• Réflexions de Krista Vernoff : update

    Dans une interview accordée au LA Times, Krista Vernoff a parlé de ses débuts de réalisatrice pour Grey’s Anatomy, avec l’épisode qui sera diffusé demain, et de la façon dont les mouvements féministes actuels influencent sa façon d’écrire les histoires pour la série.

    Qu'est-ce qui a motivé la décision de réaliser un épisode de Grey’s ?
    Quand je suis revenue pour gérer Grey's Anatomy Debbie Allen a rapidement dit que je devais remettre les fesses sur la chaise de réalisateur. J'ai résisté. Parce que tourner un court métrage dans son salon est complètement différent d'une série télévisée - vous avez neuf jours pour tourner une cinquantaine de pages, et ce sera diffusé quelques semaines après et consommé par un public international.
    J’ai mené une seule carrière pendant 20 ans. Je me suis concentrée sur le développement et j'ai eu peur d'échouer. J'ai eu peur de l'humiliation publique. J'ai eu peur de laisser tomber les femmes. Et puis, mon assistante a dit un jour à Debbie : "Tu ne crois pas que Krista a besoin de réaliser ?" Et Debbie a répondu : "Oui." Je me suis simplement dit, "Pourquoi être lâche ?"
    Il y a eu quelques jours où j'ai renvoyé la grue trop tôt et où j'ai coupé la scène trop tôt et j'ai paniqué. Mon ego s’est dit : "Oh mon Dieu ! Cela va être affreux." Mais au bout du compte, tous les dons que j'ai et toutes les compétences que j'ai développées en tant que showrunner sont ce dont on a vraiment besoin en tant que réalisateur.

    L'épisode que vous avez réalisé présente-t-il des défis intéressants ?
    On a dû concevoir un tout autre hôpital pour mon épisode et un tout autre aspect visuel, car j’ai fait cet épisode plus comme un film. On n'était pas sur nos plateaux habituels. De façon ironique, je me suis compliqué la tâche autant que possible. Debbie a essayé de me la faciliter. Elle a essayé de me donner un autre épisode. Mais il y avait une histoire écrite pas Elisabeth Finch, l'histoire de sa propre expérience avec le cancer. Je me suis sentie tellement privilégiée de pouvoir donner vie à cette histoire. Je voulais vivre l'expérience qu’ont les réalisateurs épisodiques, avoir un scénariste-producteur sur le plateau, avec qui vous collaborez.
    Cet épisode était centré autour de Jim Pickens Jr. et de Debbie Allen, ainsi que de Greg Germann, Kelly McCreary, Jesse Williams et Ellen Pompeo. Ne travailler qu'avec six ou sept membres du cast dans une série qui travaille généralement avec 12 ou 13 personnes m’a paru être une gentillesse envers moi-même en tant que réalisatrice. Mais c'était difficile. Nous étions partout en ville. Nous n'avions pas notre équipe habituelle. Mais mon dieu, quel bon scénario !

    C’est un épisode assez dramatique compte tenu que votre objectif est de rendre la série plus légère.
    Oui, c’est l’épisode le plus grave et le plus dramatique de la saison, c’est une autre raison pour laquelle je l’ai choisi. J'ai travaillé très dur pour faire à nouveau de Grey's Anatomy une comédie romantique. J'aime écrire des comédies et regarder des comédies, mais je sais que la comédie est beaucoup plus difficile à réaliser. Je savais que je pouvais obtenir des performances honnêtes, dramatiques et pleines d’émotions. J'ai fait de la mise en scène pour le théâtre, je sais comment faire. Mais si un acteur manque une punchline et qu’il doit travailler pendant huit ou neuf jours, je n'étais pas sûre de réussir. Je vais essayer la comédie la prochaine fois.

    En pleine deuxième saison en tant que showrunner, comment décririez-vous le fait de diriger la série à ce stade ?
    Je commence seulement à comprendre pleinement le cadeau que Shonda Rhimes m'a fait en me donnant une série dans sa 14e saison. C'est comme si elle avait accouché du bébé, mais que je l'ai aidée à l'élever pendant les sept premières années, puis nous avons rompu - pas vraiment, nous sommes restés amies, mais j'ai fait autre chose pendant sept ans - et elle a élevé cet enfant. Ensuite, la gamine a eu 14 ans et Shonda m‘a dit : "Pouah, je suis fatiguée, c'est à ton tour."
    Mais ce qui s’est passé pendant les sept années où je suis partie, c’est que la série est passée d’une série à succès à une série emblématique. C’est passé d’une série que les gens adoraient et acclamaient à une série avec laquelle les gens ont grandi pendant toute leur vie d'adulte. Les gens qui ont commencé à regarder la série quand ils avaient 13 ans en ont maintenant 27.
    C'était à la fois passionnant et intimidant, parce que quand je suis revenue, les gens étaient lassés et vivaient dans ces tranchées depuis 14 ans. C'est long. J'ai donc eu le sentiment qu'une partie de mon travail consistait également à donner à nouveau de l’inspiration aux acteurs et à l'équipe de tournage, en leur disant : "Je ne suis pas lassée. Je suis partie pendant sept ans."
    J'ai surtout travaillé à la maison. J’ai travaillé sur Shameless, où on était dans la salle des scénaristes neuf heures par semaine, j’ai fait des pilotes, j’ai conduit mon enfant à l'école, j'ai fait une pause. Donc j’ai pu revenir et Ellen me regardait certains jours, et elle me disait : "Tu sais, Krista, je sais que tout est frais et brillant pour toi maintenant, mais tu vas de nouveau te lasser bientôt". J’ai le sentiment qu’une partie de mon travail en tant que showrunner a été d'aider tout le monde à se réveiller et à ressentir à nouveau de l’excitation, et je pense l'avoir fait.

    De quelle façon le climat actuel change-t-il la façon d’écrire les storylines ? Voici une série où des histoires d'amour se développent parfois sur le lieu de travail. Cela change-t-il la façon dont vous racontez ce genre d'histoires ?
    Oui. Si vous regardez, par exemple, Meredith Grey et Derek Shepherd à travers l'objectif de Time's Up et #MeToo, il était son patron, elle était une interne et elle n'arrêtait pas de dire : "Non, éloignez-vous de moi" et il n’a pas arrêté de la pourchasser, et ce n’est probablement pas une histoire que nous raconterions dans la série aujourd’hui, et c’est un très beau reflet de l’évolution de la situation.
    Cette saison, nous sommes en train d’inverser un peu les choses puisque nous commençons à construire un triangle amoureux avec Deluca. Il est résident et Meredith est titulaire, et nous devons faire les choses différemment de ce que nous avons fait auparavant. Nous devons parler de la dynamique du pouvoir, et l’examiner. C'est une conversation qui est en cours dans la salle des scénaristes. Comment raconter cette histoire de façon honnête, romantique et sexy, tout en restant proactif et progressiste ?

    La question qui préoccupe tout le monde, c’est l’avenir de la série. Ellen a prolongé son contrat au moins jusqu’à la saison 16. Ces conversations ont-elles eu lieu ? Quelle sont vos prévisions en ce moment ?
    Je ne vais pas commencer pas à planifier la fin de la série avant que Shonda, Ellen et ABC ne me disent que c'est la fin. Je ne pense pas que c’est mon travail de déterminer à moi toute seule comment ça se termine pour Meredith Grey, mais je ne prévois pas la fin, car jusqu'à présent, je n’arrive pas à croire que ça se termine. source

    PS : Suite aux réactions des fans concernant ce qui a été dit dans cette interview au sujet des débuts de la relation MerDer, Krista Vernoff a tenu à clarifier sa position sur Twitter : "Vous tous. Avec tendresse, je n'ai pas dit que Derek était un sale type de quelque manière que ce soit. En aucune manière. J'ai dit qu'il était le patron de Meredith et qu'elle était une interne et suite à notre vision des choses en pleine évolution, on raconterait cette histoire différemment aujourd'hui. J'adore Derek. Fin."


  • Commentaires

    1
    Heloise
    Mercredi 7 Novembre à 21:57

    Quelles conneries ! Grey's n'a jamais été une comédie romantique ! C'était une série dramatique dont le sujet était la carrière des personnages, leurs amitiés et leurs amours avec des moments de comédie. Vernoff et sa bande feraient mieux d'en revenir à ça et d'abandonner l'aspect "comédie romantique" où tout le monde finit par avoir couché avec tout le monde

    Quant à l'analyse des débuts de la relation MerDer, c'est une aberration. Si Derek a "pourchassé" Meredith, c'est parce qu'il sentait qu'il était en terrain plus que favorable. Qui a sauté sur l'autre dans l'ascenseur pour l'embrasser, dans le 2e épisode ? C'est Meredith, pas Derek. Il faut arrêter de réécrire l'histoire de la série pour coller à l'actualité. Et le fait que Grey's soit devenue une série politique explique sans doute en partie la baisse des audiences

    Enfin, il semble clair maintenant qu'ils vont coller Meredith avec DeLuca. Seriously ? Ce type n'a aucun charisme et ils ne vont pas du tout ensemble. C'est lui qui va avoir un impact ? Sur les ados peut-être mais le reste du public, je ne suis pas convaincue

    2
    Shera
    Mercredi 7 Novembre à 22:02
    Je cite "Si vous regardez, par exemple, Meredith Grey et Derek Shepherd à travers l'objectif de Time's Up et #MeToo, il était son patron, elle était une interne et elle n'arrêtait pas de dire : "Non, éloignez-vous de moi" et il n’a pas arrêté de la pourchasser, et ce n’est probablement pas une histoire que nous raconterions dans la série aujourd’hui, et c’est un très belle évolution de la situation"

    Si je comprends bien, elle met une histoire d'amour car ils étaient attirés l'un par l'autre et le harcèlement sexuel #metoo Sur le même plan ?

    Cette femme est dingo
    On n'a pas attendu le #metoo pour découvrir les ravages et l'existence du harcèlement.
    3
    Louise
    Mercredi 7 Novembre à 22:17

    Ils poussent ces histoires de féminisme beaucoup trop loin. L'histoire de MerDer était une passion avec ce que ça peut compter d'excès parfois, mais c'était ce qui était beau justement. Mais maintenant, leurs histoires d'amour sont fades parce que les personnages ne se laissent plus emporter par leurs sentiments, mais qu'ils ont ce type de réflexion, Voir Meredith et Deluca disserter sur le pouvoir et l'influence que ça a dans leur relation ne va pas me passionner, c'est certain

    Ce qui me dérange aussi dans les discours de ceux qui font la série maintenant, c'est qu'ils parlent toujours des femmes ("je ne veux pas décevoir les femmes") et ça me donne l'impression qu'ils veulent exclure les hommes. Je suis d'accord, Grey's devient de plus en plus une série politique et ça lui fait perdre beaucoup de son charme

    4
    Chloé
    Mercredi 7 Novembre à 23:01

    C'est ridicule de vouloir faire passer Derek pour le méchant garçon de l'histoire. Meredith voulait être avec lui autant que l'inverse. Krista Vernof devrait se repasser les premières saisons. Le problème, c'est qu'elle a peur que le public n'accepte pas le nouveau mec de Meredith, alors elle essaie de salir et de diminuer l'ancienne histoire mais c'est ridicule

    5
    MdBailey
    Jeudi 8 Novembre à 01:12
    Franchement cette femme est cinglée. Elle ne connais rien aux histoires d'amour et encore moins a la relation Merder.
    Et le Meetoo n'a rien a faire dans la comparaison... enfin bon c'est grave mais je préférais presque Shonda.
    6
    Kate
    Jeudi 8 Novembre à 08:19
    Non c'est vrai le mec il était pas méchant il était juste marié.
      • Marion
        Jeudi 8 Novembre à 08:38

        Avec une femme qui le trompait depuis des mois avec son meilleur ami

        Et puis c'est pas le problème ! Ici Krista Vernoff parle des abus de pouvoir dans une relation, du fait que Derek aurait abusé de son pouvoir de chef par rapport à Meredith, ce qui n'est pas le cas.

        Beaucoup de fans ont réagi en lui conseillant de revoir la saison 1, et notamment l'épisode 2, avec la scène de l'ascenseur. C'est marrant, elle a bloqué systématiquement toutes ces personnes. En fait, elle ne tolère plus que ceux qui lui disent qu'elle est géniale.

    7
    Flo
    Jeudi 8 Novembre à 09:16
    Elle sait ce qu’elle dit et effectivement Derek a bien insisté et l’a bien pourchassé quand elle était interne. La preuve Bailey a même dû lui dire à un moment de la laisser. Mais c’est normal, il y avait beaucoup d’amour donc de l'excès aussi. Krista dit juste que maintenant ils n’écrirons plus pareil. Par contre c’est certain qu’il aurait dû être honnête avec Meredith sur son mariage avant tout, pour moi ce n’est pas bien agir. Mais c’était surtout une belle histoire d’amour pleine de passion et il ne faut pas tout mélanger avec MeToo.
    8
    MdBailey
    Samedi 10 Novembre à 00:44
    Krista a fait une maj sur Twitter mais ça pas calmer les fans car elle essaye de plus en plus a essayer de faire croire que Merder ou Derek n'ont jamais existé.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :