• Spoilers

    L’état de Meredith s’est empiré dans cet épisode. Va-t-elle mourir ? Les producteurs de la série, Meg Marinis et Andy Reaser, évoquent cette éventualité.

    Il y a beaucoup de choses à analyser rien que dans les dernières minutes du final de mi-saison de Grey's : comment va Meredith ? En sortira-t-elle un jour ? Va-t-elle se battre pour vivre ? Va-t-elle retrouver Derek une dernière fois sur la plage ? Si elle survit, à quel point sera-t-elle changée ?

    Alors que ces questions ne font qu'effleurer la surface pour ce qui va arriver (et les réponses ne viendront pas avant mars), Reaser a été rejoint par sa Meg Marinis pour une discussion franche sur le signe troublant du rétablissement de Meredith (et si elle va aller mieux), des indices pour les prochaines apparitions de Patrick Dempsey, des spéculations sur le fait que la saison 17 pourrait être la dernière, des premiers indices sur ce qu’on va voir en mars et bien plus encore.

    Il semble y avoir un niveau d’intensité cette saison en raison du contexte dans lequel l'histoire se déroule. Qu'avez-vous ressenti en tant que scénaristes ? Est-ce que c’est différent des années précédentes simplement à cause des circonstances ?
    Meg Marinis: Oui, c'est vraiment différent pour les scénaristes cette année. J'ai l'impression que nous avons tous ce sentiment… Bien sûr, nous voulons tous raconter de grandes histoires chaque saison, mais cette année en particulier, tout le monde s'enflamme pour les histoires à cause, oui, de ce qui se passe dans le monde. Et à cause de ce qui se passe dans le monde, nous avons tous la passion de raconter des histoires qui trouvent un écho chez les gens avec ce qu'ils vivent dans le monde en ce moment, à cause des circonstances, à cause du COVID, à cause de l'injustice raciale, à cause de l'isolement que nous ressentons tous au quotidien. Je ne peux même pas vous dire à quel point j'étais excitée de revenir travailler avec les scénaristes à la fin du mois de mai, parce que pour moi, c'était comme si je disais "Oh, mon Dieu, c'est normal", parce que je ne les avais pas vus depuis deux mois et que j'étais restée coincée chez moi avec un bambin. Mais aussi, j'ai l'impression que nous avons tous beaucoup plus à dire cette année.
    Andy Reaser: Oui, je dirai que j'ai personnellement beaucoup plus pensé aux personnes que j'ai perdues dans ma vie et à celles pour qui je me fais du souci. À la différence des autres années, c'est certainement la première année depuis que je suis ici que ce n’est pas bizarre que de temps en temps, quelqu'un lance une idée, que d'autres personnes commencent à pleurer et qu’on dise "OK, prenons 10 minutes", parce qu’on doit tous être avec nos émotions, parce que nous parlons de ce que nous vivons en même temps que nous le vivons et c'est très inhabituel.
    Marinis: Je trouve qu'il y a un côté plus brutal.

    Je suis sûr que vous avez beaucoup discuté du fait que Meredith était le personnage qui avait le COVID et qu’elle y faisait face à son rythme, mais le fait qu'elle ait été l’instrument pour que le public ressente cette catharsis émotionnelle a eu un impact. Selon vous, quel a été l’impact de lui faire vivre cette expérience et de lui faire ressentir les choses que beaucoup de gens ressentent ?
    Marinis: Pour la majorité des téléspectateurs, Meredith Grey fait partie de leur vie depuis 17 saisons, voire 17 ans. En tout cas pour moi, j'ai participé à la série - pas tout le temps mais pendant longtemps - et j'ai l'impression que nous avons tous une relation avec elle et j’ai le sentiment que quand quelqu'un avec qui vous avez une relation et qui est tellement aimé traverse quelque chose que le monde entier traverse aussi, vous avez l'impression de vivre la même chose. Et aussi, parce que Meredith traverse cette épreuve, pas seulement lors du premier épisode, elle pratiquait encore la médecine, donc on a en quelque sorte vu ce qu'elle traversait en tant que professionnelle de la santé en première ligne, et je pense que cela a eu un véritable écho chez les fans. La réaction sur Twitter à propos de l'impact de cette situation sur les professionnels de la santé a été impressionnante, mais maintenant que Meredith est dans un lit et que nous avons eu quelques épisodes où elle était sur la plage, elle est aussi un exemple de visite des relations passées et des personnes qui comptent le plus pour elle, avec le COVID et tout ce qui se passe dans le monde en ce moment, dans lequel tout le monde se retrouve.
    Reaser: Ça permet à Meredith de vivre ce que vivent beaucoup de gens qui sont encore physiquement impuissants et qui ne contrôlent pas nécessairement leur destin. Je pense qu'elle déclenche aussi quelque chose dans le public, avec les personnes qui ont le désir d'aider les autres et de faire tout ce qu'ils peuvent pour eux. Meredith est le cœur de la série et elle est tellement aimée. Le compteur d'empathie est poussé aussi haut que possible en lui faisant vivre cette expérience et en faisant en sorte que les gens la voient vivre.

    Dans ce final de mi-saison, Meredith se met en mode héroïne pour sauver un patient et au début, elle semble être en voie de guérison, mais en fait elle est simplement sous l’effet du COVID. Finalement, elle est mise sous respirateur et dans un état bien pire qu'avant. Quelle est la situation pour elle à la fin ?
    Reaser: Ce que je vais dire, c'est que cela vient des très nombreuses conversations que nous avons eues avec le personnel médical et les médecins qui ont été consulté pour la série. On voulait être aussi réaliste que possible dans notre représentation du virus et de ses dangers, et le phénomène qu’on appelle l’heureuse hypoxie est une chose dont nous avons entendu parler encore et encore et encore et encore et on se dit "Oh, nous allons tous mieux", et puis la personne, juste en un clin d’œil, s'effondre complètement. Ce n'est pas quelque chose que nous prenons à la légère et nous ne voulons pas donner l'impression que Meredith s’en sort trop facilement. Le virus laisse tout le monde dans l'ignorance et il est implacable, il va donc falloir être implacable pour le combattre.
    Marinis : Je suis tout à fait d'accord avec Andy. Le moment héroïque de Meredith, nous avions lu quelque part, que les médecins, même hospitalisés, essayaient toujours d'aider les patients du mieux qu'ils pouvaient, même quand ils étaient eux-mêmes des patients, parce qu’ils ont cette vocation et qu’on ne peut pas l’arrêter. Je pense que c'est un peu ce qui se passe dans les conversations de Meredith avec Koracick, qu'ils ont sauvé des vies tout au long de leur carrière. Comment arrêter cette vocation quand le monde autour de vous est en train de s'écrouler ? C'est ce sentiment d'impuissance dont parlait Andy. Elle ne peut pas se sentir impuissante. Elle ne peut pas s'asseoir dans le lit. C’est Meredith Grey. Elle va utiliser toutes ses forces pour aider tout le monde. Nous ne savons pas ce qui va se passer, mais nous espérons qu'elle va se battre. Meredith a déjà fait face à la mort et s'est trouvée dans des situations de mort imminente. Mais cela semble beaucoup plus incertain. Y a-t-il une urgence pour sa mortalité ici, plus que jamais ?
    Marinis: Avec COVID, comme Andy l'a dit, c'est tellement imprévisible. Personne ne peut prédire comment la maladie va évoluer chez une personne en bonne santé ou une personne âgée. Il n'y a aucune cohérence. Et Meredith Grey est une jeune personne en bonne santé, un médecin en bonne santé. Le fait qu'elle en soit arrivée là est super effrayant pour nous tous, en tant que fans et aussi en tant que personnes vivant avec cette maladie. Il y a une urgence parce que c'est le COVID.

    Est-ce exact de dire qu'on va passer plus de temps à la plage parce que Meredith se trouve dans ce purgatoire à la fin de l'épisode ?
    Reaser: On veut dire oui, mais on veut aussi être conscient du fait que nous, très intentionnellement... Je ne sais pas si vous avez compris, mais cet épisode se termine avec la voix off qui commence, mais ensuite ça ne s'arrête pas vraiment. Puis vous entendez la musique et le bruit du respirateur et nous ne sommes pas sûrs, à ce moment précis de la saison, de la capacité de Meredith à s'imaginer sur la plage. Ça reviendra d'une manière qu'elle n'a pas encore, que nous n'avons pas encore vue.

    Krista Vernoff a déclaré qu’on reverra Patrick Dempsey au moins quelques fois. Est-ce toujours d'actualité ?
    Reaser: Je dirai que c'est certainement d’actualité et que c'est certainement prévu, mais je ne veux pas trop en parler parce que je ne veux pas parler de la chronologie.

    Il semble y avoir un sentiment de finalité et de conclusion à travers les scènes de plage avec le retour de Patrick Dempsey et de T.R. Knight. Quelle est la température dans la salle des scénaristes quant à la possibilité que ce soit la fin de Grey's, ou du moins que la série se rapproche de la fin ?
    Marinis: Concernant l’approche de la fin, il y a toujours des théories. Mais j'ai l'impression que nous avons encore un incroyable succès, et nous en sommes très reconnaissants. Mais je dirai qu'en raison des circonstances cette année, on avait écrit chaque épisode – parce qu’on ne savait pas du tout, en fonction des taux de COVID et bien sûr, la production continue, si un jour, ils vont dire qu’on doit arrêter pour des raisons de sécurité – on a écrit chaque épisode comme s'il pouvait être le dernier jusqu'à ce qu’on puisse être diffusé, parce qu’on n’est pas au courant. On fait donc tout ce qu’on peut, du point de vue de l'histoire. Chaque épisode ne se termine pas nécessairement par un cliffhanger, mais chaque épisode a un tel impact émotionnel, pour au moins quelques-uns de nos personnages, que si ça devait être le dernier épisode en dernière minute, ça irait. Les six premiers épisodes en sont un bon exemple. Mais nous avons la chance d'avoir pu continuer à tourner, donc nous aurons d'autres épisodes. Mais quant à la fin, qui sait quand Grey's Anatomy se terminera.
    Reaser: Je ne veux pas trop m'attarder sur les mots, mais il y a une différence entre une fin et la fin. Certains éléments de cette saison comportent une fin.

    Comme vous êtes tous deux dans la série depuis plusieurs années, qu'est-ce que le retour de Derek Shepherd et de George O'Malley a signifié pour vous d’un point de vue personnel ?
    Marinis: Pour moi, c'est très excitant, mais c'est aussi très, très émouvant. J'ai commencé dans Grey's dès la fin de mes études en tant qu'assistante. Je peux vous dire ce que je faisais dans ma vie à certains moments de Grey's Anatomy. Donc, être capable de ramener ces personnages, ça a été très émouvant pour moi, même en dehors de la série. En regardant les scènes avec George avec mon mari, il m’a dit, "Oh mon dieu, c'était ton préféré". Je lui ai dit : "C'est mon préféré. Ne parle pas au passé." Ça m'a aussi rappelé des souvenirs de ma participation à la série, et les gens qui y travaillaient, les membres de l'équipe, ça a été une expérience énorme et pleine d’émotions pour moi, en tout cas. J'ai l'air vraiment ringard !
    Reaser: Je suis seulement dans la série, c'est bizarre de le dire seulement dans la phrase, mais je ne suis dans la série que depuis sept saisons. J'ai commencé l'année suivant le départ de Sandra Oh et l'année où Patrick est parti, donc c'était vraiment bien de le voir revenir. N'ayant jamais travaillé ou écrit pour T.R., c'était vraiment, vraiment spécial pour moi de le voir revenir dans la série parce que c'était tout simplement super. Et je peux vous dire qu'à chaque fois que les scénaristes ont pu voir les images, ils ont pleuré autant que les fans.
    Marinis: En écoutant George parler, ça me fait revenir en arrière parce que je me dis : "Oh mon dieu, tu te souviens quand la vie était plus simple et qu’on ne devait pas faire attention d’avoir tout l’équipement de protection avant de sortir ?" Cela me donne un énorme sentiment de nostalgie et de, je ne sais pas pourquoi j'utilise ce mot, mais cela me donne le mal du pays.

    Une chose que Webber a dite lors de cet épisode et qui m'a vraiment marqué, c'est que le COVID va changer le visage de l'hôpital pour toujours. Et ils vont perdre des médecins uniquement à cause de l'usure mentale, émotionnelle et physique, et ils vont perdre des médecins à cause du virus. Est-ce un signal d'alarme pour la deuxième moitié de la saison ?
    Reaser: Oui. Oui, c'est la réponse. Cela a fait son chemin dans le script avant que nous ayons complètement... cela a commencé à nous sauter aux yeux aussi, car on a réalisé des choses qu’on mettait en place sans même savoir qu’on le faisait. Et Richard Webber est la voix de la raison et il a la plus grande expérience de tous ceux qui sont dans cet hôpital. Et pour lui, donner un avertissement de ce genre, ce n'est pas de la paranoïa.
    Marinis: Oui. Je pense aussi que la santé mentale des médecins et des professionnels de la santé a vraiment été prise en compte dans cet épisode. Évidemment, la santé physique est tout aussi inquiétante. Mais on commence vraiment à voir l'effet de cette maladie sur le bien-être mental des professionnels de la santé. Nous voulons donc absolument le montrer dans nos personnages aussi.

    Koracick lutte toujours contre le COVID et pas à 100 %, mais est-il hors de danger ?
    Marinis: Il est toujours à l'hôpital avec le COVID. Donc, je ne suis pas encore prête à dire qu'il est hors de danger.
    Reaser: Nous aimons notre travail et il faudrait être vraiment bête pour répondre à une question comme celle-là !

    Teddy avoue à Owen qu'Alison est son ancien amour, mais ça ne se termine pas bien. Comment ça va se passer pour eux maintenant ? Que pouvez-vous dire des difficultés qui les attendent ?
    Marinis: Ils ont encore une route fort semée d'embûches devant eux. Cet aveu de Teddy vient de prendre Owen au dépourvu. L'autre chose que je rappelle souvent aux téléspectateurs, c'est que nous sommes dans un délai très court avec ces six épisodes, donc ce n'est pas comme si Owen avait eu beaucoup de temps pour accepter pleinement ce qui s'est passé entre Teddy et Koracick. C'est encore très, très brut pour lui et maintenant, Teddy vient de lui dire ce truc qui l'a complètement époustouflé à cause du temps qu'ils se sont connus et elle n'en avait jamais parlé avant. Ils ont encore beaucoup de choses à régler.
    Reaser: Bien entendu, il a certainement une réaction loin d'être idéale quand une personne vous confie un tel secret douloureux et personnel, mais pour faire écho à ce que Meg a dit, c'est comme si dans l'étendue de cette scène, il n'avait même pas le temps de faire le calcul des 20 dernières années, de ce qu'ils ont vécu et de toutes les implications et conversations qu'ils ont eues et e se faire une idée précise de ce que cela signifie. Il est avec une personne qui croyait faire partie d'un triangle amoureux et que peut-être elle était amoureuse de deux personnes ou qu'elle avait plus de sentiments pour Koracick que pour lui. Alors, c'est complètement une surprise, et ajouter à cela que leur fille porte le nom de cette personne qui était le grand amour de Teddy est vraiment un grand choc.
    Marinis: Il y a beaucoup de choses à analyser.

    Une autre surprise concerne Jo et Jackson. La réaction face à ce couple particulier vous a-t-elle surpris ? Vous penchez-vous davantage sur eux cette saison ?
    Marinis: Oh oui. Je suis sûre qu'il y a des choses sur Twitter que je n'ai pas vues, mais j'ai aussi vu beaucoup de réactions vraiment positives. Ce couple donne de la joie à tout le monde parce que premièrement, c'est tellement inattendu et c'est l'un de ces moments de Grey's pendant ces 17 dernières années que je trouve génial, où on va prendre les deux personnes que vous n'auriez jamais pensé être ensemble et les faire devenir des amis et plus si affinités. Et je pense que cela met un sourire sur le visage des gens. Je pense que, qu'ils les aiment ou non en tant que couple, c'était une surprise, et c'est amusant d'être surpris. Et les gens ont besoin de cette joie. Je pense que le couple, ils sont si drôles ensemble, les personnages, et Jesse et Camilla ont une alchimie comique étonnante. C'est donc très amusant de les voir lire des répliques et jouer ensemble. Cela nous fait sourire, ce dont on avait vraiment, vraiment besoin. Mais comme on dit, c'est un couple amusant, une amitié amusante. C'est donc ce que c'est en ce moment.

    L'histoire du trafic sexuel de la saison dernière revient, et Andrew et Carina décident de suivre la femme qui était responsable de la traite de la patiente d'Andrew l'année dernière. Sont-ils sur le point de se retrouver dans une situation risquée en jouant les détectives amateurs ?
    Marinis: Continuez à regarder.
    Reaser: La saison dernière, on m'a posé plus de questions sur Erin et sur son sort que sur tout ce que les gens m'avaient demandé dans les épisodes précédents, et si on allait revenir avec cette histoire. Et nous avons vraiment senti qu'il y avait plus à raconter dans ce domaine. C'est ce que nous faisons. Et je veux aussi, en quelque sorte, aller dans ce sens, mais je veux saluer Felicia Pride, qui est nouvelle dans notre équipe et qui a écrit cet épisode, et qui a fait un travail phénoménal, phénoménal, et qui a simplement apporté tellement de cœur, tellement d'humour et tellement d'intelligence dans la façon dont elle a conçu cet épisode. Et Pete Chatmon a fait un travail phénoménal en le mettant en scène. Ce n'est pas nécessairement le sujet que les fans vont réclamer à cor et à cri parce que ça ne concerne pas les relations amoureuses, la vie ou la mort, mais je trouve que Kelly McCreary vient de faire un coup de maître dans cet épisode en parlant des dangers auxquels les filles sont confrontées et des conséquences que cela a sur elle, comme nous l'avons vu dans d'autres épisodes. Je pense que sa performance a été merveilleuse. Elle est mariée à Pete Chatmon, le réalisateur, et ils formaient vraiment une merveilleuse équipe. Son regard, lorsque Winston surprend Maggie à la fin, avec de la joie mais avec du chagrin, et à quel point elle a besoin de ça, je trouve ça tout simplement merveilleux. Et nous sommes très, très excités que Winston, joué par Anthony Hill, soit ici en personne et n'ait pas besoin d'être sur un écran d'ordinateur pendant un certain moment.

    Comment décririez-vous le premier épisode de la reprise ? Quelles émotions ou quels sentiments les téléspectateurs devraient-ils être prêts à ressentir quand la série revient ?
    Reaser: C'est Grey’s, donc c'est tout le spectre des émotions. Une des choses qui a été vraiment géniale dans la série, et c'est depuis le début quand Shonda [Rhimes] et Krista étaient là, bien avant nous, que la série a toujours fait un travail incroyable pour équilibrer les extrêmes de ton et d'émotion, au lieu d'être uniforme. Vous pouvez passer d'un moment de joie à un moment de rire, à un moment de chagrin total, à un moment de nervosité. Et nous continuons sur cette voie. Le final de mi-saison est un crossover et je pense pouvoir dire ceci, le premier épisode de la 2e partie de saison en sera un aussi et c'est vraiment passionnant. Je vous dirais c'est excitant et inattendu, et c'est tout ce que Grey's sait faire de mieux. source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :