• Episode 9.03 : Love the One You're With

    Photobucket

    Titre français : Les compromis de la vie

    Scénariste : Zoanne Clark

    Réalisateur : Debbie Allen

    Diffusion Etats-Unis : 18 octobre 2012 sur ABC

    Diffusion France : 23 avril 2014 sur TF1

    Référence titre : chanson interprétée par Stephen Stills

     

    Voix off : Les chirurgiens ne font pas de compromis. Nous défions la mort. Nous surpassons la perfection. Nous opérons pendant 17 heures d’affilée s’il le faut. Nous ne sommes pas faits pour nous aligner mais cela ne veut pas dire que nous ne le ferons pas.

    Le soir est tombé sur Seattle. Derek et Meredith sont dans une salle de réunion de l’hôpital, en compagnie de Callie et d’Owen ainsi que de deux avocats. Celle qui représente les rescapés de l’accident d’avion fait le point sur les conséquences de ce dernier : de multiples fractures à la main et un nerf médian endommagé pour Derek, une fracture ouverte du fémur ayant entrainé une amputation en-dessous du genou pour Arizona, la mort pour Lexie et Mark. Les deux avocats se lancent dans des grandes explications que Derek interrompt pour demander où en est l’enquête. Meredith aussi aimerait savoir quelle est la cause de l’accident. L’autre avocat répond que l’enquête pourrait prendre des années et que c’est pour cette raison que sa compagnie veut les aider à mettre ce drame derrière eux. Sa consœur lui fait remarquer avec ironie qu’il devrait plutôt dire que ce sont ses patrons qui veulent être tranquilles. Il ne relève pas mais annonce qu’il a été autorisé à faire une offre unique. Il tend un papier à Derek en précisant que la Compagnie Bairview Aeronautics prend très au sérieux les pertes qu’ils ont tous subies. Derek consulte le document et échange un regard lourd de sens avec Owen, avant de remettre le papier à Meredith. Pendant que le document passe de main en main, l’avocat de la compagnie explique que cet accord devra être accepté à l’unanimité et qu’en l’acceptant, ils s’engagent tous à ne pas poursuivre la compagnie pour quelque motif que ce soit. Mais selon lui, ce qui est le plus important, c’est que l’indemnité qui leur sera versée va leur permettre de laisser ces moments douloureux derrière eux et d’avancer dans leur vie. 

    Owen a téléphoné à Cristina pour lui révéler les termes de l’accord qu’on lui propose. Elle est impressionnée par le montant de l’indemnité. Owen lui apprend qu’elle n’a que trois jours pour donner sa réponse. Après avoir échangé quelques banalités, il demande à sa femme de le rappeler dès qu’elle aura pris sa décision.

    Meredith et Derek sont dans leur lit, dans la nouvelle maison. Ils parlent évidemment de l’accord qui leur a été proposé. Derek n’est pas certain de vouloir l’accepter. Meredith se demande s’ils ne devraient pas le faire. Derek avoue qu’il ne sait pas quelle attitude adopter. Elle suggère de dormir. Il lui demande si elle veut laisser les lumières allumées ce soir ou s’il peut les éteindre. Elle préfère qu’elles restent allumées.

    Le lendemain matin, Callie parle aussi de l’accord à Arizona. Est-ce que celle-ci réalise ce que cet argent pourrait signifier pour elles, pour Sofia ? Leur fille n’aurait pas à emprunter de l’argent pour faire des études de médecine. Arizona, dont le regard est rivé à l’écran de télévision, ne manifeste aucune émotion particulière. Callie ne se décourage pas. Elle insiste sur le fait que cet argent les mettrait à l’abri toutes les trois. C’est ce que Mark aurait voulu. Mais elle aimerait savoir ce qu’Arizona pense de tout ça. Comme elle avance la main pour écarter une mèche de cheveux du visage de son amie, celle-ci a un mouvement de recul et lui décoche un regard glacial. Cette fois, Callie n’insiste plus. Elle annonce l’arrivée de l’infirmière et demande à sa compagne de se montrer aimable avec cette dernière, de ne pas lui jeter d’objets à la tête comme elle semble l’avoir fait avec les autres. Callie s’en va sans plus oser un geste de tendresse envers Arizona qui s’est à nouveau murée dans son isolement.

    Meredith entre dans la salle des résidents où se trouvent déjà Alex et Bailey. En déposant des dossiers sur la table, elle bouscule quelques objets, ce qui semble déplaire fortement à Bailey. Meredith demande à son ami pour quelle raison une interne vient de lui faire des compliments sur les moulures du plafond de son ancienne maison, qui est censée être vide. Est-ce que cela signifie qu’il dort toujours là bas ? Alex répond que les internes préfèrent coucher avec lui dans la maison plutôt que dans la salle de garde. Meredith trouve ça dégoutant. Elle exige qu’Alex lui rende ses clés. Il ne comprend pas la réaction de son amie, puisqu’elle ne vit plus dans sa maison. Mais il s’incline devant son insistance. C’est alors qu’April fait son entrée, au grand étonnement de Meredith qui lui demande ce qu’elle fait là. April lui apprend qu’Owen est venu lui rendre visite dans sa ferme. Elle était en train de donner leur petit-déjeuner aux cochons, lorsqu’elle s’est retournée. Il était là et il lui a demandé de reprendre son travail. Bailey en reste bouche bée. April comprend qu’Owen n’a pas parlé de son initiative à ses collègues. Meredith et Alex chambrent la jeune femme au sujet de cette visite, lorsque Jackson entre dans la pièce. Il est plus que surpris de découvrir la présence de son amie. Meredith lui annonce qu’Owen a réengagée cette dernière. Alex y va de son commentaire ironique : ils pensent que c’est Owen, mais c’est peut-être Jésus. April ne l’entend même pas. Elle a le regard scotché à Jackson, totalement abasourdie de voir là, puisqu’elle le croyait parti à Tulane. Elle lui en fait la remarque. Aussi embarrassé qu’elle, il lui confie avoir changé d’avis. Ce faisant, il enlève sa blouse, au grand dam de Bailey qui lui rappelle, ainsi qu’aux autres, qu’ils sont titulaires maintenant. On ne se déshabille pas devant tout le monde, comme le feraient des animaux ou des internes. Personne ne veut assister à un tel spectacle. Alex, qui a remarqué qu’April n’arrivait pas à détacher son regard de la magnifique plastique de son camarade, ne se prive pas pour le dire. Gênée, la jeune femme tente de protester mais n’arrive qu’à bafouiller. Le bipeur d’Alex sonne. Il doit s’en aller. Meredith lui emboite le pas après avoir souhaité la bienvenue à April. Bailey enrage parce qu’ils sont partis sans avoir rangé le désordre qu’ils avaient mis. Jackson et April osent à peine se regarder. Jackson finit par lui dire qu’il est heureux de la revoir. Elle répond, toujours en bafouillant, qu’elle aussi est heureuse d’être revenue. Quelque peu déçu par cette réponse, Jackson quitte la pièce. April le suit. Restée seule, Bailey regarde autour d’elle et repère tout ce qui la dérange, le bol de céréales encore plein d’Alex, les vêtements jetés en boule par Jackson, la valise abandonnée par April. Elle confie à Richard qui vient d’entrer qu’elle n’arrive toujours pas à se faire à la présence de ses anciens élèves dans la pièce réservée aux titulaires. Il lui répond que lui non plus ne s’est toujours pas habitué à la voir là. Elle fait une moue dédaigneuse.      

    A la Clinique Mayo, Cristina revient juste de son congé imposé par son supérieur, le Dr Parker. Celui-ci l’accueille par quelques moqueries, comme à son habitude. Elle prétend qu’elle a bien profité de ses quelques jours de repos en allant, comme il le lui avait conseillé, faire un tour au centre commercial, et aussi sur les montagnes russes. Elle a aussi acheté des jeggings (leggings en jeans). Maintenant, elle est prête à reprendre le travail. Parker est persuadé qu’elle lui ment. Selon lui, elle s’est contentée d’aller sur Internet et de faire des recherches sur le centre commercial. Prise au dépourvu, Cristina ne nie pas. Elle répond simplement que maintenant, elle veut vraiment faire partie de l’équipe. Elle a compris la leçon. Aussi est-elle enchantée d’entendre son supérieur l’inviter à remettre sa tenue de chirurgien. Elle ne perd pas une seconde pour lui parler d’une intervention qu’il doit pratiquer et à laquelle elle semble avoir envie de participer. Mais Parker lui coupe la parole pour lui annoncer qu’à partir de maintenant, elle travaillera avec le Dr Thomas, ajoutant qu’il ne croira à son esprit d’équipe que lorsqu’il le constatera. Cristina ne peut que s’incliner.

    Alex arrive aux urgences où Callie lui apprend qu’ils vont devoir s’occuper d’une jeune fille de 16 ans, repêchée dans le détroit à la suite d’un accident de voile. Les deux titulaires, suivis des internes Shane et Josephine, vont attendre l’arrivée de l’ambulance dans la cour. Alex a l’impression que Jo le suit et lui en demande la raison. Apprenant qu’elle est son interne pour la journée, il lui demande son nom. La jeune femme se présente donc. Alex lui confie qu’il aime les filles qui portent un nom de garçon. La remarque amuse beaucoup Shane, ce qui n’échappe pas à Callie. Elle ordonne à son confrère d’arrêter de coucher avec ses collègues de travail. Ça les fout en l’air. Alex lui rappelle qu’ils ont couché ensemble. Elle réplique que maintenant, elle ne couche plus avec des hommes. 

    L’interne Stephanie, qui travaille avec Jackson, décrit le cas de leur patiente, Roxie, une femme de 30 ans, qui est venue pour se faire retirer un excédent de peau résultant d’une perte d’environ 45 kg deux ans plus tôt. Franck, le fiancé de Roxie, croit bon de préciser que cette dernière a perdu exactement 53 kg. Il ne cache pas qu’il est très fier d’elle. Jackson demande à Stephanie si elle a fait le nécessaire pour qu’un médecin vienne examiner l’hernie dont souffre la patiente. C’est alors qu’April entre dans la chambre. C’est elle qui va se charger de la consultation. La gêne s’installe à nouveau entre les deux amis. Comme Jackson annonce qu’il va devoir examiner Roxie pour déterminer l’endroit où il pratiquera les incisions, la jeune femme invite son fiancé à quitter la pièce. Elle ne veut pas qu’il soit présent lorsqu’elle retirera sa robe de chambre. Bien que Franck souhaite tout savoir de l’intervention qu’elle va subir, il finit par accepter devant l’insistance de la jeune femme. Il demande aux médecins de prendre bien soin d’elle, car elle est l’amour de sa vie. April détourne le regard lorsque le couple échange un baiser. Franck a à peine passé la porte de la chambre que Roxie retire son peignoir. Jackson commence à marquer les endroits de son ventre où il va pratiquer les incisions tandis que la jeune femme confie aux médecins que son fiancé est un saint. Cela fait deux ans qu’ils sont ensemble et ils n’ont pas encore eu de relations intimes, parce qu’elle a honte de son corps. Quand ils se font un câlin et que Franck pose la main sur son ventre, elle grince des dents. Cette opération, elle veut la faire pour juste se sentir jolie. April lui assure qu’elle l’est déjà. Jackson demande à sa patiente si elle a encore des questions à lui poser. Elle n’en a qu’une. Combien de temps après l’intervention pourra-t-elle sauter sur son fiancé ? Deux semaines, selon Jackson, et alors, elle et Franck pourront se livrer à toutes les activités physiques qu’ils désirent. Roxie est enchantée. Quant à Jackson et April, ils ne peuvent s’empêcher de se regarder à la dérobée.  

    Callie et Alex viennent d’installer leur jeune patiente, Emery, dans une salle d’examen. Alex invite les internes à découper l’attelle qui est autour de sa jambe afin qu’ils puissent constater l’étendue des dégâts. L’adolescente panique parce qu’elle ne sent plus son pied. Callie l’invite à leur expliquer comment s’est déroulé l’accident. Emery raconte donc qu’une énorme vague a projeté le mât de son voilier sur sa jambe. Ensuite, le bateau s’est retourné. Elle n’arrive pas à croire qu’elle l’a perdu. Comme elle recommence à parler du manque de sensation dans son pied, Callie lui demande s’il y avait d’autres personnes sur le bateau. Emery répond qu’elle faisait un voyage en solo du Mexique jusqu’en Alaska. A ce moment là, les internes poussent un cri d’effroi. Ils viennent de découvrir le pied de la patiente. Evidemment, cela ne rassure pas celle-ci qui les presse de questions. Callie, qui a constaté d’un seul coup d’œil l’importance des dégâts, tente de la rassurer. Tout va bien. Lorsqu’elle lui demande où sont ses parents, la jeune fille lui rappelle qu’elle a navigué en solitaire. Elle n’a donc pas besoin d’attendre ses parents pour affronter la vérité. Callie lui avoue alors qu’ils ne vont peut-être pas pouvoir sauver son pied. La blessure est grave et le sang ne circule plus dans le membre. Catastrophée, la jeune fille se met à crier. C’est alors que Jo constate avec stupéfaction qu’elle parvient à bouger les orteils.

    Alors qu’Emery est emmenée en salle d’opération, Jo presse Callie de questions. Si la patiente arrive à bouger son pied en charpie, cela veut dire que les nerfs du tibia sont intacts ? Est-ce que ça veut dire aussi que le pied va pouvoir être sauvé ? Callie répond qu’ils ne le sauront qu’une fois au bloc, quand ils auront fait des examens et pu évaluer correctement les dégâts. Shane annonce qu’il a réussi à joindre les parents de l’adolescente. Callie le félicite et lui propose de participer à l’intervention. Le jeune homme accepte avec enthousiasme. Le convoi entre dans l’ascenseur. Alex repousse Jo, prétextant avoir besoin d’elle pour s’occuper des soins pré et postopératoires de ses autres patients. Jo réplique qu’elle avait espéré pouvoir participer à l’intervention, étant donné qu’elle a été celle qui a vu les orteils bouger. Callie guette la réaction d’Alex qui ne répond pas à l’interne. Celle-ci comprend alors qu’il n’y a plus rien à faire. Une fois les portes de l’ascenseur refermées, Callie fait gentiment la leçon à Alex. Il aurait dû laisser Jo assister à l’intervention. Cette fille est pleine d’enthousiasme et Callie aime ça. Elle apprécie que les gens la regardent comme si elle savait plein de choses. Jo a presque couiné quand elle l’a entendu dire qu’il faudrait faire des examens complémentaires. Alex assure qu’il peut couiner aussi, si ça peut lui faire plaisir. Callie réplique que ce commentaire est inapproprié mais elle a entendu dire que c’était devenu sa spécialité.

    A Mayo, Cristina examine un patient, Mr Patel, quand l’épouse de celui-ci entre dans la chambre en claironnant qu’elle a apporté son plat préféré, un gratin de pommes de terre à la viande. Elle n’est pas la première à avoir eu cette idée, une autre femme lui a apporté la même chose. Cristina met immédiatement les choses au point. Mr Patel a des problèmes cardiaques. Il ne peut donc pas prendre ce genre de repas. Un enfant tente de l’amadouer, en invoquant le fait qu’il s’agit du dernier repas du patient. Elle réplique qu’on donne un dernier repas à celui qu’on va tuer et ce n’est pas ce qu’elle a prévu de faire. Le Dr Thomas apparait à la porte de la chambre et fait signe à Cristina de le rejoindre. Il est accueilli par la famille du patient avec de grands sourires. En dehors de la chambre, il informe sa collègue qu’il vaut mieux ne jamais se trouver dans la chambre de Mr Patel durant les heures de visite. Ils discutent ensuite de la procédure qu’il a prévu pour le patient. Evidemment, ils ne sont pas d’accord, Cristina estimant que la procédure préconisée par son supérieur est trop compliquée et fait courir un risque inutile au patient. Des gens meurent au cours de ce genre d’intervention. Thomas assure que ce n’est jamais le cas quand c’est lui qui la réalise. Cristina n’insiste pas même si elle en meurt d’envie.

    Derek et Meredith passent la soirée chez eux. Meredith, qui est en train de ranger les jouets de Zola, se demande comment un aussi petit être peut mettre autant de désordre. Derek, lui, est préoccupé par un tout autre sujet, toujours le même. Doivent-ils ou non accepter l’arrangement que la compagnie d’aviation leur a proposé ? Cela représente beaucoup d’argent. Avec cela, ils pourraient arrêter de travailler et voyager pour montrer le monde à leur fille. L’idée amuse Meredith. Tout ce que Zola a envie de voir pour le moment, c’est le parc avec l’étang dans lequel vit la tortue. Derek en conclut que sa femme ne veut pas de l’arrangement. Ce n’est pas ce qu’elle a voulu dire. Elle sait que refuser l’accord signifie des années de procès et des milliers de dollars dépensés pour avoir des réponses. Ce n’est pas ce qui va ramener Mark et Lexie. Voyager à travers le monde lui semble plus intéressant. Derek lui donne raison. Avec un petit sourire espiègle, elle lui fait remarquer que leur fille dort et que tout ce qu’ils trouvent à faire, c’est discuter. Derek reçoit le message cinq sur cinq. Coincés entre le canapé et la table de salon, ils s’allongent tant bien que mal au milieu des jouets. Meredith éclate de rire lorsque Derek fait couiner un animal en plastique. Ensuite, elle pousse un petit cri parce qu’un lego lui a fait mal à la jambe. Derek l’exhorte à se faire plus discrète. Il ne faudrait pas que Zola se réveille.

    April entre dans la salle où elle a laissé sa valise. Elle est désagréablement surprise d’y trouver Jackson qui est en train de faire des recherches sur un ordinateur. Pour se donner une contenance, tandis qu’elle prend sa trousse de toilette dans la valise, elle demande à son camarade des précisions sur les incisions qu’il compte faire sur Roxie. Jackson, qui remarque alors la valise ouverte sur le sol, fait semblant de rien et lui donne les explications voulues via un schéma qu’il lui fait voir sur l’écran de son ordinateur. Elle le remercie et s’apprête à sortir de la pièce lorsqu’il la retient pour lui demander si elle dort ici ou dans un hôtel. Elle ne peut nier l’évidence et avoue qu’elle compte dormir à l’hôpital, jusqu’à ce qu’elle ait trouvé un endroit où vivre. Mal à l’aise, Jackson s’excuse à demi-mots de ne pas l’avoir appelée. S’il ne l’a pas fait, c’est parce que… Elle l’interrompt pour lui dire qu’elle est en train de se revirginiser. Comme Jackson semble ne pas comprendre, elle lui explique que cela veut dire qu’elle prie beaucoup. Elle en a eu tout le temps quand elle était rentrée chez elle. Elle passait son temps dans sa chambre, à fixer le poster des NSync, et elle s’est adressée à Justin Timberlake comme s’il était Jésus. Elle en a parlé à son pasteur qui lui a dit que ça n’était pas un problème, l’important étant qu’elle continue à communiquer avec le ciel. Jackson veut intervenir mais elle ne le laisse pas parler. Elle a l’impression d’avoir une seconde chance. Elle ne pensait pas y avoir droit mais Owen est venu jusque chez elle pour lui rendre son travail. Cela lui est apparu comme le signe qu’elle devait s’engager à nouveau envers Dieu. Il lui accorde son pardon et elle a droit à une seconde chance. Oui, un nouveau départ, avec toutes ses anciennes erreurs effacées, une ardoise propre en quelque sorte. Maintenant, elle est… Jackson lui coupe la parole. Elle est vierge à nouveau, dit-il, sans cacher que tout ce qu’il a entendu l’a blessé, parce que pour lui, en disant cela, April cherche seulement à faire comme s’il n’y avait rien eu entre eux. Elle proteste mollement. Ce n’est pas aussi simple que ça. Cette fois, Jackson ne l’écoute plus et quitte la pièce. April s’en va de son côté, sans réaliser que Bailey, qui était allongée dans un canapé, a tout entendu de leur conversation. Son air excédé en atteste.  

    A Mayo, Cristina ne peut éviter le Dr Parker qui lui demande, avec son ironie habituelle, comment se porte la grande chirurgienne de Seattle ce matin. L’intéressée prétend qu’elle a la pleine forme. Parker n’est pas dupe. Selon lui, il est un expert pour interpréter les expressions du visage et celle de Cristina lui dit que… La jeune femme lui coupe la parole. Mayo est un des meilleurs centres cardiothoraciques du pays. Elle est venue ici pour pratiquer avec lui des interventions avant-gardistes, et non pas des opérations dépassées avec le Dr Thomas. Voila ce qui dit son visage. Pour une fois, Parker ne la rembarre pas. Selon lui, tout le monde a besoin de s’adapter. Il lui conseille de continuer à travailler avec le vieux Thomas et de ne pas s’impatienter, et très bientôt, elle le rejoindra au bloc. Cristina veut savoir si le cas sera intéressant. Elle n’en croit pas ses oreilles lorsqu’il lui confie qu’il va pratiquer une annuloplastie mitrale avec déplacement du muscle papillaire postérieur. Il lâche une plaisanterie qui ne fait pas rire Cristina, bien qu’elle prétende le contraire. Parker reprend son ton moqueur pour demander que la grande Dr Yang lui fasse un énorme sourire qui bouleverse son visage. Cristina s’exécute bon gré mal gré. Parker la complimente. Elle a un très joli sourire.    

    Bailey fait part de son indignation à Richard, devant le tableau du planning des opérations. April vient à peine de revenir et elle va déjà opérer une hernie ombilicale. Comme Richard ne semble pas partager sa colère, elle lui rappelle que la jeune femme a raté ses examens. Et elle a été renvoyée, deux fois ! Ça fait des mois qu’elle n’a plus mis les pieds dans une salle d’opération. Ce qui y ressemblait le plus à Moline, c’était sans doute le cabinet du vétérinaire pour grands animaux. De plus, April a l’esprit occupé par bien d’autres préoccupations, des choses auxquelles Bailey ne veut même pas penser. Richard lui demande ce qu’elle compte faire. Retirer l’intervention à April pour la pratiquer elle-même ? Bailey trouve cette idée ridicule. Ce qu’elle va faire – et elle brandit un post-it sous le nez de Richard - c’est trouver un babysitter pour April.

    Elle entre dans la salle des titulaires et commence à coller un peu partout des post-it, mentionnant divers rappels et recommandations telles que "ceci est un espace public", "videz votre saleté de nourriture", "ce n’est pas ton vestiaire" et enfin "ce n’est pas ton lit" qu’elle va coller avec vigueur sur le front d’Alex, qui dormait dans le canapé. Pendant ce temps, Meredith discute avec Cristina via sa tablette. April en profite pour saluer son ancienne collègue. Meredith annonce la grande nouvelle à son amie : April est de retour. Cristina était déjà au courant. Elle sait qu’Owen s’est rendu à la ferme. Meredith comprend que le couple a repris contact. Cristina confirme que son mari lui a téléphoné pour l’informer des clauses de l’accord proposé par la compagnie d’aviation. Jackson entre dans la salle et prend des nouvelles de Cristina. Elle lui avoue qu’elle est sur le point de commettre un meurtre. En reprenant le sac de sport qu’il avait déposé sur la table, Jackson renverse une tasse de café sur April. Au lieu de lui présenter ses excuses, il conseille à la jeune femme de faire comme si cela ne s’était pas passé. Bailey termine sa tournée des post-it en en collant un sur l’écran de la tablette de Meredith, pour demander à cette dernière de surveiller April pendant son intervention. Evidemment, Cristina veut savoir ce dont il est question. En montrant le bout de papier à son amie, Meredith permet à April de le lire. La jeune femme proteste. Elle est tout à fait capable d’opérer une hernie toute seule. Bailey ne répond pas et sort de la salle. Cristina rappelle à April que ces derniers temps, elle n’a travaillé qu’avec des cochons. Sans doute Bailey a-t-elle peur qu’elle ne confonde son patient avec un porc et qu’elle ne l’abatte par habitude. April, qui goûte peu la plaisanterie, préfère s’en aller. Meredith demande à Cristina ce qu’elle pense de l’accord proposé par la compagnie d’aviation, et ce qu’elle compte faire. Cristina n’en sait rien. Elle se ralliera à l’avis des autres rescapés. Maintenant, elle sait jouer en équipe. Meredith ricane. Apparemment, elle aussi.  

    Callie et Shane annoncent aux parents d’Emery qu’ils ont été capables de rétablir la circulation du sang dans le pied de la jeune fille et que donc, il y a de grandes chances pour que celui-ci soit sauvé. Bien sûr, le processus de guérison sera long mais la jeune fille a du caractère. Emery demande à ses parents de s’approcher de son lit. Elle leur montre sur l’écran de son ordinateur portable la photo d’un voilier. Des personnes, qui ont entendu parler de son accident, vont le lui offrir. Son père tempère son enthousiasme. Il vaudrait mieux attendre de savoir ce que Callie a à leur dire. Mais Emery ne l’écoute pas. Si elle sort de l’hôpital dans les deux semaines à venir, elle pourra reprendre la course. Callie réplique qu’elle pourrait même être sortir dans une semaine, si on choisit d’amputer son pied. Emery est interloquée. Callie se radoucit. Elle peut rendre toutes les fonctions à son pied mais cela va nécessiter toute une série d’interventions assez lourdes qui s’étendront sur plusieurs mois. Cela veut dire aussi qu’Emery devra ménager son pied pendant toute cette période. L’adolescente se range à son avis. Callie demande aux parents de signer les documents l’autorisant à pratiquer la première intervention. Comme le père hésite, c’est la mère qui appose sa signature. 

    Callie est à peine sortie de la chambre de sa patiente que Jo lui tend une tasse de café. Pendant que la chirurgienne consulte un ordinateur, l’interne la complimente sur son beau sourire, ainsi que sur ses yeux. Elle enchaine en lui proposant d’aller boire un verre ou diner dans un resto mexicain. Callie, qui n’est pas dupe, l’interrompt. Elle pourrait trouver ce petit flirt sympa si Jo était attirée par les femmes, mais elle est certaine que ce n’est pas le cas parce que la jeune femme semble terrifiée à l’idée que son invitation puisse être acceptée. Est-ce que Jo se rend compte qu’elle est en train de titiller un ours excité ? Qu’est-ce qu’elle ferait si l’ours disait oui ? Ou bien est-ce qu’elle serait en train de troquer ses faveurs sexuelles contre quelque chose ? Callie prétend ne pas comprendre ce que la jeune femme attend d’elle, alors elle compte sur elle pour être plus claire. Jo ne se fait pas prier et avoue qu’elle veut participer à la prochaine intervention de Callie. Celle-ci lui fait la leçon. A) on ne troque jamais du sexe contre le droit d’assister à une intervention parce que c’est dégoutant ; on garde ça éventuellement pour avoir l’opportunité de pratiquer soi-même l’opération. B) Jo donne le café à la mauvaise personne. Callie hèle Alex qui passe dans le couloir et lui dit que son interne a apporté du café pour lui. Pendant qu’il boit, Callie fait un signe à Jo l’encourageant à parler. Jo demande donc à Alex s’il accepte qu’elle participe à sa prochaine intervention. Il refuse. Par contre, il veut bien qu’elle lui apporte un autre café. Callie fait une grimace avant d’inciter la jeune femme à faire ce qu’Alex lui dit.

    Jackson, April et Meredith sont en train d’opérer Roxie. Jackson continue de faire sentir à son amie à quel point il a été blessé par ses propos. Et s’ils prétendaient que la patiente n’a jamais eu d’hernie ? Alors April ne devrait pas l’opérer. Agacée, la jeune femme l’accuse de ne pas écouter ce qu’elle dit. Elle ne prétend pas qu’il ne s’est rien passé. Cela s’est passé, elle le sait. Mais maintenant, elle veut nettoyer son ardoise. En faisant comme s’il ne s’était rien passé, insiste Jackson. Meredith, qui avait tenté à plusieurs reprises de s’immiscer dans la conversation, réussit enfin à se faire entendre. Mais que diable s’est-il passé ? Rien, crient les deux amis en chœur. Meredith les regarde plus attentivement. Elle surprend quelques échanges de regards gênés, elle les voit baisser la tête et éviter de la regarder. Elle n’a pas besoin de plus d’explications pour comprendre quel est le problème. Elle semble catastrophée. 

    Derek est dans une salle d’examen. Il fait travailler sa main en serrant des balles anti stress. Il semble perdu dans ses pensées, tourmenté. Un peu après, il rejoint Richard qui s’apprête à entrer en salle d’opération. Il lui demande s’il se souvient du cas de Donna Drake, il y a six ans environ, une mère de jumelles. Richard s’en souvient parfaitement. Comment oublier ce cas ? Derek aimerait savoir à combien s’est élevée l’indemnité que l’hôpital a versé à la famille. Richard ne se souvient plus du montant exact mais il sait que cela représentait énormément d’argent, le dédommagement le plus important qu’il ait connu. Derek suppose que si l’hôpital a payé une telle somme, c’est parce que la responsabilité de la mort de la patiente incombait au personnel. Richard confirme. C’est ce qui se fait toujours en pareil cas. Plus grande est la faute, plus important est le dédommagement. Les questions de Derek lui font supposer que celui-ci s’est vu proposer une importante somme d’argent pour compenser l’accident d’avion. Derek répond par l’affirmative. Il est évident que cette conversation avec Richard lui a fait comprendre pas mal de choses.

    Owen téléphone à Cristina tout en soignant une patiente. Cristina suppose que lors du rendez-vous prévu le lendemain avec les avocats, chacun va communiquer sa décision au sujet du dédommagement proposé et qu’après, tout sera terminé. Alors, elle a décidé de se rallier à la décision de ses camarades. Owen en prend acte. C’est Cristina qui relance la conversation. Sur un ton guilleret, elle raconte à son mari que la femme qui est chargée à Mayo de lancer les appels a une voix particulièrement nasillarde, au point qu’elle n’arrive pas à la comprendre. C’est comme si cette femme parlait une langue étrangère. Elle aimerait qu’Owen puisse l’entendre. D’ailleurs, s’il patiente quelques secondes, elle va sûrement pouvoir lui faire écouter un de ces appels. Les secondes s’écoulent dans le silence le plus complet. Tout à coup, Owen sourit.

    Meredith et April se lavent les mains après l’opération de Roxie, lorsque Jackson les rejoint. April s’en va, comme si elle ne supportait pas la présence de son camarade. Meredith prend une serviette pour frapper sur la tête de Jackson. April était vierge, lui rappelle-t-elle. Et il l’a profanée ! Elle lui donne un autre coup de serviette. Il lui ordonne d’arrêter sinon il va se défouler sur elle. Meredith semble le défier du regard. Il invoque le fait que lui et April sont deux adultes. Il refuse qu’on dise qu’il l’a manipulée. Il ne l’a pas salie ou piégée. Il ne lui a pas pris sa virginité. Elle la lui a donnée. Le problème n’a rien à voir avec ce qu’il lui aurait fait, mais avec le fait qu’elle n’assume pas ce qu’ils ont fait ensemble. Alors elle prie… Justin Timberlake apparemment. Donc, lui est fâché et c’est un peu le bordel entre eux. Meredith arbore un sourire un peu nostalgique. Donc Alex est redevenu un queutard maladif et April n’est plus vierge. Il semblerait qu’elle ait manqué beaucoup de choses avec cet accident d’avion. Oui, beaucoup de choses, approuve Jackson avant de lâcher que le chef s’est tapé sa mère. Meredith est horrifiée. Quoi ? Owen a couché avec… Jackson la reprend aussitôt. Non, c’est le Dr Webber qui a baisé sa mère. Meredith semble soulagée mais fait semblant de prendre part à la peine de Jackson. Si ça peut l’aider, Richard a couché avec sa mère aussi. Elle obtient l’effet contraire. Jackson se sent encore plus mal.

    Callie opère Emery en compagnie de Shane et d’Alex. Après avoir jeté un regard en direction de la galerie, elle demande à Alex de laisser Jo les rejoindre, ne fut-ce que pour un petit moment. Le regard mauvais, Alex ordonne à son interne de retourner s’occuper de ses patients. Une fois que la jeune femme a quitté la galerie, Callie demande à Alex quel est son problème. Il répond qu’il a quarante patients dans son service. Le nouveau titulaire en pédiatrie est un imbécile. Alors tant qu’Arizona ne sera pas de retour, il a besoin que ses internes travaillent.  

    Derek, Meredith, Callie et Owen se sont à nouveau réunis pour prendre une décision commune quant à l’accord qui leur a été proposé par la compagnie d’aviation. Callie donne ses arguments. Sa femme est handicapée. Le père de sa fille est décédé. Rien ne pourra réparer cela mais au moins l’argent qu’on va leur donner paiera la rééducation d’Arizona et cela mettra leur petite fille à l’abri, la fille de Mark, ajoute-t-elle à l’intention de Derek. C’est une très importante somme d’argent qu’on leur propose, de celles qui peuvent changer la vie. Meredith traduit la pensée de Callie : donc, ils devraient accepter cet argent. Callie réplique qu’elle dit simplement qu’on ne tourne pas le dos à une telle somme. Elle cherche des yeux l’assentiment d’Owen. Celui-ci répond qu’il est toujours en train de discuter du problème avec Cristina mais il pense qu’elle aussi a envie d’accepter le dédommagement. Callie se tourne vers Meredith qui, sans trop de conviction, rejoint l’avis de ses camarades. Pleine d’espoir, Callie demande l’avis de Derek. Que pense-t-il de tout cela ? Il sait que leur décision doit être unanime, n’est-ce pas ? Derek échange un regard avec son épouse. Il ouvre la bouche pour parler mais se tait, jusqu’au moment où prenant une grande inspiration il déclare qu’ils ont jusqu’au lendemain pour prendre leur décision.  

    A Mayo, Cristina assiste à l’intervention pratiquée par le Dr Thomas. Celui-ci lui annonce qu’il a fait des recherches sur elle dans Google. Eh oui, il sait comment ça marche, même s’il est vieux. Donc il l’a googlée et c’est ainsi qu’il a appris qu’elle avait été victime d’un accident d’avion. Cristina se raidit imperceptiblement. Comme Thomas insiste pour qu’elle lui réponde, elle lui dit qu’elle préfère parler de médecine. Il lui demande de faire attention à la façon dont il va suturer le cœur du patient. Il est certain que Cristina est impressionnée par sa méthode, c’est juste qu’elle est trop fière pour l’admettre. C’est pourtant ce qu’elle fait. Elle ne croyait pas que c’était possible. Elle avait déjà essayé de suturer le myocarde avec un fil synthétique mais cela n’avait pas tenu. Thomas lui révèle son astuce : utiliser une double couche de fil zéro vicryl. C’est sa signature. Il est le seul chirurgien à procéder de cette façon dans tout le pays. Il a dédié sa vie à cette technique. Il ne rentre pas chez lui pour retrouver sa famille. Il rentre chez lui pour penser, dans son lit, à sa technique. Et Cristina, quelle est sa signature ? La vie est courte, elle l’a vu par elle-même. Alors, elle devrait s’en trouver une au plus tôt. Il attire ensuite son attention sur le fait que s’il avait appliqué la technique à laquelle elle tenait tant, le patient serait mort en attendant une greffe de cœur qui ne serait jamais arrivée. Maintenant, il a une chance de vivre.

    Callie est chez elle. Elle et Arizona dinent, chacune installée à une petite table. Arizona, qui tourne quasiment le dos à sa compagne, chipote dans son assiette. Callie tente désespérément de nouer le dialogue en lui rappelant que la réunion concernant l’accord avec la compagnie d’aviation, est prévue pour le lendemain, à 20h. Est-ce qu’elle va y assister ? Arizona répond du bout des lèvres que puisque Callie y sera, sa présence n’est pas obligatoire. Callie réplique qu’elle y sera pour parler au nom de Mark qui ne peut plus s’exprimer. Elle insiste donc pour qu’Arizona assiste à la réunion et donne son avis. Elle, elle n’était pas dans l’avion. Elle estime ne pas pouvoir prendre ce genre de décision à la place de sa compagne. Arizona lui rappelle froidement qu’elle n’a pas eu autant de scrupules quand il a fallu prendre d’autres décisions à sa place. Alors, quelle est la différence maintenant ? Callie n’est-elle pas rôdée à ce genre d’exercice ? Excédée, Callie se lève. Arizona l’invite à répéter ce qu’elle a dit. C’était vraiment parfait. "Ce n’est pas une décision que je devrais prendre pour toi." Callie lui demande d’arrêter. Mais Arizona la poursuit dans sa chaise roulante lui ordonnant d’une voix de plus en plus forte de répéter cette fameuse phrase. "Ce n’est pas une décision que je devrais prendre pour toi… alors que j’ai décidé de te couper un membre" ajoute Arizona avec cruauté. Callie s’emporte à son tour. Très bien. Arizona ne doit pas assister à la réunion. Elle prendra toutes les décisions. Et elle va accepter l’arrangement, pour Sofia, parce que Mark aurait voulu que sa fille reçoive cet argent. Les éclats de voix ont réveillé l’enfant qui se met à pleurer. Arizona riposte que Mark aurait voulu que Callie aille prendre sa fille quand elle pleure. Elle suppose qu’il doit être assez déçu maintenant par son comportement, comme tous les autres. Callie ne relève pas cette ultime méchanceté. Elle se rend dans la chambre de sa fille.  

    Le matin du troisième jour se lève sur Seattle. Derek est installé sur sa terrasse. Il est toujours aussi pensif.

    Cristina raconte à Meredith l’expérience qu’elle a vécue la veille en salle d’op’, avec le Dr Thomas. C’était génial ! Meredith lui demande avec un petit air dégouté si elle a couché avec lui. Cristina proteste. Thomas a au moins 100 ans ! Meredith en profite pour lui annoncer le scoop de la semaine : April et Jackson ont couché ensemble ! Cristina n’en revient pas. April l’a fait ? Meredith confirme, avant de préciser que maintenant, April ne veut plus recommencer. Ardoise propre. Revirginisation. Cristina n’en croit pas un mot. Jackson n’a qu’à parler et April ne sera plus capable de penser comme il faut.

    Les intéressés sont dans la chambre de Roxie. Jackson s’apprête à montrer à sa patiente le résultat de l’intervention, la prévenant tout de même que la peau de son ventre est encore fort gonflée et pleine d’ecchymoses. Roxie est ravie de découvrir que son ventre est devenu plat. Il n’y a plus rien à pincer. Jackson et April échangent un regard. Franck, le fiancé, fait irruption dans la chambre. Il aperçoit sa fiancée devant le miroir et comprend qu’elle a ouvert sa robe de chambre pour s’examiner. Il détourne rapidement les yeux et s’excuse. Mais pour une fois, Roxie ne s’offusque pas, ce qui incite Franck à s’approcher d’elle. Elle se tourne vers lui et lui prend la main pour la poser sur son ventre. Franck est ravi de ce premier geste d’intimité. L’intensité du regard que Jackson pose sur April trouble celle-ci au point qu’elle prend la fuite. Jackson résiste à l’envie de la suivre.  

    Jo informe Alex de tous les soins qu’elle a dispensés à ses patients. Elle s’est également occupée des analyses qu’il avait demandées et elle a complété ses dossiers. Au lieu de la remercier, Alex lui reproche d’avoir oublié une consultation pour un de ses patients. L’interne se met à pleurer, ce qui met Alex mal à l’aise. Jo lui présente ses excuses. Elle ne peut pas croire qu’elle ose pleurer devant son patron. Elle essaie de le convaincre qu’elle n’est pas la personne qu’il voit devant lui pour le moment. D’habitude, elle ne rate rien. Elle a été major de sa promotion au lycée, diplômée avec mention de Princeton, première de classe à Harvard. Comment est-il possible qu’elle soit devenue la plus looser des internes ? Elle a foiré l’appendicectomie avec Meredith. Elle est tellement stupide qu’elle a réussi à énerver Alex. Celui-ci s’adoucit. Elle est stupide parce qu’elle est une interne. C’est en se trompant qu’on apprend. Et pour info, elle ne l’a pas énervé. S’il a été désagréable avec elle, c’est parce que Callie lui a dit de ne pas flirter avec elle, parce que peut-être il aurait couché avec certaines internes. Jo est au courant. Elle connait toutes les conquêtes d’Alex. Il y a eu Heather, Leah, Susan, Stacey, Tina, Irene. Elle le rassure. Elle n’éprouve aucun intérêt pour lui justement parce qu’il a baisé toutes ses copines. Vexé, Alex préfère s’en aller. Jo est prête à pleurer à nouveau lorsqu’il lui dit qu’il l’attend demain à 8h pour une intervention. Qu’elle ne soit pas en retard !

    Callie croise la mère d’Emery et la rassure sur l’état de santé de sa fille. Celle-ci a promis de se tenir tranquille jusqu’au prochain examen. La mère lui apprend qu’Emery joue la comédie. Une société de navigation lui a fait don d’un nouveau bateau et elle l’a accepté. Elle montera à bord dès que Callie la laissera sortir de l’hôpital. Emery a toujours été comme ça, entêtée et indépendante. Callie tente de faire comprendre à la mère que si Emery reprend ses activités avant que son pied ne soit complètement guéri, elle va le perdre. La mère lui suggère alors de garder sa fille à l’hôpital, en prétendant qu’elle doit y rester pendant sa convalescence. Callie lui répond qu’elle n’a pas le droit de retenir un patient s’il n’y a pas d’obligation médicale. La mère insiste. Si elle et son mari empêchent leur fille de naviguer, celle-ci les haïra. Eh bien tant pis, répond Callie. Ils doivent arrêter d’avoir peur de leur fille. Elle a 16 ans, c’est encore un enfant. Ils doivent agir en tant que parents. Emery a besoin que sa mère soit la méchante.    

    Derek s’est rendu à l’endroit où sont entreposés les débris de l’avion. Il a obtenu que le gardien des lieux le laisse entrer dans le hangar. L’homme lui fait remarquer qu’il risque d’avoir de sérieux ennuis à cause de lui. Derek pénètre dans le hangar et découvre l’appareil qui a été plus ou moins reconstitué. Pendant qu’il erre entre les débris, le gardien lui donne le peu de renseignements dont il dispose. L’arrière de l’avion s’est détaché de la cabine principale. La queue a été retrouvée dans la zone 1. Derek repense alors à la mort de Lexie qui était coincée en-dessous de ce morceau de carlingue. Le gardien lui désigne ensuite un longeron de la poutre principale, qui a été retrouvée en zone 2, à environ 800 mètres. Derek passe la main sur un des sièges qui se trouve à l’extérieur de l’avion. Il se revoit avec ses camarades pendant le vol, et tout de suite après, l’image de Mark dans le coma s’impose à lui. Il est sombre et tourmenté. Il poursuit sa visite et se retrouve devant la porte de la cabine. Les images se précipitent. Meredith par terre, Mark qui titube, Arizona qui hurle de douleur, Lexie qui crache du sang, Cristina qui panique, et lui, enfin, libérant sa main de la carlingue, en la frappant avec une pierre. Il demande au gardien ce qu’il adviendra de cet avion si eux, les rescapés, acceptent l’arrangement. Le gardien hausse les épaules en signe d’ignorance. 

    Jackson rejoint April dans la salle où elle a trouvé refuge. Elle lui présente ses excuses pour avoir fui de cette façon. Il ne la laisse par poursuivre. Il veut qu’elle sache qu’il ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé entre eux. Elle reconnait qu’elle est comme lui. Elle ne peut pas arrêter de penser à ce qui s’est passé. Plus elle y pense, plus elle essaie de ne pas y penser, mais elle y pense quand même. Il sait ce que c’est. Tout à coup, il lui demande si elle veut se marier. Parce que si elle est vraiment sérieuse avec toute cette histoire de revirginisation, ça veut dire que le prochain gars avec qui elle va coucher sera probablement son mari, parce que c’est ce qu’elle veut. Or il est conscient qu’il n’est pas prêt à épouser qui que ce soit, et il est convaincu qu’elle n’est pas prête à se marier non plus. Donc, plutôt de nier ce qui s’est passé, ils devraient plutôt s’en souvenir et faire en sorte que cela n’arrive plus… à moins qu’ils n’aient envie que cela se reproduise, à moins qu’ils ne soient prêts pour cela. April le regarde comme si elle était hypnotisée par sa voix. Elle arrive à reprendre quelque peu ses esprits pour lui confier qu’elle ne peut pas rester près de lui sans avoir envie de… Jackson confesse qu’il éprouve la même chose. Alors ils devraient rester loin l’un de l’autre pendant un moment. Elle lui donne raison et annonce qu’elle va partir immédiatement. Mais ni l’un ni l’autre ne bouge d’un pouce et leurs regards restent rivés jusqu’au moment où April, n’en pouvant plus, se jette sur Jackson. Ils s’embrassent avec fougue.

    Bailey enrage tandis qu’elle nettoie le four à micro-ondes installé dans la salle des titulaires. Elle a l’impression d’être dans un film d’horreur. Ses collègues ne sont que des enfants bornés et ingrats qui croient tout savoir. Mais elle s’en moque. Elle a fini de s’occuper d’eux. Richard qui l’a entendue se plaindre, lui demande quel est le vrai problème. Elle lui avoue alors que le matin même, elle a conduit son fils en maternelle pour la première fois. Elle s’était préparée à l’idée qu’il allait pleurer et qu’il allait avoir des difficultés à lui dire au revoir, mais au lieu de cela, il a lâché sa main et est parti sans même se retourner. Quand il est entré en classe, il a immédiatement vu un jouet qui lui plaisait et s’est précipité sur lui sans même regarder en arrière. Après, elle a téléphoné à son ex mari pour lui en parler mais il était occupé. En fait, il s’est remarié. Mais sa femme est sympa et Bailey l’apprécie. Peu importe, il avait autre chose à faire qu’à l’écouter. Alors, elle a appelé Ben et lui, il était en train d’étudier pour préparer une intervention à laquelle il allait devoir assister. Il était tellement enthousiaste. Richard comprend quel est le problème de sa collègue. Tout le monde va de l’avant et elle… Elle termine sa phrase. Elle, elle est là, à retirer des appendices et des vésicules biliaires, parce que c’est ce que fait un chirurgien en médecine générale. Alors que tous les autres font des choses inédites, elle, elle reste coincée. Mais ça lui est égal, parce que c’est ce qu’elle a choisi. Elle n’y avait même pas fait attention jusqu’à ce que… Cette fois, c’est Richard qui termine sa phrase, jusqu’à ce que Tuck lâche sa main. Elle se met à pleurer. Richard lui demande si elle sait ce qui se passe quand quelqu’un lâche la main qu’on lui donnait. On récupère sa main. C’est une bonne chose. C’est vrai, les internes ont lâché sa main, Tuck aussi et même Ben. Mais ils sont toujours là. Ils éprouvent toujours de l’amour pour elle. Mais le fait qu’ils aient lâché sa main signifie qu’elle a maintenant du temps, non pas pour laver la vaisselle, maispour faire quelque chose, sortir, trouver des maladies à guérir, pour passer à l’échelon supérieur, pourquoi pas pour inventer la méthode Bailey. Il faut qu’elle fasse quelque chose sans regarder derrière elle !

    Une heure avant la réunion avec les avocats, Owen téléphone à Cristina pour savoir quelle est sa décision. Elle lui dit qu’elle s’en moque. Il croit comprendre qu’elle a besoin de plus de temps pour y réfléchir mais elle répond que non. Accepter ou refuser l’accord, ce n’est pas important. Elle se ralliera à l’avis des autres rescapés. Owen lui promet de reprendre contact avec elle pour lui faire part de la décision qui aura été prise. Elle refuse. Il n’aura qu’à lui envoyer le chèque. Ou plutôt elle attendra que les avocats la contactent. Owen est surpris de ce changement d’attitude mais il n’en dit rien. Elle devine son désarroi et lui dit qu’ils ne peuvent pas continuer à agir de la sorte. Elle est dans le Minnesota maintenant. Il répond qu’il est au courant. Ils se disent au revoir, lui sur un ton triste, elle plus sèchement. Elle raccroche la première. Ils sont aussi malheureux l’un que l’autre.  

    Callie a à peine franchi la porte de son appartement qu’elle annonce d’un ton péremptoire à Arizona qu’elle est revenue la chercher pour l’emmener à la réunion qui commence dans vingt minutes. C’est alors qu’elle remarque que la chaise roulante est vide. Elle appelle sa compagne qui ne lui répond pas. Elle passe dans la chambre et arrive dans la salle de bains où elle découvre Arizona assise par terre. Elle lui demande ce qu’elle fait là et où est passée l’infirmière. Arizona lui répond qu’elle l’a renvoyée parce qu’elle ne l’aimait pas. Callie est catastrophée. Elle redemande à son amie ce qu’elle fait par terre. Arizona lui avoue qu’elle a cru être capable d’aller aux toilettes par ses propres moyens. Apparemment, elle avait tort. Callie suppose qu’elle est tombée et lui demande si elle va bien. Arizona l’agresse aussitôt. Est-ce qu’elle a l’air d’aller bien ? Elle est assise dans une flaque de sa propre urine. Comme Callie annonce qu’elle va lui donner une douche, Arizona lui demande en hurlant de sortir. Callie lui ordonne de lui parler sur un autre ton. Arizona craque complètement. Elle accuse Callie d’être responsable de tout. C’est de sa faute si elle ne peut même plus pisser toute seule ! Callie répond sur le même ton que c’est bien là le problème, parce que maintenant elle sent mauvais, et la salle de bains aussi. Elle prend sa compagne à bras le corps et la pousse sous le jet d’eau. Il est hors de question qu’elle accepte que sa maison pue comme ça. Arizona lui hurle à nouveau de la laisser seule, de s’en aller. Callie crie aussi qu’elle n’a pas d’autre endroit où aller. Ce qu’Arizona est en train de vivre, c’est sa vie aussi maintenant. Elle se met à pleurer. Arizona la regarde, abasourdie, comme si elle venait de prendre conscience qu’elle n’était pas la seule à vivre un drame.

    Cristina est assise sur un banc, devant la clinique Mayo. Elle tremble et des larmes coulent lentement de ses yeux. Le Dr Thomas s’approche d’elle. Il reste debout à côté du banc. Elle essuie ses larmes sitôt qu’elle s’aperçoit de sa présence. Sans un mot, il lui tend un mouchoir qu’elle accepte. Il s’assied à côté d’elle et lui apprend que lui aussi a été victime d’un accident d’avion. C’était pendant la guerre du Vietnam. Tous les passagers sont morts sauf lui. Il n’a jamais parlé de ça à personne, ici. Il sort de sa poche un paquet de cigarettes et le tend à Cristina. Elle refuse. Elle ne fume pas. Lui non plus, plus maintenant. Fumer pourrait les tuer, n’est-ce pas ? Cristina ne semble pas comprendre pourquoi, dans ce cas, il se balade avec des cigarettes. Elle rit nerveusement. Il sourit. Il semblerait bien qu’il y a beaucoup de choses mortelles pour le moment. Elle sourit aussi.

    Derek entre dans la salle de réunion où tous les autres participants sont déjà présents. Il présente ses excuses pour son retard et va s’installer à côté de sa femme. Celle-ci prend la parole pour annoncer qu’ils sont tous d’accord et que donc, ils vont… Derek l’interrompt. Il s’adresse à elle ainsi qu’à Callie et Owen. Ils ne peuvent pas faire ça. Il leur annonce qu’il s’est rendu à l’entrepôt et qu’il a vu ce qui restait de l’avion, leur avion dont les débris étaient déposés sur le sol comme des pièces d’un puzzle. S’ils acceptent cet accord, ils ne pourront rien faire des résultats de l’enquête. L’avocat de la compagnie certifie que celle-ci en tiendra compte et agira en conséquence. Derek n’en doute pas. Il est convaincu que la compagnie sera très rigoureuse. Les grandes sociétés sont toujours très bonnes quand il s’agit de s’auto contrôler. Callie intervient pour lui rappeler que les erreurs sont inévitables. Des accidents se produisent parfois. Ça leur arrive à eux aussi. Des gens paient de leur vie les erreurs qu’ils commettent. Derek le reconnait mais, quand cela leur arrive, ils organisent des conférences sur la morbidité et la mortalité, ils examinent attentivement les dossiers, ils font en sorte de ne plus jamais faire les mêmes erreurs. Ils font en sorte que leurs futurs patients n’aient jamais à vivre ces moments douloureux, afin qu’ils ne doivent pas laisser la lumière allumée chaque nuit parce qu’ils ne supportent plus l’obscurité. Ils ne peuvent pas simplement ne rien faire et laisser ce qui s’est passé arriver à d’autres Lexie et Mark. Ils doivent faire quelque chose. Ils doivent faire les choses correctement. L’avocate tente de prendre la parole mais Meredith lui demande de se taire. L’avocate insiste cependant et leur rappelle que leur décision doit être unanime. Owen attire son attention sur ce que Meredith vient de dire. Derek, comprenant que ces deux là se sont ralliés à sa cause, s’adresse à Callie. L’avocate essaie une fois encore de donner son avis mais, cette fois, Owen et Meredith lui ordonnent sèchement et en chœur de la fermer. En pleurs, Callie s’adresse à l’avocate. Elle n’est pas l’une d’entre eux. Elle n’a aucune idée de ce qu’ils ont traversé. Elle tente de reprendre le contrôle d’elle–même et finit par dire que Derek a raison. Ils ne devraient pas accepter cet argent. Elle répète, en regardant l’avocat de la compagnie d’aviation, qu’ils ne peuvent pas accepter la proposition. Elle repousse le document qui était posé devant elle. Ses trois camarades l’imitent aussitôt. Derek échange un regard avec sa femme. Il pousse un long soupir, comme s’il était soulagé. 

     

    Voix off : Quand on écoute son cœur, quand on choisit de ne pas s’aligner - c'est drôle, non ? - un poids se lève. Le soleil brille plus fort et pendant un court moment au moins, on trouve un peu de paix.


  • Commentaires

    1
    chachamb
    Mercredi 24 Octobre 2012 à 00:05

    merci super résumé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :