• L’avenir de la série

    Après sept saisons pleines de drames, il est difficile de se dire qu’il y a eu un temps où Grey’s Anatomy n’existait pas. Pouvez-vous vous souvenir, par exemple, d’un temps où McDreamy et McSteamy n’étaient pas au menu du jour ? Comment passions-nous nos soirées avant que nous ne soyons fascinés par la catastrophe qu’a été la relation amoureuse de Derek et Meredith ? Y a-t-il jamais eu un monde où Shonda Rhimes ne régnait pas sur les séries dramatiques médicales ?

    Si toutes ces questions vous laissent perplexe, alors imaginez ceci : un jour, après la diffusion du dernier épisode de la dernière saison, il y aura un monde où Grey’s Anatomy n’existera plus !

    Et même si Shonda Rhimes a affirmé via Twitter que la huitième saison ne serait pas la dernière, on ne peut oublier que Patrick Dempsey a dit cet été au Vanity Fair italien, "Cette saison sera ma dernière. C’est fini pour moi.", même si cela a été démenti assez maladroitement par après par son attaché de presse. Cela nous amène à une autre question. Pouvez-vous imaginez Grey’s Anatomy sans McDreamy ? Et pire encore ! Pouvez-vous imaginez Grey’s Anatomy sans Meredith Grey ? Car, en mai 2012, les contrats de tous les acteurs d’origine arriveront à terme et Ellen Pompeo a dit un jour qu’elle pourrait ne pas renouveler le sien.

    Justin Chambers, qui est un des acteurs d’origine, et Kevin McKidd ont tenté de répondre à ces questions, au travers d’une interview accordée au site Todayonline.

    Patrick Dempsey a fait clairement part de son intention de quitter la série à la fin de cette saison. Que pouvez-vous nous dire au sujet de l’avenir de Grey’s Anatomy ?

    JC : J’aimerais continuer. Mais arrivera ce qui doit arriver. Bien sûr, tout a une fin. Mais je pense que tant que tout le monde appréciera, je ne vois pas pourquoi ça arriverait. Nous aimons aller travailler, nous faisons toujours des trucs excitants et nous donnons encore au public ce qu’ils veulent voir, je pense. Alors nous voyons ça au jour le jour.

    Donc, ça serait une surprise pour vous si la série était subitement annulée ?

    JC : (faisant semblant de pleurer) Nous verrons ce qui arrive. Mais oui, je serais très surpris. Je crois que nos chiffres d’audiences étaient encore vraiment hauts l’année dernière, pour une série qui est dans sa septième saison. Alors pourquoi mettre fin à une série qui fait ce qu’on attend d’elle ?

    KMK : J’ai rejoint la série juste avant le centième épisode. Celui-ci est mon septantième et ça a passé super vite. Je n’ai jamais été dans une série qui a un aussi grand succès que celle-ci. J’avais l’impression d’être un acteur maudit avec des séries à une ou deux saisons. Donc en ce qui me concerne, je veux essayer de rester le temps que ça dure et en profiter, parce que ça ne va pas être éternel.

    Pensez-vous que si Patrick Dempsey et Ellen Pompeo quittaient la série, celle-ci pourrait continuer ?

    JC : S’ils quittaient la série, est que ça continuerait ? Ce serait bizarre, très certainement, s’ils n’y étaient plus. Ellen est en quelque sorte l’experte dans la série. C’est une série avec un ensemble d’acteurs… C’est vraiment l’avantage de la série et c’est ce qui fait que ça marche si bien. Et le public s’attache à des personnages différents. Je trouve que ça dépend de nous tous de faire en sorte que ça marche mais je crois toujours qu’il est très important que Patrick soit là. Qui sait ce que le public veut voir ? Un changement peut-être ?

    En parlant de changement, est-ce que travailler si longtemps dans un hôpital fictif a changé votre perception des médecins et de la médecine ?

    KMK : Je faisais partie de ces gens qui voyaient les médecins comme des dieux et alors, vous réalisez qu’ils sont comme tout le monde, vous voyez ? Ils font des erreurs et ils sont sous pression tout le temps, alors ils essaient de réfléchir vite et bien et de faire de leur mieux.

    JC : Et de forniquer dans les salles de gardes.

    KMK : Ça aussi.

    On dirait qu’interpréter un médecin a beaucoup de choses en commun avec en être un.

    JC : J’ai l’impression d’être de garde parfois. Vous savez, nos plannings sont tellement… Nous ne savons pas ce que nous filmons d’un jour à l’autre parfois, alors c’est un peu comme être un médecin.

    KMK : Oui, tu as raison. Et aussi, quand vous êtes là, ce sont de longues heures, tout comme pour les médecins. Tout le monde est là, ensemble, comme si vous travailliez dans un hôpital. On reproduit les habitudes de travail, l’alchimie.

    Pensez-vous que ce serait possible pour une nouvelle série de répéter le succès de Grey’s Anatomy ?

    JC : J’en doute. Ce serait comme vouloir enfermer la foudre dans une bouteille. Mais je me réjouis toujours d’avoir des défis. Je suis excité d’essayer d’autres choses. Je m’en remets à Dieu et je vais où ça me mène. J’essaie de connaitre mes répliques et de rester sur mes marques. J’essaie de ne pas jouer comme un pied, vous voyez ? Et jusqu’ici, ça a été sept années géniales, vraiment. Source


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :