• Spoilers

    L'épisode de cette nuit a été inspiré par une histoire réelle, celle d'une des productrices/scénaristes de la série, Elisabeth R. Finch. Comme Catherine Avery, elle vit avec un cancer. Dans cette interview, elle explique ce qui l'a motivée à écrire cet épisode et pourquoi elle a décidé d'associer l'intervention subie par Catherine avec le décès de Thatcher Grey.

    Pourquoi cette histoire est-elle si personnelle pour vous ?
    Krista Vernoff m'a entendue parler un jour dans la salle des scénaristes de ma haine pour les mots "bataille", "lutte", "gagner", "perdre" face au cancer. A quel point c'est blessant, à quel point cela peut être destructeur pour une personne qui a le cancer. Car, c'ets quoi gagner ? C'est quoi perdre ? Est-ce que ça veut dire que quelqu'un qui est mort du cancer ne s'est tout simplement pas assez battu ? Elle m’a demandé si je pourrais écrire une histoire semblable à la mienne, celle d’une personne qui a le cancer. Quelqu'un qui a une maladie qu’il gère, mais qui a toujours une vie bien remplie, un travail, une famille et des amis. Dans la plupart des histoires sur le cancer, la personne est morte ou guérie. Il n'y a pas d'intermédiaire. Mais je vis entre les deux. Et il y a de plus en plus de gens comme moi, atteints de maladies chroniques, qui cherchent désespérément à se voir représentés à la télévision. J'ai de la chance que Krista ait encouragé cette histoire et qu’une série comme Grey’s puisse suivre Catherine au fur et à mesure de son évolution, dans la prise en charge de son cancer.

    Quelle était la situation avec votre cancer ? Vivez-vous toujours avec ?
    J'ai une petite tumeur à la base de la colonne vertébrale qu'ils ne peuvent ni réduire ni enlever. J'ai un traitement et je fais fréquemment des examens pour m'assurer que la tumeur ne grossit pas. Je suis une personne qui a le cancer et cela pourrait ne jamais changer. Je suis forte. Et compétente. Et la médecine fait des progrès tout le temps, je ne peux donc pas prédire l’avenir. Mais je suis en paix avec mon état actuel, c’est-à-dire une personne handicapée, une personne qu vit avec le cancer.

    Le projet a-t-il toujours été de combiner l'intervention chirurgicale de Catherine avec la mort de Thatcher ? Qu'est-ce que vous avez voulu transmettre dans ces scènes entre Thatcher et Meredith ?
    Krista s'est rendu compte que nous avions deux histoires dans un laps de temps similaire qui traitaient à la fois du cancer et des relations parent-enfant, et il était donc logique de les mettre ensemble. J'étais enthousiaste à l'idée de regarder ces deux familles très différentes côte à côte, l'une qui a des liens incroyables et l'autre qui n'en a jamais eu, mais il y a toujours beaucoup d'amour des deux côtés. Cela m'intéressait aussi beaucoup de présenter deux réalités très différentes du cancer. Catherine et Thatcher ont tous les deux suivi les ordres des médecins et pris leurs médicaments. L'un a vécu. L'un est mort. Quand les gens meurent d'un cancer, la nécrologie dit trop souvent que la personne "a perdu son combat", mais Thatcher n'a pas perdu. Catherine n’a pas gagné. Thatcher est mort. Catherine a survécu. Il n’y a ni victoirer ni défaite, il y a simplement la vie et la mort. Et Thatcher ne perpétue pas la croyance qu’un "bon" malade du cancer "se bat jusqu’au bout". Son traitement a échoué et sans excuses ni honte, il a choisi de mourir chez lui le plus confortablement possible. Il n'y a pas de "bonne" façon de traiter le cancer, mais trop souvent, le récit montre des malades du cancer en train de mourir dans un lit d'hôpital, déterminés à "ne pas abandonner". Je souhaitais raconter une histoire différente. Et, heureusement, les dieux de la programmation nous ont souri et le brillant Jeff Perry était disponible pour tourner cet épisode, ce qui, en tant que fan de longue date de la série avant que je commence à y travailler, est un rêve devenu réalité.

    Pourquoi n'avoir fait qu'un seul épisode ? Car il y avait tant de choses à dire.
    Je suis auteur dramatique et personnellement, j'aime écrire des épisodes qui se concentrent sur une ou deux histoires, de manière à les approfondir le plus possible. Meredith et Thatcher ont un tel passé, ils ont fait tellement de chemin. Et on savait que l'intervention chirurgicale de Catherine allait être énorme. On a vraiment voulu prendre notre temps avec les deux histoires. source

     


  • Commentaires

    1
    Kate
    Vendredi 1er Février 2019 à 12:29
    Ce qu'elle dit sur le cancer et les malades qui en sont atteints et très vrai. Hâte de voir cet épisode.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :