• Grey's et la pandémie

    En exclusivité pour le magazine Variety, Krista Vernoff a expliqué comment Greys Anatomy affronte la pandémie de coronavirus.

    En 317 épisodes, Grey's Anatomy a tout abordé, des fusillades de masse aux accidents d'avion. Mais lorsque les scénaristes de la série médicale se sont réunis en juin, Krista Vernoff a posé une hypothèse surprenante pour la saison 17 : Et si la série existait dans un monde sans COVID-19 ? "Je pense que les gens en ont assez du COVID, et je crois qu'ils se tournent vers notre série pour être apaisés", leur a-t-elle dit lors d’une visio-conférence sur Zoom. Ensuite, elle les a mis au défi de la faire changer d'avis : "Qui veut être courageux et me convaincre que j'ai tort ?"

    C’est la co-productrice exécutive Lynne E. Litt qui a commencé, se souvient Vernoff, et elle a dit : "Je pense que c'est la plus grande histoire médicale de notre vie". Ensuite, elle a proposé une storyline. Vernoff explique que les médecins qui font partie des scénaristes l’ont obligée à faire quelque chose : Naser Alazari, qui pendant la pause, a travaillé en première ligne dans une clinique, a déclaré qu'en tant que plus grande série médicale du monde, Grey's Anatomy avait la responsabilité de raconter l'histoire dy COVID-19. Selon Vernoff, il a déclaré "'C'est la plus grande histoire médicale de notre vie, et elle change la médecine de façon permanente. Et nous devons raconter cette histoire". "Et j'ai dit 'OK'", se rappelle Vernoff.

    Au cours de cette folle semaine de la mi-mars, lorsque l'OMS a déclaré que le coronavirus était une pandémie, que Tom Hanks et Rita Wilson ont annoncé depuis l'Australie qu'ils avaient été testés positifs au COVID-19, et que la NBA a suspendu sa saison, Grey's Anatomy a été l'une des dizaines de séries télévisées et de films à cesser d'être produits. La star Ellen Pompeo a été un "avocat particulièrement puissant" pour les acteurs et l'équipe technique, déclare Vernoff. Non seulement personne ne savait comment la maladie se propageait, ce qui a conduit à la panique des premiers jours, mais on pensait que les personnes de plus de 60 ans étaient particulièrement vulnérables. "Maintenant, nous savons que c'est un destructeur de l'égalité des chances", dit-elle. "Mais l'âge de nos acteurs et de notre équipage nous a semblé important."

    Vernoff a décrit les conversations qu’elle a eues avec Disney Television Studios durant cette semaine comme étant fondamentales et graves : "C'est là que vous savez que vous êtes adulte pour la première fois de votre vie", dit-elle en riant.

    Grey's Anatomy, créée par Shonda Rhimes, a été diffusée pour la première fois sur ABC en mars 2005. Ces dernières années, en raison de son succès d'audience, elle a connu de longues saisons, même pour une série sur une grande chaine nationale. Ainsi, lorsqu'elle s'est arrêtée, la série avait tourné 21 des 25 épisodes de la saison et l'épisode 21 a dû servir de final. Pendant quelques mois, personne n'a envisagé de reprendre le travail, d'autant plus qu'ils ont commencé à connaître des personnes qui avaient contracté le coronavirus, déclare Vernoff. Alors, elle a travaillé d'arrache-pied à la création de Rebel pour ABC - une série inspirée par la vie d'Erin Brockovich, avec Katey Sagal en tête d'affiche. (Elle commencera à être produite en novembre).

    Mais après un certain temps, Vernoff a dit à Disney qu'elle allait faire revenir les scénaristes pour parler de la prochaine saison de Grey's Anatomy et de son spinoff, Station 19, alors que de véritables conversations entre les studios et les syndicats avaient commencé pour parler de reprendre les tournages en toute sécurité. Vernoff s'est entretenue avec les producteurs de ses séries.

    Une chose que la productrice exécutive/réalisatrice/actrice de Grey's Anatomy, Debbie Allen, a dit à Vernoff est devenu leur mantra. Allen a dit à Vernoff de faire un calendrier comme si elles savaient quand elles commenceraient la production, en lui disant simplement et logiquement : "Si nous ne commençons pas, nous ne commencerons jamais". "Nous avons tous continué à répéter ce qu’elle avait dit : "Si nous ne commençons pas, nous ne commencerons jamais ! Et puis nous avons eu une date pour commencer à travailler", dit Vernoff.

    Cette date a été repoussée à plusieurs reprises, mais la production de Grey's Anatomy et de Station 19 a commencé début septembre. Vernoff ne voulait pas trop spoiler Grey's qui, à l'approche de sa 17e saison, reste l'une des séries les plus populaires de la télévision. Mais elle précise que le premier épisode de la saison - un crossover avec Station 19 le 12 novembre - aura lieu quelques semaines après le début de la pandémie. Il reviendra sur la période précédente, en utilisant des images de l'épisode qu'ils étaient en train de tourner lorsque la série a été arrêtée. Après tout, Seattle, où se déroulent les deux séries, a été le premier épicentre de l'épidémie aux États-Unis.

    Vernoff a qualifié les protocoles COVID-19 de "massifs" : "C'est de la distanciation sociale, des masques, des visières - des masques pour les acteurs entre les prises et pendant les répétitions." Personne n'est autorisé à parler dans la caravane de la coiffure et du maquillage, car les visages des acteurs sont nus, ce qui rend les maquilleurs et les coiffeurs vulnérables. (Les acteurs portent leurs propres sacs de maquillage pour les retouches, dit-elle.) Les acteurs et toute personne s'approchant à moins d'un mètre cinquante sont testés trois fois par semaine.

    Les objectifs des caméras ont été changés pour que les personnes éloignées les unes des autres puissent se rapprocher. Les scénaristes écrivent moins de scènes dans chaque scénario, car au lieu de neuf journées de douze heures, ils tournent dix journées de dix heures - et tout prend plus de temps, de toute façon. "C'est tout simplement choquant de voir à quel point nous devons avancer lentement", dit Vernoff.

    La série va être différente. Et si la signature de Grey's est la salle d'urgence bondée, avec des gens se précipitant partout pendant une catastrophe, ou une salle d'opération pleine de chirurgiens et d'infirmières - eh bien, cela ne peut pas se passer de la même manière. "Cela change la série, cela change son rythme", déclare Vernoff. "On ne peut rien y faire."

    Mais Grey's Anatomy - avec ses millions de spectateurs, dont la nouvelle génération de fans qui ont découvert la série sur Netflix - sera de retour cet automne, car le tournage se fait en toute sécurité. Et cela devrait être un soulagement pour le public.

    "Tout le monde était prêt à escalader la montagne", assure Vernoff. "Je n'arrête pas de dire aux gens : "Non, non vraiment, nous avons en fait réinventé la roue. Nous sommes en train de changer tout ce que tout le monde a compris sur la façon de faire de la télévision". "Tout est en train de changer. Et je suis fière de ce que nous faisons." source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :