• Episode 9.21 : Sleeping Monster

    Photobucket

    Titre français : Doute contagieux

    Scénariste : Browyn Garrity

    Réalisateur : Bobby Roth

    Diffusion Etats-Unis : 25 avril 2013 sur ABC

    Diffusion France :4 juin 2014 sur TF1

     

    Voix off (Bailey) : Les infections sont comme des montres endormis. Vous ne pouvez pas les voir. Vous ne pouvez pas les sentir. Mais vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour les contenir parce que, quand les montres se réveillent, ils sont incontrôlables.

     

    Bailey est dans les toilettes pour dames de l’hôpital. Elle se lave soigneusement les mains.

    Au même moment, les agents du Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies débarquent en nombre dans le service de chirurgie. Après avoir été accueillis par Jackson, ils commencent immédiatement à effectuer des prélèvements dans les différentes salles d’opération, sur les cadavres des patients de Bailey mais aussi sur cette dernière. .

    Bailey se rend ensuite dans le service afin de rendre visite à son autre patient, Seth. Richard la gronde. Elle ne devrait pas être là. Bailey lui fait part de son désarroi. Elle a réalisé que son accès au service avait été restreint et elle ne comprend pas pourquoi ceux qui dirigent l’hôpital ne la laissent plus s’occuper de ses patients. Elle a aussi beaucoup de mal à se remettre du fait qu’on a introduit un coton-tige dans son nez pour effectuer un prélèvement. Richard lui fait remarquer que tout le monde a subi le même sort. Elle réplique que tout le monde ne va pas devoir s’asseoir pour répondre à un véritable interrogatoire. Elle ne supporte pas qu’on la soupçonne d’avoir mal agi. Elle est persuadée que l’infection provient des greffons. Comme elle va se lancer dans une explication, Richard l’interrompt pour l’informer qu’il a pu isoler la souche du staphylocoque qui a infecté ses patients. Maintenant, les gens du Centre de Contrôle vont devoir trouver comment il s’est propagé. La seule chose qu’elle peut faire, c’est de coopérer avec ces personnes. Quant à lui, il va s’occuper de Seth. C’est à contrecœur qu’elle s’en va.

    Le Conseil d’administration est réuni pour discuter de l’affaire. Derek a l’impression qu’en laissant Bailey affronter seule le Centre de Contrôle, ils la jettent en-dessous d’un bus. Tous ses collègues, à l’exception de Jackson, sont du même avis que lui. Jackson leur rappelle que deux patients sont déjà morts à cause de cette infection et qu’un troisième est plus que mal en point. Il était temps d’agir. Le Centre de Contrôle est là pour découvrir ce qui s’est passé. Meredith ne voit pas en quoi cela les oblige à traiter Bailey comme une criminelle, alors qu’elle n’a rien fait. Jackson lui fait remarquer qu’ils ne peuvent pas en être certains. Dans l’attente, le Centre de Contrôle leur a simplement demandé de suspendre les dossiers de Bailey et de ne pas discuter de l’enquête avec elle. Jackson demande donc à ses collègues de garder leurs distances par rapport à Bailey ce jour là. Cristina trouve cette idée complètement ridicule. Lorsque Jackson ajoute qu’il juge nécessaire de publier un communiqué officiel, il se voit opposer un refus catégorique et unanime. Arizona ne voit pas quelle pourrait être la teneur du communiqué alors qu’ils ne savent pas encore si Bailey est fautive. Selon Jackson, s’ils continuent à garder le silence et qu’il s’avère que l’un d’eux est responsable, on leur reprochera d’avoir voulu étouffer l’affaire. Le seul moyen de faire savoir au public qu’ils seront parfaitement objectifs est d’être transparent. Il estime également qu’il vaut mieux que ce soit eux qui diffusent l’information. Derek réplique qu’il n’y a pas d’information pour le moment. Callie met fin au débat en proposant que l’on passe au vote. Sans surprise, tous les membres du Conseil, à l’exception de Jackson, votent contre la proposition de Jackson, lequel est bien obligé de s’incliner.

    Alors qu’il marche d’un pas décidé dans un couloir, en compagnie de Jo, Alex bouscule deux agents du Centre de Contrôle. Il fait une remarque acide sur le fait que seuls les membres du personnel sont admis dans cette partie du service. Jo lui rappelle qu’il lui a promis d’être gentil. Il réplique que ces gens ne méritent pas qu’il soit gentil avec eux, puisqu’ils essaient de faire plonger Bailey. Jo précise qu’elle n’attend pas de lui qu’il soit sympa avec les gens du Centre de Contrôle mais avec son petit ami Jason. Alex prétend l’être. Elle n’est pas d’accord. Il y a deux minutes encore, il a traité Jason de gros con. Mais avec le sourire, insiste Alex avant de promettre de ne plus insulter Jason, du moins pas quand ce dernier sera présent. C’est le moment que Jo choisit pour lui annoncer qu’elle a décidé d’emménager avec son petit ami. Alex est abasourdi. Il explose lorsque la jeune femme lui demande son avis. Il ne comprend pas comment Jo peut envisager de vivre avec un sale connard qu’elle ne connait que depuis deux minutes. Ça  fait d’elle une femme stupide. Il tourne les talons. Elle le rappelle. Il s’en va en criant qu’il sera sympa.

    Owen et le petit Ethan se baladent dans le service en discutant de football lorsque le chirurgien annonce à l’enfant qu’il a une surprise pour lui. Sa grand-mère, Nancy, est arrivée. Le petit garçon se précipite dans les bras de son aïeule qui le prend dans ses bras en pleurant à chaudes larmes.

    Peu après, ils sont tous réunis dans la chambre de Rachel, la mère d’Ethan. Derek leur annonce que, bien qu’il n’y ait aucune complication postopératoire, il préfère garder sa patiente encore en observation durant quelques jours. La nouvelle ne contrarie pas outre mesure l’intéressée. Ethan propose à sa grand-mère de la conduire auprès de son père. Nancy semble douter que l’enfant puisse voir son père qui est dans le coma. Owen la rassure. Ethan rend visite à son père tous les jours et il lui parle beaucoup. D’ailleurs, il a déjà annoncé la visite de Nancy. Celle-ci semble un peu contrariée. Ethan explique à sa grand-mère que si son père est toujours inconscient, c’est parce que son cerveau se repose et que ça n’a rien d’exceptionnel qu’une personne qui a été dans le coma ne se réveille pas tout de suite. Owen regarde l’enfant avec la fierté d’un père. Rachel demande à Derek si elle pourrait, elle aussi, voir son mari. Derek annonce au garçonnet qu’il va pouvoir pousser la chaise roulante de sa mère. Ethan est ravi et Owen est heureux de le voir heureux.

    Bailey attend dans le couloir, en face de la salle où l’enquêteur du Centre de Contrôle interroge les différends protagonistes de l’affaire. Lorsque Leah sort de la salle, Bailey veut lui parler mais l’interne l’interrompt sèchement en lui rappelant qu’elle n’est pas autorisée à s’entretenir avec elle de l’enquête.

    Jackson arrive aux urgences dans l’espoir d’y trouver un cas intéressant. Il confie à April qu’après avoir perdu à cinq contre un lors du Conseil d’Administration, il a besoin de réussir quelque chose. April ne réagit pas. Callie surgit et, après avoir donné quelques consignes à April sur un patient, elle suggère à Jackson de prévenir la presse, allusion plus qu’ironique à leur précédente réunion. Jackson tente une fois encore d’intéresser April à son triste sort mais elle continue de l’ignorer. Comme il lui demande ce qui se passe, elle lui révèle qu’elle a été larguée par Matthew, car celui-ci n’a pas accepté qu’elle lui ait menti au sujet de sa virginité. Evidemment, elle rend Jackson responsable de tous ses malheurs. Si elle a menti à Matthew, c’est parce que Jackson lui avait conseillé de le faire, et aussi parce qu’elle avait une raison de le faire, puisqu’il lui a pris sa virginité. Devant le regard de Jackson, elle admet qu’elle n’aurait pas dû le laisser faire mais, quoi qu’il en soit, Matthew est parti, elle n’a obtenu son certificat de titularisation, elle n’est plus vierge, et tout ce qui comptait pour elle a été gâché à cause de Jackson. Elle s’en va. Bizarrement, Jackson sourit. Maintenant il est seul contre six. 

    Il n’a pas le temps de s’appesantir sur cette injustice car des cris et des coups de klaxon retentissent dans la cour des urgences. Il se précipite, suivi de très près par April. Ils se retrouvent face à toute une famille, les Keller, dont plusieurs membres ont perdu des doigts lors d’un jeu de tir à la corde (à linge). Un homme surgit avec un réfrigérateur portable dans lequel il y a les cinq doigts manquants.

    L’enquêteur du Centre de Contrôle demande à Bailey de lui décrire en détail tout ce qu’elle a fait durant les trois opérations qui ont entrainé les infections. Elle lui suggère de s’intéresser plutôt aux greffons, étant donné qu’elle a utilisé les mêmes pour chaque patient. L’enquêteur lui apprend qu’une partie des investigations qu’ils sont en train de mener concerne les interactions qu’elle a eues avec les patients infectés. Elle va donc devoir faire appel à sa mémoire pour lui dire tout ce qu’elle a fait durant les interventions. Mais Bailey s’entête. Il ne peut s’agir que des greffons. Elle n’avait d’ailleurs encore jamais utilisé cette marque. Elle ne connait même pas le nom de la société qui les fabrique. L’enquêteur lui révèle alors que les greffons ont déjà été analysés et mis hors de cause. Ebranlée, Bailey accepte enfin de répondre à ses questions.

    Au tour de Meredith et Cristina de subir l’épreuve des prélèvements. Cristina est un peu étonnée que ça se limite à un passage d’un coton-tige dans le nez et la bouche. Elle s’attendait à quelque chose de plus approfondi. Meredith en profite pour lui annoncer qu’elle a décidé d’accoucher naturellement mais elle sait qu’à la seconde où elle va commencer à crier, Derek va exiger qu’on l’assomme de médicaments. Voila pourquoi elle préférerait que ce soit Cristina qui assiste à son accouchement. Cristina refuse l’invitation avec un air dégouté. Quand les bébés naissent, les mamans défèquent sur la table d’accouchement. Alex rejoint ses deux camarades. Il demande à la dame qui fait les prélèvements de s’occuper de lui en priorité. Il va assister Jason, le petit ami de Jo, pour l’accouchement d’une patiente dont le bébé souffre du syndrome d'hypoplasie du cœur gauche (anomalie de développement des structures gauches du cœur, obstruant la circulation sanguine dans le ventricule gauche). C’est Cristina qui va opérer le bébé. L’intéressée apprend à Alex que Meredith compte sur elle pour la regarder donner naissance à son fils. Alex réplique que Meredith va déféquer sur la table. La future maman proteste. Elle ne va pas déféquer pendant son accouchement. Alex est sûr du contraire ; presque tout le monde le fait. Meredith rétorque que, si c’est son cas, ça fera partie du miracle de la vie. Alex trouve ça dégueulasse. Meredith lui fait remarquer que ce n’est pas lui qui a été invité à la regarder accoucher. Cristina persiste cependant. Si elles sont amies depuis si longtemps, c’est justement parce qu’elles ne se regardent pas déféquer.

    Aux urgences, April soigne une des membres de la famille Keller, Dedee, qui lui explique les circonstances de l’accident. Elle ne voulait pas jouer au tir à la corde mais son frère Al a insisté. Ils étaient en train de perdre lorsqu’Al leur a conseillé d’enrouler leurs mains dans la corde, ce qu’ils ont fait. Dedee remarque alors que Jackson, qui porte un plateau avec cinq raviers, examine avec attention sa main. Elle lui demande ce qu’il est en train de faire. Il lui explique qu’il essaie de retrouver à qui appartiennent ces doigts. Il en prend un qui, selon lui, doit être celui de la patiente. April lui fait remarquer avec un ton moqueur que ce doigt a un ongle vernis, alors que Dedee a des ongles naturels. Dedee reconnait le doigt de sa belle-sœur, Jane. Celle-ci aimerait avoir des nouvelles de sa fille, Frankie. Elle interpelle son mari, Tony, qui se trouve un peu plus loin, au chevet de leur fille, pour savoir comment va cette dernière. Tony ne se montre guère rassurant. L’os de la main est toujours saillant. Un neveu de Tony, Cash, laisse échapper sa hargne. Selon lui, le seul responsable de tout ce gâchis, c’est Gunnar, surnommé Gigantor, un autre jeune homme qui pleure au chevet de Frankie. Cash ne comprend d’ailleurs pas pourquoi Gunnar était là. Il ne fait même pas partie de leur famille. C’est juste un ami de l’oncle Tony. Gunnar chouine qu’il ne voulait pas tirer aussi fort sur la corde. Tony rappelle que ce n’est pas Gunnar qui a proposé d’utiliser une corde à linge. S’il y a quelqu’un à blâmer, c’est l’oncle Al. Justement, celui-ci fait son entrée dans le service en criant à la cantonade qu’il est allé acheter des frites pour tout le monde. Qui en veut ? Devant un Jackson éberlué, Jane signale sur le même mode sonore à Al qu’ils ne peuvent rien manger puisqu’ils vont être opérés. Al, qui ne sait comment aider sa famille, propose alors d’aller chercher des couvertures pour ceux qui ont froid. Dedee se met à hurler qu’ils n’ont besoin de rien. Ils n’ont ni faim, ni soif, ni envie de faire une course de relais. La réunion de famille est terminée. Callie, qui examinait la main de Frankie, annonce à cette dernière qu’elle va lui faire passer des radios pour déterminer l’ampleur des dégâts. Elle suppose que la jeune femme ne verra aucun inconvénient à s’éloigner de sa famille pendant un petit moment. Frankie accepte avec plaisir.

    Owen a accompagné les Dawson au chevet de Paul. Ethan explique à sa grand-mère que, selon Owen, c’est bon pour son père qu’on lui parle. Rachel se lance la première. Elle dit à son mari que s’il ne semble pas très en forme, elle n’est guère mieux que lui. Elle ressemble un peu à ce qu’elle avait été durant leurs dernières vacances, quand elle avait été malade au point de perdre sept kilos. Elle trouve dommage qu’il ne puisse pas la voir alors qu’elle a maigri. Nancy éclate en sanglots. Elle trouve cette plaisanterie de mauvais goût. La situation n’a rien d’amusant. Son fils est en train de mourir. Owen tente de la rassurer. Paul n’est pas en train de mourir, même si ça y ressemble. On est très loin de cette éventualité. Elle l’interrompt en pleurant. Ça devrait être elle dans ce lit. Rachel suggère à Ethan de laisser la grand-mère quelques instants en tête à tête avec son fils.   

    Jason fait passer une échographie à sa patiente, Amelie, laquelle aimerait savoir si elle pourra tenir son fils dans ses bras après l’accouchement, ne fut-ce que quelques minutes. Cristina lui explique en quelques mots que le bébé est sain et sauf tant qu’il est dans le ventre de sa mère mais qu’une fois qu’il sera né, il sera en danger. Jason précise que l’enfant n’aura pas assez d’oxygène et que donc, il faudra attendre qu’il ait été opéré pour pouvoir le voir. Alex mentionne qu’après la césarienne, ils disposeront d’une heure pour emmener le bébé au bloc et l’opérer à cœur ouvert. Comme Amelie fait remarquer qu’une heure, ce n’est pas beaucoup pour sauver son bébé, Cristina déclare qu’il est tout à fait possible de pratiquer les deux interventions dans la même salle. Ça leur fera gagner du temps. À peine sorti de la chambre de la patiente, Jason fait part de son désaccord à Cristina. Selon lui, elle a tort, pour toutes sortes de bonnes raisons. Cristina lui rappelle que des femmes accouchent dans des endroits incongrus tout le temps, dans les taxis ou les toilettes du lycée. Et si eux peuvent éviter de perdre du temps en transportant le bébé d’un étage à un autre, pourquoi pas ? Parce qu’on ne pratique pas de césarienne dans un laboratoire de cathétérisme cardiaque, selon Jason. Comme Cristina demande son avis à Alex – avec la certitude qu’il va la soutenir – il répond qu’il est du même avis que Peckwell. Jason fait remarquer que ce n’est pas son nom. Alex ne relève pas. Il ajoute que la situation de cette mère et de son bébé comporte déjà des risques très importants. Si quelque chose tourne mal, ils n’auront pas les instruments nécessaires pour intervenir. Cristina ironise sur le fait que les instruments ne sont pas cloués au sol et que rien n’empêche qu’il les prenne avec lui. Ils ont une opportunité de faire quelque chose de nouveau et qui déchire. Elle s’adresse plus particulièrement à Jason pour faire valoir que s’il la suit, il sera vu comme le dur à cuire qui a mis un bébé au monde dans un laboratoire cardiaque. Il pourra se targuer d’avoir été le premier à réaliser cet exploit. L’argument séduit et convainc Jason qui tient cependant à ce qu’on l’appelle par son vrai nom. Cristina n’en a rien à faire. Alex finit par se rallier à l’avis de ses confrères.

    Frankie confie à Callie à quel point elle en a assez des stupides réunions de famille. Elle est journaliste pour le journal de son école. Ce week-end, elle devait s’occuper du supplément de printemps mais ses parents lui ont dit qu’elle devait participer à la réunion et que c’était plus important que son travail. Elle enrage de devoir prétendre aimer des gens qu’elle déteste. Et maintenant, sa main est foutue et sa carrière aussi. Callie lui promet de sauver sa main. Quant à sa carrière, elle a encore le temps de s’en inquiéter. Frankie demande s’il est possible de récupérer son téléphone portable. Callie promet de lui rendre après la radio. Frankie remarque alors que des agents du Centre de Contrôle traversent le service. Elle s’étonne de leur présence. Embarrassée, Callie ne répond pas et la fait s’allonger pour prendre la radio.

    L’enquêteur demande à Bailey de lui décrire toutes les étapes de l’intervention qu’elle a pratiquée sur Joyce. Bailey entre directement dans le vif du sujet, à savoir l’incision qu’elle a faite. Mais elle va trop vite pour l’enquêteur qui aimerait savoir d’abord si elle s’est lavée les mains au préalable, et pendant combien de temps. Bien qu’offusquée par cette question qu’elle juge déplacée, Bailey répond qu’elle s’est lavée les mains pendant exactement 4 minutes et 36 secondes. Le protocole de l’hôpital exige qu’on se lave les mains pendant au moins 4 min, et donc pour estimer ce temps, elle utilise une chanson d’Aretha Franklin qui fait 2 min 18, et qu’elle chante dans sa tête deux fois de suite. L’enquêteur lui demande ensuite le nom de l’infirmière de bloc qui l’a assistée pour cette opération. Il s’agissait de Fran. Bailey poursuit son récit et arrive à la fin de l’intervention. L’enquêteur aimerait savoir si c’est elle qui a procédé aux sutures finales ou bien si c’est Leah. Bailey précise que c’est elle, juste après avoir passé le Doppler, et tout semblait parfait. Satisfait, l’enquêteur la prie maintenant de passer à l’intervention de Seth.

    Justement, les agents du Centre de Contrôle sont en train de faire des prélèvements sur ce dernier. Les parents du jeune homme, qui sont déjà horrifiés par l’état de leur fils qui est inconscient, ne comprennent pas ce qui se passe. Le père s’en prend à Richard et lui ordonne de faire transférer Seth dans un autre hôpital. Richard le met en garde. Transférer Seth, dans l’état où il est actuellement, va augmenter les risques de complications. Or il vaut mieux éviter une autre intervention. Le père est bien d’accord. Hors de question qu’un médecin de cet hôpital touche encore son fils ! Richard demande à Leah d’organiser le transfert du patient dans un autre hôpital.

    Alex informe Cristina que Jason a préparé le laboratoire de cathétérisme cardiaque pour l’accouchement. Cristina se moque de lui. Il parle de Jason comme si celui-ci ne se tapait pas sa copine. Alex rappelle à Cristina que Jo n’est pas sa petite amie. Cristina n’est pas dupe. Peu importe le nom qu’il lui donne, il en est amoureux. Alex insiste sur le fait que Jo est son amie. De toute façon, elle va aller vivre avec Jason. Qu’est-il supposé faire contre ça ? Pour Cristina, rien de tel que la manière forte. Il faut frapper le bonhomme. Alex refuse. Il va essayer d’être sympa avec Jason et de bien s’entendre avec lui, afin de ne pas perdre l’amitié de Jo. Cristina insiste. Il devrait donner un coup de poing à Jason et récupérer la fille. Alex la regarde comme si elle était folle.   

    Callie annonce à Frankie que, sa main ayant été fort abimée, il va falloir l’opérer pour réparer les os. Arizona l’assistera pendant l’intervention. Le père de la jeune fille, Tony, se montre inquiet. Il aimerait savoir si sa fille pourrait récupérer l’usage complet de sa main. Callie assure que c’est le but de l’opération. Tony va rejoindre son épouse à qui il annonce d’une vois de stentor que la situation est bien pire que ce qu’ils pensaient. Callie demande à Frankie si elle a encore des questions à lui poser. La jeune fille n’en a aucune concernant l’intervention. En revanche, elle voudrait qu’on lui confirme que le Centre de Contrôle est là pour enquêter sur le Dr Bailey dont plusieurs patients sont décédés. Callie et Arizona sont autant interloquées que mal à l’aise. Arizona aimerait savoir qui a parlé de cette histoire à la jeune fille. Celle-ci, candide, reconnait que c’est un aide soignant qui l’a tuyautée. Elle réalise ensuite que, contrairement à ce qu’aurait fait tout bon journaliste, elle vient de divulguer sa première source. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance puisque les faits viennent de lui être confirmés par une seconde source, laquelle s’appelle le Dr Robbins. Arizona prend la fuite en masquant son badge sur lequel est mentionné son nom.

    Après avoir consulté brièvement son planning, Derek rejoint sa femme qui est train de travailler sur son iPad. Elle lui apprend qu’elle s’occupe des patients de Bailey. Derek est surpris. Il pensait que c’était Richard qui s’en était chargé. Meredith répond que Richard ne s’occupe que de Seth. Elle, elle a repris tous les autres patients de Bailey. La nouvelle n’enchante guère Derek qui rappelle à son épouse que ces personnes sont infectées par un staphylocoque. Il ne comprend pas pourquoi, alors qu’elle est enceinte, elle prend autant de risques. Elle répond qu’elle le fait parce qu’elle veille sur Bailey. Il rétorque que lui essaie simplement de veiller sur elle. Meredith sourit. Voila exactement pourquoi elle veut que Cristina soit présente lors de son accouchement. Elle s’en va avant que son mari, qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe, lui pose plus de questions.

    Cristina et Owen se retrouvent dans un ascenseur. Owen invite sa femme à la suivre dans une salle de garde. Elle est au regret de devoir refuser mais elle est attendue pour une intervention qu’elle va pratiquer avec Alex. Mais ce n’est que partie remise, car une fois qu’elle aura sauvé la vie du bébé, elle aura envie de fêter ça. Elle demande ensuite des nouvelles de la grand-mère d’Ethan. Owen juge celle-ci gentille mais inutile en ce sens qu’elle ne peut pas soutenir Ethan. Une chance que la mère de l’enfant se soit rétablie ! Selon Cristina, il ne fait presque aucun doute que Paul va se réveiller. Elle a pratiqué une série d’examens neurologiques qui lui permettent d’avoir un bon pressentiment. Owen se moque gentiment d’elle, parce que les pressentiments n’ont rien de très scientifique. Cristina lui confie alors que Meredith compte sur elle pour assister à son accouchement, et du même coup, la regarder déféquer sur la table. Owen estime qu’elle ne peut pas refuser ce service à sa meilleure amie. Cristina préférerait de loin se montrer quand le moment délicat est passé et que Meredith aura repris le contrôle de ses intestins. Pour Owen, ce n’est qu’un détail insignifiant. Voir naitre un enfant, c’est comme voir Dieu en personne. Maintenant, c’est Cristina qui ironise sur ce raisonnement très peu scientifique, lui aussi

    Bien qu’elle soit fatiguée, Bailey continue de décrire seconde par seconde l’intervention qu’elle a pratiquée sur Seth. A un moment, elle cite le nom de l’infirmière Fran. L’enquêteur la reprend aussitôt. Ne s’agit-il pas de Linda ? Bailey s’excuse de la méprise et poursuit son récit. L’enquêteur lui demande quelques précisions à laquelle elle répond tant que bien que mal, en consultant ses notes. Elle prend la mouche lorsqu’il lui demande si elle est sûre de ce qu’elle dit. Est-ce que lui se souvient s’il a refermé le bouchon du tube de dentifrice ce matin ? Est-ce qu’il peut en être sûr ? Parce que quand on fait quelque chose tous les jours… L’enquêteur lui coupe la parole. Là, ils sont en train de parler de la mort de deux personnes. Bailey est profondément choquée. C’est l’insulter que de sous-entendre qu’elle ne le sait pas. Ce sont ses patients qui sont morts. Elle le sait mieux que quiconque. L’enquêteur insiste pour qu’elle lui dise que c’est bien elle qui a refermé la plaie de Seth. Ulcérée, elle préfère quitter la pièce, sous prétexte de faire une pause.

    Elle boit un café à la cafétéria lorsque Meredith vient s’asseoir à sa table. Bailey lui rappelle qu’elle est censée l’éviter comme la peste. Meredith n’en a rien à faire. Elle est venue pour l’aider. Bailey veut seulement avoir des nouvelles de Seth et pouvoir consulter son dossier, ce qui lui est impossible puisqu’on l’a exclue du système. Meredith lui passe sa tablette. Malheureusement, Jackson arrive et rappelle Meredith à l’ordre. Celle-ci ne comprend pas le comportement du jeune homme. Bailey veut seulement avoir des nouvelles de ses patients. Est-ce qu’il croit qu’elle va modifier leurs dossiers ? Jackson répond que c’est en tout cas ce que le Centre de Contrôle pourrait penser. Meredith lui reproche à mots couverts de les avoir fait venir bien trop tôt. Jackson se défend. Il veut simplement qu’aucun des éléments de la situation ne soit oublié. Meredith lui rappelle que Bailey est un de ces éléments. Elle estime qu’ils se doivent de soutenir leurs médecins. Jackson objecte que Bailey est peut-être fautive. Est-ce qu’ils vont devoir la soutenir malgré tout ? Pour Meredith, aucun doute, Bailey n’a pas commis d’erreur. De toute façon, ils ne devraient parler de faute que lorsqu’ils seront sûrs qu’il y en a eu une. Selon Jackson, ce moment est presque arrivé. Leur discussion est interrompue par Al qui aimerait avoir des nouvelles de sa famille et de leurs doigts. Meredith en profite pour s’éclipser. Jackson n’a pas le temps de répondre à la question d’Al car le petit Ethan, qui était à la cafétéria avec sa mère, se met à crier, parce que sa mère est en train de convulser sur la table. Bailey se précipite vers elle pour lui venir en aide. Jackson la repousse presque brutalement en lui ordonnant de reculer. Choquée, Bailey obtempère pendant que Jackson crie qu’on nettoie la table et la chaise roulante. Il allonge ensuite Rachel par terre et maintient sa tête pour éviter qu’elle se blesse. Il ordonne qu’on bipe Derek.     

    Alex et Jason sont prêts à commencer la césarienne lorsqu’Amelie se met à paniquer. Elle ne veut pas qu’on mette son bébé au monde maintenant. Pour le moment, il est à l’abri dans son ventre. Il va bien. Mais une fois qu’il sera né, son cœur s’arrêtera de fonctionner. Elle n’est pas prête à ce que son enfant meure. Cristina, qui était un peu en retrait, s’approche de la table d’accouchement et supplie Amelie de prendre sur elle. Elle n’a pas le choix. La vie de son bébé en dépend. Refuser la césarienne, c’est perdre du temps. Tous les médecins sont là et ils vont faire de leur mieux pour sauver la vie de son enfant. Amelie se calme petit à petit et finit par marquer son accord pour que l’opération commence. Jason incise son ventre.

    Arizona et Callie sont au bloc pour opérer Frankie. Celle-ci leur apprend qu’elle est désormais certaine qu’il y a une infection, liée au Dr Bailey, qui affecte l’hôpital. Elle n’attend pas de ses médecins une réelle confirmation, mais seulement un signe de tête qui lui indiquera qu’elle est proche de la vérité. Evidemment, Callie et Arizona refusent. Arizona se paie même le luxe de se moquer de la jeune fille en la comparant à Bob Woodward (le journaliste qui est à l’origine de l’affaire du Watergate). Frankie ne sait pas qui c’est. Callie estime que c’est un comble de la part d’une personne qui se dit journaliste. Vexée, Frankie réclame une fois encore qu’on lui rende son téléphone. Le lui refuser, c’est nier son droit à faire appliquer le second amendement de la Constitution des Etats-Unis (qui garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes). Les deux chirurgiennes s’en donnent à cœur joie. Pendant qu’Arizona ricane, Callie demande à Frankie si elle veut qu’on lui apporte un revolver. Se rendant compte de sa bévue, la jeune fille se corrige. Elle voulait bien évidemment parler du premier amendement (interdiction d'adopter des lois limitant la liberté de la presse, entre autres). Elle explique ensuite à ses médecins qu’elle a entendu parler d’une fille appelée K.K. qui avait écrit un article sur des oiseaux qui vivaient dans son jardin, alors que tout le monde pensait que cette espèce avait disparu. Cela a valu à cette K.K d’être engagée par l’Associated Press et maintenant, elle est pigiste pour le Times. Frankie pense qu’avec l’histoire de l’infection, elle a l’occasion de devenir quelqu’un d’aussi génial que K.K. Comme l’opération va commencer, on l’anesthésie. Calie se demande ce qu’elles vont faire après l’intervention pour éviter que Frankie ne poursuive son enquête. L’enrouler dans son tapis et la jeter dans le coffre d’une voiture ? L’idée amuse Arizona.

    Jason sort le bébé du ventre d’Amelie. Celle-ci demande des nouvelles de son fils. Jason lui dit que le bébé est magnifique. Après avoir coupé le cordon ombilical, Alex emporte l’enfant dans une salle attenante où Cristina va l’opérer.      

    Dans le même temps, Derek tente de ranimer Rachel tandis qu’on l’emmène au bloc. En voyant ses pupilles dilatées, il comprend qu’elle est en train de refaire une hémorragie cérébrale. Owen aimerait savoir ce qui s’est passé. Derek promet de le lui dire quand il le saura. Ils rentrent tous dans l’ascenseur, excepté Owen qui prend le temps de rassurer Ethan que la situation affole, bien évidemment. Owen lui promet que sa mère va s’en sortir et qu’ils vont prendre soin d’elle et de lui aussi. Il demande à une infirmière de ramener l’enfant près de sa grand-mère. Il prend ensuite les escaliers pour rejoindre Derek. 

    Richard arrive dans la chambre de Seth qui a des problèmes respiratoires. Il doit l’intuber. Les parents du jeune homme sont affolés.

    Cristina vient d’introduire sa sonde dans le cœur du bébé d’Amelie. Alex demande à tout le monde de ne pas bouger.

    Richard n’arrive pas à stabiliser Seth.

    Owen grimpe les escaliers quatre à quatre.

    Cristina a réussi l’intervention sur le bébé. Elle se trouve trop géniale. Alex lève les yeux au ciel.

    Owen sort de la cage d’escalier au moment même où les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Il comprend au regard de Derek que celui-ci n’a pas réussi à ranimer Rachel. Les deux hommes sont abattus.

    Pendant que Derek tente de consoler la grand-mère d’Ethan, Owen explique à ce dernier, qui ne comprend pas comment sa mère a pu mourir alors que Derek avait assuré que tout allait bien, que quelque chose s’est passé dans le cerveau de Rachel, quelque chose de soudain et que l’on n’aurait pas pu prévoir. L’enfant craint que la glace que sa mère mangeait quand elle a eu son attaque, soit à l’origine de sa mort. Owen assure que non. Il répète qu’il n’y avait rien à faire pour empêcher que cela se produise. Ethan se retourne vers sa grand-mère qui sanglote bruyamment dans les bras de Derek. Il dit à Owen qu’il doit aller la rejoindre parce qu’elle a besoin que quelqu’un lui prenne la main. Owen est ému aux larmes par l’enfant et son courage.  

    Jackson arrive dans la salle d’attente pour informer les membres indemnes de la famille Keller que les interventions qu’ont subies leurs parents se sont bien passées. Quant à Frankie, son opération n’est pas encore tout à fait terminée, car sa main était en très mauvais état, mais avec de la rééducation, elle guérir complètement. Tony aimerait savoir combien de temps va durer la rééducation. Jackson estime que ça peut prendre de six mois à un an. Tony s’en prend aussitôt à Al. Est-ce qu’il a entendu ? Il va falloir entre six mois à un an pour que Frankie récupère, peut-être, l’usage de sa main. Un peu embarrassé, Al pense qu’ils devraient maintenant tous se concentrer sur le bon côté des choses. Gunnar ne voit aucun bon côté. Ils sont tous mutilés. Al trouve qu’il exagère. Si l’on prend l’exemple de Frankie, justement, on peut dire qu’elle a eu de la chance. Elle a encore tous ses doigts. Comme Tony lui rappelle que la main de la jeune fille a été écrasée, Al lui présente des excuses. Il sait que ce qui s’est passé est horrible mais maintenant, ils sont tous là pour soutenir les victimes de l’accident. C’est pour ça qu’ils sont une famille, parce qu’ils partagent ce genre de choses. Comme il éclate d’un rire tonitruant, Rony lui envoie son poing dans la figure. Al tombe à la renverse. Jackson se précipite pour l’aider. Tony regrette son geste parce que sa main est sans doute cassée.

    Bailey, qui n’a pas pu résister à l’envie d’avoir des nouvelles de Seth, arrive à proximité de la chambre de ce dernier, en rasant les murs, pour ne pas se faire remarquer. Cachée derrière le coin du mur, elle entend Richard annoncer aux parents du jeune homme que celui-ci doit subit une autre intervention de toute urgence. Le père refuse que son fils se fasse opérer dans cet hôpital. Il veut qu’on attende l’arrivée de l’ambulance qui doit l’emmener dans un autre établissement. Richard insiste sur le fait que Seth est beaucoup trop instable que pour être transféré. Le père lui rappelle que cet hôpital n’est plus un endroit sûr à cause de l’infection. Richard réplique que ce n’est pas l’hôpital qui est en cause, mais un médecin, un seul, et que cette personne a été mise en quarantaine. Maintenant, l’infection est maitrisée. Quand à lui, il a passé des examens qui ont prouvé qu’il n’était pas infecté. La salle d’opération a été désinfectée. Si on opère pas Seth immédiatement, il va mourir. Le père marque enfin son accord. Bailey, qui a tout entendu, est anéantie par la façon dont Richard a parlé d’elle. Elle s’en va. Après s’être assuré que le Centre de Contrôle a déclaré Leah apte à retourner au bloc, il invite celle-ci à aller se préparer. Elle revient sur ce qu’il a dit aux parents du patient. Cela confirme donc que Bailey a fait une erreur. Outré, Richard répond sèchement qu’il a dit ça uniquement pour obtenir l’accord des parents de Seth. Si jamais Leah répète un seul mot de ce qu’il a dit, il la fera renvoyer.   

    Jason rejoint Alex à la nursery. Alex informe son collègue que l’état de santé du bébé d’Amelie ne cesse de s’améliorer, même si le cœur fonctionne encore difficilement. Mais Cristina a assuré que c’était normal. Jason trouve que cette Cristina est un sacré numéro. Ale confirme. Pas facile de cohabiter avec elle. Jason tient à ce qu’Alex sache qu’il a apprécié de travailler avec lui. Il pense que leur relation est partie du mauvais pied à cause de Jo. Il sait que celle-ci tient beaucoup à Alex. Celui-ci coupe court. Ils sont amis, c’est tout. Jason n’insiste pas. Mais Alex ressent le besoin de se justifier. S’il s’entend bien avec Jo, c’est parce qu’ils ont eu le même genre d’enfance chaotique. Comme elle, il a grandi dans des familles d’accueil. Mais il doit reconnaitre que sa vie a été plus facile que celle de la jeune femme. Il n’a jamais été sans-abri et il n’a pas dû vivre dans sa voiture. Mais heureusement, Jo a pu s’en sortir. Maintenant, il veut qu’elle ait le meilleur. Un peu surpris, Jason s’en va après l’avoir remercié une fois encore pour sa collaboration.

    Pendant que Jackson est occupé à le soigner, Al observe les membres de sa famille qui sont toujours dans la salle d’attente. Il confie au chirurgien qu’il devient de plus en plus difficile de planifier des réunions où tout le monde est présent. Jackson lui demande pourquoi il s’obstine à les organiser puisque personne ne semble vraiment les apprécier. Al lui explique que ces gens sont tous ce qu’il a. Il a failli se marier à plusieurs reprises mais ça a toujours foiré. La famille Keller est la sienne et lui, il est destiné à n’être rien d’autre que l’agaçant oncle Al. Touché par son discours, Jackson l’encourage à penser à une activité pour l’année prochaine. Il doit en tout cas continuer à essayer de réunir sa famille.

    Bailey revient dans la salle où l’enquêteur l’attend. Elle lui demande tout de go si elle est porteuse de l’infection. Il ne lui répond pas et l’invite à reprendre le compte-rendu de l’opération de Seth. Elle s’exécute.

    Au bloc, Richard fait tout ce qu’il peut pour sauver le jeune homme.

    Bailey demande une fois encore à l’enquêteur de lui communiquer les résultats des examens qu’elle a passés. Elle veut absolument savoir si elle est à l’origine de l’infection. L’enquêteur ignore une fois de plus sa question et l’interroge sur les détails de l’opération qu’elle a pratiquée. Elle lui répond avant d’insister pour avoir les résultats de ses examens. 

    Richard n’arrive pas à juguler les difficultés respiratoires de Seth.

    Comme l’enquêteur veut pousser plus loin son interrogatoire, Bailey lui coupe la parole. Elle pourrait lui montrer comment elle se lave les mains et comment elle tient ses instruments, mais la seule chose qu’il faut vraiment savoir, c’est si elle est porteuse du staphylocoque. Voila ce qu’il devrait savoir maintenant.

    Richard n’arrive pas à ramener la situation à la normale.

    Bailey s’énerve de plus en plus. D’autres médecins ont été déclarés aptes à reprendre leur travail. Pourquoi lui fait-on subir cet interrogatoire ? Il suffirait que l’enquêteur aille chercher les résultats de ses analyses. Elle comprend à son expression embarrassée qu’en fait, il les a déjà et que les examens ont prouvé qu’elle est porteuse du staphylocoque qui a tué ses patients. Elle est anéantie.

    Cristina informe Meredith qu’elle a changé d’avis et qu’elle assistera à son accouchement. Elle sait que son amie va avoir besoin d’elle, et elle sera là, même si cela implique de la voir déféquer sur la table d’accouchement, ce qui sera, elle le sait déjà, un souvenir qu’elle ne parviendra jamais à effacer de sa mémoire. Meredith réplique qu’il y a pire, savoir que votre amie vous a vue déféquer sur la table d’accouchement. Cristina prétend se sentir mieux à l’idée qu’en définitive, Meredith souffrira plus qu’elle.

    Les deux femmes croisent Owen. Cristina s’arrête auprès de lui et lui fait part de ses regrets pour le décès de Rachel. Il lui répond évasivement qu’il apprécie l’intention. Elle a l’impression qu’il lui en veut. Il assure que non, ce n’est pas à elle qu’il en veut mais à la situation. Comme elle lui demande de rentrer avec lui, il refuse. Il veut rester à l’hôpital au cas où l’état de santé de Paul changerait et qu’Ethan aurait besoin de lui. Il ne se sent pas le droit le partir. Lorsqu’il lui demande ce qu’elle ferait à sa place, elle répond qu’elle rentrerait chez elle, parce qu’elle n’est que le médecin de Paul, pas sa famille. Owen soupire. Il finit par dire qu’il va rester à l’hôpital. Cristina assure qu’elle comprend.

    Jo frappe à la vitre de la nursery et fait signe à Alex de la rejoindre. Elle semble en colère. Alex est à peine devant elle qu’elle lui reproche d’avoir raconté sa vie à Jason. Quel besoin a-t-il eu de dire qu’elle avait été une SDF qui faisait les poubelles ? Elle n’a parlé de ça à personne et il n’avait pas à le faire à sa place. C’était un secret. Alex ne comprend pas sa réaction. En quoi l’indiscrétion qu’il a commise est-elle si grave ? Qu’est que Jason a bien pu dire pour la mettre dans un tel état ? Jo ne répond pas. Elle s’en veut de lui avoir fait confiance. A quoi ça sert de repartir à zéro s’il y a toujours quelqu’un qui vous ramène au point de départ ? Alex tente de se défendre mais elle l’en empêche. A partir de maintenant, il ne peut plus jamais parler d’elle à quelqu’un ni lui parler !   

    L’enquêteur informe le Conseil d’Administration que les différents examens qui ont été faits ont attesté de la présence du staphylocoque USA600 dans l’hôpital. La porte s’ouvre et Bailey fait son entrée. Jackson lui fait remarquer qu’elle ne devrait pas être là. Elle répond que puisqu’elle est concernée, elle aimerait entendre le rapport du Centre de Contrôle. L’enquêteur n’y voit pas d’inconvénient si les membres du Conseil d’Administration sont d’accord. Jackson rappelle à ses collègues qu’il y a un protocole à respecter. Meredith l’interrompt pour proposer que l’on passe aux votes. Jackson sait qu’il a perdu d’avance. Et effectivement, tous ses camarades votent pour que Bailey puisse assister à la réunion. L’enquêteur reprend la lecture de son rapport. Le staphylocoque en question résiste aux antibiotiques. Il provoque de nombreux symptômes qui vont de la simple éruption cutanée à la septicémie fatale. L’enquête a démontré que ce staphylocoque était présent uniquement chez le Dr Bailey et que celle-ci l’avait transmis à ses patients. Mais les vrais coupables, ce sont les gants de chirurgie. Grâce aux archives, on a pu déterminer que les gants utilisés lors de la première intervention sur les patients concernés étaient tous de la même marque. Owen intervient pour expliquer que l’hôpital a changé de fournisseur quand la gestion était assurée par Pegasus Horizons. L’enquêteur précise que les tests réalisés sur les gants ont prouvé qu’ils étaient défectueux. De minuscules accrocs ont permis que l’infection se propage. Pendant qu’il parle, un de ses assistants prouve la véracité de ses dires en remplissant un gant d’eau. Les médecins peuvent ainsi constater par eux-mêmes que de minuscules gouttes d’eau transpirent du gant. L’enquêteur en arrive enfin à la conclusion. Si ces gants n’avaient pas été défectueux, les patients de Bailey n’auraient jamais été infectés. Il recommande donc que Bailey soit traitée jusqu’à ce que le staphylocoque soit éradiqué, afin qu’elle puisse ensuite reprendre normalement ses activités professionnelles. Tous les membres du Conseil d’Administration sont soulagés. Mais Bailey sort de la salle dans dire un mot. Ses collègues semblent étonnés par son attitude. L’enquêteur les remercie tous pour leur collaboration et les invite à la contacter s’ils ont des questions à lui poser.

    Callie se rend auprès de Frankie à qui elle remet le communiqué officiel qui sera transmis à la presse dès le lendemain matin. Cela veut dire que Frankie dispose de douze heures pour faire part de ce scoop à l’Associated Press, au Times ou à tout autre journal de son choix. Voila de quoi être géniale à son tour ! La jeune fille est ravie.

    Juste avant de quitter l’hôpital, Jackson informe April que ce sont les gants chirurgicaux, et non Bailey, qui sont responsables de l’infection. April est déjà au courant. Elle trouve ça superl pour Bailey. Jackson s’est déjà éloigné quand il décide de revenir sur ses pas pour avoir une explication avec la jeune femme. Toute cette journée, elle l’a traitée comme s’il était un sale type. Il ne peut plus l’accepter. Si elle veut continuer à se sentir coupable pour ce qu’ils ont fait, c’est son choix. Mais hors de question qu’elle le mêle encore à ça ! Il ne l’a pas forcée à faire quoi que ce soit. Il est désolé qu’elle soit blessée et aussi que Matthew ait rompu avec elle, mais il ne sera jamais désolé d’avoir fait l’amour avec elle. Elle relève la tête vers lui. Ils échangent un long regard qui est interrompu par l’arrivée de Matthew. Jackson s’en va. Matthew présente des excuses à la jeune femme.  Elle a fait une erreur mais il en a fait une aussi en refusant de lui accorder une deuxième chance. Il a agi de cette façon par orgueil et il espère qu’elle pourra le lui pardonner, parce que lui aussi aimerait avoir une autre chance. Emue, April se jette dans ses bras.   

    Richard sort prendre l’air dans la cour des urgences quand il aperçoit Bailey, assise sur le banc, en train de regarder ses mains. Il va s’installer à côté d’elle. Il veut qu’elle sache qu’il est convaincu que ce qui s’est passé aurait pu arriver à n’importe qui. Maintenant, elle va être soignée et après cela, on la déclarera apte à reprendre le travail. Cela ne la console pas d’avoir tué deux patients. Richard n’est pas d’accord. Elle ne peut pas être tenue pour responsable d’une chose qu’elle ignorait. Elle a fait tout ce qu’il fallait, se laver les mains correctement, mettre des gants… Elle lui coupe la parole pour demander des nouvelles de Seth. Il hésite quelques secondes avant de lui révéler que le patient n’a pas survécu. L’infection avait rongé une veine. Bailey est effondrée et elle se met à pleurer. Lorsque Richard pose une main compatissante sur son épaule, elle le repousse sèchement. Elle ne veut pas de son aide. Où était-il quand son patient était encore en vie ? Il lui a interdit de l’approcher alors qu’elle aurait pu l’aider. Elle l’accuse de l’avoir laissée tomber. Richard proteste. Il essayait seulement de la protéger. Bailey s’insurge. Ce n’est pas elle qu’il voulait protéger, mais son hôpital. C’est la seule chose qui a toujours compté pour lui. Elle ne devrait pas en être surprise. Après tout, Adèle s’en plaignait à chaque qu’elles se voyaient. Folle de rage, elle lui rappelle qu’elle, elle a toujours pris sa défense. Elle l’a protégé en mentant à sa femme. Elle l’a toujours soutenu, même quand il opérait ses patients en état d’ébriété. Elle espérait qu’il ferait la même chose pour elle. Elle le méritait. Elle avait gagné ce droit. Elle se lève précipitamment, comme si elle ne supportait plus d’être assise à côté de lui. Elle s’en va après lui avoir dit qu’il n’est pas du tout comme elle l’avait pensé.  

    Derek et Meredith sont dans leur lit. Derek informe sa femme qu’il veut assister à la naissance de leur enfant. Elle le sait. Elle sait qu’il la regardera dans les yeux, qu’il tiendra sa main et qu’il lui donnera de la glace pillée pour la désaltérer. C’est exactement pour ça qu’elle veut qu’il soit là. Elle compte sur Cristina pour gérer les problèmes s’il y en et s’occuper des infirmières autoritaires. Et si jamais elle veut des médicaments… Derek l’interrompt. Ils feront comme elle voudra. Il l’embrasse avant d’éteindre la lumière. C’est à ce moment que Meredith lâche qu’il est possible qu’elle défèque sur la table. Derek fronce les sourcils. Elle va faire quoi ? Elle grimace.

    On frappe à la porte de Cristina. Celle-ci est déçue de voir apparaitre Alex. Il lui avoue qu’elle avait raison quand elle lui a dit qu’il était amoureux de Jo. Elle lui fait signe de venir s’installer sur le lit, à côté d’elle. Après lui avoir dit qu’elle était bizarre, il se laisse aller à quelques confidences. Jo est tellement… Mais lui, il a le don de gâcher tout ce qui lui arrive de bien. Il soupire. Cristina lui révèle alors qu’elle croit qu’elle va perdre Owen, pas tout de suite, mais bientôt.

     

    Voix off (Bailey) : Pendant tout le temps que vous avez passé à vous convaincre que le monstre endormi n’était pas réel, il prenait des forces. L’infection se propageait. Le monstre est réveillé maintenant et il n’y a rien que vous puissiez faire.


  • Commentaires

    1
    Shera Profil de Shera
    Samedi 27 Avril 2013 à 01:07

    Je viens de terminer l'épisode et je dois dire que j'ai beaucoup aimé...il est le prélude à un grand chambardement, les lignes vont bouger et pas toujours dans le sens que nous voudrions

    La SL Bailey, elle a été touchante, très touchante, on perçoit le médecin brisé et la femme détruite, j'ai aimé la force de son désespoir, ce sentiment d'injustice qu'elle a l'impression de vivre mais je vais être très claire et par expérience, ces histoires d''infections nosocomiales me touchent particulièrement et OUI, Jackson a eu tout à fait raison d'agir ainsi : lui retirer les patients, la contraindre d'arrêter sa pratique et la mettre en quarantaine !

    Ce n'est pas de l’inhumanité, c'est de la logique ! quand vous avez une personne soupçonnée d'avoir infectée des patients dont deux sont morts quand même (sans compter le number 3) vous ne pouvez pas vous permettre de mettre au dessus de tout ça l'estime et l'affection que vous avez pour cette personne !

     Bailey est formidable mais elle doit aussi prendre la mesure qu'elle peut faire des erreurs, qu'elle n'est pas infaillible et que bien qu'il y mette tout son coeur, elle est comme tout le monde ! Elle est porteuse d'un germe, cela signifie, je pense qu'il y a un problème d'Asepsie d'abord !

     Que je sache, elle n'a pas été jetée au loup, à la presse et la vindicte de l'hôpital !  Les médecins étaient plutôt de son côté sans la blâmer...je pense que sa réaction est en réalité une méconnaissance de l'avis et du soutien qu'elle a pu avoir ! Quand elle va le savoir, elle va se calmer tout simplement.

     C'est son égo qui a été touché ici, je peux comprendre mais qu'est ce qu'il pèse à côté des 3 personnes qui sont mortes indirectement par sa faute parce qu'il ne faut pas oublier, certes les gants étaient de mauvaises qualités mais elle est porteuse du germe ! je pense qu'elle doit réaliser cela ! A des moments, l'égo, on le range !

    D'ailleurs, j'aimerais savoir d'où provient ce Staphylocoque ? aucune mention dans l'épisode et c'est étrange ! D'ailleurs je me demande comment Bailey n'a pas contaminé Richard et Meredith ! cela aurait pu être une SL supplémentaire mais bon  c'est loupé parce qu'ils ont été ,tous les deux, testés négatifs !

     

    Merder : La "cacaphobie" de Meredith ça m'a gonflée et énervée ! je devais rire surement, j'en suis navrée ! compte tenu de la gueule de Derek quand elle lui annonce ça, je pense qu'il est aussi navré que moi ! et puis ce n'est pas le genre de Meredith d'avoir un humour et un questionnement à ras les pâquerettes ! tu vas te chier dessus et alors ?  Pour peu que Mcbaby fasse pipi et il baptise sa mère !

     

    Quant au fait que Cristina assiste à l’accouchement, c'est aussi nul que la "cacaphobie" ! ça me gonfle cette relation siamoise surtout à des moments aussi forts où un couple doit communier dans ce moment unique qu'est la naissance d'un enfant ! Encore une volonté de nous montrer que Cristina est au même plan que Derek pour Meredith et je dis MERDE à la fin !

     

    Alex et Jo : Alex l'aime, ça on le savait mais je n'ai pas encore pu voir des signes d'amour du côté de Jo ! je rêve, j'ai loupé un épisode peut être  ou peut être pire, je n'ai pas perçu le signe amoureux de la part de Jo !

    On sait que le dénouement approche et comme ce sera l'occasion, on pourra chanter "Comme un ouragan qui passait sur moi, l'amour a tout emporté"

    Le petit ami de Jo ne va pas faire long feu, il est un vampire dans la nouvelle série lancée par CW (spin off de The vampire Diaries"

     

    Cristina et Owen : Alors là, j'aimerais humblement dire que, à l'époque, j'avais affirmé que ce gamin était voué à être adopté par Owen ou Owina et certaines s'étaient ouvertement moquées !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  Alors ? on dit quoi maintenant ???????   Qui c'est qui avait raison ? c'est moiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!

    Elle perçoit l'attachement viscérale à ce gamin et elle sait qu'elle va le perdre...si elle est si triste et résignée, elle ne s'en prend qu'à elle même ! enfin je ne sais pas, j'admets qu'on ne veuille pas avoir d'enfants et dans le cas de Cristina, si j'ai bien compris, elle dit souvent qu'elle ne veut pas rester à la maison, se couper de son métier, des chirurgies (la dernière fois qu'elle a dit cela, elle était avec Meredith sur le banc).

    Dans le cas D'Ethan, il est plutôt grand, presque ado donc je ne pense pas qu'il demande autant de soins qu'un nouveau-né ou un bébé de quelques mois !

    Alors je serais Cristina et parce que j'aime mon mari à en crever, je pense que je couperais la poire en deux et je me lancerai dans l'aventure !

    Est-elle prête à quitter Owen définitivement parce qu'elle refuse de faire un pas dans sa direction ? je crois qu'Owen a renoncé à avoir un bébé, il veut être père et donner son affection. il a quelque part fait une croix sur un enfant naturel...j'espère pouvoir chanter pour eux aussi  "Comme un ouragan qui passait sur moi, l'amour a tout emporté"

     

    Mammy, Ethan et Rachel : la mort de ma mère, c'était terrible ! je doute que mammy puisse s'occuper d'un enfant de cet âge, je pense et j'espère que son argumentation sera de dire qu'elle est âgée et que prendre Ethan, c'est forcément, à court terme, s'en séparer car elle n'aura plus la capacité de s'occuper de lui !

     

    April/The retour of the puceau/ Beaux yeux : Punaise mais qu'elle est con cette April ! ses crises d'hystéries avec sa virginité, son diplôme, son ex, son 1/2 mec.....comment dire ? je m'en fous, je m'en tape et surtout, je ne comprends pas pourquoi elle n'est pas avec Jackson, ça traine en longueur cette histoire...cette histoire de virginité en boucle, cela n'a ni queue ni tête (sans mauvais jeu de mots) ! Et puis personne n'a obligé cette bécasse à offrir son bégonia à Jackson !

    Cette histoire, c'est vive le moyen âge et si certains sont des fans du moyen âge, bien leur fasse ! mais j'en ai assez de l'entendre geindre sur Jésus depuis la fin de la saison 8 ! moralité, ça fait 8 mois qu'elle nous fait chier alors qu'il n'y a ni obstacle, ni contre indication ! BASTA !

    Jackson épouse-là, ça nous fera un mariage pour la saison 10 et avec une excellent raison (comme GA l'ordonne pour les mariages) : elle était vierge, elle ne l'est plus donc il lui fait un mari pour la rendre Mme et respectable !

     

    Calzona : Callie très sympathique avec la patiente, c'était agréable, Arizona n'a pas dit de conneries ni d’énormités, ça m'a manquée  : rire :  bon vivement la semaine prochaine pour....[spoiler]j'aime les filles dans les ascenseurs[/spoiler]

     

    le cas médical avec la famille qui joue à "Intervilles" aucun intérêt !

     

    Le cas médical sur le bébé opéré juste après l'accouchement ? aucun intérêt !

     

    A la fin de l'épisode, c'est Wake up Monster ! les différents protagonistes vont devoir affronter "le monstre" qui les attend : entre amour, reconquête, perte, vie,....ça promet !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :