• Episode 9.17 : Transplant Wasteland

    Photobucket

    Titre français : Greffes en série

    Scénariste : Zoanne Clack

    Réalisateur : Chandra Wilson

    Diffusion Etats-Unis : 14 mars 2013 sur ABC

    Diffusion France : 28 mai 2014 sur TF1

     

    Voix off : Pour un patient très gravement malade, une greffe d’organes signifie un nouveau départ, une seconde chance. Mais le corps est conçu pour combattre n’importe quel envahisseur extérieur, même si c’est celui qui essaie de le sauver. Parce qu’une transplantation ne garantit pas une vie plus facile. Il y a un risque que le corps rejette l’organe purement et simplement.

     

    Les nouveaux propriétaires du Seattle Grace Hospital sont en salle de réunion. Ils discutent bien évidemment du nouveau rôle que Jackson va jouer. Arizona semble avoir du mal à croire qu’il aura plus de poids qu’eux dans la gestion de l’hôpital. Pour Cristina, cela ne peut pas être vrai. Derek leur rappelle que Jackson est un membre de l’équipe de direction, qu’il peut voter et qu’il est également le représentant de la Fondation Harper Avery. Fondation qui a apporté 175 millions de dollars, mentionne Callie sur un ton amer. En opposition à leur 15 millions chacun, ajoute Arizona sur le même ton. Derek leur apprend que, selon Stan, son conseiller financier, Jackson a non seulement un vote prépondérant mais qu’il peut aussi opposer son veto à leurs décisions. La nouvelle abasourdit ses collègues. Cristina trouve cela ridicule. Jackson n’est même pas encore titulaire. Tout comme toi, lui rappelle Meredith. Cristina réplique que Jackson est chirurgien plasticien et que, elle, elle est à part. Meredith estime qu’il vaudrait mieux ne pas réagir de façon excessive. Après tout, ils sont un train de parler de Jackson. Il ne s’agit pas d’un étranger, mais d’un des leurs. Derek donne raison à son épouse. En plus, Jackson est intelligent. Il va sûrement suivre leurs décisions. Callie n’est pas d’accord. Ce sont eux qui sont à l’origine du sauvetage de l’hôpital. Ils ont tout fait ensemble. Certes, elle éprouve de la reconnaissance envers la Fondation pour avoir insufflé de l’argent dans l’entreprise, mais il est hors de question qu’elle laisse un apprenti chirurgien esthétique lui dire comment elle doit diriger son service, uniquement parce que sa maman a décidé qu’il le ferait. Arizona est du même avis.

    Dans le couloir, Richard et Catherine Avery discutent, eux aussi, des derniers évènements. Catherine rappelle sèchement à Richard que c’est lui qui lui a donné l’idée de sauver le Seattle Grace. Il rétorque que ce n’était qu’une conversation sur l’oreiller et celle-ci est subitement devenue un plan d’entreprise. Bien sûr, elle a investi de l’argent dans l’hôpital. Mais fallait-il pour autant faire de son fils le roi ? Il ne voit pas ce qui a pu lui faire penser que ce jeune homme était prêt à prendre ce genre de responsabilités. Catherine répond que Jackson est son fils. Elle sait de quoi il est capable. Richard réplique qu’il le sait aussi, parce que Jackson est son étudiant. Mais maintenant, son étudiant est devenu son patron et en plus, sa petite amie est la patronne du patron. Est-ce qu’elle voit ce qui cloche là dedans ? Vexée, Catherine l’accuse d’avoir oublié avec qui il sortait. Elle est la présidente du Conseil d’Administration d’une importante fondation. Elle a réalisé un investissement extrêmement sensé et elle va le gérer comme elle le jugera nécessaire. Elle a placé à la tête de l’organisation un individu qui est dynamique, motivé et responsable. Elle conclut sur un ton plus doux qu’il n’y a qu’une pièce dans lequel elle accepte de recevoir des ordres de son petit ami et ce n’est pas ici. Elle entre dans la salle de réunion où l’attendent déjà d’autres personnes.

    Dans l’autre salle de réunion, les nouveaux propriétaires ont décidé que les urgences pédiatriques et pour adultes seraient combinées afin de restreindre le personnel. Jackson entre dans la pièce, les bras chargés de dossiers. Il présente ses excuses pour son retard. En fait, il était prêt à temps mais un de ses patients s’est transformé en crieur. Il dépose sur la table un emballage de pâtisserie et l’ouvre, faisant ainsi apparaitre des donuts. Ses collègues font comme s’ils n’avaient rien vu. Le malaise est palpable. Meredith informe Jackson qu’ils étaient en train de discuter de la réouverture des urgences et du centre de traumatologie. Le jeune homme répond qu’il n’est pas encore prêt pour ça. Croyant qu’il veut dire qu’il n’a pas eu assez de temps pour consulter les documents, Derek propose de passer au point suivant. Jackson l’interrompt. En fait, il a lu la proposition. C’est juste que la fondation pense que rouvrir les urgences n’est pas un succès couru d’avance. Ils aimeraient visiter le site et étudier les chiffres avant de se prononcer, ce qui pourrait prendre un mois. Arizona lui demande si la Fondation sait qu’ils veulent récupérer leur statut de centre de traumatologie de premier niveau. Jackson confirme que la Fondation est au courant de leur intention. Callie le corrige avec sécheresse. Ce n’est pas qu’une idée mais un fait. Cristina estime qu’ils devraient ajourner cette discussion jusqu’à ce qu’Owen puisse y participer. Il aura beaucoup de suggestions à leur faire, lui aussi. Tous les autres l’approuvent, sauf Jackson qui, avec un certain embarras, leur apprend que puisqu’il s’agit de prendre un nouveau départ, la Fondation a pensé que changer de leader serait bon pour le moral de tous. Cristina lui demande avec ironie si par leader, il veut dire le chef de la chirurgie. Meredith est abasourdie à l’idée qu’il envisage de licencier Owen, ce dont Callie ne veut pas entendre parler. Quant à Derek, s’il reste silencieux, il se raidit légèrement. Comme Jackson veut leur expliquer quelles sont les motivations de la Fondation, Callie l’interrompt sèchement pour lui demander d’arrêter de prétendre parler au nom de la Fondation, mais plutôt d’admettre qu’il parle au nom de sa mère. Bien qu’il soit vexé, Jackson ne relève pas l’affront et précise qu’il ne s’agit que d’une recommandation de la Fondation. Cristina la trouve totalement inappropriée. Enervée, Callie lui donne raison et suggère à Jackson d’aller dire à sa mère que cette proposition n’est qu’une connerie. Devinant que la réunion va dégénérer, Arizona y met fin en annonçant qu’elle doit pratiquer une intervention. Derek, qui doit aussi opérer, propose de revenir plus tard sur ce sujet. Ils se lèvent tous de table. Callie lance un regard plein de dédain à Jackson. Au moment de sortir, Cristina dit à ce dernier que peu importe qui lui donne ses directives, il n’est pas question que l’on renvoie Owen. Pour Jackson, ils peuvent bien dire tout ce qu’ils veulent, mais sans la Fondation Harper Avery, ils ne seraient pas là. Meredith l’admet en ajoutant qu’ils ont tous apprécié le geste. Mais ils ne s’attendaient pas à ce que la Fondation débarque en dictant ses volontés. Jackson riposte que personne ne leur a demandé non plus de poursuivre l’hôpital en justice jusqu’à le mettre en faillite. Choquée, Meredith lui rappelle qu’ils ont fait ça à cause de l’accident d’avion qui a tué Lexie. Jackson réalise alors sa maladresse mais, trop orgueilleux, il ne parvient pas à s’excuser. Meredith et Cristina quittent la salle en lui lançant des regards quelque peu méprisants.

    Owen est devant le tableau du planning avec une infirmière, en train d’essayer d’organiser les différentes interventions, ce qui lui pose certains problèmes car tout le personnel infirmier n’a pas réintégré son poste. Alex vient l’informer que le Centre des greffes l’a prévenu qu’un rein était disponible pour sa patiente, Jaelynn. Owen lui apprend avec regret qu’il n’a aucune salle à mettre à sa disposition. De plus, la moitié des infirmières a démissionné, y compris celles qui s’occupaient de coordonner les transplantations. Il ne leur est donc pas possible de pratiquer cette intervention et il va falloir refuser le rein. Alex plaide la cause de sa patiente qui n’a que 16 ans et qui est sous dialyse depuis trois ans. Owen promet de faire tout son possible pour trouver une solution. Alex est à peine parti que Cristina arrive pour avertir son ex mari qu’il risque d’être licencié. Après avoir demandé à l’infirmière de les laisser seuls, Cristina explique à Owen que Jackson Avery veut le remplacer mais qu’elle et ses camarades ne vont pas permettre que cela se fasse. Si elle lui en parle, c’est seulement pour qu’il n’apprenne pas la nouvelle par des on-dit et qu’il pense qu’elle le lui a caché. Heather arrive sur ces entrefaites avec un téléphone portable, pour mettre Cristina en contact avec le Centre des greffes, lequel peut lui donner un cœur et des poumons pour son patient. Mais Cristina ne se résout pas à abandonner Owen à son triste sort. Elle lui promet de discuter de la situation avec Catherine Avery. Il lui demande de n’en rien faire. Qu’elle prenne sa communication téléphonique, il se charge du reste. 

    April et Stephanie entrent dans un ascenseur. Stephanie résume en quelques mots le cas du patient d’April. Il s’agit d’un homme de 31 ans, Bradley, qui est au stade terminal de la maladie de Charcot. Il ne respire que grâce à une trachéotomie. Il a subi une laparoscopie trois semaines plus tôt et il se plaint maintenant d’hématochézie (hémorragie digestive par l’anus). Stephanie a été très étonnée qu’il cite le terme médical exact. April lui apprend que Bradley était interne en médecine au Mercy West, à l’époque où elle y était. Stephanie ne comprend pas comment il a pu faire son internat avec une telle maladie. April explique que le diagnostic a été posé lorsque Bradley était en deuxième année. Il a continué à travailler jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de le faire. C’est un type vraiment épatant. Arrivée devant la chambre de son patient, elle entendu une musique assez forte s’en échapper. Elle entre et découvre, outre la famille du patient, quelques membres du personnel infirmier qui discutent en prenant un verre. D’autorité, elle éteint la radio, rappelant à tous qu’ils sont dans un hôpital où il y a des personnes très malades, comme Bradley. Celui-ci lui fait un petit clin d’œil, ce qui la fait sourire. Néanmoins, elle demande aux personnes présentes de sortir de la chambre. Comme Bradley lui fait remarquer que c’est lui qui les a invitées, elle objecte qu’elle veut lui parler des prochaines étapes de sa maladie, raison pour laquelle elle aimerait que même les membres de la famille de Bradley s’en aillent. Le jeune homme réplique qu’il sait déjà ce que sera sa prochaine étape. Il va donner ses organes. Stephanie est perplexe. Le don d’organes n’est envisageable que lorsque le patient est en état de mort cérébrale, ce qui est loin d’être son cas. Bradley, qui ne peut parler en raison d’une quinte de toux, passe la parole à sa mère laquelle informe les médecins que son fils a décidé de faire un DAC (don d'organes après un arrêt cardiaque). April est atterrée, surtout lorsque Bradley lui dit qu’il ne vit que grâce au respirateur et que si on le débranche, ce sera un moment de joie pour lui. Après avoir ajouté qu’Owen a déjà marqué son accord, il souhaite à April la bienvenue à ses funérailles.

    Dans le grand hall du service chirurgie, Owen fond sur Jackson et lui demande s’il fait encore partie du personnel ou non. Surpris par l’attaque, Jackson se met à bafouiller. Fou de rage, Owen lui dit qu’il a entendu une rumeur selon laquelle il n’aurait plus d’emploi, alors il aimerait qu’on le lui confirme. C’est avec embarras mais aussi une totale franchise que Jackson reconnait qu’effectivement ils ont pensé qu’un changement de direction serait bon pour le moral du personnel. Le mot "moral" fait exploser Owen. Durant les trois dernières semaines, il a tout fait pour maintenir un bon moral parmi le personnel et pour que l’hôpital ne soit pas fermé. Jackson réplique que personne n’a dit le contraire, Owen l’interrompt en criant que le problème, c’est que personne ne dit rien. Il a été écarté de toutes les décisions qui ont été prises. Et maintenant, il entend dire qu’on veut le virer. Ses éclats de voix alertent Derek qui dévale les escaliers. Il arrive près des deux hommes au moment où Owen hurle à Jackson de ne pas lui dire de se calmer. Derek leur demande de poursuivre leur discussion ailleurs. Comprenant qu’il est aussi au courant, Owen l’accuse d’être de mèche avec Jackson. Derek proteste. Il est vrai que le sujet est venu sur la table… Owen ne le laisse même pas s’expliquer. Selon lui, le sujet n’aurait même jamais dû être évoqué. Comme Jackson veut lui faire remarquer que c’est une décision qui doit être prise par le groupe et lui-même, Derek lui intime l’ordre de se taire et de ne plus s’en mêler. Jackson s’écarte Le visage fermé, Derek tente ensuite de raisonner Owen en lui rappelant qu’il y a maintenant une politique à suivre. Ils essaient de trouver une solution pour régler son problème. En attendant, il doit éviter de se faire remarquer. Owen ne veut rien entendre. Il en a assez de se faire discret et d’avoir l’air d’un idiot, pendant que tout le monde lui ment. Derek assure que ce n’est pas vrai. Owen ne le croit pas du tout. Quand il se battait pour que Pégase rachète l’hôpital, Derek l’a assuré de son soutien et une heure après, il démissionnait. Owen l’accuse d’être un menteur, de mentir à tout le personnel, avant d’ajouter que pendant ce temps, lui, le pauvre gogo, essaie de réparer les erreurs que les rescapés de l’accident d’avion ont commises. Derek, qui faisait de son mieux pour garder son calme, explose. Avec des yeux lançant des éclairs et la mâchoire contractée, il conseille à Owen de ne pas commencer à chercher qui est le responsable de tout ça. Comprenant que Derek le désigne clairement, Owen se tourne vers Jackson et lui annonce qu’il va lui faciliter les choses en démissionnant. Derek hoche la tête avec un regard mauvais.   

    Cristina, qui a appris la nouvelle, arrive sur le parking au moment où Owen va monter dans sa voiture. Elle lui demande ce qui s’est passé. Il élude la question en lui parlant de l’appel qu’elle a reçu du Centre des greffes. Elle insiste pour qu’il lui dise ce qui s’est passé. Il prétend qu’il ne s’est rien passé. C’est juste lui qui en a assez. Il aurait dû démissionner depuis bien longtemps déjà. Derek a raison. Tout est de sa faute. Cristina lui assure que personne ne lui fait de reproches. Il sait que c’est faux. Il y a au moins une personne qui lui en veut et, tant que c’est le cas, il ne voit pas comment il pourrait travailler de façon efficace. Il monte dans sa voiture. Avant de démarrer, il conseille à Cristina d’adapter le tableau des interventions urgentes en fonction de l’heure d’arrivée de ses organes et d’éventuellement reporter certaines interventions au lendemain.

    Dans un ascenseur, Jo et son petit ami, Jason, comparent leur métier. Elle estime que ce n’est pas du tout la même chose. Les chirurgiens sauvent des vies tandis que les obstétriciens se contentent d’attraper les bébés qui sortent du ventre de leur mère. Jason lui rappelle que les obstétriciens aussi pratiquent des interventions chirurgicales, lorsque la naissance s’avère difficile. Pour Jo, ce n’est pas du tout la même chose. Jason objecte alors qu’il s’occupe toujours de deux patients à la fois, la mère et l’enfant. Elle ne peut pas rivaliser avec ça. En riant, elle lui fait remarquer qu’il porte des blouses roses. Il s’avoue vaincu. Ils vont s’embrasser lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent pour laisser entrer Alex. Il se renfrogne en découvrant le couple. Un peu embarrassée, Jo lui demande s’il connait son copain. Comme Alex répond que oui, en utilisant le surnom du jeune homme, Chest Peckwell (que l’on peut traduire par "torse bécote bien"), l’obstétricien se présente sous son vrai nom en tendant la main à Alex. Celui-ci l’ignore superbement et demande à Jo si elle sait où se trouvent les parents de Jaelynn. Jo répond que la jeune fille est en dialyse. Alex lui fait remarquer sèchement que ce sont les parents qui l’intéressent. Comme Jo lui suggère d’entrer dans l’ascenseur, il grogne qu’il va prendre les escaliers.

    Jackson entre dans la salle de réunion où se trouve encore sa mère. En l’appelant "mon cœur", elle l’invite à assister à la suite de la réunion dont l’objet est de revoir l’accord d’achat de l’hôpital qu’il va devoir d’ailleurs signer par après. Elle suppose qu’il l’a déjà lu. Jackson ne répond pas et demande à lui parler en privé. Ils se retrouvent dans le couloir où Jackson apprend à sa mère, sur un ton énervé, qu’il n’a pas lu l’accord d’achat, parce qu’il a l’impression que celui-ci n’a pas été rédigé en anglais. Comme il n’est ni juriste, ni comptable, il n’a rien compris. Après lui avoir conseillé de reprendre son calme, Catherine le rassure. Personne ne comprend ces documents. C’est justement pour les leur expliquer que ces personnes sont là. Tout ce qu’il va avoir à faire, c’est de les écouter, poser quelques questions et faire confiance à son instinct. Après lui avoir demandé de paraitre sûr de lui, elle l’invite à assister à la réunion et à écouter ce que les bureaucrates vont leur dire, et surtout d’essayer de ne pas s’endormir quand ils parleront de taux d’endettement, parce que c’est comme un sédatif. Avant d’entrer dans la salle, Jackson la prie de ne plus l’appeler "mon cœur". D’accord, bébé, répond-t-elle.

    Alex et les parents de sa patiente arrivent en salle de dialyse. Les parents sont horrifiés de découvrir leur fille sur les genoux d’un jeune homme, qu’elle embrasse langoureusement. Jaelynn ne comprend pas pourquoi ils sont choqués. Cela fait un an que Thelonious et elle font leur dialyse ensemble. Comme son père objecte qu’il préférerait la voir assise sur sa propre chaise, elle lui fait remarquer que la dialyse est suffisamment désagréable en soi que pour ne pas supprimer la seule chose qui y soit amusante. La mère demande à son mari de mettre fin à cette discussion. C’est un jour trop important pour se disputer. Alex apprend à l’adolescente qu’ils ont trouvé un rein pour elle. Ce qui signifie l’arrêt des dialyses, précise la mère. La nouvelle réjouit Jaelynn mais pas du tout son petit ami.  

    Callie et Arizona sont dans une salle de repos, en train de commenter la démission d’Owen. Arizona voudrait savoir si Jackson a été convié à cette réunion. Callie ne voit pas pourquoi, puisque tout ce qui arrive est de sa faute. Meredith les rejoint et leur demande la raison de cette réunion organisée en urgence. Callie lui apprend la nouvelle. Cristina et Derek arrivent à leur tour en discutant, la première estimant que le second ne peut pas continuer de reprocher l’accident d’avion à Owen. Derek refuse d’être tenu pour responsable de la démission d’Owen. C’est ce dernier qui a décidé de partir et ça ne serait pas arrivé si Cristina avait su garder le secret. Les trois autres sont stupéfaites d’apprendre que Cristina a informé Owen qu’il risquait d’être licencié. Elle estime qu’elle a fait ce qu’il fallait. Derek n’est pas d’accord, premièrement parce que rien n’avait été décidé, deuxièmement parce qu’ils n’allaient pas laisser Jackson se débarrasser d’Owen. Cristina rappelle à ses camarades que Jackson a ses propres priorités. Prévenir Owen était la moindre des choses à faire. Ils avaient déjà suffisamment agi dans son dos. Arizona estime qu’ils devraient garder pour eux ce qui se dit lors de leurs réunions. Cristina réplique que dans ce cas, il ne faut pas compter sur elle. Son bipeur sonne. Elle annonce qu’elle est attendue pour pratiquer une greffe cœur poumons. Callie lui apprend qu’Alex vient de recevoir un rein pour sa patiente. Cela fera trois greffes en un jour, puisqu’April va réaliser un DAC. Meredith est perplexe. Trois transplantations sur la même journée, ça n’est pas possible. Arizona réplique que ça l’est maintenant. Le problème, c’est que les salles d’opération sont déjà occupées pour la journée, qu’il n’y a que la moitié des infirmières et plus aucun coordinateur de transplantation. Derek se demande qui gérait tout ça avant. Owen Hunt, répondent en chœur Callie et Arizona.

    Bailey demande à Jackson ce qu’il faut faire avec les protocoles qui avaient été mis en place par Pegasus Horizons. Selon l’un d’eux, elle est obligée d’opérer une hernie selon une procédure qu’elle trouve parfaitement stupide. Or ce jour là, elle doit opérer une hernie et elle aimerait le faire comme elle le fait, avec succès d’ailleurs, depuis qu’il est tout gamin. Comme Jackson lui suggère de remettre cette discussion à plus tard, elle attire son attention sur toutes les règles stupides qui sont reprises dans ces protocoles. Est-ce que ce n’est pas pour régler ce genre de choses qu’il est devenu le chef ? Elle lui jette son dossier dans les bras. Il la remercie sur un ton ironique. Telle une furie, April s’adresse à eux pour savoir où elle peut trouver Owen. Elle aimerait qu’il lui explique pourquoi il a signé un ordre d’exécution pour un de ses patients. Bailey lui apprend qu’Owen a démissionné. Comme April veut avoir des explications, Bailey lui suggère de s’adresser au patron. Elle se tourne vers Jackson. Embarrassé, Jackson dit à April qu’Owen est parti à la suite d’un désaccord sur la nouvelle politique de la direction. Révoltée, April lui demande de modifier cette stupide politique. Bailey intervient pour rappeler qu’avant ça, il faut modifier les stupides protocoles de Pegasus. Son opération est prévue pour l’après-midi.  

    Cristina informe son patient, Mr Schulz, qu’au moment où elle lui parle, des personnes sont en train de ramener le cœur et les poumons qu’il attendait. Son opération devrait avoir lieu dans l’après-midi. Pas trop tôt, s’exclame le patient avant de se plaindre de ce qu’il a craché le matin même. Un homme, Herman Crump, passe sa tête à la porte de la chambre et salue Cristina. Aussitôt, Schulz invective cet homme, lui ordonnant de s’en aller. C’est déjà bien assez d’être obligé de le voir passer 80 fois par jour devant sa chambre. Les deux hommes commencent à se chamailler au sujet d’un prétendu trafic de pizzas qu’organiserait Schulz dans sa chambre. Interloquée, l’interne Heather informe Herman que Schulz va subir une greffe cœur-poumons. La nouvelle indigne le vieil homme. Pourquoi donner un nouveau cœur à un junkie alors que lui-même en attend un depuis trois mois ? Cristina lui demande de se calmer. Si Schulz reçoit ce cœur, c’est parce que le sien est trop endommagé par l’hypertension pulmonaire. Herman ne veut rien entendre et exige de parler immédiatement à un supérieur. Cristina lui promet d’en faire venir un rapidement. Comprenant qu’elle n’en fera rien, Herman s’en va. En sortant de la chambre, Heather demande à Cristina quelle est la raison pour laquelle ces deux hommes se haïssent. Cristina lui explique qu’ils sont voisins. Il y a environ trente ans, la femme d’Herman l’a quitté pour Schulz, avant de quitter celui-ci pour un autre homme. Comme Heather ne cesse de pousser des exclamations de surprise, Cristina lui demande de faire ça pendant ses moments libres. Quant à elle, elle doit parler avec son supérieur. Heather lui fait remarquer que l’hôpital lui appartient. Est-ce que cela ne fait pas d’elle la supérieure ? Cristina confirme. Elle va donc devoir avoir cette conversation avec elle-même.   

    Jo et Meredith sont devant le tableau du planning. Meredith a reporté presque toutes les interventions qui étaient prévues ce jour là. Alex lui demande de se rendre à Missoula, dans le Montana, afin d’aller chercher le rein dont sa patiente a besoin. Il doit rester là pour préparer son intervention et Arizona est occupée. Meredith répond qu’elle n’en a pas le temps. A cause du départ d’Owen, c’est elle qui a été chargée de trier les patients. Alex insiste. Il ne veut pas courir le risque que quelqu’un de Missoula abime son rein. Jo, qui a compris que l’organe était pour Jaelynn, lui propose son aide. Alex refuse sèchement. Il a besoin d’un chirurgien pour prélever le rein et elle, elle n’en est pas encore un. Il s’en prend ensuite à Meredith, lui reprochant de ne plus être chirurgienne non plus mais plutôt un membre de la haute direction, qui trop occupé pour s’occuper de donner un rein à une gamine. Il s’en va. Meredith soupire. Elle demande à Jo de prévenir Derek qu’il va devoir s’occuper lui-même du planning et ensuite de lui réserver un vol pour Missoula. Jo commence à lui parler de la patiente qui est vraiment une très gentille jeune fille. Meredith comprend qu’elle meurt d’envie de l’accompagner et marque son accord.  

    April est dans la chambre de Bradley pour tenter de le dissuader de mettre son plan à exécution. Elle voudrait qu’il écoute d’abord ce qu’elle a à lui dire. Elle comprend qu’il n’ait pas envie de subir une coloscopie mais il y a d’autres options. Elle commence à lui énumérer tous les examens qu’elle pourrait prescrire pour trouver la cause de ses hémorragies anales. Bradley répond que la raison pour laquelle il ne lui avait pas encore parlé de sa décision, c’est parce qu’il savait qu’elle ne l’approuverait pas et qu’il ne voulait pas perdre les quelques précieux moments qu’il lui reste à vivre à tenter de la convaincre. Selon April, s’il réagit comme ça, c’est parce qu’il est dépressif, mais cela peut se soigner. Bradley assure que ce n’est pas le cas. La sclérose latérale amyotrophique est une maladie fatale à 100%. S’il donne ses organes, sa mort pourra servir à quelque chose. Par contre, s’il continue à se battre, il va avoir une infection et ses organes ne pourront plus être donnés. Il a donc décidé d’arrêter de se battre. April argumente que justement, ils font tout pour être sûrs qu’il n’y aura aucune infection. Elle le supplie de la laisser l’aider, lui rappelant également qu’il est entouré de gens qui l’aiment et qui ont besoin de lui. Il est toujours vivant et tant que ce sera le cas, il sera lui. Bradley lui tend la main. Elle y pose la sienne. Il lui apprend alors qu’il ne veut plus qu’elle soit son médecin.

    Alex explique à Jaelynn et à ses parents le traitement que l’adolescente devra suivre après la greffe de rein. Evidemment, la description de ce traitement médicamenteux assez lourd fait peur à Jaelynn. Alex insiste sur le fait qu’elle doit à tout prix respecter le protocole pour ne pas faire de rejet. Encouragée par sa mère, la jeune fille promet de bien prendre tous ses médicaments. C’est alors qu’Alex énumère les effets secondaires de ceux-ci, sautes d’humeur, cheveux plus fins, prise de poids, diarrhée, acné… Evidemment, ça n’arrive pas à chaque fois, mais si c’est le cas, il ne faut pas s’inquiéter, c’est normal. Cette fois, Jaelynn est épouvantée.

    Cristina entre dans une salle de repos où April est en train de réfléchir à tout ce que Bradley lui a dit. Elle demande à Cristina ce qu’elle ferait si elle était mourante. Est-ce qu’elle donnerait ses organes ? Cristina affirme que oui. April voudrait savoir si elle le ferait aussi en ayant encore du temps devant elle. Cristina comprend alors qu’il s’agit de Bradley. April lui confie son désarroi. Elle a un plan pour soigner son camarade mais il ne veut même pas l’écouter. Cristina lui rappelle que le jeune homme est médecin. Il sait que son état ne va pas s’améliorer. En donnant ses organes, il va sauver toute une série de gens. Elle, elle trouve ça super. Les organes de Bradley sont parfaits. Autant les utiliser. Tout à coup, elle réfléchit à ce qu’elle vient de dire et part en décrétant qu’elle est géniale.

    Dans l’avion qui va l’emmener à Missoula, Meredith téléphone à Derek pour le prévenir qu’il devra aller chercher Zola à la crèche. Elle lui demande ensuite s’il a réglé le problème des salles d’opération. Il avait commencé à s’en occuper mais, étant donné qu’il a une intervention, il a passé le relais à Callie. Il l’interroge sur les raisons pour lesquelles elle est dans un avion. Elle lui apprend qu’elle va chercher un rein pour la jeune patiente d’Alex, lequel a fait son gros bébé pour qu’elle accepte de s’en charger. Elle raccroche après que Derek l’ait priée de le prévenir à son retour. Jo proteste. Alex n’a pas fait son bébé. Elle pense qu’il a l’impression que ses amis l’ont laissé dans le noir. Meredith rétorque qu’elle n’a pas besoin qu’on lui apprenne à parler le Alex, c’est une langue qu’elle parle couramment. En souriant, Jo répond qu’elle, elle est seulement en train de l’apprendre. Elle se demande si elle doit prendre personnellement le fait qu’il fasse semblant de la détester. Elle sait que pour le moment, il a l’impression que tout le monde l’abandonne et elle est consciente qu’il soit blessé par le fait qu’elle sorte avec un type, et qu’elle soit donc moins disponible pour l’accompagner chez Joe tous les soirs. Elle est consciente qu’il se sent seul. Ou bien il te déteste vraiment, lance Meredith.  

    L’interne Leah a prévenu Alex qu’il y avait un problème avec Jaelynn. Il arrive dans la chambre de cette dernière et demande ce qui se passe. En fait, la jeune fille s’est enfermée dans sa salle de bains et elle refuse d’en sortir, malgré les supplications de ses parents. Alex signale sa présence à l’adolescente et lui demande de sortir de sa cachette afin qu’ils puissent discuter de tout ce qui lui fait peur. Jaelynn reste muette. Le père de celle-ci prévient Alex. Elle a l’habitude de ce genre de réaction et il ne faut pas espérer qu’elle craque. Un jour, ils lui ont confisqué son téléphone. Elle a fait sans leur parler pendant une semaine. Alex entend alors à travers la porte le bruit du portable de la jeune fille. Il en déduit qu’elle échange des texto avec quelqu’un. Il quitte la chambre pour se rendre dans la salle des dialyses où il retrouve Theo. Comme celui-ci pianote sur les touches de son téléphone portable, Alex lui demande s’il discute avec Jaelynn. Theo reste évasif. Le chirurgien le prie de convaincre sa petite amie de sortir de sa cachette. Theo refuse, sous prétexte qu’il ne veut pas dire à la jeune fille ce qu’elle doit faire. Comme Alex insiste, le jeune homme le met au défi de l’y obliger. Ni une ni deux, Alex s’empare du téléphone et constate sur l’écran de l’appareil que les deux amoureux l’ont surnommé "Tête de con". Theo le somme de lui rendre son téléphone. Alex réplique qu’il ne peut pas l’y obliger. Il s’en avec le téléphone en main.     

    Heather explique aux deux voisins ennemis que Cristina veut procéder à une opération domino. Comme ils sont du même groupe sanguin, Cristina va donner les nouveaux organes, cœur et poumons, à Schulz pour ensuite greffer l’ancien cœur de celui-ci à Herman. Ce dernier refuse. Premièrement, l’idée d’avoir le cœur de son rival lui déplait fortement. Ensuite, il ne voit pas pourquoi cela serait la meilleure option pour lui qui a 62 ans, de recevoir le cœur d’un homme de 70 ans. Heather lui fait remarquer assez justement que tous les cœurs greffés ont déjà été utilisés et sont donc d’une certaine façon usés. Après lui avoir donné un coup de coude pour la faire taire, Cristina rappelle  à Herman que son cœur n’est plus fonctionnel qu’à 10%, tandis que celui de Schulz l’est à 80%. Selon Schulz, Herman devrait s’estimer heureux de recevoir un tel cœur. Herman riposte qu’il serait heureux si son voisin mourrait tout de suite, ce qui lui permettrait de recevoir le cœur plus frais. Comme Cristina insiste pour qu’il prenne sa proposition en considération, le vieil homme crie qu’il préfère passer l’arme à gauche plutôt que d’avoir le cœur de ce vieux salaud dans la poitrine. Schulz est ravi. Cette journée s’améliore d’heure en heure. Pendant ce temps, Heather tente de faire rasseoir Herman. 

    Meredith et Jo sont à l’hôpital de Missoula. Meredith est au téléphone avec Cristina qui lui a raconté l’histoire de ses deux vieux patients. Cristina lui confie qu’elle n’est pas arrivée à convaincre Herman d’accepter le cœur de son voisin. Meredith lui demande si elle a parlé à Owen. Cristina répond que non, mais elle connait son ex. Elle sait qu’il a besoin de temps. À ce propos, elle aimerait bien savoir quel est le problème de Derek vis-à-vis d’Owen. Elle a l’impression que tout le monde devient fou, Owen et Derek qui se sautent à la gorge, Jackson qui a une sorte de délire mégalomaniaque. Et par-dessus tout ça, Callie lui a demandé de s’occuper du problème du planning, alors qu’elle devrait être en train de se préparer pour son intervention. Elle a l’impression de jouer avec un Rubik’s cube. Meredith est dépitée. Cela ne fait qu’un jour qu’ils sont aux commandes de l’hôpital et tout échappe déjà à leur contrôle. Comme elle arrive devant la salle d’opération, elle met fin à la conversation. Elle reproche ensuite à Jo d’avoir écouté sa conversation. La jeune femme lui demande si c’est vrai que l’hôpital est incontrôlable. Meredith assure que non, tout va parfaitement bien. Elles entrent dans la salle d’opération laquelle est quasiment déserte, à l’exception de deux infirmières qui nettoient la salle et d’un médecin qui est déjà en train de refermer le corps du donneur d’organes. Le médecin leur apprend que le prélèvement a déjà eu lieu. Meredith s’énerve aussitôt. Où est son rein ? Le médecin fronce les sourcils avant de se tourner vers l’infirmière. Manifestement il n’en a aucune idée.

    Un peu plus tard, Jo est dans une autre salle d’opération où elle menace une chirurgienne de lui arracher un rein si elle ne lui remet pas celui qu’elle lui a volé. Meredith entre dans la salle pour la prévenir qu’elle a retrouvé leur rein. Il a sauté dans un avion pour Seattle. Jo ne comprend comment il a pu faire ça tout seul. Meredith n’en sait rien. Maintenant, il faut rentrer à Seattle. 

    Leah se moque des smileys qu’Alex envoie à Jaelynn. Il réplique que cela veut dire, détends-toi et sors de la sale de bains. L’adolescente sort enfin de sa salle de bains. Elle n’est pas dupe, elle sait que c’est Alex qui lui a envoyé le texto. Jamais Theo ne lui enverrait des smileys. Le chirurgien la prie de bien vouloir écouter ce qu’il a à lui dire. Après, il ne la dérangera plus. Elle accepte, à condition qu’ils se parlent seul à seul dans la salle de bains. Il la suit dans sa cachette. Il lui dit qu’il est conscient qu’elle a peur de la greffe mais elle n’a pas d’autre choix. Elle a besoin de ce rein. Elle objecte qu’en continuant la dialyse, elle ne risque pas de perdre ses cheveux, de devenir grosse et de chier dans son pantalon. Alex lui fait remarquer que fuir le problème n’est pas une solution. Elle aimerait attendre le prochain rein parce que, pour le moment, elle n’est pas prête à vivre ce qui l’attend. Alex est persuadé du contraire. Il lui confie qu’il a le béguin pour une fille mais il ne le lui a pas dit, et maintenant cette fille sort avec un gars qui a de gros bras. Jaelynn lui demande s’il est en train de la draguer, parce qu’elle le trouve trop vieux pour elle. Il sourit et répond que non. Il veut juste lui faire comprendre que ce rein est une bonne chose pour elle et qu’il faut prendre toutes les bonnes choses quand elles se présentent, parce que si on ne le fait pas, quelqu’un d’autre le fera. Après avoir réfléchi quelques secondes, Jaelynn sort de la chambre. Leah comprend qu’elle a accepté de se faire opérer lorsqu’Alex lui chuchote de la préparer pour l’opération et de ne pas la quitter des yeux jusqu’à ce moment là.

    Alex téléphone à Meredith pour savoir comment les choses se déroulent. Elle lui reproche de l’avoir fait déplacer pour prendre un rein qui était déjà en route pour Seattle. Elle ne sait même pas qui va l’amener au Seattle >race. Alex ne comprend pas ce qu’elle veut dire. Tout ce qui le préoccupe, c’est d’avoir ce rein. Après avoir ordonné à Meredith de le retrouver, il lui raccroche au nez. Meredith est interloquée.

    Richard aperçoit Jackson dont les bras sont chargés de dossiers. Comme il trouve qu’il a l’air débordé, il lui propose son aide. Jackson lui demande un peu sèchement s’il peut lire tous les dossiers qui sont dans ses bras et devenir le propriétaire de cet hôpital. Bailey rejoint les deux hommes et demande sur un ton ironique à Jackson s’il va lire les protocoles ou bien s’il se contente de les promener. Le jeune homme promet de lui donner une réponse pour son opération de la hernie dès qu’il aura lu le protocole. Elle lui apprend qu’elle a déjà pratiqué son intervention, à sa façon. Il le lui reproche à demi-mots. Elle lui fait remarquer que c’est lui qui n’a pas su prendre une décision alors, elle a bien dû la prendre elle-même. Est-ce que maintenant, il va se débarrasser d’elle comme il l’a fait avec Owen ? Jackson va se défendre lorsque Cristina l’interrompt pour lui faire signer un document l’autorisant à pratiquer une greffe en domino. Jackson ne voit pas pourquoi elle s’adresse à lui pour ça. Elle lui rappelle qu’il s’est autoproclamé roi et que donc, il doit en assumer les responsabilités. Il refuse de signer l’autorisation sans savoir de quoi il s’agit exactement. Elle réplique qu’elle pourrait prendre le temps de lui expliquer comment une transplantation cœur-poumons en domino fonctionne mais d’ici là, ses deux patients seront morts. Jackson réplique sèchement qu’il sait très bien ce qu’est une greffe en domino. Il hèle April qui passait par là et lui apprend qu’Owen n’a pas eu le temps de s’occuper d’organiser le DAC de Bradley. C’est donc elle qui va devoir s’en charger. Il lui remet la liste des personnes susceptibles de recevoir les organes de Bradley. Elle objecte qu’elle ne s’occupe plus de ce dernier. Jackson s’en moque. Elle va devoir gérer ce cas. Elle lui arrache la liste des mains et part de fort mauvaise humeur. Jackson prend ensuite le document que lui a remis Cristina et le signe. Callie, qui a rejoint le groupe, se moque de lui en lui rappelant qu’il doit signer de son propre nom et non pas de celui de sa mère. Alex arrive en rage et demande à son camarade qui a décidé que son rein viendrait à Seattle par un vol économique, alors qu’il a envoyé deux chirurgiens pour le chercher. Richard lève les bras au ciel avant de s’en aller. C’est Bailey qui donne la clé de l’énigme. Selon le protocole établi par Pegasus, les reins qui viennent d’un endroit situé à une certaine distance de Seattle doivent voyager par avion, non accompagnés, afin de faire des économies sur les heures du personnel. Quand l’hôpital de Missoula a téléphoné pour prévenir qu’ils avaient un rein, l’infirmière leur a simplement demandé d’envoyer l’organe par avion. Ces règles sont vraiment stupides. Jackson devrait les lire parfois. Alex enrage. Est-ce qu’il y a encore quelqu’un qui sache ce qui se passe dans cet hôpital ?

    Richard fait part de ce qu’il vient de voir à Catherine. Pour lui, Jackson est en train de se noyer et il entraine l’hôpital avec lui. Catherine estime que son amant fait un drame pour rien. Jackson va y arriver. Il faut juste lui laisser un peu de temps. Les décisions à prendre sont comme les briques d’un immeuble. Jackson va en poser une puis d’autres. Richard lui fait remarquer qu’on ne fait pas ce genre de travail en prenant calmement et de façon réfléchie une décision à la fois. C’est comme si on courait en ayant entre ses mains dix assiettes tournantes en même temps. Catherine répète que son fils va y arriver. Richard s’énerve. Elle agit comme s’il ne savait pas de quoi il parlait. Quand il était le chef du service, il travaillait main dans la main avec le Conseil d’administration. Donc il sait ce que c’est que de… Catherine lui coupe la parole. Ce n’est plus à lui de faire ça maintenant. Il réplique que ce n’est pas à lui qu’il pense mais à Jackson. Si le jeune homme échoue, ça le poursuivra toute sa vie. Ça va définir toute la suite de sa carrière. Jackson n’a même pas choisi ce travail. C’est elle qui le lui a imposé. Vexée, elle s’en va. Richard part dans la direction opposée, sans se rendre compte que Jackson a tout entendu de la conversation.

    Lorsque Cristina entre dans la chambre d’Herman, celui-ci lui demande si elle lui a enfin trouvé un vrai cœur. Elle lui rappelle qu’elle lui en a déjà trouvé un. Alors, il doit cesser de se la jouer et aller de l’avant. Qu’importe ce qui s’est passé avec Schulz, ça s’est passé il y a longtemps. Il pointe son index vers elle et lui dit que c’est comme si ça s’était passé hier. Elle s’incline. Il ne veut pas pardonner à son voisin ? Soit, mais alors qu’il le batte sur son propre terrain. Qu’il lui prenne son cœur et qu’il vive avec ! Herman lui demande si ce cœur peut tenir assez longtemps pour lui permettre d’aller à l’enterrement de son ennemi. Elle lui promet qu’il pourra même danser sur sa tombe. Il sourit.

    Bradley explique à sa famille en quoi consiste le DAC. Quand son cœur va s’arrêter de battre, le moniteur va sonner. Ils devront alors tous sortir de la salle parce que les médecins n’auront que cinq minutes pour prendre ses organes ou bien ceux-ci ne seront plus bons. Les yeux pleins de larmes, sa mère lui demande s’il est sûr de vouloir que ça se passe comme ça. Comme elle se met à pleurer, il lui demande d’arrêter. Elle reconnait qu’elle est égoïste mais elle veut juste passer encore quelques moments avec lui. Plus l’échéance approche… Elle le soutiendra quoi qu’il arrive mais s’il veut arrêter, ils peuvent le faire dès maintenant et rentrer chez eux. Le père explique à son fils que la mère veut simplement être certaine qu’il est sûr de lui. April qui était depuis un petit moment à la porte de la chambre, leur rappelle que Bradley est toujours un médecin. Il veut simplement sauver des vies. Elle ouvre le dossier qu’elle tient en main et commence à énumérer les personnes qui vont recevoir un organe de leur fils, comme par exemple une fille de 17 dans l’Idaho, qui attend un rein. L’autre ira à un homme politique de 44 ans, dans le Nevada. Peut-être que cet homme deviendra président un jour. Bradley lui demande de faire le prélèvement d’organes dès maintenant. Elle lui dit que c’est ce qu’elle est en train de faire. La mère de Bradley l’invite à poursuivre. Elle se rapproche du lit pour dire que la moitié du foie va être greffé à un artiste de 50 ans qui est déjà hospitalisé au Seattle Grace, et qu’une petite fille de 10 ans, qui vit dans l’Oregon, va pouvoir jouer au baseball grâce à l’autre moitié. 

    Derek demande à Cristina si elle a déjà réorganisé les salles d’opération. Elle lui répond que l’hôpital ne fonctionnera jamais sans Owen et il le sait. Il réplique qu’il n’a pas obligé Owen à s’en aller. Il admet ensuite qu’il n’a pas supporté de l’entendre parler de responsabilités dans ce qui s’était passé. Cristina prend la défense de son ex mari. S’il l’a fait, c’est parce que, depuis le début, il sent que tout le monde le tient pour responsable. Et Derek ne se gêne pas pour le lui rappeler jour après jour. Il dit qu’il lui a pardonné mais ce n’est pas vrai. Elle voudrait qu’il lui explique ce dont il s’agit vraiment parce qu’elle est persuadée que le vrai problème, ce n’est pas Owen. Elle s’en va. Derek semble interpelé par ce qu’elle vient de lui dire.

    April emmène Bradley dans la salle d’opération. Ils sont accompagnés par la famille du jeune homme. Dans la salle, ils s’asseyent à côté de la table d’opération. Après avoir regardé une dernière fois ses parents et échangé un sourire avec April, Bradley lui fait signe de commencer. Elle lui injecte les sédatifs. Après que le jeune homme se soit endormi, les médecins débranchent le respirateur. Bradley se met aussitôt à tousser.

    Meredith et Jo réceptionnent le rein qui va être greffé à Jaelynn.

    Alex conduit celle-ci en salle d’opération. Il arrive devant celle-ci au moment où Cristina va y entrer avec Schulz. Les deux chirurgiens se disputent le droit de pratiquer leur intervention en premier. Leurs éclats de voix font sortir April qui leur demande de se taire, afin de permettre à son patient de mourir en paix. Jaelynn est épouvantée à l’idée qu’un homme est en train de mourir dans la pièce d’à-côté. Quand à Schulz, il n’est plus aussi pressé de se faire opérer. Alex demande sans états d’âme à April combien de temps son patient va mettre pour mourir, parce que Cristina a besoin d’une salle. L’intéressée lui rappelle qu’elle en a déjà une. April leur hurle de se taire. Callie surgit et leur demande à tous de se calmer. Après avoir annoncé qu’elle allait arranger leur problème, elle se met à hésiter et leur demande un instant pour aller consulter le planning. Jackson arrive et prend les choses en main. Il ordonne à April de retourner auprès de son patient, lui promettant de laisser à ce dernier tout le temps nécessaire pour mourir. Quant à Cristina, elle va pouvoir disposer du bloc qui lui avait été réservé, parce que le cœur et les poumons sont plus urgents que le rein, ce qui veut dire qu’Alex va devoir ramener sa patiente en salle d’attente. Le prochain bloc qui se libérera sera pour lui. Comme Alex va protester, Jackson lui coupe la parole avec un sec "c’est comme ça". S’il ne dit rien, Alex ne bouge pas d’un poil, empêchant ainsi Cristina d’entrer dans la salle d’opération. Bailey lui rappelle alors que Jackson est le patron et qu’il faut lui obéir. Alex jette un regard mauvais à Cristina avant de faire marche arrière.

    C’est avec hargne qu’Alex accueille Meredith et Jo qui lui apportent le rein. Meredith lui fait remarquer qu’il serait de bon ton qu’il la remercie d’être allée chercher l’organe dans un autre état. Comme Jo demande à son ami si elle peut participer à l’intervention, il lui répond sèchement qu’il a déjà choisi Leah. Dépitée, Jo s’en va. Etonnée par l’attitude de son ami, Meredith veut savoir s’il attend d’elle qu’elle lui présente des excuses parce que si c’est le cas, elle va le faire. Oui, elle est désolée qu’ils aient dû acheter l’hôpital tout comme elle est désolée qu’ils soient devenus son patron. Mais ils n’ont pas fait tout ça uniquement pour eux. Ils l’ont fait aussi pour lui, pour Jo qui, soit dit en passant, s’est battue pour pouvoir lui ramener ce rein. Elle était même prête à découper quelqu’un pour y arriver. Alors il vaudrait mieux qu’il abandonne cette attitude avant que plus personne ne veuille travailler avec lui. Elle quitte la salle, laissant Alex désemparé.

    Owen est en train de faire son jogging devant la caravane lorsque la voiture de Derek surgit sur le terrain. Owen lui crie de s’en aller. Ils n’ont plus rien à se dire. Derek lui demande d’arrêter de courir, ça va lui coûter cher en essence. Owen réplique qu’il a les moyens de se la payer. Derek accélère pour aller garer sa voiture devant la caravane. Owen s’assied sur la terrasse. En sortant de son véhicule, Derek entre immédiatement dans le vif du sujet. Il assure Owen que ni lui, ni personne d’autre ne lui reproche d’avoir loué l’avion, et il estime qu’Owen ne devrait pas s’en vouloir non plus. Il sait que, si son camarade avait su ce qui allait se passer, il n’aurait jamais signé les papiers. Alors il faut qu’il cesse de penser à ça. Owen lui rappelle les reproches qu’il lui a faits à ce sujet. Le matin même, Derek l’a accusé d’être responsable de l’accident d’avion. Derek reconnait qu’il était en colère, mais cette colère n’était pas dirigée contre Owen. C’est au monde entier qu’il en veut, et à Mark, finit-il par avouer, des larmes plein les yeux. Owen regarde Derek avec compassion et lui dit qu’il va devoir cesser de penser à ça. Derek lui sourit.    

    April prévient la famille de Bradley que celui-ci va bientôt mourir. Elle leur rappelle que lorsque le moniteur va sonner, les médecins vont devoir prélever immédiatement les organes. Elle leur conseille donc de faire leurs adieux dès maintenant. Le frère et la sœur de Bradley se lèvent et la sœur lui envoie un baiser du bout des doigts. Quelques secondes plus tard, Bradley décède. April prononce l’heure de sa mort avant de demander à l’anesthésiste de faire démarrer le décompte des cinq minutes. Effondrée, la mère se jette sur le corps de son fils en pleurant. Le regard fixé à la fois sur l’horloge et sur les médecins qui attendent de pouvoir prélever les organes, April tente de convaincre la mère de laisser son fils ou bien la mort de ce dernier n’aura servi à rien. Mais la pauvre femme s’accroche à la dépouille de son enfant en criant de douleur. Le père, qui est un peu égaré, n’est pas d’un très grand secours. Après avoir hésité quelques secondes, April se voit obligée d’arracher la mère à son fils, tout en s’excusant de devoir en arriver là. La famille sort enfin de la chambre. Après avoir jeté un dernier regard ému à son patient, April fait signe aux médecins d’entrer.

    A peine arrivé chez Joe, Alex regarde autour de lui. Il est évident qu’il cherche quelqu’un. Il se dirige ensuite vers un coin de la salle, où se trouve Jo qui est attablée avec son petit ami. Alex ordonne sèchement à celui-ci de se bouger afin de lui permettre de s’asseoir. Il fait ensuite comme si le jeune homme n’était pas là. Il explique à une Jo interloquée qu’il a appris qu’elle avait quasiment tué quelqu’un pour avoir le rein. Il sait qu’il s’est conduit comme un con et il voudrait s’en excuser. Il tient aussi à la remercier pour ce qu’elle a fait. Elle est touchée. Il lui propose ensuite de lui offrir un verre. Elle lui fait remarquer qu’elle est déjà servie. Jason, qui a observé la scène avec attention, rappelle sa présence en insistant sur le fait qu’ils ont déjà tout ce qu’il leur faut. Fidèle à son attitude, Alex fait comme s’il ne l’avait pas entendu et quitte la table sans un mot. Jo est troublée par ce qui vient de se passer. Elle a du mal à revenir dans la conversation avec son petit ami.

    Catherine retrouve Richard au moment où celui-ci va quitter le service pour rentrer chez lui. C’est avec une grande satisfaction qu’elle lui fait remarquer que finalement, Jackson a réussi à tirer son épingle du jeu. Si elle était ce genre de femme, elle pourrait lui dire qu’elle le savait. Richard réplique que ce n’est pas parce que Jackson a survécu à cette journée, que ça sera la même chose les autres jours. Elle aimerait qu’il reconnaisse simplement qu’elle avait raison. Au contraire, il persiste à dire qu’elle a tort. Les enjeux sont trop élevés. Elle veut que son fils prenne de l’ascension mais elle a placé la barre trop haut. Les conséquences que cela pourrait avoir sur la carrière de Jackson sont trop graves. Il trouve ça injuste pour le jeune homme. Catherine prend la mouche. Elle estime qu’il n’a pas le droit de lui dire ce qui est juste pour son fils. Elle peut accepter qu’il veuille lui donner des conseils professionnels mais certainement pas parentaux. Ce n’est pas son rôle. Richard reconnait qu’i a dépassé les limites et lui présente ses excuses. Elle s’éloigne de quelques pas avant de se raviser pour lui demander s’il a déjà dit quelque chose pour de le regretter aussitôt, parce qu’il avait réalisé que c’était complètement stupide. En plaisantant, il assure que non. Elle lui apprend que son mari l’a abandonnée 28 ans plus tôt, pour partir on ne sait où, parce qu’il ne supportait pas la pression d’être un Avery. Pendant toutes ses années, elle a élevé son fils toute seule tout en cherchant un homme qui s’occuperait de lui comme un père, et maintenant qu’elle le trouve, elle le rembarre. Touché, Richard lui prend la main pour lui dire qu’elle saura toujours ce qui est le mieux pour Jackson

    Le groupe des rescapés et Jackson sont dans une salle de réunion. Ils viennent de signer tous les documents faisant officiellement d’eux les membres du nouveau Conseil de direction. Meredith félicite ses partenaires. Ils sont prêts à s’en aller quand Jackson les retient. Il veut leur faire part d’une série de choses qu’il pense être au sommet des priorités pour eux. Callie croit qu’il va leur parler de la façon dont la Fondation voit les choses. Il assure que non. Il ne va pas leur donner l’avis de la Fondation ou de sa mère pas plus qu’il ne va leur parler des stupides protocoles de Pegasus. Après avoir jeté ces derniers à la poubelle, il précise qu’il veut juste leur parler de lui. Meredith incite ses camarades à écouter ce que le jeune homme à leur dire. Ils se rasseyent tous. Jackson leur annonce qu’il a décidé de réintégrer Owen à son poste, avec effet immédiat, ajoutant qu’Owen a accepté immédiatement. A certaines conditions, précise Derek avant de redonner la parole à son confrère lequel annonce son second point qui résulte d’ailleurs du premier. Les urgences vont être rouvertes afin que l’hôpital puisse redevenir le centre de trauma qu’il était avant. Ce sera même leur priorité, une fois qu’Owen sera de retour pour les aider à y parvenir. De plus, à partir de maintenant, la Fondation ne dictera plus sa loi mais elle suivra leurs décisions. Ils l’informeront une fois que celles-ci auront été prises. Callie et Arizona font part de leur approbation. Quand Jackson dit qu’il a encore une communication à leur faire, Meredith l’invite avec un petit sourire à ne pas exagérer. Il se lève pour leur expliquer son point de vue. Ils sont en train de mettre sur pied un nouvel hôpital. C’était leur façon de voir les choses, pas la sienne, mais maintenant, sa priorité sera de faire en sorte que leurs objectifs se réalisent. Il estime que même si c’est important de devenir un centre important au niveau de la recherche et de l’innovation, ils ne doivent pas oublier qu’ils travaillent désormais dans un hôpital qui est dirigé par des médecins. Ça doit avoir du sens. Il est de leur responsabilité d’être les meilleurs médecins possible, pour que ceux qui viendront après eux adoptent la même attitude. C’est en pensant à tout cela qu’il a décidé de rebaptiser l’hôpital. Cristina rappelle que cela a déjà était fait. Meredith, quant à elle, ne voit pas vraiment l’utilité d’une telle mesure. Callie suppose que Jackson envisage d’appeler l’établissement du nom de son grand-père. Jackson dément. Il propose qu’on donne à l’hôpital un nom qui honorera la raison pour laquelle ils se sont unis afin de réaliser leur projet, un nom qui prouvera à tous quel est l’esprit de leur hôpital, mais aussi l’intensité de leur dévouement. Il prend un cahier qu’il avait déposé sur la table et le leur présente. C’est avec une forte émotion qu’ils découvrent le nom auquel il a pensé, le Grey Sloan Memorial Hospital. Jackson leur demande leur avis. Meredith arrive à peine à articuler un oui. Derek regarde le cahier avec un petit sourire attendri, avant de marquer son approbation par un signe de tête. Plus grave, Cristina opine légèrement de la tête, imitée ensuite par Arizona. Callie, qui a des larmes plein les yeux, murmure un oui.      

     

    Voix off : Le processus de greffe est très effrayant. Un patient passe de la peur de recevoir un organe à la peur que l’organe soit rejeté. L’angoisse persiste jusqu’à ce qu’ils puissent finalement ouvrir les yeux après l’intervention et qu’ils voient que leur cadeau a été accepté.


  • Commentaires

    1
    Vanessa
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 04:15

    Bonjour,

    Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
    Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?

    Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
    Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.
    Voici le lien: http://revenumensuel.com/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :