• Giacomo Gianniotti

    A l'occasion de la diffusion du début de la saison 15 sur TF1, Giacomo Gianniotti a donné une interview à un média français.

    Lorsque Meredith et DeLuca se sont embrassés lors du final de la saison 14, quelle a été votre réaction à la lecture du scénario ? Etiez-vous aussi surpris que nous et vous attendiez-vous à ce qu'une histoire d'amour naisse entre eux ?
    Je ne m'y attendais pas et c'était à ce moment-là quelque chose d'amusant, pas du tout sérieux, on était vraiment dans la comédie pure, DeLuca était sérieusement éméché. Ce qui se passe ensuite entre eux dans la saison 15 n'était pas prévu à l'origine. Notre showrunner Krista Vernoff a eu cette idée en nous voyant sur ce plan dans le premier épisode, lorsque que l'on est ensemble dans un lit au cours d'une scène de rêve de Meredith. Une autre intrigue était prévue pour mon personnage et elle a décidé de tout changer suite à l'alchimie qu'elle percevait entre nous.

    Leur histoire démarre dans un contexte de compétition, puisque DeLuca n'est pas le seul intéressé par Meredith. Avec Link (Chris Carmack), ils forment une sorte de triangle amoureux. Pourquoi, selon vous, DeLuca est la bonne personne pour elle, et par conséquent pourquoi Link ne l'est pas ?
    Vous savez, ça fait partie de ces cas où on ne peut pas expliquer pourquoi on est plus attiré par une personne que par une autre. Ce n'est pas une question de beauté, Link est un très bel homme aussi, il est doué et il est mature. Sur le papier, il pourrait être la bonne personne pour Meredith, mais elle ne le sent pas comme ça. Andrew est un garçon passionné, il place sa carrière au-dessus de tout, et c'est quelque chose que Meredith partage avec lui. Elle n'est pas seulement intelligente et attirante, elle est aussi très pédagogue et Andrew aime ça chez elle, il apprend à ses côtés, elle devient presque un mentor pour lui. C'est ce qui rend leur relation très forte aussi.

    Et vous considérez vous-même Ellen Pompeo comme un mentor ?
    Sans aucun doute. Ellen Pompeo est un modèle pour moi et pour nous tous sur le tournage. Elle est l'héroïne de Grey's Anatomy depuis 15 ans. C'est très rare une telle longévité et une telle implication, autant professionelle qu'émotionnelle. J'ai eu la chance de la voir réaliser un épisode à deux reprises, et elle excelle aussi dans ce domaine. J'apprends toujours à ses côtés, je dois être au top de mon jeu pour être à la hauteur. Et c'est un amour.

    DeLuca est plus jeune que Meredith, d'une quinzaine d'années, et ce genre de relations où la femme est plus âgée que son petit ami est assez rarement montré à la télévision alors que l'inverse est très répandu. Il était temps, non ?
    Je suis d'accord avec vous. Ca doit arriver tout le temps en France ça, non ? (rires) A Hollywood en tout cas, c'est une constante depuis très longtemps : il paraît parfaitement normal qu'un homme soit avec une femme plus jeune que lui, mais dès que c'est une femme avec un homme plus jeune, on en fait toute une histoire. La preuve : vous me posez la question, on nous la pose avec Ellen très régulièrement, c'est clairement quelque chose qui interpelle, ce qui prouve qu'on a eu raison de le faire d'ailleurs. Pour nous, le message est toujours le même : l'amour, c'est l'amour, peu importe l'orientation sexuelle, les origines... Ce qui compte, c'est ce qui marche pour eux, ce qui les épanouis.

    Meredith aurait pu faire de DeLuca son "toy boy", son objet sexuel, mais ce qui se passe entre eux va bien au-delà...
    Comme lors de tout début de relation amoureuse, il y a beaucoup de passion et de désir sexuel entre eux, mais cet état ne dure jamais éternellement. Et pour eux, on passe vite à la phase suivante. Ils prennent plaisir à passer du temps ensemble et surtout à se parler, à se raconter; DeLuca a une histoire familiale compliquée, une enfance particulière; il a un père atteint d'une maladie mentale et c'est quelque chose qu'il doit vivre aujourd'hui alors que Meredith, elle, l'a vécu avec sa mère par le passé et a réussi à passer à autre chose. Ils peuvent échanger sur leurs expériences et DeLuca a beaucoup à apprendre de la sienne. Par ailleurs, elle est veuve, elle a des enfants, elle a un lourd bagage et elle ne peut plus se permettre de se lancer dans une relation amoureuse à corps perdu. Elle est très responsable, elle tient à ce que les choses se déroulent simplement et tranquillement.

    Vous l'avez dit, on en apprend beaucoup plus sur la vie d'Andrew, qui restait jusqu'ici un mystère...
    Oui car d'un point de vue scénaristique, à partir du moment où le personnage devient un prétendant pour l'héroïne, c'est important que le public puisse davantage s'identifier à lui, tomber amoureux de lui en même temps que Meredith, quelque part. Il a donc été décidé de donner à Andrew un passé, une famille, un père qui revient dans sa vie de manière fracassante et faire en sorte d'impliquer Meredith dans tout ça aussi. Pour moi en tout cas c'est une belle opportunité de jeu. Je prends beaucoup de plaisir à découvrir Andrew plus en profondeur.

    Grey's Anatomy est devenue cette année la série médicale de prime-time la plus longue de l'histoire. Que pouvez-vous nous dire sur l'épisode spécial qui a été concocté à cette occasion ?
    L'envie des scénaristes, c'était de réunir tous les personnages dans un même endroit et de ne pas traiter d'intrigues médicales pour la première fois. Aucune scène ne se déroule dans l'hôpital. Tout a lieu dans l'appartement vaste et luxueux de Jackson, qui organise une fête en l'honneur de Catherine Avery, sa mère. L'alcool coule à flot et rien ne se passe comme prévu, on va de catastrophe en catastrophe. C'est un épisode vraiment amusant, un peu à part, qui célèbre les personnages et qui a été réalisé par Chandra Wilson (Bailey) qui était là dès le premier épisode et qui tenait à rendre hommage aux fans de la première heure.

    Et y a-t-il eu une vrai fête avec toute l'équipe après le tournage ?
    Pas vraiment, car en fait on a passé tout le tournage tous ensemble, ou presque. Vous savez, sur des saisons de 25 épisodes, il arrive parfois que certains personnages ne se croisent jamais, ou très rarement, si bien qu'il y a certains acteurs qu'on peut ne pas voir sur le plateau pendant des semaines. On se voit malgré tout lors de la "table read" chaque semaine, où nous lisons le scénario du nouvel épisode et nos répliques tous ensemble, mais ça s'arrête là. Pour une fois, on était tous réunis et honnêtement, chaque jour de tournage était une fête !

    Est-ce que vous vous souvenez de votre audition pour rejoindre la série, votre rencontre avec Shonda Rhimes ?
    La rencontre s'est faite très simplement, mais je me souviens bien du contexte en revanche. La production était à la recherche d'un acteur italien pour jouer le personnage d'Andrew, j'avais donc tenté ma chance. Puis finalement, ça ne s'est pas fait sur le moment car son introduction a été repoussée. Je pensais qu'il n'arriverait jamais, donc pour moi c'était fini. Et puis quelques mois plus tard, alors que j'étais en road trip avec des amis entre Toronto et Los Angeles, que je jouais de la guitare tranquillement sur la banquette arrière, en mode détente, j'ai reçu un coup de fil de la production pour me dire que le personnage allait finalement bien arriver dans la série et que Shonda Rhimes voulait me rencontrer. Panique à bord du coup ! J'ai passé le reste du trajet à lire et relire des lignes de dialogues pour me préparer et je suis allé au rendez-vous dès je suis arrivé à Los Angeles ! On a surtout parlé du personnage, j'avais peur d'être impressionné mais tout a été simple et j'ai décroché le rôle. source

     


  • Commentaires

    1
    Maud
    Jeudi 21 Mars 2019 à 19:32

    En parlant de la diffusion sur TF1, c'est un peu la cata. Hier  les épisodes ont été battus par le téléfilm de France 2, les audiences ont déjà baissé par rapaport à la semaine dernière et le 2e épisode a réuni tout juste 3 millions de personnes, c'est pratiquement 1 million de moins que la saison dernière, C'est énorme.

    2
    Loubia
    Vendredi 22 Mars 2019 à 13:02
    Si les pays étrangers arrêtaient d'acheter les saisons, vernoff comprendrait peut-être qu'elle fait vraiment de la merde, mais arrivé à 15saisons c'est mort ils achèteront la série jusqu'à la fin...
      • Vendredi 22 Mars 2019 à 13:55
        En Belgique la série est maintenant diffusée à raison de 2 épisodes par semaine vers 22h30. Autant dire que les audiences sont plus que confidentielles, alors qu'à une époque la série était un des plus gros succès de la chaine. Bien entendu, Krista Vernoff n'est sûrement pas au courant des audiences réalisées à l'étranger et de leur baisse. Cela dit, les Américains ne sont intéressés que par les résultats aux Etats-Unis parce que c'est là-bas que la chaine ABC perçoit les bénéfices réalisés grâce aux annonceurs. Néanmoins, il y a quand même des signes d'alerte, notamment les baisses d'audience qui se sont produites et ont perduré après les départs de Drew et Capshaw. Mais la production préfère se cocnentrer sur le fait que Grey's reste la 1e série dramatique de la chaine, ce qui est vrai et on ne peut pas nier que c'est exceptionnel pour une série aussi vieille. Pourtant, il y a une énorme baisse de qualité et les critiques se font de plus en plus nombreuses parmi les fans de la série, ceux qui regardent encore, je le précise, et le nier est stupide et un manque de respect envers ces fans-là. Mais apparemment, Kriste Vernoff n'aime pas qu'on remette son talent et son génie en cause.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :