• Episode 9.06 : Second Opinion

    Photobucket

    Titre français : Accepter pour avancer

    Scénariste : Bill Harper

    Réalisateur : Chandra Wilson

    Diffusion Etats-Unis : 15 novembre 2012 sur ABC

    Diffusion France : 30 avril 2014 sur TF1

     

    Voix off : Les médecins n’ont jamais eu toutes les réponses. Il fut un temps où, quand vous étiez malade, on drainait votre sang comme si on faisait la vidange de votre voiture. Nous devons constamment reconsidérer si ce que nous pensions est vrai et le redéfinir.

     

    Meredith est dans l’appartement de Cristina. Elle est au téléphone avec Derek à qui elle apprend que Cristina est revenue pour de bon. Derek aimerait savoir combien de temps sa femme va rester chez son amie. Elle n’en sait rien. Ça ne fait que deux nuits qu’elle elle là, elle restera tant que Cristina aura besoin d’elle. Derek doit comprendre que Cristina vient de perdre quelqu’un, elle a vécu des choses difficiles. Meredith pense qu’elle a besoin de ses amis, qu’elle ne veut pas être seule. Cristina ouvre les yeux.

    Bailey et Callie arrivent au Seattle Grace. Bailey croit savoir que ce jour-là, Callie doit opérer un genou. Callie lui apprend qu’elle va devoir annuler son intervention. Les victimes de l’accident d’avion doivent rencontrer leurs avocats. Bailey lui demande comment ça se passe. Callie répond qu’elle n’est pas autorisée à en parler. Elle fait la même réponse lorsque Bailey lui demande des nouvelles d’Arizona. Bailey comprend que la situation à la maison n’est pas des plus réjouissantes. Callie explique qu’Arizona ne veut voir personne et refuse de quitter la maison. Pourtant, elle marche. Elle continue même à travailler avec son prothésiste. Mais pour elle, ce n’est pas encore assez bien. Elle vise la perfection. Callie essaie de l’encourager mais alors, Arizona lui reproche de la bousculer. Bailey la prie de dire de sa part à Arizona qu’elle est priée de ramener ses fesses à l’hôpital. Cela amuse Callie qui assure qu’alors, Arizona sera de mauvaise humeur et pleine de ressentiments à l’égard de Bailey.

    L’interne Jo arrive près d’Alex qui est incommodé par l’odeur qu’elle dégage. Elle lui explique qu’elle travaille aux urgences et qu’un patient, qu’elle surnomme Santa Claus (c’est ainsi qu’on appelle le Père Noël aux USA), lui a vomi dessus. Il lui fait remarquer sèchement qu’il n’a pas besoin d’un rapport complet et lui ordonne d’aller se changer. Elle réplique que c’est ce qu’elle allait faire. Il lui dit encore une fois de partir. Elle est dégoutante.

    Meredith, qui tient un papier à la main, apostrophe Alex qui vient d’être bipé. Qu’est-ce que c’est que cette liste que son agent immobilier a reçu de la part de celui d’Alex ? Elle lit quelques points qui sont repris sur cette liste, réparer les parties décolorées du plancher, réparer ou refaire les finitions des moulures en bois des chambranles de portes. Alex confirme, elles sont toutes abimées. Il compte sur son amie pour réparer au moins cinq choses parmi celles de la liste. Meredith aimerait savoir ce qui se passera si elle ne fait rien. Il répond qu’alors il n’achètera pas la maison. Elle trouve ça insensé. C’est lui qui l’a suppliée pour qu’elle la lui vende. Ils ont fait un marché en se tapant la main. Ils ont même trinqué à cette occasion. Alex estime que ses requêtes sont on ne peut plus raisonnables. Bien sûr, ils sont amis mais les affaires, ce sont les affaires. Ils doivent agir en adultes maintenant. Meredith est ulcérée. Est-ce qu’il sous-entend qu’elle doit grandir ?

    C’est une Jo en rage qui entre dans le vestiaire des internes. Elle annonce à ses camarades qu’elle déteste Alex Karev. Steph l’approuve complètement. Ils le détestent tous. Elle se tourne ensuite vers Leah et lui demande ce qui lui a pris de coucher avec lui. Jo explique sa mésaventure à ses camarades. Elle était aux urgences quand Santa a débarqué – elle montre sa blouse sale. Elle enchaine ensuite avec des critiques à l’encontre d’Alex. Elle commençait à croire qu’il était correct mais il est juste méchant. Heather apprend à ses camarades qu’elle s’est déjà occupée de Santa deux semaines plus tôt, et qu’il a aussi vomi sur elle. Il a vomi toute la journée. Leah demande à Jo si Karev lui a parlé d’elle. Steph la regarde avec commisération, lui demandant de ne pas être la fille triste qui s’accroche. C’est pathétique. Shane rappelle qu’Alex a couché avec Heather aussi. Pourtant, celle-ci ne s’accroche pas. Steph ne comprend pas comment ses amies ont pu commencer leur année d’internat en couchant avec le patron. Leah se justifie par le fait qu’Alex est terriblement sexy. Heather prétend, elle, souffrir de phobie sociale. Parfois, c’est plus facile pour elle de coucher que de parler. Shane lui dit sur un ton moqueur qu’il est doué pour écouter les gens. Elle lui donne une tape. Jo les traite d’idiots, tous autant qu’ils sont.    

    April et Jackson ont fait l’amour dans une salle de garde. Ils sont comme éblouis par ce qui vient de se passer. Mais après les premières secondes d’émerveillement, April ne peut s’empêcher de se lamenter. C’est complètement stupide. Qu’est-ce qui ne va pas chez elle ? Combien de fois a-t-elle déjà dit que ça n’arriverait plus alors que c’est arrivé ? Jackson, excédé par ses jérémiades, se lève et commence à se rhabiller. Il n’intervient que lorsqu’elle s’accuse d’être faible. Elle a tort de penser ça. Il la voit plutôt comme une femme… Dégoutante, dit-elle avant d’ajouter qu’avant, elle était une bonne personne. Elle avait de la volonté. Avant, elle jeûnait. Ce qui se passe maintenant avec Jackson lui donne l’impression qu’elle est impuissante et que c’est inévitable. C’est comme regarder deux voitures foncer l’une vers l’autre. Il n’y a rien que l’on puisse faire. L’accident va avoir lieu. Des gens vont mourir. Elle se prend la tête entre les mains ce qui l’empêche de voir que Jackson s’en va. Elle le réalise avec le bruit de la porte qui se ferme. Elle semble ne pas comprendre la réaction de son amant.

    Meredith et Alex continuent de se chamailler à propos de la maison. Meredith estime qu’il devrait être heureux qu’elle vende sa maison. Alex rétorque qu’elle devrait être heureuse qu’il veuille bien l’acheter. La liste qu’il lui a donnée n’est que la partie visible de l’iceberg. Il y a même de la moisissure. Meredith n’est pas d’accord. Ils cessent de discuter pour s’occuper d’un jeune garçon qui pousse des cris de douleur. Steph explique aux médecins que Brian, qui a 17 ans, s’est évanoui pendant son cours d’anglais. Il souffre de fortes douleurs abdominales et de tremblements, et il est hypertendu. Tout en consultant brièvement le dossier, Alex interroge le patient. A-t-il bu ou pris quelque chose ce matin ? Le jeune homme répond que non, il ne se drogue pas. La douleur le fait se plier en deux. Meredith, qui examine son abdomen, remarque qu’il est gonflé et fort sensible dans le quadrant supérieur droit. Elle approuve lorsqu’Alex lui demande si Brian n’est pas un peu jaunâtre. En aidant le patient à se rallonger sur le lit, elle remarque qu’il perd ses cheveux par mèches entières. Alex s’assombrit. Il demande à Steph de faire plusieurs examens dont une analyse toxicologique. Meredith interroge ensuite l’interne. De quoi s’agit-il à son avis ? La jeune femme avoue qu’elle n’en sait rien. Alex la rassure. Ils ne le savent pas non plus. A première vue, ce gamin pourrait être en train de moisir. Cette allusion à sa maison agace Meredith.

    Jo s’occupe de Santa qui ressemble effectivement vaguement au Père Noël, à cause de sa coupe de cheveux. Le vieil homme s’excuse auprès de l’interne pour l’avoir salie de cette façon. Il ajoute que lorsqu’il commence à vomir, cela dure pendant des jours. Jo lui explique qu’elle va lui donner des médicaments qui vont contrecarrer l’effet de l’alcool présent dans le corps. Santa assure qu’il n’a pas bu. Elle lui rappelle que, lors de ses précédentes visites à l’hôpital, son taux d’alcoolémie était relativement élevé. Il le reconnait, l’alcool lui permet de mieux supporter la douleur. Mais cette fois, il n’a pas bu, il le jure. Il ne sait pas ce dont il souffre mais il a terriblement mal à l’estomac et ses nausées lui donnent envie de mourir. Il supplie la jeune femme de l’aider. Elle le lui promet. Elle va se lever lorsque Santa lui vomit dessus. Alex aperçoit Jo alors qu’elle est en train d’éponger sa blouse. Il lui rappelle sèchement qu’il lu a déjà demandé de se changer. Qu’est-ce qui ne va pas chez elle ? Jo est furibonde.

    Cristina et Owen sont dans une salle de réunion. Owen écrit un montant sur un petit calepin avant de le montrer à Cristina. Voila le salaire qu’il peut lui offrir. Elle regarde le montant et remercie Owen. Il réplique qu’elle devrait plutôt remercier Jeff Russell. Celui-ci a vraiment insisté pour que Cristina soit engagée. Comme elle demande de qui il s’agit, Owen précise que Jeff est le nouveau chef du service de cardio, un brave type. Elle devrait l’apprécier, ou pas. Owen ajoute ensuite qu’une réunion est prévue plus tard dans la journée, concernant les suites judiciaires de l’accident d’avion. Comme Cristina lui demande s’il sera là, il répond par l’affirmative mais quand elle sous-entend que dans ce cas, sa présence n’est peut-être pas nécessaire, il précise qu’il n’est plus son représentant. Il ne sera là que pour soutenir son personnel. Il se lève et lui remet son dossier d’intégration avant de lui souhaiter la bienvenue. Cristina le regarde sortir de la pièce, un peu surprise.  

    Bailey informe la mère d’une jeune patiente, Jamie, que l’appendicectomie que celle-ci a subie s’est parfaitement déroulée. Bailey éprouve juste quelques inquiétudes concernant la gorge de Jamie. Ce n’est sans doute qu’une infection mais le gonflement est anormal. C’est la raison pour laquelle elle veut garder la jeune fille en observation pour la journée, et lui faire passer quelques examens complémentaires, pour plus de sûreté. Une fois que la maman est partie, Bailey ouvre le dossier de sa patiente. Elle semble soudain avoir une idée et fouille dans la poche de son pantalon pour y trouver son portable.

    Arizona est chez elle, devant la télévision. Elle feuillette distraitement un magazine en même temps. Son téléphone sonne. Après avoir regardé qui l’appelait, elle redépose son téléphone mais finit par décrocher. Après l’avoir saluée, Bailey lui demande de ses nouvelles. Arizona va répondre lorsque, très intelligemment, Bailey lui coupe la parole, prétendant ne pas avoir le temps de papoter. Si elle l’a appelée, c’est pour lui demander un service. Sans laisser le temps à Arizona de réagir, elle décrit le cas de Jamie, une adolescente de 13 ans qui a subi trois jours plus tôt une appendicectomie, et qui souffre maintenant d’un mal de gorge persistant. Des gonflements sont également apparus du côté gauche de la gorge. Bailey ne sait pas ce que ça peut être. Arizona recommande à sa collègue de faire passer un scanner à la patiente. Bailey assure qu’elle l’a fait mais elle espérait qu’Arizona pourrait lui donner une réponse directement, au cas où elle aurait déjà rencontré le même cas. Arizona répond qu’il faudrait qu’elle jette d’abord un coup d’œil au dossier, avant d’ajouter, un peu agacée, qu’elle n’est pas encore prête à retravailler et qu’en plus, elle est fort occupée pour le moment. Bailey assure qu’elle en est consciente et propose à Arizona de lui faire remettre une copie du dossier par un interne. Ainsi elle pourra l’examiner et si jamais, elle remarque quelque chose, elle n’aura qu’à la rappeler. Arizona préférerait recevoir la copie par email mais Bailey, décidément très rusée, prétend que le dossier n’a pas encore été scanné. Arizona marque alors son accord pour que le dossier lui soit remis en mains propres.

    Jackson demande à parler à Richard, qu’il appelle Monsieur. Ils ont un problème. Richard s’étonne un peu du ton cérémonieux avec lequel Jackson s’adresse à lui mais le jeune homme y tient. Ça l’aide. Jackson commence par recommander à Richard de mettre de l’ordre dans son carnet d’adresses, en ce qui concerne les Avery. Il explique que la veille, il a reçu un email qui, de toute évidence, était destiné à sa mère. Ça commençait par "Je ne peux pas dormir, je pense à toi ce soir…" Confus, Richard l’interrompt. Il en sait assez. Jackson est du même avis. Il aimerait même ne pas en savoir autant mais ce n’est pas le cas. Il n’aime pas penser à Richard de cette manière, ni à sa mère, ni aux deux ensemble. Message bien reçu pour Richard qui assure que cela n’arrivera plus jamais. Il ponctue sa phrase d’un "fils" qui dérange Jackson. Richard certifie que cette expression était innocente, tout simplement familière, mais promet également qu’il ne fera plus la même erreur. Jackson lui apprend qu’il a pris la liberté de transférer son message à sa mère. Richard l’en remercie.

    Meredith rappelle à Stephanie qu’elle devait l’avertir quand les résultats des analyses de Brian seraient disponibles. L’interne répond qu’elle avait compris qu’elle devait prévenir Alex. En voyant l’expression de Meredith, elle comprend qu’elle a gaffé et reconnait son erreur. Elle informe ensuite Meredith que les résultats de Brian sont arrivés. Enervée, Meredith lui dit de s’en aller. Cristina rejoint son amie. Elle trouve que c’est injuste que celle-ci soit devenue la titulaire qui fait peur. Normalement, ça aurait dû être elle. Meredith réplique qu’elle n’avait qu’à ne pas quitter l’hôpital. Cristina compte bien reprendre la prédominance. Meredith aimerait savoir comment s’est déroulée la rencontre avec Owen. Cristina répond qu’elle n’a rencontré que le Chef Hunt. Le mari qu’elle a jadis connu sous le nom d’Owen n’est désormais plus que son employeur. Elle ajoute avec dépit qu’il lui a remis son dossier d’intégration. Alex arrive et remet à Meredith les résultats des examens que Brian a passés. Si le test de drogue est négatif, par contre, il apparait que les résultats hépatiques sont élevés. Il faut examiner le foie. Jackson arrive à son tour et salue le retour de la prodigieuse Cristina. Celle-ci lui demande de mettre fin à ses salamalecs. Elle préférerait qu’il lui parle du nouveau chef de la cardio. Jackson avoue qu’il connait pas le bonhomme. Cela n’étonne pas Cristina. Aucun Jeff n’a jamais fait quelque chose de vraiment important. Jackson aimerait savoir s’il pourra récupérer sa chambre chez Meredith, une fois qu’Alex aura acheté la maison. Alex refuse tout net. Il ne veut pas de colocataires. Ils ne sont plus à l’université. Ils sont des adultes maintenant. Cristina est stupéfaite d’apprendre que son amie vend sa maison à Alex. Meredith réplique qu’elle aurait mieux fait de s’abstenir. Maintenant Alex veut qu’elle découpe le sol. Jackson lance qu’il prendra le sol tel quel. Alex suggère à son camarade de s’installer avec April. Ils sont toujours en train de s’envoyer en l’air de toute façon. April arrive et apostrophe Jackson qui prend la fuite. Cristina fait remarquer à la jeune femme que son camarade ne semble pas avoir envie de la voir. April ne relève pas et essaie de changer de sujet en parlant de son bonheur de retrouver Cristina. Mais c’est sans compter avec cette dernière qui lui fait part de son étonnement. Ainsi donc elle couche toujours avec Jackson ? April veut savoir si tout le monde est courant. Tout le monde et Dieu, répond Cristina sur un ton moqueur. Après avoir répliqué que son bonheur de la revoir n’a duré que quatre secondes, April s’en va. Cristina s’éclipse à son tour, elle veut rencontrer Jeff Russell. Meredith signale à Alex qu’il avait raison en ce qui concerne le foie de Brian. Alex s’approche pour regarder son écran. Ce qu’il y voit lui déplait fortement.

    Leah fait part de son incompréhension à Jo, par rapport à l’indifférence qu’Alex lui témoigne. Elle se demande ce qu’elle a pu faire de mal, parce que c’était chaud entre eux et puis, subitement, Alex a cessé de répondre aux textos qu’elle lui envoyait. Maintenant il lui adresse à peine la parole et elle ne sait pas du tout pourquoi. Jo s’emporte. Pourquoi ? Mais parce qu’Alex est un mec ! Leah lui demande si elle croit que sa relation avec le titulaire est terminée. Jo estime que ça devrait l’être. Tout en consultant les résultats des examens qu’a passés Santa, elle suggère à Leah de s’intéresser à Shane. C’est un garçon sympa. Leah l’admet avant d’avouer qu’elle aimerait être attirée par les gentils garçons. Jo reconnait que, dans ce cas, Alex doit être le mec idéal. Elle le trouve méchant. Il est aussi indélicat et il se conduit comme un con, ajoute Leah avec une voix rêveuse. Jo est dépitée. Les analyses n’ont rien révélé d’anormal chez Santa.  

    Cristina entre dans la salle où se trouve le Dr Jeff Russell. Outre le fait qu’elle l’interrompt dans la dictée de notes, elle l’appelle Randall. Après s’être présenté l’un à l’autre, ils semblent un peu mal à l’aise. Effectivement assez sympathique, Russell souhaite la bienvenue à Cristina, même s’il est parfaitement au courant qu’elle connait beaucoup mieux l’établissement et ses habitudes que lui. Il lui conseille de faire son métier en s’amusant et d’aller voir les patients. Cristina se montre assez surprise lorsqu’il met fin à leur conversation en se rasseyant devant son écran. Elle avait pensé qu’ils pourraient discuter de leur collaboration. Russell répond qu’il n’a pas vraiment de temps pour ça. Cristina insiste. Elle est heureuse d’être revenue au Seattle Grace mais pas si cela signifie qu’elle ne va plus progresser. Elle voudrait utiliser son temps de manière optimale. Russel l’interrompt. Il est overbooké. Il s’occupe d’une femme enceinte qui a une énorme tumeur du cœur. Il va être à l’origine de l’implantation de la première valve Lotus aux Etats-Unis. Il doit écrire quatre articles pour lesquels les journaux ne le lâchent pas d’une semelle. Quant aux internes, il trouvent et que ce sont des crétins et il n’a pas de temps à leur consacrer. Il compte donc sur Cristina pour diriger le service et faire en sorte que lui-même apparaisse comme un mec génial aux yeux de tous. Tout ce qu’il lui demande, c’est de ne pas tuer les patients. Elle pourra même décider elle-même des interventions qu’elle désire faire. Il demande juste à être informé des opérations qui seraient particulièrement intéressantes. Curieusement, cette liberté presque totale ne plait pas à Cristina qui lui rappelle qu’elle n’est encore qu’une novice. Russell répond qu’il a entendu dire tout le contraire, à savoir qu’elle était aussi compétente et enthousiaste que lui, si pas plus. Qu’elle reste comme ça ! Il reprend sa dictée et Cristina s’en va, finalement pas mécontente de son entrevue.

    Dans une salle de réunion, une avocate explique à Meredith, Derek, Callie et Owen qu’à ce stade, il s’agit d’évaluer les dégâts émotionnels qu’ils ont subis. Donc, ils sont là pour parler de tout ce qu’ils ressentent. Cristina entre dans la salle. Les avocats lui souhaitent la bienvenue et se réjouissent de sa présence. L’avocate s’empresse de faire remarquer à Owen que sa présence n’est plus nécessaire désormais. Owen répond qu’il n’est là que pour soutenir ses collègues. Derek déclare qu’Owen ne le dérange pas. Cela semble contrarier légèrement l’avocate qui n’insiste cependant pas. Un de ses collègues précise aux chirurgiens qu’ils ont besoin de leurs déclarations concernant les dommages persistants d’un point de vue physique et mental, mais aussi émotionnel, dont ils souffriraient depuis l’accident d’avion. Cristina veut savoir ce qui se passera s’ils ne souffrent d’aucun de ces dommages. L’avocat préférerait qu’ils en parlent d’abord pour voir ce qu’il en est vraiment. A peu près tout peut être pris en compte pour convertir leurs blessures en argent. Meredith aimerait savoir comment ça se passe. L’avocate lui explique qu’il existe une méthode de calcul bien précise : on tient compte des frais médicaux mais aussi de la souffrance qu’on évalue à trois fois les frais médicaux. I y aussi une indemnité forfaitaire pour les blessures des tissus durs, ainsi que pour la perte de revenus et de la capacité d’exercer un métier, et enfin pour tous les préjudices prévisibles. Au final, on parle d’un montant faramineux, bien plus important que celui qui leur avait été proposé par la compagnie d’aviation. Derek est curieux de savoir qui va leur verser tout cet argent. L’avocat répond qu’il y a plusieurs possibilités, la compagnie d’aviation, le constructeur de l’appareil, les fabricants de pièces, le pilote bien sûr, le personnel au sol de la compagnie d’aviation… Meredith interrompt l’énumération pour faire part de son étonnement. Pourquoi incriminerait-on Jerry, le pilote, puisqu’il était avec eux ? Cristina précise qu’il est paralysé suite à l’accident. Meredith ne semble pas comprendre pourquoi il faudrait le poursuivre. Callie estime quant à elle qu’il ne doit pas être épargné si l’on peut prouver qu’il a été négligent. Cristina décide de mettre fin à la réunion en ce qui la concerne. Elle ne sera d’aucune utilité puisqu’elle ne souffre d’aucune blessure résiduelle. De plus, elle doit diriger le service à la place de quelqu’un d’autre. Après qu’elle soit sortie de la salle, Derek se tourne vers Owen avec un petit sourire amusé. L’avocate s’adresse alors à ceux qui sont encore là. Avoir traversé ensemble toutes ces épreuves et y avoir survécu a créé un lien particulier entre eux, elle en est consciente. Mais en ce qui concerne le pilote, ils doivent de cesser de le considérer comme un des leurs et commencer à le voir comme un des responsables potentiels. Derek et Meredith échangent un regard.

    Cristina se présente aux internes Shane et Heather comme le Dr Yang, la collègue du Dr Russel. Shane assure qu’il est enchanté qu’elle soit de retour. Cristina ne se souvient pas qu’ils se soient déjà rencontrés. Heather lui rappelle le vase qu’elle a jeté à leurs têtes. Le souvenir amuse les internes qui se mettent à glousser. Cristina leur demande si elle les a blessés. Heather répond que non. Ça peut encore arriver, réplique Cristina d’un ton doucereux. Comme Shane veut se présenter à elle, elle lui coupe la parole. Puisque la grande majorité d’entre eux va échouer ou être renvoyés, elle ne voit pas l’utilité de perdre son temps à apprendre leur nom. Elle va donc leur donner un nom de nain. Shane sera Joyeux. Quant à Heather, ce sera Effacée. Heather lui fait remarquer qu’aucun nain ne s’appelle Effacée. Cristina rétorque que ce nom a été réservé pour elle. Elle leur demande ensuite de lui expliquer tout ce qui s’est passé dans le service cardio, de lui décrire chaque patient, chaque dossier. Elle veut connaitre cet étage à la perfection, mieux qu’eux. Comme Shane l’approuve, elle le reprend vertement. Ils sont des internes. Personne ne devrait mieux connaitre l’étage qu’eux. En guise de punition, elle rebaptise Shane. Désormais, elle l’appellera Simplet. En marchant derrière elle, les deux internes échangent leurs premières impressions. Cristina est pire que Medusa, selon Shane. Quant à Heather, elle la déteste. Cristina leur signale qu’elle a tout entendu mais elle a un petit sourire.

    Meredith et Alex informent les parents de Brian qu’ils ont trouvé une masse dans le foie de ce dernier, mais ils ne peuvent pas dire si elle est cancéreuse. Ils désirent donc faire une biopsie aussi vite que possible. Les parents donnent leur accord. Alex désire les informer d’un autre problème. Les symptômes de Brian, la jaunisse, la perte de cheveux, la pression sanguine trop élevée, associés à la lésion hépatique, tendent à prouver qu’il y a usage de stéroïdes anabolisants. Brian proteste et assure qu’il n’a rien pris de tel. Meredith demande à ses parents s’ils n’ont pas remarqué un changement au niveau de son comportement. Est-il d’humeur maussade ou déprimé ? Brian lui crie de la fermer. Il a déjà dit qu’il ne prenait rien. Il supplie ses parents interloqués de ne pas écouter la chirurgienne. Le père prend la défense de son fils qui, selon lui, n’a aucune raison de prendre des stéroïdes. Ce n’est pas un sportif. Il fait partie du Modèle des Nations unies (simulation des Nations unies qui a pour but de former les participants aux négociations internationales). La mère de Brian incite son fils à lui dire la vérité. S’il l’a fait, il doit le dire. Sa gentillesse et sa tendresse encouragent Brian à avouer qu’il a pris des stéroïdes pour plaire aux filles. Celles-ci aiment les garçons musclés. Il voulait simplement que quelqu’un l’aime. Alex lui demande depuis combien de temps il prend des stéroïdes. Brian jure qu’il n’en a pas pris beaucoup. C’est sa mère qui répond à sa place. Il en prend depuis deux ans, quand il était en deuxième année. C’est à ce moment là qu’il a cessé d’être son petit garçon. Brian est désespéré. Il s’excuse. Il ne savait pas.  

    Owen demande des nouvelles de Santa à Jo. Celle-ci avoue son incompréhension. Les résultats d’analyses ont démontré que Santa n’avait pas ni alcool ni drogue dans le sang. Il est déshydraté mais le reste est bon. Owen demande à l’interne de traiter le vieil homme et ensuite de le faire sortir. Cela fait des années qu’il vient à l’hôpital. A chaque fois, il présente les mêmes symptômes. Il est toujours ivre et nauséeux, et à chaque fois, les examens sont négatifs. Pour Owen, cela ne veut dire qu’une chose, Santa vient à l’hôpital pour se procurer des médicaments. Il demande à Jo de lui donner des antiémétiques et un peu de nourriture avant de le renvoyer. Jo n’est pas convaincue. Elle pressent qu’il s’agit d’autre chose. Owen lui conseille de ne pas perdre son temps. Elle est interne et on a besoin de ses compétences pour d’autres patients. De plus, ils vont avoir besoin du lit que Santa occupe pour le moment. Alors, il faut qu’il s’en aille. Jo se rend à contrecœur au chevet de son patient pour lui annoncer que les examens n’ont rien révélé et qu’ils ne peuvent donc rien faire pour lui. Santa comprend qu’il doit s’en aller. Il demande à Jo si elle peut lui donner une couverture. Il meurt de froid. Jo referme le rideau qui entoure le lit.

    Jackson aperçoit April qui vient vers lui et tente de la fuir. Elle lui crie de ne pas bouger et le rejoint pour l’emmener dans une salle de repos. Elle lui reproche de coucher avec elle et de l’ignorer par après. Elle estime mériter plus de respect de sa part. Jackson veut savoir ce qu’il en est pour lui qui est obligé de rester là pendant qu’elle compare l’amour avec lui à un accident mortel de voiture, ou quand elle dit à quel point faire l’amour avec lui est répugnant ou dégoûtant. April l’interrompt. Ce n’est pas de lui dont elle parlait. Lui, il est génial. Ce n’est pas lui, le problème. Tout en parlant, ils se rapprochent petit à petit l’un de l’autre en se dévorant des yeux ou en se caressant furtivement. April utilise encore une comparaison pour expliquer ce qu’elle ressent. Quand on se retrouve face au plateau des desserts, on est tenté d’en prendre un alors qu’il ne faudrait pas, car ça fait grossir. On sait qu’on devrait refuser mais les desserts sont si beaux et en plus, comme on en a déjà mangé avant, on sait qu’ils sont délicieux. Oui, c’est vraiment bon…pendant un moment mais après, on se sent fatigué, ballonné, avec des flatulences, et tellement, tellement coupable. Jackson qui se penchait vers elle pour l’embrasser, laisse tomber la tête sur son épaule, de dépit. April continue à se désoler. C’est comme si le fait de manger les desserts effaçait tous les exercices faits avant, et le lendemain, on se réveille le visage plein de boutons, et Jésus est tellement déçu. Elle arrête de parler en entendant la porte claquer. Jackson est encore parti. April a l’impression qu’il se moque d’elle.

    Arizona a appelé Bailey. Elle s’étonne de ne pas encore avoir reçu le dossier que celle-ci avait promis de lui faire parvenir. Bailey prétend avoir demandé à un interne de le déposer devant sa porte, il y a au moins une heure. Arizona lui demande si elle précisé à cet interne de sonner à la porte. Bailey répond que c’était sous-entendu mais cette année, les internes sont de tels incapables qu’elle aurait sans doute être plus explicite. Leah, qui entend la conversation proteste. Bailey ne lui a jamais demandé de déposer un dossier chez Arizona. Bailey lui dit de se taire. Elle confirme ensuite à Arizona que le dossier est bien devant la porte. Après avoir raccroché, Arizona regarde la prothèse qui est au pied de son lit.

    L’avocate demande à Derek s’il estime que l’intervention que Callie a réalisée sur sa main était son dernier espoir de pouvoir pratiquer à nouveau son métier de chirurgien. Après avoir jeté un regard à Callie, Derek confirme. L’avocate s’adresse ensuite à Callie. Pense-t-elle qu’après l’échec de cette opération, Derek ne sera plus jamais capable d’exercer son métier ? Callie l’interrompt pour préciser que l’intervention n’a pas échoué. C’est la greffe qui n’a pas pris. C’est un risque dont ils étaient tous les deux conscients. L’avocate ne parait pas intéressée par ces considérations médicales. Tout ce qu’elle voit, c’est que Derek ne peut plus opérer et qu’il faut s’attendre à ce qu’il ne puisse plus jamais le faire. Callie refuse de se montrer aussi catégorique. L’avocate insiste lourdement. Si pourtant c’était le cas – elle avance son dictaphone devant la chirurgienne – et si Callie accepte de considérer cela comme un fait acquis, ça augmenterait considérablement le montant de l’indemnité qui serait versée à chaque victime. Après avoir réfléchi quelques secondes, Callie finit par dire qu’à son avis, Derek ne pourra effectivement plus jamais opérer. Derek semble surpris. Il demande à faire une pause et sort de la salle de réunion.    

    Arizona a mis sa prothèse. Les premiers pas jusqu’à la porte de la chambre sont faciles, car elle a pu se tenir aux murs. Mais la distance jusqu’à la porte de l’appartement est bien plus longue et cela la fait hésiter. Elle se lance pourtant, en longeant la cuisine, car ça lui permet de se tenir aux tabourets. Arrive un moment où cependant, elle ne peut plus trouver d’appui. Elle fait alors un faux pas mais elle arrive à se raccrocher au canapé. Le mouvement fait glisser ce dernier contre une table, avec pour effet de faire tomber un vase. Arizona se relève et reprendre sa marche. Elle arrive enfin à la porte d’entrée qu’elle ouvre mais, bien évidemment, elle ne trouve pas le fameux dossier qu’elle espérait. Elle referme la porte en la claquant avec force.

    Folle de rage, elle téléphone à Bailey. Celle-ci se confond en excuses et promet de réprimander sévèrement l’interne qui a manqué à tous ses devoirs. Lorsqu’Arizona prétend qu’on lui a fait perdre son temps, Bailey ne la contredit pas et assure qu’elle va enquêter pour savoir ce qu’il est advenu du dossier. Leah, qui a entendu cette conversation, répète qu’on ne lui a jamais demandé de livrer un dossier chez Arizona. Bailey lui dit de se taire. Elle sourit en regardant le dossier de Jamie qu’elle tient entre ses mains.

    Un des avocats poursuit Cristina dans les couloirs en l’implorant de bien vouloir lui accorder un entretien. Elle refuse, prétendant n’avoir ni le temps ni le besoin de parler de l’accident. Même s’il respecte son point de vue, l’avocat lui rappelle qu’elle a tout de même été impliquée dans cet accident et son témoignage pourrait bénéficier à ses collègues et à leurs familles. Tout ce qu’elle pourrait dire pourrait leur être utile. Cristina laisse tomber qu’elle a parfois mal à l’épaule et qu’elle a sans doute souffert de troubles de stress post-traumatique. Heather croit bon d’ajouter que Cristina a jeté un vase sur les internes, ce qui lui vaut un regard assassin de la part de l’intéressée qui assure qu’il ne s’agit que d’une rumeur. L’avocat insiste pour qu’elle accepte de s’entretenir avec lui pendant un quart d’heure. Heureusement pour Cristina, une infirmière vient lui signaler qu’un des patients du Dr Russell tousse du sang. Cristina se rend dans la chambre du patient avec ses internes à qui elle annonce qu’ils vont devoir opérer pour savoir quelle est la cause du problème. Les internes sont ravis. En sortant de la chambre pour effectuer les tâches qu’elle leur a données, ils échangent leurs impressions qui sont totalement différentes de celles qu’ils avaient eues en début de journée. Cristina est épatante et ils l’adorent. Cristina, qui les a encore entendus, a le même petit sourire que la première fois.   

    Alex et Meredith viennent de pratiquer la biopsie du foie de Brian. Alex demande à Stephanie de l’apporter au pathologiste afin qu’ils aient les résultats le plus rapidement possible. Il profite ensuite de l’occasion pour parler à Meredith de sa maison. Il est prêt à faire un compromis. Il veut bien laisser tomber les réparations du plafond. Meredith est d’accord et tant qu’il y est, il n’a qu’à laisser tomber les quatre autres. Ils pourront alors conclure un accord. Alex lui rappelle qu’ils en ont déjà un. Meredith ne comprend pas pourquoi il éprouve un besoin soudain de devenir propriétaire. Après l’avoir traitée de casse couilles, il explique qu’il a couché avec beaucoup d’internes mais maintenant, il commence à se demander s’il veut être un gars qui a obtenu son diplôme d’études secondaires et qui passe son temps dans sa bagnole pour essayer de choper les filles de terminale. Ça ne le tente pas. C’est la raison pour laquelle il n’appelle plus les internes et qu’il a cessé de dire "mec" à tout le monde. Maintenant, il veut juste avoir un endroit à lui. Meredith trouve que c’est la chose la plus débile et la plus triste qu’il lui ait jamais dite et pourtant, ils se connaissent depuis longtemps.

    Jackson attend Richard à la porte d’une salle d’opération pour l’informer qu’il a reçu sur son portable la réponse que sa mère a faite au mail qu’il lui a transféré. Richard chausse ses lunettes pour pouvoir lire le message sur l’écran du téléphone que Jackson lui présente. Richard semble embêté par la nature du message qu’il qualifie de graphique. Jackson réplique que sa mère est un génie des mots. Enervé, il prie Richard de faire en sorte que ça n’arrive plus jamais. Richard promet d’en parler à Catherine.

    Owen interroge Jo pour savoir pourquoi elle a prescrit un scan abdominal pour Santa alors que celui-ci est parti depuis une heure. La jeune femme avoue qu’elle n’a pas fait sortir le patient. Elle lui l’homme qui est alité derrière elle. Owen ne cache pas qu’il est surpris. Santa est rasé de près et ses cheveux ont été coupés. Owen entraine l’interne à l’écart pour lui demander ce qui lui a pris. Elle lui explique que, si elle a décidé de relooker Santa, c’est parce qu’elle a remarqué que les pauvres, ou les personnes qui sont sales ou qui sentent mauvais, n’ont pas droit aux mêmes soins que les autres. Si Santa était arrivé à l’hôpital en étant bien habillé et parfumé, on se démènerait pour découvrir l’origine de ses malaises au lieu de l’accuser de faire du trafic de médicaments. Elle s’est dit que si les examens démontraient qu’il a besoin d’une consultation, peut-être que le prochain médecin qu’il verrait ne le rejetterait pas. Owen s’incline puisque de toute façon, les examens ont déjà été réalisés. Mais si les résultats sont négatifs, il faudra immédiatement faire sortir Santa.  

    Derek informe Callie que les avocats les attendent. Elle lui demande sur un ton sec s’il a souhaité un jour qu’ils aient accepté le premier arrangement qu’on leur a proposé afin qu’ils n’aient plus à revivre le drame encore et encore. Derek lui rappelle qu’aucun d’entre eux n’a souhaité accepté cet accord. Elle réplique qu’elle, elle le voulait. En fait, ils le voulaient tous. Le vote avait été unanime. Derek ne comprend pas pourquoi elle a changé d’avis dans ce cas. Avec un ton plein de reproches, elle répond qu’il le sait très bien. Il comprend qu’elle l’accuse et estime que c’est injuste. Il leur a proposé quelque chose et ils ont accepté. Oui, mais parce qu’il les a poussés à le faire, selon elle. Il est arrivé après eux, et il leur a sorti son beau discours. Il a décidé pour eux et il les a poussés à accepter. En faisant cela, il savait que les autres n’allaient pas s’opposer à lui. Et elle, comment aurait-elle pu le faire ? Derek s’insurge. Il ne les a pas poussés. Elle ne l’écoute pas, l’accusant d’avoir eu la même attitude à propos de l’opération de sa main. Elle lui avait dit pourtant qu’elle ne voulait pas la faire. Ulcéré, Derek se met à crier pour lui rappeler que c’est elle qui a suggéré l’intervention. Elle ne le nie pas. Mais dans son esprit, elle voulait que ce soit le Dr Schachter qui s’en charge, pas elle. Elle le lui avait dit mais il n’a pas voulu en tenir compte et il l’a incitée à le faire. Derek crie qu’il l’en croyait capable. Il le répète sur un ton nettement plus doux avant d’admettre que c’est de sa faute. Elle ne doit pas se sentir mal pour ça. Il est le seul responsable. Callie a les yeux pleins de larmes lorsqu’il sort de la pièce.

    Arizona téléphone une fois de plus à Bailey qui ne lui répond pas. Elle lui laisse donc un message sur sa boite vocale. En fait, elle pense beaucoup au cas dont Bailey lui a parlé et elle a pas mal d’idées mais elle ne peut pas garantir qu’elles sont bonnes tant qu’elle n’a pas lu le dossier. Alors pourrait-on lui envoyer ce foutu dossier ? Enervée, elle marche dans son salon d’un pas bien plus assuré.

    Cristina opère le patient du Dr Russel avec ses deux internes. Ces derniers sont prêts à se battre pour avoir le privilège d’aspirer le sang mais pour Cristina, un tel honneur se mérite. Elle demande donc à Simplet ce qu’il voit sur le cliché du scanner. La réponse la satisfait au point qu’elle décide de rendre à l’interne son surnom initial, Joyeux. Elle demande ensuite à Effacée pourquoi le Dr Russell a choisi son mode opératoire. La réponse – une préférence personnelle – étant mauvaise, Shane s’empresse de donner sa version, l’âge avancé du patient et son manque de mobilité. Cristina déclare Joyeux comme vainqueur du concours et l’invite à aspirer le sang. Elle ajoute ensuite que le choix de Russell est bon mais elle a appris récemment que parfois les vieilles méthodes avaient du bon. Elle montre à ses internes ce qu’il faut faire.

    Meredith et Alex continuent à ergoter au sujet de la maison. Meredith fait remarquer à son ami qu’il y a des tas de maisons à Seattle et qu’il n’a pas besoin de la sienne pour se taper les internes. Elle va donc annuler leur marché. Alex réplique qu’elle n’en a pas le droit. Le dépôt d’argent est presque fait. Meredith n’en a rien à faire, pas plus que des réparations qu’il a exigées. Alex n’en revient pas. Sa liste de doléances est minuscule. Meredith lui fait remarquer que dans ce cas, ça ne devrait pas le déranger quand il… Stephanie interrompt la dispute pour leur annoncer que les analyses ont confirmé que Brian souffrait d’un cancer.

    Jo informe Santa que les scans n’ont rien révélé d’anormal. Elle lui demande d’être tout à fait honnête avec elle. Est-ce qu’il est venu à l’hôpital pour trouver des médicaments ? Il avoue que oui et lui demande son aide. Il a juste besoin d’aspirine pour soigner ses violents maux de tête. Jo ne comprend pas pourquoi il n’a pas parlé de ces migraines avant. Il ne répond plus ce qui inquiète l’interne. Elle pense qu’il fait un malaise mais comprend ce qu’il en est lorsque Santa vomit encore une fois sur elle.

    Meredith annonce aux parents de Brian qu’elle et Alex ont réussi à enlever toute la tumeur. Cependant, celle-ci risque de revenir si l’adolescent continue à prendre des stéroïdes. Le père assure que cela n’arrivera plus. La mère confie à Meredith que son fils était parfait, maigre et bizarre certes, mais drôle et intelligent. Oui, il était parfait. Quand il a commencé à changer, elle a mis ça sur le coup de l’adolescence. Si elle avait su ce qui se passait, elle l’aurait empêché.

    Alex croise Jo qui frotte sa blouse. Il lui demande quel est son problème. Il faut qu’elle change immédiatement de vêtements. La jeune femme s’emporte. Est-ce qu’il croit vraiment qu’elle a trainé toute la journée avec une blouse pleine de vomi ? Est-ce qu’il n’a pas pensé qu’un patient pourrait lui avoir vomi dessus plusieurs fois, un patient dont elle n’arrive pas à diagnostiquer la maladie, malgré qu’elle sache qu’il a de fortes nausées et des migraines ? Non, bien sûr, Alex a préféré croire qu’elle n’était plus capable de se laver ou qu’elle n’avait aucun respect pour elle-même. D’ailleurs en parlant de respect, il devrait appeler Leah qui devient insupportable, et lui dire qu’il en a fini avec elle, ou qu’il s’ennuie, ou peu importe, parce qu’à force de réfléchir à ce qu’il a dans la tête, Leah va finir par devenir folle. Alex demande à Jo de le suivre.

    Heather annonce à Cristina que le patient qu’elle a opéré est maintenant en CCU (unité d'hospitalisation réservée au suivi cardiologique des problèmes médicaux aigus). Il semble aller bien. Shane veut féliciter la titulaire en lui tapant dans la main mais elle refuse. La voix sonore et énervée d’Owen retentit derrière elle. Il aimerait savoir comment il se fait que l’intervention non invasive du Dr Russel se soit transformée en une thoracotomie bilatérale avec pontage. Devant les internes qui se font les plus petits possible, il reproche à Cristina d’avoir pris cette initiative sans en avoir référé au préalable à son supérieur. Elle assure qu’elle a essayé. Mais Owen ne la laisse pas parler. Il lui rappelle que Russell ne la connait pas encore et qu’elle n’a pas la liberté de charcuter les patients des autres. Cristina estime que Russell devrait plutôt la remercier. La version d’Owen est très différente. Il pense que Russell va certainement la virer. Il s’en va. Shane tente de réconforter Cristina qui lui demande de la fermer.

    Callie s’apprête à quitter le service lorsque Bailey l’interpelle pour savoir si elle a eu l’occasion de parler à Arizona ce soir. Callie répond que non. Bailey lui avoue qu’elle a l’impression d’avoir été un peu trop loin et elle préfère la prévenir que l’ambiance risque d’être un peu explosive à la maison. Elle hésite un peu à donner des détails. Elle n’a pas besoin de le faire car Callie vient d’apercevoir Arizona dans le couloir. Bailey lui demande de partir. Arizona est comme un petit oiseau que la moindre chose risque d’effrayer. Pour le moment, Callie représente trop de pression. Il vaut mieux qu’elle s’en aille Arizona entre dans la pièce en déclarant avec sécheresse qu’elle n’a jamais reçu le dossier. Bailey, qui fait comme si la présence d’Arizona était tout à fait normale, lui présente ses excuses. Le dossier est là. Elle le lui remet. Arizona insiste sur le fait qu’elle est heureuse de pouvoir l’aider mais qu’elle ne peut pas le faire sans informations. Elle a à peine jeté un coup d’œil au dossier qu’elle trouve la cause de l’infection de Jamie. Il s’agit d’une infiltration pulmonaire. Elle s’en doutait. Elle pense que la patiente souffre de la maladie de Lemierre. Ça pourra être confirmé avec une échographie. Bailey lui demande des explications complémentaires. Les deux femmes s’éloignent. Callie sort de sa cachette avec un air à la fois ébahi et heureux.

    Jackson demande à Richard s’il a déjà parlé à sa mère. Richard répond que oui. Il ne devrait plus y avoir de problèmes de communication. Jackson le remercie. Il aimerait qu’à l’avenir sa mère et Richard gardent ce genre de choses pour eux. Richard assure qu’ils en sont capables. Il espère seulement que Jackson l’est aussi. En effet, quand lui, il reçoit un email qui ne lui est pas destiné, il le signale rapidement à l’expéditeur ou il supprime le message. Jackson, lui, n’a pas arrêté de venir le trouver pour être sûr qu’il entende parler de Catherine et vice-versa. Richard pense qu’en fait leur relation n’énerve pas Jackson autant qu’il veut bien le dire. Il est même content que sa mère ait enfin trouvé quelqu’un qui la rende heureuse. Il ne veut juste pas l’admettre.   

    Alex annonce à Santa qu’ils connaissent la maladie dont il souffre. Il s’agit du syndrome cyclique de vomissement. C’est lié à une maladie mitochondriale. On la retrouve souvent chez les enfants. Ils ont de fortes nausées et des vomissements qui durent plusieurs jours. La maladie est difficile à diagnostiquer et les parents deviennent fous. Santa avoue qu’il croyait que ses problèmes résultaient de l’alcool qu’il buvait pour oublier ses maux de tête. Alex confirme que ce sont ces migraines qui déclenchent les crises de vomissements. Il n’y a pas encore de remèdes pour cette maladie mais on peut soigner les migraines. Il remet une boite de médicaments à Santa qui semble soulagé à l’idée qu’il ne devra plus subir tous ces problèmes. Alex ajoute qu’ils vont le mettre en relation avec un médecin généraliste mais, en cas de crises, il devra revenir à l’hôpital et demander à les voir, lui ou Jo. Ils s’occuperont de lui. Jo semble charmée par ce nouvel aspect d’Alex et elle le remercie. Comme Santa remercie le chirurgien, celui-ci lui conseille de plutôt remercier Jo. Une fois qu’il est parti, Santa dit à Jo qu’il l’embrasserait volontiers si elle n’était pas couverte de vomi.  

    Cristina et Owen sont dans une salle de réunion pour s’expliquer. Elle est certaine qu’il sait qu’elle n’avait pas d’autre choix. Il suggère d’attendre Russel pour entendre ce qu’il va dire. Cristina remarque que son ex mari évite de la regarder en face. Elle ne comprend pas pourquoi il l’a engagée s’il ne voulait plus la voir. Russell entre dans la salle et demande ce qui se passe. Cristina lui présente le dossier et veut lui expliquer ce qu’elle a fait mais il lui fait signe de se taire et commence à lire le dossier. Owen ne peut s’empêcher de dire que le patient va bien. Ils pourraient parler de la décision de Cristina… Russell lui coupe la parole pour remercier cette dernière. Elle a fait du bon boulot. Il remercie aussi Owen. Il reconnait que ce dernier avait absolument raison. Il comprend maintenant pourquoi Owen a insisté pour engager Cristina. Une fois qu’il est parti, celle-ci se tourne vers Owen. Gêné d’avoir été pris en flagrant délit de mensonge, celui-ci s’en va à son tour.

    Callie entre d’un pas décidé dans la salle de réunion où se trouvent déjà les avocats et Derek. Elle leur annonce qu’elle veut retirer sa dernière déclaration, parce qu’elle a menti. Elle pense que Derek peut recommencer à opérer. L’avocate estime que ce ne sont que des spéculations, pas des faits. Callie réplique que c’est un fait que la régénération nerveuse est vraiment lente. Peut-être que le nerf de Derek a besoin de plus de temps qu’il n’en a eu jusqu’à présent. Il y a aussi d’autres solutions qu’ils n’ont pas encore essayées. Elle se tourne vers Derek et lui énumère celles auxquelles elle pense. L’avocate lui fait remarquer sèchement qu’elle semble avoir pas mal réfléchi au problème. Callie avoue que oui, chaque nuit depuis que Derek a laissé tomber son instrument en salle d’opération. Il lui demande pourquoi elle ne lui en a pas parlé avant. Elle reconnait qu’elle a eu peur, et elle avait l’impression d’avoir raté l’opération. Mais il a eu raison d’avoir confiance en elle et de la pousser. Il aurait même dû la pousser davantage. Ils n’ont pas encore tout essayé et ils ne devraient pas abandonner avant de l’avoir fait. Derek la regarde avec émotion.

    Jackson veut s’expliquer avec April mais elle l’agresse immédiatement. Elle est certaine qu’il préférait sûrement avoir un plan cul simple et sans sentiment et donc, elle l’encourage à aller chercher ailleurs. Elle sait que pour lui, leur relation n’est que du sexe. Il l’interrompt. Non, il ne s’agit pas que de sexe. Il aimerait que ça soit le cas et il a prétendu que ça l’était mais ça ne l’est pas. Il aimerait aussi qu’elle cesse de le comparer à un accident de voiture ou à un dessert, ou à faire comme s’il était agacé par Jésus. Et il ne veut plus qu’elle fasse comme s’il n’éprouvait aucun sentiment. Il en a, beaucoup même. April ricane. Des sentiments mais pour quoi ? Pour elle ! Sidérée, April lui présente des excuses. Elle s’en veut de l’avoir blessé. Elle croyait qu’il ne s’agissait que de sexe pour lui. C’est ce qu’il croyait aussi. Pour ne pas se laisser à l’émotion, il se lève précipitamment et lui souhaite une bonne nuit.

    Alex entre dans la salle des titulaires au moment où Meredith range ses affaires. Il lui révèle qu’il n’est pas resté à Seattle pour choper les élèves de terminale. Elle le sait, il est resté pour Arizona. Oui, et justement Arizona lui a dit qu’il n’était personne, qu’il n’avait personne et qu’il n’y avait rien d’intéressant dans sa vie. S’il veut la maison de Meredith, c’est parce que… En fait, il n’en sait rien. Il la veut, c’est tout. Meredith lui confie à son tour la raison pour laquelle elle ne veut pas effectuer certaines réparations. Les marques au plafond sont dues au sapin de Noël qu’ils avaient installé, durant leur première année d’internat. Il ne peut pas le savoir parce qu’à l’époque ils ne se fréquentaient pas. Ils ne l’aimaient pas. Les marques de brûlures sur le plancher ont été causées par les verres enflammés qu’il y a eu lors de cette stupide soirée qu’Izzie avait organisée. Et les encoches sur le montant de la porte du bureau, ce sont les marques de la croissance de Zola depuis qu’elle sait se tenir debout, et de l’autre côté, il y a celles de Meredith quand elle était petite. Elle a grandi dans cette maison. C’est difficile pour elle de changer certaines choses. Et d’une certaine façon, c’est là qu’Alex a grandi. Et avant d’essayer de tout changer chez lui, il doit penser au fait qu’il a été comme ça jusqu’ici. Et elle trouve qu’il n’est pas si mal que ça, tout comme sa maison, alors elle ne changera rien du tout. S’il veut faire des modifications, il peut le faire mais elle ne le fera pas. Alex marque son accord en lui tendant la main. Elle la serre avant de prendre son ami dans ses bras. Il lui demande ce qu’elle compte faire pour la moisissure. Elle le repousse en riant.

    Il y a encore une réunion avec les avocats. Ceux-ci annoncent que la prochaine étape consistera à porter plainte contre les parties concernées. Cristina intervient pour dire qu’elle ne souhaite pas s’en prendre au pilote. Cet homme est paraplégique maintenant. Derek l’approuve. Il demande à ce que Jerry soit retiré de la liste des coupables. Callie hésite. Et s’il était saoul ou endormi ? Meredith lui rappelle qu’ils ont tous parlé au pilote. Ils savent comment il était. L’avocate demande soudain à Owen de bien vouloir sortir. La discussion qui va suivre concerne uniquement les victimes de l’accident. Il est à peine en dehors de la salle que l’avocate rassure les médecins. On ne poursuivra pas le pilote. Ils sont obligés d’enquêter sur lui pour monter le dossier, mais les dommages pour lesquels ils veulent obtenir un dédommagement sont bien plus grands que ceux dont le pilote pourrait être responsable, ou même la compagnie aérienne. Ils veulent s’attaquer à un plus gros poisson. Il leur semble en effet que la meilleure chose à faire est de rechercher la faute du côté de l’hôpital lui-même. Meredith croit comprendre qu’ils visent l’hôpital de Boise. L’avocate rectifie, non, ils visent le Seattle Grace Mercy West, c’est-à-dire les gens qui les ont faits monter dans cet avion. Elle tourne alors les yeux vers le couloir où se trouve encore Owen. Les chirurgiens l’imitent et comprennent immédiatement ce dont il est question. Ils semblent presque effrayés.

    Arizona et Bailey continuent de discuter du cas de Jamie.

    Santa quitte l’hôpital. Jo lui remet une boite de médicaments.

    Cristina arrive dans son appartement. Elle regard autour d’elle avant de se diriger vers son lit dont elle retire la couette.

    Alex rentre dans ce qui est désormais son nouveau foyer. Il sursaute en voyant Cristina débouler dans le hall d’entrée. Elle lui apprend que Meredith lui a donné les clefs. Il réplique qu’elle vient juste de lui vendre la maison. Cristina est au courant. Elle veut juste la louer. Alex refuse énergiquement. Il a dit, pas de colocataires. Cristina insiste. La maison est grande. En plus, ils travaillent à n’importe quelle heure. Ils se verront à peine. Il ne saura même pas qu’elle est là. Alex pose la main sur le chambranle de l’ancien bureau d’Ellis et sent les marques dont Meredith lui a parlé. Il baisse les yeux pour les regarder. Quand il relève la tête, il sourit. Cristina lui demande ce qu’il a. Il répond qu’elle vient de lui demander son aide. Elle réplique qu’elle préfère se tuer. Alex annonce qu’il prend la grande chambre. Le loyer devra être versé le premier de chaque mois. Et c’est à elle d’acheter le papier toilette ! Il monte à l’étage tandis que Cristina ferme la porte d’entrée.

     

    Voix off : Ça peut être effrayant de découvrir qu’on avait tort. Mais on ne peut pas avoir peur de changer d’avis, d’accepter que les choses soient différentes, qu’elles ne seront plus jamais les mêmes… Pour le meilleur ou pour le pire. On doit être prêt à abandonner ce en quoi on croit. Au plus on est prêt à accepter ce qui existe et pas ce qu’on pensait, on se retrouvera exactement là où on doit être.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :