car elle en avait un à la ferme. Il vivait même dans la maison. Callie réplique que dans ce cas, elle n’aura qu’à manger un steak. Comme April va expliquer qu’elle ne peut pas non plus, parce qu’à la ferme, il y avait des vaches, Jackson prend la parole. La vérité, c’est que personne n’a envie d’aller à ce diner. Callie fait appel à leur conscience. Richard a déjà commandé le canard. Où est donc passé leur sens de la fête ? Il est à Baltimore, au Hopkins Hospital, plaisante Alex en mangeant une chips. Jackson prétend avoir des problèmes avec Richard. Celui-ci sait d’ailleurs très bien ce dont il s’agit. Quant à April, elle estime n’avoir rien à fêter puisqu’elle a raté ses examens. Après s’être moquée d’elle, Callie leur rappelle qu’elle a échoué en tant que chef des résidents avant d’être virée du Seattle Grace. Et elle a également été trompée par son mari. La nouvelle stupéfie April et Jackson. Elle a été mariée à un homme ? La bouche pleine de chips, Alex approuve d’un signe de tête. Oui, et il est mort, précise Callie avant d’ajouter qu’elle a cru ne plus jamais pouvoir connaitre le bonheur. Mais maintenant sa vie est plutôt géniale. Alors, peut-être qu’ils traversent une mauvaise passe pour le moment mais ce n’est pas grave. Ce n’est qu’un contretemps. En attendant, ils manquent le plus grand moment de leur vie. Ils ont survécu à leurs années de résidence. Voila ce qu’ils doivent fêter, parce que la vie change en un instant. Tout peut changer en un clin d’œil. A un moment, on est malheureux mais celui d’après, on rencontre la femme la plus merveilleuse au monde et on tombe amoureux. Ce moment, leur moment, ça n’arrive qu’une seule fois. Et le canard, c’est délicieux ! Elle part après avoir jeté le paquet de chips d’Alex par terre.

    Derek, Cristina et Meredith ont ramené Mark auprès de l’avion, où se trouvent le pilote et Arizona. Celle-ci demande ce qui est arrivé à leur ami. Cristina lui dit qu’il a fait une tamponnade. C’est Meredith qui a pratiqué la péricardiocentèse. Arizona est épouvantée. Meredith la rassure. Mark va s’en tirer maintenant. Arizona remarque alors l’absence de Lexie. Elle demande où elle est. Comme personne ne lui répond, elle répète sa question. C’est Mark qui lui apprend la triste nouvelle. Arizona reste bouche bée. Pour éviter que l’émotion ne s’empare d’eux, Meredith change de sujet. Ils devraient faire un feu. Cristina signale qu’il leur reste seulement cinq allumettes. Elle tend la boite à Derek que Meredith encourage à faire un grand feu pour qu’on le voie de loin. La voix pleine de sanglots, Arizona demande à Jerry ce qu’il en est des quatre heures dont il lui a parlé. Meredith pense que ces quatre heures sont déjà passées. Le pilote leur demande de se taire pour écouter. Arizona n’obéit pas. Elle veut savoir pourquoi on n’est toujours pas venu les chercher. Il avait dit quatre heures maximum. Hélicoptère, hurle Jerry. Tous tendent l’oreille et entendent effectivement le bruit d’un hélicoptère. Meredith et Cristina se mettent à pousser des cris et à s’agiter, espérant qu’on va les repérer. Le pilote leur crie d’envoyer la fusée de détresse. Meredith prend le pistolet et le tend vers le ciel. Comme elle n’y arrive pas, Derek s’empare du pistolet et essaie de tirer à son tour, en vain. L’hélicoptère s’éloigne. Cristina pousse des cris de désespoir et Derek, fou de rage, jette le pistolet au loin. 

    Jackson et April finissent de s’habiller dans leur vestiaire. Jackson annonce soudain qu’il va partir à Tulane. Elle trouve que c’est bien pour lui. Il se dirige vers la porte avant de se raviser. Il veut qu’elle sache que l’idée de partir, de la laisser, le rend malade. Mais il est content qu’elle soit heureuse de le voir partir. Elle est étonnée qu’il puisse penser cela. Elle n’est pas heureuse du tout. Rien de ce qu’elle a vit pour le moment ne l’a rend heureuse. Elle n’est pas heureuse que tout ce en quoi elle croyait s’avère ne pas être vrai. Elle n’a pas obtenu son diplôme de chirurgien. Elle n’est plus vierge. Elle n’est plus une bonne chrétienne. Elle ne sait pas ce qu’elle est mais elle sait qu’elle n’est pas heureuse. Elle lui avoue qu’elle a aimé faire l’amour avec lui. Il lui a fait ressentir des choses qui l’ont changée et elle a adoré ça. Mais elle déteste le fait de ne plus être vierge pour l’homme qu’elle va épouser. Cette idée ne la rend pas du tout heureuse, pas plus que savoir qu’il se sent mal à cause de ça, parce qu’il est son meilleur ami. Malgré tout ça, elle pense que Callie a raison. Ses problèmes seront encore là le lendemain, et le jour d’après, et les suivants. Dans quelques semaines, son meilleur ami sera à Tulane. Elle sait que ça signifie qu’ils pourraient ne plus jamais se voir, donc elle veut oublier tout ce qui la préoccupe, juste pour cette soirée. Elle va essayer d’être heureuse. Elle va être heureuse ce soir parce que le moment est heureux et qu’il faut le fêter. Alors est-ce qu’il peut retirer cette expression maussade de son visage et être heureux avec elle ? Après lui avoir dit qu’elle était belle – elle lui retourne le compliment – il avance vers elle en souriant et lui tend le bras. Elle s’accroche à lui et ils sortent des vestiaires.

    Alex téléphone à Arizona. Il tombe directement sur sa boite vocale. Il lui laisse donc un message où il lui dit qu’il sait que si Hopkins veut travailler avec lui, c’est grâce à elle. C’est elle qui a fait de lui ce qu’il est. Il ne sait pas pourquoi elle a fait ça. Un jour, elle lui a dit que c’était parce qu’elle avait vu quelque chose en lui. Il s’était dit à l’époque qu’elle était cinglée. Finalement il a décidé d’aller à Hopkins parce qu’il veut voir s’il vaut quelque chose, quand elle n’est pas là pour lui tenir la main. Il suppose que ce message, c’est aussi sa façon de la remercier. Il ne sait pas trop. Si elle veut continuer à être fâchée sur lui, alors qu’elle le soit. Il raccroche après lui avoir dit au revoir.

    Derek tient compagnie au pilote qui se lamente, parce que personne ne sait où ils sont. Il pense que l’émetteur qui était dans l’avion a été endommagé lors de l’accident. Derek comprend que cela signifie qu’ils pourraient rester là pendant des jours sans être secourus. Le pilote confirme. Derek regarde sa femme. Celle-ci, qui est assise auprès de Cristina, prononce soudain le nom de Zola. Ensuite, elle pousse un gros soupir et hoche doucement la tête. Cristina, qui comprend qu’elle s’inquiète pour sa fille, tente de la rassurer. Owen a dû être informé de leur disparition. Elle est certaine qu’il a déjà envoyé des gens à leur recherche. Un peu plus loin, Mark est allongé, sa tête reposant sur les genoux d’Arizona, laquelle lutte contre la torpeur qui s’empare petit à petit d’elle. Mark lui confie qu’il s’en veut de ne pas avoir dit plus tôt à Lexie qu’il l’aimait toujours. Emue, Arizona lui répond qu’elle pense que Lexie le savait. Mark est persuadé du contraire. Comme il semble prêt à baisser les bras, Arizona l’encourage à tenir le coup. Elle a besoin de lui. Il la rassure. Elle va s’en sortir, elle n’a pas besoin de lui pour ça. Il sait qu’elle prendra soin de Callie et de Sofia. Elle lui dit de la fermer. Mais Mark n’a plus envie de vivre. Il a envie de retrouver Lexie qui l’attend. Il n’a pas peur. Tout ira bien pour lui. Arizona s’emporte. Non ! Hors de question ! IL doit se dire qu’il est attendu par Sofia et par Callie, et aussi par elle. Ils vont rentrer ensemble à la maison. Mark s’incline.

    Owen a fait appeler Teddy. Elle le retrouve dans une salle de réunion. Il lui dit assez froidement qu’il doit lui parler. Elle estime qu’il n’y a plus rien à dire. Elle est heureuse de rester près de lui. Ça va être amusant, comme au bon vieux temps, en Irak. Owen l’interrompt pour lui annoncer froidement qu’elle est renvoyée. Elle se met à rire, croyant à une blague. Sans se départir de son sérieux, il ajoute que le licenciement prend effet immédiatement. Teddy réalise petit à petit qu’il ne plaisante pas. Il explique qu’il aurait aimé que cela se passe différemment mais il est certain qu’en fin de compte, les choses s’arrangeront pour elle. Il ne doute pas qu’elle aura d’autres opportunités. Donc si elle veut donner quelques coups de fil… Elle lui coupe la parole. Elle refuse de l’écouter. Il ne peut pas… Au tour d’Owen de l’interrompre. Il peut et il l’a fait. Il a même déjà prévenu le Conseil d’Administration par un email. Comme elle réplique qu’il n’a pas le droit de décider pour elle où elle doit aller, il crie qu’il ne veut plus d’elle au Seattle Grace. Elle aurait dû savoir que ça allait se passer comme ça. Pendant des mois et des mois, elle a perturbé les interventions. Elle s’est montrée hostile et a fait preuve d’insubordination à son égard, et ce devant le personnel et les étudiants. En tant que chef du service chirurgien, il ne peut pas se permettre ce genre de choses. Elle tente de se justifier. À ce moment là, elle allait mal mais c’est fini. Ils ont surmonté ces problèmes. Exact, réplique Owen, puisqu’elle est virée. L’affaire est entendue. Elle n’a plus qu’à faire ses bagages. Elle quitte la salle de réunion en claquant la porte, après avoir crié qu’il n’était qu’un fils de pute. Quelques secondes plus tard, elle revient, en larmes, et se jette dans ses bras. Elle le conjure de se battre pour Cristina. Il ne faut pas qu’il la perde. Il doit se battre pour la récupérer. Il lui dit de partir. Il sait qu’elle va être géniale.

    Bailey retrouve Ben et le prévient qu’elle n’acceptera plus désormais qu’il prenne des décisions sans la concerter. A l’avenir, plus jamais il ne se dira, "Peut-être que je pourrais être interne. On verra bien comment ça se passe et j’en parlerai à Miranda si besoin est, mais pour le moment c’est un petit secret entre moi et moi". Ça ne se passera plus jamais comme ça parce que quand on partage sa vie avec une personne, on partage tout avec elle. On parle, on réfléchit et on prend ses décisions ensemble. A partir de maintenant, il ne pourra plus jouer cavalier seul. Ben lui demande avec un petit sourire si ce beau discours signifie qu’ils vont se marier. Elle s’énerve. Est-ce qu’il a oublié qu’elle l’a demandé en mariage en string et imperméable, ce qui prouve d’ailleurs encore une fois que rien de bon ne sort jamais d’un string ? Et maintenant, elle vient encore de le demander en mariage. Est-ce qu’il veut qu’elle loue un avion qui l’écrira dans le ciel ? Il répond en riant que l’imperméable et le string avaient déjà été suffisamment explicites. Offusquée parce qu’il se moque gentiment d’elle, elle lui suggère de mettre une ficelle entre ses fesses et de voir s’il aura envie de recommencer. Il plaisante encore sur le fait que cette conversation pourrait être la plus romantique de sa vie. Elle réplique qu’elle ne veut pas lui parler de romance mais de mariage et s’il n’est pas prêt pour ça… Il la fait taire d’un baiser avant de lui dire qu’il sait qu’elle est vraiment très amoureuse de lui. Elle prétend surtout lui en vouloir beaucoup. Il lui fait remarquer qu’elle est tout de même prête à l’épouser, sans doute dans le but de lui faire du mal. Elle prétend que oui avant de l’embrasser à nouveau.

    Dans la salle de réunion, Owen écoute les messages enregistrés dans sa boite vocale. L’un d’eux a été donné le matin même par le Dr Sheehan du Boise Memorial Hospital. Cette dame voudrait juste la confirmation de l’heure à laquelle les médecins du Seattle Grace doivent arriver à Boise.

    Callie a revêtu la lingerie achetée pour l’occasion et s’installe confortablement sur son lit, dans l’attente du retour d’Arizona.

    Owen écoute le second message du Dr Sheehan. Celle-ci s’étonne de n’avoir toujours aucune nouvelle des médecins de Seattle. Elle va prendre contact avec l’aéroport afin de vérifier si le mauvais temps ne les a pas retardés.

    Alex arrive au restaurant où se trouvent déjà Richard, April et Jackson. Richard lui demande s’il a eu des nouvelles de Meredith et de Cristina. Alex répond que non. Leur avion a dû atterrir une heure plus tôt. Alex est certain qu’elles ne vont pas tarder. Richard annonce qu’il va leur donner un conseil, le même qu’il se plait à donner chaque année, à ce diner. C’est un petit secret qui les aidera à relever les défis qui les attendent. Masi après avoir jeté un coup d’œil aux deux places vides, il propose que l’on attende l’arrive des deux autres convives.

    Owen écoute le troisième appel du Dr Sheehan. Celle-ci lui fait part de son inquiétude. Owen comprend que ses médecins ne sont toujours pas arrivés à Boise. Il se raidit et regarde fixement son téléphone en attendant la suite du message.

    Sur les lieux de l’accident, la nuit est tombée. Mark s’est endormi. Arizona toussote encore. Un peu plus loin, Meredith, Cristina et Derek sont près du feu. Derek commence à s’assoupir. Cristina murmure qu’elle a faim. Meredith lui conseille de penser à autre chose. Mais comme son amie insiste, elle lui signale qu’il lui reste un chewing gum. Cristina n’en veut pas. Elle veut de la vraie nourriture. Comme elle voit que le petit feu qu’ils ont allumé menace de s’éteindre, elle prend sa boite d’allumettes et constate avec désespoir qu’il n’en reste qu’une. Après avoir secoué Meredith qui était sur le point de s’endormir, elle appelle Derek, pour le réveiller. Elle crie qu’elle veut que tout le monde reste conscient. Arizona et Mark bougent à peine, tandis que Derek marmonne quelque chose d’incompréhensible. Cristina demande à Meredith d’allumer l’allumette, avec prudence, car c’est la dernière qui leur reste. Meredith allume le petit bout de bois qui s’éteint aussitôt, sans doute à cause de l’humidité. Le courage semble abandonner Cristina qui reste hébétée. Meredith prend le chewing gum qui est dans sa poche et en donne la moitié à Cristina. Elles se serrent l’une contre l’autre

     

    Voix off : Les années passées en tant que résidents seront les meilleures et les pires de nos vies. On nous poussera à dépasser nos limites. C'est le commencement. C'est notre arène. Ce que nous en faisons, cela dépend de nous.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    valou22
    Vendredi 18 Mai 2012 à 17:44

    je n'arrive pas à lire ton résumer Boa

    2
    Nolcéline 97234
    Dimanche 20 Mai 2012 à 01:22

    Bonsoir Mme Boa, merci pour le résumé.

    Il y a une petie erreur au paragraphe 22 lorsque Richard demande  aux résidents s'ils sont impatients d'aller dîner tu as écrit Lexie au lieu d'April, mais ce n'est pas bien grave lol.

    Cela peut tous nous arriver,merci.

    Bonne nuit et bon week-end à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :