• Spoilers

    L’épisode de cette semaine, "The Room Where It Happens", ne ressemble à rien que Grey’s Anatomy a déjà fait !

    Il s’agit d’un "épisode bouteille", ce qui veut dire que l’intrigue se déroule dans un unique et même décor et que le nombre d’acteurs est réduit. Tout se passera dans une salle d’opération avec Meredith, Owen, Stephanie et Richard.

    "En gros, l'épisode est une pièce en un acte, et c'est génial", a déclaré Jerrika Hinton à TVGuide. "C'est la structure de l'épisode en elle-même qui exige plus des acteurs. Parce qu’on tourne les scènes dans l'ordre et parce que c’est du théâtre sur le fond, on doit être animé à chaque moment, et on doit constamment être à l'écoute et constamment se concentrer. Un défi fantastique que j'aimerais avoir plus souvent. Normalement, on tourne une scène de deux pages et on a terminé. Ce n'était pas ça. On a tous été là pendant 12 ou 14 heures par jour pendant huit ou neuf jours... C'était un défi vraiment phénoménal, merveilleux et je souhaite qu’on puisse en avoir plus souvent."

    Alors que le quatuor opère un patient salement amoché, Webber emploie certaines des nouvelles techniques d'enseignement grâce à Eliza Minnick et demande aux médecins de forger un lien personnel avec le patient. Dans l'esprit de Webber, les médecins devraient donner une identité à leurs patients, plutôt que les traiter comme des inconnus.

    "Typiquement dans notre série, le public a l’habitude de nous voir créer un lien avec nos patients, et c'est quelque chose contre laquelle nous luttons d’habitude", dit Hinton. "Dans cet épisode particulier, nous sommes encouragés à nous appuyer sur ça, et c’est intéressant de voir comment ça aide ce cas particulier... L'avantage qu’il y a à encourager ce lien personnel, c’est que ça contribue à réduire fortement le complexe de dieu que les chirurgiens peuvent avoir, et qui est souvent montré dans notre série. Plus vous voyez la personne sur la table d’opération comme un être humain, plus on se bat pour elle, et plus la bataille la concerne, et non pas les prouesses des médecins et leur pouvoir... Concernant la façon dont cela pourrait nuire au processus, c'est plutôt le revers de la même médaille. Plus on considère le patient comme un humain, plus on est associé au résultat. On n’a pas ce sentiment professionnel de... pas nécessairement de retrait, mais de distance. Ça peut donc être difficile de savoir ce qui est prudent dans l’instant présent."

    Tandis que les médecins (et Webber lui-même) suivent les instructions de ce dernier, l’intervention déterre des souvenirs pour chacun d'eux. Sans trop en dire, Meredith se souvient du jour où elle a perdu Derek, nous avons enfin un aperçu d'Owen avec sa sœur Megan et Stéphanie est inondée de souvenirs sur son enfance avec une maladie chronique.

    "Tout le monde dans cet endroit a des fantômes. Chaque chirurgien a des fantômes qui donnent des informations sur la façon dont ils pratiquent", dit Hinton. "Ce que vous découvrez avec Stéphanie, c'est que son fantôme n'est pas une personne distincte, ce n'est pas une entité distincte. C'est elle. C'est cette autre version d'elle, et je trouve que c'est un peu unique. Ça rend ses défis, les choses qui la motivent, un peu plus complexes et un peu plus nuancés, peut-être, que ce qu’on a cru."

    Les scènes se jouent en flashbacks, avec les médecins actuels interagissant avec les fantômes de leur passé. "La façon dont c’est mis en place avec tout un réalisme magique là-dedans, tout le spectacle... être dans la salle et voir les plateaux spéciaux qu'ils ont construit spécifiquement pour ça, le tout était super théâtral", dit Hinton. "Je suis excitée de voir le résultat."

    Et dans le cas de Stephanie, les téléspectateurs verront un côté d'elle qui n'a pas été montré auparavant. "Elle a un éclair de lucidité sur ce qui est en train de se passer probablement, et ses supérieurs ne sont pas disposés à l’entendre" indique Hinton. "Alors, elle doit se battre pour ce patient. C'est une interaction entre les personnages que nous avons l'habitude de voir dans chaque épisode, n'est-ce pas ? Le fait que le chirurgien a une incroyable prise de conscience étonnante et doit ensuite se battre pour ce patient, contre toute attente. Mais elle se bat pour cette version plus jeune d'elle-même."

    Elle poursuit : "Personne n’a pu la défendre comme elle le souhaitait quand elle était enfant. Et maintenant, elle arrive à le faire et elle est obligée de le faire, parce que si ce patient meurt sur la table et que personne ne prend convenablement sa défense, tout se mélange dans des querelles et qui a raison, qui a tort, alors c’est à elle de le faire. C'est peut-être la première fois qu'elle a eu l'occasion de défendre sérieusement quelqu'un et de prendre sérieusement ses responsabilités dans l’issue pour le patient... C'est une responsabilité qu'elle ne prend pas à la légère." source


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 10 Novembre 2016 à 21:58

    Bonsoir à tous, merci pour les dernières informations.

    Je comprends mieux pourquoi on a deux SP se déroulant au bloc.
    Il est vrai qu'avec les épisodes spéciaux on découvre les personnages sous un autre jour mais je ne sais si le fait que l'intrigue ne se déroule qu'à un seul endroit et qu'avec que quelques médecins le public sera intéressé ...
    En général ces épisodes ne fonctionnent bien que lorsqu'un membre du cast original est impliqué directement ou indirectement il y a bien Meredith certes mais je n'ai pas l'impression que son rôle sera prépondérant celle dont le rôle sera le plus important en revanche ce sera la résidente à bien des égards les autres ils seront logés à la même enseigne ...
    Après il faut bien  la mettre en avant elle aussi les autres y ont eu droit alors pourquoi pas elle et on ne peut pas dire qu'elle a été gâtée depuis qu'elle est là ça ne pose aucun souci de ce côté-là mais après je ne sais pas si ça va prendre...

    Par contre ce qui me dérange c'est la façon dont les choses sont présentées :
    En effet on nous dit et on le voit dans les SP que cette intervention se déroule sur fond de tensions alors qu'on ne soit pas d'accord sur telle ou telle procédure je veux bien ce sont des choses qui arrivent mais là on voit bien que ça va plus loin que ça , que ça dépasse le cadre de l'opération elle-même et si en plus de ça on rajoute  les souvenirs qui remontent pour chacun d'eux on ne peut pas dire qu'ils soient véritablement concentrés sur ce qu'ils font c'est assez dangereux je trouve et ce n'est pas très professionnel ils ont un patient sur la table quoi...
    On est en train de nous dire que la seule qui est vraiment concentrée sur qu'elle fait , qui est vraiment là pour le patient en lui-même c'est Stéphanie quant aux autres ils sont présents physiquement mais pour le reste ils sont ailleurs c'est complètement dingue quoi il y a une vie en jeu

    Pour moi ils auraient dû présenter  les choses autrement parce que là je trouve que ça ne le fait pas trop mais ça c'est personnel lol .
    Je veux bien qu'on en apprenne un peu plus et découvre les personnages sous une autre facette  mais il y a façon de faire et façon de faire...
    Bonne soirée à tous.

     

      • Nolcéline 97234
        Jeudi 10 Novembre 2016 à 23:12

        * (...) je ne sais pas si le fait que l'intrigue...

        (...) sur ce qu'elle fait...

    2
    Christine
    Jeudi 10 Novembre 2016 à 22:55

    Cet acharnement à nous imposer Stephanie dans un rôle important alors que, j'en suis certaine, la très grande majorité du public n'en a rien à faire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :