• Patrick Dempsey

    Voila les dernières photos de Daytona. Il y en a plus de 180 ! A voir ICI.

    Ces derniers jours, Patrick est mis à l’honneur par la presse espagnole. Voici encore une interview que je vous ai traduite. Un entretien plein d’humilité et de lucidité.

    Ils l’appellent "le petit ami de l'Amérique", "Dr Macho", et "l'homme vivant le plus sexy dans le monde", mais rien ne paraît impressionner Patrick Dempsey qui n'oublie pas que, jusqu'à ce que soit arrivé Grey’s Anatomy dans sa vie, il était un acteur qui avait du mal à gérer son salaire pour arriver à la fin du mois. Il jouit maintenant de son moment de gloire médiatique sans croire qu'il va être éternel. Il sait que sa gloire est une simple formalité et, après vingt-cinq années dans la profession, il est conscient qu’il devra faire quelque chose qui ressemble à ce qui a ébloui des légions d'admirateurs, qui maintenant n’ont d’yeux que pour lui.
    La renommée est capricieuse et n’écoute pas la raison. Il est aussi attirant et séduisant qu’il y a des années mais le Dr Shepherd a dû arriver dans sa vie pour que la moitié de la planète pose les yeux sur lui. Idole des adolescents dans les années ’80, son nom est maintenant indispensable dans la liste des "beaux, élégants et sexys". Épithètes qui, d’ailleurs, ne lui plaisent pas beaucoup.

    Ces mots sont le reflet de ce que pense la rue.
    Je ne suis pas très d'accord avec cela. Ils sont la conséquence de la célébrité, qui fait que tous vous voient séduisant, sexy, élégant. Et la plupart du temps vous ne l’êtes pas. Je vous assure que, sans le succès dont je jouis maintenant, personne ne ferait attention à moi.

    Plus d'une se retournerait sur votre passage.
    (rires) Parce qu'elles reconnaissent en moi un personnage célèbre, pas parce que je suis un sexe symbole. Cela, nous le laissons à Brad Pitt ou Clooney. Je suis un garçon comme les autres.

    Qui a fait des ravages parmi les adolescentes des années ’80.
    C’est vrai, mais beaucoup d’années ont passé depuis (rires). Durant cette décennie, j’ai participé à plusieurs comédies romantiques qui m’ont donné une certaine importance auprès du public qui aime ces comédies. Cela m’a demandé beaucoup de temps pour retirer cette image d’éternel amoureux.

    Ce ne sont pas de bons souvenirs ?
    En vérité, non, parce que jusqu’il y a très peu de temps, je n’ai pas pu retirer cette étiquette. J’ai eu très dur, je ne vais pas le nier. Il y a des moments dont je me souviens comme les pires de ma carrière, parce que je pensais qu’on ne me donnerait jamais l’opportunité de faire autre chose que ce registre romantique.

    D’autres auraient donné la moitié de leur vie pour être dans votre situation.
    C’est ça qui me différencie des autres (rires). Il est certain que, quand vous commencez dans la profession, c’est difficile d’avoir la chance de choisir ce que vous voulez faire. Pour vous faire remarquer, vous devez accepter ce qu’on vous offre, voila la vérité. J'ai essayé d'être cohérent avec mes principes et ne pas perdre la dignité dans mes choix, mais cela ne veut pas dire que parfois on ne le fait pas à contrecoeur, surtout parce je voulais échapper au stéréotype du "beau garçon". Si vous êtes catalogué, vous êtes perdu ! Par chance, ces années ne m’ont pas trop marqué.

    Etes-vous sorti plus fort de cette période ?
    Sans hésiter. On dit que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, non ? Parce que c’est ce qui m’est arrivé (rires). Je n'oublie pas les castings auxquels je me suis présenté. Ils choisissaient tous ceux qui s'éloignaient, le plus possible, du profil romantique. C’était dur de faire les essais en sachant à l'avance qu'ils n'allaient pas me choisir, mais je devais le faire pour sortir de cette impasse. Je n'avais pas besoin de me prouver que j’avais le potentiel pour le faire, mais bien aux autres et cela a été une rude bataille !

    Et vous avez gagné ! Grey’s Anatomy en est la preuve.
    Avant de faire le casting pour le rôle de Shepherd, je me suis présenté pour interpréter House. De toute évidence, je n’ai pas été choisi (rires).

    Je suppose que vous ne le regrettez pas.
    Restera toujours la question de savoir comment House aurait été si je l’avais interprété, mais je n’échangerais Shepherd pour rien au monde. Le premier jour, ils ont mis le scénario dans mes mains et j’ai su que je devais être dans cette série. Ce sont ces rôles là qui justifient le fait d’être un acteur. Ils valent tous les problèmes.

    Voudriez-vous repasser par tout ça en échange de la reconnaissance dont vous jouissez maintenant ?
    Il est facile de vous dire oui, pas vrai ? (rires) En sachant comment les choses vont maintenant, j’ai un avantage pour vous répondre mais je crois que je voudrais tout recommencer, c’est la vérité. Le bon et le mauvais, les succès ou les échecs ont fait qui je suis aujourd’hui, pas seulement en tant qu’acteur mais aussi en tant que personne.

    Il y a eu des sacrifices en cours de route ?
    il y a eu des sacrifices et aussi des avantages que je n’aurais jamais eus sans ce travail. Je suis de ceux qui voient le verre à moitié plein, parce que le pessimisme n’est pas un bon allié. J’ai laissé derrière moi de nombreux moments de solitude, des crises personnelles pour lesquelles je ne voyais pas d’issue, beaucoup de moments sans les miens auprès de moi, mais j’avais déjà une solution à tout ça. Maintenant je profite de ma famille avec davantage d’intensité. Je savoure avec plus de force chaque moment où elle est avec moi.

    Quand arrive un succès aussi important, est-ce qu’il faut veiller à la stabilité du mariage ?
    Ma femme et moi sommes ensemble depuis de nombreuses années. Elle a été à mes côtés aux moments sensibles de ma carrière, quand c’était difficile de me supporter. Nous avons surmonté ces moments, alors nous sommes prêts pour tout.

    Quel est le secret ?
    Nourrir la relation tous les jours, nous surprendre constamment, nous respecter, parler beaucoup et évidemment nous aimer. Nous nous efforçons de ne pas être un mariage type du monde d’Hollywood. Cela serait une erreur. Nous sommes conscients que cette partie de notre vie, qui est de faire face à la galerie, n'appartient pas seulement à notre intimité. Nous avons eu recours à la thérapie de couple pour trouver la façon correcte der faire face à cette situation.

    Ce n’est pas normal de reconnaitre publiquement que l’on a eu besoin d’aide psychologique.
    Il n’y a pas de raison de le cacher. C’est quelque chose de naturel quand on veut que sa vie fonctionne. C’est une question de cohérence et aussi une preuve d’amour des deux côtés. Nous nous aimons et nous mettons tous les moyens nécessaires pour que cet amour ne s’abime pas. Le quotidien d’un mariage est déjà assez difficile ne pas laisser des éléments extérieurs le mettre en danger. S’il y a un remède, il faut l’utiliser !

    Hollywood est nocif pour la stabilité familiale ?
    Je n’oserais pas l’affirmer à 100% mais quel doute il y a ! Le rythme et le style de vie que nous avons ici ne facilitent pas les choses. J’aimerais pouvoir vivre ailleurs mais ce n’est pas facile de mener une carrière ailleurs qu’ici. Ceux qui peuvent se le permettre sont déjà bien établis et reconnus dans le star system. Pour l’instant, ce n’est pas mon cas.

    Vous aurez le temps quand vous serez à la retraite.
    (Il éclate de rire) J’espère qu’elle est encore loin, bien qu’il y ait des moments ou je ressens un désir énorme de changer de vie et de me retirer de tout ce monde. Donc quand j’arrive à surmonter ce stress, je retombe les pieds sur terre et je réalise que j’en ai encore pour un bon moment ici.

    J’ai le sentiment que l’asphalte n’est pas votre truc.
    Je suis un homme de la campagne, rude et viril (rires). Je suis né dans le Maine et je me suis acheté une maison là-bas. J’ai aussi offert une ferme à ma mère. Je sais que si jamais je vis des moments difficiles et que je n’arrive pas à les surmonter, je trouverai toujours dans la campagne, la paix, la tranquillité et l'harmonie que je veux pour ma famille. J'aimerais que mes enfants grandissent loin de la ville, dans un environnement sain.

    La paternité vous a fait reconsidérer les choses ?
    Être père est la meilleure expérience que j'ai eue dans ma vie jusqu'à présent. Les enfants vous ancrent dans la terre. Ils vous rendent plus conscients de tout. Leur arrivée m’a fait revoir mes priorités. J’ai arrêté de penser à moi pour penser à eux. Le manque de travail m’effraie encore plus. Je crains l’incertitude du futur. Quand on est célibataire et que personne ne dépend de soi, on vit les crises différemment. Maintenant, je veux juste ne pas manquer de travail pour qu'ils aient la stabilité qu'ils méritent.

    Rien ne parait devoir troubler cette bonne période, non ?
    Le monde du cinéma est toujours incertain, même pour ceux qui ont une place privilégiée. On vous évalue sur votre dernier travail et si le succès n’est pas au rendez-vous, il est possible que le téléphone cesse de sonner. C’est ce qui m’angoisse. Maintenant, je ne peux pas me plaindre bien entendu. Mais j’ai peur du futur incertain.

    Pour le moment, c’est tranquille. Vous continuez à tourner Grey’s Anatomy et le cinéma fait sans cesse appel à vous. Avons-nous Patrick Dempsey pour un moment ?
    J’espère que oui, bien que cela ne dépende pas que de moi. Je crois que j’ai une longue carrière devant moi, bien que j’ai mes premiers cheveux gris

    Et cela vous effraie ?
    Dans ma vie personnelle, cela ne s'affecte absolument pas d’avoir des cheveux blancs ou des rides mais, dans les rôles que j'interprète, mes personnages sont très fashion et métrosexuels, donc je ne sais pas si je pourrais avoir des problèmes. La vérité est que moi, je ne préoccupe pas des effets que le temps qui passe laisse sur mon visage.

    Surtout que, cheveux gris ou pas, vous éveillez toujours les passions.
    C’est un effet qui m’importe peu. C’est flatteur pour moi que l’on me considère comme un des hommes les plus sexys dans le monde mais ça ne m’empêche pas de dormir. C’est agréable de croire que, bien que je sois marié et père de famille, je peux susciter des soupirs mais je sais déjà que c’est passager. Demain d’autres viendront qui me mettront à la retraire. C’est la loi de la vie ! Source


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :