• L'évolution de Meredith Grey

    Krista Vernoff revient sur l’évolution qu’a vécu le personnage de Meredith durant cette 15e saison.

    Meredith Grey se dirige peut-être vers la prison, mais elle est aussi amoureuse et n'a finalement pas peur de le dire, alors au moins il y a un côté positif.

    Dans le final de la saison 15 de Grey's Anatomy, Meredith a fait face au fait que son petit-ami Andrew DeLuca a décidé de porter le chapeau pour la fraude à l’assurance qu’elle a commise avec de bonnes intentions et qu’il a été envoyé en prison, et après s’être fait virer avec Richard et Alex, elle a pris une énorme decision. Elle a rendu visite à DeLuca en prison, et à travers la vitre, elle lui a dit trois petits mots qu'elle n'a dit à personne depuis (ou à l’exception de) Derek Shepherd : "Je t'aime". Et elle lui a aussi dit quelques mots sur la façon dont elle va se rendre à la police, aller en prison et dont elle espère plaider sa cause devant un juge compréhensif.

    En d'autres termes, Meredith Grey est sur le point de faire enfin face à certaines conséquences pour ses actes impulsifs. Et il était temps, d’une certaine façon.

    "C'est exactement ce qui a enthousiasmé les scénaristes, a déclaré Krista Vernoff, à E!News. "Ellen et moi en avons ri sur le plateau de tournage. Elle m'a dit : ‘Comment ça, c'est mon premier délit ? J'enfreins les règles tout le temps !’ Et j'ai dit oui, mais tu ne t'es jamais fait choper. C'est ta première infraction."

    Meredith aime enfreindre les règles, toujours pour sauver quelqu’un ou l'aider et sans trop réfléchir à ce que cela pourrait avoir comme effet sur elle – elle est la reine de l'auto-sabotage, souvenez-vous. Cette fois-ci, ce n'est pas très différent, sauf que la fraude à l'assurance est quelque chose de très, très important et une très mauvaise façon de résoudre un terrible problème.

    Pour ceux d'entre nous qui se demandent pourquoi diable le premier réflexe de Meredith a été d'écrire le nom de sa propre fille pour aider une patiente alors qu'elle a tellement d’argent personnel et une fondation pleine d'argent à portée de la main, Vernoff dit que la décision de Meredith n'a pas été une décision prise en dehors de toute logique. "Selon moi, elle a vu un système qui est détraqué, et un système qui demande à ce père de quitter son emploi s'il veut pouvoir payer l'opération de sa fille, mais quitter son emploi va en gros le faire expulser. Quitter son travail signifie qu'il ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille. Sa femme est détenue. Les systèmes sont vraiment détraqués et ça a mis Meredith en colère. Et quand on prend une décision dans un moment de rage, c'est rarement une décision mûrement réfléchie."

    De plus, cette petite fille aura besoin de beaucoup plus d’opérations que Meredith elle-même pourrait payer, du moins pas sans que le père de l’enfant se sente extrêmement redevable envers un médecin particulièrement gentil.

    Peu importe la raison pour laquelle Meredith l'a fait, c'est fait, et ses problèmes juridiciaires ne font que commencer.

    Vernoff dit qu'ils ont délibérément "vraiment préparé le terrain" pour que les téléspectateurs pensent que cela se passerait comme à chaque fois que Meredith a fait quelque chose de vraiment stupide pour sauver une vie, et que ce serait l’histoire d’un seul episode, ou une erreur qui à la fin n’aurait pas d’importance, comme la fois où elle a falsifié l’essai sur la maladie d’Alzheimer. Cette fois, ce n'est pas du tout le cas.

    "Nous l’avons amenée à faire entrer illégalement le fils de Megan Hunt dans le pays et nous n’en avons plus jamais parlé. Elle l’avait fait, c’était tout. On l'a vue enfreindre beaucoup de règles sans que cela ait des conséquences, alors on s'est dit, tout le monde va penser que cette histoire est terminée quand elle va faire ça. Ils penseront qu'il s'agit d'une histoire unique parce que nous l'avons déjà fait plusieurs fois auparavant, et cela choquera le public lorsque les conséquences et les ramifications réelles en découleront", a déclaré Krista Vernoff. "Et les conséquences et les ramifications sont bien réelles, et on les montrera au cours de la prochaine saison."

    Cela signifie que oui, ce licenciement est réel, et oui, cette peine de prison potentielle est très réelle. "Vous n'allez pas revenir à l'automne et retrouver tous les médecins licenciés en train de travailler à l'hôpital, et tout est réglé. Ce n'est pas ce qui se passe”, promet Vernoff. "Je ne sais pas ce qui se passe, mais je sais qu'en entrant dans la salle des scénaristes en juin, nous allons suivre cette histoire."

    Il est évidemment difficile de prendre votre personnage principal, votre personnage titre, et de menacer de l'envoyer en prison, parce qu’on va tous supposer immédiatement que ça va très bien se passer pour Meredith Grey. C'est particulièrement le cas avec deux saisons supplémentaires commandées et pas de réelle discussion sur la fin de l'émission, mais c'est aussi une perspective qui excite les scénaristes avant la saison 16.

    "Je veux dire, c'est un coup audacieux", a admis Vernoff. "On était plutôt excité. On était plutôt excité quand on a compris ce qu’on allait faire. On s’est vraiment dit, on fait cette série depuis 15 saisons. C'est presque 350 épisodes, et que faire qu’on n’a jamais fait avant ? Comment maintenir la fraicheur ? Comment rester innovateur ? Comment empêcher le public de nous devancer, et cette storyline a été la réponse à tout ça."

    L'autre nouveau territoire que Meredith explore est une nouvelle relation très sérieuse avec DeLuca, qui est maintenant inextricablement lié à son crime. Il a vu Meredith écrire le nom de sa fille à la place du nom d'une petite fille malade pour sauver la vie d'une étrangère, et cela n’a fait que confirmer à quel point il était amoureux. Il a dit "Je t'aime", et Meredith n’a pas pu le lui dire en retour, mais il était immédiatement prêt à sacrifier sa carrière pour porter le chapeau à sa place.

    Meredith a révélé plus tard qu'elle n'était pas capable de lui dire je t’aime en retour parce qu'elle avait peur de le dire après que la dernière personne à qui elle l'ait dit, c’était Derek, et ensuite elle s'est retrouvée coincée dans une chambre hyperbare et DeLuca a été menotté et est parti en prison, pour elle.

    Aussi inédites que soient ces conséquences légales pour Meredith, l'histoire d'amour de la saison 15 a été tout aussi inédite et amusante.

    Depuis que Derek est mort en saison 11, Meredith avait en quelque sorte mis sa propre vie amoureuse en retrait. Elle a essayé un peu à contrecœur de sortir avec des hommes, mais un jour, elle a hurlé sur un homme pour qu’il s’en aille au petit matin, et son aventure avec Nathan Riggs a pris fin (par la volonté de Meredith) au moment où la fiancée présumée morte de Nathan est revenue.

    La storyline avec Riggs, comme Ellen Pompeo l'a écrit dans son célèbre essai pour The Hollywood Reporter en 2018, a été le résultat de la précipitation d'ABC pour "amener un pénis dans l’histoire", et quand la chaine n'a pas aimé la storyline, celle-ci a pris fin.

    Ensuite, Vernoff, qui avait quitté la série après la saison 7, est revenue, et la série a donné à Meredith un peu d'espace pour faire ces propres trucs.

    En saison 14, Meredith a finalement atteint son objectif de gagner un Harper Avery, et a solidement installé Meredith Grey comme la chirurgienne convoitée que sa mère avait élevée et que Cristina Yang et elle avaient toujours rêvé d'être.

    "Quand je suis revenue dans la série en saison 14, Ellen voulait être certaine que je n’étais pas simplement venue pour la mettre en couple avec un autre gars”, explique Vernoff. "Elle était un peu fatiguée de jouer des romances. Elle l’avait fait pendant de nombreuses saisons, et je lui ai dit : "Super, ne faisons pas ça."

    En fait, Pompéo avait une requête. "Elle a dit : ‘Je veux être une sorte de super héroïne en médecine" et j'ai dit : ‘C’est fait’. Et c'est ce que nous avons fait pour cette saison-là", dit Vernoff. "C'était génial, et on a adoré, et je pense que j'ai gagné sa confiance et nous sommes devenues des partenaires de création, et puis on s’est dit, OK, est-ce qu’on est prête ? "On peut réessayer ?"

    Comme nous le rappelle Vernoff, en fin de compte, la série parle de romance, et la saison 15 a même été surnommée par les scénaristes la "saison de l'amour", une saison pleine de "joie et de lumière".

    "C'est une série romantique, romantique médicale, c'est une comédie dramatique romantique avec un peu de médecine dedans", dit-elle. "Ce n'est pas un documentaire sur la médecine, n'est-ce pas ? La romance est donc un ingredient-clé, et Ellen a été partante pour le faire cette saison. Elle a vraiment aimé tout ce qu'elle a pu jouer l'année dernière, et cette année, elle était prête à jouer cette nouvelle storyline."

    Histoire, précisément, qui a commencé avec un baiser aviné, qui s'est glissée dans les rêves très sexy de Meredith, s'est brièvement divertie dans un triangle amoureux, puis s'est lentement épanouie dans l'un des couples qu’on a le plus aimé à ce jour dans Grey's Anatomy. (Oui, on l'a dit.)

    "J'ai l'impression qu'on a pris notre temps. On a commencé comme un fantasme inattendu, né d'un baiser non désiré ou d'un baiser accidentel compliqué au mariage, et puis ça a évolué, en utilisant la marieuse Cece, et Link comme un petit triangle de tentation, et puis c’est devenu DeLuca vers la moitié de la saison, et nous avons juste facilité les choses pour y arriver.

    Tout cela, dit Vernoff, a contribué à faire en sorte que le grand "Je t’aime" de Meredith paraisse mérité. Et si cette larme qui a coulé sur notre visage quand on a regardé cette scène était une indication, c'est certainement le cas.

    "C'est une collaboration”, explique Vernoff. "C'est nous qui écrivons une chose et puis Ellen qui la joue diablement bien, de sorte qu'au moment où on a eu ce "je t'aime", il a semblé vrai, et mérité, et ça a paru excitant et aussi inachevé parce que c'est derrière une vitre et parce que ça lui a pris tellement de temps pour le dire, et parce qu'elle a dit combien ça lui fait peur car la dernière personne à qui elle l’a dit était Derek. Ça nous donne des directions intéressantes et compliquées à prendre pour la saison prochaine."

    Il y a une saison et demie, on n’aurait jamais regardé Andrew DeLuca en pensant qu’il serait l'homme parfait pour Meredith Grey. Il dormait sur des canapés et pleurait son ex-petite amie, Sam Bello, qui partait en Suisse pour échapper à la déportation. C'était le type dont Zola se souvient comme d’une sorte de vagabond avec une guitare.

    Il est aussi bien plus jeune que Meredith, et c'est un résident alors qu’elle est une titulaire très accomplie, la chef de la chirurgie générale. Ce n'est évidemment pas nouveau dans cette série qui a commencé avec une interne tombant amoureuse du chef de neurochirurgie, mais quand même, personne ne misait sur ces deux-là.

    Et puis, DeLuca a embrassé Meredith au mariage d'Alex et Jo, ensuite Meredith a rêvé, et soudain on a toutes rêvé de Giacomo Gianniotti qui nous parlait italien dans un ascenseur, et d'Ellen Pompeo qui lui répondait dans cette langue. 

    La dynamique de la différence d'âge et de pouvoir dans cette relation et la romance tumultueuse de Meredith et Derek ne sont pas tout à fait les mêmes, mais on a le sentiment que cette relation peut marcher parce que celle de Derek et Meredith a déjà marché.

    "On n’a pas créé cette histoire pour faire le contraire, mais cette dynamique-là (MerDer) nous a certainement autorisé à faire celle-ci (MerLuca). On s’est dit, OK, on a raconté cette histoire, et maintenant est-ce que c’est OK pour Meredith de sortir avec un résident ? Est-ce acceptable que cette difference d'âge ou cette différence d'expérience de vie existe, et la réponse est oui, parce qu’on l’a vu avec beaucoup de succès au début de la série avec Derek et Meredith" dit Vernoff. "Il était plus âgé, il avait plus d'expérience dans la vie, alors on voulait juste voir Meredith heureuse à nouveau, et on voulait qu'elle tombe amoureuse d'une façon inattendue, et on aimait l’alchimie entre elle et Giacomo."

    Certains fans n'étaient pas certains de ce qu'il fallait penser de cette relation en raison de notre longue route avec DeLuca jusqu'alors, et certains s'inquiétaient ou pensaient que ce ne serait qu'une aventure, comme toutes les autres tentatives de Meredith d’avoir une romance après Derek. Pour les scénaristes, MerLuca a toujours été du solide. "Nous n'avons jamais pensé que c'était une aventure", dit Vernoff. "Je pense que si on avait ajouté 10 ans à DeLuca, vous n'auriez pas pensé que c'était une aventure. On aurait pu croire que c'était un gars qu'elle aime bien, et qui reste là quand les autres ne le font pas. Mais parce qu'il y a une petite différence d'âge entre eux, pas une différence d'âge énorme, mais juste assez pour qu'on ne voie pas ça habituellement à la television. C'est notre sorte de préjugé sociétal inconscient qui, je pense, a poussé les gens à rejeter cette relation au début parce qu’on a décidé, à cause de notre culture, que les femmes qui sont plus âgées que les hommes, c’est d’une certaine façon un couple non valable".

    Avec la mort de Derek, c'est comme si Meredith était encore plus vieille que ce qu’elle est vraiment. Elle s'est refermée pendant un moment, et elle s'est vue comme finie, sa vie sexuelle arrêtée, ce qu'elle a même dit à haute voix à plusieurs reprises. Mais revoir la série depuis le début (fortement recommandé) montre que Derek n'a vraiment été qu'une partie de l'histoire de Meredith. Les années qui se sont écoulées depuis ont semblé être une nouvelle histoire, remplie d'une joie que la série n'avait jamais eue auparavant, avec une Meredith qui n'a plus l'impression que tout dans sa vie est maudit, car le pire est déjà arrivé et pourtant, elle y a survécu.

    Depuis la mort de Derek, Mer a gagné deux soeurs qui sont devenues ses meilleures amies, ses colocataires et en gros, celles avec qui elle élève ses enfants. Elle a obtenu tout ce qu'elle a toujours voulu, et elle voit maintenant qu'il y a beaucoup d’autres choses qu’elle désiret, ce qu’elle ne savait même pas. C'est comme si elle avait regagné les années qu'elle avait perdues quand Derek est mort.

    Elle a engagé une marieuse. Elle a commencé à sortir avec un resident de 10 ans plus jeune qu'elle. Elle a papillonné pendant une fête au travail en essayant d'agir "normalement" après que son père de substitution l'ait surprise en train d'embrasser son petit ami. Elle commet des crimes par bonté, elle dit "je t'aime" à un homme en prison et elle sourit plus qu'elle ne l'a peut-être jamais fait auparavant.

    "Quand Ellen Pompeo sourit, on sourit”, explique Vernoff. "J'ai l'impression que c'est le monde de Grey's Anatomy. Quand Meredith est heureuse, ça transparait, et on se sent heureux."

    Et Meredith (comme nous tous) ne mérite-t-elle pas ce bonheur ?

    "Elle a vécu une si grande expérience de deuil avec Derek, des hommes pour rebondir et une sorte de quasi-récupération, et vous savez, un pas en avant, deux pas en arrière, et la voir s'illuminer de cette façon pour la première fois... Je ne pense pas que nous l'ayons vue s'illuminer de cette façon depuis Derek. Et ça a été vraiment merveilleux."

    L'avenir de Meredith est peut-être aujourd'hui un énorme point d'interrogation rempli de rendez-vous au tribunal et de temps passé derrière les barreaux et d'un emploi dont elle a été virée, mais c'est aussi un brillant avenir qui comprend un petit ami qui la soutient, une famille qui se battra comme un beau diable pour elle, et au moins deux autres saisons sur nos écrans.

    Tout compte fait, les choses s'annoncent plutôt bien pour Meredith Grey. source


  • Commentaires

    1
    Mdbailey
    Samedi 18 Mai à 09:40
    La Vernoff elle essaye vraiment de promouvoir sa merde.
    2
    Manon
    Samedi 18 Mai à 17:46

    Je viens de lire toutes les interviews de Krista Vernoff et celle de Debbie Allen, et finalement cet article (très partisan et très courtisan aussi) et je ne sais pas si vous avez remarqué mais on ne dit plus que Derek sera toujours le grand amour de Meredith. L'auteur de cet article diminue même son importance : "revoir la série depuis le début (fortement recommandé) montre que Derek n'a vraiment été qu'une partie de l'histoire de Meredith" ce qui semble dire que les 11 saisons avec Derek sont presque moins importantes que les 4 qui ont suivi. Et Meredith est plus joyeuse qu'avant. Finalement, c'est une chance pour elle d'avoir perdu son mari ! sarcastic

    A nouveau très agacée, parce que Vernoff s'acharne à dire que les fans anti MerLuca ne les aiment pas uniquement à cause de la différence d'âge. Quelle mauvaise foi ! Cette femme n'arrive pas à se remettre en question une demi-seconde. Elle n'arrive pas à intégrer l'idée que les storylines qu'elle imagine peuvent être tout simplement moyennement bonnes ou même carrément mauvaise.

    Après avoir lu tout ce blabla, je pense savoir ce qui va se passer maintenant pour MerLuca : ils vont rester ensemble jusqu'à la fin de la série mais il n'y aura plus d'histoire à proprement parler pour eux, pas en tant que couple. Bien sûr, on les verra de temps en temps censembe, par exemple dans la cuisine en train de s'occuper des gosses, ou échangeant un petit baiser au détour d'un couloir de l'hôpital mais ça s'arrêtera là. Les crises, les disputes, les problèmes, ce sera pour les autres, plus pour eux. Ils vont vivre un amour sans nuages. Ce sera terriblement ennuyeux (les gens heureux n'ont pas d'histoire, vous vous souvenez ?) mais pas grave. Ellen Pompeo n'a plus envie de jouer la romance, on va lui donner satisfaction. Ses fans et ceux de MerLuca seront contents, leur couple sera "endgame" et Meredith va sourire, youpie. Ceux qui n'aiment pas le couple ne seront plus trop dérangés. Krista Vernoff jubilera, elle aura réussi à imposer son couple. Et tout ça va se conclure par ce que Shonda Rhimes a dit à une fan qui déplorait l'arrivée de Nathan pour "remplacer" Derek : le 2e amour peut être mieux que le 1e.

     

     

     

      • Samedi 18 Mai à 19:03

        Comme toi, je suis très agacée par l'éternelle auto-satisfaction manifestée par Krista Vernoff. C'est génial, c'est intéressant, c'est drôle... cette façon de qualifier son propre travail dénote un énorme égo et même une certaine prétention. Comme d'autres l'ont déjà fait remarquer, c'est au public de dire que les histoires sont géniales, pas à ceux qui les écrivent.

        Concernant MerLuca, je pense que tu as raison quand tu dis qu'ils vont être ensemble jusqu'à la fin de la série, sans histoires dans tous les sens du terme. Mais je pense que ce serait une erreur stratégique parce que Meredith est tout de même l'héroine de la série, une série qui s'est construite autour des aventures et des malheurs de ce personnage, alors la laisser dans ce rôle de femme lisse à qui il n'arrive plus grand-chose, comme ces dernières saisons, ce n'est pas ça qui va donner envie aux gens de regarder (voir les audiences qui baissent). Parce que Meredith qui sourit et à qui tout sourit, ça intéresse qui ? Elle est devenue une super héroïne médicale, tout va bien avec ses enfants et maintenant elle s'est trouvé un petit ami gentil qui ne fait aucune vague, le toutou à sa mémère, et ça n'a rien de passionnant. Une fois qu'ils auront terminé la prochaine storyline (Meredith en prison ?) il faudra trouver quelque chose pour relancer l'intérêt. Maintenant que Grey's est qualifiée de comédie romantique avec un peu de médecine dedans (j'ai halluciné en lisant ça shocked on devrait leur retirer leur record de la série médicale la plus longue) s'ils laissent le couple MerLuca tout à fait tranquille, il va devenir inexistant.

        Cela dit, il y a une grande différence entre ce que Vernoff et les magazines à sa solde déclarent dans les interviews et ce que le public décide. Je crois que malgré toutes les déclarations et les efforts de la production, une fois que Grey's sera terminée, on se souviendra toujours de MerDer qui restera à tout jamais le couple emblématique de la série tandis que MerLuca tombera dans l'oubli total

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :