• Le départ d'Alex Karev : justifications

    Dans une récente interview, Krista Vernoff a expliqué l’impact qu’avait eu sur la série, le départ de certains acteurs, et principalement Justin Chambers.

    Quand Krista Vernoff a lu le scénario du pilote de Grey's Anatomy en 2004, elle sortait du "métier le plus difficile" de sa carrière télévisuelle, à savoir scénariste pour la série Wonderfalls. "Ils n’ont pas cessé de réécrire systématiquement ce que j’avais écrit. C'est la seule fois de ma carrière où cela s'est produit, mais c'était une leçon d'humilité et ça a été important pour moi d'en faire l'expérience". Mais Vernoff savait qu'elle correspondrait parfaitement à Grey's Anatomy. "C’est comme si j’avais écrit ce scénario dans un rêve fiévreux", se souvient-elle d'avoir dit à son agent après avoir lu le pilote de Shonda Rhimes. "Je comprends cette voix. J'ai besoin de rencontrer cette femme."

    Vernoff a fini par devenir la chef des scénaristes de la série pour ses sept premières saisons. Elle est revenue en saison 14 en tant que showrunner, avec la bénédiction de Rhimes et adoubée par Ellen Pompeo pour prendre la relève après qu'une série de départs et de tristes intrigues aient assombri le ton coquin de la série médicale coquin. Alors qu’elle va entamer sa 17e saison, qui est tournée selon les protocoles COVID-19, sujet qu’elle abordera à l'écran, Vernoff s'est penchée sur les débuts de la série, de départ du personnage d'Alex Karev et la raison pour laquelle le public considère les personnages de Grey’s comme des amis.

    Pouvez-vous nous parler des scénaristes au début de la série ? Certains étaient-ils chargés d'écrire des personnages en particulier ?
    Tout le monde doit être capable d'écrire tous les personnages. La série avait une très, très grande énergie, parce que nous avions beaucoup de gens issus du théâtre, beaucoup de gens passionnés, drôles, intelligents. Et on se levait d’un bond pour discuter comme si on était les personnages. Je me souviens que je me battais comme si j’étais Meredith ou Izzie. Tony [Phelan] se battait pour le point de vue de Derek. Il y avait des hommes parmi les scénaristes qui disaient : "Les hommes ont un point de vue !"

    Comment ça fonctionnait avec les histoires médicales à l'époque ?
    On avait Zoanne Clack qui était encore à l'époque une urgentiste en exercice. On avait un chercheur en médecine. Et on avait Linda Klein [une infirmière chirurgicale] sur le plateau. Le chercheur médical nous envoyait tous les articles du monde, tout ce qui avait été fait de miraculeux par un chirurgien, un jour. Tous les accidents fous qui avaient causé un tort terrible à un être humain, c'était notre devoir la nuit. La plaisanterie, qui n'en était pas vraiment une, c'était de proposer : "Ne peut-on pas les décapiter sur place et leur recoudre la tête ?" Et Zoanne nous regardait fixement, nous criait dessus, ruminait en silence avant de dire : "Non ! Ça ne peut pas arriver !" Au début, la règle était qu'il fallait que cela se produise au moins une fois quelque part dans le monde pour qu’on puisse le mettre dans la série. L’aspect médical devait être exact.

    Comment les remous au sein du cast – qui a provoqué des départs plus tôt que prévu d'Isaiah Washington, T.R. Knight et Katherine Heigl – a-t-il affecté les scénaristes ?
    Il est certain que certaines de ces choses ont radicalement changé les projets narratifs. Quand on apprend qu'un acteur quitte la série, et que le scénario est un mariage... Le départ de Katie a changé le cours de l'histoire d'amour d'Alex-Izzie de façon assez abrupte. L'une des choses qui caractérisent le travail à la télévision et le métier de scénariste pour la télévision, c'est qu'il faut pouvoir se retourner. Ce n'est pas nécessaire d'aimer ça, mais il vaut mieux être prêt à tout jeter et à travailler toute la nuit sur une histoire complètement différente au tout dernier moment. Ça, c'est la vérité, c'était le travail. Il y a eu beaucoup de drames. Il y avait beaucoup de drames à l'écran et en coulisses, et les jeunes faisaient pour la première fois de leur vie l’expérience d’une gloire intense. Je pense que beaucoup de ces acteurs, s'ils pouvaient remonter le temps et parler à la personne qu’ils étaient quand ils étaient jeunes, ce serait différent. Tout le monde a mûri, changé et évolué, mais c'était une période intense. Mon travail consistait à faire de mon mieux pour que cela ressemble à une bonne histoire créer intentionnellement.

    En parlant de départ brutal des acteurs, pouvez-vous nous parler du départ de Justin Chambers ?
    Ce n'est tout simplement pas à moi de raconter cette histoire.

    Mais comment avez-vous eu l'idée délicieusement farfelue qu'il a laissé toute sa vie – y compris sa femme, Jo – pour Izzie ?
    Cette idée est née d'une conversation entre scénaristes sur le thème "Quelle est la meilleure façon de dire au revoir à ce personnage ?" Ce qu’on savait, c'est qu’on ne voulait pas le tuer. Jo venait de traverser une énorme dépression suite à ce qui se passe dans l’épisode "Silent All These Years ". Elle venait juste d'en sortir.

    Elle venait de s'en sortir.
    Elle venait de s'en sortir ! Et l'actrice Camilla Luddington avait dû jouer tellement de chagrin. Et Ellen, au cours de sa vie dans la série, a dû jouer tellement de chagrin. Le chagrin est vraiment, vraiment, vraiment dur pour les acteurs. Je comprends que c'est leur travail. Mais quand vous devez jouer un chagrin soutenu épisode après épisode… je n'ai jamais rencontré un acteur qui n’ait pas fait de dépression, parce qu'il doit faire passer ces produits chimiques dans son système. En plus de ne pas vouloir faire subir un deuil prolongé aux acteurs, je ne voulais pas faire subir un autre deuil prolongé aux personnages. Et c'était probablement le plus important. Je ne veux pas que Meredith Grey perde Alex Karev à cause de la mort. Je ne veux pas voir ça ! Je ne peux pas le supporter ! Et je ne voulais pas que le public vive ça. Ce personnage était tellement sacré. Tellement ! Et le chagrin collectif dans ce monde et dans ce pays en ce moment est plutôt intense. Et donc, comment faire disparaître ce personnage ? Eh bien, c’était évident, ils faisaient partie de l'histoire. Jo avait découvert les embryons, c'était une grande peur. Et Izzie avait disparu alors qu'Alex était très amoureux d'elle. C’est vrai, il lui avait dit : "Je mérite mieux que toi", mais c'était à cause de sa douleur. Et c’est une chose qu’on a dû écrire assez vite à l'époque et qui n'était pas tout à fait vrai. C'était comme si on avait dit : "Oh, attendez une minute - il y a un moyen de boucler la boucle". Pour nous, ce qui avait motivé Alex Karev toute sa vie, c'était le désir d'avoir une famille intacte. Un désir de rationalité était un désir de pancakes pour le petit-déjeuner, comme s'il voulait une enfance que sa vie ne lui avait jamais donnée. Et oui, il avait Jo maintenant. Et oui, c'était une belle histoire d'amour. Et oui, pendant de nombreuses années, en écrivant des histoires pour le couple, j'ai cru qu’ils finiraient ensemble. J'ai donc compris pourquoi certaines personnes ont eu l'impression que c'était une trahison par rapport au développement du personnage.

    Oui.
    Mais si vous regardez l'épisode 16.01, Alex a failli ne pas aller chercher Jo à l'institut psychiatrique où elle était allée. Il a failli ne pas aller la chercher ! Les femmes souffrant de crises de santé mentale ont été le fléau de son existence pendant toute sa vie. Pour lui, découvrir qu'Izzie avait ces magnifiques, magnifiques enfants qui étaient les siens, et qu'elle était stable désormais, et qu'il y avait cette ferme et ces enfants et le fait qu'il n'avait jamais, jamais imaginé de sa vie qu'il aurait tout cela, ça ressemblait à une fin heureuse pour ce personnage, même si cela a causé à Jo une douleur énorme. Même si cela a provoqué cette rupture abrupte et choquante. Et une des choses que j'ai connues, auxquelles j'ai cru et que j'ai expérimentées dans ma vie, c'est que parfois une personne vient dans votre vie pour vous aider à guérir. Et une fois que vous êtes guéri, vous ne vous retrouvez plus en cette personne. Alex et Jo se sont tellement soutenus l'un l'autre. Elle est allée se faire hospitaliser et a acquis des capacités d'adaptation qu'elle n'avait jamais eues auparavant. Ils se sont guéris l'un l'autre ! Puis Alex a découvert cette autre chose, et il ne pouvait pas partir. Et c'était vrai. Et c'était juste. Et c'était bien pour nos scénaristes, qui ont aussi grandi avec ces personnages. Ces gens sont réels pour nous aussi. Et c'était comme si nous pouvions dire au revoir à Alex. Et c'est la plus longue réponse que j'ai donnée à ce sujet !

    Oui, à quel point êtes-vous consciente que, après avoir regardé Grey's Anatomy pendant tant d'années - ces personnages sont des personnes dans notre vie ?
    J’en suis très consciente. Je me souviens que lorsque Friends en était à sa dernière année, je parlais de Phoebe, Rachel et Joey à une de mes amies qui n'avait pas regardé la série. Et je l’ai fait pendant un moment. Et ma copine m'a regardée, a incliné la tête en me disant : "Tu comprends que ces gens ne sont pas vraiment tes amis, n'est-ce pas ?" Et je l'ai regardée, et j'ai dit : "Non. C'étaient mes amis. Les personnages de Friends étaient mes amis." Je pense que c'est vrai pour les gens qui ont grandi avec des personnages de télévision qu'ils aiment. J'ai survécu à mon enfance grâce aux livres. Je le pense vraiment. Donc oui, je suis consciente de l'impact que ces personnages fictifs ont sur les fans. Et je ne sais pas s'il y a jamais eu quelque chose de semblable à ces personnages, qui sont à la télévision depuis 17 saisons. Les autres séries qui sont restées aussi longtemps à l'antenne sont plus axées sur la justice. Une des choses qui rendent ces personnages si importants pour les gens, c’est qu’on a avons regardé leur vie, leurs amours et leurs amitiés. On les a vus se marier, divorcer, devenir veuves et avoir des enfants. Cela semble très réel, très puissant et très profond. Et je comprends ça ! source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :