• Jesse Williams

    Jesse Williams et sa compagne, Taylour Paige, ont raconté leur rencontre dans un numéro du magazine GQ consacré aux amoureux modernes.

    imagebam.com imagebam.com

    "Je ne pourrais pas l’inventer même si j'essayais", dit Taylour Paige. Elle et Jesse Williams viennent de terminer le récit de la soirée de leur rencontre, une histoire avec suffisamment de changements de perspective et de rebondissements pour être dans le prochain pilote de Shonda Rhimes. C'est-à-dire qu'elle semble trop cinématographique pour être vraie. Mais Willams et Paige en sont à leur troisième année de vie commune, alors quoi que ce soit qui les ait réunis, que ce soit vrai ou non, ça semble fonctionner. Et ce, malgré le fait qu'ils sont, selon les mots de Williams, "aux antipodes l'un de l'autre", même dans leur approche de leur métier. Tous deux sont des acteurs - lui dans Grey's Anatomy, elle dans le prochain de Jeremy O. Harris et Janicza Bravo, Zola- et leurs différences sont congruentes, une véritable incarnation des opposés qui s'attirent.

    Mais revenons à cette première nuit, que Williams décrit comme "une scène de comédie romantique", et au sujet de laquelle Paige prévient : "Après qu'il ait raconté l'histoire, je peux vous donner la version spirituelle."

    Nous sommes en septembre 2018. Jesse reste à l'écart de sa propre fête des Emmys. Soudain, il est électrisé par une femme séduisante qui passe par là. Tout ralentit, tous les autres visages qui l'entourent s'effacent, et le fond se désature en noir et blanc alors qu'elle avance dans sa robe rouge vif. Il n'a aucune idée de qui elle est, et il se sent obligé d'arranger ça, immédiatement. "J'étais en pleine conversation avec une amie très proche, et Taylour est passée. Tout est devenu calme. J'ai mis fin à ma conversation en disant : ‘Je reviens tout de suite’. J'ai juste zoomé sur elle. On a parlé, ri, dansé, et on a fini par discuter ensemble jusqu'à six heures du matin.

    Maintenant, arrêt sur image et rembobinage : "Il est loin de tout savoir", révèle Paige de façon dramatique, "Je l'avais repéré en premier." De son point de vue, l'histoire n'est pas l’histoire banale d’un garçon et d'une fille. Au centre se trouve une femme qui n'a pas eu de chance, tout juste sortie d'une relation, dans laquelle "tout s'effondre". De fréquentes visites chez un guérisseur lui promettent des jours meilleurs, dont une mystérieuse figure en "J", un homme plus âgé dans la même branche professionnelle qui l'approchera dans un espace sombre et bondé. "J’ai pensé au festival de Coachella"", dit Taylour Paige. Les mois passent, les invitations aux événements auxquels Jesse Williams participera lui sont envoyées mais elle les rejette jusqu'à deux ou trois fois. Puis, Paige se souvient des paroles du guérisseur, et peu après : "J'ai rêvé que je dormais à ses côtés." Williams clarifie : "La nuit précédant notre rencontre." Lorsqu'elle est allée à la soirée des Emmys, dans une robe rouge qu’elle avait empruntée, et que Williams est enfin arrivé, le calme s'est emparé de Paige : "C'était comme si, 'Le voilà'. Un peu dans le genre : "Où étais-tu ?"

    Alors, comment lui avez-vous parlé de tout ça, je lui demande. Après tout, les guérisseurs, les prémonitions, les signes comme Paige qui reçoit 111 SMS et reçoit 11.111 e-mails le lendemain de son rêve, ce n'est pas le genre de choses auxquelles Jesse Williams adhère. Du moins, pas avant. "Jesse peut être très littéral - des faits, des faits, des faits", dit Paige. "Nous venons de mondes très différents", explique Williams. "Elle est très féminine et elle est à fond dans la spiritualité, l'astrologie. Je suis très pratique, basé sur des faits, et viril." Pourtant, après un certain temps, Williams a réalisé qu'il devait relâcher un peu son emprise. "J'ai vécu une expérience sauvage, inconnue et inconfortable, parce que tout cela se passait d'une manière très spirituelle - ce n'est pas comme ça que j'arrange les choses dans ma vie d'habitude. Mais j'avais traversé beaucoup de transitions dans ma vie, et je m'étais délibérément positionné pour être ouvert à dire oui, pour être disponible à tout, plus que je ne l'avais été dans le passé", poursuit-il. "Je ne laisse pas souvent les choses m'arriver. Mais parce que j'avais décidé d'être ouvert, je n'ai pas tiré le frein comme je l'aurais fait normalement. Je n'ai pas essayé de contrôler, ni de me positionner, ni de prendre une respiration, et j'ai simplement continué l’expérience, aussi effrayant que cela ait été et continue d'être.

    Après cette première nuit fatidique, le couple, tous deux en pleine période de transition dans la vie, a décidé de vivre ensemble leurs "métamorphoses" respectives, comme le décrit Williams. Il n'y a pas eu de première rendez-vous officiel ni de tentative de drague. "Nous avons plongé au plus profond de la piscine", dit-il. Ils ont passé des mois dans un cocon à l'abri des regards indiscrets des tabloïds, alors qu'ils commençaient à comprendre leur nouvelle relation.

    "Soyons honnêtes, la presse s’intéresse beaucoup à ma vie personnelle", dit Williams sur un ton las. "Quand je sors, je suis fort susceptible d'être photographié et qu’on déclare qu’il y a quelque chose entre moi et une autre personne que je commence tout juste à connaître. J'ai été très protecteur pour ne pas lui faire subir cela ni à moi".

    Avance rapide de deux ans et demi : Alors que leurs carrières respectives continuent de progresser, Williams et Paige sont devenus l'un des couples les plus discrets du show-business.

    La pandémie a retardé les débuts de Williams à Broadway dans une reprise de Take Me Out, mais il est toujours dans Grey's Anatomy (Paige a été une guest-star dans la série quand il y était déjà, mais leurs chemins ne se sont jamais croisés) et a joué dans l'un des séries les plus médiatisées l'année dernière, Little Fires Everywhere. Quant à Paige, elle a terminé l'année 2020 avec un rôle qui a fait un carton dans Black Bottom de Ma Rainey ; elle apparaîtra ensuite dans le rôle principal romantique de Boogie, le premier film d'Eddie Huang ; et elle joue le rôle principal dans Zola, un film basé sur une histoire de strip-teaseuses, de détenus et de meurtres. "Elle est en train d'exploser", dit fièrement Williams.

    L'honnêteté indéfectible et la volonté d'adaptation s'étendent également à leurs placards respectifs. À la maison, Paige s'empresse de mettre les sweats ou les sweats à capuche de Williams, mais quand il est temps de sortir, ils n'ont pas peur de se stimuler. "Je ne réagis pas vraiment aux tendances", admet Williams, alors que Paige dit qu'elle le pousse à simplifier son placard. "Il a des choses qui datent de 2002, et il me dit ‘Eh bien, j'ai adoré ça...’, et je lui dit ‘Non’". "Laissé à lui-même, Williams se concentre surtout sur une montre vintage ou sur ses chaînes en or. "Il s'habille vraiment comme un dealer de 1986", dit Paige en riant. Jesse me dira : "Tu portes ça ?" ou je lui dirai : "C'est nul. Enlève-moi ça. "Williams ajoute : "Ce n'est pas une interaction douce", mais Paige dit qu'en fin de compte, ils savent qu’ils se soutiennent mutuellement, même quand il s'agit de ce qu'ils portent.

    Dans leur défi de s'ouvrir pour apprendre l’un de l’autre, comme le décrit Williams, il y a également le souci de "préserver leur individualité". Comme pour la plupart des couples, cela a été mis à l'épreuve pendant le confinement. Mais finalement, au lieu de se désagréger, le duo a considéré cette période comme un "hyper-boom à forte concentration" pour leur compréhension mutuelle. Et ça continue. Ils découvrent de nouvelles façons de se compléter, tout en apprenant à s'adapter pour mieux vivre ensemble. "Nous comblons les lacunes l’unde l'autre", dit Paige. On a l'impression de parler à un couple qui est ensemble depuis dix ans au lieu de trois. "Je pense qu'être dans une relation est presque impossible", admet Paige. Ensemble, ils donnent presque l'impression que c'est facile. source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :